Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/2ArticlesLe sentier du littoral : une trac...

Articles

Le sentier du littoral : une trace linéaire de l’adaptation des territoires touristiques

The coastal path: a linear trace of the adaptation of tourist areas
Jérôme Piriou

Résumés

Alors que l’activité balnéaire était longtemps privilégiée sur le littoral, les touristes se sont progressivement approprié le chemin côtier, héritage du sentier des douaniers, pour se promener et profiter du paysage. Les pratiques pédestres sur le sentier du littoral dépassent aujourd’hui le seul désir de rivage puisqu’elles appellent à une activité plus physique, qu’il s’agisse de la randonnée ou de la course de trail. Compte tenu de la qualité des lieux, des questionnements sur la protection de l’environnement ou encore des conflits d’usage se posent avec acuité. À partir d’une enquête de terrain qualitative menée entre 2016 et 2019 en baie de Saint-Brieuc, sur le célèbre GR 34 qui longe la quasi-totalité du rivage de Bretagne, nous présenterons comment les politiques locales emploient ce sentier du littoral pour adapter le tourisme sur leur territoire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans un contexte de tourisme mondialisé, les pratiques et les lieux touristiques s’inscrivent dans une évolution à la fois sociétale et sectorielle (Bourdeau, 2009). La conscientisation environnementale, marquée dès le début des années 1970, a conduit à des politiques de gestion et de défense de l’environnement (Charvolin, 2003 ; Mathis et Mouhot, 2015). Le tourisme peut s’appréhender comme le reflet de l’évolution de la société et dont sa présence au sein d’espaces spécifiques permet d’observer l’évolution des représentations, des produits et des territoires (Gay, 2004 ; Bourdeau, 2008). La mise en tourisme de la nature interpelle, tout individu, tant pour les opportunités que pour les conséquences qu’elle génère (Barrey et Kessous, 2011). Par une politique engagée en faveur d’un langage plus durable (Lascoumes, Bonnaud, Le Bourhis et Martinais, 2014) le tourisme semble relever des enjeux contemporains. Ainsi à l’instar de territoires de montagne qui connaissent des diversifications des offres touristiques (Langenbach et al., 2017), aborder de manière interdisciplinaire la transition au littoral, dans une approche paradigmatique, apparait comme une urgence (Baron, 2017). La transition touristique implique une transformation lente d’un modèle sociétal en accord avec les engagements pris, l’usage des ressources, la protection de la biodiversité ou encore les modes de déplacement (Vlès et Hatt, 2019). Le sentier du littoral se présente comme une complémentarité voire une alternative à une offre touristique bâtie autour des activités balnéaires et sa pratique se présente comme une gageure de mobilité douce, permettant aussi un étalement de la fréquentation tout au long de l’année.

Le sentier du littoral, objet de pratiques sportives et touristiques

2Le sentier est une trace linéaire, probablement la plus ancienne et sans doute la plus fine et discrète, imprimée par les hommes sur leur espace (Sacareau, 1997). Ce chemin utilisé par les piétons, le long du rivage, est particulièrement plébiscité au sein des espaces touristiques. Mais avant de constituer un itinéraire pour des pratiques pédestres à des fins de loisirs et de tourisme, il servait aux douaniers pour assurer un système de surveillance de la côte et pour empêcher des passages frauduleux de marchandises et arrêter des contrebandiers (Bequet, 1959). À la deuxième moitié du XVIIIe siècle, après avoir été un lieu suscitant crainte et effroi, la scène littorale fait l’objet d’un intérêt, un désir de rivages (Corbin, 1990) Les littoraux, et en particulier les plages, sont appropriés par des corps avides de rencontres avec la nature (Barthe-Deloizy, 2003). La dénudation se pratique d’ailleurs sur des îles ou des portions du littoral difficiles d’accès, mais accessibles par le sentier du littoral (Jaurand, 2005). Le développement touristique qu’a connu le littoral entre le XIXe siècle et le XXIe siècle a révélé l’identification de paysages pittoresques (caps, pointes, dunes, etc.) suscitant la pratique de ce linéaire côtier (Duhamel et Knafou, 2003, Duhamel et Violier, 2009). De manière générale, les pratiques pédestres, promenades puis randonnées se sont développées en France à partir de la seconde moitié du XIXe siècle (Stump, 2017). L’intérêt de la marche à pied, démontré après l’instauration des congés payés, conduit à institutionnaliser la pratique avec la création du Comité national des sentiers de grande randonnée (CNSGR) en 1948, préfigurant l’actuelle Fédération française de randonnée pédestre créée en 1979. La randonnée pédestre et ses différentes modalités de pratiques constitue l’activité sportive la plus pratiquée de France (Thiery, 2010). Cette sportivisation, associée à des déplacements touristiques (Gammon et Robinson, 2003), se développe particulièrement après la Seconde Guerre Mondiale (Chantelat et Tétart, 2007). Le sentier est accessible sur la quasi-totalité du littoral et l’argument du bien-être est fréquemment avancé par les communes. On assiste d’ailleurs à une territorialisation sportive qui prend place au sein de différents milieux naturels (Augustin, 2002 ; Bodin et al., 2009). Il y a 25 ans, Jean-Pierre Augustin, soulevait que plus de la moitié (52,5 %) des Français pratiquent la randonnée, la promenade lors de leurs départs en week-end (Augustin, 2000, p. 68). Il convient cependant de différencier les usagers (Florent, 2017). Le promeneur est l’individu dont l’usage du sentier n’excède pas quatre heures et ne nécessite pas de préparation physique. Le randonneur correspond à un individu qui utilise le sentier en continu sur une journée entière, voire plus, dans le cadre d’une randonnée itinérante. Certains territoires sont très fréquentés par ces usagers. C’est le cas sur le sentier du littoral de Bretagne, le célèbre GR 34, qui serait emprunté chaque année par 9 millions d’usagers, parmi eux 60 % seraient des touristes et 40 % des excursionnistes et habitants locaux. Selon une étude réalisée par le Comité régional du tourisme de Bretagne en 2018 (Comité Régional du Tourisme de Bretagne, 2019), 67 % des personnes interrogées sont venues réaliser « une balade de loisirs » et 26 % « une activité sportive ». De ce fait, la démocratisation des loisirs sportifs de nature (Attali, 2017), comme le déploiement de pratiques touristiques littorales (Stock et al., 2020), a fortement contribué aux transformations du littoral avec des conséquences multiples : concentration dans l’espace, nouvelles formes de gouvernance, conflits d’usage, dépendance économique ou encore les effets sur l’environnement. La côte sur laquelle s’inscrit le sentier du littoral est soumise à de multiples risques. Les pouvoirs publics s’emparent des activités physiques de pleine nature dans leurs politiques de territoire (Falaix, 2015). L’étude de la vulnérabilité et les risques naturels liés à la pression anthropique se traduisent par une prévoyance et une anticipation dans les décisions liées à l’urbanisme et à l’aménagement des territoires (Hatt et al., 2015 ; Vlès, 2019). Aussi, au regard de l’intensité de la pratique touristique du sentier du littoral, nous pouvons nous demander comment la gestion de cet itinéraire traduit une volonté d’adaptation touristique des territoires littoraux ?

