Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsHubert Védrine, Dictionnaire amou...

Hubert Védrine, Dictionnaire amoureux de la géopolitique

Bernard Bret
Référence(s) :

VEDRINE H., 2021, Dictionnaire amoureux de la géopolitique, Paris, Plon / Fayard, 518 p.

Texte intégral

1 De Acteurs des relations internationales jusqu'à Zorgbibe, Charles, Hubert Védrine expose en 249 entrées sa passion pour la géopolitique. Les fonctions qu'il a exercées durant de longues années à l'Elysée auprès de François Mitterrand, puis comme ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Jospin, disent son expérience exceptionnelle des questions internationales acquise dans les hautes sphères du pouvoir. Cela se perçoit dans bien des analyses qu'il propose, comme apparaît l'étendue de sa culture lorsqu'il resitue le présent dans la perspective de la longue durée historique, n'hésitant pas à remonter parfois jusqu'à l'Antiquité. Mais, c'est un dictionnaire amoureux, et donc subjectif, s'autorisant des prises de position que l'on peut ne pas partager. Après tout, l'amour garderait-il sa saveur s'il ne pouvait se donner libre cours ? Et, dans un exercice qui ne relève pas des sciences exactes, faut-il se plaindre que l'auteur se libère de toute obligation de réserve et s'exprime en artiste autant qu'en diplomate ?

2 On appréciera des formules brillantes, parfois amusantes, telle celle qui présente le Brexit comme une célèbre série britannique en plusieurs saisons, de 2017 à 2020, non sans ajouter que c'est quand même une idiotie jouée à la roulette russe et qui aurait pu être évitée. Ou l'évocation de Rudyard Kipling comme le chantre de l'impérialisme britannique. Ou encore, repris d'un article du Time, le compliment de meilleur ex-président adressé à Jimmy Carter. Qu'il s'agisse de portraits (Winston Churchill, Samuel Huntington, Mikhaïl Gorbatchev… et bien d'autres), de pays (l'Allemagne, la Chine…) ou de problèmes géopolitiques (les murs, les routes de la soie, le dollar...), Hubert Védrine donne à lire avec talent sa vision du monde.

3 Pourquoi, alors, ce dictionnaire laisse-t-il une impression mitigée ? On peut d'abord regretter une certaine désinvolture qui conduit à des bévues qu'une relecture attentive aurait dû corriger. Certes, le lecteur rectifiera de lui-même le lapsus qui situe à 400 000 mètres d'altitude le conflit sino-indien de 1962 (p. 235) et verra dans les termes cujus regio, cujus religio (p. 487) une malheureuse déformation de la formule latine cujus regio, ejus religio. Il est d'autres cas, plus fâcheux, où l'erreur peut ne pas être détectée par le lecteur non averti. Ainsi, opposer une Europe catholique au nord et protestante au sud (p. 165), à l'inverse de la réalité, voilà qui n'aide pas à comprendre les lignes de force du Vieux Continent ! De même, confondre les eaux territoriales et la ZEE (zone économique exclusive) dans l'article Océans (p. 347), c'est quand même apporter une confusion dans une question sensible des enjeux internationaux. Enfin, et pour citer un dernier exemple, il est gênant de lire (p. 78) qu'un problème pour les Etats-Unis est leur énorme excédent commercial avec la Chine alors qu'il s'agit d'un déficit !

