Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/3« Rap des villes, rap des champs ...

« Rap des villes, rap des champs » : Imaginaire territorial rural et festival musical périurbain

"Rap of the cities, rap of the fields": Rural territorial imagination and peri-urban musical festival
Catherine Didier-Fèvre

Résumés

Pendant 15 ans s’est tenu, en juin, à Poleymieux-au-Mont-d’Or, dans l’espace périurbain lyonnais, le festival Démon d’Or mêlant artistes de renom international et talents locaux des scènes électro, dub ou rap. Cet évènement musical attirait un public juvénile habitant la métropole lyonnaise comme des festivaliers venus de la France entière. Pour mettre en avant ce dispositif évènementiel, la structure associative initiatrice, composée de « jeunes du coin », s’est appuyée sur l’imaginaire territorial rural pour attirer un public juvénile urbain en leur proposant une immersion festive à quelques kilomètres d’une grande métropole. Toutefois, le renouvellement de la programmation et le changement d’échelle du festival n’ont pas permis à l’évènement de se pérenniser.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Pendant 15 ans s’est tenu, en juin, à Poleymieux-au-Mont-d’Or, dans l’espace périurbain lyonnais, le festival Démon d’Or mêlant artistes de renom international et talents locaux des scènes électro, dub ou rap. Cet évènement musical se déroulant sur un week-end fin juin attirait un public juvénile habitant la métropole lyonnaise comme des festivaliers venus de la France entière.

2Initiée par une structure associative composée de « jeunes du coin » (Renahy, 2005 ; Amsellem-Mainguy, 2021) désireux de faire bouger leur territoire, ce dispositif évènementiel s’est appuyé sur les ressources locales : recours au bénévolat, partenariats noués avec des entreprises locales, soutien d’élus de cet espace faiblement éloigné de la métropole lyonnaise et présentant, par ses paysages, des archétypes ruraux. Cette proximité de la ville comme les aspects ruraux du territoire ont participé à la construction de l’image donnée par le festival auprès de son public.

3Comment l’imaginaire territorial rural a-t-il été mobilisé pour attirer un public juvénile urbain en leur proposant une immersion festive à quelques kilomètres d’une grande métropole ?

4L’observation participante, menée dans le cadre d’un engagement bénévole1 lors de l’édition 2019 ainsi que l’étude de la sémiologie utilisée par le festival2 comme les entretiens semi-directifs – formels ou informels – menés auprès des organisateurs, des bénévoles et des festivaliers ont permis de mettre en lumière les ressorts imaginaires des uns et des autres et révélé une inadéquation entre propositions et attentes. Le déroulement du terrain de cette recherche, organisé lors de la dernière édition de l’évènement, a toutefois compliqué le travail exploratoire comme l’accès à des données : les organisateurs comme les bénévoles, conscients de préparer le festival de la dernière chance, ont été peu disponibles pour partager les ressources dont ils disposaient (base de données des tickets vendus, bilan financier…). Cette vision incomplète de l’évènement et de son histoire soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. Au-delà de ces limites, il semble intéressant d’investiguer la question de l’imaginaire territorial mis en œuvre et d’analyser en quoi il a pu constituer un élément fondateur du mythe Démon d’Or.

Un festival dans les champs

  • 3 Association créée il y a 30 ans pour la pratique du 4 x 4, moto de trial, quad. https://cttl.fr
  • 4 L’INSEE désigne sous l’appellation communes périurbaines des espaces où au moins 40% des actifs von (...)
  • 5 Revenu médian à Poleymieux-au-Mont-d’Or s’élevant à 33 000 €, INSEE 2018 contre 20900 pour la Franc (...)