Analyse d’une portion du sentier du littoral, le GR 34 en baie de Saint-Brieuc (Bretagne)

  • 1 Au total, nous avons réalisé 11 entretiens semi-directifs, d’une durée moyenne d’une heure trente, (...)

3L’étude présentée convoque une analyse de la gouvernance multi-niveaux des politiques publiques (Poupeau, 2017), ainsi que la construction sociale de l’espace (Lussault, 2007). Le matériau empirique de cette étude repose d’abord sur des observations ethnographiques préliminaires sur le GR 34 puis sur l’analyse de nombreux documents officiels et réglementaires (Plans locaux d’urbanisme (PLU), Schémas de cohérence et d’organisation territoriale (SCOT), Arrêtés municipaux, etc.). Puis des entretiens semi-directifs1 ont été réalisés avec des interlocuteurs-clés du territoire (élus, associations, gestionnaires, techniciens, etc.). Parmi les thèmes évoqués lors des ces entretiens, nous avons abordé la gestion du sentier du littoral (compétence, articulation entre les politiques publiques du sport, tourisme, environnement, aménagement, etc.), la gouvernance (interaction entre les échelons, partenariats, etc.), l’aménagement (mise en sécurité, cadre réglementaire, etc.) et enfin la perception des pratiques de loisirs et de tourisme (usages, conflits, commercialisation, etc.). Après la retranscription intégrale des entretiens, nous avons repris les principaux verbatims dans une grille d’analyse construite sur la base de notre guide d’entretien.

  • 2 Cette recherche intègre le programme de recherche IMTERPED (Impacts territoriaux des pratiques péde (...)
  • 3 Conseil National de l’Information Géographique, Commission nationale de toponymie Les côtes françai (...)
  • 4 Collectif, Documents d’objectifs des sites Natura 2000, Baie d’Yffiniac, anse de Morieux, Baie de S (...)
  • 5 Gonidec, Marion, « Bretagne. Les caps Fréhel et d’Erquy, Grand Site de France : ce qu’apporte ce la (...)

4Parmi les terrains étudiés2, celui de la baie de Saint-Brieuc possède la caractéristique d’être configuré par différents types de côtes. Située sur la façade Nord des côtes de Bretagne et d’une superficie d’environ 800 kilomètres carrés, elle est délimitée par deux côtes quasi-linéaires formant un angle droit avec le fond de baie ; il s’agit, à l’Ouest, de la côte du Goëlo (entre l’île de Bréhat et Port-Moguer en Plouha) et, à l’Est, de la côte de Penthièvre (entre le cap Fréhel et la pointe de Pléneuf3) (Fig. 1). La baie offre une alternance de petites falaises, de zones de landes et des côtes sableuses (Bousquet-Bressolier et al., 1998). Le développement touristique de la baie de Saint-Brieuc s’est surtout réalisé à partir de stations balnéaires : Pléneuf-Val-André, Saint-Quay-Portrieux, etc., où la bourgeoisie pratiquait les bains de mer (Clairay et Vincent, 2008). Parallèlement, la grève fait l’objet de l’organisation d’évènements sportifs tels les courses hippiques en fond de baie à Saint-Brieuc, dont un public de classes plus populaires assiste aux spectacles. Le développement des campings, dans les années 1960, va également contribuer à cette fréquentation nouvelle du littoral (Toulier, 1993). La randonnée s’effectue principalement sur le GR 34 qui ceinture la baie. Comme évoqué précédemment, le GR 34 qui longe la côte de Bretagne est très emprunté et quelques sites sont particulièrement plébiscités. En baie de Saint-Brieuc, la pointe du Roselier à Plérin-sur-Mer et les dunes de Bon-Abri à Hillion comptabilisent chacune plus de 50 000 passages annuels4. Une forte fréquentation est également enregistrée sur les caps d’Erquy et de Fréhel, qui cumulent plus de 1,6 million de visiteurs annuels.5 Nous observons que le SCOT du Pays de Saint-Brieuc interroge les risques environnementaux liés à la fréquentation touristique : « l’intensité des pratiques touristiques sur certains espaces sensibles du littoral favorise-t-elle leur dégradation ? (Syndicat Mixte du Pays de Saint-Brieuc, 2015, p. 53).

Figure 1 : Le sentier du littoral (GR 34) le long de la baie de Saint-Brieuc

Figure 1 : Le sentier du littoral (GR 34) le long de la baie de Saint-Brieuc

Conception : Alban Le Pape, 2021

  • 6 Terme qualifiant une affection marquée et sensible aux actions responsables sur le littoral employé (...)

5La fragilité des milieux littoraux pris dans leur globalité sont associés à la pression humaine, notamment dans les activités de loisirs qui s’exercent. Dans ce sens, des mesures de protection du patrimoine naturel sur le littoral constituent un défi pour les élus et les techniciens de cette zone où la pression anthropique est constatée. Nous allons voir comment le sentier du littoral devient un outil d’adaptation du territoire favorable à une transition touristique, passant d’un développement principalement balnéaire au début du XXe siècle à progressivement un développement « littoraliste »6. Dans un premier temps, nous verrons comment la politique locale encourage les individus à pratiquer le sentier du littoral, à des fins sportives, d’évasion mais également afin de diffuser les flux au sein d’un périmètre qui correspond à celui de la destination touristique. Ensuite, nous évoquerons la patrimonialisation environnementale véhiculée par la mise en valeur du sentier littoral. Elle est la résultante d’acquisitions foncières mais également par une prise de conscience des principaux risques notamment dus à l’érosion. Enfin nous présenterons la gestion d’une coprésence sur le sentier du littoral, constituée de publics variés qui inscrivent des pratiques pédestres qui se diversifient.

