Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96/2ArticlesPolitical ecology, écologie polit...

Articles

Political ecology, écologie politique, ecología política : les faux amis

Political ecology, 'écologie politique', ecología política: false Friends
political ecology, écologie politique o ecología política: los amigos falsos
Ana González Besteiro

Résumés

L’emploi des termes political ecology, écologie politique ou ecología política suscite des difficultés linguistiques de traduction mais aussi des questions liées au contenu épistémologique de chaque formulation. Cet article essaie d’élucider quels sont les principes qui guident les pratiques des chercheurs travaillant dans ces perspectives au sein des différentes communautés linguistiques. Si les trois formulations ont en commun une approche critique pour évaluer les relations de pouvoir qui façonnent les interactions entre société et nature, il n’en reste pas moins que les pratiques de recherche, forcément situées dans des contextes historiques, sociaux, politiques et institutionnels particuliers, sont fortement hétérogènes, notamment en ce qui concerne le positionnement et l’engagement politique du chercheur.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La présente contribution naît du constat de l’existence de malentendus répétés trouvés à l’occasion de mon travail doctoral sur les conflits liés à l’eau dans deux terrains hispanophones, l’Espagne et le Mexique (González-Besteiro, 2020). J’avais choisi, pour encadrer ma recherche dans l’interface eau-société-discours-pouvoir, d’emprunter quelques principes et méthodes de l’approche de la political ecology en France.

2En mobilisant la littérature scientifique en français, anglais et espagnol, j’ai remarqué que l’emploi de ce terme dans ces trois langues ne correspond pas à des communautés épistémiques équivalentes et renvoie à des cadres de réflexion différents, sans que des explications sur chaque cadrage soient généralement explicitées. Outre cette ambiguïté terminologique, on peut signaler le souhait de certains chercheurs de traduire dans leur langue d’origine le terme pour contrebalancer l’hégémonie de l’anglais dans les écrits scientifiques, mais, ceci ne fait que contribuer à augmenter l’équivoque.

3Entre le choix de traduction du terme et les différences d’approche de chaque communauté linguistique, il devient alors difficile de situer de quelle tendance relève chaque étude adscrite à ce champ. Les nuances théoriques et méthodologiques sont rarement mises en avant par les auteurs, pour qui, il s’agirait d’une même et unique approche internationalement référée, mais celle-ci, en réalité, est constituée de champs d’étude différents sous le même nom (Martin et Larsimont, 2014 ; Loftus, 2019). En aucun cas la political ecology ne parle à l’unisson (Kim et al., 2012a) et on constate l’existence de diverses écologies politiques régionales (Leff, 2017).

4Face au nombre croissant de chercheurs qui explorent les rapports société-nature avec un regard politique (Blanc et al., 2017) et l’influence croissante de la political ecology dans les travaux de recherche de la nouvelle génération de chercheurs (doctorants) en sciences sociales de l’eau (Barone et al., 2019), comment peut-on s’y retrouver ? Comment exprimer le courant mobilisé lors de nos recherches lorsque les éditeurs de publications scientifiques non-anglophones souhaitent la traduction des termes dans leur langue ? Sommes-nous face à un cas de « faux amis » (Derocquigny et Koessler, [1928] 1964), voire à un contresens épistémologique ? Nous proposons dans cet article une relecture critique de ces différentes formes lexicales afin de rendre visibles leurs points communs et leurs différences et d’engager un débat.

5La discussion que nous proposons se structure autour de trois parties. Dans la première, nous revenons sur la place du politique dans les études géographiques des relations société-nature-eau à l’origine de ces courants. Ensuite nous passons en revue les principes théoriques et méthodologiques rencontrés dans la littérature scientifique auxquels se rattachent la political ecology, l’écologie politique ou l’ecología política. Dans la troisième partie, nous tentons de contextualiser chacune des trois formes langagières en lien avec des sensibilités et engagements politiques divergents selon les régions langagières.

La place du politique dans les études des relations société-nature-eau en géographie

6En France, la décennie 2010 a été marquée par plusieurs publications qui ont essayé à la fois d’impulser un débat en vue d’un renouvellement des socles classiques de la géographie et une lecture politique des « relations de pouvoir qui sous-tendent quasiment tous les problèmes environnementaux » (Kill et Batterbury, 2017, p. 138). Il s’agit notamment des écrits concernant les approches de la political ecology (en anglais) (Gautier et Benjaminsen, 2012), du déplacement paradigmatique d’une géographie de l’environnement à une géographie environnementale (Chartier et Rodary, 2016), de la proposition d’une géographie politique de l’environnement qui devrait constituer, selon Laslaz (2017), un champ sous-disciplinaire de la géographie à part entière, ou encore du constat que l’intention de doter la géographie d’une approche politique de la question environnementale n’est pas tout à fait nouvelle en France (Blot et González-Besteiro, 2017).

7Le débat sur la « géographie du pouvoir » en lien avec l’environnement est actuellement largement développé par la géographie anglophone, au point que la political ecology est devenue, dans cette communauté linguistique, un courant dominant (Kill et Batterbury, 2016). En France, le débat a été un peu plus tardif et il se trouve en plein essor. Si la political ecology est « devenue à la mode aussi en France » (Kill et Batterbury, 2017, p. 137), les discussions tournent autour de la dotation d’un contexte spécifique français pour produire une approche à caractère global (Chartier et Rodary, 2015). Dans le cas hispanophone, il convient de faire la distinction entre la géographie espagnole et celle pratiquée en Amérique Latine. Si la géographie en Espagne est encore loin de s’emparer des discussions agitant les communautés scientifiques anglophones et francophones et si les quelques auteurs qui mobilisent des approches intitulées ecología política le font à partir de bases empruntées à l’économie écologique (Martínez Alier, 2011), ce n’est pas du tout le cas de l’Amérique Latine. Dans cette région du monde, des géographes, parmi d’autres sciences sociales, développent activement une approche d’ecología política portant la marque latino-américaine, intimement liée à la pensée critique de cette région (Alimonda, 2017).

8En France, les échanges entre géographes à propos de ce courant sont actuellement dynamiques et fructueux. Pour ces chercheurs, la géographie sociale ne peut pas se situer à l’avant-garde des questions environnementales en se cantonnant dans sa tradition apolitique vidalienne de simples descriptions des paysages régionaux. Ils invitent la discipline à ne pas laisser passer, encore une fois, le train des études nature-société comme cela est déjà arrivé par le passé, et à prendre à bras-le-corps les postulats qui supposent que la société et la nature ne sont pas deux objets distincts mais qu’ils sont le fruit d’une hybridation. Pour ce faire, le recours à la political ecology anglophone constitue un socle pour faire émerger une géographie dans laquelle les analyses politiques et les relations de pouvoir auraient une place privilégiée (Chartier et Rodary, 2016). Comme l’affirment Morange et Calbérac (2012, p. 3), « critiques mais pas nécessairement radicaux, les géographes contemporains en France se caractérisent par un net pluralisme idéologique et un foisonnement d’approches méthodologiques et théoriques ».