5Ce « festival dans les champs » situé dans le massif des Monts d’Or, véritable « poumon vert de Lyon », joue alternativement sur la proximité géographique du festival comme sur son environnement rural et forestier, dans une logique d’appartenance duale, résumée de la sorte par le directeur du festival : « Ici, on est à côté d’une ville sans être à côté ». Situé à 13 kilomètres au nord de Lyon, le festival se tient à Poleymieux-au-Mont d’Or, à l’extérieur du village, sur les terrains de l’association Club Tout Terrain de Lyon3, dans une ancienne carrière d’argile, les parkings sont installés dans les champs attenants. Depuis le XVIe siècle, les Monts d’Or sont l’espace de villégiature de la bourgeoisie lyonnaise. À partir des années 1970, les communes (véritable enclave périurbaine4 au sein du pôle urbain lyonnais, voir figure 1) sont entrées dans l’aire d’attraction de Lyon accueillant des habitants faisant les navettes entre leur domicile et leur travail situé à Lyon. L’espace a toutefois été peu touché par le mitage et résiste à l’étalement urbain de la métropole lyonnaise. Si la population est en croissance (1300 habitants à Poleymieux), la cherté et la rareté de l’immobilier explique la présence d’une population aisée5.

Figure 1 : Situation des festivals périurbains cités dans l’article par rapport à l’agglomération urbaine

Figure 1 : Situation des festivals périurbains cités dans l’article par rapport à l’agglomération urbaine

Conception : Catherine Didier-Fèvre, réalisation : Jean-Benoit Bouron, Géoconfluences 2021

  • 6 De 2005 à 2009, les éditions initiées par trois associations de jeunes de communes voisines - Curis (...)
  • 7 Ancien maire de Poleymieux-au-Mont d’Or, par ailleurs chargé de la voirie dans le Grand Lyon ayant (...)
  • 8 Gaël, directeur du festival, rencontré en juin 2019, un des membres fondateurs du festival.

6Le festival se tient à l’écart du bourg à proximité de la base aérienne 942 Lyon-Mont Verdun dont des terrains militaires jouxtent les parkings du festival. Ce site est investi depuis 20096 grâce à l’appui de quelques élus et/ou responsables locaux7 : « On avait un projet de trouver un site en pleine nature pour faire découvrir et faire partager ce patrimoine naturel des Monts d’Or qui est quand même assez exceptionnel, pas si loin de la ville8 »

7Les teasers (figure 2), annonçant le festival, évoquent l’imaginaire territorial de l’évènement et développent, selon les années, des motifs ruraux différenciés. C’est toutefois une campagne mise en scène qui est au cœur de ces spots. Trois types de teasers se distinguent : ceux réalisés à partir d’images d’archives de l’édition précédente, des mises en scène cinématographiques alliées à des images d’archives du festival ou bien encore des dessins d’animation ayant recours à des motifs le plus souvent exotiques (forêt tropicale, bestiaire animalier). Les deux premières catégories semblent plus faciles à décrypter pour comprendre plus explicitement la place tenue par l’imaginaire rural dans ces campagnes de promotion.

Figure 2 : captures d’écran tirées des teasers mis en ligne sur la chaine Youtube du festival

Figure 2 : captures d’écran tirées des teasers mis en ligne sur la chaine Youtube du festival

Sources : Festival Démon d’Or, 2018, 2014, 2013

8L’imaginaire territorial du festival est particulièrement exploité dans les premiers teasers en mobilisant des représentations, des images, des symboles et de mythes porteurs de sens et formant ensemble des référents permettant aux festivaliers de se projeter dans l’espace de l’évènement (Sénégal, 1992) apparenté à l’espace rural. Il joue sur l’intériorisation par les individus d’images qui, assemblées, sont l’expression d’une identité spatiale et communautaire. C’est une manière de singulariser cet évènement par rapport à d’autres festivals se tenant dans l’agglomération lyonnaise et jouant sur d’autres identités spatiales (la plage pour le festival Woodstower à Miribel-Jonage, un gymnase scolaire débaptisé et transformé en salle de concerts urbains pour ZAC en scène à Montluel, une identité visuelle féérique au Printemps de Pérouges se tenant sur un terrain de polo ou dans la cour d’un château, la thématique aéronautique pour Planer Fest à Colombier-Saugnieu près de l’aéroport Lyon-Saint-Exupéry, pour ne citer que les évènements ayant lieu dans les périphéries proches du Grand Lyon).

