Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/3Emotionscapes ou s’é-mou-voir des...

Emotionscapes ou s’é-mou-voir des situations problématiques : l’exemple du bassin du Rhône

Emotionscapes or be moved by problematic situations: the example of Rhône River basin
Yves-François Le Lay

Résumés

Cet article présente un modèle conceptuel qui emprunte au triptyque pragmatiste détachement-domination-dépendance pour répondre aux situations problématiques. L’analyse de chacune des trois composantes sera incarnée par le développement d’au moins un exemple localisé dans le bassin-versant du Rhône. En tant que méthode à caractère philosophique, le pragmatisme n’a eu jusqu’ici qu’un écho modeste en géographie. Or la caractérisation des complexes de situation sur un mode pragmatiste peut aider la géographie à ajouter des points de vue et d’autres visions du monde. Premièrement, le détachement permet de prendre du recul sur les paysages et d’en rendre compte au moyen de la classification, de la scalarité et de la hiérarchie. Le Rhône et ses affluents ont ainsi fait l’objet de découpages et d’une intense production (carto)graphique dont les objectivités s’avèrent tantôt concourantes, tantôt concurrentes. Deuxièmement, la domination de l’environnement envisage davantage l’action des humains au filtre des situations questionnantes et des problèmes sociaux. L’aménagement du Rhône est symptomatique d’un fix technologique et socio-écologique où l’intervention appelle l’intervention. Troisièmement, la dépendance saisit les attachements aux milieux en mettant en lumière la diversité des perspectives et en questionnant la cohabitation des différents actants. L’exemple des fêtes de la Tarasque montre comment l’émotion accompagnant des pratiques ludiques aide à reconnaître l’agentivité du Rhône en crue. Dans une perspective pragmatiste plus humaine et plus qu’humaine, s’émouvoir des situations géographiques invite ainsi au croisement des connaissances, des actions et des émotions. Un exemple conclusif est développé autour des étangs de la Dombes pour insister sur les tensions que suscite la coexistence de ces trois modalités d’être au monde et souligner la nécessité de recourir à la délibération morale et politique pour formuler les problèmes, concilier ou hiérarchiser les intérêts divergents et composer un monde commun.

Haut de page

Texte intégral

Ce travail a été réalisé au sein de l'Observatoire Hommes-Milieux Vallée du Rhône (OHM VR) qui fait partie du Dispositif de Recherche Interdisciplinaire sur les Interactions Hommes-Milieux (LabEx DRIIHM). L'auteur remercie Emeline Comby, Pascal Marty ainsi que les deux évaluateurs anonymes pour la qualité de leurs relectures et toutes leurs remarques constructives.

Introduction : répondre aux situations questionnantes du bassin du Rhône

1En décembre 2003, le bassin-versant du Rhône a connu un épisode pluvieux étendu qui a provoqué une crue historique du fleuve et son débordement. Les dégâts ont été particulièrement importants dans la partie aval. Etant donné que le Rhône était déjà sorti de son lit en 2002, la catastrophe fit du fleuve un problème appelant de la part des acteurs de l’eau une solution dans les meilleurs délais. La réponse fut plurielle.

2Conçu à la suite des inondations, le premier Plan Rhône désignait un Contrat de Plan Interrégional Etats-Régions (CPIER) conclu pour la période 2007-2013 qui invitait les parties prenantes à « considérer non seulement des problématiques du fleuve en tant que milieu naturel et les aménités qu’il offre, mais aussi des enjeux de développement de la vallée et des territoires adjacents » (Vieux, 2006). Un petit tiers des fonds engagés a été affecté au volet des inondations (Comby, 2015).

3Les débordements de 2002 et de 2003 ont également incité les scientifiques à se structurer en 2011 dans un Observatoire Hommes-Milieux Vallée du Rhône (OHM VR) pour étudier le fleuve et ses marges. Ils appréhendent désormais leur territoire d’étude comme un socio-écosystème au moyen d’un cadre théorique commun au Laboratoire d'Excellence (LabEx) Dispositif de Recherche Interdisciplinaire sur les Interactions Hommes-Milieux (DRIIHM) : (1) l’axe fluvial s’affirme comme un « fait structurant » totalement anthropisé par plus de 150 ans d’aménagements et (2) la série d’inondations de 2002 et de 2003 constitue un « événement fondateur » qui a modifié profondément l’équilibre du socio-écosystème, suscité la prise de conscience des conséquences des aménagements et infléchi les logiques de gestion du fleuve (Chenorkian et Robert, 2014).

4Le Plan Rhône et l’OHM VR ont en commun d’envisager le Rhône comme un fleuve construit. De fait, plusieurs séquences d’aménagement l’ont transformé. Des travaux considérables ont été réalisés pour favoriser la navigation au XIXe siècle, produire de l’hydro-électricité après la Seconde Guerre mondiale et assurer la défense côtière du delta dans les années 1980 (Pritchard, 2011). Intensément mis en valeur, le fleuve pose un problème redoutable de conciliation des enjeux, aggravé encore par les conséquences locales des changements environnementaux. C’est pourquoi le bassin du Rhône se prête bien à l’exploration de situations problématiques.

5Dans le champ des sciences humaines et sociales, la situation peut être définie comme « le réseau évolutif de relations enchevêtrées et les interactions transformatrices qu’une entité entretient avec un assemblage hétérogène d’éléments abiotiques, biotiques et anthropiques » (Le Lay et Comby, 2021, p. 5). Cette définition reste anthropocentrée étant donné qu'elle met la focale sur des acteurs doués non seulement d’une subjectité, d’une subjectivité et d’une intentionnalité, même si elle reconnait l’agentivité, c’est-à-dire la capacité d’agir et de faire agir, d’actants autres qu’humains et même non vivants (Quéré, 1997). Mais les acceptions de la notion de situation varient selon les divers courants qui l’ont diffusée et au nombre desquels comptent notamment le pragmatisme et la phénoménologie. Selon le philosophe existentialiste Marcel, être pour les humains, c’est être en situation : exister, être-là et faire l’expérience de situations sont une seule et même chose. Marcel insiste également sur la composante spatiale des situations et s’efforce de montrer comment une place devient une situation qualifiée. « Voici, par exemple, un hôtel mal situé. (…) Quand je dis que celui-ci est mal situé, je veux dire que ceux qui y habitent sont exposés de par sa situation dans l’espace précisément à être incommodés par des bruits ou des odeurs universellement considérés comme désagréables. Si nous supposons l’hôtel désert, abandonné depuis longtemps, nous dirons encore : cela s’explique parce qu’il est mal situé. Mais toujours on se référera à des voyageurs passés ou possibles » (Marcel, 1940, p. 116). Une telle approche intéresse la géographie. Elle place tout humain et même tout vivant en situation et ouvert dans une certaine mesure sur ce qui l’entoure. Dans une perspective plus pragmatiste, plusieurs géographes invitent à « faire avec l’espace » (Lussault et Stock, 2010 ; Petit, 2014 ; Hoyaux, 2015a ; Stock, 2015), ce qui signifie « se mettre à l’épreuve de la distance, du territoire, du lieu, du paysage, de l’environnement, des technologies de l’espace, du placement et du déplacement, des images, de la spatialité, etc » (Lussault et Stock, 2010, p. 15). Cette idée de preuve et d’épreuve témoigne d’une vision du monde comme problème à résoudre.

6Instable ou indéterminée, la situation problématique a été définie par Dewey (1938) comme troublant l’organisme qui s’y trouve engagé ; elle le perturbe et l’incite à mener une enquête, ce qui instaure le problème auquel il s’agit dès lors de donner une réponse. Les géographes sont sans cesse confrontés à ce type de situations, tout à la fois troublées, ambiguës et confuses (Bridge, 2021). Beaujeu-Garnier affirmait ainsi s’intéresser à « toute possibilité d’étude et d’interprétation des "complexes de situation" (qui sont le domaine propre du géographe) à la surface de la terre » (1971, p. 4-5). A défaut de doctrine, la philosophie pragmatiste a proposé une méthode qui peut les aider à penser, à agir et à sentir les situations questionnantes et ainsi à y trouver une réponse (Le Lay et Comby, 2021). Mais il s’agit moins de répondre de que de répondre à ; la réponse est moins de l’ordre de la responsabilité que du « faire avec » les spécificités locales des situations concrètes.

7Le premier objectif de cet article est de proposer un modèle susceptible de prendre en charge l’exploration des situations problématiques. La structure tripartite du modèle est pragmatiste, mais sa présentation emprunte aussi à la phénoménologie. Elaborées dans des contextes distincts, les différences entre ces deux philosophies ne manquent pas ; pour autant, des passerelles ont également été reconnues : le pragmatisme a « des aspects proches de l’existentialisme » auquel il donne un « tour américain » en pensant qu’on peut « aller vers le meilleur » (Tiercelin, 2002, p. 120). Le second objectif est de souligner les intrications entre les postures mises en avant dans le modèle théorique et d’analyser l’émergence de la décision politique. En particulier, nous insistons, avec optimisme, sur la nécessité de favoriser la communication entre les acteurs, éclairés tant par la définition collective des situations problématiques que par les expériences passées, distantes et projetées.

8Dans un premier temps, le modèle des emotionscapes est présenté d’une manière synthétique, en distinguant trois postures, à savoir le détachement, la domination et la dépendance, qui sont autant de modalités d’être au monde (saisi respectivement comme paysage, environnement et milieu). Puis, pour chaque posture identifiée et au risque de la caricature, nous montrons comment s’incarnent et se nouent les principes théoriques dans des situations concrètes, en rattachant chaque modalité à un type d’acteur (le scientifique, l’aménageur et l’habitant) et à une figure tirée de la mythologie grecque (Icare, Dédale et Minos) et en développant un ou deux exemples empruntés à la géographie aquatique du bassin-versant du Rhône. Quelques implications éthiques sont également discutées en termes de justice, de durabilité et de sollicitude (care). La partie conclusive souligne l’indissociabilité des composantes du modèle et revient enfin sur les apports théoriques que peuvent tirer les géographes de la méthode pragmatiste, en insistant notamment sur la reconnaissance nécessaire des particularités des situations locales dans le cadre d’une micropolitique du proche et du quotidien.

