Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesComptes rendus2021Sur le livre de Armelle Choplin M...

2021

Sur le livre de Armelle Choplin Matière grise de l’urbain : la vie du ciment en Afrique

Eric Verdeil
Référence(s) :

CHOPLIN A., 2021, Matière grise de l’urbain : la vie du ciment en Afrique, Genève, Métis Presses, 252 p.

Texte intégral

1Dès son titre, cet ouvrage intrigue et séduit. L’idée d’une vie du ciment renvoie au courant d’analyse de la vie sociale des objets, mettant l’accent sur leur matérialité qui tisse nos sociétés. Le jeu de mots sur la matière grise pointe l’intelligence collective qui met en œuvre cette matière qui structure de plus en plus les espaces urbains. Tout le livre est à l’avenant, avec un ton alerte et vivant, des formules et titres de chapitres bien frappés, une écriture simple et percutante, nourrie de témoignages, de citations d'entretiens, d'anecdotes personnelles, d'observations sur le vif et de références littéraires, cinématographiques ou issues de la culture populaire. Signalons également une iconographie très riche dans une composition attractive, formée de cartes représentant données censitaires et relevés de terrain au moyen d'OpenStreetMap (quoique les légendes soient presque illisibles tant le format du livre oblige à la miniaturisation) et de nombreuses photos, ou encore de capture d'écrans en provenance d'internet. Pour ne rien gâcher, une grande partie de ces ressources est accessible numériquement sur le site de l’éditeur.

2Le livre s'attache, d'une manière inspirée et très originale, à analyser la centralité du ciment dans la ville africaine qui, a bien des égards, se normalise, suivant en cela les mutations plus anciennes des villes européennes, américaines et asiatiques. Cela traduit une intégration au monde capitaliste, sous l’influence d'entreprises multinationales (européennes, chinoises) surfant sur le puissant mouvement d'urbanisation de l'Afrique, mais en raison de l'émergence d'entreprises multinationales d'origine africaine dont l’entreprise nigérianne Dangbote offre un exemple. Le corridor urbain de Lagos à Accra en est un exemple représentatif et constitue l'illustration privilégiée par Armelle Choplin. Cette dernière, cependant, n'hésite néanmoins pas à mobiliser d'autres exemples et cas, au gré des travaux et visites qui ont alimenté sa trajectoire de chercheuse. La demande de ciment dans les villes africaines est stimulée par l'insertion dans la mondialisation qui suscite la diffusion de nouvelles formes urbaines (tours, villas luxueuses, centres commerciaux) et de pratiques associées (usage de la climatisation…), qui reflètent des écarts croissants de niveaux de vie. Mais, dans le même temps, la bétonisation de la ville africaine procède aussi par le bas. Le ciment devient le signe de l'urbain populaire, dans les périphéries où s'édifient, au gré de l'épargne des citadins et sous la tutelle des maîtres-maçons et de leurs (souvent très) jeunes apprentis, des maisons en dur destinées à procurer un refuge et une sécurité dans les parcours de vie. Elles représentent, pour chacun d'entre eux, « son chez », où les rituels magiques réadaptés à la vie urbaine réutilisent le ciment pour protéger les voduns, les esprits des morts enterrés et « cimentés » sur place.

3Le livre excelle, dans une série de tableaux, à évoquer la place du ciment dans la vie de tous les jours, sur le cours duquel spéculent les revendeurs au détail, qu'on offre sous forme de sac à l'occasion d'un départ en retraite, etc. Et, avec le ciment (dont Armelle Choplin connait les différentes variétés disponibles sur le marché), toute une série d'objets et de matières se retrouvent inclus dans l'enquête : carreaux de faïence, fers à béton, moules à brique. En effet, on produit bien souvent les briques de ciment sur le chantier, de manière artisanale et non sans gaspillage de matériaux par fragilité ou en raison des arrêts de chantiers dus à l'indisponibilité de l'épargne ou à l'absence des artisans.