9Pour appréhender l’eau, deux notions issues de l’approche de la political ecology (Swyngedouw, 1999, 2004) ont fait irruption avec force depuis les années 2010. Il s’agit du cycle hydrosocial et du waterscape. Si la première a été construite en opposition au cycle hydrologique conventionnel pour analyser la nature socio-écologique de l’eau (Linton, 2010 ; Blanchon et Graefe, 2012 ; Budds, 2012), la seconde met en évidence le caractère hybride des paysages de l’eau et s’oppose à la rupture ontologique entre société et nature (Blanchon et Graefe, 2012 ; Molle, 2012). Le principal apport de la political ecology aux études sur l’eau est d’avoir confronté les sciences sociales (et principalement, la géographie) à la matérialité de l’eau, ce qui permet de s’interroger sur le caractère politique et social de la manière de la quantifier (Fernandez, 2014 ; Bouleau, 2017).

Le constat d’une ambiguïté terminologique

10Ces dernières années, l’adoption, de la political ecology anglophone par des géographes et autres disciplines sociales de l’eau met en débat la question de la traduction - ou non - du terme anglais. Utiliser une notion en langue anglaise peut être considéré incommode et injustifié alors qu’il existe des termes équivalents en français (Bouleau, 2017, p. 226) ou en espagnol. Ce n’est pourtant pas aussi simple, dans la mesure où la traduction renvoie à des terminologies déjà en usage, ce qui peut mener à des dérives sémantiques et s’avérer un obstacle à l’interprétation des cadres théoriques et des positionnements retenus par les chercheurs. Ainsi, les traductions de political ecology en français ou en espagnol renvoient à des cadres de réflexion différents ou, a minima, suscitent des ambiguïtés terminologiques qui ouvrent la porte à des confusions épistémologiques.

11Plusieurs auteurs francophones font le choix de maintenir l’expression en anglais « pas comme un choix de coquetterie, mais parce qu’elle est difficilement traduisible en français car l’expression « écologie politique » recouvre une autre réalité » (Gautier et Benjaminsen, 2012, p. 6). Il faut ajouter que l’écologie politique en France est plutôt structurée autour de la philosophie et de l’éthique environnementale (Hache, 2012 ; Pierron, 2017), avec un penchant vers l’action politique, tandis que la political ecology est principalement adossée à la géographie et à l’anthropologie dans le monde anglophone et/ou français (Laslaz, 2017, p. 5) et l’ecología política se rattache à l’économie écologique dans le contexte espagnol (Martínez Allier, 2011) et, plus généralement, aux sciences sociales et politiques critiques en Amérique Latine (Leff, 2015).

12Pour éviter l’utilisation d’anglicismes ou pour la doter des particularités propres aux relations sociétés-nature en France, certains chercheurs acquis à la political ecology décident de traduire la formule en français alors que d’autres, partageant les mêmes idées et cadres épistémologiques, s’y refusent, ce qui donne un certain sentiment de désordre et de confusion. C’est le cas, par exemple, des ouvrages collectifs comme ceux dirigés par Chartier et Rodary (2016, p. 23) ou par Pierron (2017) dans lesquels des géographes, des philosophes ou des anthropologues (dans le second) s’inscrivent dans l’écologie politique (en français) alors que d’autres préfèrent conserver l’expression en anglais dans leurs contributions, comme celle de Blanchon (2016), sous le chapeau d’un titre d’ouvrage en français. Parfois, on retrouve dans le titre de l’article la traduction française tandis que, dans le corpus, l’expression est laissée en anglais (voir, par exemple, Renou, 2016). D’autres manières de traiter le sujet semblent être plus éclairantes, comme celle retenue par Molle (2011, p. 19) qui utilise le terme « écologie politique » en français dans son texte, mais qui rappelle au lecteur en note infra-paginale qu’il l’utilise « dans le sens anglo-saxon, le courant de géographie critique de la political ecology, et non dans son sens français de courant politique vert ».

13La situation n’est pas moins confuse dès que le terme est utilisé en espagnol. Sous la bannière de l’ecología política, nous retrouvons en Espagne des écrits issus de l’économie écologique, comme ceux de l’économiste Martínez Alier (2011) ou du géographe Del Moral (2015), tandis qu’en Amerique Latine nous retrouvons une ecología política qui se définit en continuité avec la pensée critique de cette région (Alimonda, 2017). Pour pallier la confusion ou, peut-être, pour en créer davantage, il y a des cas de traduction qui s’avèrent paradigmatiques. Ainsi, dans la quatrième de couverture de la réédition de l’ouvrage en français « Pour une géographie du pouvoir » de Claude Raffestin, publié par l’ENS de Lyon en 2019, on peut lire « il ouvre des pistes vers une écologie politique alors inédite » tandis que la traduction en espagnol du même ouvrage publiée en 2015 propose dans le même paragraphe pour sa quatrième de couverture le terme « geografía política » au lieu d’« ecología política ».

14Dans cet exemple, on pourrait se demander pourquoi l’éditeur de la réédition française a choisi le terme « écologie politique » au lieu de « géographie politique » comme dans l’édition en espagnol, ou encore de « political ecology » ? Pour sa proximité au terme « géopolitique » qui en France recouvre une autre perspective ? Pour ne pas être accusé d’anglophilie ? Pourquoi l’éditeur en espagnol n’a-t-il pas traduit le terme comme « ecología política » ? Peut-être pour distinguer les propos de Raffestin de ceux, plus éloignés, du courant latino-américain de l’écologia política ? Nous ne pouvons pas savoir avec certitude quelles ont été les motivations des choix éditoriaux, mais il n’en reste pas moins que la confusion reste à l’ordre du jour et qu’auteurs et éditeurs passent sous silence cette ambiguïté. Nous illustrerons dans les lignes qui suivent les différences fondamentales parmi les trois formes idiomatiques, en prenant en compte que, même si toutes les trois renferment une composante de dénonciation des injustices environnementales, la political ecology relève plutôt du monde académique, l’écologie politique se situe dans le champ de l’action des partis politiques verts et l’ecología política affiche une claire articulation entre intellectualité et compromis politique.

La political ecology, une communauté scientifique de pratiques

15Denis Gautier et Tor Arve Benjaminsen ont dressé une présentation synthétique en 2012 de la communauté de pratiques des chercheurs qui se revendiquent political ecologists. Leur ouvrage, écrit en français, « Environnement, discours et pouvoir » présente un recueil de travaux, localisés surtout dans les pays du Sud, soulignant ainsi l’intérêt de cette approche pour considérer la dimension politique des rapports société-nature.

16La political ecology a traversé deux vagues, la première des années 1970 aux années 2000, construite en opposition au déterminisme de l’écologie culturelle (Robbins, 2011) et d’inspiration marxiste, qui mettait l’accent sur les inégalités d’accès aux ressources des populations les plus démunies et vulnérables (Blaikie, 1985). Une seconde vague a émergé après les travaux de Forsyth (2003), celle-ci plus ciblée sur le rôle des discours, des représentations sociales et des pratiques dans la formation des relations de pouvoir autour de la nature. Ce nouvel essor devient un courant dominant de la géographie anglophone (Kill et Batterbury, 2016) qui revendique son caractère scientifique.

17Pour l’approche de la political ecology récente, le pouvoir est considéré comme une multiplicité de rapports de force liés aux savoirs. Il est consubstantiel à toute relation et joue un rôle essentiel dans la production de la vérité. Les political ecologists, on l’aura remarqué, se réfèrent explicitement à l’acceptation foucaldienne du pouvoir et analysent les jeux de pouvoir autour des enjeux environnementaux en partant du postulat que le pouvoir circule de multiples manières et passe d’une échelle à une autre.

