Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96/1ArticlesTrajectoire paysagère des digues ...

Articles

Trajectoire paysagère des digues fluviales confrontées aux risques côtiers : le cas des marais de la Dives (Calvados, France)

Landscape trajectory of river dikes confronted with coastal risks: the case of the Dives marshes (Calvados, France)
Flora Rich, Tristan Douillard, Yves Petit-Berghem, Nicolas Robinet, Gaëtan Jolly et Guy Lempérière

Résumés

En territoire côtier, les espaces agricoles endigués sont aujourd’hui menacés par une conjonction de facteurs, qui en compromettent l’existence parfois millénaire. Dans les marais de la Dives (Calvados, France), le transfert de la compétence Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (GEMAPI) ainsi que le changement climatique, ajoutent à l’incertitude du devenir de digues déjà en mauvais état. À partir d’une analyse géohistorique et d’une enquête menée auprès des habitants dans le cadre du programme de recherche ANR DIGUES, cette contribution interroge les scénarios d’évolution possibles des digues, au regard de la trajectoire paysagère du marais. Les résultats amènent à nuancer le seul critère du coût économique du maintien des ouvrages, en montrant que l’abandon des digues des marais pourrait en réalité accentuer la vulnérabilité du littoral urbanisé.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions l'Agence Nationale de la Recherche qui a permis de financer cette recherche ainsi que l'ensemble des acteurs de ce territoire pour leur accompagnement et la communication de documents techniques (Syndicat Mixte du Bassin de la Dives, Communauté de Communes Normandie Cabourg Pays d'Auge, Conservatoire du littoral, Mairie de Dives-sur-Mer, Comité Régional d'Étude pour la Protection et l'Aménagement de la Nature en Normandie).

Introduction

1Près de 9 000 kilomètres de digues parcourent actuellement le territoire français métropolitain. Ce linéaire présente 6 000 kilomètres d’ouvrages en mauvais état de conservation, et 2 000 sans gestionnaire connu (CEPRI, 2017). Leur détérioration constatée est d’autant plus préoccupante que le changement climatique entraîne une aggravation des risques, la fréquence et l’intensité des événements climatiques augmentant (Wilby & Keenan, 2012). Dans ces conditions, les ouvrages de protection mal entretenus deviennent dangereux, car ils contribuent à accroître les risques en cas de rupture (Pigeon, 2014). Il apparaît alors primordial de définir les performances des digues afin d’en planifier la gestion (Serre et al., 2008 ; Vuillet et al., 2012).

  • 1 La GEMAPI est créée par la loi n° 2014-58 du 27 janvier 2014 de Modernisation de l’action publique (...)
  • 2 Le décret n° 2015-526 du 12 mai 2015 est relatif aux règles applicables aux ouvrages construits ou (...)

2Annonçant une réévaluation à la hausse du niveau de la montée des océans d’ici à 100 ans (IPCC, 2021), les dernières prévisions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) interrogent plus particulièrement le devenir des territoires estuariens endigués, où le risque se caractérise par la combinaison des submersions marines et des inondations fluviales et implique des modes de gestion adaptés (Ward et al., 2018). Depuis 2018, le transfert de la compétence Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (GEMAPI)1 aux Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) oblige ces derniers à une réévaluation des systèmes d’endiguement, encadrée par le décret digues de 20152 (Deniaux et al., 2018). Il s’agit de définir leur niveau de protection ainsi que leur sûreté face aux aléas. À terme, de nombreux ouvrages peuvent disparaître, dans les territoires où l’enjeu de protection est estimé minime, du fait d’un faible nombre d’habitants.

  • 3 La dépoldérisation consiste à démanteler les digues pour tirer parti des infrastructures naturelles (...)

3En outre, les événements climatiques majeurs des dernières décennies ont mis en lumière les limites des ouvrages de protection, jusqu’à questionner leur efficacité réelle, comme dans le cas de la tempête Xynthia (Rode, 2012). Dans ce contexte, la dépoldérisation3 apparaît comme un scénario envisageable dans certains territoires (Goeldner-Gianella et Bertrand, 2014). Le démantèlement des digues suppose toutefois une réorganisation radicale des usages et des fonctions de l’espace. Des recherches menées lors de la dernière décennie ont souligné le fort attachement des populations locales aux usages ainsi qu’aux paysages qui sont associés aux digues (Douillard, 2018 ; Goeldner-Gianella et al., 2013). Cette donnée aide à mieux comprendre les freins que rencontrent, en France particulièrement, les scénarios de dépoldérisation (Ibid.).

