Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsMyra J. Hird, Canada's Waste Flows

Myra J. Hird, Canada's Waste Flows

Yann Brunet
Référence(s) :

HIRD M. J., 2021, Canada's Waste Flows, Montréal, Kingston, McGill-Queen's University Press, 336 p. 

Texte intégral

1L’ouvrage de Myra J. Hird, professeure en études environnementales à la Queen’s University (Kingston), est issu des travaux réalisés depuis une dizaine d’années dans le cadre du programme de recherche interdisciplinaire sur les déchets au Canada, « Canada’s Waste Flows », qu’elle dirige. Les chapitres s’appuient en grande partie sur de précédents articles dont quelques-uns ont été co-écrits avec ses étudiants. Il s’agit donc d’une « somme » réalisée à partir d’études sur la décennie précédente. Le plus ancien article cité, écrit par l’auteure, a été publié en 2012 (Hird, 2012 ; 2021, p. XII).

2L’ouvrage, composé de trois sections, s’ouvre sur trois situations symptomatiques de la manière dont la problématique des déchets est appréhendée au Canada. Le premier se rapporte aux soixante-neuf containers de déchets envoyés de Vancouver à Manille en 2013 puis retournés en juin 2019. Le deuxième cas concerne le « confinement » des poussières d’arsenic issues de l’exploitation minière dans les territoires du Nord-Ouest près de Yellowknife entre 1948 et 2004. Enfin le troisième et dernier cas décrit la gestion des déchets de la Métropole de Vancouver qui repose très largement sur un site de décharge situé à plus de 300 km (Cache Creek). Cette ouverture in medias res, qui implique immédiatement le lecteur et le questionne, constitue le creuset des réflexions qui vont être développées dans la suite comme l’externalisation de cette gestion à plus ou moins grande échelle, l’indétermination relative à la nature même des déchets et de leur évolution et la critique des relations post-coloniales entre le Canada du Sud occidental et les territoires autochtones du Nord.

3La première section se concentre sur la problématique des déchets au Canada du Sud. Myra J. Hird propose une critique de la position et des discours des autorités nationales et locales qui témoignent d’une « gouvernementalité néolibérale capitaliste » (p. 34) qui est par ailleurs très largement partagée par les pays occidentaux. La problématique des déchets est alors réduite à un simple enjeu technique qui n’est politisée que lorsqu’une pollution émerge localement. Elle repose essentiellement sur la responsabilisation des individus. Les pouvoirs publics s’en remettent par ailleurs très largement aux acteurs privés et ne savent pas où aboutissent les déchets générés par leur propre collectivité. Cette situation a pour conséquence de ne pas questionner les causes de cette production, qu’elle soit d’origine municipale (moins de 1 % du total) ou industrielle. L’auteure dénonce ainsi les politiques de recyclage que promeuvent les pouvoirs publics comme solution miracle alors même qu’elles permettent la perpétuation du régime industrialiste et capitaliste en cause.

4La deuxième section se concentre sur les territoires du Nord du Canada dont les usages témoignent des relations coloniales passées et actuelles. Myra J. Hird évoque les infrastructures de défenses militaires qui ont servi pendant la Seconde Guerre mondiale et la Guerre Froide ou encore l’exploitation minière et leurs héritages toxiques (arsenic, PCB, amiante etc.). Cette prise de possession de l’espace a en outre détruit les modes de vie des populations autochtones forcées à se sédentariser et qui ont été, par ce fait, très fragilisées. Cela a participé du processus d’assimilation extrêmement violent du Nord par le Sud : sédentarisation, envoi des enfants indigènes et en particulier Inuits dans des centres d’ « éducation » séparés de leur famille-brutalement rappelé par les récentes découvertes de centaines de tombes sur les sites d’anciens « pensionnats autochtones » justifiant l’emploi du mot « génocide » d’après la Société historique du Canada (Le Devoir, 2 juillet 2021), changement du statut de la femme chez ces populations, exécutions traumatisantes des chiens de traineaux qui étaient des pivots du mode de subsistance de ces populations. Selon l’auteure, cette manière dont les Occidentaux ont appréhendé, et appréhendent, cet espace, mais aussi les animaux et les populations y vivant, est un marqueur fort de cet esprit colonial pérenne. Les déchets ne sont qu’un élément parmi d’autres. Cette dimension est encore très vivace dans la société canadienne.