Le modèle des emotionscapes

9L’élaboration du modèle des emotionscapes qui va être présenté et appliqué dans cet article a été influencée en partie par la théorie de la situation élaborée par les pragmatistes états-uniens dans la première moitié du XXe siècle et notamment par Dewey et Mead. Si leurs travaux doivent se lire à la lumière de la controverse du darwinisme social, leur philosophie n’est pas béhavioriste, mais pragmatiste et possibiliste (Cefaï, 2001). Deledalle (1998) parle à ce sujet d’un « naturalisme transactionnel » (p. 101). Par transaction, Dewey et Bentley (1949) désignent l’interaction transformatrice entre l’intérieur et l’extérieur ou entre l’individu et l’environnement. De ce fait, « l’interaction entre un individu et son environnement assure en même temps la continuité de l’existence, l’adaptation du sujet aux situations qu’il rencontre et l’exercice d’une influence sur ces situations de sorte qu’il puisse rétablir sa conduite » (Zask, 2008, p. 180-181). La transaction est essentielle pour comprendre pleinement l’expérience. Entre passion et action (c’est-à-dire entre le subir et l’agir), l’expérience – prise comme transaction continue – désigne une épreuve susceptible de modifier tout ce, celles et ceux qui sont engagés dans une situation (éprouvants et éprouvés compris). C’est pourquoi « l’espace et l’action sont co-construits : d’une part, la pratique fabrique des arrangements spatiaux, des qualités de lieu, des distances et des limites ; d’autre part, des discours avec des contenus spatiaux et des éléments spatiaux tels que l’emplacement, la distance, les compétences spatiales, les accessibilités, les limites, les discours et les imaginaires à contenu spatial sont présents dans la pratique » (Lussault et Stock, 2010, p. 16).

10Considéré comme le fondateur de la psychologie sociale, Mead (1938) souligne que les humains sont toujours déjà engagés dans une action et montre comment la survenue d’un obstacle inattendu interrompt la conduite habituelle et stimule corrélativement la pensée réflexive pour résoudre la situation donnée. Il modélise le processus délibératif autour de trois étapes consécutives à l’impulsion problématique, à savoir la perception, la manipulation et la consommation (Figure 1) : (1) le stade de la perception présente la situation considérée comme une relation entre un organisme développé et un objet (ou une sélection d’éléments dans l’environnement), l’objectif étant de proposer un diagnostic ; (2) le stade de la manipulation comporte la prise effective ou réflexive de l’acteur sur l’objet, ce qui permet d’évaluer les alternatives susceptibles d’ajuster réciproquement les deux entités et de résoudre le problème ; (3) le stade de la consommation désigne le traitement de la situation problématique au moyen d’actions, c’est-à-dire l’effet de l’ajustement dialectique de l’organisme et de son environnement.

Figure 1 : Le modèle des emotionscapes

Figure 1 : Le modèle des emotionscapes

11Nous sommes ainsi quotidiennement engagés dans des situations complexes et indéterminées dont l’évolution est en partie aléatoire. Nous nous comportons alors selon des processus implicites d’ajustement ; ces transactions se traduisent par des compromis instables et provisoires dont la fonction est pratique : ils visent à résoudre un problème ou une difficulté (Ledrut, 1976). Au cours du processus de pensée réflexive qui précède l’action, « les choses physiques sont des moyens, et des moyens pour des fins qui doivent souvent être découverts » (Mead, 1938, p. 25). Le monde ne prévaut pas sur l’organisme : « on a là une co-détermination dynamique de l’agent de changement et la chose physique modifiée » (Brassac, 2007, p. 171). De plus, la vision de Mead n’est pas aussi séquentielle que cette brève présentation le laisse entendre, mais davantage intégrée. En effet, la sélection des stimuli (lors de l’impulsion) procède non seulement des expériences passées, mais aussi de la relation perceptuelle et des réponses en termes de manipulation et de consommation. Empreinte de spectralité, « la vision de la temporalité de Mead est qu’à la fois le passé et le futur sont dans les actions du présent. Le passé est composé de la multiplicité des attitudes sociales qui ont été constituées comme des symboles signifiants dans une situation sociale donnée alors que les futurs alternatifs sont abductivement anticipés et enactés » (Simpson, 2013, p. 163). C’est pourquoi la conception pragmatiste de la situation dépasse les limites spatiales et temporelles de la co-présence en reconnaissant le rôle des souvenirs et des anticipations, c’est-à-dire d’éléments co-spatiaux (Hoyaux, 2021).

12Ayant obtenu un doctorat sous la direction de Mead, le philosophe Morris s’est inspiré de ce dernier et du sémiologue Peirce pour établir une théorie du signe et proposer ses propres tripartitions de la signification descriptive, prescriptive et appréciative (1964, p. 4) et de la valeur objectale, opérative et conçue (p. 19-20) (Figure 1). A ces trois types de valeur, il fait correspondre trois dimensions (ou trois aspects d’un système), à savoir le détachement, la domination et la dépendance (ibid, p. 21). Prenons un exemple : « je devrais purifier cette eau noire pour la rendre attrayante ». Un signe comme l’adjectif « noire » est principalement descriptif ; il signifie la propriété observable de l’eau au stade de la perception, qui implique la dimension de détachement. Même conjugué au conditionnel présent, le verbe « devrait » introduit une modalisation plutôt prescriptive ; il signifie la manière de réagir à l’impulsion afin d’obtenir satisfaction par l’acte de manipulation, impliquant ainsi une dimension de domination. Enfin, l’adjectif qualificatif « attrayante » s’avère appréciatif ; il signifie la propriété de consommation d’un objet, d’une activité ou d’une situation, où l’acteur se laisse imprégner par une partie de son environnement, ce qui implique une dimension de dépendance.

13Morris désigne par le terme d’enquête (inquiry) le processus de réflexion qui implique des signes et qui vise à résoudre un problème. L’action se heurtant à un obstacle, « l’enquête a pour but de résoudre le problème afin que l’action puisse se poursuivre » (1964, p. 27). Morris insiste sur l’influence de la situation. En effet, la signification d’un signe dépend de l’action projetée dans ce qu’il appelle une situation de valeur. « Une situation de valeur (…) est intrinsèquement relationnelle, impliquant un comportement préférentiel (positif ou négatif) de la part d’un agent vis-à-vis de quelque chose » (ibid, p. 18). Reprenons l’exemple d’une eau noire, en précisant qu’elle est signifiée en fonction de ce qu’il est possible d’y faire ou non (comme la boire, s’y baigner ou y pêcher) et en insistant sur le fait que le détachement, la domination et la dépendance sont des dimensions de la valeur dites respectivement objectales, opératives et conçues (ibid, p. 21) : (1) comme leur adjectif l’indique, les valeurs objectales s’appliquent à des objets ou à des situations (l’eau noire) qui soutiennent un comportement préférentiel de la part de certains acteurs, (2) les valeurs opératives signifient la direction du comportement préférentiel d’un acteur engagé dans une situation (purifier l’eau) ; et (3) les valeurs conçues (dans divers systèmes éthiques) se réfèrent à des situations – qui peuvent être utopiques – signifiées comme appréciées ou non, et peuvent donc servir de source aux valeurs opératives (dans le cas d’un acteur qui envisage de se conduire d’une manière désirable ou d’actualiser une existence remémorée ou virtuelle, ici en faveur de la propreté et de l’attractivité de l’eau). Telles que les présente Morris, ces valeurs sont « objectivement relatives » (ibid, p. 20) en ceci qu’elles impliquent à la fois des sujets et des objets : il s’agit des propriétés d’un objet considéré en relation à la capacité d’un acteur à conforter un comportement préférentiel dans une situation donnée. Ainsi, l’adjectif « noire » invite à lui-seul à s’é-mou-voir. Si la couleur relève du voir, elle est immédiatement évaluée d’une manière péjorative dans le domaine de l’émouvoir et indique tout aussi immédiatement ce qu’on peut en faire dans le domaine du mouvoir. En situation, l’eau noire est un actant en ceci qu’elle fait agir : du fait des expériences passées des observateurs, la couleur les incite à nettoyer le lit et les berges du fleuve (bien qu’une eau sombre puisse être de bonne qualité).

14Les situations problématiques sont autant d’emotionscapes (Le Lay, 2019). Ce terme unique désigne un tissu composé de trois fils : l’unité de cette composition sémantique procède de l’interdépendance du voir (ou scape), du mou-voir (ou motion-scape) et de l’é-mou-voir (ou e-motion-scape). Présentés en ces termes, les emotionscapes nous positionnent dans une géographie pragmatiste qu’éclairent les significations descriptive (voir), prescriptive (se mouvoir) et appréciative (s’émouvoir). Nous empruntons à Morris (1964) les notions de détachement, de domination et de dépendance pour structurer le développement de cet article. Bien qu’il soit trompeur de procéder ainsi, la présentation de ces trois modalités d’être au monde l’une après l’autre permet de partager commodément la méthode d’enquête ou le processus délibératif visant à cerner de manière féconde une situation problématique. Mais une telle séquence ne doit pas faire oublier qu’elle a le défaut de cacher le fait que ces composantes s’entre-définissent et jaillissent ensemble des situations particulières où nous nous trouvons engagés. Loin de rester linéaire, l’enquête est davantage un circuit dont les phases sont en corrélation réciproque : de manière abductive, l’observation des données dépend d’une hypothèse théorique qui s’élabore elle-même en fonction de ce qui est observé.

Voir le monde comme paysage (scape)

15Cette partie explore les spécificités du détachement et en envisage les implications éthiques en termes de justice. Cette posture est incarnée par la figure mythique d’Icare. Echappé du labyrinthe du Minotaure grâce à des ailes, Icare a exploré le monde et s’est laissé griser par la prise de hauteur (Dancourt, 2002). La distance lui a donné accès à un espace prétendument sans cachettes ni fantômes. Deux exemples seront détaillés pour montrer en quoi les productions (carto)graphiques et les classifications sont emblématiques de cette posture en défendant des points de vue objectifs. Même si ces derniers aspirent à mettre en ordre le monde, ils sont pluriels et conservent une part de relativité, si bien qu’ils peuvent proposer des définitions concurrentes des situations.

Icare et le détachement

16Le voir désigne l’effort de prise de hauteur que l’on réalise pour analyser froidement la situation et tenter d’accéder à la chose en soi. La figure mythique d’Icare – explorant le biome méditerranéen au péril de sa vie – incarne cette modalité d’être au monde qui caractérise par exemple le travail du scientifique. Il s’agit d’en retirer le vrai, même si cet objectif n’est pas toujours avouable – à l’heure où bon nombre de connaissances semblent relatives. L’attitude naturelle s’y intéresse ; elle correspond à la « croyance en l’existence en soi du monde » (Barbaras, 2009, p. 47).

