Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/3Vers un récit territorial agricol...

Vers un récit territorial agricole en Nord-Pas-de-Calais : dialogue entre agriculteurs urbains, agriculteurs ruraux et collectivités

Towards an agricultural territorial narrative in Nord-Pas-de-Calais: dialogue between urban farmers, rural farmers and communities
Audrey Michenaud-Rague, Maud Roblin et Yasmine Ligerot

Résumés

Dans les territoires urbanisés comme le Nord-Pas-de-Calais (NPDC), l’agriculture rurale côtoie des formes d’agriculture péri-urbaine et intra-urbaine. La prise en compte par les collectivités locales de chaque agriculture dans les projets de territoire est donc complexe. Le récit territorial agricole apparait alors comme un outil clé pour orienter l’action publique. Des ateliers animés grâce au codesign ont réuni agriculteurs ruraux, agriculteurs urbains et collectivités pour dialoguer autour de la place de l’agriculture dans le territoire. Cet article analyse les contributions des participants et la méthodologie employée pour montrer la possibilité d’écrire ce récit en NPDC. Grâce aux ateliers, trois enjeux consensuels des agricultures ont été révélés : nourrir la population, assurer la durabilité des territoires et permettre une émancipation des agriculteurs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Avec l’exode rural, la France connait, dans les années 1960, un pic de concentration démographique dans les villes. Cette urbanisation qui s’installe, oblige les villes et couronnes urbaines à s’étendre spatialement et à reporter leur croissance sur les périphéries rurales, entrainant un phénomène de desserrement. La ville prend alors une forme plus diffuse, qui s’insinue dans l’espace agricole, donnant naissance à des espaces péri-urbains, interface entre ville et campagne (Duvernoy, 2002, p. 8). Ainsi en 2002, les espaces urbains et péri-urbains accueillent 44 % des exploitations agricoles françaises (Bertrand, 2004, p. 3). Ce chiffre passe à 77 % en 2010 (Poulot, 2014, p. 15). Ces dynamiques font l’objet de nombreux travaux de recherche, questionnant inlassablement le lien urbain-rural et la place de l’agriculture dans ces espaces qui s’interpénètrent (Bertrand, 2006, p. 331).

2Si l’agriculture rurale est impactée en première ligne par cette périurbanisation grandissante (disparition de foncier, morcellement, conflits d’usage etc.), ses acteurs n’adoptent pas le même positionnement face à la ville. Là où certains agriculteurs choisissent une stratégie de repli et d’évitement de la ville, d’autres jouent la carte de la diversification et investissent les créneaux urbains pour développer de nouveaux marchés (Rouget, 2008, p. 192), afin de dégager plus de valeur ajoutée à l’hectare. L’extension de la ville contribue ainsi à l’émergence de nouveaux modèles agricoles, qui font partie intégrante du métabolisme urbain, géographiquement mais aussi fonctionnellement (Aubry, 2013, p. 141). Loin d’être une agriculture en déclin, faite de petites exploitations peu dynamiques, vieillissantes, qui attendent d’être rattrapées par l’urbanisation, l'agriculture péri-urbaine est caractérisée par une grande diversité des exploitations. « Le céréalier côtoie bien souvent l’éleveur laitier, le serriste ou le petit maraîcher » (Bertrand, 2004, p. 3). Elle regroupe également des agriculteurs aux statuts variés, parfois pluriactifs. Les agriculteurs péri-urbains se perçoivent le plus souvent comme des citadins dont le métier est l'agriculture (Fleury, 1997, p. 47). C’est une agriculture de plus en plus reconnue pour sa multifonctionnalité et ainsi plébiscitée par les urbains. Sa proximité avec la ville la rend susceptible de répondre aux besoins alimentaires et récréatifs des populations, tout en participant au cadre paysager de ses territoires (Poulot, 2014, p. 14). A une diversité d’agricultures rurales et péri-urbaines (élevages, grandes cultures, etc.), viennent s’ajouter, dans les espaces intra-urbains, d’autres formes d’agriculture innovantes, allant du champignon en cave très low-tech à de la micro-pousse sous atmosphère entièrement contrôlée, en passant par du maraichage en permaculture (Aubry, 2014, p. 41). Finalement, l’agriculture, longtemps considérée comme l’activité des zones rurales, est aujourd’hui une composante incontournable du développement urbain, avec une pluralité de formes et une diversité d’agriculteurs dont le rapport à la ville est en reconfiguration.

3Avec les réformes territoriales et la modification de l’organisation des collectivités (commune ou établissement public de coopération intercommunale, Département, Région), l’agriculture peut être rattachée à un ou plusieurs domaines (environnement, aménagement du territoire et planification, développement économique ou encore urbanisme) ; elle n’est pas une compétence propre. Depuis les années 2000 notamment, les collectivités s’attèlent tant bien que mal, à l’intégrer dans leurs projets de développement territorial (Jarrige, 2006, p. 395). Que ce soit à travers les différents niveaux d’aides mobilisables pour l’agriculture ou à travers les documents d’aménagement et d’urbanisme comme les Plans d’aménagement et de développement durable (PADD), les Plans locaux d’urbanisme (PLU) ou encore les Schémas de cohérence territoriale (Scot), les collectivités ont l’opportunité de se réapproprier localement les enjeux agricoles, environnementaux voire alimentaires. Pour autant, cela peut être vu comme une source de difficulté, tant l’agriculture se retrouve prise au sein d’une multitude de problématiques et d’échelles d’intervention (Guiomar, 2011, p. 170).

4Cette difficulté est accentuée par le fait que la profession agricole est en réalité un groupe hétérogène et que nous avons plutôt affaire à « des mondes agricoles » comme le souligne Hervieu (2013, p. 138). Il est donc compliqué pour les collectivités d’appréhender et de mobiliser un groupe dont les contours évoluent en permanence. Ruault (2017, p. 485) parle d’ailleurs de « décalage entre les objectifs dans les politiques territoriales locales et la réalité de ce que sont aujourd’hui les agriculteurs et les modes de production », notamment en contexte urbain. En cherchant à promouvoir une agriculture de service pour la ville, les projets agricoles des collectivités se retrouvent sans nécessaire correspondance avec les productions et pratiques agricoles présentes (Duvernoy, 2016, p. 803). De plus, les politiques restent imprégnées de logiques encore dominées par l’urbanisation, au sein desquelles l’agriculture est généralement perçue comme réserve foncière plutôt que comme outil d’aménagement.

5Dans ces travaux, Pasquier (2014, p. 10) introduit la notion de récit territorial comme étant un système de croyances territorialisées, qui constitue le socle cognitif des actions publiques de demain. Il a pour objectif de produire une vision partagée du territoire et de construire des coalitions territoriales d’acteurs sur le temps long. Pour ce faire, l’auteur décrit deux aspects essentiels à prendre en compte. Premièrement, la concertation et le dialogue doivent être permis entre les acteurs directement concernés et leurs volontés doivent pouvoir être exprimées librement. Deuxièmement, ces acteurs doivent être enclins aux changements souhaités, et avancer dans la même direction ou du moins dans des directions non opposées. Ce concept de récit territorial nous apparait alors comme un outil clé d’élaboration de stratégies territoriales cohérentes. Il propose un cadre et des orientations, dans lesquelles viennent s'inscrire les objectifs collectifs et les actions à mener.

Le territoire du Nord-Pas-de-Calais comme cas d’étude

6Ces constats sont au cœur de nos réflexions, et la spécificité de l’ex-région Nord-Pas de Calais (NPDC) à l’origine de nos actions. En effet, ce territoire très urbanisé compte les trois-quarts de sa surface agricole dans des espaces à dominante urbaine (Rouget, 2008, p. 102). Le territoire compte à la fois des exploitations agricoles au sens traditionnel du terme (13 455 en 2010 selon la définition du recensement agricole) et des initiatives en agriculture urbaine. Le GRECAT (Groupe de Recherche et d’Etudes Concertées sur l’Agriculture et les Territoires – Groupe Junia, ISA Lille) classe ces dernières en trois types :

  • Les « historiques », formes d’agriculture non-marchande ancrées dans la région depuis de nombreuses années comme les collectifs d’habitants jardiniers, les jardins ouvriers, ou les modèles hybrides avec du maraichage en insertion.

