Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96/2Comptes rendus d'ouvragesDans les courants du fleuve, conc...

Comptes rendus d'ouvrages

Dans les courants du fleuve, concours d'écriture 2020-2021

André Buisson
Référence(s) :

Collectif Cap sur le Rhône, 2021, Dans les courants du fleuve, concours d'écriture 2020-2021, Espace Pandora, Vénissieux, 144 p.

Texte intégral

  • 1 Un projet soutenu par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, et dans le cadre du Plan Rhône la Région Auverg (...)
  • 2 Date de quelques fêtes du Rhône : 1926, à Tain-Tournon ; 1927 à Lyon ; 1928 à Avignon ; 1929 à Genè (...)

1« Entre décembre 2020 et mars 2021, de la Suisse à l’embouchure du Rhône, sans oublier les rives de Saône ou d’ailleurs, 196 candidats âgés de 15 à 89 ans témoignant d’un lien fort au fleuve et à la rivière, ont envoyé leurs textes pour le concours d’écriture »1. https://www.capsurlerhone.fr/​ateliers-concours-decriture/​ Par cette louable initiative, « Le fleuve Rhône renaît » (Préface, p. 7), comme ce fut déjà le cas presque cent ans plus tôt dans les « Fêtes du Rhône »2 mises en scène dès 1926 par Gustave Toursier et l'Union générale des Rhodaniens qu'il créa, et dans la tradition des concours d'éloquence, remis en scène par Gabriel Faure dès 1933 en « concurrence » avec le précédent.

2De cette abondance de textes est issu un petit livre qui regroupe une quarantaine d'œuvres, et on imagine la difficulté pour le jury de faire sa sélection. Les 3 catégories du concours y sont représentées : « Forme narrative adulte », « Forme poétique adulte » et « Forme poétique 14-18 ans ».

3Attachons-nous aux titres. Nous découvrons un Rhodanus Augustus, bien que l'historien eût préféré Rhodanus Pater, comme il y eut dans l'épigraphie un Tiberinus Pater (Tibre) ou un Rhenus Pater (Rhin). Mais le fleuve est également nommé « Monsieur Rhône » p. 128-129 ! Simplement « Rhône » (p. 80), voire « Triste Rhône » (p. 68). Nous sombrons dans la détresse de n'avoir plus à boire que de l'eau minérale « In aqua veritas » (p. 16), au pays de Curnonsky pour qui la vallée du Rhône commençait et finissait en beauté, des Côtes Roties au Châteauneuf-du-Pape…

4Certains le descendent, comme dans les pérégrinations de ce galet (« Dis, elle est encore loin, la mer » p. 31), avec le même souci d'observation que certains géomorphologues lyonnais, alors que d'autres le remontent (« Cormorans » - p. 14).

5L'avenir préoccupe, on le lit sur ou entre les lignes, avec la « transition climatique » difficile à appréhender, à anticiper ou simplement à concevoir, ainsi dans « Le Rhône en 2050 » (p. 54) ou « Le Rhône ne tourne plus rond » (p. 94). Et l'auteur de la Préface, directeur de l'Agence de l'Eau Rhône-Méditerranée-Corse se voit affubler d'un comparse, dans une « Agence de l'eau sèche » (« Le Rhône est mort, vive le Rhône » p. 103).

6Le passé est très présent ! Plusieurs auteurs évoquent le fleuve générateur de travail pour les hommes et la crainte du futur destructeur d'emplois, avec les mariniers et Marc Seguin qui symbolise le progrès en marche dans « Le tremplin de Pierre » (p. 110), les radeliers et les coches d'eau « Et l'oubli des radeliers » p. 58). La nostalgie est toujours là, avec l'évocation des lônes (le temps des grands-parents), « La lône » (p. 124) avec pépé Jean, encore la lône, mais cette fois en Saône près de Saint-Bernard, avec « Annette » (p. 43).