4D’un autre côté, les digues s’affirment de plus en plus comme des infrastructures multifonctionnelles dépassant la seule fonction de protection à laquelle on les a longtemps assimilées. De ce point de vue, la conciliation des objectifs « GEMA » et « PI » représente un défi (Zanetti et al., 2018), favorisant l’émergence d’orientations innovantes de gestion des digues, qui assurent un niveau de protection élevée tout en réduisant l’impact écologique de ces infrastructures artificielles (Chapman et Underwood, 2011).

  • 4 La Convention européenne du paysage a été adoptée le 20 octobre 2000, à Florence, par 29 États-memb (...)
  • 5 https://www.coe.int/fr/web/landscape/definition-and-legal-recognition-of-landscapes

5Si le concept de multifonctionnalité interroge la sûreté des ouvrages de protection (Marijnissen et al., 2019), il peut être mobilisé dans la recherche de solutions visant à diminuer la vulnérabilité des territoires soumis aux risques de submersion et d’inondation (Veelen, 2015). De telles considérations invitent à élargir la perception et la compréhension des digues selon un paradigme incorporant aussi les usages, la nature et le paysage (van Loon-Steensma et al., 2014 ; Egberts et Riesto, 2021). Compris tel que défini par la Convention européenne du paysage4, c’est-à-dire comme « une partie de territoire telle que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l'action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations »5, le paysage nous semble constituer une entrée pertinente pour réfléchir de manière concertée aux processus de transition des territoires endigués.

6Ce présent article a pour objet la partie estuarienne des marais de la Dives (Calvados). Notre terrain de recherche articule le littoral urbanisé de Cabourg et de Dives-sur-Mer avec le rétro-littoral agricole, occupé par un marais asséché pour les besoins de l’élevage bovin et peu concerné par l’enjeu de protection des vies humaines. L’endiguement millénaire du marais est aujourd’hui compromis d’une part par le mauvais état des ouvrages, d’autre part par les décisions qui seront prises dans le cadre de l’application de la GEMAPI. Or, le démantèlement des digues de la Dives entraînerait non seulement la disparition de l’économie agricole, mais aussi celle des usages et des paysages du rétro-littoral. Pourtant, la pérennité des digues dans ce paysage fluvial et maritime interpelle les raisons de leur préservation depuis leur édification au Moyen-Âge. Comment et pourquoi ces ouvrages se sont-ils transmis alors que les paysages se sont transformés au gré des mutations socio-écologiques et socio-économiques ?

  • 6 L’ANR DIGUES – Interactions, Gestion, Usages, Environnement, Scénarios – est un programme démarré e (...)

7Nous faisons ici l’hypothèse que la prise en compte des paysages passés peut aider à mieux comprendre la trajectoire paysagère (Germaine, 2010 ; Lespez et al., 2010) des marais de la Dives, et donc à éclairer ses différentes évolutions possibles, de l’abandon des digues à leur préservation. L’article est en lien avec le programme de recherche ANR DIGUES6, qui s’interroge sur les transitions des systèmes d’endiguement et fluviaux au XXIe siècle en France, entre usages, paysage, nature et protection. Il a pour objectif majeur de proposer différents scénarios relatifs au devenir des digues et à l'évaluation des conditions de faisabilité́ et d'acceptabilité́ de ces derniers.

8Après avoir présenté le cadre d’étude et la méthode, nous nous appuyons sur un ensemble de sources bibliographiques produites sur la zone d’étude ainsi que sur une analyse cartographique diachronique pour reconstituer la trajectoire paysagère des marais de la Dives dans la partie estuarienne. Nous identifions, de manière chronologique, les grands aménagements hydrauliques du marais et les usages qui leur sont associés, ainsi que les modes de gestion des digues du fleuve. L’objectif est ici d’éclairer les rôles joués par les digues au sein des différents paysages qui se sont succédé depuis l’époque moderne. Dans une troisième partie, quatre scénarios d’évolution, conçus à partir de différentes propositions émanant d’acteurs stratégiques du territoire (gestionnaires, associations, élus), ont été testés auprès des habitants par l’intermédiaire d’une enquête par questionnaire. Un dernier temps interroge la transition des paysages endigués, impulsée par la GEMAPI, au regard de l’analyse géohistorique.

