Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsJuliette Morel, Les cartes en que...

Juliette Morel, Les cartes en question. Petit guide pour apprendre à lire et interpréter les cartes

André Buisson
Référence(s) :

MOREL J., 2021, Les cartes en question. Petit guide pour apprendre à lire et interpréter les cartes, Paris, Autrement, 159 p.

Texte intégral

1Divisé en sept chapitres, intégrant chacun une bibliographie d'orientation, et ouvert par une introduction suivie d'une série d'"exemples cartographiques" et d'un glossaire des mots clés, ce petit ouvrage a tout pour séduire le lecteur.

2Si besoin était encore de le faire, Juliette Morel souligne, en introduction, que chaque carte est l'œuvre d'un individu (ou d'un groupe) qui utilise cet instrument comme un argument dans un discours et, dans ce but, tous les moyens sont bons, le choix de la toponymie, de la couleur, de l'orientation ou du format.

3Comme l'auteure l'indique elle-même, ce livre est "une synthèse davantage que le compte rendu d'une recherche inédite", une "synthèse partielle (…) et bien sûr partiale" (p. 15)… "(dont) nous pouvons également faire une définition en négatif".

4Argumentons ! L'orientation, tout d'abord, avec "Des cartes sens dessus dessous". Ce chapitre, à partir de l'expérience récente de Stuart Mac Arthur (1979) avec qui "l'Australie domine le monde", récapitule les orientations doctrinales successives des cartes. Durant le Moyen Âge européen, l'Est est en haut, où se lève le soleil, où se situe Jérusalem… la carte est dite "orientée". Dans le même temps, dans le monde musulman, c'est le Sud qui est en haut, avec, dès 1154, la carte d'Idrissi dite Tabula Rogeriana. A la fin du XVe s., avec la redécouverte des écrits de Ptolémée, le Nord s'impose en haut des cartes, avec Waldseemuller et Mercator. Tout bascule (!!!) au cours du XXe s., avec les revendications politiques (J. Torres Garcia "en vérité, notre Nord est le Sud"), puis l'usage touristique des cartes (Séville et la position du Guadalquivir, plus flatteuse Est-Ouest que Nord-Sud) et la recherche esthétique, et enfin avec la carte numérique de Google Maps, dont l'auteure veut souligner la proximité avec la Tabula Peutingeriana des Romains (à discuter, me semble-t-il).

5Le choix de la projection "De la terre sphérique à la terre plate" rappelle qu'il est impossible de passer de la sphère au plan sans déformer… Reste donc à savoir jusqu'où l'on peut supporter la déformation : Mercator ou Peters ne résolvent en rien le problème des pôles, par exemple. Quant à savoir quel pays ou quel continent choisir comme centre… revient à avouer son choix politique (fig.11, p. 35, Carte du monde vue de la Chine)… et on perd même le Nord avec la fig 13, p. 36 Map of the Whole World Ocean d'Athelsan Spilhaus en 1942 !

6Avec "Cartographier, c'est simplifier", l’auteure argumente sur le risque (choisi) de simplifier pour occulter des informations… Les plans des métros de Londres et Paris en sont de bons exemples : ce moyen de transport étant souterrain, seule importe au voyageur la connexion des stations, sans tenir compte aucunement de la distance entre celles-ci, ni de l'orientation du plan, ni même de la relation avec tout autre point de repère que le métro lui-même… Avec le débat sur la longueur des côtes anglaises ou françaises, l'auteure rappelle le débat lancé par M. Monmonier "comment faire mentir les cartes" ! Le choix de l'échelle et celui de la toponymie ne sont pas "innocents", même si, aujourd'hui, dans les cartes numériques, on peut accuser les algorithmes (ils ont bon dos !), de même que "l'hégémonie des punaises cartographiques" (p. 71).

7"Nommer les lieux" montre encore un choix tout politique, avec les "incidents diplo-topographiques" (par exemple avec le cas de Taïwan ou de Jérusalem), le choix de la densité de toponymes (exemple de la Guyanne aujourd'hui, comparable aux cartes du volume XIII de la Nouvelle Géographie universelle d'Elisée Reclus consacrée à l'Afrique méridionale et ses zones encore inconnues de l'Occident). Le choix d'exonymes plutôt que de toponymes indigènes procède d'une volonté politique évidente, comme ce fut le cas généralement dans la géographie coloniale, au point de justifier la constitution aux Etats-Unis d'un Domestic Names Comittee.

8"Les découpages de la carte" étudient la "granularité", c'est-à-dire la répartition spatiale du phénomène que l'on souhaite étudier. Cette "erreur" de conception est très bien résumée dans la phrase "The Land doesn't vote, People do" (p. 90), applicable à tout autre objet d'étude (circulation du virus du Covid 19, par exemple, p. 95).

9"Couleur et forme". Tout change avec le changement de couleur… D'où l'importance de la légende de la carte… une carte n'existe pas sans sa légende ! La charte des couleurs n'est pas moins importante que celle de la typographie, puisque la perception de la gamme chromatique est associée à la sensibilité visuelle (rouge = danger, clair = douceur…). La couleur est-elle l'objet d'un choix politique (double page 116-117) ?

10"Montrer les quantités". L'usage d'une graphie plus ou moins épaisse ou plus ou moins foncée, envoie à l'œil humain une perception immédiate du message de l'auteur de la carte, au risque de le tromper en manipulant l'échelle de la carte !

11Enfin, en guise de conclusion, l’auteure illustre en détail, à l’aide de quelques exemples, son propos général et fournit des éléments de décryptages sur les intentions bonnes ou moins bonnes des cartographes (Covid encore p. 152-153).

12Ce livre n'est donc pas un manuel de cartographie, il n'est pas non plus un atlas, ni un livre d'histoire… comme le précise l'auteure dans son introduction (p. 17)… coupant l'herbe sous le pied des critiques, "il se concentre sur l'analyse de l'image résultant de ce processus". Rajoutons simplement qu'il invite le lecteur à toujours conserver un regard et un esprit critiques lorsqu'il consulte une carte, les intentions du cartographe ne sont peut-être pas simplement d'indiquer l'endroit où l'on est ! La démonstration est faite que "lire et interpréter les cartes", nécessite bien un apprentissage comme le suggère le titre de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Juliette Morel, Les cartes en question. Petit guide pour apprendre à lire et interpréter les cartes », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 24 octobre 2021, consulté le 09 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17632

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search