  • Les « matures », formes d’agriculture urbaine marchande, implantées depuis au moins 3 ans, parmi lesquelles des sociétés de production de farines d’insectes, de micro- pousses, de champignons mais aussi des entreprises de prestation de services et de vente d’équipement aux particuliers et entreprises (par exemple installation de potager d’entreprise, de composteur…).

  • Les « juvéniles », installées depuis moins de 3 ans, qui doivent encore prouver leur rentabilité. C’est le cas de quelques initiatives d’aquaponie ou de fermes collectives en intra-urbain.

7Par conséquent, une grande diversité de systèmes agricoles du rural à l’intra-urbain se partage le même territoire avec des problématiques inhérentes à leur modèle. Or dans un contexte de recherche d’autonomie alimentaire (rédaction de Plan Alimentaire Territorial), de préoccupations environnementales (pollutions diverses, sols), de surconsommation de foncier agricole par rapport à la moyenne française des dix dernières années, il en va de la responsabilité des collectivités d’instaurer des lieux de concertation avec la profession pour commencer à bâtir une gouvernance agricole locale partagée (Guiomar, 2011, p. 181). Du fait de la diversité des acteurs, tant agriculteurs que collectivités, et de leur représentation propre de l’activité agricole, la bonne coordination de l’ensemble de ces parties prenantes est primordiale pour que les actions menées soient cohérentes et comprises de tous (Akimowicz, 2018, p. 31).

8Or jamais, ni en NPDC, ni en France, les différents acteurs de ces systèmes ruraux et urbains n’ont été réunis pour échanger sur leur vision de l’agriculture et de leur métier. C’est là l’originalité de notre travail, et l’ouverture que nous saisissons en amenant pour la première fois, grâce à des ateliers de concertation, des agriculteurs urbains, ruraux et des collectivités à définir ensemble leur rôle dans le développement urbain.

9Les deux objectifs des ateliers menés par le GRECAT, sont : connaitre les enjeux de l’activité agricole qui rassemble agriculteurs urbains, agriculteurs ruraux et les collectivités ; puis observer l’articulation des formes d’agriculture sur le territoire qu’ils partagent. La finalité de cet article est d’évaluer, à la suite de ce travail en codesign, l’existence de prérequis à l’élaboration d’un récit territorial agricole en NPDC.

Matériel et méthodes

La méthode du codesign

  • 1 Le codesign est une approche qui permet de répondre à des problématiques d’innovation, dans le cadr (...)

10Depuis plusieurs années, le GRECAT s’appuie sur les compétences de codesign1 développées au sein du dispositif ADICODE (Atelier de l’innovation et du codesign – lauréat IDEFI Initiatives d'Excellence en Formations Innovantes 2012). Au-delà d’informer ou de consulter les usagers et les acteurs du territoire, le recours à des ateliers de codesign dans une démarche de recherche vise à rendre l’usager acteur dans la construction de connaissances ou la mise en place de solutions dans son domaine. En effet, ces ateliers d’intelligence collective mettent en relation plusieurs personnes et veillent à ce que les productions ne soient pas la somme des contributions de chaque individu, mais génèrent une valeur supérieure par le phénomène d’interaction (Olfa Zaibet, 2007, p. 45). Pour cela, les chercheurs font appel à des facilitateurs, qui s’appuient sur un savoir-faire d’animation favorisant les interactions et permettant l’expression de l’intelligence collective au sein d’un groupe pluridisciplinaire d’experts et non-experts (Sanders, 2008, p. 14).

L’échantillon

11Pour réaliser ce travail en co-construction, nous avons réuni des acteurs de l’agriculture et du territoire (approche centrée sur les usagers), le groupe dans son ensemble constituant un panel hétérogène. Nous avons choisi de les répartir en quatre «  catégories » : agriculteurs ruraux, agriculteurs urbains, collectivités et acteurs du monde académique.

  • 2 Depuis 1885, la grande école d'ingénieurs Junia porte des formations initiales - notamment les titr (...)

12Nous avons considéré comme « agriculteurs urbains » les participants travaillant dans une entreprise ou étant membre d’une association d’agriculture urbaine, c’est-à-dire ayant une activité agricole, lucrative ou non, à l’intérieur de la ville ou à sa périphérie, et dont les produits de cette agriculture sont majoritairement destinés à la ville (Moustier, 1999, p. 9). Nous avons inclus dans cette catégorie les personnes ayant un projet d’agriculture urbaine en cours de développement et non abouti. La catégorie « agriculteurs ruraux » rassemble des personnes travaillant dans une exploitation agricole (FAO, 1995), dont l’écoulement des productions est non majoritairement destiné à la ville, ou de manière indirecte, avec plus d’un intermédiaire. Nous avons ainsi choisi de différencier ces deux catégories d’agriculteurs à la fois par leur localisation géographique et par la destination de leurs productions. Les « collectivités » regroupent des techniciens exerçant au sein de municipalités, d’intercommunalités ou de communautés d’agglomération. Enfin, « les acteurs du monde académique » font référence aux ingénieurs de recherche de Junia2, intéressés par les questions d’agricultures et de territoire, dont certains du GRECAT, organisant les ateliers.

Figure 1 : Carte des espaces ruraux et urbains en NPDC et origine des participants

Figure 1 : Carte des espaces ruraux et urbains en NPDC et origine des participants

Source : GRECAT, 2020

13La figure 1, qui distingue les zones urbaines des zones rurales, montre que le département du Nord, dans lequel a eu lieu les deux ateliers, est largement urbanisé, et qu’aucun des participants du panel n’est originaire d’une zone strictement rurale, au sens de l’Insee. Nous avons donc réalisé les ateliers avec des acteurs provenant géographiquement de zones urbaines ou périurbaines.

Figure 2 : Répartition des différentes catégories d’acteurs présentes aux ateliers 1 et 2

Figure 2 : Répartition des différentes catégories d’acteurs présentes aux ateliers 1 et 2

Source : GRECAT, 2020

  • 3 Afin de valider la pertinence du panel dans l’objectif d’une publication, nous avons réalisé des en (...)

14Deux journées d’ateliers, réunissant 32 acteurs, ont été organisées : une à Lille, zone urbaine dense, en décembre 2019 avec une surreprésentation d’agriculteurs urbains, l’autre à Douai en janvier 2020 avec une légère majorité d’agriculteurs ruraux (cf. figure 2). Grâce aux questions posées aux futurs participants lors des pré-inscriptions aux ateliers, nous avons pu distinguer et sélectionner des profils d’exploitation agricole différents : d’un côté des agriculteurs très en lien avec la ville et d’autres plus éloignés, ce qui nous a permis de séparer les agriculteurs en deux catégories : urbains et ruraux3. Au cours de ces deux journées d’ateliers, la catégorie « agriculteurs urbains » comprenait donc des individus ayant des activités en agriculture urbaine professionnelle (commercialisation de micro-pousses, de champignons, de compost, installation de potagers, activité maraîchère, conseil en agriculture urbaine), non professionnelle (associations de quartier, jardins partagés) ainsi que des porteurs de projet (en maraîchage, en production « indoor »). Les « agriculteurs ruraux » comptaient deux exploitations d’élevage (héliciculture, élevage laitier), trois exploitations de grandes cultures (céréales, cultures industrielle et légumière) et une association de valorisation de l’agriculture biologique. Hormis deux « académiques » qui ont organisé les ateliers, toutes les autres personnes mobilisées n’ont participé qu’à un seul atelier.

