Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsGérard Salem, Florence Fournet, A...

Gérard Salem, Florence Fournet, Atlas mondial de la santé

Pauline Iosti
Référence(s) :

SALEM G., FOURNET F., 2020, Atlas mondial de la santé, Paris, Autrement, 95 p.

Texte intégral

1Hasard du calendrier, la nouvelle édition de l’Atlas mondial de la santé aux éditions Autrement est sortie en 2020 – en plein cœur de la crise sanitaire actuelle, qui a donné lieu à un regain d’intérêt pour la géographie de la santé. Dans ce contexte, cet atlas offre une très bonne synthèse sur les défis de santé contemporains, à la fois claire, détaillée et illustrée par des cartes nombreuses et de qualité (réalisées par Justine Bergeron et Lucille Dugast).

2Les auteurs en sont Gérard Salem, géographe de la santé et professeur à Paris Nanterre, coauteur de la première édition de cet atlas (datée de 2008) et Florence Fournet, entomologiste médicale et chargée de recherche à l’IRD. Depuis la première édition, cet atlas a été largement modifié, intégrant des données mises à jour, de nouveaux indicateurs, mais aussi des thématiques nouvelles qui n’avaient pas été traitées dans la première édition.

3Cet atlas sert un objectif ambitieux, puisqu’il vise à présenter « une série de questions qui font le sel de la géographie de la santé » (p.6), autrement dit à faire un état des lieux de tout un champ de recherche en une centaine de pages seulement. Pour cela, il s’organise en une trentaine de dossiers thématiques, divisés en quatre parties : 1/ « Géographie de la santé ou géographie et santé ? » (6 dossiers) ; 2/ « Une approche monde... » (14 dossiers) ; 3/ « Des micro-fractures nationales aussi » (6 dossiers) ; 4/ « Les défis du nouveau millénaire » (8 dossiers).

4La première partie, intitulée « Géographie de la santé, ou géographie et santé ? », présente de façon synthétique l’histoire de la géographie de la santé, ses finalités : « la description et l’explication des disparités spatiales de santé », ainsi que ses principaux objets : « les interactions entre dynamique territoriale et santé et l’explication des constructions socio-territoriales de la santé [...] ». Cette partie est surtout théorique, comportant peu d’illustrations ou d’exemples, mais elle offre une synthèse claire et intéressante des objectifs et des outils de la géographie de la santé.

5On entre dans le vif du sujet au début de la seconde partie, intitulée « Une approche monde... ». Elle se consacre à une présentation des principaux enjeux de santé contemporains, en se concentrant, comme son nom l’indique, sur l’échelle mondiale. Une première série de planches présente des indicateurs démographiques relativement classiques et leur répartition spatiale : espérance de vie, mortalité, fécondité et santé maternelle. Ces planches rappellent les principaux modèles explicatifs utilisés en géographie de la santé (déterminants de la santé, transitions démographique et épidémiologique) et démontrent l’amélioration globale des conditions de vie, de l’espérance de vie et des indicateurs de santé dans le monde. Cette amélioration n’empêche cependant pas le maintien d’importantes inégalités entre les Etats, en défaveur des pays du « Sud ».

6Les huit dossiers thématiques suivants détaillent certains des grands défis de santé actuels, leurs dynamiques et leurs évolutions à l’échelle mondiale. Ces approches sont tantôt généralistes (« le recul des maladies infectieuses », « Maladies vectorielles : une préoccupation devenue mondiale ») et tantôt centrées sur une pathologie ou un problème de santé spécifique (faim et obésité, peste, rage et leptospirose, cancers, maladies cardiovasculaires et diabète, accidents de la route), offrant un tableau très détaillé des évolutions épidémiologiques contemporaines et des défis de santé actuels. On note la présence de deux études de cas localisées, sur les accidents à Ouagadougou ou la peste à Madagascar.

7Deux dernières planches traitent pour l’une de l’offre de soins et des dépenses de santé mondiales, et pour l’autre de l’accès aux médicaments et de leur utilisation. Les études de cas et cartes proposées sont intéressantes (évolution de la consommation d’antibiotiques dans le monde, par exemple), mais on regrette que les questions, pourtant essentielles, des pratiques de santé et du recours aux soins soient traitées si rapidement.

8La troisième partie intitulée « Des micro-fractures nationales aussi », plus brève (6 dossiers), change d’échelle et montre l’existence de disparités de santé au sein des Etats comme des métropoles.

9Les inégalités socio-spatiales d’espérance de vie et de mortalité sont d’abord mises en lumière à l’échelle nationale dans plusieurs contextes géographiques : pays développés (France, Angleterre, Etats-Unis), grands émergents (Chine, Brésil). Un dossier détaille aussi les inégalités d’accès aux soins en France à partir de divers indicateurs (accessibilité potentielle localisée, rapidité de prise en charge des AVC, temps d’accès aux maternités). L’inscription spatiale des inégalités de santé à l’échelle intra-urbaine est également démontrée à la fois dans des métropoles du Nord (Londres, Paris, Los Angeles) et dans des métropoles des Suds (au Burkina Fasso et en Amérique latine).

10Au final, cette troisième partie rappelle que les inégalités de santé sont observables dans tous les pays et à toutes les échelles, d’où l’intérêt de compléter les approches mondiales par des études à des échelles plus fines. Elle rappelle également que les inégalités socio-spatiales préexistantes se reflètent directement dans l'état de santé des populations, toujours en défaveur des plus précaires.

11La quatrième et dernière partie se concentre, comme son nom l’indique, sur quelques-uns des « défis du nouveau millénaire », parmi lesquels sont détaillés la « malbouffe » et l’obésité, la qualité de l’air, le réchauffement climatique, l’antibiorésistance ou encore l’essor des épidémies. Certaines des planches de la deuxième partie auraient d’ailleurs pu s’y intégrer.

12Les épidémies (arbovirus, Ebola, et même une planche finale consacrée à la Covid-19) font l’objet de la moitié des dossiers thématiques, et les planches proposées se révèlent très intéressantes. Elles montrent à la fois l’expansion géographique préoccupante de ces épidémies, la complexité des schémas de transmission ainsi que l’intérêt de l’approche « One health », une approche émergente en géographie de la santé qui s’intéresse à ces questions de façon systémique en croisant santé humaine, animale et environnementale.

13Dans l’ensemble de l’ouvrage, les textes explicatifs sont très détaillés et clairs, les illustrations nombreuses et la cartographie de qualité, ce qui facilite la lecture et la compréhension des dossiers thématiques.

14Au final, cet atlas propose un état des lieux synthétique et illustré des principales problématiques de santé et de leur inégale répartition spatiale à l’échelle mondiale, en se concentrant sur une géographie des états de santé et de diverses pathologies plutôt que sur les pratiques de santé et les problématiques du recours aux soins.

15Cet atlas est donc un ouvrage accessible et intéressant pour un large public, de spécialistes comme de non-spécialistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Iosti, « Gérard Salem, Florence Fournet, Atlas mondial de la santé », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 11 juillet 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17484

Haut de page

Auteur

Pauline Iosti

pauline.iosti@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search