Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesComptes rendus inédits2022Les arbres en dictionnaires. L’ar...

2022

Les arbres en dictionnaires. L’art difficile de mettre la nature en culture

Paul Arnould
Référence(s) :

BARATON A., 2021, Dictionnaire amoureux des arbres, Paris, Plon, 448 p.

GAUQUELIN T., 2021, Des arbres et des forêts. Dictionnaire pour comprendre ces fabuleux organismes vivants, Paris, L’Harmattan, 185 p.

Texte intégral

1Les arbres ont une côte d’amour incontestable auprès d’une majorité de Français. Le Dictionnaire amoureux des arbres, d’Alain Baraton, jardinier en chef du jardin du château de Versailles, devrait trouver un large public tant il semble répondre à un vide et à une demande.

  • 1 https://www.actes-sud.fr/recherche/catalogue/collection/1395?keys=

2La jolie collection d’Actes Sud intitulée « Le nom de l’arbre », ayant publié plus de 40 titres, à la fin du XXe siècle1, traduisait cette appétence pour une meilleure connaissance de ce que sont les arbres. Le phénoménal succès de l’ouvrage du forestier allemand Peter Wohleben, « La vie secrète des arbres », aux thèses pourtant discutables, confirmait ce besoin de nature mais aussi, hélas, la montée d’une certaine sensiblerie, passée de l’animal au végétal qui interroge sur notre rapport ambigu à la nature. Le bel ouvrage de l’universitaire américain David Haskell, « Un an dans la vie d’une forêt », mériterait d’être lu et médité tant il est à la fois modeste et ambitieux, régal de saynètes racontées avec verve, science et humour. Récemment le joli petit bijou d’un jeune forestier de L’Office national des forêts, Laurent Tillon, « Etre un chêne », m’a ravi par sa construction astucieuse et la masse d’informations, tant biologiques qu’historiques, qu’il apporte sur la forêt, à partir de l’histoire d’une seule espèce.

3Dois-je dire d’emblée que je n’ai pas aimé Wohleben et que je ne suis pas tombé amoureux de l’ouvrage d’Alain Baraton comme j’avais pu l’être des Dictionnaires amoureux de Denis Tillinac sur la France ou de Jean-Robert Pitte sur la Bourgogne.

4La liste de mes déplaisirs fera comprendre mes réticences :

5Le style y est pour quelque chose. L’impression de me trouver face à des résumés pesants de Wikipédia m’a souvent saisi.

6L’abondance des citations littéraires et poétique sous les rubriques « Dictons, maximes et autres proverbes », ou « Florilège personnel (Petit) », est une facilité pour « meubler. Leur choix en patchwork est le plus souvent lassant. Ah, ce pénible florilège de citations piochées en vrac on ne sait où ! ».

7La liste des arbres mise en « Vente aux enchères », après la tempête de 1999, dans le parc de Versailles, me donne la même impression de liste sans grand intérêt, au rôle de bouche-trou.

8Depuis plus de 2000 ans, la distinction entre arbres, arbustes et arbrisseaux a été exprimée clairement par Théophraste, le successeur d’Aristote à la tête du Lycée à Athènes. Alain Baraton la connait, mais il nous inflige plus de la moitié d’entrée d’espèces qui ne sont pas des arbres mais des arbustes fruitiers.

9Dans le même registre, le flou autour de la notion d’espèce aboutit à un amoncellement de chiffres, tirés d’on ne sait où, sur le nombre de variétés, de cultivars… Ces milliers de soi-disant arbres, bricolés par des jardiniers, aboutissent à une inflation du nombre potentiel d’espèces d’arbres dont la comptabilité est un travail scientifique qu’Alain Baraton ignore. Il préfère, comme il le dit de façon passablement candide, la légende à la vérité.

10Les comparaisons entre le clémentinier et le mandarinier, comme les moyens mnémotechniques de distinguer le paulownia du catalpa, qu’Alain Baraton avoue ne pas aimer - mais se dit obligé d’en parler - sont d’un simplisme affligeant. Mais tant mieux si les 3 lettres "a" contenues dans catalpa, face aux 2 "a" de paulownia, rendent les gens plus savants, comme Alain Baraton prétend l’être devenu grâce à cette maitrise lui permettant de distinguer les deux arbres aux feuilles géantes et de briller ainsi en société ?