17Pour les géographes, cette vision du monde donne accès au paysage. « Voir c’est voir à distance » (Merleau-Ponty, 1964, p. 27). Il faut une certaine distance pour que le paysage puisse se déployer. Voir peut se caractériser comme une approche permettant le dé-loignement et donc la découverte ou le dévoilement (Heidegger, 1927 ; Berque, 1996 ; Hoyaux, 2000) ; il n’empêche que cette approche maintient la distance « puisque c’est le sentir qui déploie la distance : en tant qu’il est mouvement, le sentir est une saisie dans la distance, il est épreuve à distance » (Barbaras, 2009, p. 97). De plus, si le paysage se caractérise par une dialectique du visible et de l’invisible et s’il se présente comme la partie d’un pays plus vaste (Collot, 1986), le point de vue de Sirius a également été défendu. En particulier, l’écologie du paysage apprécie de prendre de la hauteur pour faire varier les échelles spatiales (Naveh et Lieberman, 1994). Elle s’est développée en même temps que les imageries aérienne et satellitaire qui rendent visible ou perceptible une diversité de taches. L’hétérogénéité spatiale n’entre pas en simple contradiction avec l’intégrité (éco)paysagère : elle contribue à son bon fonctionnement. Voir la mosaïque du monde permet d’y dégager des taches, des types ou des catégories dont la structure sémantique s’avère hiérarchisée par les acteurs-chercheurs. La prise de recul des écologues et des géographes est propice à la modélisation et au développement de théories.

18Ce désir de généralisation et de vérité universelle se traduit en éthique par les théories de la justice (Rawls, 1971 et 2001). Certes, elles nous ont aidé à (mieux) vivre ensemble et il n’est pas question de s’en débarrasser ; mais, en imposant des concepts aussi abstraits que l’impartialité, l’autonomie ou l’équité, elles invitent aussi à privilégier ce qui est juste à ce qui est important, autrement dit à négliger ce qui rend les situations spécifiques aux acteurs qui y sont engagés (Laugier, 2012). Le risque est d’oublier (comme Icare qui l’a payé de sa vie) que l’on habite la Terre.

Vers l’essence des choses ?

19Les productions cartographiques sont représentatives de la vision icarienne du monde (Collot, 1986). Ainsi la carte du Rhône de Lyon à la Méditerranée, établie par Salagnac, peut-elle paraître objective (Figure 2). Dépourvue de point de vue privilégié et sans perspective horizontale, ce « fleuve de papier » (Serna, 1999) est riche de multiples précisions, minutieusement sélectionnées par le cartographe : l’observateur y distingue divers atterrissements (graviers, pierres ou roches), des ouvrages hydrauliques (digues et épis) et d’autres dispositifs techniques (ponts, passerelles et canons d’amarrage).

Figure 2 : Un extrait de la carte de navigation sur le Rhône établie par Salagnac (1963)

Figure 2 : Un extrait de la carte de navigation sur le Rhône établie par Salagnac (1963)

20Cela dit, pour reprendre les termes de Mead, si cette carte est dotée d’une signification descriptive et d’une valeur objectale, elle a été élaborée pour soutenir un comportement préférentiel, à savoir la navigation. Des indications aident le navigant : « suivre le milieu », « viser la cheminée » ou « droit sur la culée du pont ». Des amers ou points de repère sont décrits, comme un pont, une maison à toit rouge, le clocher de Givors ou de grands peupliers ; des écueils sont annoncés, tels les dépôts sédimentaires. Orientée vers une pratique, cette carte est donc également prescriptive. C’est pourquoi elle n’est pas si objective qu’elle pouvait sembler à première vue : elle est objectivement relative. Les significations de la carte dépendent de l’action projetée par des acteurs-navigants. Ayant simplifié la complexité de la réalité et ajusté ainsi la figuration du fleuve à une activité particulière, Salagnac prévient d’éventuels contentieux en soulignant, au sens propre, qu’il « décline absolument toute responsabilité pour les inexactitudes qui y seraient relevées, ainsi que pour les accidents qui en pourraient résulter » (1963, n.p.). La représentation graphique elle-même a été adaptée pour faciliter la navigation. En effet, si la carte topographique au 1/50 000 a servi de base, elle a été agrandie au 1/20 000 longitudinalement et au 1/10 000 transversalement, pour y figurer les indications de navigation : « à l’usage, ce procédé un peu barbare a été reconnu excellent, d’autant plus qu’il n’est pratiquement jamais décelé par ceux qui utilisent la carte » (Salagnac, 1939). La situation de valeur est ainsi intrinsèquement relationnelle car la carte est dessinée non seulement en fonction du Rhône mais aussi des navigants.

21Nombre de productions (carto)graphiques se veulent aussi fidèles que possible à la réalité afin d’attribuer au discours une valeur d’autorité. Les ingénieurs des Ponts et Chaussées en ont usé sans modération pour asseoir leur légitimité et leur compétence en matière de gestion des crises environnementales (Allard, 2006). Comme la plupart des contentieux, l’affaire dite de la digue du Grand-Pré est révélatrice de l’affirmation d’un pouvoir au moyen de savoirs et de savoir-faire. Elle s’est déroulée à Beaurières, dans la Drôme dont le climat à caractère méditerranéen entraîne des abats d’eau. Le 22 août 1882, les propriétaires riverains d’un torrent, le Maravel, ont formé le Syndicat du Mas des Grands-Prés dans le but de construire collectivement une digue et de préserver ainsi leurs terres des débordements. L’ouvrage est construit en 1882 et en 1883. Mais les deux frères Barres ne veulent pas payer. Ils refusent d’adhérer au projet, au motif que la digue ne leur profite pas : la partie basse de leur parcelle est déjà protégée par une ancienne digue en terre et la partie haute, occupée par une tuilerie, ne serait pas inondable. Les frères s’opposent donc au Syndicat en 1884 et écrivent un mémoire avec des plans. L’année suivante, ils rédigent deux nouveaux mémoires avec de nombreux croquis (Figure 3). Un expert est alors dépêché, qui rend son rapport d’expertise en 1886 : il propose que les frères cotisent, mais dans une moindre mesure que les autres riverains. Insatisfaits, les frères rédigent un nouveau mémoire. Un nouvel expert est sollicité ; il évalue alors la superficie engravée ou envasée lors d’un précédent débordement. L’affaire se complique encore lorsqu’un autre riverain demande une réduction de cotisation.

Figure 3 : L’affaire de la digue du Grand-Pré

Figure 3 : L’affaire de la digue du Grand-Pré

Extrait du Mémoire rédigé par les frères J. et S. Barres, propriétaires à Beaurières, contre le Syndicat du Mas des Grands-Prés à Beaurières (28 décembre 1885)

Source : AD Valence, AK241

22Ce conflit entre riverains et ingénieurs confronte plusieurs savoirs experts et prend la forme d’une quête de connaissance absolue. En termes pragmatistes, l’enquête est collaborative puisque plusieurs acteurs œuvrent à transformer la situation problématique. Comme leurs intérêts ne se superposent pas, l’enquête sociale requiert un processus d’inter-objectivation qui invite à penser « la constitution des objets en fonction des possibilités envisageables d’accord entre expériences plurielles » (Zask, 2004, p. 148). Pour gagner en conviction, les mémoires et rapports représentent avec un maximum d’exactitude les limites des propriétés et l’emplacement des ouvrages de protection ; ils révèlent aussi une surenchère de chiffres, de graphiques, de plans, de coupes… Il s’agit d’avoir le dessus sur l’environnement et les rivaux, dans tous les sens du terme : le rival s’affirme non seulement comme l’habitant de la rive, mais aussi comme l’adversaire. De plus, cette enquête concernant un terrain inondable n’a pas manqué de convoquer ce qui n’est pas visible ici et maintenant. La situation à risque est hantée par les phénomènes paroxystiques qui se sont déroulés par le passé, parfois ailleurs, et dont on craint la prochaine occurrence. Même si « quelque chose dans l’espace échappe à nos tentatives de survol » (Merleau-Ponty, 1964, p. 50), la mise à distance du monde nous aide à décrire les situations, à découper le monde et à en comprendre l’organisation.

Penser/classer

23La description des situations nécessite la reconnaissance d’objets qui sont généralement constitués collectivement. La quête de l’en-soi se manifeste ainsi par la mise en ordre du monde. Voici le « grand dessein taxinomique : une place pour chaque chose et chaque chose à sa place » (Perec, 1985, p. 156). Cela implique de dégager des catégories, de poser des limites et de mettre à l’épreuve ces catégories et ces limites.

24Les classifications des cours d’eau procèdent de la volonté d’ordonner le monde. De même que le dictionnaire et la grammaire disent les bonnes manières d’user de la langue, le droit nomme les choses et énonce ce que l’on peut en faire. En France, jusqu’en 1964, la loi distinguait les rivières navigables ou flottables qui appartenaient à l’Etat des rivières ni navigables ni flottables qui relevaient du droit privé (Farinetti, 2012). Mieux que le critère de taille, la navigabilité les sortait du lot ; elles permettaient aussi de porter trains et radeaux de bois. Dans un autre registre, celui du peuplement piscicole et de la pêche (Code l’environnement, article L.436-5), les cours d'eau de première et deuxième catégorie opposent la rivière où dominent les salmonidés (truite, omble chevalier, ombre commun) à la rivière cyprinicole avec des poissons blancs (cyprinidés), mais aussi des carnassiers (brochet, sandre et perche). A l’échelle internationale, les rivières sont également cotées en fonction de la difficulté et de l’engagement requis des sportifs en eaux vives (International Canoe Federation, 1979) : six classes sont caractérisées selon le courant, les remous, les tourbillons, les obstacles ou les chutes. Certes, toutes ces classifications sont fondées sur des éléments objectifs (physiques et biologiques), mais elles sont élaborées du point de vue d’un groupe de praticiens et dans la perspective d’une pratique, respectivement la navigation, la pêche et les sports d’eau vive.

25Il en va de même pour les classifications scientifiques. Sans chercher à être exhaustif, quelques exemples suffisent à souligner qu’elles ne manquent pas parmi les travaux des géomorphologues et des écologues spécialisés dans les milieux d’eau courante. Le Rosgen Classification System (RCS) est la tentative de classification taxonomique la plus connue et la plus discutée (Rosgen, 1994 et 1996). Elle reste très utilisée pour restaurer des tronçons de cours d’eau. D’autres types de classification ont été développés. La River Habitat Survey (RHS) décrit la composante physique des rivières afin d’évaluer la qualité de l’habitat fluvial (Jeffers, 1998). Le Systematic Conservation Planning (SCP) considère les processus écologiques pour hiérarchiser les actions de conservation (Margules et Pressey, 2000). Le River Styles Framework (RSF) est conçu comme un modèle géomorphologique ; il caractérise la forme et la fonction des cours d’eau pour éclairer et prioriser les actions de réhabilitation et de conservation des cours d’eau (Brierley et al., 2002). La Natural Channel Classification (NCC) classe les rivières pour prescrire des interventions à même d’établir un chenal stable « naturel » (Beechie et Imaki, 2014). Le fait que ces classifications des formes et des processus fluviaux relèvent d’une production qui ne peut être que située est de mieux en mieux reconnu : « différentes communautés épistémiques produisent différents types de classifications, qui révèlent différentes "réalités" des rivières sur lesquelles les agents humains doivent agir » (Tadaki et al., 2014, p. 349).

