Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsAlain Guez (dir.), « Petites lign...

Alain Guez (dir.), « Petites lignes » ferroviaires, des infrastructures recyclables. Une exploration

Luna d’Emilio
Référence(s) :

GUEZ A. (dir.), 2020, « Petites lignes » ferroviaires, des infrastructures recyclables. Une exploration, Paris, Editions Recherches, 228 p.

Texte intégral

  • 1 Ateliers de dialogue territorial entre acteurs locaux et SNCF Réseau.

1L’ouvrage rend compte d’un ensemble de projets de fin d’étude réalisés dans le cadre d’un master d’architecture à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Nancy, en collaboration avec le SpotLAB1 de la SNCF sur deux années académiques successives (2018-2019 et 2019-2020). La démarche de production de connaissances en articulation avec des démarches pédagogiques est une pratique courante de valorisation propre aux écoles d’architecture.

2La démarche présentée dans l’ouvrage dirigé par Alain Guez (architecte, professeur HDR), peut être qualifiée de « recherche par le projet » : il s’agit d’une posture théorique largement connue et partagée au sein de la communauté de recherche en architecture. Il s’inscrit dans la continuité du tournant épistémologique formulé notamment par l’architecte-urbaniste italienne Paola Viganò (2012). A l’échelle urbaine et territoriale, le projet peut être considéré comme forme de recherche spécifique. Par les moyens et les opérations qui lui sont propres, le projet prend en compte des territoires tant sur le plan physique que conceptuel. Comme forme d’action sur l’espace, il procède par abstraction et par généralisation en construisant une description sélective et contingente, autant qu’il identifie des possibilités futures ; en cela il produit une forme de connaissance originale.

3Dans l’ouvrage dont il est ici question, cette posture théorique est mise à profit dans un cadre qui articule enseignement de master et partenariat scientifique et centré sur le devenir des « petites lignes » ferroviaires et leurs territoires. L’hypothèse sous-jacente est formulée ainsi : « Quelle pourrait être, en France, voire ailleurs, une offre ferroviaire adaptée aux possibilités de territoires singuliers, avec un important héritage en termes d'infrastructures, capable de concurrencer ce vecteur de liberté que représente l’usage exclusif de la voiture individuelle ? Quel imaginaire contemporain serait capable de rendre désirables des pratiques de mobilité supports de nouveaux modes de vie ? » (p. 11).

4Sont convoquées à titre exploratoire six situations territoriales : la voie ferrée de la Vologne (projet n. 1), la ligne Nancy-Contrexéville (projet n. 2), le Grand Nancy comme pôle intermodal (projet n. 3), les trois situés en région Grand-Est ; la ligne Auray-Quiberon situé en région Bretagne (projet n. 4), la ligne entre Thiers et Le Puy-en-Velay et entre Estivareilles et Sembadel en région Auvergne-Rhône-Alpes (projet n. 5), cette même ligne traversant le bourg d’Arlanc (projet n. 6). Par l’appréhension de dimensions techniques, historiques et territoriales, les projets présentés relatent un travail à la fois patrimonial et prospectif, orienté vers lintégration de questions territoriales et mobilitaires à plusieurs échelles.

5Autour des six projets présentés, l’ouvrage se déploie en trois parties.

6Dans la première partie, par deux textes de mise en perspective historique (Karen Bowie) et pédagogique voire personnelle (Marc Verdier), il est question d’introduire la notion de cycle ferroviaire. Dans la deuxième partie, sont évoqués les enjeux au coeur de l’ouvrage restituant les points de vue des institutions liées par ce partenariat : la SNCF (Dominique Laousse) et l’ENSA Nancy (Alain Guez et Pierre Desriscourt de Lanux). La première contribution convoque une démarche de « régénération collective d’un patrimoine » dans la perspective de croiser les héritages d’un patrimoine infrastructural diffus avec de nouvelles configurations territoriales issues de la société contemporaine. La deuxième contribution rappelle les objectifs pédagogiques du partenariat, en en soulignant la dimension expérimentale : à partir d’une première hypothèse élaborée sur la vallée de la Vologne, il a été possible pour les enseignants, les étudiants et le partenaire de mettre au point un cadrage collectif qui a structuré l’ensemble des projets.

