Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsJessica Oublié et al., Tropiques ...

Jessica Oublié et al., Tropiques toxiques. Le scandale du chlordécone

Denis Martouzet
Référence(s) :

OUBLIE J., GOBBI N., AVRAAM K. et LEBRUN V., 2020, Tropiques toxiques. Le scandale du chlordécone, Paris, éditions Steinkis/Les Escales, 239 p.

Texte intégral

1Il n’est pas coutume de proposer, dans une revue scientifique reconnue, le compte rendu d’un ouvrage qui soit une bande dessinée, art encore parfois considéré comme mineur. Pourtant, Jessica Oublié (scénariste), Nicola Gobbi (dessinateur), Kathrine Avraam (coloriste) et Vinciane Lebrun (photographe) nous proposent Tropiques toxiques. Le scandale du chlordécone, paru en octobre 2020 aux éditions Steinkis/Les Escales, dans leur collection Témoins du monde. Cette bande dessinée, dont on peut considérer le titre comme un clin d’œil à Claude Lévi-Strauss, est à la fois la restitution d’une enquête qui ne laisse rien – ou si peu – à l’incertitude, un documentaire d’une belle finesse et un ouvrage de vulgarisation scientifique d’une grande valeur.

2Elle retrace, en en croisant de très nombreux aspects, l’histoire du chlordécone, puissant pesticide organochloré, depuis la création de cette substance dans les années 1950 pour lutter contre le charançon dans les plantations de bananiers jusqu’aux répercussions sanitaires, environnementales, alimentaires et économiques actuelles, principalement à l’échelle des départements de la Martinique et de la Guadeloupe mais aussi à l’échelle mondiale puisque les pays et les institutions concernés vont des USA (où a été brevetée la molécule) aux pays d’Afrique producteurs de bananes, en passant par la France et l’Union Européenne. Il s’agit bien d’une vaste fresque historique d’une véritable tragédie moderne dans laquelle les interconnexions entre les différents acteurs (ouvriers produisant la substance, ouvriers agricoles, pêcheurs, chefs d’entreprises, législateurs et politiques, groupes de pression, associations, experts, médias, habitants et consommateurs) sont d’une complexité telle que le lecteur est amené, à la fois, à saisir les raisons de la lenteur avec laquelle l’interdiction de l’utilisation du chlordécone a été – enfin ! – annoncée puis – plus tard… – effective et l’urgente nécessité qu’il y avait à agir tant cette substance est nocive et reconnue comme telle quasiment depuis son invention, utilisable ou non, selon le classement qu’en fait l’administration.

3L’enquête est menée par Jessica Oublié qui a multiplié les entretiens (136 en tout) avec les acteurs concernés : elle se met en scène, donnant ainsi plus de vie à son récit, dans la compréhension qu’elle acquiert peu à peu de ce scandale, et qu’elle restitue ensuite, en prenant un recul suffisant pour atteindre une certaine neutralité, grâce à la place laissée à la parole de chacun des acteurs interviewés, montrant ainsi les négociations, les contradictions, les ententes implicites ou explicites. Jessica Oublié, elle, questionne, se renseigne, veut savoir et comprendre. Elle mobilise aussi des philosophes (Cynthia Fleury, Tanella Boni, Dominique Bourg, Malcolm Ferdinand…) et des scientifiques (trop nombreux pour être tous cités), fait parfois des « minutes Wiki science » pour expliquer au lecteur certains aspects plus délicats à restituer sous la forme du récit, sorte d’équivalents d’encadrés dans les ouvrages plus classiques ou des thèses.

4Cet épais travail d’investigation, extrêmement documenté, ne peut ici être analysé dans son entièreté, nous ne mettrons finalement l’accent que sur quelques points.

5La lecture de l’ensemble, très complexe, est facilitée par une double trame de restitution, avec une maille majeure, celle de l’histoire et de la chronologie (y compris un index d’une cinquantaine de dates en fin d’ouvrage), et une maille plus fine, celle des répercussions successives de l’utilisation du chlordécone. La première donne à suivre un fil de cette fresque très détaillée en donnant une structure globale dont la force est de permettre de situer les processus en œuvre en différents domaines : sur le plan de la production alimentaire, sur le plan sanitaire, sur le plan politico-juridique. La deuxième montre comment l’enquêtrice évolue dans sa quête des faits, de leurs causes, de leurs conséquences, de leurs conditions d’émergence, proposant ainsi un véritable système descriptif et explicatif, sans omettre parfois des revendications et des dénonciations.

