Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/1Compte rendu d'ouvragesClaudia Cirelli et Fabrizio Macca...

Compte rendu d'ouvrages

Claudia Cirelli et Fabrizio Maccaglia (éds.), Territoires des déchets. Agir en régime de proximité

Abdelillah Hamdouch
Référence(s) :

CIRELLI C. et MACCAGLIA F. (éds.), 2019, Territoires des déchets. Agir en régime de proximité, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, Collection « Villes et Territoires », 260 p.

Texte intégral

1« Les déchets, ces mal aimés de l’urbanisme ». Ce constat, s’inspirant de la pensée du grand économiste français du XXe siècle, François Perroux, qui jugeait sévèrement la théorie économique dominante (« moderne » selon son terme) dans sa difficulté (voire incapacité) à intégrer dans ses modèles le pouvoir (comme d’ailleurs l’espace, le temps, l’environnement et les inégalités) (particulièrement Perroux, 1973), semble bien résumer la problématique des déchets telle qu’elle a été appréhendée, jusqu’à une période récente, par l’urbanisme  à la fois comme champ académique et comme ensemble d’approches et de pratiques.

2De ce point de vue, l’ouvrage coordonné par Claudia Cirelli et Fabrizio Maccaglia est plus que bienvenu. S’inscrivant dans une perspective authentiquement transdisciplinaire (car à fois interdisciplinaire en sciences humaines et sociales, et alliant recherche académique et expériences de terrain), l’ouvrage est également original car il s’appuie sur le concept de « proximité », initialement exploré à partir de la fin des années 1980 par les économistes et géographes autour des questions d’innovation et de ses modes d’organisation territoriale et réticulaire.

3Appliqué à la problématique territoriale des déchets, l’ouvrage explore de manière détaillée les différentes dimensions spécifiques, mais imbriquées et parfois contradictoires, de la proximité telle qu’elle se déploie dans ses dynamiques territoriales à différentes échelles spatiales, institutionnelles (« règles du jeu ») et relationnelles (ou sociales). L’objectif est bien posé dès l’introduction :

« Cet ouvrage propose d’envisager la gestion des déchets comme un lieu d’expérimentations au travers duquel il nous est possible d’observer différentes formes de mise en œuvre et de mise à l’épreuve du principe de proximité. » (p. 15)

« À côté de la dimension opérationnelle de la proximité, il s’agit de s’intéresser aux usages de la proximité (…). La proximité est donc ici envisagée dans sa dimension sociale. » (p. 16)

4La teneur de l’ouvrage est, quant à elle, bien synthétisée dans la conclusion. Elle consiste à cerner les contours de ce que pourrait être un « régime de proximité », défini non pas en tant que norme, mais « comme un instrument pour penser la pluralité des formes d’expériences de la proximité liées aux politiques publiques de déchets, et pour articuler différentes conceptions du rapport à la distance (selon que l’on se place au niveau institutionnel, des riverains, des opérateurs industriels) à différentes échelles et à différents moments. Ce régime de proximité caractérise donc les modalités de relations entre des individus et des institutions à l’espace » (p. 248).

5Cependant, comme cela est bien souligné au travers des différentes contributions réunies dans l’ouvrage, la territorialisation de la proximité dans la gestion des déchets ne va pas de soi car elle se confronte à une multiplicité de logiques et de rationalités, qui se cristallisent en particulier autour de la question de la distance et des externalités (positives ou négatives) liées aux déchets et à leurs modalités de gestion.

  • 1 La citation exacte est : « Couvrez ce sein, que je ne saurais voir. / Par de pareils objets les âme (...)

6« Cachez ce déchet que je ne saurais voir ! ». En paraphrasant la célèbre et hypocrite sortie du Tartuffe de Molière face au spectacle réjouissant du sein dénudé d’Elmire1, telle pourrait être l’expression de ce que l’on pourrait qualifier de « paradoxe proximiste » lorsqu’on analyse notre attitude générale de contradiction face aux déchets. Comme producteurs de déchets (i.e. comme consommateurs, industriels, distributeurs), nous les rejetons (au sens propre comme figuré du terme) et essayons d’en éloigner le traitement (incinération, enfouissement, recyclage, voire valorisation) le plus loin possible de nos lieux de résidence ou d’activité. Mais, dans le même temps, nous souhaitons être relativement proches, du point de vue topographique, des lieux de « débarras » et de collecte (poubelles, bennes, déchetteries…).

7Sur un plan théorique comme pratique, ce paradoxe illustre de manière plus générale la double difficulté à laquelle sont confrontées différentes parties prenantes liées par un enjeu commun, mais dont les intérêts ne coïncident pas ou peu : d’une part, pour se coordonner afin de définir de nouvelles « règles du jeu » (ou normes institutionnelles) qui apparaissent acceptables et légitimes pour les individus qui auront à s’y conformer ; d’autre part, et de manière liée, pour que ces règles dessinent de nouveaux schémas de comportement qui deviennent normaux, habituels, routiniers (Hamdouch, 2005).

8L’enjeu de la mise en œuvre d’une politique plus vertueuse en matière de gestion des déchets, comme d’ailleurs plus largement de la mise en territoire des principes du développement durable, est de concevoir et concrétiser, dans les relations entre des acteurs aux rationalités (représentations, intérêts et stratégies) au moins en partie divergentes, voire conflictuelles, des mécanismes de coordination, i.e. de discussion, dialogue, débat, concertation, négociation, transaction… permettant de construire un choix collectif acceptable à défaut de pouvoir être optimal.