Encouragement à des pratiques en mouvement sur un itinéraire dédié

Une pratique dynamique sur le littoral

6La perception du paysage initiée en Occident dès le XVe siècle ne constitue qu’une construction qui interroge aujourd’hui des sensibilités différentes de la nature. La naturalité du paysage apparait comme une croyance commune, bien installée, qui pourtant est infirmée par les pratiques des individus (Cauquelin, 2013). Lorsque l’individu parcourt le sentier du littoral, il met son corps en mouvement, il dépasse le simple regard touristique (Urry, 1990), il interpelle une multisensorialité. Le corps devient une composante paysagère active de l’espace géographique avec pour repères sa capacité à parcourir les lieux, dont le sentier du littoral. Les espaces traversés par les individus se configurent par le rapport au corps, ce qui fonde le paysage. Le corps est aussi identitaire puisqu’il enregistre les données spatiales, territoriales (Di Méo, 2010). De ce fait, la relation avec la nature n’est pas qu’un simple motif de loisir, mais une expérience du corps incorporé dans la nature (Andrieu, 2014). C’est, par exemple, ce que recherchent les vacanciers d’aventure en quête de bien-être par une marche dans le désert (Gibout, 2020). Des pratiques touristiques qui s’opéraient à un rythme soutenu, par une forme d’« accélération » (Rosa, 2010), se caractérisent aujourd’hui par davantage de lenteur, à la recherche d’une meilleure appréhension du Monde, une « résonance », c’est-à-dire « un rapport cognitif, affectif et corporel du monde dans lequel le sujet est touché sur lui, éprouvant ainsi son efficacité » (Rosa, 2018, p. 187). Ainsi, l’intérêt pour la randonnée pédestre démontre une volonté des individus d’un besoin de décélération, de prise de recul, dépassant une simple quête de la nature. La corporéité qui prend place dans les pratiques touristiques dès les débuts du tourisme (Elias et Dunning, 1994) traduit pourtant une nouvelle manière de se déroutiniser. Parcourir les lieux touristiques fatigue le corps par son engagement (Coëffé et al., 2016). Sur le littoral, on constate des transformations de pratiques touristiques. La plage a évolué d’un lieu de déambulation à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle (Knafou, 2000) à un lieu de repos et de bronzage pour des « plageurs » depuis le début du siècle dernier (Urbain, 1994). Cependant la plage est aussi un terrain de jeu, puisqu’elle y rencontre des pratiques de plus en plus diversifiées (compétitions sportives, marche nordique, etc.). Le sentier du littoral, lui, se présente alors comme un itinéraire dédié à la mobilité pédestre, même s’il est ponctué de belvédères propices à la contemplation. La marche constitue un mode de déplacement naturel pour l’homme et offre de nombreuses vertus concernant la socialisation ou encore la santé (Bourdeau-Lepage, 2015). Elle permet une relation singulière, à l’espace et aux autres, développant une sensation continue de soi et du monde (Le Breton, 2012). Pour tous ces bénéfices, les élus et les techniciens des territoires prônent l’activité physique dans l’intérêt des habitants comme des touristes. Dans le département des Côtes d’Armor, les élus considèrent que « plus on aura de gens à faire du sport, plus on aura de gens en bonne santé » (technicien du service sports de nature du CD22 le 9 juin 2017). Le corps en mouvement constitue d’ailleurs le troisième axe du schéma local de développement touristique d’une partie occidentale de la baie de Saint-Brieuc « activités physiques, sports de plein-air, sports nature et, parmi les sports nature, le roi, la randonnée, sur lequel nous avons axé notre brochure touristique » nous indique la directrice de l’Office de tourisme des Falaises d’Armor (entretien le 28 janvier 2020).

Une diffusion des flux sur un itinéraire linéaire

7Le fait d’inciter les usagers du littoral à se déplacer sur le sentier du littoral constitue un moyen de diffuser les flux sur la côte et de limiter toute concentration. L’intérêt pour les sites naturels littoraux est encouragé par les collectivités locales soucieuses de valoriser leurs territoires. L’objectif est d’établir un équilibre entre une conservation d’écosystèmes et une ouverture de sites naturels au grand public (Meur-Férec, 2007). Dans son développement, la randonnée pédestre s’inscrit au sein d’un large phénomène d’activités physiques sur des espaces dits « naturels », dont le littoral constitue un milieu particulièrement prisé (Evrard, 2014, p. 9). Cela fait ainsi une trentaine d’années que l’ouverture au public d’espaces naturels littoraux a conduit à des aménagements : du sentier de découverte à une dynamique touristique territoriale, telles les opérations grands sites (Chadenas et al., 2020). Certaines zones sont privilégiées pour supporter une fréquentation plus intense. Par exemple, en baie de Saint-Brieuc, les dunes de Bon Abri, d’une surface de 6 hectares, font l’objet d’une gestion différenciée par le Conseil départemental des Côtes d’Armor (CD22). Cette démarche distingue des zones de mise en défend, pour éviter un piétinement de la végétation, d’une zone restreinte autorisée au passage. Or, concernant le sentier du littoral, ce chemin est de fait existant, héritage du tracé du chemin des douaniers. Certains tronçons sont d’ailleurs fréquentés par les touristes depuis plus d’un siècle, nécessitant son adaptation. À Plouha, le sentier du littoral sillonne la pointe de la commune, lieu particulièrement prisé pour bénéficier d’un panorama sur la baie (Fig. 2) depuis les falaises les plus hautes de Bretagne. Le chemin d’accès a été réalisé dans les années 1980 sur une largeur allant de 3 à 5 mètres et la commune poursuit, de nos jours, l’entretien sur cette largeur. Cette dimension est-elle pertinente en vue de canaliser les flux de piétons ? Ce choix est discutable, selon le garde du littoral pour qui « ce n’est pas nécessaire d’entretenir dans ces largeurs, une largeur de 2 à 2,5 mètres suffiraient, mais le prétexte c’est la forte fréquentation du site qui nécessite l’accès des secours » (entretien le 24 mai 2018).

Figure 2 : Sentier du littoral à la pointe de Plouha

Figure 2 : Sentier du littoral à la pointe de Plouha

Source : Auteurs, mai 2018

Légitimer un périmètre spatial intercommunal

8Encourager à utiliser le sentier du littoral, c’est aussi une opportunité pour les élus et les techniciens de mieux faire connaître le territoire afin d’assurer des répercussions de notoriété, voire économiques. Le périmètre intercommunal va d’ailleurs être mis en valeur par l’intermédiaire de ses Etablissements publics de coopération intercommunale (EPCI) qui régissent la coopération entre les communes. La loi NOTRe va « modifier assez largement les attributions des structures intercommunales » (Marcou, 2015, p. 1043). En effet, les EPCI vont bénéficier de nombreux transferts de compétences, dont le tourisme, de la part des communes, Ainsi, ils vont développer des schémas intercommunaux de randonnées pédestres ou encore de développement touristique afin d’accroître la fréquentation sur les différentes communes associées. Les offices de tourisme, désormais intercommunaux pour la plupart d’entre eux, vont exploiter la renommée du sentier du littoral, en particulier le GR 34, en rattachant des boucles locales pédestres pour mieux faire connaitre le territoire. La communauté d’agglomération de Saint-Brieuc a créé et aménagé trois circuits d’interprétation sur la commune d’Hillion sur le thème de la Réserve naturelle nationale. Tous ces itinéraires empruntent le GR 34 qui longe le rivage de la commune, mais les boucles sont assurées avec des itinéraires rétro-littoraux. Le sentier du littoral se présente comme une offre structurante, particulièrement utile pour légitimer le périmètre spatial des intercommunalités. Les élus utilisent le sentier du littoral comme un moyen de diffuser les pratiques pédestres de loisirs et d'irriguer les communes membres d’une même intercommunalité. Les actions menées pour baliser, puis communiquer sur le sentier du littoral, permettent d’affirmer l’identité d’une destination touristique orientée sur la pratique pédestre.

