Skip to navigation – Site map

HomeJournal's NewsReviews and articles to be publis...Éric Verdeil et Atelier de cartog...

Éric Verdeil et Atelier de cartographie de Sciences Po, Atlas des mondes urbains

Charlotte Ruggeri
Bibliographical reference

VERDEIL E., Atelier de cartographie de Sciences Po, 2020, Atlas des mondes urbains, Paris, Les Presses de Sciences Po, 145 p.

Full text

1Après l’Atlas de l’Anthropocène en 2019, les Presses de Sciences Po ont publié en 2020 un Atlas des mondes urbains, par Éric Verdeil. L’auteur est ici accompagné par Thomas Ansart, Benoît Martin, Patrice Mitrano et Antoine Rio de l’Atelier de cartographie de SciencesPo, en charge des nombreuses réalisations graphiques de l’ouvrage. Sur 145 pages et sept chapitres, Éric Verdeil détaille les processus et réalités actuelles des mondes urbains.

2L’Atlas des mondes urbains est structuré en sept chapitres, complétés par une introduction, qui pose à la fois le cadre théorique et méthodologique de l’atlas, et c’est ici l’un des premiers apports de cet ouvrage. Ensuite, les sept chapitres s’organisent chacun autour d’un thème : « Accélération », « Morphologies », « Métropolisation », « Vies urbaines », « Anthropocène », « Politiques » et « Expériences ». La fin de l’ouvrage offre une bibliographie riche de nombreuses références et un index de lieux et de notions. L’atlas repose sur un mélange de doubles-pages centrées sur des processus urbains (urbanisation, standardisation, verticalisation…), et certains processus sont déclinés sur plusieurs doubles-pages, mais aussi sur des doubles-pages d’exemples. Ce choix d’organisation donne lieu à une progression et un rythme différent au sein de chaque chapitre, mais il permet surtout de contourner l’aspect formel contraint de ce type de publication, à savoir le format de la double-page et la place importante des réalisations graphiques qui limitent le nombre de signes.

3Au-delà du découpage en chapitres, on peut distinguer trois grands mouvements dans cet Atlas des mondes urbains. Il y a tout d’abord un mouvement de définition et de mesure de l’urbain, qui commence dès l’introduction et se poursuit dans les premiers chapitres. L’Atlas des mondes urbains donne en effet à voir comment les réalisations graphiques ont été construites, grâce à quelles données et avec quelle finalité. Cette réflexivité, assez rare dans un atlas et un ouvrage court, est ici corrélée aux interrogations qui traversent les premiers chapitres, à savoir comment se définit un espace urbain. Après ces pages introductives, l’atlas revient souvent à ce questionnement et enrichit la réflexion des études urbaines à ce propos, en synthétisant plusieurs méthodes de mesure et de définition, couplées à l’apport heuristique de l’illustration. Les doubles-pages consacrées à l’envol des mégapoles ou à l’archipel des alphas en sont probablement les meilleurs exemples.

4Le deuxième grand mouvement de l’atlas insiste avant tout sur les processus urbains, surtout via trois chapitres (« Accélération », « Morphologies » et « Métropolisation »). Ces trois chapitres partent de constats historiques et de double-pages très pédagogiques sur les principaux processus qui sous-tendent l’urbanisation (transition urbaine, étalement, densification, par exemple). Ils sont également complétés par des doubles-pages centrées sur des cas d’écoles, à l’image d’Istanbul pour l’étalement ou de Dubaï pour la métropolisation. Si ces chapitres abordent des thèmes et notions attendus, ils essaient aussi de répondre au souhait qu’Éric Verdeil formule dès l’introduction, à savoir décentrer le regard. Cet objectif se ressent notamment dans l’intégration d’une réflexion sur les petites villes, que l’on retrouve dans plusieurs doubles-pages, avec notamment des exemples ghanéens et néerlandais, peu présents dans les ouvrages et atlas francophones.

5Le troisième mouvement de l’atlas poursuit l’exploration des processus urbains à l’œuvre en y intégrant beaucoup plus fortement une dimension humaine, notamment par les chapitres « Vies urbaines », « Politiques » et « Expériences ». En effet, les trois premiers chapitres sont moins incarnés humainement que les suivants, qui s’appuient à la fois sur des thèmes d’étude classiques (gentrification, gouvernance, inégalités), mais explorent aussi des sujets beaucoup moins courants dans les recherches urbaines, même s’ils s’affirment. On peut à cet égard signaler deux doubles-pages particulièrement réussies sur ce point. Il y a tout d’abord la double-page consacrée aux rythmes urbains. Celle-ci, corrélée à la situation sanitaire et les expériences de confinement, apporte un éclairage particulièrement intéressant sur l’une des dimensions de la métropolisation, à savoir l’accélération des mobilités et de nos rythmes de vie en ville. En centrant la réflexion sur la suspension des rythmes urbains provoquée par les confinements et la crise sanitaire en 2020, l’atlas rappelle aussi l’intérêt de la géographie pour aider à comprendre les processus spatiaux à l’œuvre et donc les transformations, voire bouleversements, auxquels nous pouvons être confronté.es au quotidien. L’autre double-page qui a attiré notre attention est celle consacrée à la géologie urbaine, qui s’interroge sur les matériaux qui font la ville. Ciblée sur l’Ile-de-France, cette double-page montre l’artificialisation des sols via une carte de la variation de la hauteur des sols depuis 1800, qui permet de constater l’emprise du béton dans les espaces urbains. Intégrée dans le chapitre « Anthropocène », cette double-page permet de prendre conscience de l’empreinte géologique des sociétés humaines, qui est au cœur de la définition de l’anthropocène, mais qu’il est difficile de représenter graphiquement.

6La question de l’illustration est bien le point fort de cet Atlas des mondes urbains. À l’image du précédent opus de la collection, l’Atelier de cartographie de Sciences Po montre de nouveau l’étendue de ses compétences en termes de réalisation graphique. Si certaines réalisations sont classiques et attendues, ce qui n’enlève rien à leur qualité, elles sont surtout accompagnées de réalisations beaucoup plus originales, comme une carte sur la hauteur des arbres à Paris, une autre sur l’urbicide d’Alep ou encore une carte sur les réseaux de transports informels à Accra. Ces cartes sont souvent issues de données récupérées via des initiatives coopératives et associatives (OpenStreetMap, CartONG), qui rappellent aussi la vitalité de la cartographie et la diversité des acteurs, des sources et des pratiques dans ce domaine actuellement. On sent chez l’auteur et son équipe de cartographes un réel plaisir à manipuler des données, à les questionner et à s’interroger sur la manière de rendre visibles et cartographiables des processus jusque-là peu représentés. Cela donne alors lieu à de très beaux objets cartographiques et iconographiques, que l’on a moins l’habitude de rencontrer.

7Cette volonté graphique est également ce qui rend la lecture de cet atlas aussi plaisante qu’enrichissante. Au-delà de l’apport scientifique qu’il représente, notamment par le nombre et la variété des références mobilisées, cet ouvrage offre aussi l’occasion d’une balade urbaine mondiale bienvenue dans le contexte actuel de la pandémie de Covid-19.

Top of page

References

Electronic reference

Charlotte Ruggeri, « Éric Verdeil et Atelier de cartographie de Sciences Po, Atlas des mondes urbains », Géocarrefour [Online], Reviews and articles to be published soon, Online since 15 April 2021, connection on 25 June 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17213

Top of page

Copyright

© Géocarrefour

Top of page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search