  • 1 Les klinkers sont un matériau composite déjà chauffé qui servira de collant. Cf: https://fr.wikiped (...)

4N'oublions ni le sable ni l’eau, qui rentrent en grande quantité dans la fabrication du béton. C'est que cette matière, dont la planète consomme 150 tonnes chaque seconde, constitue un des composants majeurs de l'anthropocène. Cela pousse l'autrice à mobiliser une grille de lecture s'inspirant de l'Urban political ecology et des méthodes de suivi des flux matériels (et financiers) du métabolisme urbain, à évoquer les prélèvements de ressources naturelles à différentes échelles : calcaire, sable, eau, mais aussi énergie (fossile bien sûr, en provenance d'autres horizons). Le ciment apparaît ainsi moins comme un matériau africain, quand bien même une partie - une partie seulement - du klinker1 est produit sur place, que véritablement comme un matériau globalisé.

5La mise en avant des impacts et dégâts environnementaux conduit l'autrice à documenter l’existence de visions prospectives pour tourner la page de la ville du ciment. Armelle Choplin s'intéresse alors à de multiples initiatives portées par des acteurs, locaux ou étrangers, à l'échelle individuelle ou à celle de petits collectifs. Ces alternatives (terre crue, bois, paille…) valorisent des matériaux et des techniques de construction ancrés dans les traditions locales et pourraient dessiner les voies d'un « afrofuturisme », durable et frugal - même si la réflexion de l'autrice reste sur le seuil d'une analyse des enjeux économiques, socio-techniques et spatiaux de cette nouvelle utopie concrète. En particulier, ces projets peinent à trouver des soutiens institutionnels ou des relais parmi les entreprises capitalistes.

6Malgré l'ampleur du panorama proposé, les analyses de la dimension politique de ces flux de ciment dans la ville africaine, certes pas absentes, peuvent laisser le lecteur un peu sur sa faim. Armelle Choplin mobilise très généreusement de multiples références théoriques, du néo-marxisme aux analyses postcoloniales, insistant sur un nécessaire décentrement du regard sur la ville ordinaire pour théoriser l'urbain à partir de la ville africaine, tout en insistant sur une nouvelle gouvernementalité par le ciment. Néanmoins ces références sont parfois plus incantatoires qu'opérationnelles pour l'analyse. On perçoit bien, à un niveau plutôt macro, le tournant néolibéral, l'irruption de nouveaux entrepreneurs et firmes mondialisées, et leurs alliances d'intérêts avec les gouvernants - le cas du magnat nigérian Dangbote servant de fil directeur. On aurait cependant aimé entrer dans une analyse plus détaillée des politiques publiques - surement faibles - gouvernant le ciment et l'ensemble de la chaine de valeur - y compris dans la diversité géographique des arrangements à l'échelle de ce vaste corridor urbain. De même, si la mobilisation de quelques articles de presse permet de rendre compte de conflits environnementaux liés aux impacts de certaines cimenteries, l'analyse plus fine de ces rapports de force à l'échelle locale, de leurs conséquences sociales (la question du travail dans les entreprises cimentières est peu traitée) aurait pu éclairer les mécanismes de la dite gouvernementalité et la manière dont elle transforme les rapports sociaux.

7Ces remarques doivent être comprises comme des invitations à approfondir les analyses de ce qui constituera à n’en pas douter un ouvrage de référence, grâce à l’originalité de son sujet, à la richesse des données mobilisées et au réel bonheur de lecture qu'il procure.

Haut de page

Notes

1 Les klinkers sont un matériau composite déjà chauffé qui servira de collant. Cf: https://fr.wikipedia.org/wiki/Clinker

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Verdeil, « Sur le livre de Armelle Choplin Matière grise de l’urbain : la vie du ciment en Afrique  »Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17598 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.17598

Haut de page

Auteur

Eric Verdeil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search