26Toutes ces classifications peuvent donner lieu à des cartes. Voir ainsi le paysage (scape) se déployer dans l’espace – comme le fait Icare – conduit à poser des limites et à cerner des catégories. Bien que la notion de transaction, majeure dans le pragmatisme, implique que les entités interagissantes contribuent à une même activité unifiée qui les modifient, l’attitude naturelle fait référence à la chose en soi et contribue à reconnaître l’extériorité, la différence et l’altérité, sans s’efforcer d’en évaluer la légitimité et les fondements au quotidien. Or cette reconnaissance risque de s’accompagner d’un renoncement à habiter le monde qui pousse Merleau-Ponty (1964) à formuler une critique de l’approche scientifique : « la science manipule les choses et renonce à les habiter » (p. 9). Il refuse de penser le voir sans le faire, la vision sans l’action : « il suffit que je voie quelque chose pour savoir la rejoindre et l’atteindre » (p. 16). Aussi Merleau-Ponty (1964) évoque-t-il une carte du visible et une carte de l’action possible, une carte du « je vois » et une carte du « je peux » (p. 27). De fait, percevoir, ce n’est pas seulement voir et savoir : la perception est aussi liée aux déplacements, à l’action. Elle prépare l’action, voire aide à se mou-voir.

Se mou-voir dans le monde comme environnement (motion)

27Cette section explore une deuxième posture, la domination, qui est incarnée par la figure mythique de Dédale – l’ingénieur qui a conçu le labyrinthe où est enfermé le Minotaure, mais aussi les ailes pour s’en échapper avec son fils Icare. La domination confère au mouvoir une acception insistant sur l’agir, qui se présente comme l’envers du besoin. Selon Sartre (1943), dont l’œuvre est traversé par les questions formulées autour des notions de distance et de situations (Chomarat, 2013), « agir, c’est modifier la figure du monde, c’est disposer des moyens en vue d’une fin » (p. 508). Nous nous appuierons sur les transformations du système socio-écologique du Rhône pour questionner la durabilité de ses aménagements.

Dédale et la domination

28Le (se) mouvoir ne désigne pas seulement ici la mobilité, mais plus généralement la propension à agir dans et sur le monde pour répondre à ses besoins. Nous prenons alors place au milieu du monde qui devient ainsi notre environnement. Chez Sartre, le pratico-inerte désigne la « matérialité environnante » (1960, p. 166), c’est-à-dire la matière travaillée par les acteurs. En passant par la médiation des outils et les machines, il est produit et matérialisé par la praxis humaine, définie comme l’action exercée par un acteur sur ce qui l’entoure, en fonction d’une fin. Nous en retenons ce qui nous sert et nous dessert et travaillons à l’améliorer. Le besoin « dévoile l’environnement matériel, à l’infini, comme champ total des possibilités d’assouvissement » (Sartre, 1960, p. 166). De son côté, Gibson (1979), qui a été exposé au pragmatisme (Heft, 2001), a noté que l’on perçoit dans les choses non seulement leur forme, leur taille ou leur couleur (disons leur signification descriptive) mais aussi ce que l’on peut en faire (signification prescriptive), ce qu’il a essayé de rendre par la notion d’affordance. La figure mythique de Dédale – que son ingéniosité technique a rendu célèbre – représente ainsi notre effort incessant pour dominer et aménager le monde. Insensible à l’en soi, Dédale porte son attention au manque et au désir relatifs au pour soi et à la satisfaction des besoins humains.

29Géographes et philosophes ont ainsi attribué un coefficient d’auxiliarité ou d’adversité aux composants et aux processus environnementaux et les ont considérés comme autant de ressources, de capitaux et d’atouts ou bien de contraintes et de risques (Veyret et Pech, 1997). Les ingénieurs aident les sociétés humaines à s’approprier et à agencer ce qui les entourent, contribuant ainsi à historiciser et à hybrider l’environnement (Dufour et Lespez, 2020). D’une manière anthropocentrée, la nature est saisie en tant qu’environnement des humains. La relation société-environnement a été conçue comme productrice d’objets hybrides qui procèdent d’un mélange de nature et de culture (Latour, 1991).

30Sartre en a proposé un exemple, où il semble rêver d’accomplir la synthèse impossible des postures du détachement et de la domination. Il explique comment la poursuite du déboisement en Chine, « contre la Nature et contre les nomades », s’est inscrite « dans la nature, positivement et négativement » (1960, p. 232), en développant les cultures, mais en favorisant aussi l’érosion des sols, le comblement des cours d’eau et leur débordement. L’agentivité de l’environnement sur la praxis module la posture de domination des acteurs (et la replace dans la perspective de la transaction).

31Rendu autre, l’environnement risque ainsi de s’altérer. Pour le dés-altérer, l’éthique de la durabilité préconise de préciser ce dont nous avons (vraiment) besoin, de considérer le long terme lorsque nous agissons, de ne pas négliger les générations suivantes et de concéder que l’environnement (y compris planétaire) a des limites (Jonas, 1979 et 2017). Mais il importe aussi de reconnaître que tous les humains n’ont pas la même responsabilité dans les crises environnementales et qu’ils n’ont pas tous la même capacité d’agir pour les atténuer et s’y adapter (Bonneuil et Fressoz, 2013).

Pour une meilleure existence humaine

32Le concept de fix incarne et prolonge l’idée selon laquelle « l’homme du besoin est une totalité organique qui se fait perpétuellement son propre outil dans le milieu de l’extériorité » (Sartre, 1960, p. 167). Les diverses déclinaisons du fix s’avèrent opérantes pour rendre compte de l’aménagement de l’environnement par les sociétés humaines (Bok, 2019). Premier né, le technological fix exprime le fait qu’une innovation technologique règle un problème, mais en suscite de nouveaux, la technologie appelant ainsi la technologie (Weinberg, 1966). Le spatial fix est bien connu des géographes étant donné qu’il souligne la dimension spatiale du développement capitaliste : le capitalisme essaye de contenir la suraccumulation, la dévaluation et la crise en effectuant des « déplacements » spatiaux du problème qui absorbent les surplus au moyen de l’expansion ou de la restructuration géographique (Harvey, 1981). Plus récent, le socioecological fix en dérive et explore « les façons dont les crises de suraccumulation capitaliste peuvent être déplacées par des spatial fixes qui aboutissent à la production de la nature » (Ekers et Prudham, 2017, p. 1370). Il exprime la domination de la société sur l’environnement, de plus en plus aménagé et de mieux en mieux maîtrisé (Comby, Le Lay et Piégay, 2019) ; mais il reconnaît aussi que, les situations étant relationnelles, les réalités pratico-internes agissent en retour sur la praxis humaine (Sartre, 1960). Parmi d’autres, toutes ces qualifications du fix croisent une triple acception du concept : il s’agit de « fixer » le capital pour continuer le processus d’accumulation, de résoudre une situation problématique, ainsi que d’évoquer par analogie la dépendance à la dose de stupéfiant.

33Représentative de la posture de domination, la « reconstruction » du Rhône s’est intensifiée au XXe siècle pour s’affirmer comme un axe majeur du développement économique national (Pritchard, 2004 et 2011 ; Comby, 2015). Toute la vallée a été fortement aménagée (Figure 4). Une diversité de dispositifs techniques permet désormais de produire de l’énergie et structure le motif paysager dit du barrage au fil de l’eau (Figure 4a). Créée en 1933, la Compagnie nationale du Rhône (CNR) est le concessionnaire de l’aménagement du fleuve et y a installé plusieurs infrastructures hydrauliques pour turbiner les eaux (Giandou, 1999). Des îles ne sont plus entourées d’eau ; des digues s’efforcent de contenir les débordements ; des espaces potentiellement inondables sont drainés (Le Lay et Comby, 2012). Le paysage reste néanmoins marqué par l’exploitation d’anciennes gravières (production de granulats) remises en eau pour former des étangs. Surtout, le fleuve est régulièrement dédoublé par un canal construit pour la production d’énergie et la navigation.

34La portion située entre Donzère et Mondragon est emblématique du fix socio-écologique lié à la « rente du Rhône » (Bethemont, 1997). A Donzère, alors que le Rhône a réuni ses eaux sur cinq kilomètres seulement, le barrage de retenue alimente un canal d’amenée d’une vingtaine de kilomètres. A l’aval, le barrage hydroélectrique de Donzère-Mondragon (Figure 4c) a été construit à Bollène entre 1948 et 1952 et inauguré par Vincent Auriol, Président de la République française. Parallèle au Rhône, la dérivation se divise en deux parties, juste à l’amont de l’ouvrage : du côté de la rive droite se trouve la centrale hydroélectrique André-Blondel ; du côté de la rive gauche, l’ouvrage est doté d’une écluse pour permettre son franchissement aux bateaux. Suivant le plus souvent ce motif paysager, dix-neuf barrages de la CNR s’échelonnent entre la Suisse et la mer Méditerranée (Bravard et Clémens, 2008 ; Bethemont et Bravard, 2016). Depuis 1980, l’eau du canal de Donzère-Mondragon contribue également au refroidissement du centre nucléaire de production exploité par Electricité de France sur la commune de Saint-Paul-Trois-Châteaux. L’emprise foncière de la centrale est considérable, avec notamment ses quatre réacteurs près de l’eau (ainsi que les deux tours de refroidissement de l’ex-usine d’enrichissement Eurodif).

35Ces deux types de production électrique (hydraulique et nucléaire) se caractérisent par leur dépendance au fleuve et à ses débits, ce qui est emblématique du développement des Trente Glorieuses qui a accompagné une forte hausse de la demande énergétique à l’échelon national. Plus récemment, la production d’énergies dites renouvelables s’est développée à la faveur des énergies éolienne et solaire photovoltaïque, près du fleuve : à Bollène, en rive droite du canal de Donzère-Mondragon, fonctionnent un parc éolien depuis 2009 et deux parcs photovoltaïques depuis 2011 (Figure 4b). Pourquoi une telle addiction à la domination du Rhône ? Cette concentration des installations de production s’explique notamment par des enjeux d’accès au réseau de distribution électrique : malgré la problématique d’une production décentralisée de l’énergie, le réseau reste centralisé, ce que les lignes à haute tension rendent visible. D’autres facteurs contribuent au regroupement des dispositifs techniques, comme la maîtrise foncière de la CNR (dont la concession est en cours de renouvellement en 2021), l’acceptation sociale des riverains ou encore l’image flatteuse autour des énergies durables.

Figure 4 : Reconstruire le Rhône : un socioecological fix ?