15Ce panel de participants n’a pas vocation à constituer un échantillon statistiquement représentatif des agriculteurs et des techniciens de collectivités, mais bien de représenter une certaine diversité des formes agricoles et des collectivités locales du territoire d’étude. La catégorisation des agriculteurs en urbain ou rural tient à leur localisation et surtout à leur mode de commercialisation. Cela ne signifie pas pour autant que deux groupes cloisonnés et homogènes ont été créés, puisqu’il existe une diversité d’agriculteurs urbains et une diversité d’agriculteurs ruraux. Les deux groupes ont été formés ainsi de toutes pièces pour les besoins méthodologiques de l’étude mais ne représentent pas forcément la répartition que les acteurs auraient fait eux-mêmes naturellement. En effet, certains producteurs maraichers de l’espace urbain ou périurbain ont pu se sentir plus proches des agriculteurs ruraux en grandes cultures biologiques, que de leurs confrères cultivateurs en urbain. De la même manière, des agriculteurs ruraux, travaillant en agriculture de précision, ont pu se sentir plus proches de certains agriculteurs urbains qui travaillent en high-tech, que d’autres agriculteurs ruraux. Malgré la surreprésentation numéraire du groupe urbain à l’atelier 1, du fait de sa localisation à Lille, l’opposition avec le groupe rural ne s’est donc pas fait ressentir et n’a pas engendré de phénomène d’exclusion ou de dénigrement particulier. La recherche qualitative, menée ici, met l’accent sur chaque individu, son profil, et son point de vue original. L’objectif n’est pas d’obtenir des données quantitatives à généraliser, mais d’analyser chaque discours pour obtenir des éléments qualitatifs qui répondent à nos questions de recherche.

La construction et le déroulement des ateliers

16La conception de l’atelier, via l’agencement de séquences de travail seul ou en groupes, a pour but d’amener les différents acteurs du territoire à définir ensemble leur place dans le développement urbain. Au vu de cet objectif, le choix d’animation s’est porté sur l’utilisation des leviers réflexifs majoritairement inscrits dans des approches de prospective. En effet, la démarche de prospective est particulièrement adaptée pour amener des acteurs à dialoguer afin de bâtir l’avenir, en le considérant comme quelque chose à faire plutôt que comme quelque chose de décidé (De Jouvenel, 2004, p. 1). De plus, elle est un outil puissant permettant de « faciliter l’émergence de visions du monde partagées, d’un récit territorial original » (Pasquier, 2014, p. 10). Akimowicz et Képhaliacos (2018, p. 33) montrent, par exemple, qu’en mobilisant leurs représentations du monde, les agriculteurs peuvent construire des conjectures relatives aux évolutions de leur environnement et définir des projets. L’atelier intègre aussi, des éléments issus du design thinking. Ce dernier est un mode de pensée permettant d’aborder les problèmes, « qui utilise la sensibilité, les outils et méthodes des designers pour permettre à des équipes pluridisciplinaires d’innover en mettant en correspondance attentes des utilisateurs, faisabilité technologique et viabilité économique » (Brown, 2009, p. 111). Enfin, nous avons utilisé deux autres outils pour construire nos ateliers : l’intelligence collective, qui permet d’instaurer un climat de collaboration, qui met en valeur chaque participant ; et la créativité, qui amène les participants à diverger. « La pensée divergente est synonyme d’ouverture : elle consiste à générer de nombreuses options, à combiner des idées et à envisager des possibilités décalées et folles, et ce, en mettant le jugement en sourdine » (Nielsen, 2017, p. 59). Cet auteur ajoute que même les personnes sans formation à la pensée créative ont de bien meilleures idées quand on leur demande d’abord de diverger, puis de converger.

17Le protocole d’animation, conçu spécialement pour ces ateliers d’une journée, se découpe en onze séquences. Pour faciliter l’analyse des résultats obtenus lors des ateliers, l’animation, le protocole et les questions ont été adressées de manière identique lors des deux ateliers. La différence entre les ateliers réside donc dans l’identité des participants, leurs interactions et le contenu des échanges. Chaque séquence a une fonction, un objectif particulier servant l’objectif général de la journée et une modalité d’animation (cf. tableau 1).

Tableau 1 : Présentation des séquences et de leurs objectifs

Séquence

Objectif

Modalité d’animation

Question posée

Fonction

N° 1
Accueil
Inspiration

Mettre les participants à l’aise et leur apporter des connaissances nouvelles

Participants libres de se promener entre des posters illustrant des projets agricoles régionaux relatif à la thématique

Imprégnation Socialisation

N° 2
Enoncé des objectifs

Compréhension par les participants de leur rôle et de ce que l’on attend d’eux pour la journée

Explication orale + écrite par la facilitatrice

Avez-vous compris l’objectif ? Etes-vous d’accord avec les règles relatives à une journée en intelligence collective ?

Compréhension du rôle de participant

N° 3
Faire connaissance

Permettre à chacun de s’exprimer et commencer à créer un climat de groupe bienveillant

Utilisation du dessin puis court temps d'expression orale

Dessinez-vous dans votre environnement professionnel

Socialisation Confiance au groupe

N° 4
Introduction du GRECAT

Compréhension du contexte dans lequel s’inscrit l’objectif de la journée

Explications orales + écrites par le GRECAT

Y a-t-il des questions par rapport à la présentation ?

Compréhension du contexte

N° 5
Débat de mots

Instaurer le dialogue entre les participants. Donner à chacun l’opportunité d’exprimer son opinion et de partager ses connaissances

Débat à partir de 15 mots sur support papier

Agriculture et territoire : quels défis pour la ville de demain ?

Imprégnation
Partage de connaissances

N° 6
Fiches acteurs

Qualifier les enjeux présents des acteurs et les partager au groupe

Groupe homogène d’acteurs devant remplir un canevas

Acteurs du territoire : Quel est votre profil ? Quels sont vos besoins ? Qu’avez-vous à réaliser ? Quels sont vos problèmes ?

Imprégnation Partage de connaissances

N° 7
Constat du présent

Préciser les enjeux présents

Production d’une matrice FFOM (force/faiblesses/opportunités/menaces)

Ville et agricultures : Aujourd’hui, quelles forces,

Imprégnation Partage de connaissances

N° 8
Signaux faibles

Identifier les signaux faibles et les traduire en futurs possibles

Projection dans un futur proche - canevas

Demain : Qu’est-ce qui va changer ? Qu'est-ce qui ne va pas changer ?

Divergence

N° 9
L'idéal

Basculer dans l’imaginaire et exprimer toutes les idées du futur

Utilisation du dessin pour l'expression d'un idéal

Imaginez la ville idéale, comment sont intégrées les agricultures ?

Divergence

N° 10
Manifeste

Imaginer un futur souhaitable

Rédaction d’un manifeste par groupe

Quels rôles pour les agricultures dans une ville en transition ?

Convergence

N° 11
Débriefing général

Prendre du recul sur la journée et se projeter dans ses prochaines actions

Expression orale libre puis individuelle sur post-it

À la suite de cette journée, j’ai appris ? Je pars avec ? J’ai envie de ? + expression libre sous forme de points négatifs et positifs

Réflexivité Amélioration continue

Source : Yasmine Ligerot, 2020

18Les quatre premières séquences doivent permettre la sociabilisation et l’imprégnation du sujet de l’atelier par les participants. La séquence n° 5, en posant une question volontairement large et transversale, ouvre le débat entre eux. La séquence suivante permet aux acteurs de réaliser un état des lieux de leur situation personnelle, ce qu’ils sont, ce qu’ils font, ce dont ils ont besoin et à quoi ils doivent faire face. Le partage des expériences individuelles a pour objectif d’enrichir les enjeux pour chaque catégorie d’acteurs. Le retour en groupes hétérogènes, avec la production d’une matrice FFOM, élargit de nouveau les réflexions en se décentrant de l’individu. Cette matrice vise à analyser une situation de manière synthétique, en réalisant un diagnostic croisé des forces et faiblesses internes et externes de l’objet étudié, dans son environnement. La séquence n° 8 de recueil des signaux faibles, traduisant des opportunités ou des menaces, demande aux participants une réflexion anticipative de l’ordre de la prospective. Enfin, faire basculer leur réflexion sur un idéal, sans notion de réalisable, permet à chacun d’exprimer librement des idées sans notions de contraintes (techniques, financières, mentales…). Le groupe peut ainsi se projeter dans une « utopie », et exprimer des solutions nouvelles, ou qu’il n’osait pas aborder. Ces idées pourront servir d’inspirations dans le temps de convergence, vers un futur réalisable qui prend en compte les contraintes.