18La political ecology s’attache à l’analyse de la forme de la connaissance et à la façon dont sont produites ces connaissances, en soulignant la dimension politique des relations dialectiques humains - non humains. Pour cette communauté de pratiques, il est donc nécessaire de situer les relations historiques, géographiques ou sociales autour d’un produit socio-naturel (Swyngedouw, 2004, p. 22) comme, par exemple, l’eau, assimilée à un hybride dans un perpétuel changement. Pour Mathevet et Couespel (2012, p. 79), la perspective historique exerce une influence sur nos représentations et les conflits d’aujourd’hui seraient une réponse à ceux d’hier. Chercher les origines des conflits dans le passé remet en question des pratiques actuelles qui sont bien ancrées et dont la political ecology contribue à dévoiler les origines.

19Le point de départ des études en political ecology est l’identification de situations paradoxales, de contradictions qui « imposent des mystères fascinants qui méritent une enquête socio-écologique » (Robbins, 2012, p. 30). Cela conduit ces praticiens à déconstruire des explications jugées trop naturalisantes qui invoquent exclusivement des phénomènes physiques ou biologiques pour expliquer les faits observés (Kill et Batterbury, 2017). « D’une façon générale, la political ecology conteste l’idée que la dégradation environnementale puisse être appréhendée uniquement par une approche objective relevant des domaines de la science et de la technique (Gautier et Benjaminsen, 2012b, p. 9).

20Une des originalités de la political ecology est de prendre au sérieux les contributions des sciences naturelles tout en questionnant l’histoire, les idéologies et les relations de pouvoir cachées derrière ces sciences. La political ecology émet de cette manière, simultanément, des affirmations sur l’état de la nature et des affirmations sur les affirmations sur l’état de la nature (Robbins, 2011, p. 232). Cette double affiliation de la political ecology au réalisme et au constructivisme lui confère une certaine instabilité et lui attire des critiques (Walker, 2005, 2007 ; Robbins, 2012) mais ce dualisme est considéré comme indispensable pour éviter des récupérations politiques sur l’idée d’un environnement uniquement construit par la société au lieu d’être le résultat d’une coproduction.

21Les deux fondements méthodologiques de la political ecology font référence aux discours et aux échelles spatiales. Le premier fondement méthodologique repose sur une attention particulière aux analyses des discours (Gautier et Benjaminsen, 2012) et à la manière dont les récits sont racontés ou parfois passés sous silence. La political ecology s’interroge sur comment ces discours ont de l’effet sur les objets qu’ils construisent. Le second concerne les unités d’étude employées : malgré l’aspect en partie réaliste de ce type d’études, la political ecology considère que les limites dites physiques ou naturelles méritent d’être revisitées. Elle va surtout centrer son intérêt sur l’expression des interactions des sociétés et leur environnement dans un même espace qui va évoluer dans le temps.

22Finalement, la political ecology fait ce que d’autres disciplines ne font pas : elle établit des connexions qui, en dépit de leur évidence, ne sont pas intrinsèquement liées dans la pensée. Pour ces chercheurs, les discours officiels répondent à un choix épistémologique et politique qui passe par la connaissance déjà cumulée. Sa déconstruction puis reconstruction dans un récit parallèle et perturbateur permet de voir les choses autrement, non seulement pour la recherche qui analyse de manière symétrique les discours de ceux qui ont le pouvoir et de ceux qui ne l’ont pas, mais aussi pour les programmes politiques qui auront le choix d’emprunter un nouveau scénario pour se désolidariser de leur trajectoire actuelle (Robbins, 2012, p. 30). Cela permet à Peluso (2012, p. 59) d’affirmer que les récits de la political ecology peuvent avoir plus d’une fin. Pour Robbins (2012, p. 33) « le pouvoir de la political ecology, comme l’espèrent ceux qui la produisent, tient au fait qu’il serait difficile de faire les choses de la même façon après avoir été immergé dans ses textes ».

L’écologie politique, une participation à l’arène politique

23En France, on entend généralement par écologie politique une force politique qui critique la société productiviste et le gaspillage des ressources naturelles et qui se manifeste par la participation dans la vie publique et démocratique de partis verts ou écologistes. Elle possède un socle éminemment politique qui, dans ses pratiques, n’a pas de liens particuliers avec la recherche scientifique même si elle se nourrit d’une riche pensée philosophique qui, depuis les années 1970, lui fournit des assises théoriques.

24Lorsque la philosophie a commencé à questionner les rapports nature-culture, plusieurs figures essentielles ont nourri l’activisme vert. André Gorz est considéré comme l’un des pionniers de l’écologie politique. Ses audacieuses prises de position politiques et économiques, ainsi que la radicalité de ses analyses de la société capitaliste, l’on amené à défendre « une autre » vision de l’humanité. Celle-ci doit se formuler au travers de catégories de pensée alternatives, comme celle du « monde vécu » ou « la norme du suffisant », qui devraient être incorporées au programme politique. Robert Hainard a défendu un naturalisme conservateur qui opposait nature à culture et qui a donné une assise théorique et philosophique aux écologistes « les plus pugnaces politiquement » (Jacob, 2012, p. 33). Serge Moscovici pour qui, l’homme « produit le milieu qui l’entoure et prône un naturalisme subversif » (Jacob, 2012, p. 35) est allé jusqu’à s’engager politiquement au sein du réseau écologiste « Les Amis de la Terre ». Enfin, Bernard Charbonneau, qui a mené, lui aussi, une réflexion sur les rapports nature-culture, est souvent associé à l’« anarchiste-chrétien » Jacques Ellul. Sa réflexion, marchant sur les pas de Jean-Jacques Rousseau, se centre sur la liberté de l’homme et surtout sur le rôle de la nature pour y contribuer (Jacob, 2012, p. 38-39). Son ruralisme libertaire influence un bon nombre de politiciens verts comme José Bové. Aujourd’hui, objecteurs de croissance et anarchistes redécouvrent son œuvre.

25Nourrie par ces réflexions philosophiques, la naissance de l’écologie politique en France est fixée à 1974, année marquée par la première candidature écologiste à l’élection présidentielle portée par l’agronome René Dumont. Après cette première tentative, le courant écologiste s’institutionnalise et fonde le Mouvement Écologiste Politique (MEP) en 1979, influencé par les thèses philosophiques de Hainard, puis le parti Les Verts lui succède en 1984. En 1988 l’écologisme essaie de s’émanciper de son ancrage à gauche, ce qui suscite des tensions dans le parti mais qui semble être soutenu par l’opinion publique, comme l’atteste le bon résultat de son mouvement aux élections européennes de 1989. En 2010, naît Europe Écologie-Les Verts (EELV), de la fusion des Verts et du Mouvement Europe Ecologie, créé en 2009 pour les élections européennes.

26Pour ces politiciens verts ou écologistes politiques, la politique doit non seulement se concevoir différemment, mais aussi s’appliquer selon d’autres règles. Ces écologistes sont héritiers d’une conception des rapports politiques influencée par Mai 68 où les causes féministes, environnementalistes, antimilitaristes ou tiers-mondistes ont marqué les approches au fait politique. Leurs approches ont été nourries par les réflexions du Club de Rome à la fin des années 1960 et par le rapport Meadows en 1972. Selon Vrignon (2017), l’écologie politique apparaît à un moment d’essoufflement du mouvement de 1968 et de l’utopie communiste. L’utopie écologiste prend le relais pour beaucoup de militants issus notamment du monde associatif : c’est désormais là qu’il faut être pour transformer la société.