Valorisation et sensibilisation d’un patrimoine environnemental sur le linéaire

Acquisition du foncier sur le littoral pour protéger les espaces traversés par le sentier

9Dès les années 1970, le développement touristique que connaissent les espaces naturels est confronté à un basculement des sensibilités et des représentations en raison d’une conscientisation environnementale (Knafou et Pickel, 2011). La préservation de la nature passera par un processus de mise en patrimoine, afin de permettre une appropriation d’un bien commun (Audrerie, 1997 ; Lazzarotti, 2000). En France, l’État intervient localement par sa politique d’acquisition des terrains par le Conservatoire du littoral. Il a donc un rôle structurant pour limiter la pression foncière sur le littoral et préserver certaines zones sensibles, tout en favorisant l’accueil du public (Kalaora et Konitz 2004 ; Joveniaux, 2017). La logique de patrimonialisation pour ces espaces naturels passe par une conciliation entre la conservation des écosystèmes et l’accueil du public, l’éducation à l’environnement (Meur-Férec, 2007). Au sein de la baie de Saint-Brieuc, plusieurs sites sont protégés par le Conservatoire du littoral. Sur la partie orientale, sur la côte de Penthièvre, il protège 34,2 hectares, soit 14 actes d’acquisition signés depuis 2003. Sur la partie occidentale, sur la côte du Goëlo, les espaces sont protégés depuis 1996 et se répartissent sur 133,41 hectares avec un nombre de 76 actes d’acquisition signés. Dans sa stratégie d’intervention pour la période 2015-2050, le Conservatoire du littoral identifie, concernant le territoire « Baie de Saint-Brieuc Caps d’Erquy Fréhel », une nécessité de vigilance dans le développement des activités humaines en bord de mer. Concernant les pratiques pédestres, le piétinement est clairement identifié, induit par la sur-fréquentation des caps et des divers points de vue sur la baie, qui entraîne la dégradation des milieux naturels et l’érosion des sols (Conservatoire du littoral, 2015). Face à cette situation, la politique d’acquisition engagée par le Conservatoire du littoral n’a pas pour seul but d’éviter une urbanisation du rivage mais également de permettre une meilleure appropriation des usagers et notamment d’organiser la circulation sur ces espaces naturels. Des compromis sont établis selon les sites afin de trouver un équilibre qui, dans tous les cas, nécessite une explication et une justification aux visiteurs sur les choix opérés dans un esprit de service public (Meur-Férec, 2007). Sur la commune de Plouha, le Conservatoire du littoral a fait le choix d’une gestion différenciée : il souhaite un meilleur passage sur le sentier du littoral avec la démolition d’une maison permettant de redonner un caractère plus « sauvage » à la côte. À d’autres endroits, il laisse un accès plus aléatoire au sentier du littoral pour assurer la tranquillité des oiseaux protégés en particulier pendant leurs nidifications.

De multiples interventions pour une gestion intégrée

10La gestion des espaces naturels littoraux se fait de manière coordonnée avec les techniciens du département, ceux des EPCI et ceux des communes. Le Conseil départemental, par sa politique de gestion des Espaces naturels sensibles, participe à maintenir des espaces accessibles au public tout en étant mis en gestion en fonction d’objectifs de préservation de la biodiversité. En 1980, le Conseil général des Côtes d’Armor a acheté, au titre de sa politique des espaces naturels sensibles, 171 hectares sur le cap d’Erquy (fig. 3). Ce site, traversé par le sentier du littoral, connaît une fréquentation intense avec 600 000 visiteurs, nécessitant des aménagements pour canaliser la fréquentation et restaurer des dunes dégradées. Or, déjà en 2007, Catherine Meur-Férec précisait que « la principale difficulté de gestion de ce milieu [espace naturel littoral] ne semble pas être sa fragilité intrinsèque, mais la définition des objectifs et donc la réflexion sur les aspirations vers lesquelles nous tendons en les protégeant » (Meur-Férec, 2007, p. 48). La question de la gestion des activités de loisirs au sein de ces espaces protégés préoccupe les différents acteurs (Mounet, 2007). Sur le cap d’Erquy, se trouve un site d’escalade qui fait l’objet d’une convention entre la fédération sportive et le Conseil Départemental « afin de permettre l’accès, l’aménagement et assurer les responsabilités en cas d’accident, en cas de désengagement on fermerait le site » (technicienne du CD22, le 24 mai 2018). Malgré une politique départementale des espaces naturels sensibles, le rôle des coopérations intercommunales permet d’accroître un cadre de cohérence territoriale de protections mais aussi d’assurer une synergie d’actions et de moyens (Durousseau, 2006). En 1992, un syndicat mixte regroupant le Cap d’Erquy et le Cap Fréhel est créé afin de mettre en place une opération grand site, procédant à un programme d’action en vue d’une labellisation. Alors que les débuts démontrent un interventionnisme communal sans cohérence entre les deux sites naturels classés, l’opération Grand Site lancée en 2013 a pour objectif d’assurer une nouvelle dynamique territoriale, notamment l’obtention du label en 2019. Une opération de requalification de l’accueil du public sur le cap d’Erquy est réalisée dans le but de mieux canaliser les flux. Cependant, l’enchevêtrement des périmètres institutionnels rend complexe l’identification du rôle des parties prenantes « sur l’opération Grand Site ce n’est pas tout à fait notre périmètre, on a été associé car le département a ses actions mais sur le cap d’Erquy on a un périmètre Grand Site qui intègre en fait deux agglomérations Lamballe (concernant le cap d’Erquy) et Dinan (concernant le cap Fréhel), il y a donc eu une concertation assez grande sur les aménagements qui sont réaliser sur le cap d’Erquy » (entretien avec une technicienne de la communauté d’agglomération Lamballe Terre et Mer). Pourtant la loi NOTRe a confirmé le rôle des EPCI notamment par le transfert de compétences relatives à l’entretien et la valorisation du sentier du littoral (Piriou, Rech, Clivaz, 2020). Mais, dans le cadre d’un projet de territoire, telle une opération Grand Site, la répartition des compétences se concrétise sous forme d’accord entre les membres du syndicat mixte.

Figure 3 : Sentier aménagé sur le cap d’Erquy, espace naturel sensible du département des Côtes d’Armor

Figure 3 : Sentier aménagé sur le cap d’Erquy, espace naturel sensible du département des Côtes d’Armor

Source : Auteurs, mai 2017

Le facteur risque comme prise de conscience de la nécessité d’une adaptation

11Il existe une contradiction entre la recherche du caractère naturel de l’espace littoral et un aménagement par une fixation du trait de côte. Du côté du Conservatoire du littoral, la solution consiste à « réhabiliter les fronts de mer naturels comme un des choix techniques possibles pour l’aménagement des zones côtières et non pas comme le symbole d’un abandon face aux forces de la nature » (Bazin et Olivry, 2017, p. 52). Le facteur « risque » semble prévaloir dans les choix à opérer. Le risque côtier fait l’objet d’une attention à de nombreux échelons. Les communes constituent l’échelon territorial le plus concerné par les risques côtiers (Herbert et al., 2009). Le maire doit assurer la sécurité des usagers sur le territoire communal, il en est le responsable (selon l’article L. 2212 du code général des collectivités locales). Le sentier du littoral est donc sous sa responsabilité. En baie de Saint-Brieuc, deux principaux risques sont observés : l’inondation et la submersion marine ainsi que l’érosion et les mouvements de terrains. Des effondrements de la falaise, produisant une coupure du tracé du sentier du littoral, interviennent de temps à autre, souvent dus au ruissellement d’eaux d’infiltration et plus rarement à l’érosion engendrée par le piétinement (Syndicat Mixte du Pays de Saint-Brieuc, 2015). En décembre 2020, la tempête « Bella » a provoqué l’effondrement d’une falaise dans le secteur de la plage de la comtesse à Saint-Quay-Portrieux. La redéfinition du cheminement piéton demande d’établir un nouveau tracé sur des parcelles privées. La commune va devoir investir 350 000 euros, nécessitant une décision modificative du budget principal et l’État attribuera 112 000 euros au titre de la Dotation d’équipement des territoires ruraux (Ville de Saint-Quay Portrieux, 2021). Cependant certains secteurs connaissent une érosion d’origine anthropique due au piétinement, notamment sur les massifs dunaires. C’est le cas des dunes de la ville Berneuf à Pléneuf-Val André, dont 10 hectares ont été acquis par le CD22 (Bousquet-Bressolier et al., 1998). Ces évènements rendent visibles aux usagers la vulnérabilité de ce sentier hérité d’un chemin conçu à la fin du XVIIIe siècle. D’ailleurs, certains systèmes de protection mettent en danger les usagers piétons, notamment dans le secteur des plages des Rosaires et de Tournemine à Plérin-sur-Mer, au nord de la ville de Saint-Brieuc. Il s’agit principalement de digues ou de cordons dunaires, tous deux vulnérables à une défaillance, notamment par des vagues qui franchiraient les ouvrages, facilitée par la création d’une brèche (DDTM22, 2016). La gestion du sentier du littoral nous rappelle les limites d’un modèle intégratif de gouvernance, œuvre des stratégies nationales, et l’intérêt d’un modèle plus distributif qui favorise une meilleure répartition des compétences (Beuret et Cadoret, 2017). Les risques auxquelles les portions du sentier du littoral la baie de Saint-Brieuc sont confrontées se retrouvent sur d’autres littoraux. Les modes de gestion restent très subjectifs et relatifs aux territoires (Audouit et al. 2016) et la gouvernance interroge dès lors qu’il s’agit d’envisager une relocalisation des biens et des activités face à la montée du niveau de la mer (Rey-Valette et al., 2016).