19L’enchainement des neuf premières séquences de la méthodologie guide les participants vers la séquence n° 10, phase de convergence des idées et de rendu collectif, qui correspond à l’écriture d’un manifeste sur le « Rôle des agricultures dans une ville en transition ». Les productions issues de cette étape représentent le cœur de notre étude. Une onzième séquence clôture l’atelier. Il s’agit d’une phase qui permet de cerner les retombées pratiques pour chaque acteur et d’alimenter les réflexions pour la suite de la recherche. Les ateliers ont permis aux participants d’échanger des connaissances, de confronter leurs représentations, de débattre et de co-construire une vision commune en réfléchissant au rôle de l’agriculture dans le territoire et aux défis qui se présentent à lui.

L’apport du codesign dans l’élaboration d’un récit territorial

20Pour valider la possibilité de l’élaboration d’un récit territorial agricole en NPDC, la concertation doit tout d’abord être permis entre les acteurs directement concernés. Pour cela, nos ateliers ont regroupé des acteurs aux profils diversifiés, issus du monde agricole, du monde académique et des collectivités locales. Le dialogue entre les participants a permis de produire des éléments sur lesquels se fondent notre recherche. Attester que les volontés ont été exprimées librement est difficile à mesurer en sciences sociales. C’est pourquoi, nous nous sommes appuyés sur le codesign. La créativité et la prospective permettent notamment de s’extraire d’un cadre qui serait jugé trop contraignant, pour concentrer ensuite les réflexions personnelles les plus abouties sur une phase de convergence. D’une part, les conflits et frustrations sont désamorcés, grâce à l’alternance des travaux entre groupes homogènes et hétérogènes, lors des phases de divergences d’idées, entre constat du présent et futur souhaitable. D’autre part, pour atténuer « l’effet leader/suiveur » qui peut se mettre en place dans un groupe où certaines individualités prendraient le dessus sur les autres, une animatrice neutre et non-experte, joue le rôle de facilitatrice entre les individus. Elle est garante du respect des règles du groupe, de la répartition du temps de parole et aide à la formulation des idées.

21Ainsi, l’utilisation de la méthode de codesign, par ses caractéristiques propres d’animation, nous permet de valider la première condition de l’élaboration d’un récit territorial. Les résultats vont nous permettre de discuter de la deuxième condition.

Résultats

22Trois résultats majeurs ressortent de ce travail.

Les fonctions prioritaires attribuées à l’agriculture

23Le premier résultat est la similarité des sujets évoqués par les groupes dans leur manifeste (cf. tableau 2). En effet, six thèmes sont ressortis de manière récurrente dans les sept productions écrites. Le tableau 2 classe ces différents items selon leur ordre d’importance pour les groupes, c’est-à-dire à la fois le nombre d’occurrence des verbatims associés aux thématiques et la hiérarchisation de ces thématiques dans les manifestes. Par exemple, « nourrir la population » est la fonction de l’agriculture qui a la plus été citée et le plus souvent dès la première phrase. En revanche, « la communication sur le métier d’agriculteur » a été citée par 6 groupes sur 7 mais ce n’est pas une idée prioritaire par rapport à « émanciper l’agriculteur ».

24Les participants s’accordent donc sur les fonctions prioritaires de l’agriculture : « nourrir les habitants », permettre « l’émancipation de l’agriculteur » et assurer « la durabilité des territoires ». Tout d’abord, le rôle productif est caractérisé par la quantité et la qualité de production. La quantité est définie à travers les volumes produits. La qualité est définie à travers les propriétés nutritionnelles des aliments et l’absence de produits toxiques pour les consommateurs, mais également par l’accessibilité physique et financière de l’offre alimentaire à l’ensemble de la population.

Tableau 2 : Thématiques abordées au sein des sept manifestes avec leurs verbatims

Thématiques abordées selon leur ordre d’importance

Exemples de verbatims utilisés

Nourrir la population

« Nourrir les populations » « en quantité » ; « en qualité » ; « pour un prix juste » ; « sainement et équitablement » ; « accessibles à tous » ; « vitale »

Emanciper l’agriculteur

« L’émancipation et la créativité des agriculteurs » ; « la reconnaissance »;

« producteurs de la production » ; « l’agriculteur doit reprendre en main la chaine de valeur du produit du champ à l’assiette » ; « une juste rémunération » ;

« rémunérées à leur juste valeur » ; « permet aux agriculteurs de vivre dignement »

Assurer la durabilité des territoires

« Respect de la nature »; « l’entretien et le façonnement des paysages » ; « la protection de la biodiversité » ; « la protection des ressources » ; « autonomes en énergies et en ressources » ; « fassent avec la nature et non contre elle » ; « partie intégrante des villes en transition »

La multifonctionnalité

« Multifonctionnelles »; « fonctions différentes » ; « multiplier les fonctions » ; « services non productifs rendus par l’agriculture »

La communication sur le métier d’agriculteur

« Assurer la transparence » ; « éduquer les plus jeunes à l’agriculture » ;

« conscience de la réalité du métier d’agriculteur » ; « l’agriculteur doit communiquer sur ses métiers » ; « doit ouvrir ses portes »

La complémentarité des agricultures

« L’agriculture urbaine doit être complémentaire et non-concurrente de l’agriculture rurale » ; « l’agriculture urbaine peut être vue comme un relai de l’agriculture rurale en ville » ; « elles sont complémentaires » ; « l’agriculture urbaine est complémentaire de l’agriculture classique »

Source : GRECAT, 2020

  • 4 Dans ses travaux sur la motivation, Abraham Maslow dresse en 1943 une hiérarchisation des besoins h (...)

25Ensuite, « l’émancipation » des agriculteurs est un terme utilisé à plusieurs reprises par les participants. Il s’entend d’une part comme une réaffirmation de sa position dans le système de valeur du champ à l’assiette, où sa voix et sa rémunération ont été amoindries au profit d’autres acteurs intermédiaires de la filière, tels que les transformateurs et les distributeurs. D’autre part, « l’émancipation » renvoie à la notion de liberté et d’autonomie dans le métier d’agriculteur. Les participants ont communiqué leur souhait de développer leur créativité et de s’épanouir dans leur métier ; à la fois sur le plan professionnel et personnel. Cela implique des temps de loisir et une digne rémunération. Ils insistent sur l’émancipation de l’agriculteur en tant qu’acteur à part entière dans l’écosystème, ce dès la première séquence de mots-clés à hiérarchiser, en particulier au travers du mot « équitable ». L’émancipation des agriculteurs est également soulignée par les participants comme une nécessité, lors de la séquence d’énumération des idées reçues négatives sur l’agriculture. Enfin, dans la séquence de divergence créative de représentation de la ville idéale, l’un des groupes a dessiné la pyramide de Maslow4. A travers cette pyramide, Maslow avance une théorie selon laquelle, les besoins des étages supérieurs de la pyramide (estime, accomplissement) ne peuvent être satisfaits si ceux des étages inférieurs (sécurité et besoins physiologiques) ne sont pas satisfaits. Ce groupe a choisi de mettre en avant la satisfaction des besoins des agriculteurs comme une condition sine qua non à remplir avant d’envisager sa participation au développement d’une ville idéale. Ce temps d’expression a profité aux agriculteurs ruraux pour témoigner de leur sentiment d’isolement, face au manque de lien social dans une activité professionnelle chronophage et en proie à un grand stress, du fait d’une conjoncture économique incertaine.

