Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsAlain Baraton, Dictionnaire amour...

Alain Baraton, Dictionnaire amoureux des arbres

Paul Arnould
Référence(s) :

BARATON A., 2021, Dictionnaire amoureux des arbres, Paris, Plon, 448 p.

Texte intégral

1Les arbres ont une côte d’amour incontestable auprès d’une majorité de Français. Le Dictionnaire amoureux des arbres, d’Alain Baraton, jardinier en chef du jardin du château de Versailles, devrait trouver un large public tant il semble répondre à un vide et à une demande.

  • 1 https://www.actes-sud.fr/recherche/catalogue/collection/1395?keys=

2La jolie collection d’Actes Sud intitulée « Le nom de l’arbre », ayant publié plus de 40 titres, à la fin du XXe siècle1, traduisait cette appétence pour une meilleure connaissance de ce que sont les arbres. Le phénoménal succès de l’ouvrage du forestier allemand Peter Wohleben, « La vie secrète des arbres », aux thèses pourtant discutables, confirmait ce besoin de nature mais aussi, hélas, la montée d’une certaine sensiblerie, passée de l’animal au végétal qui interroge sur notre rapport ambigu à la nature. Le bel ouvrage de l’universitaire américain David Haskell, « Un an dans la vie d’une forêt », mériterait d’être lu et médité tant il est à la fois modeste et ambitieux, régal de saynètes racontées avec verve, science et humour. Récemment le joli petit bijou d’un jeune forestier de L’Office national des forêts, Laurent Tillon, « Etre un chêne », m’a ravi par sa construction astucieuse et la masse d’informations, tant biologiques qu’historiques, qu’il apporte sur la forêt, à partir de l’histoire d’une seule espèce.

3Dois-je dire d’emblée que je n’ai pas aimé Wohleben et que je ne suis pas tombé amoureux de l’ouvrage d’Alain Baraton comme j’avais pu l’être des Dictionnaires amoureux de Denis Tillinac sur la France ou de Jean-Robert Pitte sur la Bourgogne.

4La liste de mes déplaisirs fera comprendre mes réticences :

5Le style y est pour quelque chose. L’impression de me trouver face à des résumés pesants de Wikipédia m’a souvent saisi.

6L’abondance des citations littéraires et poétique sous les rubriques « Dictons, maximes et autres proverbes », ou « Florilège personnel (Petit) », est une facilité pour « meubler. Leur choix en patchwork est le plus souvent lassant. Ah, ce pénible florilège de citations piochées en vrac on ne sait où ! ».

7La liste des arbres mise en « Vente aux enchères », après la tempête de 1999, dans le parc de Versailles, me donne la même impression de liste sans grand intérêt, au rôle de bouche-trou.

8Depuis plus de 2000 ans, la distinction entre arbres, arbustes et arbrisseaux a été exprimée clairement par Théophraste, le successeur d’Aristote à la tête du Lycée à Athènes. Alain Baraton la connait, mais il nous inflige plus de la moitié d’entrée d’espèces qui ne sont pas des arbres mais des arbustes fruitiers.

9Dans le même registre, le flou autour de la notion d’espèce aboutit à un amoncellement de chiffres, tirés d’on ne sait où, sur le nombre de variétés, de cultivars… Ces milliers de soi-disant arbres, bricolés par des jardiniers, aboutissent à une inflation du nombre potentiel d’espèces d’arbres dont la comptabilité est un travail scientifique qu’Alain Baraton ignore. Il préfère, comme il le dit de façon passablement candide, la légende à la vérité.

10Les comparaisons entre le clémentinier et le mandarinier, comme les moyens mnémotechniques de distinguer le paulownia du catalpa, qu’Alain Baraton avoue ne pas aimer - mais se dit obligé d’en parler - sont d’un simplisme affligeant. Mais tant mieux si les 3 lettres "a" contenues dans catalpa, face aux 2 "a" de paulownia, rendent les gens plus savants, comme Alain Baraton prétend l’être devenu grâce à cette maitrise lui permettant de distinguer les deux arbres aux feuilles géantes et de briller ainsi en société ?

11Ce dictionnaire est le fait d’un jardinier ou d’un horticulteur, ce qu’Alain Baraton ne manque pas de rappeler qu’il est. Ses choix ne sont pas le fait d’un forestier. Du coup, le palétuvier n’a droit qu’aux paroles d’une chanson parodique. Rien sur les extraordinaires forêts de mangrove, poussant les pieds dans l’eau salée, en front de mer, sur les littoraux tropicaux !

12Que dire de l’absence d’une entrée Douglas ou Teck alors que le trèfle à quatre feuilles de Marcel Dassault a sa place dans ces étranges choix, certes assumés, mais qui mélangent allégrement l’accessoire et l’important ?

13La position d’Alain Baraton vis-à-vis de la langue latine est passablement ambigüe. Il est bien obligé de l’utiliser pour certains arbres exotiques mais, par un curieux nombrilisme, les arbres français n’ont droit qu’à leur nom vernaculaire. Alain Baraton suppose que tout un chacun, de par le vaste monde, sait que le hêtre est Fagus sylvatica.

14Outre les arbres, quelques humains ont droit de cité dans ce dictionnaire. C’est le droit de l’auteur de choisir ces personnages qui ont leur place dans son panthéon amoureux. Ces choix sont pour le moins étonnants : la lettre de Georges Pompidou à son premier ministre Jacques Chaban Delmas, à propos des arbres de bord de routes, est une pièce qui attise la curiosité du lecteur mais qui reste du domaine de l’anecdotique. Mais rien sur Linné, sur lord Weymouth, si peu sur Jussieu, sur l’intrépide aventurier Douglas, sur les arboretums de Philippe de Vilmorin dans le célèbre domaine des Barres à Nogent-sur-Vernisson ou sur celui de l’école forestière de Nancy, à Amance… Mais tout cela est sans doute trop loin de Versailles !

15Le débat Rousseau/Baraton, dans la rubrique « Déclaration des droits de l’arbre » est pour le moins pitoyable. J’ai presque songé, en le lisant, à la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf. Le plaidoyer pour que les jardiniers André Le Notre et Antoine Richard soient panthéonisés est passablement ridicule. On a l’impression qu’Alain Baraton se verrait bien aux côtés de Rousseau dans le temple des Grands Hommes.

16L’omniprésence des références à Versailles peut se comprendre venant du jardinier en chef du château. Elle m’a plus agacé qu’attendri.

17Un ouvrage suscite souvent des bonheurs de lecture. Je dois avouer que j’ai le plus souvent ressenti des rejets devant tant de pesantes entrées. Et que dire de l’arsenal d’illustrations, en noir et blanc qui est souvent pour moi du registre du sinistre et du gribouillis (bouillie) ! Où est la magie des illustrations des flores multicolores de jadis ?

18Cette longue liste de griefs, que je pourrais allonger, explique mon désamour à la lecture de ce dictionnaire des soi-disant arbres qui est parvenu à faire de moi un amoureux déçu.

Haut de page

Notes

1 https://www.actes-sud.fr/recherche/catalogue/collection/1395?keys=

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Arnould, « Alain Baraton, Dictionnaire amoureux des arbres », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 16 juillet 2021, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17534

Haut de page

Auteur

Paul Arnould

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search