Figure 4 : Reconstruire le Rhône : un socioecological fix ?

36L’addiction inhérente au socioecological fix est remarquable dans nos sociétés de type capitaliste, où le désir est stimulé de telle sorte que l’avoir prime sur l’être (Fromm, 1976). Les critiques portées à l’encontre d’une telle société – qui peine à organiser la définition collective des besoins essentiels de ses membres (Gorz, 2008 ; Latour, 2017) et n’y répond donc pas, mais produit au contraire des demandes et génère des manques – ont été nombreuses, notamment dans les années 1970 (Illich, 1973 ; Gorz, 1975 et 1977 ; Ellul, 1977). Selon Bookchin (1985), le capitalisme étant « intrinsèquement anti-écologique » (p. 31) du fait de son obsession pour la croissance, l’accumulation et la rentabilité, l’écocapitalisme n’est pas envisageable. Certes, il n’est pas possible de dire que rien ne change (Adam, 2016) ; mais, dans la perspective néo-marxiste de la géographie radicale, les changements relatifs au développent durable et énergies renouvelables eux-mêmes sont entrepris pour que rien ne change vraiment (Swyngedouw, 2011) : il s’agit de faire durer le développement, quitte à oublier que l’on dépend de ce qu’on veut dominer.

S’é-mou-voir dans le monde comme milieu (e-motion)

37Après avoir présenté la posture du détachement chez le scientifique et celle de la domination chez l’ingénieur ou l’aménageur, il s’agit désormais de considérer la posture de la dépendance que révèle la relation des habitants avec leur milieu. Plein d’émotions contrastées à l’égard du taureau blanc envoyé par Poséidon, des humains et du Minotaure, Minos est représentatif de cet habitant dont l’interdépendance avec le milieu invite à penser les situations problématiques. L’exemple des fêtes de la Tarasque à Tarascon, au bord du Rhône, est développé pour montrer comment des riverains reconnaissent leur vulnérabilité à l’égard du fleuve pour mieux vivre avec ses débordements.

Minos et la dépendance

38S’émouvoir désigne une modalité d’être au monde qui caractérise l’habitant mieux que le scientifique et l’ingénieur. Sans doute les émotions n’ont-elles jamais été tout à fait absentes de la géographie ; mais, aspirant au statut de science, elle les a parfois négligées ou minorées. A. Volvey (2016) évoque un « déni d’émotion dans le régime scopique de la géographie classique » et dénonce « la ruse objectiviste et universaliste de la géographie positiviste et empiriste » (p. 6). M. Rosemberg (2014) note également chez les géographes – et plus encore chez les écologues et les naturalistes – un manque de réflexivité qui s’explique par la mise entre parenthèses de l’expérience sensible et paysagère et de leur relation à la nature. Pourtant, les émotions alimentent une troisième modalité d’être au monde. Alors que le détachement consiste en une lecture du monde et que la domination invite à une écriture du monde, la dépendance suggère davantage un échange avec le monde. On tend à supprimer la limite entre soi et le monde, pour s’y laisser absorber. Certes il faut dès lors accepter sa vulnérabilité et sa dépendance, mais les émotions aident aussi à savoir, à être et à faire ! « Emotion : ce qui met en mouvement » (Serres, 1990, p. 187). C’est pourquoi, à la faveur d’un « tournant émotionnel » (Cadman, 2009, p. 3), une géographie des émotions (Anderson et Smith, 2001 ; Davidson et Milligan, 2004 ; Davidson, Bondi et Smith, 2015 ; Guinard et Tratnjek, 2016) s’est affirmée. Elle met l’accent sur les processus, les verbes et les relations davantage que sur les formes, les noms et les choses : « les affects ne traitent pas de vous ou de ça, d’un sujet ou d’un objet. Ce sont des relations qui inspirent le monde » (Dewsbury et al., 2002, p. 439). L’engouement pour le rapport affectif et émotionnel au monde a investi le domaine de l’aménagement et de l’urbanisme (Feildel, 2010 et 2013), explore la manière dont les changements environnementaux globaux nous bouleversent (Albrecht, 2020) et accompagne la reconnaissance des expériences corporelles (Volvey, 2016).

39De fait, il est ressourçant de s’affranchir des limites qui nous séparent des autres entités (a)biotiques, en s’y abandonnant le temps d’une activité aussi banale que la contemplation ou la marche à pied : le voir et le mou-voir mènent ici au s’é-mou-voir. Au milieu du monde, l’habitant s’y attache volontiers et y reconnaît d’autres centres d’attention susceptibles de le voir, de le mouvoir et de l’émouvoir. Il ne s’agit ni de prendre de la hauteur ni de dominer par l’action, mais plutôt de se transposer pour mettre en perspective et ajouter d’autres visions du monde (voire d’autres mondes). En s’ouvrant ainsi au monde, les individus cèdent leur autonomie au profit des relations (Hache, 2011). Remettant en cause l’universalité de la justice illustrée par Rawls (1971), cette perspective nous invite prendre « conscience de ce qui importe, ce qui compte pour nous – à la fois de ce dont nous nous soucions, et de ce dont nous dépendons » (Laugier, 2012, p. 11), ce qui déplace le centre de gravité de l’éthique du « juste » à l’« important ». Mieux que le paysage maintenu à distance, mieux aussi que l’environnement bénéfique ou oppressant, le milieu affirme ici à la fois son indifférence et sa propension à rassembler. Tout y devient vulnérable – humains et non-humains, mais aussi vivants et non-vivants, ou encore espèces et écosystèmes. Pour autant, une telle approche ne conduit pas nécessairement à une ontologie plate (qui placerait toutes les entités sur un pied d’égalité ontologique) ; rien ne s’oppose à la reconnaissance de capacités plus spécifiquement humaines.

40L’éthique du care est aussi une éthique de la responsabilité. « Au niveau le plus général, nous suggérons que le care soit considéré comme une activité générique qui inclut tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre "monde", afin que nous puissions y vivre aussi bien que possible. Ce monde comprend nos corps, nous-mêmes et notre environnement, tous éléments que nous cherchons à relier en un réseau complexe qui soutient la vie » (Fisher et Tronto, 1990, p. 40). C’est pourquoi l’éthique du care appelle à se soucier des autres (Gilligan, 1982 ; Tronto, 1993 ; Laugier, 2012). Il ne s’agit plus d’avoir raison, mais de maintenir le lien. La sollicitude répond à la vulnérabilité des relations ; elle ne saurait donc être confinée au privé, au domestique, à l’humain, au vivant, à l’écosystème et à tout ce qui pourrait revendiquer une forme de valeur intrinsèque. En complément des questions relevant de la justice et de la durabilité – qui s’avèrent indispensables, mais qui peuvent apparaître glaciales en s’exerçant respectivement à distance et sur le long terme, c’est-à-dire si loin de nous –, le care suscite une micropolitique du proche qui fait primer ce qui nous lie ici et maintenant. C’est une invitation à (ré)habiter chaque jour son (mi)lieu. L’éthique du care et l’écoféminisme prêtent ainsi beaucoup d’attention au particulier.

Expérimenter la vulnérabilité : la fête, l’usage et le commun

41Quelles sont les pratiques susceptibles de faciliter la réconciliation de la société avec son milieu (Fleury et Prévot-Julliard, 2012) ? Parmi d’autres, l’évènement et la fête peuvent y contribuer ; ils partagent une forme de labellisation du commun. Depuis 2005, les fêtes de la Tarasque à Tarascon ont été proclamées par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine oral et immatériel de l’humanité. En 2008, l’UNESCO les a inscrites dans un ensemble de manifestations folkloriques : « Les Géants et dragons processionnels de France et de Belgique » (Fournier, 2009).

42Le rituel de la procession et des jeux souligne ce que doit ce « fait local » (Dumont, 1951) à la proximité du Rhône. A la fin du XIXe siècle, le lundi de Pentecôte, la procession démarre de l’église Sainte-Marthe. Représentant la sainte, une jeune fille vêtue d’une robe blanche et d’un voile bleu est placée à la tête de la procession avec un aspersoir (Reyt, 2000). Elle est suivie des viticulteurs, puis des jardiniers. Juchés sur un char fleuri, ces derniers aspergent les spectateurs avec leurs arrosoirs. Viennent ensuite les portefaix, puis les mariniers qui se livrent au jeu de l’Esturgeon : « Attention ! Cachez-vous ! courez-vite ! Voici venir le tonnerre, la tempête et l’orage !... Voici l’Esturgeon ! les éclaboussures de l’Esturgeon ! » (Mistral, 1862, p. 25). Des chevaux de halage galopent à travers la ville en tirant une embarcation remplie d’eau et montée sur un char au moyen de laquelle les mariniers éclaboussent à nouveau les badauds (Figure 5a). Le cortège est fermé par les pâtres. « Le maître de cérémonie allume alors les fusées dans les narines de la Tarasque » (Reyt, 2000, p. 136). Porté par les tarascaires, le monstre s’élance à travers les rues et déchire la foule (Figure 5b) : l’effigie de la Tarasque « décrit des courbes qui s’élargissent en spirales et la terrible queue happe, cingle, repousse, écarte, disperse, renverse, projette au loin les audacieux. Quelles alertes ! quelles poussées ! quelle panique ! » (Floret, 1947, n.p.). Les jeux de la Tarasque assurent ainsi la cohérence d’une communauté en veillant à la complémentarité des métiers. Surtout, la communauté s’élargit aux autres qu’humains, en l’occurrence au Rhône. La Tarasque fait partie du vaste bestiaire de l’imaginaire de l’eau (Durand, 1960). Selon P. Reyt (2000), le dragon est une image profane qui sert à illustrer le comportement de l’eau vive et à entretenir la conscience de la crue au sein de la société en réintroduisant le risque dans le champ du possible. Dans le même temps, elle exorcise l’angoisse de l’inondation, par la fête et le masque.

Figure 5 : Les fêtes de la Tarasque à Tarascon

Figure 5 : Les fêtes de la Tarasque à Tarascon

Source : Le Monde illustré, 8 juin 1861, p. 360

43Cet exemple montre que, réunis autour d’une cause commune, les habitants peuvent former un public (Dewey, 1927). Ils prennent ainsi une place centrale dans une politique qui renonce à l’uniformité et à l’homogénéité (Stengers, 2009), mais s’ouvre à de nouvelles manières d’être au monde et de faire monde pour bénéficier de la pluralité des manières de s’é-mou-voir et des particularités des terres/terroirs/territoires.