26Enfin, la durabilité des territoires est abordée pour l’ensemble des espaces urbain, péri-urbain et rural. Elle sous-tend une dimension environnementale que révèlent les exemples de la protection de la biodiversité et des ressources naturelles (eau, sol, minerais), de la lutte contre les îlots de chaleur et du changement climatique. Elle inclut également une approche sociétale à travers une amélioration du cadre de vie des habitants, une reconnexion du citadin avec la nature, et une transition vers des modes de vie plus autonomes en énergies et en ressources, en intégrant la notion de temps long. La dimension économique est largement développée sous l’angle “viabilité” de l’agriculture. Finalement, les fonctions que les participants attribuent à l’agriculture sont autant d’enjeux pour la ville en transition que pour l’ensemble des territoires.

La nécessité d’une multifonctionnalité et de sa reconnaissance pour l’agriculture

27Le second résultat qui se dégage des travaux des sept groupes d’acteurs, est le fait que ces enjeux ne peuvent être relevés sans le développement de la multifonctionnalité de l’agriculture et de sa reconnaissance. Cet argument fait l’unanimité. Il fait ressortir la multifonctionnalité comme une nécessité, inhérente à l’activité agricole rurale ou urbaine. En plus de la fonction alimentaire, tous les participants lui reconnaissent des fonctions sociales et environnementales. Néanmoins, l’importance accordée à ces fonctions varie entre les sept manifestes. Certains mettent plutôt en avant la fonction nourricière (cf. tableau 2) alors que d’autres considèrent qu’elle doit d’abord répondre aux enjeux environnementaux et de santé. L'agriculture rurale reste privilégiée pour produire une alimentation de quantité et de qualité pour la population, tandis que l’agriculture urbaine remplit avant tout une mission sociale, pédagogique et d’amélioration des conditions de vie en ville. Néanmoins, les participants reconnaissent que les agricultures ne peuvent répondre à l’ensemble des fonctions qu’ils lui attribuent, sans un engagement général des parties prenantes envers l’agriculture et les agriculteurs. Cet engagement doit être tenu par les consommateurs, les politiques mais aussi les autres acteurs de la société tels que les médias.

Le besoin d’une complémentarité entre les formes d’agriculture

  • 5 Citation issue du compte-rendu de l’atelier à Douai (31/01/2020)

28La troisième idée qui vient s’articuler avec la précédente est celle de la complémentarité des formes d’agriculture. La complémentarité spatiale et fonctionnelle des agricultures rurale et urbaine est mise en avant par les participants dans la séquence de représentation de la ville idéale. Sur l’exemple de la figure 3, on visualise bien les surfaces productives (grandes cultures et maraichage) en périphérie des villes. La fonction de production est bien confiée aux zones rurales et périurbaines. Des fermes pédagogiques, des jardins partagés, des grainothèques ou des composteurs, qui relèvent plutôt de l’agriculture urbaine dans l’imaginaire collectif, sont représentés au cœur des villes. Les surfaces productives y sont minimes mais l’accent est mis sur les autres services rendus par ces systèmes (énergie, recyclage, retour à la nature). En outre, dans l’ensemble des rendus, des flèches ont été dessinées pour relier les différents milieux urbains, péri-urbains et ruraux. Ces connecteurs indiquent la relation logique entres les différentes formes d’agriculture sur le territoire et l’importance de leur complémentarité dans son aménagement. L’un des groupes a ainsi exprimé : « C’est urgent que ces mondes se parlent, c’est urgent qu’ils [Ndlr : agriculteurs urbains et ruraux] se parlent ».5

Figure 3 : Représentation de la ville idéale et de l'intégration des agricultures par un des groupes

Figure 3 : Représentation de la ville idéale et de l'intégration des agricultures par un des groupes

Source : Anonyme, atelier de décembre 2019)

Validation et mise en contexte des résultats

29L’ensemble des résultats montre deux niveaux de convergence entre les participants : les acteurs veulent avancer, plus que dans des directions non opposées, dans une même direction. Le second prérequis à l’existence d’un récit agricole en NPDC est alors validé. A la fois par la méthodologie et par les résultats, notre étude a permis de montrer qu’il était possible d’envisager un récit territorial agricole en NPDC. Sur le territoire d’étude, les plans d’actions de la Métropole Européenne de Lille sont mis en place au travers de trois échelons de travail, qu’ils nomment : « enjeux, axes de travail, actions. » En ce sens, les résultats obtenus dans notre travail trouvent bien leur place dans cette organisation. Les trois principales fonctions de l’agriculture citées par les participants, « Nourrir la population », « Assurer la durabilité des territoires », « Permettre l’émancipation des agriculteurs », correspondent à ce que les collectivités identifient comme des enjeux. La réponse à ces enjeux dépendra des axes de travail qui seront définis, pour notre exemple, la reconnaissance de la multifonctionnalité dans l’agriculture, et la complémentarité des agricultures. Ces axes de travail seront eux-mêmes déclinés en actions, travailler sur la rémunération des agriculteurs et sur la communication des métiers agricoles.

Figure 4 : Présentation des résultats sous forme d'enjeux et d'axes de travail pour les collectivités

Figure 4 : Présentation des résultats sous forme d'enjeux et d'axes de travail pour les collectivités

Source : GRECAT, 2020

Discussion

30Pour la mise en place des changements escomptés, les résultats ont mis l’accent sur la pluralité des acteurs à mobiliser, devenant des parties prenantes de la faisabilité du récit territorial agricole et de la gouvernance qui en découle. En effet, les prescriptions qui sont ressorties de l’étude ne serviront la vision stratégique du territoire que si elles sont portées politiquement. La réussite du récit territorial est tributaire de son partage et de son portage par les élus.

31Parmi les résultats présentés, certains tels que la multifonctionnalité, sont relativement répandus dans la littérature. Que la multifonctionnalité de l’agriculture urbaine soit mise en avant n’est pas surprenant car cette caractéristique est plutôt inhérente à son modèle (Lagneau, 2018, p. 5 ; Nahmias, 2012, p. 5). Elle est bien identifiée comme telle à l’échelle internationale au sud comme au nord (Ba, 2011, p. 20 ; Wegmüller, 2010, p. 4). De la même manière, la notion de multifonctionnalité en agriculture rurale n’est ni récente ni originale. Elle est apparue à la fin du XXe siècle comme une remise en cause du modèle productif dominant de l’agriculture moderne (Cornu, 2008, p. 27). Depuis la mise en place de la Politique Agricole Commune (PAC), les aides susceptibles de soutenir la multifonctionnalité, accordées dans le cadre du 2e pilier n’ont eu de cesse d’augmenter. Mais la part de ces crédits restent faibles par rapport à la part des aides en lien avec la surface de production. La volonté des autorités de soutenir la multifonctionnalité de l’agriculture rurale, c’est-à-dire reconnaitre financièrement les externalités positives produites non rémunérées par le marché, n’est pas clairement affichée (Bazin, 2003, p. 236).