Organiser la coprésence de publics multiples

12L’ouverture et l’accès à tous du sentier du littoral a généré de multiples pratiques pédestres, témoignant d’une coprésence, à des fins de loisirs, entre habitants, excursionnistes, touristes, mais aussi à des fins professionnelles, entre pêcheurs, ostréiculteurs, etc. On entend par coprésence, « un rassemblement et une agrégation en un même lieu de réalités sociales distinctes » (Lussault, 2003, p. 211). La coprésence dans des lieux touristiques implique un partage de l’espace entre les usagers (Ouellet, 2019). Chaque acteur dispose de son champ de compétences, de son périmètre d’action dans l’espace, qu’il soit public, privé, usager individuel, usager professionnel. Mais la multiplicité de personnes qui interviennent sur le sentier du littoral complexifie les concertations en vue d’une adaptation du territoire.

Faire appliquer la servitude de passage pour les piétons sur le littoral pour maintenir un itinéraire piéton le long du rivage

13Au regard de la législation, l’intervention du maire est définitive pour sécuriser les lieux mais, in fine, les services de l’État agissent dans la modification du tracé du sentier du littoral. La Direction départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) assure le suivi de la mise en place de la servitude de passage des piétons le long du littoral. La loi 76-1285 du 31 décembre 1976, instaurant une servitude de passage des piétons sur le littoral, assure un libre accès à la mer à tous, dans un souci démocratique (Prieur, 2012). La servitude crée un droit de passage des piétons sur les propriétés riveraines du domaine public maritime, sur une largeur de 3 mètres le long desdites propriétés. Ainsi, même si le but essentiel de cette loi était de rendre possible l’accès aux piétons sur tous les points du rivage, elle va favoriser l’aménagement du sentier du littoral, puis quarante-cinq ans plus tard, faire évoluer son tracé. Dans le département breton des Côtes d’Armor, sur 55 communes riveraines du domaine public maritime, une cinquantaine disposent d’arrêtés de servitudes. La pratique de la marche à pied sur le littoral interroge l’itinéraire utilisé pour cheminer. Il est donc nécessaire de préciser les conditions d’emprunt du sentier du littoral. À Plouha, le sentier du littoral voit se côtoyer piétons et cyclistes : « bien qu’il soit interdit d’y aller à vélo, cela se pratique dans beaucoup d’endroits. On croise pas mal de cyclistes sur le GR. La rencontre entre randonneurs et cyclistes est fréquente et c’est vrai que c’est désagréable, même s’il n’y a pas de conflit d’usage à proprement parlé, car les gens sont plutôt respectueux » (technicien de la communauté de communes Leff Armor le 28 janvier 2020). Et pourtant, à Plouha, la réglementation municipale n’encadre pas cette coprésence : « il y a des portions du sentier qui sont empruntées par les vélos et la commune le tolère. La servitude du littoral n’avait pas été appliquée quand le sentier a été réalisé, elle n’est toujours pas demandée par la commune » (garde du Conservatoire du littoral le 9 juin 2017). L’une des explications évoquées par un technicien du CD22 serait que la plupart des parcelles traversées appartiennent à des privés et que les élus ne souhaitent pas entrer en conflit avec les propriétaires. La zone est donc sous préemption du Conservatoire du littoral, avec une volonté d’acquisition « pour réaménager, donner une réelle valeur à une servitude qui n’existe pas ».

Une action publique territoriale qui s’adapte à des pratiques pédestres qui se diversifient

  • 7 Les intercommunalités agissent en tant que gestionnaires des propriétés du département et du Conser (...)

14Le gestionnaire qui intervient sur le sentier du littoral pour marquer, baliser l’itinéraire, le fait selon plusieurs motivations. Sur un espace naturel, il y a une volonté de délimiter son territoire mais aussi de différencier les espaces susceptibles d’accueillir du public de ceux où les visiteurs sont exclus (Chadenas et al., 2020). Le Conservatoire du littoral n’intervient que très rarement dans la gestion des terrains dont il a fait l’acquisition, préférant la confier aux communes, aux EPCI ou, plus rarement, à des associations. Le Conseil départemental se charge de la réalisation d’un Plan départemental des itinéraires de randonnée (PDIPR) (art. 56 et suivants de la loi n° 83-663 du 22 juillet 1983). Selon ce classement, le département apporte son concours financier, notamment concernant l’aménagement et le balisage d’itinéraires. Des conventions sont d’ailleurs établies avec le Comité départemental de randonnée pédestre afin d’entretenir le sentier du littoral. Mais la diversité des pratiques reste un aspect qui mobilise les gestionnaires de ce sentier du littoral, nécessitant un balisage et des aménagements. Sur la commune d’Hillion, en fond de baie, le site de « Pisse-Oison », est une zone de départ de plusieurs activités physiques de pleine nature (Conseil départemental des Côtes d’Armor, 2015). Là où passe le GR 34, se côtoient : une signalétique GR pour la randonnée tout le long de la baie, un parcours de trail, des itinéraires de VTT, un sentier d’interprétation, les circuits « Rando au fil de l’eau » de la commune, des dispositifs proposés par la Communauté d’agglomération de Saint-Brieuc et par la Réserve naturelle nationale de la baie de Saint-Brieuc. Cette dernière constitue un outil de protection renforcée, avec un accès interdit au-delà du sentier. L’organisation de manifestations de toute nature sur son territoire est soumise à autorisation du Préfet des Côtes-d’Armor. Le plan de gestion de la Réserve naturelle intègre le sentier du littoral comme un lieu de promenade et de découverte d’une nature privilégiée (Ponsero et al., 2003). Mais, au-delà d’une réglementation, c’est par la sensibilisation qu’interviennent des agents de l’environnement employés par les intercommunalités7, dont certains sont des gardes assermentés. Sur le sentier du littoral qui traverse l’entité « Les Falaises du Goëlo », propriété du Conservatoire du littoral, l’aménagement est adapté : « aujourd’hui les ajoncs sont plus hauts que les visiteurs et cachent le point de vue, certains ont commencé à créer un passage entre le parking et la plage. J’ai barré le chemin, mais cela n’a pas suffi. J’ai dû aménager avec une ganivelle et j’ai remis de l’ajonc mais les gens continuent à piétiner. Pourtant depuis le réaménagement du sentier des douaniers dans les années 1980, nous informons sur les risques de sortir du sentier principal. J’ai mis des pictogrammes à certains endroits mais ils ont été arrachés, je ne comprends pas pourquoi les gens veulent aller en dehors du sentier » (garde du littoral le 24 mai 2018). Il arrive a contrario que les aménagements proposés, parce que très conséquents, ne fassent pas l’unanimité des pratiquants du sentier du littoral. À propos de l’opération réalisée sur le cap d’Erquy : « il y a les mécontents qui râlent. Nous avons reçu des courriers dès que l’on reculait les parkings, ou modifiait les aménagements (pistes sablées, voies pour les vélo et piétons) qui, pour certains, s’apparent à des tranchées qui jurent dans le paysage » (technicienne du service patrimoine naturel du CD22 le 24 mai 2018). Nous observons donc une variation de l’interprétation de l’acceptabilité de la fréquentation des espaces naturels dans une approche temporelle ou encore sociale (Krieger et al., 2017 ; Vlès et Clarimont, 2017). Le sentier du littoral s’inscrit au sein d’espaces naturels fragiles, dont le développement touristique doit concilier intensité de fréquentation et règles de protection, et cette adaptation est désormais bien engagée.