L’ecología política, en relais de la pensée critique latino-américaine

27La pensée critique latino-américaine émerge, selon les auteurs, soit pendant le processus d’indépendance de l’Amérique Latine, soit à partir de la révolution cubaine. Elle se traduit par une quête perpétuelle de l’identité latino-américaine (Alimonda, 2017). Cette pensée, à partir d’une lecture resignifiée des principes du marxisme et de la doctrine sociale de l’Église catholique, a produit une expression inédite propre à cette région, sans équivalence avec les élaborations faites dans d’autres régions géopolitiques de la connaissance (Alimonda, 2016). Il faut chercher dans ces énonciations spécifiques à l’Amérique Latine, jusqu’à la fin des années 1980, l’origine de l’actuel mouvement d’ecología política qui a récupéré cette tradition pour continuer à penser la région depuis un « lieu d’énonciation » propre (Alimonda, 2017).

28Dans cette continuité, l’ecología politica a configuré depuis les années 1990 une perspective bien différenciée pour traiter les relations société-nature « en » et « pour » l’Amérique Latine, un territoire unique où les empreintes indélébiles de la période coloniale et le brassage de cultures occidentales et indigènes qui cohabitent et partagent une même histoire et spatialité depuis l’indépendance, continuent à se manifester par des luttes et conflits. Il s’agit donc d’un positionnement éthique, politique et épistémologique traversé par l’expérience et le « trauma catastrophique de la conquête européenne et l’intégration de la région en position subordonnée et coloniale dans le système international » (Alimonda, 2017, p. 41). Dans ce même esprit, il s’est développé au début du XXIe siècle un réseau multidisciplinaire d’intellectuels autour de l’axe modernité/colonialité qu’interprète la colonialité (logique culturelle du colonialisme qui persiste encore en Amérique Latine), comme le revers de la médaille de la modernité, et qui postule une perspective décoloniale qui situe la discussion dans les relations de pouvoir qui s’installent lors de la conquête en 1492 (voir par exemple, Walsh et al., 2006 ; Castro-Gómez et Grosfoguel, 2007).

29L’ecología politica enracinée dans les disciplines sociales compte, parmi les précurseurs les plus emblématiques, le politologue Hector Alimonda, fondateur et coordinateur du Grupo de Trabajo en Ecología Política du CLACSO (Conseil Latino-américain de Sciences Sociales) depuis 2000 jusqu’à son décès en 2017 (Alimonda, 2017), le sociologue Boaventura de Sousa Santos, auteur de l’ouvrage « Epistemologías del Sur » (De Sousa Santos, 2018), son collègue, l’anthropologue Arturo Escobar (Escobar, 2016), et l’économiste Enrique Leff (Leff, 2015). À ceci s’ajoute une autre branche de l’ecología política issue de l’économie écologique. Elle rencontre ses ambassadeurs les plus représentatifs dans les figures de l’économiste espagnol Joan Martínez Alier (Martínez Alier, 2008, 2011) ou des écologues comme Manuel Toledo (González de Molina et Toledo, 2014). Ils convergent dans des approches hybrides qu’ils nomment indistinctement economía ecológica ou ecología política.

30Ces auteurs, parmi d’autres, prônent « une articulation entre l’intellectualité et l’engagement politique » (Escobar, 2017, p. 51). En effet, dès son émergence, l’ecología política a été en constant échange et rétroaction avec les luttes et mouvements sociaux qui critiquent les modèles de développement hégémoniques et capitalistes focalisés sur le saccage et la dévastation socio-environnementale de l’Amérique Latine (Toro Pérez et Martín, 2017). C’est pour cela qu’Alimonda (2017, p. 40) affirme que « l’ecología política en Amérique Latine n’est pas tant une spécialisation universitaire dans les départements de géographie ou anthropologie [comme c’est le cas pour la political ecology anglophone] qu'un champ de pensée propre de portée internationale dont les auteurs sont très attachés à l’activisme environnemental ».

31C’est ainsi que le défi principal de l’ecología política est la légitimation des connaissances de base territoriales, particulièrement celles des peuples indigènes et des paysans (Toro Pérez et Martín, 2017) et l’accompagnement de l’écologisme populaire. De Sousa Santos (2018) prône par exemple la récupération des « réalités surprenantes qui ont été ignorées et invisibilisées par la tradition eurocentrique » (De Sousa Santos, 2018, p. 26). Pour cela, il propose une sociologie des émergences pour enrayer la sociologie des absences du monde occidental capitaliste et hégémonique qui est en train de détruire des mondes relationnels des pays du Sud. L’ecología política latino-américaine interprète les luttes territoriales comme des luttes ontologiques qui défendent des mondes différents pour des formes d’existence différentes. Dans ce cadre naît la notion du buen vivir (bon vivre) comme la revendication première des peuples indigènes et pauvres dominés qui défendent leur territoire et leur nature en tant qu’espace de vie propre, la pacha mama (la terre-mère).

32On peut distinguer deux approches méthodologiques dans le développement de l’ecología política qui méritent d’être détaillées. La première, issue de l’économie écologique, représente une branche positiviste et quantitative qui mobilise des indicateurs de durabilité, comme l’empreinte écologique ou les services écosystémiques pour quantifier les inégalités écologiques (Martinez Alier, 2008). Cette approche examine l’économie des ressources naturelles en termes de « métabolisme social » et tente de corriger les comptabilités macro-économiques. La seconde, de base constructiviste et qualitative, examine les relations de pouvoir en tant que moteur de la production de connaissance, discours et représentations de la nature et son objectif est celui de réécrire l’histoire de l’Amérique Latine à partir de la reconstruction des relations société-culture-nature (Toro Pérez et Martín, 2017).

33Les deux variantes accompagnent la conflictualité environnementale croissante dans la région et font de ces conflits leur objet d’étude principal (voir par exemple, Alimonda, 2016 ; Martínez Alier, 2021). Dans un article récent, les géographes Bayon Jiménez et al. (2021) constatent et dénoncent la façon dont cette « conflictophilie » prévaut comme seul scénario d’analyse et d’action, autant pour l’ecología política que pour l’économie écologique, ce qui semble s’inscrire, pour ces auteurs, dans un scénario maintes fois répété. En dépit de l’intérêt de l’étude des « conflits écologiques distributifs » (Martinez Alier, 2011, p. 37), cette dynamique provoque une narration limitante qui fixe les acteurs à l’instant du conflit et à une échelle locale. L’image générée est donc considérée d’essence statique (Albet et Benach, 2012). Elle favorise les notions de « nature sauvage », sans histoire humaine (Lyall, 2021), et perpétue le mythe du « bon sauvage » devenu désormais le « natif écologique » qui reproduit des rapports de force similaires à ceux du processus colonial (Ulloa, 2004).

