Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesComptes rendus inédits2021Nicolas Ginsburger, Marie-Claire ...

2021

Nicolas Ginsburger, Marie-Claire Robic et Jean-Louis Tissier (dir.), Géographes français en Seconde Guerre mondiale

Pascal Clerc
Référence(s) :

GINSBURGER N., ROBIC M.-C. et TISSIER J.-L. (dir.), 2021, Géographes français en Seconde Guerre mondiale, Paris, Éditions de la Sorbonne, 442 p.

Texte intégral

1Commençons par le titre, il est essentiel. Les géographes dont il est ici question sont en guerre, au-delà de leur inclusion, éventuellement passive, dans l’espace et le temps du second conflit mondial. Ils sont en guerre contre l’Allemagne, contre le nazisme, contre la France de Vichy ou contre ceux qui s’y opposent, en guerre contre la guerre, en guerre avec leur corps ou avec leur plume, en guerre simplement contre tout ce qui les empêche de faire leur travail.

2À travers l’étude d’une vingtaine de géographes (il y a quelques portraits de groupes), cet ouvrage montre qu’au-delà de la traversée d’une période difficile, ce sont aussi les formes d’engagement plurielles des géographes français dans le conflit qui méritent d’être étudiées. Il remet ainsi en cause deux idées assez largement admises. D’abord, une « légende noire » de la géographie française d’alors qui, en raison de son attention à la ruralité, à la terre, aux racines (ce qui n’est en outre qu’un aspect de ses orientations), aurait été proche de Vichy. La réalité est plus complexe ; si certains géographes ont soutenu le régime de Pétain, durablement ou non, d’autres l’ont combattu, d’autres encore ont changé d’attitude ou sont restés dans l’ambiguïté. Ensuite, et tout l’ouvrage en témoigne, les géographes français de l’époque (pour le dire vite, des vidaliens et post-vidaliens) ne sont pas – comme on le leur a parfois reproché – à l’écart du monde, loin de ses turbulences et des enjeux du politique : entre 1939 et 1945, ils ne regardent pas ailleurs. De diverses manières, la guerre prend place dans leurs recherches et leurs écrits.

3Cette production, initiée par des membres de l’équipe de recherche EHGO (Épistémologie et histoire de la géographie, UMR Géographie-cités), revisite donc l’activité intellectuelle et militante des géographes français ainsi que leurs engagements dans le conflit. La base des textes de cet ouvrage est apportée par deux journées d’études consacrées aux géographes dans la période 1939-1945, la première en 2009 (sur la période de Vichy), la deuxième en 2010 (sur la Seconde Guerre mondiale en général). Les communications initiales ont été reprises et actualisées, mais aussi complétées par d’autres textes dans cet ouvrage divisé en quatre parties. Les auteurs sont géographes ou historiens pour la plupart, Français et étrangers.

4La première partie s'intitule « Géographier sous contraintes en zones libre et occupée ».

5Comment les géographes continuent-ils à travailler durant cette période si particulière ? Cette partie aborde les questions parfois très pratiques du fonctionnement de l’université et de la recherche en temps de guerre. Tandis que certains sont mobilisés (Jean Dresch qui est affecté comme lieutenant dans un régiment de tirailleurs marocains, Paul Marres comme capitaine dans un régiment d’infanterie coloniale en Lorraine, ou encore Pierre Gourou), d’autres, plus âgés souvent, tâchent de les remplacer au mieux et assurent des cours supplémentaires ; c’est le cas d’Albert Demangeon, dont c’est la deuxième expérience de guerre.

6Les activités professionnelles sont bouleversées. La division du pays en deux zones à partir de juin 1940 entraîne des mouvements de population auxquels bien évidemment les géographes n’échappent pas. Avoir faim, avoir froid, ne pas avoir de nouvelles de ses proches, ne plus avoir accès aux bibliothèques et à sa documentation personnelle ralentit le travail sans pour autant le stopper. Les Annales de Géographie ne cessent pas de paraître mais réduisent la voilure en publiant un numéro sur deux, tant en raison sans doute de la raréfaction des contributions que de la pénurie de papier.

7Le travail de terrain est interdit ou entravé. Les géographes redeviennent provisoirement des chercheurs de cabinet. Cette vacance des activités habituelles donne, peut-être plus qu’à l’accoutumée, le temps de la réflexion et oblige à la compilation. Dans ces circonstances, Max Sorre met au point son ouvrage majeur, Les fondements de la géographie humaine, dont le premier volume est publié en 1943. L’hypothèse, assez incongrue, de la guerre comme période intellectuellement féconde n’est pas insensée. Un géographe en guerre produit des outils, des connaissances et des concepts relatifs à la guerre. Ainsi, Daniel Faucher critique en géographe la théorie de l’espace vital, « une régression de l’esprit et de la civilisation » écrit-il en 1940. Plus largement, les directeurs de l’ouvrage notent que la période permit peut-être un développement d’approches réflexives, autour de la notion d’espace en particulier.