Matériel et méthode

Présentation du cadre d’étude

9Les marais de la Dives forment un ensemble d’environ 11 000 hectares prenant place à l’exutoire du bassin versant de la Dives, un fleuve long de 105 kilomètres se jetant dans la Manche. Cette zone à altitude très peu élevée et très plane est soumise à une double influence marine et fluviale (SMBD, 2017), ce qui en fait un espace naturellement fortement exposé aux risques de submersion et d’inondation.

10Notre terrain d’étude concerne la section endiguée de l’estuaire de la Dives, correspondant à un linéaire d’environ 6 kilomètres dans sa partie aval (Figure 1). Les ouvrages de protection y sont de deux types : des digues avec enrochements protègent la partie urbanisée de l’estuaire, occupée par les villes de Cabourg en rive gauche et Dives-sur-Mer en rive droite ; en amont, dans la zone rétro-littorale, les digues se présentent comme des levées de terre (Figure 2), au sein d’un marais agricole principalement dévolu à l’élevage bovin. Le paysage du marais rétro-littoral, dominé par les prairies humides, est considéré aujourd’hui comme typique des basses vallées normandes.

11L’hétérogénéité des digues de la Dives renvoie à des vocations singulières. Les premières constituent des infrastructures lourdes, destinées à protéger les vies humaines et les équipements des zones urbaines, lesquelles se sont développées sur le littoral à partir de l’avènement du tourisme balnéaire au milieu du XIXe siècle. Les secondes, érigées depuis le XIIe siècle, ont pour rôles principaux de limiter les divagations de la Dives et de contenir les eaux salées des marées montantes afin d’empêcher la salinisation du marais. Le maintien du paysage traditionnel de prairies humides est donc conditionné par la déconnexion que les digues entraînent entre le fleuve et le marais.

12Or, les levées de terre sont aujourd’hui en très mauvais état. Les phénomènes de marnage puissants accélèrent la dégradation de ces ouvrages sensibles à l’érosion. De plus, en raison d’un flou dans la gestion qui règne depuis de nombreuses années, les digues ne bénéficient pas d’un entretien régulier. Lorsque surviennent des brèches dans les ouvrages, elles font l’objet de réparations d’urgence onéreuses, prises en charge au coup à coup par les propriétaires riverains ou bien par l’intercommunalité. Combiné au changement climatique, qui accroît les risques de ce territoire déjà très exposé, le délabrement des digues augmente la vulnérabilité des marais.

13L’avenir des marais de la Dives se joue sur la reprise en main, ou non, de la gestion de ces ouvrages par les EPCI, à savoir le syndicat mixte du bassin versant de la Dives (SMBD) qui prend en charge la GEMA, et la communauté de communes Normandie Cabourg Pays d’Auge (NCPA) à qui incombe la PI. La décision de classement ou non du système d’endiguement des marais par les gémapiens est actuellement en cours de réflexion. En l’absence de classement, les digues sont considérées comme de simples merlons, dont l’entretien revient aux propriétaires bordiers.

Figure 1 : Carte de localisation du terrain d’étude

Figure 1 : Carte de localisation du terrain d’étude

Sources : Auteurs, ANR DIGUES 2021

Figure 2 : Paysages de la Dives endiguée

Figure 2 : Paysages de la Dives endiguée

1 La Dives et Cabourg en arrière-plan. 2 La Dives et les prairies humides. 3, 4 Les digues en terre, soumises à des phénomènes d’érosion.

Sources : Auteurs, ANR DIGUES 2021

Méthodologie

Intérêts de l’approche géohistorique

14Dans la lignée de travaux en géohistoire appliquée aux hydrosystèmes fluviaux, visant à comprendre la production des paysages hydrauliques comme « l’expression matérielle de la co-évolution entre un sous-système naturel et un sous-système social » (Valette et Carozza, 2010), nous estimons que l’étude du passé apparaît ici pertinente pour resituer les digues dans l’épaisseur spatiale et temporelle des paysages des marais.