Un retour en enfance et à la nature

  • 9 Le compteur du scan des billets à l’entrée du camping, le premier soir du festival, nous apprend qu (...)
  • 10 En dormant sur place, les festivaliers peuvent assister aux deux soirées de concert, sans risquer d (...)
  • 11 Lucile, festivalière 2018, Lyonnaise, 20 ans, rencontrée en 2019.

9L’identité visuelle du festival Démon d’Or accompagne la proposition faite aux participants d’une immersion festive dans un cadre rural. Pour cela, le camping, installé dans un pré, est un élément-clé de cette expérience9. Gratuit, il permet aux festivaliers de profiter à plein du week-end10 et de faire un retour en enfance. L’ambiance bon enfant est mise en avant par les supports de communication du festival (teasers 2016 et 2019, parutions de la page Facebook du festival). En journée, des activités sont proposées sur le site du camping : jeux de plein air, jeux anciens en bois, jeux de société… Les teasers (figure 3) mettent l’accent sur des groupes d’amis déguisés grâce aux trouvailles faites à la friperie Emmaüs installée sur le lieu du festival à l’origine de belles images de complicité. Elles évoquent également le public-type du festival : « Le jeune de 20-30 ans qui a pas trop grandi entre guillemets et qui aime encore aller danser jusqu’à 7h11 ».

Figure 3 : Captures d’écran tirées des teasers mis en ligne sur la chaine Youtube du festival

Figure 3 : Captures d’écran tirées des teasers mis en ligne sur la chaine Youtube du festival

Sources : Festival Démon d’Or, 2016, 2014

  • 12 Dans les faits, dans un contexte de canicule, rares sont ceux qui jouent, l’essentiel des participa (...)

10Le teaser de 2014, centré autour de l’image de la maison de campagne, joue sur la thématique du retour de l’enfance. Le spectateur pénètre par un portail en fer rouillé d’une maison ancienne avec jardin où des travellings sur des jouets cassés rythment son parcours. Devant la porte ouverte de la maison se tient de dos un garçon d’une dizaine d’années, quand celui-ci se retourne, le rythme du film se précipite. Apparaissent, en accéléré, des images du festival : foule, groupe, chapiteau, feu d’artifice avant que la porte se referme. Des temporalités différentes apparaissent : la lenteur dans la maison de campagne synonyme d’ennui pour les enfants en villégiature, à l’origine de bêtises, opposée au rythme frénétique du festival. Ce dernier n’offre pas une image de campagne ennuyeuse mais celui d’un moment intense, de communion avec la musique et ses amis. Le festival apparaît comme un espace de jeux, de carnaval, de fête de village mêlant campagne et cirque avec des chapiteaux, la roulotte de la billetterie et les déguisements improvisés. Il joue sur l’imaginaire collectif de la fête (Di Méo, 2001 ; Garat, 2005), lieu d’une émotion partagée et vécue par les foules et promet de vivre une expérience unique12.

  • 13 13 Lucile, festivalière 2018, Lyonnaise, 20 ans, rencontrée en 2019.
  • 14 Lucile est allée au festival avec 4 amies avec qui elle campait. Si elle a échangé avec d’autres fe (...)

11Enfin, la sémiologie graphique du festival fait du camping, un lieu dédié à cette communion avec la nature : le pré, dans lequel sont plantées des tentes, bénéficie de très peu d’équipements à l’exception de toilettes sèches. La rusticité des conditions d’hébergement participe de l’expérience : « Pour ce genre d’expérience, mieux vaut pas être trop chochotte, aimer les hôtels et tout. Franchement, on dort pas. Y’a de la musique tout le temps. Ça s’arrête jamais en fait. (…) C’est un petit peu un village de jeunes. C’est sympa. Et ça s’arrête jamais13 ». La proximité avec la nature justifie des conditions de vie rudimentaires. « Ça fait trois jours entre amis. C’est sympa, c’est du camping, c’est un peu l’aventure. On est au milieu de la nature, c’est dans les Monts d’Or effectivement ». Le fait de dormir sous la tente, avec ses amis, dans un cadre rural mais très proche de la ville pimente l’évènement. Cela s’apparente à un rite de passage (Didier-Fèvre, 2018) par le fait de ne presque pas dormir, d’être exclusivement avec ses amis14, de se rendre sur le lieu du festival par ses propres moyens. Les conditions rudimentaires imposées par les contraintes du lieu sont valorisées par les participants dans l’image qu’ils renvoient d’eux-mêmes. Cet hébergement rustique évoque l’imaginaire de la nature (Debarbieux, 2015), celui de la wilderness, vu comme une échappatoire aux effets délétères de la civilisation. Le temps d’un week-end, ces festivaliers urbains se passent du confort moderne pour mieux le retrouver ensuite.