32Aujourd’hui les acteurs de ces agricultures admettent eux-mêmes la nécessité d’aller vers une activité moins spécialisée et souhaitent que les différents services rendus (sociaux, environnementaux) par l’agriculture soient mieux reconnus par les pouvoirs publics et mis en lumière par une communication auprès du grand public. C’est l’idée soutenue par Akimowizc et Képhaliacos (2018, p. 31) quand ils expliquent que les externalités positives de l’activité agricole ne peuvent constituer une ressource territoriale que si elles sont activées à travers une vision partagée entre agriculteurs et acteurs du développement local. Déjà dans sa thèse, N. Rouget (2008, p. 53) parlait de la reconnaissance et de l’institutionnalisation de la multifonctionnalité comme conditions pour que l’agriculture participe à la durabilité des territoires. Ce résultat trouve un écho récent dans l’initiative portée par le ministère de l’Agriculture et l’Alimentation à travers un guide à destination des collectivités publié fin 2019, qui vise à accompagner le déploiement des paiements pour services environnementaux pour répondre à certains enjeux de leurs territoires (Duval, 2019).

33En revanche, d’autres sujets comme la complémentarité des formes d’agriculture ou l’émancipation agricole, émergent de discours nouvellement partagés par les agriculteurs et sont peu voire pas documentés.

  • 6 Discours issus des comptes-rendus de l’atelier à Lille (5/12/2019) et de l’atelier à Douai (31/01/2 (...)

34La réflexion proposée par les participants sur la complémentarité des formes agricoles du territoire est plus surprenante dans le contexte actuel. Les liens entre les formes rurales et intra-urbaines sont notamment peu abordées dans la littérature. La fracture sociétale entre urbain et rural a bien été soulignée par plusieurs groupes tout au long des ateliers, notamment à travers la séquence d’expression des idées reçues. L’agriculture rurale est décrite par ces derniers comme « polluant » et les agriculteurs profitent des aides agricoles « sans faire d’effort », tandis que l’agriculture urbaine fournit des produits de luxe à des « bobos » et est exercée par des gens « qui ne connaissent rien au monde agricole »6. Le partage et la discussion au sujet de ces stéréotypes entre les groupes a mis en évidence un besoin de communication entre les agriculteurs et les citoyens, avec une injonction à reconnecter rapidement les deux mondes pour éviter d’aller vers « un divorce territorial » (Nessi, 2016, p. 7). Au lieu de s’attacher à ces clichés, les participants ont préféré mettre en avant l’intérêt de la complémentarité des formes d’agriculture sans manifester de méfiance réciproque. Cette vision tient certainement au fait que les urbains étaient surreprésentés par rapport aux ruraux dans les ateliers. Selon eux, l’agriculture rurale est la seule en capacité de produire en quantité suffisante dans les espaces ruraux, là où l’agriculture urbaine complètera l’offre alimentaire sur quelques niches, avec des denrées ultra-fraîches comme les aromates ou à haute valeur ajoutée comme les micro-pousses. Toutefois les impacts positifs de l’agriculture urbaine peuvent tout à fait résonner autrement dans les territoires péri-urbains éloignés des centres-villes voire dans les espaces ruraux. En offrant un cadre de vie plus accueillant aux urbains, permettant leur épanouissement, l’agriculture urbaine fixe les populations en ville et contribue à limiter l’étalement urbain, et in fine la consommation de terres agricoles. Ce schéma d’aménagement qui entend à la fois nourrir les habitants et assurer la durabilité des territoires, apparait comme assez novateur. Il convient toutefois de préciser que ce modèle d’aménagement repose sur la diversité des formes d’agriculture (rurale, péri-urbaine et urbaine), mais également sur la diversité des productions agricoles et des systèmes d’exploitation, tant inscrits dans des filières courtes que des filières longues.

35Enfin, dans notre étude, la notion d’émancipation agricole ne correspond pas à celle que nous lisons dans la littérature. Si l’émancipation « paysanne » fait l’objet de quelques recherches, elle caractérise des cultivateurs de pays du sud, très pauvres, n’ayant pas pu recevoir d’éducation et dominés par de grands producteurs détenant le pouvoir sur leurs conditions de vie (Lucas, 2008, p. 82). La notion qui émerge de nos ateliers se rapproche d’un besoin fondamental de l’agriculteur de faire entendre sa voix, son métier, ses volontés. Parmi les stratégies à mener par les collectivités au sein de leur territoire, l’attente est forte autour d’actions permettant d’aider les agriculteurs à s’émanciper d’un système de valeur où ils pèsent peu face à l’industrie agroalimentaire et à la grande distribution. Cette émancipation est signe d’épanouissement pour l’agriculteur en manque de considération.

36Dans notre étude, tant les résultats que leur processus d’obtention sont originaux. Le rôle de l’agriculture rurale ou péri-urbaine dans les projets urbains a fait l’objet de nombreux articles scientifiques, de la même manière qu’a été documentée la participation de l’agriculture urbaine à la ville durable. Mais envisager en même temps les différentes formes d’agriculture pour répondre au projet de transition des territoires urbains semble inédit, surtout dans la mesure où ce sont les agriculteurs eux-mêmes qui définissent le rôle qu’ils s’attribuent dans ce projet. Pour cela, le codesign, domaine d’expertise de Junia, s’est imposé comme une solution à la fois originale et pertinente. Les résultats présentés dans l’article ont ainsi pu être obtenus, grâce à cette méthode structurée, qui garantit des temps d’expression orale pour chacun et qui s’appuie sur des règles de non-jugement et de bienveillance. L’enchainement des séquences suit un processus logique permettant une obtention graduelle de résultats, allant de la pensée individuelle au début de l’atelier à la réflexion collective à la fin de la journée. Le codesign est particulièrement adapté pour dynamiser la réflexion collective sur un laps de temps restreint.

  • 7 Citations issues des comptes-rendus de l’atelier à Lille (5/12/2019) et de l’atelier à Douai (31/01 (...)

37Loin de rester un projet théorique, ce travail a des retombées directes pour les collectivités et les agriculteurs. La méthode d’animation, ainsi que les résultats qu’elle permet d’obtenir, fournissent des pistes de travail en vue de l’élaboration d’un récit territorial agricole en NPDC. C’est un élément clé pour les collectivités dans la construction de stratégies agricoles et alimentaires cohérentes. Cet objectif a aussi été salué par les collectivités présentes comme permettant une identification des acteurs du territoire et faisant émerger une envie de construire un projet commun : « Je pars avec une connaissance de mes partenaires », « j’ai envie de concrétiser les idées émises », « j’ai envie d’échanger encore et de se poser sur le projet alimentaire et agricole avec les différents acteurs », « j’ai envie de développer le dialogue entre agriculture urbaine et rurale » – Techniciens de collectivités territoriales. Pour les agriculteurs participants, ces ateliers ont également favorisé l’interconnaissance, pouvant déboucher sur des synergies futures (commerce, recherche, techniques) : « Je pars avec quelques contacts », « je pars avec du réseautage » - Agriculteurs urbains. Ils ont de plus permis de valoriser leur métier et leurs savoirs, dépassant ainsi les nombreuses idées reçues : « J’ai appris que les urbains souhaitent une rémunération digne des agriculteurs » - Un agriculteur rural.7

Limites

38Nos ateliers ont été présentés aux participants sous l’angle « Les agricultures et la ville ». Ainsi la quasi-totalité des séquences axait les réflexions autour de la notion de « ville » comprise au sens de zone urbaine. Cet axe peut paraître réducteur étant donné que le territoire d’étude englobe tout le NPDC. Cependant, ces deux départements possèdent seulement 1,9 % de leur population en zone rurale (Insee, 2016). Nous avons ainsi considéré que cette part minime n’était pas significative à l’échelle du territoire. À la vue des discours et des contenus produits par les participants, les questions ont été entendues de manière large et l’objet « ville » n’est pas apparu comme une contrainte. Il a même été dépassé lorsque les participants trouvaient cela pertinent. La diversité des acteurs tant dans leur origine que dans leur trajectoire professionnelle a permis d’interroger l’intégralité des espaces tant urbains, péri-urbains que ruraux. Nous avons d’ailleurs été surpris de constater que les liens avec la ville strictement et les stratégies d’évolution du positionnement des agriculteurs à la ville étaient finalement peu abordés.