6Sur le plan alimentaire on voit ainsi comment le problème, circonscrit d’abord aux plantations de bananes, se diffuse peu à peu dans la terre, l’eau des rivières et les nappes phréatiques, contaminant d’autres espaces et d’autres plantes en vente dans les marchés et hypermarchés locaux. Les volailles, les élevages bovins sont touchés. A son tour, la mer se révèle polluée, ce qui rejaillit sur les pratiques de pêche, professionnelle ou non : des zones sont alors interdites, le respect de cette interdiction étant difficile à évaluer. Les consommateurs oscillent entre colère et indifférence volontaire. Les quelques pages traitant de l’effet du ras-le-bol de la population quant au traitement surmédiatisé de ce qui est souvent qualifié de scandale, sont le reflet à la fois d’une colère liée à une incompréhension générale et de la reconnaissance de l’impossibilité d’agir individuellement et de la fatalité. La colère s’est traduite notamment par des heurts avec les principaux patrons de l’agroalimentaire, les békés. Pour le reste : « La plupart des gens de mon entourage sont fatigués de parler du chlordécone. Ils ne veulent pas penser à cette pollution comme un fléau permanent. Ils ne souhaitent pas que cette molécule soit ce qui détermine leur quotidien. Ils préfèrent laisser l’invisible à l’invisible. Ignorer son existence est pour eux une manière, non pas de l’oublier, mais de définir leur vie autrement […]. En commençant mes recherches, je ne parvenais pas à le comprendre. Ou plutôt, je ne voulais pas le comprendre, tant et si bien que ce que je prenais pour des silences de résignation ou d’indifférence n’avait de cesse d’affûter ma colère. Et puis, deux ans plus tard, les choses ont changé. Je suis devenue comme mes proches. Je n’ai pas envie que la présence de cette molécule dans mon quotidien détermine qui je suis ou colore tous les pans de ma vie » (p. 185).

7Sur le plan sanitaire, le chlordécone apparaît comme une « bombe à retardement », avec l’empoisonnement d’une majeure partie de la population et, donc, le risque accru de développer certains cancers. L’Agence Régionale de Santé est bien évidemment sur le qui-vive, comme la plupart des institutions concernées, mais, en même temps, certaines parcelles anciennement plantées de bananiers sont devenues constructibles : sont bâties des maisons entourées de jardins, dans une culture ou l’autoproduction de légumes, de fruits et de volailles est très importante dans la consommation familiale et les sociabilités de voisinage…

8Sur le plan juridico-politique le chlordécone apparaît, aux échelles nationale et européenne, comme un véritable scandale, aux épisodes et aux rebondissements multiples, mais surtout comme la confrontation d’arguments sanitaires et d’arguments économiques, de lobbying, de tractations, de changements de normes et de valeurs critiques dans la concentration de la molécule dans la nourriture. Véritable scandale d’Etat, comme l’affirme Serge Letchimy, député de la Martinique. La partie de tennis des pages 132 à 143, qui s’appuie sur des extraits des auditions de la commission d’enquête parlementaire sur l’utilisation du chlordécone menée en 2019, est, de ce point de vue, extrêmement révélatrice d’atermoiements, de manques de courage politique à répétition, de négociations en tous genres.

9Derrière ces deux mailles temporelles – l’histoire et l’emboitement des effets – une troisième est présente, en toile de fond, qui apparaît, à intervalle plus ou moins régulier, celle de la mise en perspective : historique, philosophique et environnementale, saisissant l’occasion de cette fresque pour aborder des thématiques comme les rapports de force de production, la place de l’humain sur la planète et le rapport de l’humain à lui-même via la manière dont il traite la nature.

10Enfin, le genre « bande dessinée » apporte aussi, par la mise en forme qu’il autorise, de nombreuses passerelles implicites, dans la trame générale, entre points de vue opposés, entre approches complémentaires, entre ce qui est donné à entendre et ce qui est véritablement reçu. Dans une même case, on peut voir un événement (par exemple une manifestation ; p. 178), ce qui en est dit (par l’interview d’une manifestante par le journaliste de télévision) et ce qui est analysé ou présenté (dans le récitatif). Plus simple mais beaucoup plus efficace, l’image des pages 96 et 97 frôle, au-delà du tragique, le comique, par le décalage entre le discours du Président de la République française et les moues de ses auditeurs qui ne sont dupes de ses propos.

11A lire et à relire : ces tropiques toxiques ont été un véritable laboratoire d’apprentis-sorciers de la chimie et du profit, ils deviennent un véritable laboratoire de réflexion pour l’avenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Martouzet, « Jessica Oublié et al., Tropiques toxiques. Le scandale du chlordécone », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 04 mai 2021, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17224

Haut de page

Auteur

Denis Martouzet

UMR 7324 CITERES, Université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search