Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsJean-Pierre Augustin et Pascal Gi...

Jean-Pierre Augustin et Pascal Gillon, Les jeux du monde

Jean Rieucau
Référence(s) :

AUGUSTIN J.-P., GILLON P., 2021, Les jeux du monde. Géopolitique de la flamme olympique, Paris, Armand Colin, 218 p.

Texte intégral

1Jean-Pierre Augustin poursuit ses recherches et publications autour de la géographie du sport, en s’associant avec Pascal Gillon. Les deux co-auteurs s’interrogent sur les dimensions géopolitiques, mais également culturelles et religieuses, des jeux Olympiques, alors que se terminent à Tokyo, en 2021, les premières Olympiades sans public, en raison du Covid 19.

2Cet ouvrage renouvelle les connaissances sur l’olympisme, en intégrant des entrées culturelles et civilisationnelles : le genre, la parité homme-femme, la masculinité encore dominante dans le sport, la relation entre l’islamisme rigoriste et le sport. L’ouvrage aborde également la question des continents et des aires culturelles, tenus encore largement à l’écart du fait olympique (monde arabo-musulman, Afrique, en particulier subsaharienne). Les questions de genre deviennent un sujet central dans l’organisation des Olympiades actuelles. Si les femmes étaient exclues des premiers jeux d’Athènes en 1896, à Paris en 2024, elles participeront à tous les sports inscrits au programme, soit un total de 26. La parité homme-femme y sera scrupuleusement respectée.

3Les jeux Olympiques d’Athènes en 2004, rassemblaient déjà, plus de nations participantes, que d’États membres de l’ONU. Les auteurs soulignent que si la quasi-totalité des pays participent aujourd’hui, aux jeux Olympiques, ils se sont progressivement convertis à la notion occidentale d’agôn, à savoir la compétition comme facteur de méritocratie. Les jeux sont acceptés par tous les régimes, même les plus totalitaires. Si l’olympisme est le reflet des relations internationales, dans le concert des nations autour des questions sportives, le soft power devient une nouvelle forme de puissance, largement appuyée sur la diplomatie. Dans ce domaine, la confrontation des États participe plus de la séduction que de la coercition. Par exemple, le Qatar, pays peu peuplé, sans vivier d’athlètes suffisant, mais riche en revenus gaziers et financiers, utilise pleinement le soft power (rachats de grands clubs de football européens, chaîne télévisuelle sportive internationale, organisation du Mondial de football de 2022, etc.).

4Les jeux Olympiques demeurent des vitrines inégalées pour les grandes métropoles mondiales. Au début du XXIe siècle, encore, dans la localisation des villes olympiques, l’Europe et les pays développés continuent à dominer. Londres, Paris et Los Angeles ont obtenu le privilège d’organiser des Olympiades, pour la troisième fois depuis leur création. Les jeux Olympiques offrent à aux seuls une visibilité qui focalise l’attention du reste du monde, qu’aucun autre événement n’est susceptible d’égaler. Les villes les plus riches, capables de garantir la sécurité des compétitions sportives, monopolisent l’attribution de cet événement sportif mondialisé.

5Depuis 1992, le CIO (Comité International Olympique) contraint les villes organisatrices à des visées à plus long terme, que l’événement sportif stricto sensu. Les jeux de Barcelone en 1992, faisant écho à la date de la découverte des Amériques par l’Espagne en 1492, s’inscrivent, pour la première fois, dans la perspective d’un projet urbain. Celui-ci permet de repenser et de prolonger le plan en damier de la ville, qui date de 1859. Le village olympique, allant de pair avec une opération de rénovation littorale, entraîne la destruction d’un quartier ouvrier, et contribue à ouvrir la ville sur la mer.

6Au XXIe siècle, les jeux Olympiques prennent davantage en compte la diversité des civilisations, des religions, des sociétés du monde, tout en promouvant des valeurs universelles. Les auteurs démontrent que le CIO, afin d’accueillir un maximum de pays, en particulier musulmans, adopte une politique tolérante vis-à-vis du voile féminin, porté au cours des épreuves sportives. Cependant, aucune ville musulmane n’a encore organisé les jeux. Istanbul, en 2000, en avait caressé l’espoir. En revanche, le Mondial de football en 2022, qui se déroulera au Qatar, constituera un grand événement pour le monde arabo-musulman et pour l’ensemble de la planète. D’autre part, si les sportifs d’origine africaine subsaharienne étaient interdits de concourir en 1904, aux jeux de Saint-Louis aux États-Unis, ils sont devenus surreprésentés dans les épreuves d’athlétisme, mais peu présents dans les autres sports. Une anomalie demeure, le continent africain, qui en raison son retard économique et de son instabilité politique, n’a jamais été choisi dans l’une de ses villes, pour l’organisation des jeux Olympiques, dans l’une de ses villes.

7Paris 2024 succèdera à une Olympiade annulée en 2020 à Tokyo, suivie de jeux se déroulant dans la même ville, mais sans spectateurs, en 2021. Les jeux de Paris constitueront un nouveau départ, pour ce premier événement sportif planétaire, qui devance, en termes de spectateurs, le Tour de France et le Mondial de football.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Rieucau, « Jean-Pierre Augustin et Pascal Gillon, Les jeux du monde », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 25 novembre 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17679

Haut de page

Auteur

Jean Rieucau

Professeur émérite en géographie, Université Lyon 2 jeanrieucau@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search