39Enfin, conclure sur la possibilité d’élaborer un récit territorial agricole régional, en prenant comme référence l’avis de 23 agriculteurs peut sembler un peu hasardeux, et mériterait une consultation élargie de la profession. Cependant, nous rappelons que le but premier de cette étude n’est pas de construire ce récit, mais bien d’identifier des facteurs de succès préalables à cette élaboration. En cela, les participants des deux ateliers n’ont pas besoin d’être nombreux dans la mesure où la diversité des formes d’agriculture du territoire est représentée. Notons toutefois que sur l’ensemble des agriculteurs qui a participé à nos travaux, les agriculteurs urbains constituaient une part plus importante que les ruraux, ce qui a nécessairement teinté nos conclusions d’une approche citadine de la place de l’agriculture dans le territoire. Il est évident que les acteurs présents lors de nos travaux, correspondent surtout à des professionnels désireux de participer à la réflexion ou au moins curieux d’échanger. Ils représentent donc potentiellement la fraction de la profession la plus sensible à ces questions, donc qui pourra éventuellement être resollicitée par les collectivités pour construire des projets. Si nous prouvons que 23 agriculteurs d’horizons différents arrivent à discuter et à produire une réflexion commune en une journée, grâce au codesign, l’expérience peut être reproductible par les collectivités à travers le territoire. Les 23 agriculteurs peuvent même apparaitre par la suite comme des relais de terrain pour les collectivités : « Rencontrer plus d’acteurs comme moi pour partager mes expériences et communiquer » - Un agriculteur urbain.

Conclusion

40En NPDC, les espaces urbains ne cessent de grignoter les terres agricoles, plaçant ainsi l’agriculture aux portes des villes. Cette activité associée traditionnellement aux espaces ruraux se périurbanise et son rapport à la ville se reconfigure, sans compter l’apparition de nouvelles formes d’agriculture situées directement dans la ville. Rurales, péri-urbaines, intra-urbaines, indoor, d’insertion, les types d’agriculture se multiplient, tout comme la diversité des acteurs qui les pratique. Pour les collectivités qui essayent de s’emparer de la question agricole sur leur territoire, la tâche est complexe. Sur le terrain, elle cristallise beaucoup d’enjeux entre les parties prenantes ayant chacune leurs problématiques. Plusieurs niveaux de projet sont à la disposition des collectivités locales pour intervenir, mais elles manquent de repères sur le sujet.

41Le récit territorial agricole nous apparait alors comme un outil clé pour orienter l’action publique. Il propose d’écrire une histoire où toutes les agricultures ont leur rôle à jouer dans un territoire en mutation. Il doit être co-élaboré par des acteurs s’exprimant librement et partageant des visions communes, pour susciter l’adhésion à son projet. L’objectif ambitieux de notre étude a donc été d’amener agriculteurs ruraux, agriculteurs urbains et techniciens de collectivités à dialoguer ensemble lors de deux ateliers de travail. Car jusque-là, jamais ces différentes catégories d’acteurs n’ont été réunies dans une étude. Les éléments produits lors de ces deux sessions visent à évaluer la possibilité qu’un récit territorial agricole puisse voir le jour en NPDC.

42Afin de réaliser cette étude, le GRECAT a convoqué la méthode du codesign. Ce protocole d’animation, qui trouve ses fondements dans le design thinking, la prospective et la créativité, permet à un groupe d’acteurs pluridisciplinaire de concevoir ensemble. Envisagée elle-même comme une innovation méthodologique, cette démarche d’intelligence collective a participé à l’émergence des réponses à la question de recherche.

43A l’issue de ce travail, nous pouvons valider les conditions préalables à l’élaboration d’un récit territorial en NPDC. Le groupe hétérogène d’acteurs provenant des « mondes agricoles » a su dialoguer, trouver des consensus, pour finalement s’accorder autour de trois préoccupations majeures de l’agriculture : nourrir la population, assurer la durabilité des territoires et permettre une émancipation des agriculteurs. Le positionnement des agriculteurs face à la ville n’a pas été une porte d’entrée pour questionner la place de l’agriculture dans le territoire, à la différence de ce que pouvait suggérer la littérature en introduction.

44Après avoir confirmé qu’un récit territorial agricole était réalisable sur le territoire, cette étude a posé les premières briques de son élaboration. Pour assurer la cohérence et la réalisation des enjeux, les acteurs ont proposé des axes de travail à creuser et des actions à entreprendre par les collectivités locales. Un besoin de reconnaissance de la multifonctionnalité de l’agriculture a été souligné, ainsi qu’une complémentarité des formes agricoles dans l’aménagement du territoire. En outre, il a été indiqué que ce travail n’aboutira pas sans une rémunération digne des agriculteurs et une communication autour du métier, nécessitant une implication de toutes les parties prenantes (agriculteurs, consommateurs, collectivités, médias).

45Pour finir, le NPDC est un territoire jeune où beaucoup d’initiatives d’agriculture urbaine sont encore émergentes. Aucun cadre d’action n’a encore été défini par les collectivités autour du développement de cette activité. Notre étude représente donc une chance de réinterroger la place des agricultures en amont des décisions opérationnelles. Désormais, il s’agit pour les décideurs de se saisir de ces résultats et d’amorcer collectivement l’élaboration du récit territorial agricole en NPDC.

Haut de page

Bibliographie

AKIMOWICZ M., KEPHALIACOS C., 2018, Coordonner la construction territoriale par une vision du futur. Les dynamiques d’investissement agricole dans l’InterScot toulousain, Économie rurale, n° 365, p. 29-50.

AUBRY C., 2014, Les agricultures urbaines et les questionnements de la recherche, Pour, vol 224, n° 4, p. 35-49.

AUBRY C., POURIAS J., 2013, L'agriculture urbaine fait déjà partie du "métabolisme urbain" : Économie et stratégies agricoles, Déméter 2013, Club Déméter, p. 135-155.

BA A., AUBRY C., 2011, Diversité et durabilité de l’agriculture urbaine : une nécessaire adaptation des concepts ? Norois, 221, p. 11-24.

BAZIN G., 2003, La PAC contre la multifonctionnalité ? Économie rurale, n° 273-274, p. 236-242.

BERTRAND N., SOUCHARD N., ROUSIER N., MARTIN S., MICHEELS M., 2006, Quelle contribution de l'agriculture péri-urbaine à la construction de nouveaux territoires  : consensus ou tensions  ? Revue d’Économie Régionale & Urbaine, vol. août, n° 3, p. 329-353.

BERTRAND N., ROUSIER N., 2004, L’agriculture péri-urbaine, une proximité ville agriculture à construire, Quatrièmes Journées de la Proximité, IDEP-LEST-GREQAM, Groupe de Recherche Dynamique de Proximité, Marseille, 17-18 juin 2004, 17p.

BLANCHEMANCHE S., LAURENT C., MOURIAUX M., PESKINE E., 2000, Multifonctionnalité de l'agriculture et statuts d'activité, Économie rurale, n° 260, p. 41-51.

BROWN T., KATZ B., 2009, Change by Design. How design thinking transforms organizations and inspires innovation, Harper Business, 264 p.

CORNU P., MAYAUD J., 2008, Nouvelles questions agraires. Exploitants, fonctions et territoires, Paris, La boutique de l'histoire, 315 p.

DE JOUVENEL H., 2002, La démarche prospective. Un bref guide méthodologique, Revue futuribles, n° 247, 15 p.

DUVAL L., MARTIN I., DUPRAZ M., PECH M., COLLE M., 2019, Guide à destination des collectivités territoriales : déployer des paiements pour services environnementaux en agriculture, Étude réalisée pour le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, Paris, 68 p.

DUVERNOY I., 2002, Espace agricole périurbain et politiques communales d’aménagement : l’exemple de l’agglomération albigeoise, Cybergeo : European Journal of Geography, document 208, 14 p.

