Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsVilles et rivières de France

Villes et rivières de France

Sophie Bonin
Référence(s) :

CARCAUD N., ARNAUD-FASSETA G., EVAIN C. (dir.), 2019, Villes et rivières de France, Paris, CNRS éditions, 296 p.

Texte intégral

1L’ouvrage Villes et rivières de France se présente comme un riche volume, en texte comme en images, abordant vingt-neuf situations régionales différentes, avec la contribution de soixante-quinze auteurs. Le travail de coordination mené par Nathalie Carcaud, Gilles Arnaud-Fasseta et Caroline Evain est donc considérable. Le titre, comme la belle mise en page, promettent d’aborder le sujet avec une limpidité toute géographique. Le sommaire est aussi clair : les chapitres correspondent à la liste alphabétique des villes avec leur cours d’eau associé. On imagine que ce parti pris de sobriété a pu faire l’objet de discussions entre les auteurs coordinateurs et l’éditeur car, de fait, le sujet traité et la présentation des couples ville-rivière va au-delà d’une simple encyclopédie. Après lecture, l’enseignant ou le chercheur va sans doute se dire que l’ensemble aurait mérité un titre plus « problématisé ». Pour mieux correspondre aux contenus et aux objectifs développés au fil de la lecture, cela aurait donné par exemple « sites fluviaux et enjeux socio-environnementaux », ou « les défis actuels des villes fluviales », ou de façon plus provocatrice encore « futures urbanités fluviales ». Mais ces propositions s’adresseraient peut-être trop aux spécialistes, chercheurs géographes, et l’ambition de toucher le grand public semble avoir fait privilégier l’affichage encyclopédique. Les riverains des villes concernées, les acteurs locaux aussi, s’y retrouveront bien ainsi. Ce livre fait, en effet, le pari de réunir des textes scientifiquement problématisés et informés, tout en restant accessibles à tous publics. Il rassemble aussi une riche illustration en couleurs, ce qui fait de l’ouvrage un beau livre qui, à l’heure du tout numérique, revendique et joue de la préciosité pérenne du livre papier.

2Enfin, originalité importante de l’ouvrage, tous les chapitres se terminent avec un volet futuriste sous forme d’une carte dessinée de projet, que la dessinatrice cartographe, Caroline Evain, a élaborée selon les dires des auteurs. Cela donne une cartographie conceptuelle, participative et projective qui met en perspective et en synthèse graphique les propos, et qui donne à voir les solutions aménagistes, les nouvelles stratégies urbaines, les rêves d’usages futurs que l’on pourrait imaginer. Cette alliance des approches créatives et analytiques est certainement un vrai complément pour les lecteurs, y compris, peut-être surtout, ceux qui connaissent le mieux les terrains évoqués. Les acteurs gestionnaires de la rivière ou planificateurs urbains trouveront certainement là un support d’idées nouvelles, ou au moins un outil graphique pour débattre de l’avenir de ces sites. Cette façon de conclure chaque présentation des problématiques géographiques entre la ville et son cours d’eau donne même l'envie d’aller plus loin, notamment sur les outils graphiques qui sont proposés. En effet, les paysages riverains sont plus ou moins bien rendus selon les situations, sans doute en relation avec la connaissance personnelle de la cartographe paysagiste. Lorsque des vignettes comportant des croquis paysagers sont associées à la carte, celle-ci prend plus d’épaisseur, et on a une meilleure compréhension immédiate des propositions. Si des coupes – outil paysagiste par excellence pour représenter les logiques des paysages de vallée – venaient enrichir les cartes, la lecture des relations entre usages et matérialité de la rivière et de la ville aurait été encore facilitée. Publier ce type de production habituellement fragile, qui dure le temps d’un projet ou d’une médiation et reste dans les coulisses de la commande libérale paysagiste – donc dans les tiroirs du commanditaire public - s’avère réellement prometteur du point de vue de la recherche et de la réflexion.

3Les textes scientifiques proposent, quant à eux, pour chaque « couple » ville-rivière une synthèse des connaissances historiques et cartographiques sur les usages et aménagements qui ont installé la relation actuelle. Il faut souligner l’énorme travail d’harmonisation des présentations des différentes situations choisies : chaque chapitre dispose en encart d’une liste d’indicateurs, adaptés aux contextes, pour repérer les ordres de grandeur démographiques et hydrographiques. Parfois, il manque seulement un indicateur sur la dynamique démographique qui aurait été utile pour comprendre la tendance quant aux pressions exercées sur les espaces fluviaux. Les cartes témoignent du travail de documentation historique, avec la reconstitution chronologique systématique des rapports aménagements-usages-fleuve, remontant souvent aux récits de fondation des villes ou des premiers ponts de l’Antiquité. Pour les vingt-neuf couples ville-rivière, sur une dizaine de pages, des cartes, des encarts de données statistiques, urbaines et hydrologiques, des frises chronologiques, permettent de comprendre la situation originelle de la relation de la ville à son cours d’eau, et les transformations au fil du temps et des changements d’usages. Les auteurs sont, dans leur grande majorité, des géographes universitaires, mais parfois aussi des acteurs experts, qui ont été en particulier mobilisés pour les cas ultra-marins.