Conclusion

15La transition touristique, particulièrement visible en montagne, est aussi en cours sur le littoral et la gestion du sentier du littoral en témoigne. Héritier d’un système de surveillance datant de la fin du XVIIIe siècle, ce chemin a connu un engouement concomitamment au développement touristique des espaces littoraux. L’usage en est d’ailleurs multiple entre promeneurs, randonneurs, pêcheurs à pied, usagers de la plage, etc. De ce fait, le sentier du littoral est devenu une valeur ajoutée des qualités récréatives valorisées sur les territoires. Dans la politique locale, il permet de diffuser les flux sur la côte et de limiter la concentration sur certains sites (plages, pointes, caps, etc.) et sa pratique répond à un besoin de bien-être, voire de santé publique. On constate d’une volonté de ralentir le rythme de pratique du territoire, qui se traduit dans les pratiques des touristes, mais aussi dans le discours concernant la politique touristique. Cet itinéraire est une « porte d’entrée » de la valorisation du patrimoine environnemental dans une volonté de transition touristique des territoires. Depuis des pratiques balnéaires initiées dès la fin du XIXe siècle, une dynamique s’opère vers des pratiques de découverte, de mobilités pédestres plus ou moins sportives selon les usagers. Mais, comme nous l’avons observé, cet itinéraire utilisé pour cheminer doit être pensé avec une projection dans le temps. Une anticipation des risques et une convergence des politiques relatives à l’environnement et au tourisme faciliterait une meilleure adaptation pour ces territoires littoraux. Le sentier du littoral subit une érosion, principalement due à l’action du vent et des vagues, accentuée par le piétinement et les ravinements d’eaux de pluie occasionnent des éboulements sur les côtes rocheuses et des glissements de dunes de côtes sableuses. L’enjeu pour les gestionnaires du sentier du littoral est d’assurer la sécurité des piétons, de limiter la gêne sur les parcelles traversées et de l’intégrer dans son environnement. Notre étude a démontré qu’à ce jour une multiplication de services de collectivités, d’EPCI, d’associations agissent mais, au regard des préoccupations environnementales qui inquiètent sur l’avenir du sentier du littoral, une meilleure coordination devrait être assurée. Cette logique de gouvernance, déjà critiquée par d’autres auteurs pour d’autres territoires littoraux, persiste et démontre la difficulté des gestionnaires d’agir de manière concertée. Elle permettrait, pourtant, une meilleure lisibilité des actions territoriales.

Haut de page

Bibliographie

ANDRIEU B., 2014, Une « cosmotique » immersive. Pour une écologie corporelle en première personne, Nature et récréation, n° 1, p. 20-24.

ATTALI M., 2017, La France redessinée ? Espaces et territoires de loisirs dans la seconde moitié des années 1960, French Historical Studies, 40/4, p. 651-674.

AUDRERIE D., 1997, La Notion et la protection du patrimoine, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 128 p.

AUDOUIT C., RUFIN-SOLER C., LE FALHER G., ELANQUART H., DEBOUDT P., 2016, Perception et gestion des espaces littoraux préservés : l’apport des études de fréquentation (Nord et Languedoc-Roussillon, France), VertigO, vol. 16, n° 2, [en ligne], DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.17721.

AUGUSTIN J.-P., 2002, La diversification territoriale des activités sportives, L’Année sociologique, n° 52, p. 417-435.

AUGUSTIN J.-P., 2000, La diversification des loisirs sportifs sur le littoral médocain, Cahiers Espaces, n° 66, p. 68-76.

BARON N., 2017, Politique publique du littoral et recherche finalisée des pratiques et concepts en co-évolution, Natures Sciences Sociétés, n° 25, p. 36-41.

BARREY S., KESSOUS E. (dir.), 2011, Consommer et protéger l’environnement : opposition ou convergence, Paris, L’Harmattan, 204 p.

BARTHE-DELOIZY F., 2003, Géographie de la nudité : être nu quelque part, Paris, Bréal, 239 p.

BAZIN P., OLIVRY D., 2017, Le Conservatoire du littoral : un acteur face au changement climatique, Sciences Eaux & Territoires, 2017/3, n° 24, p. 50-53.

BEQUET P., 1959, Contrebande et contrebandiers, Paris, PUF, 128 p.

BEURET J.-E. et CADORET A., 2017, Négocier l’urbanisation pour un littoral durable : des Parcs Naturels Régionaux facteurs d’intégration ou de fragmentation des enjeux ? Norois, n° 244, p. 47-62. https ://doi.org/10.4000/norois.6161

BODIN D., JAVERLHIAC S., HÉAS S., ROBÈNE L., 2009, De l’émergence des stations balnéaires au tourisme sportif : le mélange des genres à la lueur de l’exemple de la région Bretagne en France, Téoros, n° 28, 2, p. 29-36. https://journals.openedition.org/teoros/445

BOURDEAU P., 2009, De l’après-ski à l’après-tourisme, une figure de transition pour les Alpes ?, Revue de Géographie Alpine, 97-3 [en ligne], URL : DOI : https:// doi.org/10.4000/rga.1049

BOURDEAU P., 2008, Les défis environnementaux et culturels des stations de montagne. Une approche à partir du cas français, Téoros, 31, p. 23-30. https://journals.openedition.org/teoros/131

BOURDEAU-LEPAGE L., 2015, La nature en question. Aménager en ménageant l’homme et son milieu, Géocarrefour, 90/1, p. 191-192. https://doi.org/10.4000/geocarrefour.9932

BOUSQUET-BRESSOLIER C., BONNOT-COURTOIS C., 1998, Géomorphologie et vulnérabilité des rivages de la baie de Saint-Brieuc, Norois, n° 179, juillet-septembre 1998, p. 495-506. https://www.persee.fr/doc/noroi_0029-182x_1998_num_179_1_6890

CHADENAS C., ANDREU-BOUSSUT V., BARTHON C., MICHEL X. et de LAJARTRE A., 2020, La gouvernance des espaces protégés : vers un partage de la nature ? VertigO [en ligne], vol. 20, n° 1, : https://doi.org/10.4000/vertigo.27491

CAUQUELIN A., 2013, L’invention du paysage, Paris, PUF, 180 p.

