Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsVincent Clément, Mathis Stock, An...

Vincent Clément, Mathis Stock, Anne Volvey (dir.), Mouvements de géographie. Une science sociale aux tournants

André Buisson
Référence(s) :

CLEMENT V., STOCK M., VOLVEY A. (dir.), 2021, Mouvements de géographie. Une science sociale aux tournants, Rennes, PUR, coll. Espaces et territoires, 368 p.

Texte intégral

1La géographie serait-elle à l'heure d'un bilan ? C'est ce que laisse à penser le titre de l'ouvrage collectif Mouvements de géographie. Ce constat est renforcé par le sous-titre Une science sociale aux tournants. Ce livre « orchestre un assemblage de voix singulières conviées à mettre en mots les positions de la discipline dans leur domaine de recherche » (p. 4 de couverture), afin de proposer une « ouvrage académique » (p. 7).

2L’objectif général de l’ouvrage est d'offrir un « discours actualisé » (p. 7), de montrer que la géographie est une science évolutive :« elle ne peut pas être enfermée dans des contours ». Il s’agit, pour la vingtaine d'auteurs ayant contribué (soit à titre individuel, soit en association) à ce projet éditorial, de retracer « les modifications apportées à la manière dont les géographes s'emparent de différentes thématiques«  (p. 8). C'est pour eux une manière de positionner la science géographique dans une évolution, vingt cinq ans après les bilans précédents (Knafou, 1997 ; Staszak, 1997) (p. 9). Plusieurs tendances majeures se distinguent ainsi durant ce laps de temps, et notamment la profonde inter-pénétration entre les sciences de l'Homme, particulièrement l'intégration de données tirées de la rencontre avec la philosophie et la sociologie et la prise en compte plus importante de la notion d'Humain (au sens où l'Homme est enfin l'acteur principal des sciences humaines) et la mise en scène de la  »spatialité« . Tous les auteurs font également constamment référence au rôle des courants rénovateurs de la pensée anglo-saxonne, même s'ils le destinent à un public avant tout francophone (p. 14).

3Pour qui n'en était pas encore assuré, le livre prouve que la géographie est, pour le moins, une science plurielle. Nous avions en tête la séparation entre géographie physique et géographie humaine, la première rattachée aux Sciences de la vie et la seconde aux Sciences de l'homme et de la société (SHS). Le livre nous fournit une sorte de catalogue des  »branches«  de cette dernière, car cette science est arborescente. La lecture de cette variété est passionnante, voire vertigineuse… et il paraît intéressant de s'attarder sur quelques-uns des sujets abordés plutôt que de passer en revue chacun des chapitres du livre. Avant d'y revenir dans le détail, remarquons que l'ouvrage est structuré en vingt chapitres, dont sept  »brèves« , chacun/chacune accompagné(e) de sa bibliographie qui, au total, ne totalise pas moins de 78 pages, soit 20 % du livre. Une introduction et une copieuse conclusion co-écrites par les directeurs de la publication (Vincent Clément, Mathis Stock, Anne Volvey) les encadrent. Chacun des chapitres a été  »commandé«  à un auteur (ou un collectif).

4Les  »brèves« , tout d'abord, dont les éditeurs du livre expliquent que, rajoutées dans un second temps, elles tentent de pallier des manques apparus patents (p. 14). Dans des textes de 8 à 10 pages, contre 15 à 30 pour les  »articles de fond« , sont abordés des sujets comme  »Les nouveaux horizons de la géographie quantitative«  (Lena Sanders),  »Les animaux en géographie«  (Jean Estebanez),  »Les dimensions épistémologiques et politiques de l'échec en géographie«  (A. Le Gallou, A. Baysse-Lainé et A. Oiry), » Internet en quête de spatialité«  (Boris Beaude),  »Habiter«  (Mathis Stock),  »Géographie des flux ou géographie des modes de vie mobiles«  (Mathis Stock) et, enfin, la  »Géographicité du droit«  (Mathis Stock).

5Sans nous étendre, arrêtons-nous simplement sur l'échec,  »brève«  dans laquelle les auteurs abordent avec délicatesse un aspect de la formation/recherche dans la sphère universitaire, qui pourrait être développé dans tous les domaines couverts par l'enseignement universitaire. Les auteurs décrivent non sans humour leur  »échec«  à développer consensuellement le sujet (p. 143), dans une Université qui doit se renouveler (p. 147).