7La deuxième partie est consacrée à la présentation des solutions proposées dans les six projets, lesquelles jonglent entre le design d’espace (remodelage d’infrastructures), le design de services, le projet de territoire (analyses diversifiées des ressources présentes ou latentes). Elles s’appuient sur des analyses à la fois historiques et urbanistiques, dans des itérations résolument transcalaires vouées à explorer de nouvelles articulations entre bourgs, infrastructures et bassins de vie. La question de la représentation - au coeur du travail de tout concepteur - y est centrale, comme le démontre la riche iconographie de l’ouvrage.

8La troisième partie de l’ouvrage permet de resituer le travail présenté dans les contours de la discipline architecturale. La première contribution (Mathias Rollot) évoque les évolutions épistémologiques qui se dégagent d’une « alternative au master-plan ». Par là, ce n’est pas un protocole unique et unificateur qui se dégage de la lecture croisée des projets présentés, mais une déclinaison de différentes formes de finesse, selon les mots de Rollot. Qu’il s’agisse d’être attentifs au déjà-là, de prendre en compte un jeu d’acteurs complexe, ou de bien prendre la mesure de ce qui rend une intervention nécessaire ou superflue, l’enjeu est d’enclencher de « petites révolutions disciplinaires et épistémologiques » (p. 195) permettant de re-situer la discipline architecturale elle-même, par la redéfinition perpétuelle de « ce qui fait projet ». Dans la deuxième contribution ayant valeur de conclusion, Alain Guez décrypte avec beaucoup de justesse les hypothèses implicites des différents projets qui génèrent « de nouveaux assemblages spatio-temporels libérant une vaste gamme de modes de vie » (p. 197), et qui remettent en cause le fondement prévisionniste de l’urbanisme vers un urbanisme des possibles, selon les mots de l’auteur.

9Qu’il s’agisse de composer, de manière itérative et construite, avec des enjeux généraux et des spécificités situées, ou bien de mobiliser à la fois une approche low-tech ou high-tech, les projets présentés dans l’ouvrage rendent compte de la position relative du concepteur quand il s’agit de manipuler la grande échelle : ni maître d’oeuvre, ni technicien, ni artiste, mais chargé par la société civile de « dessiner des lignes de désirs partageables, dont les futur.e.s architectes et urbanistes ont alors pour responsabilité de travailler les dimensions concrètes et tangibles dans des démarches collectives » (p. 200). Au sein du débat sur le rôle social de l’architecte au sein des écoles d’architecture, la période des années 2000 a souvent tourné autour du clivage entre architectes-auteurs et architectes-médiateurs. La posture de « démiurge d’imaginaires » concertés et contrastés, telle qu’elle émerge de l’ouvrage, semble dessiner une troisième voie.

10La communauté des architectes trouvera dans cet ouvrage une restitution structurée et riche, qui actualise la relation entre architecture et territoire (relation ancienne comme la discipline elle-même) à l’aune de la posture de la recherche par le projet, démarche qui est ici présentée de manière claire, argumentée et surtout réflexive. La communauté plus large des sciences humaines pourra y reconnaitre la capacité des architectes à manipuler échelles, concepts, créativité et finesse (de par leur proximité avec des situations réelles) dans une démarche ouverte sur le futur selon des fondements épistémologiques sans doute peu connus.

Haut de page

Bibliographie

VIGANO P., 2012, Les territoires de l’urbanisme, le projet comme producteur de connaissances, Paris, MetisPress, coll. Vues d'ensemble, 293 p. (éd. fr.)

Haut de page

Notes

1 Ateliers de dialogue territorial entre acteurs locaux et SNCF Réseau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luna d’Emilio, « Alain Guez (dir.), « Petites lignes » ferroviaires, des infrastructures recyclables. Une exploration », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 30 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17198

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search