CHANTELAT P., TÉTART P., 2007, La première sportivisation (1958-1975). Croissance, renouvellements et clivages sociaux, in TÉTART P. (dir.), Histoire du sport en France. De la Libération à nos jours, Paris, Vuibert, p. 33-61.

CHARVOLIN F., 2003, L’invention de l’environnement en France. Chroniques anthropologiques d’une institutionnalisation, Paris, La Découverte, 132 p.

CLAIRAY P., VINCENT J., 2008, Le développement balnéaire breton : une histoire originale, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [en ligne], 115-4, URL : http://abpo.revues.org/230.

COËFFÉ V., DUHAMEL P., GUIBERT C., TAUNAY B., VIOLIER P., 2016, Mens sana in corpore turistico : le corps « déroutinisé » au prisme des pratiques touristiques, L’Information géographique, 2016/2, vol. 80, p. 32-55.

Comité Régional du Tourisme de Bretagne, 2019, GR34 le sentier des douaniers étude 2018. Fréquentation – retombées économiques, Rennes, Comité Régional du Tourisme de Bretagne, 10 p.

CONSEIL GÉNÉRAL DES CÔTES D’ARMOR, 2015, Plan de gestion, Espace naturel sensible des Dunes de Bon Abri, Plan de gestion 2015-2019, commune d’Hillion, 184 p

CONSERVATOIRE DU LITTORAL, 2015, Stratégie d’intervention 2015 - 2050 – Rivages de Bretagne Pays de la Loire - Baie de Saint-Brieuc, Caps d’Erquy - Fréhel, p. 10-11.

CORBIN A., 1990, Le Territoire du vide. L’Occident et le désir du rivages, 1740-1840, Paris, Flammarion, 407 p.

DI MÉO G., 2010, Subjectivité, spatialité : le corps, cet impensé de la géographie, Annales de la géographie, 2010/5, n° 675, p. 466-491. https://www.cairn.info/journal-annales-de-geographie-2010-5-page-466.htm

DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER DES CÔTES D’ARMOR (DDTM22), 2016, Plan de prévention des risques littoraux et d’inondation par débordement de cours d’eau de la Baie de Saint-Brieuc, Notice de présentation,160 p.

DUHAMEL P., KNAFOU R., 2003, Tourisme et littoral : intérêts et limites d’une mise en relation », Annales de Géographie, n° 629, p. 47-67. https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_2003_num_112_629_891

DUHAMEL P., VIOLIER P., 2009, Tourisme et littoral : un enjeu du monde, Paris, Belin, 191 p.

DUROUSSEAU M., 2006, Quelle gouvernance pour les espaces naturels sensibles des départements ? Revue juridique de l’Environnement, 2006/2, p. 177-183.

ELIAS N., DUNNING E., 1994, Sport et Civilisation : La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 396 p.

ÉVRARD B., 2014, La côte, un terrain de jeu ? De l’utilitaire au récréatif, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Espace et Territoires », 300 p.

FALAIX L., 2015, Sports de nature et décentralisation, Développement durable et territoire [en ligne], DOI : http://journals.openedition.org/developpementdurable/10820.

FLORENT L., 2007, Quelle gouvernance pour les activités pédestres ? : un enjeu pour le développement des territoires, Thèse de doctorat en géographie, Lille, Université de Lille 1, 548 p. [en ligne].

GAMMON S. et ROBINSON T., 2003, Sport and Tourism : a conceptual framwork, Journal of Sport & Tourism, vol. 8, issue 1, p. 21-26.

GAY J.-C., 2004, Tourisme, politique et environnement aux Seychelles : les masques du tourisme, Tiers Monde, 178, p. 319-339.

GIBOUT C., 2020, Saharan Recreation : from a transformation of bodily expreriences to a transformation of culturel représentations, Sport, Ethics and Philosophy [online], DOI : 10.1080/17511321.2020.1758957

HATT E., PIRIOU J., FALAIX L., GOMBAULT A., 2015, La valorisation touristique des ressources territoriales dans les trajectoires de stations littorales. Les cas de Lacanau-Océan, Biarritz et Martigues, Sud-Ouest européen, n° 39, p. 65-79.

HERBERT V., MAILLEFERT M., PETIT O., ZUINDEAU B., 2009, Risque environnemental et action collective : l’exemple de la gestion du risque d’érosion à Wissant (Côte d’Opale), VertigO [en ligne], DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.9303

JAURAND E., 2005, Territoires de mauvais genre ? Les plages gays, Géographie et Cultures, 54, p. 71-84.

JOVENIAUX A., 2017, Le Conservatoire du littoral, quarante ans après : quel bilan et quelles perspectives ? Hérodote, 2017/2, 165, p. 91-112.

KALAORA B., KONITZ A., 2004, Le Conservatoire du littoral entre patrimonialisation et médiation, Annales de Géographie, 113, 635, p. 87-99.

KNAFOU R., 2000, Scènes de plage dans la peinture hollandaise du XVIIe siècle : l’entrée de la plage dans l’espace des citadins, Mappemonde, 2000/2, 58, URL : http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M200/Knafou.pdf

KNAFOU R. et PICKEL, S., 2011, Les nouvelles dynamiques du tourisme dans le monde, Tourisme et « développement durable » : de la lente émergence à une mise en œuvre problématique. Géoconfluences, http://http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/typespace/tourisme/TourScient4.htm

KRIEGER S.-J., DELDRÈVE, LEWIS N., 2017, Écologisation des loisirs de nature, entre ensauvagement et domestication, Loisir & Société, 40, issue 1, p. 25-38.

LASCOUMES P., BONNAUD L, LE BOURHIS J.-P., MARTINAIS E., 2014, Le développement durable : une nouvelle affaire d’État, Paris, PUF, 216 p.

LANGENBACH M., CLIVAZ C., TUPPEN J., 2017, Diversification de l’offre touristique des stations de montagne : approche croisée des processus de diversification par les sports outdoor en Suisse et en France, Juristourisme, 198, p. 37-41.

LAZZAROTTI O., 2000, Patrimoine et tourisme. Un couple de la mondialisation, Mappemonde, 2000/1, 57, URL : http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M100/Lazzarotti.pdf

LE BRETON D., 2012, Marcher : Éloge des chemins et de la lenteur, Paris, Métailié, 177 p.

LUSSAULT M., 2003, Article « Coprésence », in LEVY J., LUSSAULT M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace de sociétés, Paris, Belin, p. 211-213.

LUSSAULT M., 2007, L’homme spatial, la construction sociale de l’espace humain. Paris, Le Seuil, 400 p.

MARCOU G., 2015, Les enjeux de la réforme territoriale, Revue française d’administration publique, 2015/4, n° 156, p. 883-886.