  • 1 Agentivité (« agency »), est comprise comme la capacité d’un être à agir sur le monde, les choses, (...)

5La dernière section présente dans un premier temps une approche théorique sur l’ontologie et la phénoménologie des non-humains ; et dans un deuxième temps une étude de cas autour d’un feu qui a pris dans une décharge à Iqaluit au Nunavut en 2014 et les controverses associées entre experts et population locale. Dans la sous-section théorique, M. J. Hird mobilise en particulier la flat ontology de Manuel de Landa ainsi que l’agential realism de Karen Barad. C’est l’argument le plus percutant de l’ouvrage. En effet, cette base théorique implique un véritable changement de paradigme dans la manière d’appréhender la matière et son agentivité1. Elle permet d’aborder les enjeux d’une science « décolonisée » comme en témoigne l’étude de cas à Iqaluit en questionnant la définition statique des objets, la construction des normes, et plus largement la production des connaissances associées. La matière doit être pensée de façon dynamique par ses relations avec l’humain, le non-humain, le minéral, l’organique et de façon plus générale le « milieu associé » au sens large (politique, économique, social etc.).

6L’ouvrage se conclut par quatre pistes critiques : l’accent est mis sur l’indétermination indépassable relative à la gestion de nos déchets malgré les discours technico-scientifiques ; la critique du discours de croissance et de consommation ; l’attention particulière que le citoyen doit porter aux relations entre les secteurs industriels impliqués et les pouvoirs publics dans cette gestion et production de déchets ; enfin, les déchets sont considérés comme un symptôme de l’injustice sociale et de l’attitude coloniale pérenne. Dans cette perspective « upstream », les sciences humaines et sociales, comme le souligne M. J. Hird, ont un rôle majeur à jouer.

7Le caractère hétéroclite de l’ouvrage, qui pourrait décontenancer le lecteur, témoigne en réalité de l’intérêt des recherches variées et pluridisciplinaires de l’auteure et de son implication dans la société civile en tant qu’expert, par exemple récemment auprès du Bureau d’Audiences Publiques sur l’Environnement (BAPE) au Québec ou au G7 concernant la pollution par les microplastiques. Pour le lecteur européen, l’originalité de l’ouvrage consiste à inclure la question des déchets dans une lecture critique d’un colonialisme persistant. Plus généralement, cet ouvrage propose des clés de compréhension critiques qui dépassent très largement la seule thématique que pourrait laisser supposer son titre. Rappelons-le, les déchets « ne sont qu’«  un symptôme, une porte d’entrée pour penser les relations de pouvoir.

Haut de page

Bibliographie

HIRD M. J., 2021, Canada’s Waste Flows, Montréal & Kingston, London, Chicago, McGill-Queen University Press.

HIRD M J., 2012, Knowing Waste : Toward and Inhuman Epistemology, Social Epistemology, 26, n° 3-4, p. 453-469.

HIGH S., 2021, Le mot génocide est justifié, Le Devoir, 2 juillet 2021.

Haut de page

Notes

1 Agentivité (« agency »), est comprise comme la capacité d’un être à agir sur le monde, les choses, les êtres, à les transformer ou les influencer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Brunet, « Myra J. Hird, Canada's Waste Flows », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17520

Haut de page

Auteur

Yann Brunet

Laboratoire d’Etudes Rurales (LER), UMR 5600 CNRS Environnement Ville Société (EVS), Ecole Urbaine de Lyon, Université de Lyon Yann.Brunet@univ-lyon2.fr 

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search