Perspectives et conclusions

44La proposition des e-motion-scapes vise à intégrer trois éthiques de la nature, concurrentes et concourantes : (1) l’éthique scientifique du paysage qui fait primer l’égalité et la justice, (2) l’éthique technicienne/ingénieuriale de l’environnement qui relève de la durabilité et de la gestion, et (3) l’éthique habitante du milieu qui insiste sur la vulnérabilité et la sollicitude. Pour battre en brèche les risques auxquels exposent les éthiques isolées – en particulier le déterminisme, le progressisme et le relativisme –, travaillons à une éthique plurielle qui associe les valeurs de la raison, de l’action et de l’émotion. Il importe de voir, de se mouvoir et de s’émouvoir pour appréhender pleinement cette triple éthique de la responsabilité. Après avoir montré à quel point les modalités d’être au monde s’imbriquent dans les usages locaux qui constituent la matrice des étangs de la Dombes, nous envisageons ce que ce modèle des emotionscapes peut faire à la géographie et nous insistons sur l’importance de la délibération dans le cadre d’une micropolitique des situations problématiques.

Les usages, une solution aux situations questionnantes ?

45Les usages sont révélateurs de manières originales de faire avec les spécificités de situations concrètes et locales (Le Lay et Permingeat, 2008). La notion d’usage désigne, en effet, une manière d’agir habituelle. Les usages locaux alimentent alors un droit dit positif et spontané. Il s’agit d’un droit positif dans la mesure où sa contingence l’oppose au droit dit naturel qui se veut universel. Comme le droit naturel fait peu de place à la nature, le droit positif peut pallier ce manque. Il s’agit aussi d’un droit spontané qui se place à cheval sur la sphère des faits et sur celle du droit (Assier-Andrieu, 1990).

46Par exemple, les étangs de la Dombes doivent beaucoup aux usages locaux et se présentent comme un emotionscape qui combine de manière intégrée connaissances, actions et émotions (De Carrara et Le Lay, 2013). Premièrement, à la faveur du détachement, la vision icarienne de la Dombes permet d’explorer ce « pays aux mille étangs » (Egloff, 1937). Deuxièmement, dans une perspective de domination, l’exploitation des étangs se traduit par l'assolement triennal – deux ans en eau pour la culture du poisson (évolage) et un an sans eau pour les céréales (assec) –, la pratique annuelle de la pêche et l’entretien spécifique des berges et des ouvrages (Figure 6). Troisièmement, la dépendance des habitants et de leur milieu explique le soin qui est pris des « marqueurs » tels que l’étang, le thou (le dispositif technique qui permet de retenir ou d’évacuer l’eau) ou la berge arborée, dont la dimension esthétique participe au désir d’entretien, de préservation et de valorisation. La pluralité des instances d’interprétation contribue à expliquer non seulement les confrontations (notamment au sujet du vidage des étangs qui sont agencés en chaîne) mais aussi les stratégies d’évitement, si bien que « les rivalités racontent moins l’histoire d’une incommunicabilité entre les groupes en présence que celle d’une mise en relation » (Manceron, 2006, p. 320). Si les usages locaux ont forgé l’emotionscape dombiste, ils témoignent également d’un processus délibératif. Pour l’Ain, quatre versions du recueil des usages locaux s’échelonnent de 1879 à 1987 et guident l’entretien de cet environnement terraqué (Truchelut, 1904). Surtout, les usages ne figent ni les connaissances ni les actions ni les émotions ; les situations problématiques sont autant d’occasions de les faire évoluer et de s’adapter aux changements sociaux et environnementaux (De Carrara et Le Lay, 2015).

Figure 6 : Les différentes parties de l’étang de la Dombes

Figure 6 : Les différentes parties de l’étang de la Dombes

1) la digue ; 2) le thou ; 3) la grille à la sortie ; 4) le bassin où l’on pêche ; 5) le fossé principal ; 6) le bief latéral ; 7) les rigoles d’écoulement ; 8) les rigoles plus profondes ; 9) l’entrée de l’étang ; 10) la grille à l’entrée ; 11) le trop-plein ; 12) le bassin derrière la digue appartenant à l’étang ; 13) la grille de ce bassin ; 14) la rivière par où l’étang se vide ; 15) la rivière de ceinture ; 16) la pente extérieure de la digue

Source : Egloff, 1937, p. 86

47Conformément à la perspective pragmatiste, le sens des usages réside dans leurs implications pratiques. L’usage témoigne d’un souci d’être proche de l’action, du concret et du particulier (Assier-Andrieu, 1990). Mais l’usage ne désigne pas tout ce qui se pratique ordinairement ; il présente quelques attributs, parmi lesquels la dimension concrète et la spatialisation, l’ancienneté et la constance, l’aspect communautaire et la reconnaissance, ainsi que l’utilité. Tout d’abord, l’usage est en quelque sorte « orienté objet » : à la différence des pratiques, par l’usage, on use (de) quelque chose, comme un étang, un arbre, un fossé, une haie ou une forêt. De plus, l’usage est local(isé) ; il s’applique à un espace défini, comme un groupe de communes ou un lieu donné. Il est également ancien et durable ; il doit résulter de faits réitérés sur une longue durée. Surtout, l’usage est partagé et ordinaire : mis en œuvre de manière uniforme et collective, l’usage est l’expression du consentement de l’ensemble des habitants et non d’une simple majorité (Guéranger, 1909). Constamment tolérés par le législateur, les usages se doivent néanmoins d’être conformes à la loi et non contraires à l’ordre ou à l’intérêt public. Enfin, leur existence dépend de leur utilité : ils se justifient par les besoins des habitants, produisent de la valeur et conduisent ainsi au maintien de la communauté.

48I. Stengers (2009) estime que de nombreuses pratiques collectives constituent des solutions efficaces à des problèmes concrets. B. Latour (2017) envisage aussi désormais une géographie politique ou une géo-graphie des doléances : afin de définir nos intérêts et nos revendications, il suggère de rédiger de nouveaux cahiers de doléances. Le recueil des usages locaux se présente comme un modèle plus récent, susceptible de révéler la créativité de groupes sociaux qui habitent quotidiennement leur « pays territorial » (Escobar, 2014, p. 132). Les usagers (commoners) développent une intelligence collective, concrète et située. Pourvus de cette expertise, les mouvements d’usagers se rassemblent autour d’une cause commune. Le commun fonctionne ici comme une cause qui rassemble. L’usage témoigne de notre capacité à répondre aux autres, dans un espace dont nous saisissons « au plus profond combien nos vies en dépendent » (Starhawk, 2002, p. 50).

De la délibération morale à la délibération politique

49La relation ternaire constitutive du s’é-mou-voir s’inscrit dans l’héritage du pragmatisme qu’initie Peirce (1878) à la fin du XIXe siècle. Etant donné que l’adjectif « pragmatique » laisse parfois penser malheureusement que la fin justifie les moyens, l’emploi de l’adjectif « pragmatiste » est souvent préféré pour affirmer qu’il n’y a pas de solution de continuité entre les fins et les moyens (Dewey, 1927 ; Hache, 2011). La géographie pragmatiste s’intéresse au dense réseau de relations enchevêtrées qui constitue une situation expérimentée par des acteurs. Elle a affaire aux connaissances (voir), aux pratiques (se mouvoir) et aux émotions (s’émouvoir) que les situations concrètes mettent à l’épreuve (en conservant le souci non seulement des conséquences de ces pratiques mais aussi des particularités de ces situations). Du fait de cette mise à l’épreuve ou de cet appel, les situations sont dites problématiques ou questionnantes. Elles s’affirment comme une œuvre à faire. Il revient à celles et ceux qui y sont engagés d’y repérer ce qui compte pour eux. C’est pourquoi les situations problématiques et questionnantes ne sont pas résolues en appliquant une recette toute faite – ce qu’on appelle un plan ou un programme –, mais en reconsidérant incessamment les appels de l’œuvre à faire : ce souci actif des autres et des conséquences implique de substituer le trajet au projet (Souriau, 1943 et 1956).

50La géographie pragmatiste se veut à la fois plus humaine, plus qu’humaine et plus que représentationnelle (Wood et Smith, 2008 ; Le Lay, 2019 ; Bridge, 2021 ; Le Lay et Comby, 2021). Elle est plus humaine en cessant de préconiser des programmes déjà faits, de relayer des impératifs – aussi alliciants que peuvent paraître de prime abord des principes abstraits tels que résilience, participation ou adaptation –, de dépolitiser les situations définies par le haut et de croire que ce qui vit est autonome et indépendant : prenant acte de la vulnérabilité de tous et de chacun, elle a le souci des autres, de la nature et des conséquences. Elle est plus qu’humaine en reconnaissant une capacité d’agir et de faire agir aux entités non-humaines et même non-vivantes et en les intégrant dans une communauté qui prend elle-même de la valeur : les centres d’attention étant nombreux, le perspectivisme et la méthode perspective deviennent des préalables à la composition d’un monde commun et à l’invention de possibles (Latour, 2011 ; Descola et Ingold, 2014). Et, même si elle ne néglige pas les représentations de ce qui n’est pas là (car passé, ailleurs ou encore à venir), elle est plus-que-représentationnelle dans la mesure où elle ne se focalise pas sur les choses figées et ne cherche pas seulement à dire ce qui est ou ce qui doit être : elle ré-enchante le monde en témoignant des pratiques et des émotions qui jaillissent dans la vie quotidienne (Anderson et Harrison, 2010).

51Sollicitant l’épreuve des situations concrètes, cette proposition de géographie pragmatiste s’appuie sur une méthode (et non un objet ou un projet) qui s’attache à la fois à la vie intellectuelle (scape), à la vie pratique (motionscape) et à la vie émotionnelle (emotionscape). Significatives à l’échelle individuelle, les postures contrastées du détachement, de la domination et de la dépendance entrent aussi en tension, parfois de manière exacerbée, à l’échelle sociale. La délibération morale laisse alors la place à la délibération politique. En effet, la variation des postures portées par différents acteurs invite moins à viser un diagnostic (dont l’étymologie souligne le risque de déstructuration de la définition de la situation problématique) qu’à « atteindre une forme de syn-gnostic (…) de connaissance commune, ou approchée comme telle » (Hoyaux, 2015b, p. 311). La sémantisation des situations problématiques réclame ainsi le partage des points de vue de celles et ceux qui participent à un collectif (intersubjectivité). Mais cet effort implique aussi de substituer l’interobjectivation des situations à la lutte des objectivités établies par les experts et les scientifiques (André-Lamat, Couderchet et Hoyaux, 2010).

52Misons sur l’« intelligence collective » (Dewey, 1935, p. 51) pour résoudre les conflits et les dilemmes (moraux) parce qu’il faut vivre ensemble pour vivre. Il importe de réparer par la communication les ruptures dans la toile des relations (humaines ou non). La vie dépend de ces relations. Au moment de prendre une décision, favorisons le dialogue des voix, des points de vue et des perspectives. Positionné entre démocratie représentative et démocratie participative, le trajet délibératif occupe une place centrale pour régler des conflits.

