Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsBoris Adjémian, Les petites Armén...

Boris Adjémian, Les petites Arménies de la vallée du Rhône

André Buisson
Référence(s) :

ADJEMIAN B., 2021, Les petites Arménies de la vallée du Rhône, Lyon, éditions Lieux Dits, 272 p.

Texte intégral

  • 1 Boris Adjémian est historien d'origine arménienne, spécialiste de l'étude des diasporas.
  • 2 Rappelons que la Revue de Géographie de Lyon avait consacré son hors-série de 1978 à la publication (...)

1La France abrite la plus importante communauté arménienne d'Europe. Que représentent alors ces "Petites Arménies" du titre ? Nous devons à l'auteur de ce livre1 de nous faire découvrir la réalité de la recomposition de la communauté arménienne, déchirée par le drame de sa longue et systématique extermination en Turquie entre 1894 et 1922, éparpillée dans tout le Moyen-Orient par l'exode de ceux qui purent réchapper de ce massacre. Ruinés par l'exil et la spoliation de leurs biens, certains de ces apatrides ont recomposé dans la vallée du Rhône une petite patrie2, à Valence, Vienne ou Lyon, le long du "grand chemin des nations" cher à Elysée Reclus.

  • 3 André Buisson, « Jean-Luc de Ochandiano, Lyon à l'italienne », Géocarrefour [En ligne], 91/4 | 2017 (...)

2Dans le même esprit que l'ouvrage de J.-L. de Ochandiano, Lyon à l'italienne3, ce livre vient fixer la mémoire sur un pan complet de notre patrimoine immatériel. Il est très abondamment illustré de documents majoritairement d'origine privée et jamais publiés. Son plan structuré en trois parties est construit selon une progression chronologique, détaillant tour à tour "Les temps de l'exil", "De nouvelles patries" et "De la mémoire au patrimoine".

3La première partie intitulée "Les temps de l'exil, "Groung", "Grue, d’où viens-tu ?" détaille la très longue période d'humiliations, de brutalités et d'exil à laquelle la communauté a été soumise, depuis les premières violences, entre 1894 et 1897, puis le génocide de 1915-1916, les tueries de Cilicie de 1920-1921 et le massacre de Smyrne de 1922, et même jusqu'au "leurre" du Nerkaght (en Arménie soviétique) dans les années 1947. L'ouvrage énumère les chemins de l'exil "sans retour possible" (comme précisé sur les passeports turcs), d'abord vers la Syrie et le Liban ou la Grèce puis, très rapidement, vers d'autres pays comme la France où la demande de main-d'œuvre liée à la reconstruction postérieure à la Première guerre mondiale fait face à la montée de la xénophobie.

  • 4 Aujourd'hui, environ 300 000 Arméniens sont installés dans la vallée du Rhône (entre Lyon et Marsei (...)

4En épluchant les fiches de renseignement préfectorales, l'auteur souligne l'incompréhension de notre pays face à cette population : incertitude sur le pays d'origine, qui souligne la méconnaissance de la part de l'administration de la géographie du Proche Orient et à l'existence/ ou non, d'une Arménie, difficulté des migrants à faire reconnaître leur identité spécifique d'Arméniens à l'habitat dispersé dans toute l'Anatolie (l'auteur relève 61 foyers d'émigration principaux et de nombreux foyers secondaires). Notant également combien est forte la volonté de retour avant d'arriver au constat d'irréversibilité de leur exode, il souligne comment les premiers arrivants ont eu la volonté de se regrouper par lieu d'origine ("petites Arménies"). Il souligne également combien les migrants sont difficiles à pister dans leur itinéraire, même une fois actée l'arrivée en France. Cette attitude serait liée tout à la fois aux tracasseries administratives dans la France des années 1930 (qui faisait des Arméniens des étrangers "exotiques"), aux appels à la main-d'œuvre et aux tentatives de regroupement familial, caractérisant cette population comme "docile" (p. 51) mais d'une grande mobilité et malheureusement difficile à quantifier (pour Jean-Claude Kebabdjian "tout recensement précis est impossible dans ce domaine"4).