La « crise d’adolescence » du festival

12La quinzième édition du festival (2019) a sonné le glas de cette aventure musicale : l’association à l’origine du festival a été dissoute suite aux mauvais résultats financiers des saisons 2018 et 2019. L’analyse de cet échec par les protagonistes du festival offre un regard différencié sur les origines des difficultés rencontrées.

13Celle des bénévoles investis dans le festival met en cause la programmation essentielle dans l’économie du festival. Les ressources financières sont avant tout constituées par les ventes de la billetterie et du bar. L’achat d’espaces publicitaires par des partenaires ne constitue qu’un aspect accessoire du budget. L’aide apportée par le bénévolat est centrale dans la tenue de l’évènement (Wilhelm, 2018), même si l’organisation s’est professionnalisée à partir de 2011, en engageant des salariés15. 300 bénévoles ont été mobilisés chaque année pour assurer la logistique du festival. Les différents postes à pourvoir sur le festival (accueil camping, parking, billetterie, vente de token16, bar, parking) sont tenus par des « clans »17 dont le responsable est souvent un parent d’un des fondateurs du Festival : l’ambiance et le partage sont centraux dans l’engagement plus que le fait de pouvoir assister gratuitement à l’évènement. Ce bénévolat historique légitime le regard porté sur les orientations du festival, sans que les positions des bénévoles ne puissent influer sur les orientations choisies par l’équipe dirigeante18. Lors de mes échanges avec des bénévoles, certains ont fait spontanément part de leur inquiétude sur l’avenir du festival regrettant les choix réalisés lors de l’édition 2018. Pour eux, la programmation a brouillé la visibilité du festival : alors que celui-ci s’est d’abord positionné sur les scènes électro et dub, il s’est diversifié, à défaut de renouvellement de ces scènes19, à partir de l’édition de 2018 vers le Rap. La comparaison de la présentation du festival sur le site de référencement des festivals en France montre cette mutation de l’identité musicale marquée par « électro, reggae, chanson française, ragga, dub... » en 200820 contre « Rap, Électro, Musique du Monde, Hip Hop, Dub… » en 201821 (figure 4). Cette mue n’a pas porté ses fruits puisque l’édition 2018 s’est soldée par une baisse nette de la fréquentation22.

Figure 4 : captures d’écran du site internet

Figure 4 : captures d’écran du site internet

2008

électro, reggae, chanson française, ragga, dub

2018

Rap, Électro, Musique du Monde, Hip Hop, Dub… 

  • 23 Les visuels fournis par le festival à ce site de promotion témoignent de la mutation de l’imaginair (...)

http://www.leguidedesfestivals.com/​2008-dmon-dor-1317.html23

  • 24 L’édition 2017 reste dans l’histoire du Démon d’Or comme celle de tous les records : 16 000 festiva (...)
  • 25 Lors des observations, des parents ont conduit leurs enfants et leurs amis au festival en voiture, (...)