34Malgré la forte présence de la « conflictophilie », encore aujourd’hui, plusieurs propositions récentes mobilisent l’ecología politica d’Amerique Latine au-delà des cas archétypiques des conflits environnementaux de la région. Bayon Jiménez et al. (2021) citent par exemple les travaux de Warnaars et van Teijlingen (2017), Carreño et Díaz Hurtado (2018), Romero-Toledo (2019), Berman-Arévalo et Ojeda (2020), Lalander et al. (2020) et Lyall, 2021. Ces anthropologues et géographes questionnent les catégories figées d’acteurs indigènes et paysans et déstabilisent les récits de ces communautés en lutte et mettant l’accent sur la diversité et l’ambiguïté de leurs positions. Dans leurs analyses, ils prennent en compte aussi bien les femmes (écoféminisme) que les espaces et pratiques ordinaires, pour permettre l’émergence de leur richesse et spécificité historique au-delà du rôle de résistants/combattants auquel ils sont cantonnés par la « conflictophilie ».

35Face à cette effervescence de l’écología política en Amérique Latine, l’Espagne reste en retrait (Marcellesi, 2019) et, dans le vocable en espagnol, on trouve aussi bien les actions du mouvement politique vert (encore très faible et assimilable à l’écologie politique française) que des approches académiques issues de l’économie écologique comme nous l'avons mentionné plus haut avec un champ de recherche axé principalement en Amérique Latine et plus généralement dans les pays du Sud.

Contextes linguistico-régionales versus engagements politiques des chercheurs

36La diversité de ces déclinaisons linguistiques et/ou épistémologiques démontre l’inquiétude des géographes, sociologues, anthropologues, économistes… dès lors qu’il s’agit d’étudier les relations société-nature et d’incorporer la dimension politique dans leurs recherches. Il est aussi important de noter que, dans cette diversité de regards, certains affichent un engagement politique et militant plus affirmé que d’autres.

37La political ecology possède une reconnaissance institutionnelle dans le monde de la géographie anglosaxonne (Chartier et Rodary, 2015) et « a permis de remodeler un noyau de recherche sur les relations société-nature » (Kill et Batterbury, 2017, p. 129). L’ecología política hispanophone et, plus particulièrement, celle pratiquée en Amérique Latine, suit sa propre voie, et ne remet pas en question ses pratiques d’engagement politique. En France, certaines voix prônent ce même engagement politique, mais, selon Chartier et Rodary (2015), la recherche dans ce pays n’est pas encore prête à l’assumer.

38C’est ainsi que deux pratiques de recherche axées sur l’engagement politique du chercheur se dessinent. Elles opposent ceux qui défendent une recherche en lien direct avec les populations déshéritées avec lesquelles ils s’engagent politiquement à travers un activisme sans complexes (ecología política) et ceux qui pratiquent une recherche qui vise à discerner les rapports de pouvoir particuliers à chaque terrain à partir des discours construits par les acteurs sur les objets hybrides socio-naturels (political ecology). Entre les deux, il n’existe pas vraiment de frontières définies mais plutôt des zones grises qui empruntent à l’une ou l’autre de ces pratiques, puisque toutes les deux affichent une intention de « changer le monde » (Peet et Watts, 2004 ; Robbins, 2011).

  • 1 « Vol de nuit » : un aller et retour rapide dans le terrain d’étude, puis des publications à répéti (...)

39Les premiers critiquent les seconds en les accusant de produire des connaissances « à partir de « séminaires de canapé » sur l’écologie et la politique dans des universités […] ce qui dénote un manque d’effort de la part de ces chercheurs » (Martínez Alier, 2011, p. 320), que Walker (2007, p 365) appelle plaisamment des « chercheurs fly-by-night »1. À l’inverse, les chercheurs moins engagés politiquement invitent à fournir un « véritable effort de réflexion sur ce que [leur engagement] implique » (Laslaz, 2017, p. 4).

40Pour Laslaz (2017, p. 11), l’engagement politique des chercheurs qui le pratiquent serait jugé trop marqué et il « biaise la liberté d’analyse, les angles d’attaque retenus et les questions posées ». Pour Centemeri et Renou (2017, p. 54), le militantisme et le positionnement à la frontière de la théorie et de l’action politique de l’ecología política nuit aux bases scientifiques de sa recherche et fait une simplification idéalisée des ontologies indigènes : « un monde divisé en diables européens et anges latino-américains […] en réduisant au buen vivir les luttes internes et l’exploitation qui subsistent à l’intérieur de ces sociétés fait une caricature irréelle » (Beluche, 2018, p. 6). Comme s’interroge Gintrac (2015, p. 59), « est-il question de dévoiler les mécanismes de domination cachés ou s’agit-il de partir de la critique des dominés eux-mêmes ? Centemeri et Renou (2017, p. 69) vont encore plus loin lorsqu’ils jugent que cette « vision dualiste de l’être humain sépare le sujet humain de l’objet nature » et que ceci s’oppose frontalement à l’approche affichée par la political ecology anglophone et francophone dans ses diverses modalités.

41En tout état de cause, ce qui ressort de ces discussions est la place accordée à l’engagement politique du chercheur : une posture positive pour les uns, pour qui l’éthique de l’ecología política les oblige à s’impliquer personnellement dans leurs sujets d’étude, ou négative pour les autres, pour qui l’affichage militant empêche les analyses rigoureuses des processus politiques du pouvoir et de l’organisation des relations société-nature en induisant des jugements normatifs.

42Pour comprendre ces deux postures opposées, il faut peut-être rechercher dans les représentations sociales de l’engagement politique de chaque communauté linguistique dans leurs propres contextes institutionnels, politiques et sociaux ainsi que leurs parcours historiques nationaux (Loftus, 2019). Ces contextes vont se traduire par des pratiques et traditions de recherche plus ou moins engagées politiquement. La marginalisation de la pensée marxiste sur les campus français dans les années 1980, au moment où la political ecology anglophone approfondissait les approches matérialistes historiques, a empêché le dialogue entre ces deux communautés linguistiques dans un premier moment (Gautier et Hautdidier, 2015) et a entraîné une certaine prudence académique sur le regard politique des questions environnementales (Chartier et Rodary, 2016, p. 19). Ces chercheurs en géographie française cherchent la sécurité institutionnelle de la « science » dans la political ecology anglo-américaine actuelle, plutôt que dans le travail « militant » de l’écologie politique à la française.

43En revanche, en Amérique Latine, l’affichage engagé actuel de l’ecología política (Healy et al., 2015 ; Temper et al., 2018) a un lien avec un héritage convaincu de la force de transformation sociale de la militance académique. Comme l'affirme Escobar (2017), la pensée critique latino-américaine n’est pas en crise, bien au contraire, elle est plus dynamique que jamais, ayant su unir la pensée de gauche latino-américaine, la pensée autonomique et la pensée de la Terre : « lutter d’en bas, par la gauche et avec la Terre » dit-il.

44Cet engagement de l’ecología política hispanophone est bien présent dans la revue “Ecología Política”, éditée en Espagne depuis 1991 et pionnière dans son champ avec une forte projection en Amérique Latine. Cette publication reflète, en effet, les débats autour des thèmes socio écologiques tels que les conflits environnementaux, l’écoféminisme, l’écosocialime et l’écofascisme, la décolonisation, l’indigénisation ou la décroissance où les auteurs défendent des positions claires dans la lutte contre l’injustice environnementale des sociétés plus vulnérables. Comme le signalent Healy et al. (2015), ce sont précisément les principes de l’ecología política engagée qui pourraient venir en aide aux chercheurs plus dépolitisés pour apporter un potentiel de transformation considérable à la construction d’un avenir plus durable.