53Selon cette acception, la démocratie ne saurait se réduire à une forme de gouvernement, avec des institutions, des lois et des modalités de représentation (Dewey, 1934). Plus largement et plus profondément, c’est un mode de vivre ensemble, une expérience en commun, une forme d’association entre humains et non-humains qui se noue et se joue dans toutes les relations. Dewey et Bentley (1949) ont insisté sur l’importance des processus d’échange, de délibération et de décision. Comme « il n’y a pas une définition normative a priori, mais des situations pratiques, des transactions particulières » (Foucart, 2013, p. 77-78), c’est l’effort partagé de définition de la situation qui garantit l’intercompréhension de tous.

Haut de page

Bibliographie

ADAM M., 2016, La production de l’urbain durable. L’enrôlement des concepteurs et des habitants par l’intégration des contradictions, Tours, Thèse de Université de Tours, 571 p.

ALBRECHT G., 2020, Les émotions de la Terre. Des nouveaux mots pour un nouveau monde, Paris, Les Liens qui Libèrent, 304 p.

Allard P., 2006, Le rôle des ingénieurs des Ponts et des Chaussées au XIXe siècle dans la gestion des crises environnementales, in Beck C., Luginbühl Y. et Muxart T., Temps et espaces des crises de l’environnement, Versailles, Quae, p. 249-262.

Anderson B. et Harrison P. (dir.), 2010, Taking-Place. Non-Representational Theories and Geography, Farnham, Ashgate, 392 p.

Anderson K. et Smith S.S., 2001, Editorial: Emotional geographies, Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 26, n° 1, p. 7-10.

Assier-Andrieu L. (dir.), 1990, Une France coutumière. Enquête sur les « usages locaux » et leur codification (XIXe-XXe siècles), Paris, Editions du CNRS, 207 p.

André-lamat v., couderchet l. et hoyaux a.-F., 2010, Critique de la banalisation scientifique des magazines éducatifs à travers les publicités à caractère écologique, Ecologie & Politique, n° 39, p. 73-85.

Barbaras R., 2009, La perception. Essai sur le sensible, Paris, Vrin, 113 p.

Beaujeu-Garnier J., 1971, La géographie : méthodes et perspectives, Paris, Masson, 141 p.

BERQUE A., 1996, Espace virtuel et milieu humain, Quaderni, n° 30, p. 69-80.

Bethemont J., 1997, Le Rhône entre nation et région, Revue de Géographie de Lyon, vol. 72, n° 1, p. 67-75.

Bethemont J. et Bravard J.-P., 2016, Pour saluer le Rhône, Lyon, Libel, 399 p.

Bok R., 2019. ‘By our metaphors you shall know us’: The ‘fix’ of geographical political economy, Progress in Human Geography, vol. 43, n° 6, p. 1087-1108.

Bonneuil C. et Fressoz J.-B., 2013, L’évènement Anthropocène, Paris, Editions du Seuil, 304 p.

Bookchin M., 1985 [2016], Au-delà de la rareté. L’anarchisme dans une société d’abondance, Montréal, Ecosociété, 279 p.

Brassac C., 2007, Qu’est-ce qu’un acte ? La réponse de G. H. Mead, Activités, vol. 4, n° 2, p. 165-177.

Bravard J.-P. et Clémens A (dir.), 2008, Le Rhône en 100 questions, Villeurbanne, GRAIE, 295 p.

Bridge G., 2021, On pragmatism, assemblage and ANT: Assembling reason, Progress in Human Geography, vol. 45, n° 3, p. 417-435.

Cadman L., 2009, Nonrepresentational theory/nonrepresentational geographies, in Thrift N. et Kitchin R. (dir.), The International Encyclopedia of Human Geography, Londres, Elsevier, vol. 7, p. 456-463.

Calvino I., 1983 [1985], Palomar, Paris, Editions du Seuil, 123 p.

CEfAÏ d., 2001, Le naturalisme dans la sociologie américaine au tournant du siècle. La genèse de la perspective de l'École de Chicago, Revue du MAUSS, n° 17, p. 261-274.

CHENORKIAN R. et ROBERT S. (dir.), 2014, Les interactions hommes-milieux. Questions et pratiques de la recherche en environnement, Versailles, Quae, 180 p.

CHOMARAT F., 2013, Distance, situation, chemins. De la géographie humaine Selon Sartre, in PAGES C. et SCHUMM M., Situations de Sartre, Paris, Hermann, p. 17-44.

Collot M., 1986, Points de vue sur la perception des paysages, L’Espace Géographique, n° 3, p. 211-217.

Comby E., 2015, Pour qui l’eau ? Les contrastes spatio-temporels des discours sur le Rhône (France) et le Sacramento (Etats-Unis), Lyon, Thèse de l’Université Lyon 3, 721 p.

Comby E., Le Lay Y.-F. et Piégay H., 2019. Power and Changing Riverscapes. The socioecological fix and newspaper discourse concerning the Rhône River (France) since 1945, Annals of the American Association of Geographers, vol. 109, n° 6, p. 1671-1690.

Dancourt M., 2002, Dédale et Icare : métamorphoses d’un mythe, Paris, CNRS Editions, 219 p.

Davidson J., Bondi L. et Smith M., 2015, Emotional Geographies, Londres, Routledge, 256 p.

Davidson J. et Milligan C., 2004, Embodying emotion, sensing space: introducing emotional geographies, Social and Cultural Geography, vol. 5, n° 4, p. 523-532.

De Carrara S. et Le Lay Y.-F., 2015, Quand l’usage fait patrimoine. Vers une patrimonialisation des usages et des paysages culturels ? L’exemple de la Dombes, Développement durable et Territoires, vol. 6, n° 1, URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/10754.

De Carrara S. et Le Lay Y.-F., 2013, What role for local water uses in the French legal system? The example of the Dombes region (Rhône-Alpes, France), in Arnaud-Fassetta G., Masson E. et Reynard E. (coord.), European Continental Hydrosystems under Changing Water Policy, München, Friedrich Pfeil Verlag, p. 183-192.

Deledalle G., 1998, John Dewey, Paris, Presses Universitaires de France, 128 p.

Descola P. et INGOLD T., 2014, Etre au monde. Quelle expérience commune ? Lyon, Presses universitaires de Lyon, 7 p.

Dewey J., 1938, Logic. The theory of inquiry, New York, Holt and Co., 546 p.

Dewey J., 1935, Liberalism and Social Action, New York, Putnam, 93 p.

Dewey J., 1934, Philosophy, in Encyclopaedia of the Social Sciences, vol. 12, New York, The MacMillan Company, p. 118-129.

Dewey J., 1927, The Public and its Problems, New York, H. Holt, 224 p.

Dewey J. et Bentley, A.F., 1949, Knowing and the known, Boston, Beacon Press, 334 p.

Dewsbury J.D., Harrison P., Rose M. et Wylie J., 2002, Enacting geographies, Geoforum, vol. 33, n° 4, p. 437-440.

Dufour S. et Lespez L. (dir.), 2020, Géographie de l’environnement. La nature au temps de l’Anthropocène, Paris, Armand Colin, 287 p.

Dumont L., 1951, La Tarasque. Essai de description d’un fait local d’un point de vue ethnographique, Paris, Gallimard, 252 p.

Durand G., 1960, Les structures anthropologiques de l’imaginaire. Introduction à l’archétypologie générale, Paris, Presses Universitaires de France, 512 p.

Egloff W., 1937, Le paysan dombiste. Étude sur la vie, les travaux des champs et le parler d'un village de la Dombes : Versailleux (Ain), Paris, Librairie Droz, 242 p.

Ekers M. et Prudham S., 2017, The metabolism of socioecological fixes: Capital switching, spatial fixes, and the production of nature, Annals of the American Association of Geographers, vol. 107, n° 6, p. 1370-1388.

Ellul J., 1977, Le système technicien, Paris, Calmann-Lévy, 361 p.

Escobar A., 2014 [2018], Sentir-penser avec la Terre. Une écologie au-delà de l’Occident, Paris, Editions du Seuil, 225 p.

FARINETTI A., 2012, La protection juridique des cours d'eau. Contribution à une réflexion sur l'appréhension des objets complexes, Paris, Editions Johanet, 1127 p.

FEILDEL B., 2013, Vers un urbanisme affectif. Pour une prise en compte de la dimension sensible en aménagement et en urbanisme, Norois, n° 227, p. 55-68.

FEILDEL B., 2010, Espaces et projets à l'épreuve des affects : pour une reconnaissance du rapport affectif à l'espace dans les pratiques d'aménagement et d'urbanisme, Tours, thèse de l’Université de Tours, 658 p.

Festinger L., 1957, A theory of cognitive dissonance, Stanford University Press, 291 p.

Fisher B. et Tronto J., 1991, Toward a feminist theory of care, in Abel E. et Nelson M. (dir.), Circles of care: Work and identity in women’s lives, Albany, State University of New York, p. 35-62.

Fleury C. et Prévot-Julliard A.-C., 2012, L'exigence de la réconciliation. Biodiversité et société, Paris, fayard, 471 p.

Floret J.-M., 1947, Les Jeux de la Tarasque, Tarascon, Librairie A. Gardiol, n.p.

Foucart J., 2013, Pragmatisme et transaction. La perspective de John Dewey, Pensée plurielle, n° 2-3, p. 73-84.

Fournier L.S., 2009, L’impact de l’appellation « Chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité » en France : le cas des géants et dragons processionnels, Rapport final, Ministère de la Culture et de la Communication, 90 p.

Fromm E., 1976 [1978], Avoir ou être ? Un choix dont dépend l’avenir de l’homme, Paris, Laffont, 243 p.

Giandou A., 1999, La Compagnie nationale du Rhône (1933-1998). Histoire d’un partenariat régional de l’Etat, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 328 p.

Gibson J.J., 1979 [2014], Approche écologique de la perception visuelle, Bellevaux, Editions Dehors, 519 p.

Gilligan C., 1982 [2008], Une voix différente. Pour une éthique du care, Paris, Flammarion, 284 p.

GORZ A., 2008, Ecologica, Paris, Galilée, 158 p.

Gorz A. [Bosquet M.], 1977, Ecologie et Liberté, Paris, Galilée, 114 p.

Gorz A. [Bosquet M.], 1975, Ecologie et politique, Paris, Galilée, 190 p.

Guéranger H., 1909, Etude sur l’usage, Laval, Imprimerie Goupil, 24 p.

Guinard P. et Tratnjek B., 2016, Géographies, géographes et émotions. Retour sur une amnésie… passagère ? Carnets de géographes, vol. 9, URL : http://journals.openedition.org/cdg/605.