14Si les bénévoles ont désapprouvé ces choix, les organisateurs ne lui imputent pas de responsabilités dans la baisse de fréquentation du festival mais mettent en avant un problème logistique. Ils estiment qu’un décalage est apparu lors de l’édition 2018 entre les attentes du public et les choix qu’ils avaient réalisés. À la suite du festival 201724, une deuxième scène a été ouverte, obligeant à repenser complètement l’espace en investissant l’emplacement du parking. Une navette gratuite par car reliait le parking, installé à Limonest et le site du festival. Cette délocalisation du parking a révélé une inadéquation entre les attentes des festivaliers et les organisateurs. Des usages, à priori non perçus par les organisateurs en amont, apparaissent : des festivaliers veulent pouvoir dormir dans leur voiture25, d’autres évoquent la fonction du parking comme « une zone de vie » (figure 5).

Figure 5 : capture d’écran des commentaires postés suite à la publication du plan d’organisation du festival 2018

Figure 5 : capture d’écran des commentaires postés suite à la publication du plan d’organisation du festival 2018

Source : Facebook, compte Démon d’Or

15L’observation réalisée pendant le festival a permis de constater que le parking ne sert pas seulement à garer les voitures mais est un lieu de sociabilités, de retrouvailles où sont consommés, en amont du concert, alcool fort et bières (Pasquier, 2003). Espace commun, le parking est un lieu de sociabilités et non pas un « non-lieu » (Augé, 1992). Il est habité au sens propre du terme (Bachelard, 1957 ; Stock, 2004), est le lieu de bricolages avec l’espace (De Certeau, 1980). Autour des vans et des utilitaires garés sur le parking réservé aux camping-cars s’organise un campement : microcosme composé de toiles de tentes et bâches, espace de convivialité où sont assemblées des tables et des chaises. L’espace est véritablement approprié. Ces pratiques s’opposent ainsi à la conception utilisatrice des organisateurs : un parking pour garer son véhicule et un camping pour dormir et comme espace de vie. Le site réorganisé en 2018 sans tenir compte de ces pratiques a fait apparaître un malentendu entre les festivaliers et les organisateurs, comme en atteste l’emploi du terme péjoratif de « zone de confort » par l’organisateur plutôt que celui de « zone de vie ». Le staff a sous-estimé les usages des habitués comme leurs attentes en termes de programmation.

16En misant sur la scène Rap, sans – pour autant – exclure les autres formes musicales jusque-là programmées, le festival a fait des choix qui se sont révélés funestes en termes de fréquentation et de rentabilité. Le public des artistes de Rap n’est pas celui des autres genres musicaux pour lesquels se déplaçaient les habitués : un décalage générationnel existe (moins de 1 % d’amateurs chez les plus de 44 ans contre 20 % chez les 20-24 ans, Journet 2012) même si sociologiquement une diversification du public apparaît (Molinero, 2009). Les scènes Rap, apparentées à des musiques urbaines, ont colonisé très récemment26 les festivals à la recherche de renouvellement en termes de public mais en prenant le risque de se couper de leur public habituel. La localisation périphérique d’un festival comme Démon d’Or a pu apparaître pour le public habitué des scènes urbaines comme une contrainte malgré la mise en place d’une navette en bus au départ de la Place Bellecour ou le recours à des taxis Uber, rendu possible par la proximité de la ville. Les organisateurs ne semblent pas avoir mené une réflexion, au moment d’ouvrir la programmation à de nouveaux genres musicaux, sur les publics qu’ils cherchaient à capter tout en misant sur le public d’habitués. Le tournant pris exigeait de connaître les besoins d’un public diversifié par les orientations musicales suivies. La question de la notoriété est aussi importante que celle de la rentabilité d’un festival. Le public des festivals des musiques actuelles est celui qui se renouvelle le plus (comparé à d’autres genres musicaux, Négrier, 2010) même si un public fidèle existe. Il faut miser sur lui pour s’assurer une fréquentation régulière et le bouche à oreille faisant la réputation du festival. La transplantation d’un Rap des villes à un Rap des champs ne pouvait réussir que si le public était accompagné en termes de mobilités dans « ce voyage au bout du monde »27 et en tenant compte des besoins des fidèles.