45Dans cette diversité d’« écologies politiques » les chercheurs latino-américains ne sont pas les seuls qui revendiquent un engagement politique des chercheurs. Kim et al. (2012b, p. 36) et d’autres chercheurs locaux du Sud (Asie, Afrique), qualifient la political ecology de « citadelle anglo-américaine ». Ils revendiquent un regard différencié des problèmes environnementaux s’appuyant sur leur engagement actif et leur expérience militante auprès des communautés indigènes qui permettrait de construire des réalités alternatives à celles proposées par le regard hégémonique de la political ecology anglophone.

Conclusion

46La political ecology (et ses déclinations linguistiques) fait de toute évidence débat parmi les géographes. Ses défenseurs et ses détracteurs s’interrogent sur sa place actuelle et à venir dans la géographie française et sur la manière de la dénommer : faut-il conserver sa formulation en anglais ? Faire la traduction en français ? La remplacer par d’autres dénominations telles que géographie environnementale, géographie politique de l’environnement, etc. ? Pour sa part, la géographie hispanophone latino-américaine est claire sur la dénomination de ce courant en espagnol comme marque spécifique de la trajectoire historique de la région. Il n'en va pas de même pour la géographie espagnole qui commence à peine à débattre sur l’évolution d’une géographie humaine vers une géographie sociale et les questions politiques liées au pouvoir dans les relations société-nature n’ont pas encore trouvé tout à fait leur place dans le débat.

47Comme l'affirment Kim et al. (2012a, p. 34), « le domaine de l’écologie politique est l’une des réussites multidisciplinaires de la dernière génération […] en tant que projet critique s’efforçant d’évaluer les relations de pouvoir qui façonnent les interactions entre la société et la nature dans le monde entier ». En effet, toutes les versions, dans l'une ou l'autre langue, ont en commun le fait de se définir comme un domaine de recherche critique qui exige des perspectives sur des vérités inconfortables sur la gestion environnementale et montre la fragilité de connaissances jugées acquises depuis longtemps. Même si leurs grilles de lecture, leurs axes de recherche, les positionnements politiques des chercheurs et les épistémologies qui les sous-tendent sont loin de coïncider, il ne fait aucun doute que ces chercheurs sont dérangeants et possèdent une bonne dose d’un scepticisme indissociable de la réflexion scientifique (Robbins, 2012).

48Il reste la question de la langue, outil politique en lui-même pour créer du commun et outil écologique pour véhiculer ce qui tisse les sociétés et les espaces géographiques (Chartier et Rodary, 2015). La recherche actuelle dans le domaine de l’eau est si fertile en political ecology-écologie politique-ecología politica (et probablement encore dans d’autres langues que nous ne traitons pas dans cet écrit) qu’elle mérite une réflexion approfondie. Cette réflexion ne se limite évidemment pas à la question linguistique de la traduction, elle implique de traiter de ses implications par rapport aux questions épistémologiques qui la sous-tendent et pose la question de l’engagement politique des chercheurs dont les pratiques sont toujours situées dans des contextes sociaux, politiques et institutionnels différents. Comme l’observe García-Ramon (2003, p. 2) « la langue ne reflète pas seulement le monde extérieur, elle l’incarne aussi. Elle est bien plus qu’un outil de communication permettant d’échanger des idées, elle représente également un monde de pensée et un cadre d’expression de nos propres expériences et réalités ». Il est à noter également les « aspects spatio-historiques, articulatoires et dénaturalisants de la pratique de la traduction » (Kipfer et Hart, 2013, p. 323). La traduction doit s’inspirer des préoccupations linguistiques, mais aussi de la façon dont les connaissances et les pratiques voyagent (Loftus, 2019, p. 178).

49Au-delà des controverses entre chercheurs pour la désignation d’un terme consensuel de recherche qui ferait écho au politique et qui sortira les études sur l’eau des sphères techniques et gestionnaires traditionnelles, l’essentiel est qu’à travers des approches de la political ecology (ou d’autres dénominations encore à réinventer), les sciences sociales de l’eau d’aujourd’hui aient toute leur place dans un monde qui cherche des réponses aux défis posés par la gestion de l’eau dans sa multiplicité. Ceci vaut non seulement en termes de connaissance et réflexion scientifique sur les relations des sociétés avec les milieux aquatiques, mais aussi sur la mise en question de concepts jusque-là inamovibles comme la pénurie d’eau (Linton, 2004 ; Rivière-Honegger et Bravard, 2005 ; Fernandez, 2017) ou le bassin versant comme unité de gestion universelle (Ghiotti, 2007 ; Budds et Hinojosa, 2012 ; Del Moral, 2015). Prendre conscience de cette problématique peut déjà faire avancer des synergies et renforcer des disciplines sociales de l’eau à partir de ces nouveaux socles.

Haut de page

Bibliographie

ALBET A. et BENACH N., 2012, Doreen Massey. Un sentido global del lugar, Barcelona, Icaria, 312 p.

ALIMONDA H., 2016, Notas sobre la ecología política latinoamericana : arraigo, herencias, diálogos, Ecología Política, 51, p. 36-42, ISSN : 1130-637

ALIMONDA H., 2017, En clave del Sur : la ecología política latinoamericana y el pensamiento crítico, in ALIMONDA H., TORO PÉREZ C et MARTIN F. (coord.), Ecología política latinoamericana. Pensamiento crítico, diferencia latinoamericana y rearticulación epistémica CLACSO, Colección Grupos de Trabajo, Volumen 1, p. 33-49.

BARONE S., BLANCHON D. et DESTANDAU F., 2019, Un panorama de la jeune recherche en sciences humaines et sociales sur l’eau. Retour sur trois éditions des « Doctoriales en Sciences Sociales de l’Eau », Natures Sciences Sociétés, 3 (27), p. 336-341, DOI : 10.1051/nns/2019046

BAYON JIMÉNEZ M., van TEIJLINGEN K., ALVAREZ VELASCO S. et MOREANO VENEGAS M., 2021, Cuando los sujetos se mueven de su lugar : una interrogación al extractivismo y la movilidad en la ecología política latinoamericana, Revista de Geografía Norte Grande, 80, p. 103-127, DOI : 10.4067/S0718-34022021000300103

BELUCHE O., 2018, Epistemologías del Sur : aportes limitaciones y errores. Sin permiso.info, http://www.sinpermiso.info/printpdf/textos/epistemologias-del-sur-aportes-limitaciones-y-errores Consulté 12/07/2021.

BLAIKIE P., 1985, The political economy of soil erosion in developing countries, New York, Longman Scientific and Technical. 200 p.

BLANC G., DEMEULENAERE E. et FEUERHAHN W., 2017, Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Paris, Publications de la Sorbonne, 250 p.

BLANCHON D. et GRAEFE O., 2012, La radical political ecology de l’eau à Khartoum. Une approche théorique au-delà de l’étude de cas, L’Espace Géographique, 41, p. 35-50, DOI : 10.3917/eg.411.0035

BLANCHON D., 2016, Radical political ecology et water studies. Quels apports pour la géographie de l’environnement en France ? in CHARTIER D. et RODARY E. (dir.) Manifeste pour une géographie environnementale, Paris, Presses de Sciences Po, p. 260-278.

BLOT F. et GONZÁLEZ-BESTEIRO A.G., 2017, Contribution de la géographie francophone à la political ecology. Deux études des relations société/eau souterraine dans l’Espagne semi-aride, L’Espace Géographique, 46 (3), p. 193-213. DOI : 10.3917/eg.463.0193

BOULEAU G., 2017, La catégorisation politique des eaux sous l’angle de la political ecology : le patrimoine piscicole et la pollution en France, L’Espace Géographique, 46 (3), p. 214-230. DOI : 10.3917/eg.463.0214.