4 Hubert Vedrine a été assez longtemps aux affaires pour savoir qu'il faut regarder les faits tels qu'ils sont et les traiter en conséquence. Dans de nombreuses entrées, il appelle à se méfier des idéalistes, d'un ton parfois ironique qui peut agacer. Puisque, ainsi qu'il l'écrit, le réalisme de l'analyse n'empêche pas l'idéalisme des ambitions, et que, à propos de Max Weber, il reprend la distinction célèbre entre éthique de conviction et éthique de responsabilité, ne convient-il pas d'associer les deux approches et soutenir que, pour assumer pleinement ses responsabilités, il faut avoir des convictions ? Si l'angélisme est une posture dangereuse dans le monde violent qui est le nôtre, cette violence elle-même fait qu'il est nécessaire d'agir en fonction de principes. Hubert Védrine ne dit pas le contraire et ne mérite ici aucun procès d'intention. Mais, alors, s'agissant des droits de l'homme dont il écrit à juste titre qu'ils sont la laïcisation des valeurs évangéliques par la Philosophie des Lumières, pourquoi reprendre le terme de droit-de-l'hommiste connoté très négativement depuis que leurs adversaires cherchent à discréditer ceux qui s'en font les défenseurs. Et pourquoi aussi régler en onze lignes le sort d'Emmanuel Kant en reprenant la formule de Sartre selon qui il a les mains propres, mais il n'a pas de main ? Kant, il est vrai, n'a rien fait…. si ce n'est inspirer et influencer de manière décisive la philosophie morale et politique depuis plus de deux siècles et encore aujourd'hui. N'est-ce vraiment rien ? Agir avec sa pensée, n'est-ce pas aussi agir ? Qu'il soit permis de le dire ici, quand Sartre dit une sottise, cela reste une sottise !

5 C'est l'entrée Rwanda du dictionnaire qui crée un véritable malaise. Hubert Védrine, on le sait, était à l'Elysée quand eut lieu, en 1994, le génocide des Tutsis. Ayant le droit de présenter sa version du drame, il fait de cet article un plaidoyer pro domo qui ne convainc pas vraiment. A le croire, la France n'est coupable que d'avoir échoué alors que, seule, elle a tenté de faire quelque chose et avait obtenu la signature des Accords d'Arusha en 1993 qui auraient dû mettre un terme à la guerre civile commencée trois ans plus tôt. La responsabilité de ce qui advint ensuite reviendrait alors finalement à Kagame, le chef des Tutsis, et à son parti FPR (Front Patriotique Rwandais), pour avoir envahi le Rwanda à partir et avec l'aide de l'Ouganda en 1990. Quand le bilan de la crise est le massacre de 800 000 hommes, femmes et enfants (certaines estimations disent davantage), principalement des Tutsis et aussi des Hutus modérés, l'explication paraît un peu courte. Oui ou non, la France a-t-elle soutenu le gouvernement extrémiste rwandais et ses forces armées impliquées dans les tueries ? Oui ou non, la France a-t-elle protégé des criminels et facilité leur fuite ? Ceux qui posent ces questions ne sont pas forcément des relais de Kigali. Alain Juppé lui-même, qui, en tant que ministre des Affaires Etrangères à l'époque des faits, avait parlé de génocide, reconnaît que le rapport de la Commission Duclert1 fait avancer la vérité. Rappelons que ce rapport préparé par des historiens à la demande du Président Macron n'accuse pas la France de complicité dans la préparation ou dans l'exécution du génocide, mais considère que des erreurs graves dans l'analyse de la situation l'ont empêchée d'agir pour s'opposer au massacre. A l'article Shoah, Hubert Védrine dit l'impérieuse nécessité de détecter à temps les signes annonciateurs de l'atroce. Dans le drame épouvantable du Rwanda, le respect dû à la mémoire des victimes n'oblige-t-il pas à reconnaître que tel ne fut pas le cas ?

6 Au total, cet ouvrage séduira ou irritera selon que le lecteur consultera telle ou telle entrée, car c'est le destin d'un Dictionnaire, fût-il amoureux, d'être consulté plutôt que lu de A à Z. Donne-t-il les tendances lourdes de l'évolution du monde actuel ? Oui, sur bien des points. Expose-t-il les thèses en présence d'une façon qui autorise leur confrontation et aide le lecteur à se faire un avis ? Pas toujours. Offre-t-il le point de vue personnel d'un homme directement en prise pendant des années avec les dures réalités géopolitiques du monde ? Oui, assurément.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Bret, « Hubert Védrine, Dictionnaire amoureux de la géopolitique », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 27 avril 2021, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17223

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search