Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsFranck Schwarz, Jérôme Raimbault,...

Franck Schwarz, Jérôme Raimbault, L'invention du pétrole à Pechelbronn

André Buisson
Référence(s) :

SCHWARZ F., RAIMBAULT J. (coll.), photos HARSTER F., LEVAILLANT S., cartographie RACHEDI A., 2021, L'invention du pétrole à Pechelbronn. Une histoire et un patrimoine, Lyon, éditions Lieux-Dits, coll. Clefs du patrimoine du Grand Est, 128 p.

Texte intégral

1De la source Baechelbrunn, en Alsace, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Strasbourg, jaillit une eau… ou plutôt un liquide chargé d'huile asphaltique, la petra oleum des anciens. Cette particularité est mentionnée dans la littérature vers 1489. En 1735, le site est exploité industriellement avec la création d'une Société pétrolière par actions. Entre temps, Baechelbrunn sera devenue Pechelbronn et, du même coup, le berceau de l'industrie pétrolière, dont l'exploitation ne sera interrompue qu'en 1970 seulement.

2Ce livre-guide destiné à un large public a été réalisé par l'Inventaire général du Patrimoine culturel dans le but de mettre en lumière les éléments du patrimoine régional en lien avec ce trésor local. Des photographies originales, issues d'archives publiques ou privées, des coupes schématiques, des aquarelles et peintures, des affiches publicitaires, illustrent le propos des auteures … La mise en page souligne, avec plusieurs "cahiers" thématiques, des aspects particuliers de la recherche de terrain comme, par exemple, "la famille Le Bel", "l'exploitation agricole de Lampertsloch", "un sous-sol riche en pétrole", "le raffinage de l'huile brute à Pechelbronn"… Au fil de sept chapitres, l’ouvrage conte l'histoire de ce gisement et celle des hommes qui ont su le mettre en valeur, et recense les "traces" laissées par ce riche passé industriel.

3Les cinq premiers chapitres nous racontent, dans l'ordre chronologique, les phases de la découverte et de l'exploitation du gisement pétrolifère de Pechelbronn ("Les premières exploitations…", "L'exploitation minière originelle et le raffinage…", "L'extraction par forage et pompage…", "Le renouveau de l'extraction minière" et "La fin de l'exploitation du gisement"). Ce fut d'abord une source asphaltique distinguée pour ses vertus curatives, utilisées empiriquement en médecine (nous sommes au XVe siècle !) pour soigner les contusions, les blessures et les lumbagos. Vertus qui seront confirmées dans la thèse de médecine de Jean-Théophile Hoeffel en 1734. Au XVIIe siècle, un peu de ce pétrole dans l'eau potable permettait de la conserver plus longtemps (à l'heure où se développent les voyages en bateau), alors que le "ciment d'asphalte" permet le calfatage des bateaux, ce qui ouvre la voie à l'exploitation "industrielle" du gisement, sous la forme d'une concession. Les protagonistes de cette évolution dans l'exploitation du pétrole, après le médecin grec d'origine russe Eirini d'Eirinis et le courtisan Louis-Pierre Auzillon de La Sablonnière, furent les membres de la famille Le Bel. Durant près de 150 ans, quatre générations se sont succédé à la tête de la compagnie, entre 1759 et 1930. La réussite unanimement saluée de cette famille originaire du Languedoc est due à leur "goût du travail qui unit hommes et femmes" (encart p. 18-19). Se fondant sur la saisonnalité de l'exploitation, ils développent une entreprise capitaliste mixte, alliant le pétrole à l'agriculture. Avec eux, la manufacture est en perpétuelle évolution, de l'extraction à la production, au même titre que l'exploitation agricole (p. 22-23, le domaine de Lampertsloch). L'exploitation de la graisse vierge remplace progressivement celle du sable bitumineux, le forage par injection d'eau est adopté en 1879 et le changement d'échelle "est vertigineux", entraînant une concurrence effrénée qui aboutit à la fin de l'exploitation familiale en 1889 au profit d'une société d'actionnaires alsaciens. Le nom des produits change régulièrement, pour suivre la demande, et adopte celui de ANTAR en 1927, nom très répandu par un réseau commercial développé. La gamme des produits commercialisés évolue avec le changement de composition du minerai et s'adapte aux besoins croissants de l'industrie, marginalisant l'usage des graisses animales et végétales, avec jusqu'à 62 références à son catalogue.

4L'arrêt de l'exploitation en 1965 est lié à la concurrence des gisements sahariens et moyen-orientaux, sensible dès 1950 mais c’est aussi, vers la même époque, que l’on commence à constater l'épuisement des ressources.

5Les deux derniers chapitres sont consacrés au recensement du le patrimoine de cette époque et de l'empreinte laissée dans le paysage. Intitulés "Un paysage façonné par l'exploitation pétrolière", puis "L'habitat lié à l'exploitation pétrolière, un legs fortement identitaire", ils évaluent les traces visuelles de cette présence, forte de 2900 forages d'exploitation à l'apogée de la production juste après la Première guerre mondiale et jusqu’à 650 pompes en activité, qui a "modifié durablement le paysage" (p. 59). L'observateur – ou le promeneur – aura son œil attiré par la permanence du travail humain, avec son chapelet de terrils, "l'inscription en creux de la raffinerie dans le paysage". Au niveau de l'habitat, où l'empreinte humaine est encore plus perceptible, les cités bâties par la SAEM (Société anonyme d'exploitation minière) portent la signature de l'architecte Edouard Keffner. Ainsi, le très curieux lotissement du Casino, cette demeure de 31 pièces destinée à loger les célibataires et à accueillir les activités de loisir (billard, bibliothèque…) ou le "château Le Bel" (demeure des maîtres) sont des marqueurs de cette vision de l'organisation industrielle. Un dernier encart est consacré à "La valorisation culturelle du passé pétrolier du territoire", avec la présentation du Musée français du pétrole à Merckwiller-Pechelbronn.

6Il est relativement rare, et donc important de le souligner, qu'un ouvrage traite d'archéologie industrielle, et il était nécessaire de mettre en valeur cet élément d'histoire d'abord régionale puis nationale actif durant plus de 250 ans. On rappellera enfin que cette exploitation pétrolière est antérieure de 124 ans à la "découverte" du champ pétrolifère de Titusville en Pennsylvanie en 1859, connue par les historiens comme date de début de l'ère pétrolière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Franck Schwarz, Jérôme Raimbault, L'invention du pétrole à Pechelbronn », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 15 mai 2021, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17300

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search