4Bien sûr, les cinq grands fleuves français sont traités, à partir de leurs capitales régionales (Loire avec Tours et Nantes, Rhône à Lyon et Avignon, Seine à Paris, Garonne toulousaine et Somme amiénoise). Quatre cas outre-mer sont présentés : en Guadeloupe, en Martinique, à la Réunion et le Maroni de Guyane. Le lecteur trouvera de fait beaucoup d’intérêt à passer des grandes métropoles fluviales à ces situations tropicales puis à des rivières plus modestes comme la Durolle à Thiers, avec ses quelques m3/s de débit. Il passera ainsi des rivières capricieuses, voire violentes, des situations méditerranéennes (la Têt à Perpignan, le Paillon à Nice, le Lez à Montpellier), ou des situations montagnardes (Grenoble, Foix), à des régimes océaniques plus réguliers (Caen, Le Mans, Rochefort, Poitiers, Lisieux, Le Teich). Chaque situation hydro-climatique, resituée dans des rapports historiques eux-mêmes très variés, permet de relativiser ou, au contraire, de voir amplifiés les enjeux contemporains qui dominent les projets aujourd’hui. De ce point de vue, avoir donné une bonne place aux rivières tropicales et insulaires est très pertinent, car les risques liés aux effets du changement climatique (montée du niveau de la mer, régimes hydrologiques encore accentués dans leur saisonnalité et dans les pics de crue possibles) y sont forts, alors même que les pressions humaines qui s’y exercent sont aussi très présentes par le fort dynamisme démographique des villes concernées.

5La lecture de cet ouvrage copieux, foisonnant, donne envie de poursuivre par une conclusion transversale, puisque les auteurs ont laissé la synthèse au lecteur. Ces situations si diverses permettent de mettre en évidence des enjeux communs pour ces villes fluviales. Elles sortent d’une période, somme toute relativement brève (moins d’un siècle, dans la plupart des cas) de défluvialisation, entre la fin du XIXe siècle et le XXe siècle, où le cours d’eau a perdu beaucoup de ses usages sociaux concrets, a été oublié ou surtout traité comme une contrainte. Aujourd’hui, les mots d’ordre sont la revalorisation et la patrimonialisation. Le « trio gagnant » de cette histoire est devenu l’appréciation du retour d’une nature en ville - biodiversité et adaptation face au changement climatique qu’offrent la rivière et ses berges ; l’amélioration de la qualité de vie ; l’attractivité touristique. Mais alors, la tension est forte avec ce qui a toujours été "le revers" de la rivière appropriée, à savoir les risques de crue, d’érosion, cumulés parfois avec l’élévation du niveau de la mer, que l’homme a toujours eu tendance à si vite oublier. Les « vieux réflexes » persistent, on le constate aussi dans certaines des situations décrites, qui recourent aux solutions lourdes de génie civile. La stratégie du rehaussement des digues, la fermeture artificielle des débouchés maritimes, continuent d'être envisagées dans plusieurs des situations décrites dans l’ouvrage. Mais beaucoup d’exemples montrent aussi que les élus sont progressivement convaincus que laisser sa place à l’eau, s’adapter plutôt qu’aller contre des phénomènes aussi puissants, peut être aussi pourvoyeur de grands projets d’espaces publics pensés par rapport à l’inondabilité. Ce tournant aménagiste est créateur d’emplois de façon plus pérenne que les grands travaux, et apporte une attractivité supplémentaire pour les habitants et les touristes. Si l’aménagement est bien pensé, c’est tout le socio-écosystème, la place des humains et des non-humains, qui se trouve réarrangée positivement.

6Ainsi, cet ouvrage réussit son pari de pouvoir être utile à une diversité de lecteurs, géographes ou urbanistes, universitaires ou gestionnaires, riverains urbains, étudiants ou enseignants intéressés par les nouvelles relations à la nature, par les stratégies d’aménagement des villes comme des rivières. Il permet d’identifier de façon très illustrée les enjeux sociaux et environnementaux actuels les plus vifs, mais aussi d’envisager les évolutions futures, les adaptations possibles, les solutions innovantes, dans une projection constructive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Bonin, « Villes et rivières de France », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 05 octobre 2021, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17605

Haut de page

Auteur

Sophie Bonin

Maître de conférences, Ecole Nationale Supérieure de Paysage de Versailles, LAREP s.bonin@ecole-paysage.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search