11Ce dictionnaire est le fait d’un jardinier ou d’un horticulteur, ce qu’Alain Baraton ne manque pas de rappeler qu’il est. Ses choix ne sont pas le fait d’un forestier. Du coup, le palétuvier n’a droit qu’aux paroles d’une chanson parodique. Rien sur les extraordinaires forêts de mangrove, poussant les pieds dans l’eau salée, en front de mer, sur les littoraux tropicaux !

12Que dire de l’absence d’une entrée Douglas ou Teck alors que le trèfle à quatre feuilles de Marcel Dassault a sa place dans ces étranges choix, certes assumés, mais qui mélangent allégrement l’accessoire et l’important ?

13La position d’Alain Baraton vis-à-vis de la langue latine est passablement ambigüe. Il est bien obligé de l’utiliser pour certains arbres exotiques mais, par un curieux nombrilisme, les arbres français n’ont droit qu’à leur nom vernaculaire. Alain Baraton suppose que tout un chacun, de par le vaste monde, sait que le hêtre est Fagus sylvatica.

14Outre les arbres, quelques humains ont droit de cité dans ce dictionnaire. C’est le droit de l’auteur de choisir ces personnages qui ont leur place dans son panthéon amoureux. Ces choix sont pour le moins étonnants : la lettre de Georges Pompidou à son premier ministre Jacques Chaban Delmas, à propos des arbres de bord de routes, est une pièce qui attise la curiosité du lecteur mais qui reste du domaine de l’anecdotique. Mais rien sur Linné, sur lord Weymouth, si peu sur Jussieu, sur l’intrépide aventurier Douglas, sur les arboretums de Philippe de Vilmorin dans le célèbre domaine des Barres à Nogent-sur-Vernisson ou sur celui de l’école forestière de Nancy, à Amance… Mais tout cela est sans doute trop loin de Versailles !

15Le débat Rousseau/Baraton, dans la rubrique « Déclaration des droits de l’arbre » est pour le moins pitoyable. J’ai presque songé, en le lisant, à la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf. Le plaidoyer pour que les jardiniers André Le Notre et Antoine Richard soient panthéonisés est passablement ridicule. On a l’impression qu’Alain Baraton se verrait bien aux côtés de Rousseau dans le temple des Grands Hommes.

16L’omniprésence des références à Versailles peut se comprendre venant du jardinier en chef du château. Elle m’a plus agacé qu’attendri.

17Un ouvrage suscite souvent des bonheurs de lecture. Je dois avouer que j’ai le plus souvent ressenti des rejets devant tant de pesantes entrées. Et que dire de l’arsenal d’illustrations, en noir et blanc qui est souvent pour moi du registre du sinistre et du gribouillis (bouillie) ! Où est la magie des illustrations des flores multicolores de jadis ?

18Cette longue liste de griefs, que je pourrais allonger, explique mon désamour à la lecture de ce dictionnaire des soi-disant arbres qui est parvenu à faire de moi un amoureux déçu.

19Peut-on éviter en feuilletant le Dictionnaire pour comprendre ces fameux êtres vivants, de Thierry Gauquelin de songer au dictionnaire amoureux des arbres d’Alain Baraton et de comparer leurs qualités et leurs défauts respectifs ? Non bien sur tant les résonances sont multiples. Pourtant le nombre d’arbres en commun, clairement identifiés dans leur table des matières est réduit à une dizaine d’espèces : l’aulne, le caroubier, le cèdre, le cyprès, le genévrier, le chêne liège, le pistachier, le robinier, l’acacia, l’orme, le chêne vert.

20J’ai déjà écrit tout le mal que je pensais du pseudo dictionnaire des arbres d’Alain Baraton. Mon jugement sera beaucoup plus nuancé pour le travail de Thierry Gauquelin. Le fait qu’il soit enseignant et chercheur n’y est pour rien (quoique si, un peu. Soyons franc !) mais l’épaisseur scientifique de son travail, malgré quelques inévitables scories, n’a rien à voir avec les approximations du chantre versaillais.

21Thierry Gauquelin se soucie de définir ses objets d’études l’arbre (p. 9) et la forêt (p. 59), ordre alphabétique du dictionnaire oblige, ce qui est un peu tardif pour la forêt. Alain Baraton ne songeait pas à faire ce travail élémentaire de définition.