15Un éclairage géohistorique peut ainsi contribuer d’une part à mettre en avant le caractère hérité de la vulnérabilité aux risques (Dournel, 2016) de l’estuaire, d’autre part à mieux saisir l’évolution des aménagements hydrauliques en lien avec les différentes temporalités qui ont produit les paysages actuels (Valette et Carozza, 2013).

16Pour ce faire, nous nous appuyons sur un ensemble de références bibliographiques qui ont les marais de la Dives pour objet d’étude (Carpentier et al., 2006 ; Carpentier, 2010 ; Lespez et al., 2005a ; Lespez et al., 2010 ; Lespez, 2012 ; Leillard, 1986 ; Maertens-Noël, 2004). À partir de ces lectures, une analyse diachronique des systèmes productifs qui se sont succédé dans la zone d’étude (Germaine, 2010), synthétisée sous forme de schémas et de cartographies, nous permet de reconstituer la trajectoire paysagère (Ibid.) de l’estuaire de la Dives. L’objectif est de « montrer les permanences, l’inertie ou les trajectoires imposées par des configurations spatiales » et à « en montrer le sens dont le temps actuel est le terme » (Jacob-Rousseau, 2009).

17La reconstitution de la trajectoire paysagère de l’estuaire de la Dives permet aussi d’envisager les possibilités d’évolution des digues en cohérence avec les mutations des territoires que ces infrastructures contribuent à produire. De ce point de vue, cette analyse propose de dépasser la seule fonction de protection des digues, qui tendrait à les réduire à des entités spatiales linéaires sans profondeur, et d’exhumer des contenus significatifs dans le but de mieux caractériser leur complexité.

Méthodologie de l’enquête de terrain

18Dans la mesure où les digues sont insérées dans le paysage, elles deviennent des éléments producteurs de sens. À ce titre, elles sont sujettes à des perceptions, que nous avons recueillies dans le cadre d’une enquête par questionnaire, adressée aux habitants et usagers des digues. L’objectif est de mettre en perspective les perceptions actuelles des digues par les populations avec la trajectoire paysagère que nous aurons précédemment identifiée.

19La demande sociale et l'acceptabilité sociale des projets d’aménagement de digues sont relativement méconnues en France (Goeldner-Gianella, 2013). Pour autant, nous soutenons que comprendre les opinions des populations peut être pertinent d'un point de vue scientifique et local.

20Cinq scénarios d’évolution ont été proposés aux enquêtés, avec des tableaux explicatifs, des cartes et des photographies exposant aux enquêtés les impacts positifs et négatifs qu’impliqueraient différents modes de gestion des digues (Figure 3). Le but d’un tel support est de permettre aux personnes interrogées de répondre avec un haut niveau de connaissance.

21En 2020 et 2021, 173 personnes ont répondu au questionnaire, 52 % en face-à-face et 48 % en ligne. L’enquête en ligne, mise en place pour pallier des difficultés d’accès au terrain liées au Covid-19, a été auto-administrée dans des conditions comparables à l’enquête in situ, dans la mesure où les questions ont été conservées et les informations proposées intégrées au questionnaire en ligne. Le profil des personnes interrogées montre une surreprésentation globale des personnes âgées et des hommes. Cependant, les enquêtés avaient une très bonne connaissance globale des digues étudiées et la plupart d'entre eux les visitaient au moins une fois par mois.

22Pour chaque scénario, il était demandé aux répondants : « pensez-vous que ce scénario de digue est souhaitable ? » Dans cet article, nous détaillerons quatre des scénarios d’évolution présentés aux enquêtés, pour lesquels nous présentons les résultats sur les préférences exprimées. Le dernier scénario n’est pas présenté dans le cadre de ce travail car il s’agit d’un scénario de développement de la fréquentation, qui n’inclut pas de modification de gestion des digues.

Figure 3 : Exemple de tableau présentant aux enquêtés un scénario d’évolution possible pour les digues

Figure 3 : Exemple de tableau présentant aux enquêtés un scénario d’évolution possible pour les digues

Sources : Auteurs, ANR DIGUES, 2021

23Le croisement de ces orientations méthodologiques permet de retracer la trajectoire paysagère du marais et de mettre en lumière différentes orientations pour le devenir de ce territoire.