5Ainsi, dans les années 1920-1930, on constate une forte implantation le long du sillon rhodanien, entre Grenoble et Privas, principalement autour de Valence. Elle est organisée par l'action conjointe des services administratifs, l'Office national arménien, le Bureau International du Travail (BIT) comme recruteur de main-d'œuvre… au point qu'une bourgade comme Décines, à proximité de Lyon, comptait 3000 Arméniens pour une population totale de 6000 habitants. Ce furent souvent les dynamiques locales et les besoins des industriels en main-d'œuvre étrangère qui alimentèrent les filières spécifiques, comme la sériciculture en Ardèche (activité traditionnelle au Proche Orient) ("Route de la soie, p. 46-47). Pourtant leur arrivée est précédée d'une réputation douteuse (peste, variole, choléra…) comme en témoigne la description du camp Oddo de Marseille par Albert Londres (p. 58).

6Toujours travaillée par l'espoir de retour au pays, cette première génération est enthousiasmée par le fantasme d'installation en Arménie soviétique (Nerkaght) "nous serons citoyens libres dans la grande Russie des Soviets" (p. 71)

  • 5 Roger Bastide, Les Arméniens de Valence, Revue Internationale de sociologie, 1931, p. 17-42.
  • 6 Certificat d'identité et de voyage, créé à l'initiative de Fridtjof Nansen à la conférence intergou (...)

7La deuxième partie évoque les Nouvelles patries. L'auteur s'appuie sur le témoignage de Roger Bastide, sociologue implanté à Valence dans les années 1925 et suivantes, qui décrit ces "colonies arméniennes"5 (elles-mêmes installées dans la ville dès 1924-1925) dont chacune a une "couleur" particulière. Il remarque la réorganisation progressive de ces colonies, leur stabilisation, leur simplification géographique avec, dans un premier temps, la pérennisation de certains centres, la création de "Kemps" (camps) dans les immeubles comme celui du 150 rue Lafayette à Vienne, du 24 côte des Chapeliers à Valence… Puis, dans un second temps, vers le milieu des années 1930, l'extension à des quartiers avec leurs commerce, comme à Valence rue Bouffier, ou la Berthaudière à Décines. Cette stabilisation s'opère, malgré de nombreuses et fortes campagnes xénophobes successives. Ainsi, par exemple, dans les années 1930, Georges Mauco dans sa thèse de doctorat sur Les étrangers dans l'économie française, classe-t-il les étrangers en fonction de leur valeur supposée au travail… ou ces jugements comme "les Arméniens sont exotiques" ou bien, au contraire, "la race latine (les Italiens) s'adapte facilement" (p. 115). Cela tient-il à leur très fort communautarisme ? En tout cas, la grande réticence des fonctionnaires français dresse un très grand nombre d'obstacles à la naturalisation des Arméniens… Il faut attendre la Seconde guerre mondiale pour que le patriotisme de la communauté arménienne soit enfin reconnu, même si la propagande allemande ou pro-allemande a tenté de le discréditer (par exemple avec l'Affiche rouge, affiche de propagande allemande de couleur rouge publiée au moment du procès du groupe Manouchian en février 1944 pour tenter de les faire assimiler par la population non pas à des libérateurs mais à des terroristes). Leur situation est confuse, très peu sont nationalisés, nombreux ont le statut d'apatrides de jure (certificat Nansen6) ou de facto, mais ces derniers ont l'obligation de servir dans les régiments étrangers. Les civils paient un lourd tribut lors du bombardement de Valence notamment… mais ces actes renforcent la preuve d'une volonté d'intégration exemplaire, comme celle qu'on retrouvera dans les éclatantes réussites individuelles (Napoléon Bulukian ou la famille Bahadourian à Lyon).

8Avec la troisième partie, "Houshamadyan, de la mémoire au patrimoine", l’auteur ouvre le volet du grand récit collectif. Il est acté avec l'échec du Nerkaght et avec le retour de ceux qui, après le mouvement d'émigration de 1947, ont tenté avec difficulté de revenir de l'Arménie soviétique. Avec les années 1960, on note un changement significatif de comportement social, avec des mariages interethniques et l'installation hors des ghettos d'origine. Après 1970, la mémoire de l'immigration devient objet de mobilisation, avec l'organisation de visites guidées des kemps, des haïnots (quartiers, comme la "Petite Arménie de Valence"), la patrimonialisation des lieux de vie, des archives privées, lettres et photographies, ou la création du Centre du patrimoine arménien à Valence en 2005, dans le but de la reconnaissance du génocide.