22Le nombre d’entrées du dictionnaire de Thierry Gauquelin, moins d’une vingtaine d’arbres, ne souffre pas des boursouflures inflationnistes, plus d’une centaine, qui caractérisent le dictionnaire amoureux de tout et de rien d’Alain Baraton.

23On peut cependant lui reprocher d’être totalement au service des espèces méditerranéennes. Favoriser un des « hots spots » de la biodiversité est moins nombriliste que de ramener nombres d’espèces au petit espace du château de Versailles. Le parti pris est logique au vu de la trajectoire de l’auteur qui ne cache pas sa fascination pour quelques arbres, comme le genévrier thurifère en particulier, qui fut surtout un des objets privilégiés de ses recherches et dont les odeurs d’encens lui rappellent son passé d’enfant de cœur (p. 155). Ces évocations de la vie privée de l’auteur sont de mon point de vue une des irritations provoquées par ce souci de connivence. Elles n’apportent rien à la description d’une espèce ou d’un milieu. Elles visent à introduire je pense une dimension « vécue » qui parasite en fait le récit. Conseiller de manger du boudin cajun, de « chez Babineaux », (p. 19) dans les bayous du Mississipi en Louisiane étonne. Que vient faire cette allusion gastronomique incongrue ? La publicité pour « le gin Kendricks, infusé aux essences de concombre de Hollande et de pétales de rose de Bulgarie » ; (article Juniperus, p. 94) est dans le même registre du mélange des genres. Les allusions au château d’Yquem et au Cheval blanc, à propos du liège (p. 105) font aussi partie de ces références œnologiques en forme de clin d’œil complice qui n’apportent pas grand-chose au propos. Une entrée saugrenue sur l’Austin mini (p. 17) traduit une fascination pour le monde de l’automobile que l’on retrouve dans une allusion à la ligne des Hispano Suiza de 1938 (à propos de l’anémomorphose, p. 13). Ces digressions sont plaisantes, surtout lorsqu’elles appuient une suggestion d’utiliser en plus grande quantité le bois dans la construction automobile pour contribuer à fixer du carbone. Elles n’en restent pas moins discutables. L’entrée collembole (page 39) participe chez Gauquelin du même penchant narcissique qui caractérisait le travail de Baraton. Le fait que des collègues aient donné son nom Choriteulina gauquelini Gers et Deharveng à une espèce de collembole vivant dans les litières de genévrier thurifère, un des arbres préférés de Thierry Gauquelin, ne parait pas d’une utilité évidente, mis à part le fait de servir de révélateur du péché d’ego légèrement surdimensionné de son auteur.

24Les deux dictionnaires font curieusement quelques références à des lieux bien précis. Thierry Gauquelin sort de l’anonymat trois territoires : la forêt de la Mamora au Maroc (p. 109), la forêt d’Iraty (p. 86), au Pays Basque et, curieusement, la forêt de Verzy (p. 165) sur les coteaux surplombant la ville de Reims et le vignoble champenois. Pourquoi privilégier ces trois forêts ? La logique de ce choix n’est pas évidente. Alain Baraton n’a guère recours à l’allusion géographique, mis à part une entrée Guernica et une autre Fau de Verzy qui renvoie à hêtre. Cette tentation minimaliste d’ancrer les descriptions d’arbres dans des lieux précis et des milieux bien caractérisés, dénote une conception relativement « hors sol » de leur approche. On sent poindre le besoin de ne pas se contenter de parler d’un individu mais de le situer, le contextualiser, qui reste, hélas, embryonnaire.

25Que Gauquelin tout comme Baraton éprouve le besoin de parler des faux de Verzy interroge. Pourquoi cette fascination pour cette poignée de hêtres au port tortueux, torturé, tortillard ? Parce qu’ils sont des bonsaïs « naturels » ? Parce qu’ils cassent l’image du hêtre au port élancé, véritable pilier vivant évoquant l’image si souvent utilisée pour la forêt qui leur est associée de futaie cathédrale ? Parce qu’ils sont le support d’une foule de théories plus ou moins folkloriques sur leur origine ? On décèle dans cette entrée Verzy le poids du mystérieux, du fantastique, de l’inexplicable. La théorie d’une mutation génétique est désormais admise mais pourquoi là à Reims et dans quelques autres lieux ? Tout comme la disparition des dinosaures mais à une échelle moindre l’imagination peut se donner libre cours pour échafauder les explications plus fantaisistes les unes que les autres pour expliquer la présence de ces « quasimodos du vivant ».