8La seconde partie a pour titre « Près de Vichy ? »

9À travers les portraits de géographes jugés proches des idées de la Révolution nationale, cette partie interroge la « légende noire » évoquée plus haut. Mais d’études de cas en études de cas, le tableau se complexifie – cette complexité, rendue possible par la diversité et la confrontation des analyses est d’ailleurs un trait fort de cet ouvrage. Le texte consacré à Jean-François Gravier est à ce titre intéressant. Sa position est claire : issu de la droite monarchiste et catholique, il a toujours été favorable à l’idéologie de Vichy. Intellectuellement, il produit un discours aménagiste régionaliste, ruraliste et anti-urbain en cohérence avec cette idéologie. C’est la réception de ses idées qui interroge. Pourquoi les thèses d’un maréchaliste notoire sont-elles reprises après la Libération ? En novembre 1944, il est sollicité par le gouvernement provisoire (GPRF) pour un rapport sur la reconstruction. C’est la base de son ouvrage Paris et le désert français, publié en 1947, qui sera lui-même la référence pour l’aménagement du territoire en France pendant de nombreuses années.

10On trouve aussi dans cette partie des portraits de Lucien Gachon et d’Henri Boucau, deux profils très différents. Le premier, ancien instituteur et attaché à son Auvergne natale, est un géographe ruraliste qui chante les louanges de sa terre, un « écrivain-paysan » qui adhère sans réserve à l’idée d’une revitalisation du pays par l’agriculture, à l’importance des racines et d’une terre qui ne ment pas. Henri Boucau, historien et géographe, président de la Société des professeurs d’histoire-géographie (qui deviendra l’APHG) entre 1935 et 1940, fait sa carrière administrative d’inspecteur général sous Vichy. Son parcours dit clairement la vanité d’une lecture manichéenne des postures durant la guerre. Boucau, comme beaucoup de Français, comme d’autres de ses collègues, évolue entre renoncements, compromissions, carriérisme et actions de résistances discrètes ; comme d’autres aussi, ses positions évoluent au fil du temps et confirment une fois de plus que les résistants de 1944 ne sont pas ceux de 1940.

11Peut-on parler de compromissions pour Pierre George ou Jacques Weulersse, pour un communiste et un « libre penseur » ? Ils participent tous deux, et activement, à une étude sur la décentralisation industrielle pilotée par Vichy. Comme pour les auteurs d’un autre texte de l’ouvrage, consacré à la production de guides pour les activités de plein air de la jeunesse, on a le sentiment qu’ils se sont accommodés d’une situation et que, sans forcément adhérer aux idées d’alors, ils ont fait ce qui leur semblait être leur travail.

12Dans la troisième partie est traité le thème « Hors des frontières : géographes à l’étranger et en exil »

13Autre posture, celle du déplacement et de ses différentes modalités : partir, revenir, être ailleurs. La situation de Jean Gottmann en France est inconfortable à partir de l’été 1940, il est Juif et n’a bientôt plus d’emploi ; il doit quitter le pays. Orlando Ribeiro lui, retourne au Portugal. Il y aussi le cas de ceux qui n’étaient pas en France : Paul Dupuy à Genève, Pierre Deffontaines à Barcelone où il dirigeait l’Institut français ou Pierre Monbeig qui enseignait à São Paulo.

14Au-delà de ces trajectoires à l’étranger, les textes montrent aussi la diversité des engagements : du pacifisme de Dupuy aux ambivalences (ou au changement de posture) de Deffontaines, entre soutien à Pétain puis condamnation, en passant par les combats intellectuels contre la collaboration et les totalitarismes nazi et fasciste.

15Tous, à leur manière, sont impliqués. Leurs postures ne sont pas forcément héroïques ; ils sont ailleurs, parfois très loin des lieux de combat, très loin des privations de la guerre. Mais tous s’engagent. Mentionnons les « combats de papier » de Monbeig (il écrit des articles dans le quotidien O Estado de São Paulo où il prend des positions fortes contre les régimes italiens et allemands et contre la collaboration) et les « savoirs de combat » que Gottmann met au service de l’expertise militaire. Mentionnons aussi les évolutions de Dupuy qui accepte d’abord l’occupation mais condamne la coopération avec l’Allemagne, avant de se positionner contre la France antisémite et cléricale que Pétain incarne en 1944, ou celles de Deffontaines, fidèle au maréchal jusqu’en 1942 puis engagé activement auprès des réfugiés français qui cherchent à rejoindre les forces françaises en Afrique.