De l’endiguement à l’assèchement, un paysage hydraulique évoluant au gré des mutations socio-économiques

24L’estuaire de la Dives a connu, depuis la période médiévale, de profondes recompositions paysagères qui sont synthétisées dans cette partie, au regard des résultats d’une revue de la littérature existante, associée à des analyses diachroniques de photographies aériennes.

La mise en place d’un paysage productif fortement dépendant des ouvrages de protection

  • 7 Sédiment des côtes de la Manche qui se dépose dans les zones de vasières littorales.

25Au cours de la période moderne, trois unités paysagères dominent les marais de la Dives (Carpentier, 2010) : le paysage estuarien, le marais à tangue7 et le marais à tourbe. Ces paysages sont associés à des milieux écologiques riches, brassant les alluvions et les eaux douces et saumâtres.

26Entre le XIe et le XIIIe siècle, la culture du sel donne lieu à l’élévation des premières digues (Ibid. ; Lespez et al., 2005a). Les moines de l’Abbaye de Troarn seront particulièrement actifs dans l’aménagement du marais. Les cours d’eau sont notamment endigués de manière à réguler les écoulements, à l’usage des nombreux moulins et de pâtures. Contenant des ressources diversifiées et abondantes, ces milieux offrent aux communautés riveraines un large panel de pratiques. Les terres des marais, jugées malsaines et pauvres, étaient laissées pour une grande part à l’usage commun et partagées entre les habitants, qui en tiraient les moyens d’une subsistance relativement confortable.

27À partir du XVIIe siècle et surtout au XVIIIe siècle, le marché de l’élevage bovin en plein essor (Maertens-Noël, 2004) offre l’opportunité d’une valorisation économique du marais. Nobles et bourgeois n’auront de cesse de tenter de s’accaparer les communaux afin d’entreprendre leur assèchement et d’amorcer leur bonification grâce à leur conversion en terres d’embouche. Le marais se désenclave, notamment grâce à la construction de ponts et de nouvelles voieries permettant l’acheminement des productions des marais.

  • 8 Le droit de triage donne la possibilité à un seigneur de déposséder les habitants de l’usage d’un t (...)

28La frise chronologique ci-dessous (Figure 4) rend compte d’un double processus concomitant, s’étendant sur deux siècles : celui de la spoliation des communaux, facilitée par la loi de 1669, rétablissant le droit de triage8, et celui de la densification du réseau de fossés et de canaux qui suit les travaux d’assèchement. De ce point de vue, l’appropriation puis la division et la privatisation des communaux confirment le fait que « l’assèchement ne peut se faire qu’aux dépens de la limitation, voire la disparition des droits et des pratiques autochtones » (Morera, 2011).

Figure 4 : Dates clés de l’aménagement des marais de la Dives depuis le XVIIe siècle

Figure 4 : Dates clés de l’aménagement des marais de la Dives depuis le XVIIe siècle

Sources : Auteurs, ANR DIGUES, 2021

29À partir de la fin du XVIIIe siècle, le paysage de prairies humides devient l’unique unité paysagère dominante jusqu’à l’époque actuelle. Un tel paysage est la résultante de deux phases d’aménagement historiquement distinctes, à savoir l’endiguement au Moyen-Âge et l’assèchement à l’époque moderne. Si la première répond à la nécessité de mieux réguler les écoulements des eaux au sein d’un système productif approprié collectivement, la deuxième, motivée par la volonté de développer l’élevage bovin, suit des aspirations mercantiles et individualistes (Ibid.). L’endiguement y joue un rôle essentiel, dans la mesure où l’existence d’un tel milieu écologique est conditionnée par une déconnexion radicale entre le fleuve et le marais. Ainsi, plusieurs siècles après leur édification, on peut dire que les digues de la Dives ont fait l’objet d’un processus de ré-usage pour s’insérer dans un nouveau paysage productif.

L’invention d’une gestion concertée des ouvrages hydrauliques à l’échelle de la basse vallée

30La transition entre ces deux paysages, témoignant de mutations socio-écologiques profondes, sera laborieuse (Maertens-Noël, 2004). Le maintien durable de l’élevage bovin, et des milieux écologiques qui leur sont associés, dépend d’un haut niveau d’entretien des ouvrages (Figure 5).