Conclusion

17En misant sur un imaginaire rural, le festival Démon d’Or a cherché à se singulariser dans le paysage de festivals se tenant dans les espaces ruraux ou périurbains proches de la métropole lyonnaise. La crise de croissance connue en 2017 et 2018 a montré l’équilibre précaire entre les attentes des participants et les choix réalisés par les organisateurs tant au niveau de la programmation que des aménagements sur site. L’imaginaire territorial a été mis à mal lors de l’édition 2018 par le changement d’échelle : le passage d’une parenthèse enchantée à un évènement plus important, à défaut d’une bonne connaissance de son public. Les choix stratégiques réalisés pour la saison 2018 ont mis en danger l’équilibre financier du festival, d’autant plus que le public n’a pas été au rendez-vous. L’édition 2019 était celle de la dernière chance et le rebond espéré n’a pas eu lieu. Le destin de Démon d’Or renvoie à la complexe dynamique des manifestations festivalières (Autissier, 2008, Bénito, 2001, Salaun, Fulconis et Fabbecostes, 2015) et à leur pérennisation. Pour les organisateurs de festivals, il est difficile d’être original et de capter durablement son public dans le contexte d’une scène Électro et Dub en manque de renouvellement, l’orientation tardive vers le Rap n’ayant pas suffi à assurer la pérennité́ de l’évènement. Le Rap des villes ne devient pas si facilement un Rap des champs.

Haut de page

Bibliographie

AMSELLEM-MAINGUY Y., 2021, Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural, Paris, Presses de Sciences-Po, 264 p.

AUGE M., 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Le Seuil, 155 p.

ARNAUD C., 2014, Manager les territoires dans la proximité : approche fonctionnelle des évènements culturels, Revue d’économie régionale et urbaine. 2014/3, p. 413-442. https://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2014-3-page-413.htm

AUTISSIER A. M., 2008, L’Europe des festivals. De Zagreb à Édimbourg, points de vue croisés, Saint-Denis, Éditions de l’attribut, 238 p.

BACHELARD G., 1957, La poétique de l’espace. Paris, PUF, coll. Quadrige, 416 p.

BAILLY A., 1989, L'imaginaire spatial. Plaidoyer pour la géographie des représentations, Espaces Temps, 40-41, p. 53-58

BENITO L., 2001, Les festivals en France : marchés, enjeux et alchimie, Paris, L’Harmattan, 198 p.

DEBARBIEUX B., 2015, L’espace de l’imaginaire. Essais et détours. Paris, CNRS éditions, 312 p.

DE CERTEAU M., 1980, L’invention du quotidien. I. Arts de faire, Paris, Gallimard, 416 p.

DIDIER-FEVRE C., 2018, La nuit : une nouvelle frontière pour les jeunes des espaces périurbains ?, Géoconfluences. http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/france-espaces-ruraux-periurbains/articles-scientifiques/jeunes-periurbains-la-nuit

DI MEO G., 2001, La géographie en fêtes, Paris, Ophrys, 270 p.

GARAT I., 2005, La fête et le festival, éléments de promotion des espaces et représentation d’une société idéale, Annales de géographie, N° 643, p. 265-284. https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2005-3-page-265.htm

JOURNET N., 2012, Le rap, un genre élitiste ? in Les Grands dossiers des Sciences Humaines 2012/3, n° 26, p. 28.

MOLINERO S., 2009. Les publics du rap : enquête sociologique, Paris, L’Harmattan, 354 p.

NEGRIER A., DJAKOUANE A., JOURDA M. (dir.), 2010, Les public des festivals, Paris, Éditions Michel de Maule, 282 p.

PASQUIER D., 2003, Des audiences aux publics : le rôle de la sociabilité dans les pratiques culturelles, in DONNAT O., TOLILA P. Les publics de la culture. Paris, Presses de Sciences Po, p. 109-119.

RENAHY N., 2005. Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale. Paris, La Découverte, 284 p.

RULLEAU L., ROUSELLE B., DENNINGER C. ; ARIAGNO D., 2005, Le Mont d’Or, une longue histoire inscrite dans la pierre, Lyon, Espaces des pierres folles et la Société linnéenne de Lyon.