DUVERNOY I., 2016, Partenariats inter-institutionnels et construction de représentations d’une activité agricole territorialisée dans l’aire urbaine toulousaine, Revue d’économie régionale & urbaine, n° 4, p. 799-816.

DUVERNOY I., JARRIGE F., MOUSTIER P., SERRANO J., 2005, Une agriculture multifonctionnelle dans le projet urbain : quelle reconnaissance, quelle gouvernance ? in FLEURY A. (éd.), Multifonctionnalité de l'agriculture péri-urbaine : vers une agriculture du projet urbain, Antony, CEMAGREF, p. 87-104.

FAO., 1995, Programme du recensement mondial de l’agriculture, Collection FAO : Développement statistique, n° 5, Rome, 28 p.

FLEURY A., DONADIEU P., 1997, De l’agriculture péri-urbaine à l’agriculture urbaine, Courrier de l’environnement de l’INRA, n° 31, p. 41-61.

GUIOMAR X., 2011, Les collectivités locales à la recherche d'une agriculture de proximité, Pour, vol. 209-210, n° 2, p. 169-183.

HERVIEU B., PURSEIGLE F., 2013, Les agriculteurs dans la société française : des mondes éclatés, Sociologie des mondes agricoles, p. 137-188.

LAGNEAU A., AURBY C., DANIEL A., COLLE M., 2018, L’agriculture urbaine au cœur des projets de ville : une diversité de formes et de fonctions, IAU IdF, Note rapide environnement, n° 779, 6 p.

INSEE., 2016, La population des territoires du NPDCP au 1er janvier 2013, Dossier Nord-Pas-De- Calais-Picardie, n° 1, 76 p.

JARRIGE F., THINON P., NOUGAREDES B., 2006, La prise en compte de l'agriculture dans les nouveaux projets de territoires urbains. Exemple d'une recherche en partenariat avec la Communauté d'Agglomération de Montpellier, Revue d’Économie Régionale & Urbaine, août, n° 3, p. 393-414.

LUCAS V., 2008, Défi de l'émancipation paysanne, Revue Projet, vol. 302, n° 1, p. 82-84.

OLFA ZAIBET G., 2007, Vers l'intelligence collective des équipes de travail : une étude de cas, Management & Avenir, vol. 14, n° 4, p. 41-59.

MOUSTIER P., MBAYE A., DE BON H., GUERIN H., PAGES J., 1999, Agriculture péri-urbaine en Afrique subsaharienne, Actes de l’atelier international du 20 au 24 avril 1998, Montpellier, CIRAD, France, p. 7-16.

NAHMIAS P., LE CARO Y., 2012, Pour une définition de l’agriculture urbaine : réciprocité fonctionnelle et diversité des formes spatiales, Environnement Urbain, vol. 6, 16 p.

NESSI H., LE NECHET F., TERRAL L., 2016, Changement de regard sur le péri-urbain, quelles marges de manœuvre en matière de durabilité ? Géographie, Économie, Société, Lavoisier, 20 p.

NIELSEN D., THURBER S., FAVRE A., 2017, Les secrets de la pensée créative, Paris, Edition Pyramyd, 192 p.

PASQUIER R., 2014, Élus, services autour de la fabrique des politiques publiques, Ateliers prospectifs, Bilan 2008-2013, Cap-com, p. 10-13.

POULOT M., 2014, Agriculture et acteurs agricoles dans les mailles des territoires de gouvernance urbaine  : nouvelle agriculture, nouveaux métiers  ? Espaces et sociétés, vol. 158, n° 3, p. 13-30.

PUMAIN D., GUEROIS M., PAULUS F., 2003, L’étalement urbain en France : un nouvel espace-temps pour les villes, Revista GeoINova, n° 8, p. 121-144.

ROUGET N., 2008, Les dynamiques agricoles dans les espaces urbains et péri-urbains. Diversification et stratégies d’adaptation des agricultures. Les cas des périphéries sud-est de Lille et du Nord de Lens, Thèse de Géographie, Université de Nanterre - Paris X, 401 p.

RUAULT C., VITRY C., 2017, Articuler dynamiques agricoles et action publique locale en péri-urbain : quelles dimensions en jeu ? Revue d’Économie Régionale & Urbaine, vol. juin, n° 3, p. 483-510.

SANDERS E., STAPPERS P., 2008, Co-Creation and the New Landscapes of Design, CoDesign, vol. 4, n° 1, p. 5-18.

WEGMULLER F., DUCHEMIN E., 2010, Multifonctionnalité de l’agriculture urbaine à Montréal : étude des discours au sein du programme des jardins communautaires, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], vol. 10 n° 2, 24 p.

Haut de page

Notes

1 Le codesign est une approche qui permet de répondre à des problématiques d’innovation, dans le cadre de projets de conception, mettant en œuvre la pluridisciplinarité.

2 Depuis 1885, la grande école d'ingénieurs Junia porte des formations initiales - notamment les titres d'ingénieur HEI, ISA et ISEN Lille -, des activités de recherche et des services aux entreprises. Ecole des transitions, elle souhaite contribuer aux grands enjeux : nourrir la planète, développer la transformation numérique et industrielle, accélérer la transition énergétique et urbaine et renforcer les technologies de la santé et du bien-vivre.

3 Afin de valider la pertinence du panel dans l’objectif d’une publication, nous avons réalisé des entretiens semi-directifs sur les modes de production et de commercialisation des agriculteurs ayant participé, a posteriori des ateliers.

4 Dans ses travaux sur la motivation, Abraham Maslow dresse en 1943 une hiérarchisation des besoins humains sous la forme d’une pyramide à 5 étages. La base de la pyramide représente les besoins physiologiques, puis l’étage supérieur, les besoins de sécurité. Le troisième niveau représente les besoins d’appartenance et d’amour, le quatrième les besoins d’estime, pour finir au sommet par le besoin d’accomplissement de soi.

5 Citation issue du compte-rendu de l’atelier à Douai (31/01/2020)

6 Discours issus des comptes-rendus de l’atelier à Lille (5/12/2019) et de l’atelier à Douai (31/01/2020)

7 Citations issues des comptes-rendus de l’atelier à Lille (5/12/2019) et de l’atelier à Douai (31/01/2020)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte des espaces ruraux et urbains en NPDC et origine des participants
Crédits Source : GRECAT, 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17364/img-1.png
Fichier image/png, 505k
Titre Figure 2 : Répartition des différentes catégories d’acteurs présentes aux ateliers 1 et 2
Crédits Source : GRECAT, 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17364/img-2.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure 3 : Représentation de la ville idéale et de l'intégration des agricultures par un des groupes
Crédits Source : Anonyme, atelier de décembre 2019)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17364/img-3.png
Fichier image/png, 477k
Titre Figure 4 : Présentation des résultats sous forme d'enjeux et d'axes de travail pour les collectivités
Crédits Source : GRECAT, 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17364/img-4.png
Fichier image/png, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Michenaud-Rague, Maud Roblin et Yasmine Ligerot, « Vers un récit territorial agricole en Nord-Pas-de-Calais : dialogue entre agriculteurs urbains, agriculteurs ruraux et collectivités », Géocarrefour [En ligne], 95/3 | 2021, mis en ligne le 14 juin 2021, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17364 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.17364

Haut de page

Auteurs

Audrey Michenaud-Rague

Groupe de Recherche et d'Études Concertées sur l'Agriculture et les Territoires (GRECAT), Junia ISA, 2 rue Norbert Segard, BP 41290, 59014 Lille Cedex audrey.michenaud-rague@junia.com

Maud Roblin

Groupe de Recherche et d'Études Concertées sur l'Agriculture et les Territoires (GRECAT), Junia ISA, 2 rue Norbert Segard, BP 41290, 59014 Lille Cedex maud.roblin@junia.com

Yasmine Ligerot

Junia, Business and management department, F-59000 Lille, France yasmine.ligerot@junia.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search