Figure 5 : Deux grandes phases d’aménagement des marais : un paysage qui repose sur l’entretien des digues

Figure 5 : Deux grandes phases d’aménagement des marais : un paysage qui repose sur l’entretien des digues

Sources : Auteurs, ANR DIGUES, 2021

31En se complexifiant, ce système expérimental, lourd à entretenir et nécessitant de constantes améliorations, appelle une recomposition de la gouvernance. En 1691, un arrêt de l’administration des Eaux et Forêts oblige les propriétaires bordiers à prendre en charge l’entretien des digues de la Dives, mais reste sans effet. En outre, la logique de gestion « à la parcelle » est devenue inadéquate. Ne tenant pas compte de l’interdépendance des infrastructures associée au fonctionnement hydraulique du bassin versant, elle est source de nombreux conflits. Les travaux d’assèchement demeurent insuffisants, voire inutiles, en l’absence d’une gestion concertée opérant à l’échelle de la basse vallée.

32Deux syndicats de propriétaires sont créés sur injonction de l’État : le syndic de la Divette en 1781 et le syndic de la Dives en 1832 (Leillard, 1986), toujours en charge de l’entretien des marais actuellement. L’avènement de cette nouvelle forme de gestion collective concrétise une vision d’ensemble des marais de la Dives et constitue une étape décisive du projet ambitieux d’assèchement. Il faudra toutefois attendre jusqu’en 1864 pour que commence la réalisation de grands travaux, encadrés par l’État. Grâce à l’optimisation du drainage et à la suppression de plusieurs méandres du fleuve par l’édification de nouvelles digues, les terres peuvent être mises en valeur quasiment toute l’année. Ces travaux ont aussi pour fonction d’irriguer et d’apporter de l’eau pour les usages durant l’été. Dans ce paysage productif rationnalisé, les aménagements hydrauliques concourent à maximiser les rendements agricoles.

33Ainsi, entre les XVIIe et XIXe siècles, les revenus avantageux que l’élevage bovin procure justifient des investissements lourds dans l’aménagement hydraulique, et une refonte de la gouvernance, capable d’encadrer un entretien suivi des digues. À côté d’un État fort évoluent des associations syndicales de propriétaires, qui prennent en charge l’entretien des aménagements à une échelle cohérente, celle de la basse vallée. Ainsi les marais de la Dives s’intègrent à la nouvelle organisation du territoire national, répondant à une conception hégémonique de l’espace par un État qui cherche à affirmer son pouvoir localement.

34La période qui suit les grands travaux du XIXe siècle est considérée comme un « Âge d’or » des marais de la Dives (Leillard, 1986). Cependant, durant la deuxième moitié du XXe siècle, les digues et le fleuve auraient de nouveau manqué d’entretien (Ibid.). L’État abandonne la gestion de la Dives, déclassée des rivières navigables en 1926. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les digues sont sabotées par les troupes allemandes et le marais, submergé, fera l’objet d’une longue restauration de près de 20 ans. Après-guerre, la baisse de la rentabilité de l’élevage se caractérise dans le paysage par le déclin amorcé des prairies humides.

Un marais agricole fragilisé dont on souhaite préserver les paysages et les usages

35Les cartographies de la figure 6 montrent l’évolution de l’occupation du sol à l’interface des marais et des villes de Cabourg et de Dives-sur-Mer à 3 dates : 1947, 1982, et 2016. Les relevés effectués sont issus de la photo-interprétation de photos aériennes d’archives visibles en sous-calques. Un tel zoom focalise l’attention sur les mutations des usages du marais au regard de l’extension du front urbain depuis le cordon dunaire vers le rétro-littoral. On observe trois dynamiques principales.

36La transformation paysagère la plus notable est due à la pression exercée par la périurbanisation sur les marais, qui prend la forme d’un étalement urbain repoussant toujours plus loin les prairies agricoles. Une deuxième dynamique concerne la multiplication des infrastructures de loisir, en lien d’une part avec l’économie touristique littorale, d’autre part avec l’écologie des marais, riches en ressources halieutiques et ornithologiques. La première mare de chasse au gibier d’eau est creusée en 1946 ; on en compte aujourd’hui près de 250 dans l’ensemble des marais (Douillard, 2018). Finalement, on observe la conversion de quelques parcelles de prairies en peupleraies ou en cultures (non représentées ici). La photographie la plus récente montre aussi des processus d’enfrichement sur les franges du marais en contact avec des espaces urbanisés et des infrastructures routières.