BUDDS J., 2012, La demanda, evaluación y asignación del agua en el contexto de escasez : un análisis del ciclo hidrosocial del valle del río La Ligua, Chile, Revista de Geografía Norte Grande, 52, p. 167-184, DOI : 10.4067/S0718-34022012000200010

CASTRO-GÓMEZ S. et GROSFOGUEL R., 2007, El giro decolonial. Reflexiones para una diversidad epistémica más allá del capitalismo global, Bogotá, Siglo del Hombre ed., 308 p.

CENTEMERI L. et RENOU G., 2017, Jusqu’où l’économie écologique pense-t-elle l’inégalité environnementale ? Autour de l’œuvre de Joan Martinez-Alier, in LARRÈRE C. (dir.), Les inégalités environnementales, Paris, Presses Universitaires de France, p. 53-72.

CHARTIER D. et RODARY E., 2015, Globalising French political ecology: a political necessity in BRYANT R.L. (éd.), The international handbook or political ecology, Cheltenham, Edward Elgar, p. 547-560. DOI : 10.4337/9780857936172.00050

CHARTIER D. et RODARY E., 2016, Introduction. Géographie, écologie, politique un climat de changement, in CHARTIER D. et RODARY E. (dir.) Manifeste pour une géographie environnementale, Paris, Presses de Sciences Po, p. 13-56.

DE SOUSA SANTOS B., 2018, Epistemologías del Sur, Buenos Aires, CLACSO/Coímbra CES, 470 p.

DEL MORAL L., 2015, Ecología política y escalas en la gestión del agua. Cuencas hidrográficas y poderes territoriales en la Península Ibérica (España y Portugal), Revista GeoAmazônica, 3 (6), p. 54-82. DOI : 10.17551/2358-1778/geoamazonia.

DEROCQUIGNY J. et KOESSLER M., [1928] 1964, Les faux amis ou les pièges du vocabulaire anglais, Paris, Vuibert, 387 p.

ESCOBAR A., 2016, Thinking-feeling with the earth: territorial struggles and the ontological dimension of the epistemologies of the south, Revista de Antropología Iberoamericana, 11 (1), p. 11-32, DOI: 10.1156/aibr.110102e

ESCOBAR A., 2017, Desde abajo, por la izquierda y con la tierra : la diferencia de Abya Yala/Afro/Latino/América, in ALIMONDA H., TORO PÉREZ C et MARTIN F. (coord.), Ecología política latinoamericana. Pensamiento crítico, diferencia latinoamericana y rearticulación epistémica, CLACSO, Colección Grupos de Trabajo, Volumen 1, p. 51-68.

FERNANDEZ S., 2014, Much Ado About Minimum. Flows…Unpacking indicateurs to reveal water politics, Geoforum, 57, p. 258-271, DOI: 10.1016/j.geoforum.2013.04.017

FERNANDEZ S., 2017, Gouverner la pénurie d’eau. Quels discours et quelles pratiques ? in PIERRON J.-P. (dir), Écologie politique de l’eau. Rationalités, usages et imaginaires, Paris, Hermann Éditeurs, p. 353-368.

FORSYTH T., 2003, Critical Political Ecology: The Politics of Environnmental Science, Londres, Routledge, 336 p.

GARCÍA LINERO A., MIGNOLO W. et WALSH C., 2014, Interculturalidad, descolonización del Estado y del conocimiento, Buenos Aires, Ediciones del Signo, 89 p.

GARCÍA-RAMON M.D., 2003, Globalization and international geography: the questions of languages and scholarly traditions, Progress in Human Geography, 27 (1), p. 1-5. DOI : 10.1191/0309132503ph409

GAUTIER D. et BENJAMINSEN T.-A., 2012, Environnement, discours et pouvoir : l’approche political ecology, Versailles, Quae, 254 p.

GAUTIER D. et HAUTDIDIER B., 2015, Connecting political ecology and French geography: On tropicality and radical thought, in BRYANT R.L. (éd) The international Handbook of Political Ecology, Cheltenham, Edward Elgar, p. 57-69. DOI : 10.4337/9780857936172.00050

GHIOTTI S., 2007, Les territoires de l’eau. Gestion et développement en France, Paris, CNRS éd, 246 p.

GINTRAC C., 2015, Quels positionnements pour quelle(s) géographie(s) critique(s) ? in CLERVAL A., FLEURY A., REBOTIER J. et WEBER S. (coord.), Espace et rapports de domination, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 57-67.

GONZALEZ-BESTEIRO A., 2020, L’eau qui fait conflit, le conflit qui fait ressource. Recherche qualitative autour des discours sur l’eau dans des espaces protégés de l’Alto-Guadiana (Espagne) et de l’Usumacinta (Mexique), Université Jean Moulin Lyon 3.

GONZÁLEZ DE MOLINA M. et TOLEDO V.M., 2014, The social metabolism: a socio-ecological theory of historical change, New York, Springer, 355 p.

HACHE E., 2012, Écologie politique. Cosmos, communautés, milieux, Paris, Ed. Amsterdam, 403 p.

HEALY H., MARTÍNEZ ALIER J. et KALLIS G., 2015, From ecological modernization to socially sustainable economic degrowth: lessons from ecological economics, in BRYANT R.L. (ed.) The International Handbook of Political Ecology, Cheltenham, Edward Elgar, p. 577-590. DOI : 10.4337/9780857936172.00050

JACOB J., 2012, Les natures changeantes de l’écologie politique française, une vieille controverse philosophique. Robert Hainard, Serge Moscovici et Bernard Charbonneau, Ecologie & Politique, 44 (1), p. 29-42.

KILL C.A. et BATTERBURY S.P.J., 2016, La géographie face aux défis environnementaux dans le monde anglophone, in CHARTIER D. et RODARY E. (dir.), Manifeste pour une géographie environnementale, Paris, Presses de Sciences Po, p. 227-255.

KILL C.A. et BATTERBURY S.P.J., 2017, L’environnement dans les géographies anglophone et françaises : émergence, transformations et circulations de la political ecology, in BLANC G., DEMEULENAERE E. et FEUERHAHN W. (dir.) Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 117-138.

KIM S., OJO G.U., ZAIDI R.Z. et BRYANT R.L., 2012a, Bringing the other into political ecology: reflecting on preoccupations in a research field, Singapore Journal of Tropical Geography, 33 (1), p. 34-48. DOI: 10.1111/j.1467-9493.2012.00446.x

KIM S., OJO G.U., ZAIDI R.Z. et BRYANT R.L., 2012b, Other political ecologies: Introduction, Singapore Journal of Tropical Geography, 33, p. 29-33. DOI: 10.1111/j.1467-9493.2012.00446.x

KIPFER S. et HART G., 2013, Translating Gramsci in the current conjuncture, in EKERS M., HART G., KIPFER S. et LOFTUS A. (éds.), Gramsci: Space, Nature, Politics, Oxford, Wiley-Blackwell, p. 324-344.

LASLAZ L., 2017, Jalons pour une géographie politique de l’environnement, L’Espace politique, 32 (2), p. 1-15. DOI: 10.4000/espacepolitique.4344.