SALAUN V., FULCONIS F., FABBE-COSTES N., 2015, Les festivals musicaux : des organisations temporaires pulsatoires ? Le cas du festival du Bout du Monde, Congrès IAE France, IAE-IGR, Rennes. https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01309972

SÉNÉGAL G., 1992, Aspects de l'imaginaire spatial : identité́ ou fin des territoires ? Annales de Géographie, n° 563, p. 28-42. https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1992_num_101_563_21064

STOCK M, 2004, L’Habiter comme pratique des lieux géographiques, EspacesTemps.net. https://www.espacestemps.net/articles/habiter-comme-pratique-des-lieux-geographiques/

WILHELM C., 2018, Les antécédents de la mobilisation collective des responsables de postes bénévoles d’une organisation festivalière, Mémoire de Master 2, Université Aix – Marseille Université.

Haut de page

Notes

1 Cet engagement bénévole a été accompagné de démarches engagées auprès des organisateurs du festival pour présenter les objectifs de la recherche et les méthodes mises en œuvre (recherche participante, entretiens semi-directifs). La participation au pôle parking (rangement des voitures des festivaliers dans les champs) a semblé le plus opportun pour étudier incognito les mobilités des festivaliers. Des entretiens avec des festivaliers et des bénévoles ont réalisés au fil des rencontres sur le site du festival ou lors du trajet en car ou bien encore auprès d’un public étudiant ayant participé à l’édition 2019 ou aux éditions précédentes.

2 Compte Facebook du festival https://fr-fr.facebook.com/FestivalDemonDor/ , chaîne Youtube du festival https://www.youtube.com/channel/UC4g86RQNw6qmwXmtxkkb7bg et brochures papier, support de communication à destination des partenaires financiers.

3 Association créée il y a 30 ans pour la pratique du 4 x 4, moto de trial, quad. https://cttl.fr

4 L’INSEE désigne sous l’appellation communes périurbaines des espaces où au moins 40% des actifs vont travailler dans le pôle urbain.

5 Revenu médian à Poleymieux-au-Mont-d’Or s’élevant à 33 000 €, INSEE 2018 contre 20900 pour la France. ;

6 De 2005 à 2009, les éditions initiées par trois associations de jeunes de communes voisines - Curis, Poleymieux et Saint-Germain - se tenaient à Saint-Germain-au-Mont d’Or.

7 Ancien maire de Poleymieux-au-Mont d’Or, par ailleurs chargé de la voirie dans le Grand Lyon ayant permis au festival de réussir son transfert de Saint-Germain à Poleymieux et de changer d’échelle. L’élue actuelle est en revanche peu investie dans l’évènement.

8 Gaël, directeur du festival, rencontré en juin 2019, un des membres fondateurs du festival.

9 Le compteur du scan des billets à l’entrée du camping, le premier soir du festival, nous apprend que 75% des festivaliers dormiraient dans le pré. C’est donc bien un élément constitutif du festival qui le singularisait de l’offre festivalière locale. Seul le festival Festbouc, se tenant dans les Monts du Lyonnais de 2010 à 2016, proposait un camping.

10 En dormant sur place, les festivaliers peuvent assister aux deux soirées de concert, sans risquer d’être responsables d’accidents de la route ou de se faire retirer leur permis en cas de contrôle d’alcoolémie menés par la gendarmerie.

11 Lucile, festivalière 2018, Lyonnaise, 20 ans, rencontrée en 2019.

12 Dans les faits, dans un contexte de canicule, rares sont ceux qui jouent, l’essentiel des participants étant assis dans l’herbe à l’ombre. De même, rares sont les festivaliers costumés.

13 13 Lucile, festivalière 2018, Lyonnaise, 20 ans, rencontrée en 2019.

14 Lucile est allée au festival avec 4 amies avec qui elle campait. Si elle a échangé avec d’autres festivaliers, elle estime que « ce n’est pas le lieu pour se faire des amis ». Le groupe de pairs est central pendant la durée du festival : « J’y étais avec de très bonnes amies. On faisait attention, on avait toujours de la batterie. (…) Après c’est la galère, si on se perd. »

15 Ceux-ci sont en partie issus de l’équipe fondatrice du festival (Cas de Gael, directeur et de Morgane, chargée de communication). Les bureaux du festival ont été installés à Lyon et non dans l’espace périurbain ayant vu grandir ces jeunes. Une localisation justifiée par les facilités d’accès des bureaux pour des partenaires ou des artistes.