37Après deux siècles de domination exclusive des prairies humides, on assiste, en miroir de la déprise agricole, au retour de la multifonctionnalité.

Figure 6 : Évolution des usages du sol à l’interface des marais et des zones urbaines de Cabourg et Dives-sur-Mer entre 1947 et 2016

Figure 6 : Évolution des usages du sol à l’interface des marais et des zones urbaines de Cabourg et Dives-sur-Mer entre 1947 et 2016

Sources : Auteurs, ANR DIGUES 2021

  • 9 La campagne MAEC initiée en 2015 par la Chambre d’Agriculture de Normandie a pour but de « revalori (...)

38Face à ces mutations, qui dépassent largement le territoire des marais de la Dives, on assiste au XXe siècle à la montée en puissance des enjeux environnementaux. Bien qu’une majorité d’usagers du marais aient rejeté à plusieurs reprises le projet européen de classement Natura 2000 porté par l’association des Amis des Marais de la Dives (AMD), des actions associatives locales se poursuivent en faveur de la protection et de la valorisation des marais de la Dives. Le site reste aux mains des acteurs locaux, élus, agriculteurs, chasseurs, pêcheurs, ornithologistes, qui se retrouvent dans les différents acteurs de la gouvernance. Parmi les actions menées, des mesures incitent à limiter le développement des peupleraies et à pérenniser les prairies9, tandis qu’une étude de la trame verte et bleue des marais est engagée afin d’en intégrer les enjeux écologiques aux documents de planification locaux (CREPAN, 2013). Un travail de découverte et de sensibilisation à l’écologie des marais est aussi entrepris par l’Association des Amis de la Dives.

39L’attention que ces acteurs portent aux enjeux écologiques et paysagers du site, et les efforts qu’ils déploient, manifestent un attachement local fort aux marais. La prise en compte des enjeux environnementaux s’appuie en ce sens sur les usages traditionnels et populaires. Cependant, la question de la gestion des digues est la grande absente de cette dynamique de préservation désirée et partagée. Les deux Associations syndicales autorisées (ASA), qui ont en charge le fonctionnement hydraulique du marais, sont constituées principalement d’agriculteurs, qui ne prennent pas en charge l’entretien des digues de la Dives. Un flou perpétuel règne sur la mission d’entretien des digues, qui ne font l’objet que de travaux d’urgence, parfois sans concertation entre les acteurs, quand apparaît une brèche.

Des digues en déshérence face à l’accroissement de la vulnérabilité et des risques

40À la fin du XXe siècle, les signes de déprise agricole trahissent un déséquilibre dynamique dans le système socio-économique et technique qui a fait naître le paysage de prairies humides (Lespez et al., 2010). Le mode de gestion des digues du marais, qui n’est pérenne ni sur le plan fonctionnel ni financier, confirme cette trajectoire paysagère en lien avec le déclin d’un système productif. En revanche, le développement des villes côtières, en repoussant le marais toujours plus loin dans l’arrière-pays, entraîne une réorganisation des enjeux de protection entre le littoral et le rétro-littoral. Dans ce contexte, comment s’articulent les différentes fonctions attribuées aux digues de la Dives sur son linéaire ?

Nouvelle hiérarchie des enjeux : la concentration progressive de la protection sur le littoral urbanisé

41La carte de la figure 7 confronte l’emprise des espaces urbanisés et des activités agricoles au sein des Zones situées sous le niveau marin de référence (ZNMR). Le niveau marin de référence est défini en prenant en compte le risque de submersion pour un évènement de période de retour 100 ans, c’est-à-dire un aléa de référence qui a en moyenne une chance sur cent de se produire chaque année, auquel est rajouté 20 cm afin de tenir compte du changement climatique (DREAL Basse-Normandie, 2014). Sont aussi représentées les continuités bâties d’après les relevés effectués sur la carte d’État-Major, établie en 1837. Le tableau 1 compare la population des communes localisées sur les franges du marais en 1841 et en 2018.