16Concluons pour ce chapitre par une ironie de l’histoire : Gottmann, qui a quitté la France sous la contrainte, sans aucune assurance quant à son installation aux États-Unis, et transforme son exil en tremplin vers une carrière outre-Atlantique et la construction du fameux concept de Mégalopolis.

17Enfin, dans la quatrième partie sont mises en valeur les "Figures de résistants et de victimes".

18Ils sont trois à occuper le devant de la scène pour cette dernière partie, mais la résistance concerne d’autres géographes de l’époque ; rendons notamment hommage à Jean Dresch, à Raymond Dugrand, à Bernard Kayser ou à Pierre Gourou. Ces trois géographes donc, Théodore Lefebvre, Jacques Ancel et Jules Blache, ont une caractéristique commune : une attitude héroïque de résistance en décalage total avec leur reconnaissance au sein de la communauté des géographes. La place dans la communauté – une place orthodoxe – vaut apparemment plus que les engagements.

19Lefebvre a connu un destin tragique. Le géographe de Poitiers fut blessé pendant la Première Guerre mondiale et trouva la mort dans la Seconde. Il est capturé par la Gestapo en septembre 1942 et tué un peu plus d’un an après. Cet unique géographe français à avoir été une victime directe de la guerre n’a donc pas connu la postérité que l’on pourrait imaginer. C’est un aspect intéressant du texte qui lui est consacré. Il avait un statut de géographe « mineur » et « périphérique », son œuvre n’est pas marquante et il n’a pas eu d’héritier intellectuel qui aurait permis d’entretenir la flamme.

20La trajectoire d’Ancel pendant et après la guerre connaît de nombreuses similitudes. Sa résistance commence dès son opposition aux accords de Munich. Elle ne cessera pas malgré les persécutions, son renvoi à ses origines juives et son exclusion de l’université. S’il ne meurt pas directement sous les coups de l’ennemi, il est considérablement affaibli par sa détention à Drancy et succombe en 1943. Comme Lefebvre, la postérité n’a pas vraiment retenu son nom et la communauté des géographes s’est distinguée après sa mort par un assourdissant silence.

21L’étude de cas consacrée à Jules Blache vient clore cet ouvrage. En 1945, il publie un livre engagé, Le grand refus, resté quasiment inconnu de ses collègues. L’étude qui y est consacrée permet un retour sur les questions initiales, celles du travail d’un géographe en temps de guerre. Le grand refus n’apparait pas comme un livre de géographie, pourtant la discipline et ses chercheurs y sont omniprésents. Blache mobilise des notions classiques comme celle de genre de vie, s’appuie sur des enquêtes de terrain, convoquant les travaux de ses collègues tout en recourant à d’autres sciences humaines et sociales. C’est le livre d’un géographe en guerre.

22Au-delà des multiples apports de l’ouvrage sur nombre de géographes français de l’époque, sur leurs engagements, leurs conditions de vie et de travail, sont mises en lumière les relations au sein de la communauté savante. C’est un choix judicieux des directeurs et de la directrice de l’ouvrage que d’avoir multiplié les renvois d’un chapitre à l’autre. Ces échos donnent à voir très concrètement l’étroitesse de la communauté des géographes français et francophones d’alors ainsi que l’intensité de leurs relations. Tous se connaissent, beaucoup se fréquentent, conduisent ensemble des projets et, en ces temps troublés, se transmettent des nouvelles des uns ou des autres (on constate au passage combien les correspondances sont un outil précieux pour l’étude d’une communauté scientifique). On pourrait presque dessiner ce réseau avec ses figures centrales, ses outsiders, ceux qui sont loin, et de Martonne, le patron qui, dans l’adversité, tente de faire fonctionner la communauté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Clerc, « Nicolas Ginsburger, Marie-Claire Robic et Jean-Louis Tissier (dir.), Géographes français en Seconde Guerre mondiale »Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 29 août 2021, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17564 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.17564

Haut de page

Auteur

Pascal Clerc

Professeur des Universités en géographie, CY Cergy Paris Université, INSPÉ de l’Académie de Versailles Blog Géographies buissonnières http://geobuis.hypotheses.org/ clercpascal69@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Jean Moulin Lyon 3
  • Logo Université Jean Monnet Saint-Etienne
  • Logo Ecole normale supérieure de Lyon
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon (ENSAL)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search