26Le paragraphe consacré à la forêt de la Mamora au Maroc se comprend dans le contexte de fascination de Thierry Gauquelin pour le monde méditerranéen. Le coup de projecteur sur cette forêt, dont Pline l’Ancien dit qu’elle était parcourue par des éléphants, peut se concevoir mais pourquoi elle et non pas les superbes cédraies d’Azrou ou d’Ifrane dont il est question de façon allusive dans l’entrée consacrée au cèdre. Les raisons des choix des auteurs sont souvent impénétrables.

27Une dissymétrie forte existe entre Baraton et Gauquelin à propose des mini fiches biographiques sur des hommes ou de rares femmes qui ont travaillé sur les arbres et les forêts. Aucun grand homme chez Gauquelin, à part quelques allusions respectueuses aux grands botanistes méditerranéens que sont Gaussen et Emberger, alors que Baraton évoque moult botanistes célèbres oubliant hélas dans son Panthéon sélectif Linné, Douglas, Adanson…

28Autant la science de Baraton est souvent dans le mode hésitant, autant Gauquelin se plait à évoquer des travaux de recherche scientifique en cours ou des questions en suspens susceptibles de mobiliser les chercheurs. Les recherches sur les zones asylvatiques des cuvettes du Moyen Atlas au cœur de la cédraie (p. 33), les hypothèses avancées pour expliquer leur présence énigmatique dans des régions potentiellement forestières font l’objet d’une réflexion sur leur origine et les facteurs limitants possibles faisant triompher l’herbe au détriment de l’arbre.

29Le chapitre sur l’osmonde royale (p. 125) parait incongru chez Gauquelin, tout comme celui consacré aux plantes épineuses à coussinets des hautes altitudes méditerranéennes. La double justification de cette entrée par la difficulté de trouver un arbre commençant par la lettre X, l’obligeant à se rabattre sur la lettre X de Xérophytes et par l’énigme que constituent certains milieux sans arbres est pour le moins tirée par les cheveux.

30L’entrée podzol interroge également. Pourquoi ce sol du massif landais mais aussi de la taïga a-t-il droit à son entrée et pas les rendzines, les sols à gley, la latérite... Les choix de l’auteur sont souverains mais passablement obscurs.

31Ces faiblesses dans le choix des sujets abordés ne sauraient gâcher le plaisir procuré par la lecture de certaines entrées traitées avec compétence et humour. Le genévrier thurifère (p. 155) a droit un traitement de choix justifié par les recherches menées durant des décennies par Thierry Gauquelin, sur cet arbre majestueux, lui valant le surnom de la part de ses collègues de Monsieur thurifère. De colloques internationaux en évocation des travaux de chercheurs nous partageons la fascination pour cet arbre qui sert de modèle pour comprendre comment « une espèce s’est dispersée, a évolué, résisté, fonctionne aujourd’hui et fonctionnera demain ». Les deux dernières entrées du dictionnaire yeuse (p. 177) et zéen (p. 181) permettent une curieuse mais aussi copieuse mise au point sur les chênes méditerranéens, tant prisés comme espèces susceptibles de faire face au réchauffement climatique. Le cyprès a droit aussi à une description empreinte de sympathie mêlant les références historiques à la grande dynastie des Almohades mais aussi un vigoureux plaidoyer pour la systématique, la science des inventaires injustement méprisée au regard de la génétique triomphante. Thierry Gauquelin manie avec bonheur les références les plus solides dans les registres historiques, géographiques et sociologiques avec des réflexions de bon sens et des engagements forts au service des sciences de la nature.

32Rendons aux deux auteurs un souci de faire partager au lecteur une indéniable passion pour les arbres et les forêts, mais ne nous laissons pas entrainer sur des sentiers souvent fort mal balisés où le scientifique côtoie trop souvent sans le dire clairement le folklorique.

Haut de page

Notes

1 https://www.actes-sud.fr/recherche/catalogue/collection/1395?keys=

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Arnould, « Les arbres en dictionnaires. L’art difficile de mettre la nature en culture »Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17534 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.17534

Haut de page

Auteur

Paul Arnould

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Jean Moulin Lyon 3
  • Logo Université Jean Monnet Saint-Etienne
  • Logo Ecole normale supérieure de Lyon
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon (ENSAL)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search