Hache E., 2011, Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique, Paris, La Découverte, 247 p.

Harvey D., 1981, The Spatial Fix: Hegel, Von Thunen, and Marx, Antipode, vol. 13, n° 3, p. 1-12.

Heft H., 2001, Ecological psychology in context: James Gibson, Roger Barker, and the legacy of William James’s radical empiricism, Londres, Lawrence Erlbaum Associates, 476 p.

HEIDEGGER M., 1927 [1986], Etre et temps, Paris, Gallimard, 589 p.

Hoyaux A.-F., 2021, Constitution, mises en situation et jeux de places. Autour de la chanson Saigne d’Abd Al Malik, Territoires en mouvement, n° 48-49, URL : http://journals.openedition.org/tem/7389

Hoyaux A.-F., 2015a, Habiter : se placer plaçant et se penser pensant, Annales de géographie, n° 704, p. 366-384.

Hoyaux A.-F., 2015b, Pour une posture constitutiviste en géographie, Dossier d’HDR, Université Bordeaux Montaigne, vol. 2, partie 2, 364 p.

HOYAUX A.-F., 2000, Habiter la ville et la montagne. Essai de géographie phénoménologique sur les relations des habitants au lieu, à l’espace et au territoire (exemple de Grenoble et Chambéry), Grenoble, Thèse de l’Université Grenoble 1, 695 p.

Illich I., 1973, La convivialité, Paris, Editions du Seuil, 160 p.

International Canoe Federation, 1979, Wildwasser-Schwierigkeitstabelle, Hamburg, Deutscher Kanu-Verband e. V. (DKV), URL: http://www.kanu.de/nuke/downloads/Schwieriegkeitsgrade.pdf.

Jonas H., 2017, Une éthique de la nature, Paris, Flammarion, 200 p.

Jonas H., 1979 |1990], Le Principe de responsabilité. Une éthique pour la civilisation technologique, Paris, Cerf, 336 p.

LATOUR B., 2017, Où atterrir ? Comment s’orienter en politique, Paris, La découverte, 155 p.

Latour B., 2011, Il n’y a pas de monde commun : il faut le composer, Multitudes, n° 45, p. 38-41.

Latour B., 1991, Nous n’avons jamais été modernes, Paris, La Découverte, 210 p.

Laugier S. (dir.), 2012, Tous vulnérables ? Le care, les animaux et l’environnement, Paris, Payot, 316 p.

Ledrut R., 1976, L’espace en question, Paris, Anthropos, 361 p.

Le Lay Y.-F., 2019, Emotionscapes. S'é-mou-voir des situations géographiques, Mémoire d’HDR, ENS de Lyon, 338 p.

Le Lay Y.-F. et Comby E., 2021, Pour une géographie des situations problématiques, Annales de géographie, n° 741, p. 5-29.

Le Lay Y.-F. et Comby E., 2012, Habiter les îles fluviales : géographie d’un eau-delà, Géographie et Cultures, n° 84, p. 121-140.

Le Lay Y.-F. et Permingeat F., 2008. Spécificité territoriale et petits arrangements avec la loi : la place des usages locaux dans l’entretien de la rivière (XIXe-XXe siècles). Géocarrefour, vol. 83, n° 1, p. 45-55.

Lussault M. et Stock M., 2010, "Doing with space": towards a pragmatics of space, Social Geography, vol. 5, p. 11-19.

Manceron V., 2006, Discordes territoriales : les logiques rivales de la gestion de l'eau dans une région d’étangs française, Géographie, économie, société, vol. 8, p. 319-328.

Mead G.H., 1938, The Philosophy of the Act, Chicago, The University of Chicago Press, 696 p.

Merleau-Ponty M., 1964, L’œil et l’esprit, Paris, Gallimard, 95 p.

Mistral F., 1862, Les Fêtes de la Tarasque en 1861, Marseille, Imprimerie Moullot, 31 p.

Morris C., 1964, Signification and Significance. A study of the relation of signs and values, Cambridge, The MIT Press, 99 p.

NAVEH Z. et LIEBERMAN A., 1994, Landscape ecology. Theory and application, New York, Springer-Verlag, 360 p.

Peirce C.S., 1878, How to Make Our Ideas, Popular Science Monthly, vol. 12, p. 286-302.

Perec G., 1985, Penser/Classer, Paris, Hachette, p. 184.

Petit E., 2014, Faire avec l’espace. Pour une lecture micro-géographique des artefacts du souvenir, Géographie et cultures, n° 91-92, URL : http://journals.openedition.org/gc/3346.

Pritchard S.B., 2011, Confluence: The nature of technology and the remaking of the Rhône, Cambridge, Harvard University Press, 371 p.

Pritchard S.B., 2004, Reconstructing the Rhône: The cultural politics of nature and nation in contemporary France, 1945-1997, French Historical Studies, vol. 27, n° 4, p. 765-799.

Quéré L., 1997, La situation toujours négligée ? Réseaux, vol. 15, n° 85, p. 163-192.

Rawls J., 2001, Justice as Fairness. A Restatement, Cambridge, Harvard University Press, 234 p.

Rawls J., 1971, A Theory of Justice, Cambridge, Harvard University Press, 560 p.

Reyt P., 2000, Les dragons de la crue, Cahiers de Géographie du Québec, vol. 44, n° 122, p. 127-145.

Rosemberg M., 2014, Littérature et savoirs de l’espace, une expérience partagée du monde, Zones Humides Infos, n° 84-85, p. 2-3.

Rosgen D.L., 1996, Applied River Morphology, Pagosa Springs, Wildland hydrology Books, 390 p.

Rosgen D.L., 1994, A classification of natural rivers, Catena, vol. 22, n° 3, p. 169-199.

Salagnac R., 1963, Le Rhône de Lyon à la Méditerranée. Carte de navigation, Lyon, chez l’auteur, n.p.

Salagnac R., 1939, Une carte schématique du Rhône de Lyon à la mer, Les Études rhodaniennes, vol. 15, n° 1-3, p. 277-285.

SARTRE J.-P., 1960, Critique de la raison dialectique, Paris, Gallimard, t. 1, 755 p.

Sartre J.-P., 1943, L’être et le néant. Essai d’ontologie phénoménologique, Paris, Gallimard, 722 p.

Serna V., 1999, Le fleuve de papier. Visites de rivière et cartographies de fleuve (XIIIe-XVIIIe siècles), Médiévales, n° 36, p. 31-41.

Serres M., 1990, Le contrat naturel, Paris, Editions François Bourin, 191 p.

Simpson B., 2013, Le pragmatisme, Mead et le tournant pratique, Activités, vol. 10, n° 1, p. 155-171.

Souriau E., 1956, Du mode d’existence de l’œuvre à faire, Bulletin de la Société française de philosophie, vol. 50, n° 1, p. 4-24.

Souriau E., 1943, Les différents modes d’existence, Paris, Presses Universitaires de France, 168 p.

Starhawk, 2002 [2019], Quel monde voulons-nous ? Paris, Cambourakis, 195 p.

Stengers I., 2009, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient, Paris, La Découverte, 204 p.

Swyngedouw E., 2011, Whose environment? The end of nature, climate change and the process of post-politicization, Ambiente & Sociedade, vol. 14, n° 2, p. 69-87.

Tadaki M., Brierley G. et Cullum C., 2014, River classication: theory, practice, politics, Wiley Interdisciplinary Reviews: Water, vol. 1, n° 4, p. 349-367.

TIERCELIN, 2002, Hilary Putnam, l'héritage pragmatiste, Paris, Presses Universitaires de France, 126 p.

Tronto J., 1993, Moral Boundaries: A Political Argument for an Ethic of Care, New York, Routledge, 242 p.

Truchelut A., 1904, Étude sur les usages ruraux et la culture locale en Bresse et en Dombes (Ain), Bourg, Imprimerie du Courrier de l’Ain, 392 p.

Veyret Y. et Pech P., 1997, L’homme et l’environnement, Paris, Presses Universitaires de France, 423 p.

Voltaire F.-M. AROUET (dit), 1752, Micromégas : histoire philosophique, Londres, s.n., n.p.

Volvey A., 2016, Sur le terrain de l’émotion : déconstruire la question émotionnelle en géographie pour reconstruire son horizon épistémologique, Carnets de géographes, URL : http://journals.openedition.org/cdg/541

Weinberg A.M., 1966, Can Technology Replace Social Engineering? Bulletin of the Atomic Scientists, vol. 22, n° 10, p. 4-8.

Wood N. et Smith S.J., 2008, Pragmatism and geography, Geoforum, vol. 39, n° 4, p. 1527-1529.

Zask J., 2008, Le public chez Dewey : une union sociale plurielle, Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 15, p. 169-189.

Zask J., 2004, L’enquête sociale comme inter-objectivation, in KARSENTI B. et QUERE L., La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Bruxelles, De Boeck, p. 141-163.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le modèle des emotionscapes
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17650/img-1.png
Fichier image/png, 225k
Titre Figure 2 : Un extrait de la carte de navigation sur le Rhône établie par Salagnac (1963)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17650/img-2.png
Fichier image/png, 840k
Titre Figure 3 : L’affaire de la digue du Grand-Pré
Légende Extrait du Mémoire rédigé par les frères J. et S. Barres, propriétaires à Beaurières, contre le Syndicat du Mas des Grands-Prés à Beaurières (28 décembre 1885)
Crédits Source : AD Valence, AK241
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17650/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Figure 4 : Reconstruire le Rhône : un socioecological fix ?
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17650/img-4.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Figure 5 : Les fêtes de la Tarasque à Tarascon
Crédits Source : Le Monde illustré, 8 juin 1861, p. 360
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17650/img-5.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Figure 6 : Les différentes parties de l’étang de la Dombes
Légende 1) la digue ; 2) le thou ; 3) la grille à la sortie ; 4) le bassin où l’on pêche ; 5) le fossé principal ; 6) le bief latéral ; 7) les rigoles d’écoulement ; 8) les rigoles plus profondes ; 9) l’entrée de l’étang ; 10) la grille à l’entrée ; 11) le trop-plein ; 12) le bassin derrière la digue appartenant à l’étang ; 13) la grille de ce bassin ; 14) la rivière par où l’étang se vide ; 15) la rivière de ceinture ; 16) la pente extérieure de la digue
Crédits Source : Egloff, 1937, p. 86
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17650/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves-François Le Lay, « Emotionscapes ou s’é-mou-voir des situations problématiques : l’exemple du bassin du Rhône », Géocarrefour [En ligne], 95/3 | 2021, mis en ligne le 28 novembre 2021, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17650 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.17650

Haut de page

Auteur

Yves-François Le Lay

Professeur des universités, Ecole normale supérieure de Lyon, yves-francois.le-lay@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search