7L'inspiration…est multiple, mais je me suis plu à retrouver Hérédia, lorsqu' « Une escadrille de cormorans fuse de la Camargue », comme un vol de gerfauts hors du charnier natal (J.-M. de Hérédia, Les conquérants, in Les Trophées, 1893), Victor Hugo quand « combien de lourds capitaines… » (Oh, combien de marins, combien de capitaines…«  Oceano Nox) ou bien encore le poète latin Ausone qui, au IVe siècle, proposait un inventaire piscicole de la Moselle (Mosella : Salut, fleuve béni… décris-moi ces légions qui nagent dans le sein transparent du fleuve azuré…) comparable à celui du Rhône dans  »E Caille d'Ône«  (p. 26-30). Enfin, transparaît le peintre, avec le tableau Bord de Saône, l'île Barbe de Jean Couty ( »Annette« , p. 47).

8De la variété des textes, on remarque pour l'originalité de la mise en page, le  »Mauvais reflet«  (p. 37),  »Courir le Rhône«  (p. 38-41),  »Rhône«  (p. 80-81) et les  »Sons au fil de l'eau«  (p. 132), l'exercice littéraire, avec les  »Cinq haïkus presque calmes«  (p. 120)…

9Cette initiative du réseau Cap sur le Rhône se place sur un même plan que les projets urbanistiques de reconquête des berges du fleuve dans les villes rhodaniennes : parler du fleuve, l'apprivoiser, le faire revivre dans la conscience individuelle et collective comme il était présent – pour le meilleur et le pire (pour les loisirs et par les crues dévastatrices) – dans la mémoire des générations précédentes3.

10Terminons notre promenade avec l'auteure des plus belles lettres à sa fille, Madame de Sévigné chez qui :  »Le Rhône, ma chère fille, me tient fort à cœur…«  (Lettre n° 30 de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 27 février 1671). Grande voyageuse que cette ambassadrice du  »genre épistolaire", pour qui le voyage de Paris à Grignan passait immanquablement par la vallée du Rhône (par exemple Buffet, 1972).

11Et n'oublions pas le grand livre de deux géographes spécialistes du fleuve (Bethemont et Bravard, 2016), Pour saluer le Rhône, dont les pages contiennent une multitude de références littéraires, de Pétraque à Ramuz.

Haut de page

Bibliographie

BETHEMONT J. et BRAVARD J.-P., 2016, Pour saluer le Rhône, Lyon Libel, 400 p.

BUFFET H.-F., 1972, Par voies et par chemins avec Madame de Sévigné, Annales de Bretagne, p. 551-588.

Haut de page

Notes

1 Un projet soutenu par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, et dans le cadre du Plan Rhône la Région Auvergne-Rhône-Alpes, EDF et l'agence de l'eau Rhône-Méditerranée Corse.

2 Date de quelques fêtes du Rhône : 1926, à Tain-Tournon ; 1927 à Lyon ; 1928 à Avignon ; 1929 à Genève ; 1930 à Arles ; 1931 à Valence ; 1947 à Nîmes ; 1949 à Evian ; 1958 à Tain-Tournon ; 1984 à Monthey. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gustave_Toursier. Voir également BEAUCHENE S., 1999, La fête du Rhône, un rite éphémère, Le monde alpin et rhodanien, 27, 1-3,numéro thématique "Le Rhône, un fleuve, des hommes" p. 159-174 (https://www.persee.fr/doc/mar_0758-4431_1999_num_27_1_1688). Voir également BETHEMONT J. (dir.) , 1997, Le Rhône, l'axe et la vallée, RGL, 72, 1: https://www.persee.fr/issue/geoca_0035-113x_1997_num_72_1

3 Les 6 textes lauréats du concours sont à découvrir sur le site www.capsurlerhone.fr, dans la rubrique Ateliers et concours d’écriture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Dans les courants du fleuve, concours d'écriture 2020-2021 »Géocarrefour [En ligne], 96/2 | 2022, mis en ligne le 09 décembre 2021, consulté le 09 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17689 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.17689

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Jean Moulin Lyon 3
  • Logo Université Jean Monnet Saint-Etienne
  • Logo Ecole normale supérieure de Lyon
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon (ENSAL)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search