  • 2 Comme l’a bien montré Chantal Berdier (2015) sur le cas du quartier d’habitat social « vertical » L (...)

9Ces mécanismes sont à imaginer (par) et à partager (entre) les acteurs non seulement pour définir des solutions adaptées, mais également pour établir la confiance dans les principes et pratiques qui seront collectivement adoptées, et donc pour asseoir la légitimité des nouveaux schémas de comportement auxquels ils accepteront de se conformer. Cela souligne, en parallèle, le rôle essentiel de l’expérimentation et de l’innovation (sociale et institutionnelle, et pas seulement technologique2) dans l’ensemble du processus de conception et d’opérationnalisation du régime de proximité pour la gestion territoriale des déchets (quelle qu’en soit l’échelle, même si le cadre local apparaît généralement comme étant le plus pertinent, précisément parce qu’il favorise une proximité sociale et culturelle qu’il est difficile de mobiliser à des échelles spatiales plus étendues).

  • 3 Dimensions territoriales des politiques de gestion des déchets : la construction d’un régime de pro (...)

10Cette ligne de réflexion traverse tout l’ouvrage. Outre une introduction et une conclusion très consistantes, les neuf chapitres qui le composent rassemblent une quinzaine de chercheurs de différents pays européens (Belgique, Espagne, France, Italie, Suède) qui ont participé au projet de recherche PROXITER financé par l’ADEME3. La confrontation des politiques et expériences dans les différents territoires étudiés fait bien ressortir la complexité des situations et dynamiques à l’œuvre en matière de gestion des déchets. Elle souligne en même temps l’originalité des solutions mais également la difficulté à tisser des liens entre acteurs permettant de construire des régimes de gestion stables sur la durée. Cette difficulté découle en particulier de l’incertitude liée aux changements d’acteurs et à l’irruption de nouveaux problèmes majeurs (explosion des déchets électriques et électroniques, emprise foncière des espaces de traitement, dépréciation des prix du foncier et de l’immobilier en bordure des décharges et lieux de traitement, stockage de déchets dangereux, etc.).

11La richesse des approches originales et des analyses approfondies réunies dans cet ouvrage soulignent bien ces tensions et difficultés, et, plus largement, l’enjeu sociétal lié à la production et la gestion des déchets dans des environnements urbains de plus en plus contraints.

12In fine, au-delà de la nécessité de réduire en amont les volumes de déchets et d’innover sans cesse pour valoriser intelligemment ceux qui resteront inévitables, c’est bien la réponse, adaptée à chaque contexte local à un moment donné, à la question des changements de perceptions, responsabilités, mentalités et comportements (individuels et collectifs) face aux déchets qui pourra contribuer à résoudre l’équation entre aspiration à un environnement de vie sain et capacité à gérer de manière acceptable leur traitement. C’est également à travers ce prisme, comme le montre bien l’ouvrage, que le « paradoxe proximiste » des déchets pourrait être levé, au moins partiellement, au sein d’un « régime » assumé et viable.

Haut de page

Bibliographie

BERDIER C., 2015, La gestion des déchets ménagers dans l’habitat social vertical à l’épreuve de l’innovation technologique, in FOREST J., HAMDOUCH A. (Eds.), Quand l’innovation fait la ville durable, Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, p. 75-95.

HAMDOUCH A., 2005, Émergence et légitimité des institutions, coordination économique et nature de la rationalité des agents, Innovation : The European Journal of Social Science Research, 18 (2), p. 227-259.

PERROUX F., Pouvoir et économie, Paris, Bordas, 1973.

Haut de page

Notes

1 La citation exacte est : « Couvrez ce sein, que je ne saurais voir. / Par de pareils objets les âmes sont blessées, / Et cela fait venir de coupables pensées. » Le Tartuffe, III, 2 (v. 860-862)

2 Comme l’a bien montré Chantal Berdier (2015) sur le cas du quartier d’habitat social « vertical » La Duchère à Lyon, l’innovation que constituent les silos enterrés s’est traduite par un échec dans sa mise en œuvre, notamment en raison d’un défaut de concertation (et d’explication) avec les résidents en amont de l’installation du dispositif destiné aux ordures ménagères.

3 Dimensions territoriales des politiques de gestion des déchets : la construction d’un régime de proximité (PROXITER). Recherche coordonnée par Claudia Cirelli et Fabrizio Maccaglia (UMR CITERES – Université de Tours), financée par l’ADEME dans le cadre du programme « Déchets et Société » de l’Appel à Projets Régionaux 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdelillah Hamdouch, « Claudia Cirelli et Fabrizio Maccaglia (éds.), Territoires des déchets. Agir en régime de proximité », Géocarrefour [En ligne], 95/1 | 2021, mis en ligne le 27 mai 2021, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17329 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.17329

Haut de page

Auteur

Abdelillah Hamdouch

Professeur des Universités en Aménagement de l’Espace et Urbanisme, Département Aménagement et Environnement de Polytech Tours et UMR 7324 CITERES, Université de Tours abdelillah.hamdouch@univ-tours.fr https://www.researchgate.net/profile/Abdelillah_Hamdouch

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search