6Face à cela, les  »classiques« , à commencer par  »Le Terrain«  (Yann Calbérac), la géographie coloniale (Laure Péaud), la géographie féministe (Marianne Blidon), l'environnement (Yvette Veyret), la géographie de l'énergie (Olivier Labussière), le tourisme (Mathis Stock), la géographie des flux (Mathis Stock), la métropolisation (Sophie Buhnik) ou la géographie du développement (Kristen Koop) occupent une place plus importante. De nouveaux champs d'études, qui ont été défrichés ces dernières années, entrent aujourd'hui dans ces classiques, comme  »la géographie des Migrants«  (Thomas Lacroix et Naïk Miret),  »La littérature«  (Muriel Rosemberg) ou la  »géographie de l'art«  (Anne Volvey), ainsi que la  »géographie des Autres«  (contrepoint de la géographie coloniale, Vincent Clément). Chacun des sujets est traité en profondeur par le ou les auteurs du bilan rédigé. Pour débuter, c'est la notion même de  »terrain«  qui fait l'objet d'une longue étude qui montre le rôle primordial structurant de ce fameux  »terrain«  sur la communauté des Géographes.

7L'idée que l'homme gravite dans un  »espace relationnel«  est centrale dans les chapitres consacrés à l'environnement, au féminisme, aux migrations… tout comme dans la brève consacrée aux animaux (dans laquelle on rejoint les études de l'historien lyonnais E. Baratay https://fr.wikipedia.org/​wiki/​ %C3 %89ric_Baratay).

8A travers l'histoire de la géographie coloniale brossée par l'auteure ( »Ecrire l'histoire de la géographie coloniale« ), le bilan montre qu'entre France, Angleterre et Allemagne, le champ géographique est d'autant plus structuré que le phénomène est récent. Pour tous,  »le fait colonial est un temps et un lieu du travail géographique«  (p. 74), en somme,  »un savoir situé«  (p. 345). A la géographie coloniale, est ajouté de nos jours un  »contre-volet« , la décolonisation et, avec la  »géographie des Autres« , on touche au rapport du chercheur aux peuples autochtones, et à la hiérarchisation des rôles telle que comprise – ou incomprise. Un dur rappel a été fait récemment par l'autodafé des bandes dessinées, réalisé au Canada : par exemple Le Monde International https://www.lemonde.fr/​international/​article/​2021/​09/​09/​au-canada-des-livres-brules-au-nom-de-l-image-negative-vehiculee-sur-les-autochtones_6093983_3210.html), au risque de ne légitimer que les recherches des universitaires indigènes. La notion de  »decolonizing turn« ,  »ce qui revient à se demander à qui bénéficie en priorité la recherche menée«  (p. 96) est une sorte de déconstruction de la méthode géographique.

9Enfin, une très longue conclusion (28 p.), qui reprend les thèmes développés dans les différents chapitres, synthétise la grande évolution que cette science a subie. La géographie, dans ces dernières décennies, sous l'effet de ces courants réformateurs, a pris un tournant  »politique« , particulièrement sensible avec le féminisme, le droit, le tourisme, les migrants ou encore  »les Autres« . Alors même que la société évolue,  »de nouveaux thèmes sont constitués en objets de recherche en géographie«  (p. 353) comme l'art ou l'internet.

10Les auteurs ont fait le choix de structurer l'ouvrage en fonction de ses destinataires, les étudiants et jeunes chercheurs français et francophones (p. 14). Si l'on admet que chaque chapitre de l'ouvrage (tant les  »longues«  que les  »brèves« ) constitue une des multiples facettes de la discipline, accordons aux auteurs la satisfaction de fournir ici un instrument de travail remarquablement détaillé, qui présente au lecteur une  »géographie actualisée« , au sens où les nouvelles portes ouvertes par la recherche ont  »démultiplié«  les domaines de celle-ci.

11Pour finir, quelques éléments de satisfaction : depuis plusieurs années, Géocarrefour va à la rencontre de cette  »géographie plurielle« , et plusieurs sujets du livre ont été abordés dans des numéros thématiques, comme  »Internet«  (https://journals.openedition.org/geocarrefour/persee-166647), la  »rumeur«  (https://journals.openedition.org/​geocarrefour/​12381), la  »géographie du droit«  (https://journals.openedition.org/​geocarrefour/​9137),  »Roms et migrants" (https://journals.openedition.org/​geocarrefour/​8210)...

Haut de page

Bibliographie

KNAFOU R. (dir.), 1997, L'état de la géographie. Autoscopie d'une science, Paris, Belin, 438 p.

STASZAK J.-F., 1997, Les discours du géographe, Paris, L'Harmattan, 284 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Vincent Clément, Mathis Stock, Anne Volvey (dir.), Mouvements de géographie. Une science sociale aux tournants », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 28 janvier 2022, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/18030

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search