LEFF E., 2015, Encountering political ecology: Epistemology and emancipation, in BRYANT, R.L. (ed.) The International Handbook of Political Ecology, Cheltenham, Edward Elgar, p. 44-56. DOI: 10.4337/9780857936172.00050

LEFF E., 2017, Las relaciones de poder del conocimiento en el campo de la ecología política : una mirada desde el Sur, in ALIMONDA H., TORO PÉREZ C et MARTIN F. (coord.), Ecología política latinoamericana. Pensamiento crítico, diferencia latinoamericana y rearticulación epistémica, CLACSO, Colección Grupos de Trabajo, Volumen 1n p. 129-165.

LINTON J., 2004, Global Hydrology and the construction of water crisis, The Great Lakes Geographer, 11 (2), p. 1-13.

LINTON J., 2010, What is Water? The History of a Modern Abstraction, Vancouver, University of British Columbia Press, 704 p.

LOFTUS A., 2019, Political ecology: Where is political ecology? Progress in Human Geography, 43 (1), p. 172-182. DOI : 10.1177/0309132517734338

LYALL A., 2021, Resistencia en retrospectiva : la multitemporalidad del extractivismo en la Amazonía, Iconos. Revista de Ciencias Sociales, 69, p. 17-34, DOI : 10.17141/iconos.69.2021.4496

MARCELLESI F., 2019, ¿Quo vadis ecología política española ? Ecología Política, 58, p. 52-57, ISSN : 1130-637

MARTIN F. et LARSIMONT R., 2014, L’écologie politique depuis l’Amérique Latine. Actes du 1er colloque sur l’Écologie Politique, Paris, 13-14 janvier 2014.

MARTINEZ ALIER J., 2008, Conflictos ecológicos y justicia ambiental, Papeles de relaciones ecosociales y cambio global, 103, p. 11-27, ISSN : 1888-0576

MARTINEZ ALIER J., 2011, El ecologismo de los pobres. Conflictos ambientales y lenguajes de valoración, Barcelona, Icaria, 416 p.

MARTINEZ ALIER J., 2021, Mapping ecological distribution conflicts: The EJAtlas, The Extractive Industries and Society, 8 (4), p. 1-16, DOI: 10.1016/j.exis.2021.02.003

MATHEVET R. et COUESPEL A., 2012, Histoire environnementale et political ecology des marais de Scamandre en Camargue occidentale, in GAUTIER D. et BENJAMINSEN T.A. (coord.), Environnement, discours et pouvoir. L’approche political ecology, Versailles, Quae, p. 65-87.

MOLLE F., 2011, Justice spatiale et bassins hydrographiques. Distribution des coûts, des bénéfices et du risque, in BLANCHON D., GARDIN J. et MOREAU S. (eds.) Justices et injustices environnementales, Nanterre, Presses Universitaires de Paris Ouest, p. 117-131.

MOLLE F., 2012, La gestion de l’eau et les apports d’une approche par la political ecology in GAUTIER D. et BENJAMINSEN A.T. (dir). L’approche Political Ecology : Pouvoir, savoir, environnement, Paris, Quae, p. 219-240.

MORANGE M et CALBÉRAC Y., 2012, Géographies critiques « à la française » ? Carnets de géographes, 4, p. 1-17. DOI : 10.4000/cdg.976.

PEET R. et WATTS M., 2004, Libération Ecologies. Environment, Development and Social Movements, London, Routledge, 464 p.

PELUSO N., 2012, Situer les political ecologist : l’exemple du caoutchouc, in GAUTIER D. et BENJAMINSEN T.A. (coord.) Environnement, discours et pouvoir. L’approche political ecology, Versailles, Quae, p. 37-64.

PIERRON J.-P. (dir.), 2017, Écologie politique de l’eau. Rationalités, usages et imaginaires, Paris, Hermann, 587 p.

RAFFESTIN C., [1980] 2019., Pour une géographie du pouvoir, Lyon, ENS éd. Coll. Bibliothèque idéale des sciences sociales, 346 p.

RAFFESTIN C., 2015. Por una geografía del poder, México, El colegio de Michoacán, 310 p.

RENOU Y. 2016, Pourquoi et comment faut-il sauver la sécurité hydrique ? Changement climatique, écologie politique et services écosystèmiques, VertigO, 25, DOI :10-4000/vertigo.17461.

RIVIÈRE-HONEGGER A. et BRAVARD J.-P., 2005, La pénurie d’eau, donnée naturelle ou question sociale ? Géocarrefour, 80 (4), p. 257-260. DOI: 10.4000/geocarrefour.1234

ROBBINS P., 2011, Political ecology: a critical introduction, Oxford, Wiley-Blackwell, 298 p.

ROBBINS P., 2012, Qu’est-ce que la political ecology ? in GAUTIER D. et BENJAMINSEN T.A. (coord.), Environnement, discours et pouvoir. L’approche political ecology, Versailles, Quae, p. 21-36..

SWYNGEDOUW E., 1999, Modernity and Hybridity: Regeneracionismo, the Production of Nature and the Spanish Waterscape, 1890-1939, Annals of the Association of American Geographers, 89 (3), p. 433-465. DOI: 10.1111.0004-5608.00157

SWYNGEDOUW E., 2004, Social power and the urbanization of water: flows of power, Oxford, Oxford University Press, 209 p.

TEMPER L., DEMARIA, F., SCHEIDEL A., DEL BENE D. et MARTINEZ ALIER J., 2018, The Global Environmental Justice Atlas: ecological distribution conflicts as forces for sustainability, Sustainability Science, 13, p. 573-584. DOI : 10.1007/s11625-018-0563-4

TORO PÉREZ C. et MARTIN F., 2017, Presentación, in ALIMONDA, H., TORO PÉREZ, C et MARTIN, F. (coord.), Ecología política latinoamericana. Pensamiento crítico, diferencia latinoamericana y rearticulación epistémica, CLACSO, Colección Grupos de Trabajo, Volumen 1, p. 13-19,

ULLOA A., 2004, La construcción del nativo ecológico : complejidades, paradojas y dilemas de la relación entre los movimientos indígenas y el ambientalismo en Colombia, Bogotá, Instituto Colombiano de Antropología e Historia. 416p.

VRIGNON A., 2017, La naissance de l’écologie politique en France, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 322 p.

WALKER P.A., 2005, Political ecology: where is the ecology? Progress Human Geography, 29 (1), p. 73-82. DOI: 10.1191/0309132505ph530pr.

WALKER P.A., 2007, Political ecology: where is the politics? Progress Human Geography, 31 (3), p. 363-369. DOI: 10.1177/0309132507077086.

Haut de page

Notes

1 « Vol de nuit » : un aller et retour rapide dans le terrain d’étude, puis des publications à répétition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana González Besteiro, « Political ecology, écologie politique, ecología política : les faux amis »Géocarrefour [En ligne], 96/2 | 2022, mis en ligne le 07 juillet 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17877 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.17877

Haut de page

Auteur

Ana González Besteiro

Unidad de Geografía Humana, Universidad Rey Juan Carlos. Paseo de los Artilleros, 38, 28032 Madrid (Espagne) ana.gbesteiro@urjc.es

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Jean Moulin Lyon 3
  • Logo Université Jean Monnet Saint-Etienne
  • Logo Ecole normale supérieure de Lyon
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon (ENSAL)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search