MATHIS C.-F., MOUHOT J.-F., 2015, Une protection de la Nature et de l’Environnement à la Française ? XIXe et XXe siècles, Ceyzérieu, éditions Champ Vallon, 339 p.

MEUR-FÉREC C., 2007, Entre surfréquentation et sanctuarisation des espaces littoraux de nature, L’Espace Géographique, 2007/1, tome 36, p. 41-50.

MOUNET J.-P., 2007, La gestion environnementale des sports de nature : entre laisser-faire, autorité et concertation, Développement durable et territoires, URL : http://developpementdurable.revues.org/document3817.html.

OUELLET A., 2019, La petite ville touristique : espace de cohabitation ou espace en temps partagé ? Espace Populations Sociétés, n° 1, URL : https://journals.openedition.org/eps/8647.

PIRIOU J., RECH Y., CLIVAZ C., 2020, Gestion du sentier littoral par les EPCI. Juristourisme, n° 234, 10/2020, p. 23-26.

PONSERO A., VIDAL J., ALLAIN J., 2003, Plan de gestion de la réserve naturelle de la baie de Saint-Brieuc - 2004-2008 - Description et évaluation du patrimoine naturel de la baie de Saint-Brieuc, Réserve Naturelle de la baie de Saint-Brieuc, 98 p.

POUPEAU F.-M., 2017, Analyser la gouvernance multi-niveaux, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 262 p.

PRIEUR L., 2012, L’accès au rivage, Revue juridique de l’Environnement, Hors-Série, p. 93-103.

REY-VALETTE H., SAUBOUA P., ANDRÉ C., SCHAUNER G., 2016, La gouvernance des territoires littoraux face aux enjeux de la relocalisation des biens et des activités en réponse à la montée du niveau de la mer, Revue canadienne des sciences régionales, n° 39 1/3, p. 61-67.

ROSA H., 2010, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 480 p.

ROSA H., 2018, Résonance. Une sociologie de la relation au monde, Paris, La Découverte, 536 p.

SACAREAU I., 1997, Sentiers de trekking et activités de portage au Népal, Strates, n° 9, [en ligne] DOI : https://doi.org/10.4000/strates.622

SYNDICAT MIXTE DU PAYS DE SAINT-BRIEUC, 2015, Schéma de Cohérence et d’Orientation Territoriale, Rapport de présentation approuvé par le Comité Syndical le 27 février 2015, Tome 1, démarche, articulation du SCOT, choix retenus, résumé non technique, 66 p.

STOCK M., COËFFÉ V., VIOLIER P., DUHAMEL P., 2020, Les enjeux contemporains du tourisme. Une approche géographique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 504 p.

STUMP S., 2007, Du bon usage de la randonnée, Revue d’histoire du XIXe siècle, 55, p. 189-205.

THIERY P., 2010, Les pratiques de marche : de la randonnée à la marche utilitaire, in DUJOL J.-B. (éd.), La pratique des activités physiques et sportives en France, Paris, Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, INSEP, p. 33-49.

TOULIER B., 1993, L’architecture des bains de mer ; un patrimoine marginalisé, Revue de l’Art, 101, p. 29-40.

URBAIN J.-D., 1994, Sur la plage. Mœurs et coutumes balnéaires XIXe-XXe siècles, Lausanne, Payot, 374 p.

URRY J., 1990, The Tourist Gaze, leisure and travel in contemporary societies, London, Sage Publications Ltd, 180 p.

VILLE DE SAINT-QUAY PORTRIEUX, 2021, Falaises et GR 34 : opérations programmées, Saint-Quay Portrieux Magazine, n° 84, avril 2021, p. 7.

VLÈS V., 2019, Une transition touristique, énergétique et écologique, Urbanisme. Réinventer les stations de montagne, n° 411, p. 27-30.

VLÈS V., HATT E., 2019, Des stations de ski et d’alpinisme confrontées aux enjeux de la transition : changement énergétique et écologique, évolution touristique, requalification urbaine, in SPINDLER J., PEYPOCH N. (dir.), Le tourisme hivernal. Clé de succès et de développement pour les collectivités de montagne ? Paris, L’Harmattan, p. 177-198

VLÈS V., CLARIMONT S., Impacts des mesures de préservation des sites naturels exceptionnels, Rapport final de recherche PUCA, CERTOP UMR 5044, PASSAGES UMR 5319, février 2017, URL : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01500485v1

Haut de page

Notes

1 Au total, nous avons réalisé 11 entretiens semi-directifs, d’une durée moyenne d’une heure trente, sur une période d’enquête se déployant d’octobre 2017 à janvier 2020. Nous avons rencontré différentes catégories d’acteurs : élus, techniciens et chargés de missions des collectivités, Office de tourisme, services de l’État, gestionnaires d’espaces protégés, associations (sportives, environnementales, d’aménagement, de riverains).

2 Cette recherche intègre le programme de recherche IMTERPED (Impacts territoriaux des pratiques pédestres sur le littoral) financé par la Fondation de France (2016-2020)

3 Conseil National de l’Information Géographique, Commission nationale de toponymie Les côtes françaises, étude du 12 février 2007, [http://cnig.gouv.fr/wp-content/uploads/2015/03/CNT-site-c%C3%B4tes-de-France.pdf].

4 Collectif, Documents d’objectifs des sites Natura 2000, Baie d’Yffiniac, anse de Morieux, Baie de Saint-Brieuc, Îles du Grand Pourier et du Verdelet, 2009, p. 50

5 Gonidec, Marion, « Bretagne. Les caps Fréhel et d’Erquy, Grand Site de France : ce qu’apporte ce label », Ouest-France.fr, mis en ligne le 11.10.2019, consulté le 01.06.2021, [https://www.ouest-france.fr/bretagne/bretagne-les-caps-frehel-et-d-erquy-grand-site-de-france-ce-qu-apporte-ce-label-6560873].

6 Terme qualifiant une affection marquée et sensible aux actions responsables sur le littoral employé par le Conservatoire du Littoral lors de son 40e anniversaire en 2015.

7 Les intercommunalités agissent en tant que gestionnaires des propriétés du département et du Conservatoire. (Conservatoire du littoral, 2015, Stratégie d’intervention 2015 - 2050 – Rivages de Bretagne Pays de la Loire - Baie de Saint-Brieuc, Caps d’Erquy - Fréhel, 2015, p. 10-11).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le sentier du littoral (GR 34) le long de la baie de Saint-Brieuc
Crédits Conception : Alban Le Pape, 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17837/img-1.png
Fichier image/png, 581k
Titre Figure 2 : Sentier du littoral à la pointe de Plouha
Crédits Source : Auteurs, mai 2018
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17837/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Titre Figure 3 : Sentier aménagé sur le cap d’Erquy, espace naturel sensible du département des Côtes d’Armor
Crédits Source : Auteurs, mai 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17837/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Piriou, « Le sentier du littoral : une trace linéaire de l’adaptation des territoires touristiques », Géocarrefour [En ligne], 95/2 | 2021, mis en ligne le 03 juin 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17837 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.17837

Haut de page

Auteur

Jérôme Piriou

Professeur-associé en géographie et management du tourisme Excelia Business School, Centre de Recherche en Management en Intelligence et Innovations Managériales, Chercheur-associé ESO-Angers (UMR 6590 CNRS) piriouj@excelia-group.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search