16 Nom donnée à la monnaie locale.

17 Les organisateurs désignent le plus souvent les équipes par le nom de la famille qui tient un poste que par la fonction de ce poste.

18 Il est significatif que la soirée des bénévoles se tenant en amont du week-end du festival 2019 n’ait réuni qu’une cinquantaine de personnes, groupe essentiellement constitué d’intermittents embauchés sur le site pour la montée des scènes. Les bénévoles étaient absents du rendez-vous que les organisateurs m’avaient présenté comme un moment de communion entre bénévoles et professionnels.

19 Édito du Petit bulletin, N°961, juin 2019. Hebdomadaire culturel lyonnais.

20 http://www.leguidedesfestivals.com/2008-dmon-dor-1317.html

21 http://leguidedesfestivals.com/2018-festival-dmon-dor-33101.html

22 7500 personnes sur trois jours en 2018 contre 16000 en deux jours en 2017.

23 Les visuels fournis par le festival à ce site de promotion témoignent de la mutation de l’imaginaire déployé dans les campagnes de promotion. L’ambiance festive dans les champs (zoom sur une jeune femme coiffée à la mode hippie et vêtue de jeans participant à une transe collective) est remplacée par une scène musicale qui pourrait être urbaine. La femme de dos est figée les bras levés. Aucun mouvement de foule n’apparaît sur l’image.

24 L’édition 2017 reste dans l’histoire du Démon d’Or comme celle de tous les records : 16 000 festivaliers étaient présents sur le week-end. Très rentable, elle a révélé des problèmes d’organisation liée à la forte affluence : l’espace a manqué, les files d’attente aux points de contrôle étaient problématiques provoquant des bousculades.

25 Lors des observations, des parents ont conduit leurs enfants et leurs amis au festival en voiture, ont garé la voiture et sont repartis en vélo : le véhicule familial devant servir de dortoir pour les enfants, non titulaires du permis de conduire.

26 https://www.infoconcert.com/news/le-rap-tete-daffiche-des-festivals-de-la-saison-printemps-ete-2020-15512.html

27 Expression employée par un groupe de 3 jeunes garçons, à l’accent marseillais, cherchant à rejoindre la ville après avoir assisté au concert de Rap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Situation des festivals périurbains cités dans l’article par rapport à l’agglomération urbaine
Crédits Conception : Catherine Didier-Fèvre, réalisation : Jean-Benoit Bouron, Géoconfluences 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17724/img-1.png
Fichier image/png, 315k
Titre Figure 2 : captures d’écran tirées des teasers mis en ligne sur la chaine Youtube du festival
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17724/img-2.png
Fichier image/png, 489k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17724/img-3.png
Fichier image/png, 234k
Crédits Sources : Festival Démon d’Or, 2018, 2014, 2013
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17724/img-4.png
Fichier image/png, 374k
Titre Figure 3 : Captures d’écran tirées des teasers mis en ligne sur la chaine Youtube du festival
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17724/img-5.png
Fichier image/png, 451k
Crédits Sources : Festival Démon d’Or, 2016, 2014
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17724/img-6.png
Fichier image/png, 443k
Titre Figure 4 : captures d’écran du site internet
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17724/img-7.png
Fichier image/png, 698k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17724/img-8.png
Fichier image/png, 483k
Titre Figure 5 : capture d’écran des commentaires postés suite à la publication du plan d’organisation du festival 2018
Crédits Source : Facebook, compte Démon d’Or
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17724/img-9.png
Fichier image/png, 201k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Didier-Fèvre, « « Rap des villes, rap des champs » : Imaginaire territorial rural et festival musical périurbain », Géocarrefour [En ligne], 95/3 | 2021, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17724 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.17724

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search