9Dans la seconde partie du siècle, le génocide arménien s'invite dans les discours politiques, d'abord au niveau municipal (Romans, Valence…), avec l'inauguration des rues, squares ou places du 24 avril 1915 (à Décines d'abord, puis à Vienne…), de squares ou rues Missak Manouchian, de ronds-points des Arméniens, squares ou jardins d'Arménie, puis les sites consacrés à des figures locales comme N. Bulukian.... A Vienne, Louis Mermaz "provoque" le discours du président de la République François Mitterrand en 1984 dans lequel ce dernier exprime qu'"on a tous un ami arménien" (comme J.F. Kennedy avait été, le 26 juin 1963, un "Berliner" à Berlin Ouest) puisqu'il n'est "pas possible d'effacer la trace du génocide qui vous a frappé". Il faut cependant mettre en avant le discours "précurseur" d'Edouard Herriot en 1954 lors de la pose de la première pierre de l'église arménienne de Lyon, dans lequel, avec le talent oratoire qu'on reconnait à ce grand homme politique, il souligne "l'estime que la France d'une façon générale, et plus particulièrement la ville de Lyon, professent pour la communauté arménienne" (p. 216). Et, effectivement, si l'on recense "les copains d'alors", comme c'est la mode aujourd'hui, nous avons tous eu au lycée plusieurs copains Arméniens ! Comme le souligne l'auteur, à partir des années 2000, "plus besoin de demander aux ministres de parler de 1915 : ils le font d'eux-mêmes" (p. 236). Cette nouvelle attitude est patrimonialisée avec les funérailles nationales de Charles Aznavour le 5 octobre 2018 aux Invalides en présence du président de la République E. Macron et du Premier ministre d'Arménie Nigol Pachinyan (p. 237). Elle sert encore d'argument d'autorité lors de la conception du mémorial du génocide de la place Antonin-Poncet de Lyon par le maire Gérard Collomb en 2004 et des tensions sont vives avec la Turquie lors de l'inauguration en 2006.

  • 7 Il n'est pas lieu ici d'entrer dans le débat géopolitique sous-jacent à cet "acte politique"…

10Un peu plus de cent ans après les actes, l'histoire du génocide arménien est toujours un fait politique d'actualité brûlant, comme l'a encore montré sa reconnaissance par le président américain Joe Biden le 24 avril 20217. Ce livre fait le point sur la question avec une justesse des mots et de l'illustration, même si quelques cartes de répartition (sans doute difficiles à élaborer, du fait de la particularité de l'immigration de première génération) auraient été les bienvenues.

Haut de page

Notes

1 Boris Adjémian est historien d'origine arménienne, spécialiste de l'étude des diasporas.

2 Rappelons que la Revue de Géographie de Lyon avait consacré son hors-série de 1978 à la publication de la thèse de Aida Boudjikanian-Keuroghlian, Les Arméniens dans la région Rhône-Alpes, essai géographique sur les rapports d'une minorité ethnique avec son milieu d'accueil, Lyon, 214 p., thèse soutenue sous la direction de Madame Renée Rochefort, pionnière de l'école de géographie sociale française.

3 André Buisson, « Jean-Luc de Ochandiano, Lyon à l'italienne », Géocarrefour [En ligne], 91/4 | 2017, mis en ligne le 22 novembre 2016, consulté le 10 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10017 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.10017

4 Aujourd'hui, environ 300 000 Arméniens sont installés dans la vallée du Rhône (entre Lyon et Marseille), et 300 000 en région parisienne.

5 Roger Bastide, Les Arméniens de Valence, Revue Internationale de sociologie, 1931, p. 17-42.

6 Certificat d'identité et de voyage, créé à l'initiative de Fridtjof Nansen à la conférence intergouvernementale de juillet 1922 à Genève, initialement destiné aux réfugiés et apatrides russes, il a été étendu en 1924 aux Arméniens et en 1928 aux Assyro-Chaldéens. En 1924, trente-huit Etats, dont la France, ont adopté ce document. Le passeport était rédigé en français et dans la langue du pays d'origine du réfugié (https://ofpra.gouv.fr/fr/passeport-nansen)

7 Il n'est pas lieu ici d'entrer dans le débat géopolitique sous-jacent à cet "acte politique"…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Boris Adjémian, Les petites Arménies de la vallée du Rhône », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17350

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search