Figure 7 : L’occupation du sol sur les Zones situées sous le niveau marin de référence (ZNMR)

Figure 7 : L’occupation du sol sur les Zones situées sous le niveau marin de référence (ZNMR)

Sources : Auteurs, ANR DIGUES 2021

Tableau 1 : Population des communes de Cabourg, Dives-sur-Mer et Gonneville en 1841 et en 2018

Tableau 1 : Population des communes de Cabourg, Dives-sur-Mer et Gonneville en 1841 et en 2018

Sources : Ldh/EHESS/Cassini pour 1841, Insee pour 2018

  • 10 Pour Gonneville-en-Auge, la représentation cartographiée des continuités bâties semble montrer un é (...)

42L’analyse croisée des données de la carte et du tableau rend compte de l’évolution asymétrique des zones urbanisées. Le nombre d’habitants des communes côtières a décuplé tandis que, dans les communes sans accès au littoral, telles que Gonneville-en-Auge, il a régressé10. À l’origine de ce bouleversement se trouve l’avènement du tourisme balnéaire au milieu du XIXe siècle. En rupture avec les représentations d’une mer dangereuse et redoutable, qui prévalaient jusque-là, les cordons dunaires font l’objet « d’un intérêt aussi soudain que spectaculaire » (Vidal, 2012). Après avoir colonisé le front littoral, l’urbanisation progresse en arrière des dunes, sur les terres des marais, mouvement qui s’accompagne d’un recul des prairies humides. Ce n’est donc plus la distribution spatiale des risques de submersion et d’inondation qui régit l’occupation du sol, mais les logiques d’un modèle de développement original : l’urbanisme balnéaire. Désormais, l’habitat et l’agriculture occupent tous deux les espaces soumis au risque de submersion.

  • 11 Il est entendu ici que l’exposition des populations au risque n’est pas directe, cependant les dégâ (...)
  • 12 Soit une digue protégeant entre 1 000 et 50 000 habitants.

43Avant le développement touristique, la vulnérabilité des villages littoraux est d’une part amoindrie par leur localisation en marge du marais et des débordements du cours d’eau, d’autre part limitée par la relative faiblesse de l’enjeu de protection humain11, compte tenu de la population peu nombreuse. L’augmentation de la vulnérabilité littorale, due au déploiement de l’urbanisation sur les zones submersibles, amène les pouvoirs publics à réglementer la gestion des digues avec le premier Décret Digues de 2007. La majorité du linéaire des digues de la Dives, qui borde les zones urbaines de Cabourg et de Dives-sur-Mer, bénéficie alors d’une classe B12. En revanche, les digues du marais ne sont pas classées, ce qui signifie que les gestionnaires ne sont tenus à aucune obligation d’entretien.

44Ce nouvel appareil législatif acte une véritable scission entre les digues urbaines et les digues du marais, qui remet profondément en question l’articulation du littoral et du rétro-littoral d’un point de vue à la fois hydraulique et culturel. La nouvelle hiérarchisation des usages opère un tri dans la récupération des digues, qui confirme la prévalence des enjeux économiques en lien avec le tourisme, au détriment de ceux de l’agriculture. Au sein de ce paysage côtier fracturé, les processus de ré-usage des digues sont donc partiels. Dépendant de digues suscitant peu d’intérêt, quelle transition paysagère envisager alors dans les marais ?

Les digues du marais menacées de disparition

45L’analyse de l’occupation du sol sur les ZNM laisse entrevoir une prise en charge des digues à deux vitesses, dans le cadre de la GEMAPI. Si, pour l’heure, rien n’est acté, les discussions en cours sur le classement des systèmes d’endiguement, conformément au Décret Digues de 2015, ne vont pas dans le sens d’une prise en charge par les EPCI des territoires endigués agricoles. Dans ce contexte, la crainte des ASA et des agriculteurs « est d'aboutir à une échelle de gestion qui minimise les enjeux agricoles auparavant gérés par les agriculteurs eux-mêmes » (Douillard et al., 2021).

46Pour l’heure, la GEMAPI fait donc figure, avec les effets du changement climatique, de facteur à l’issue incertaine. L’absence de classement des systèmes d’endiguement des marais renforcerait les processus de dégradation, observés sur les digues au cours d’une étude écologique réalisée dans le cadre du programme ANR DIGUES (Jolly et al., 2022). Celle-ci a mis en lumière les processus d’enfrichement par des espèces ligneuses et/ou invasives (renouées) contribuant à la déstructuration des ouvrages, aggravée par les dynamiques fortes de marnage. À cela vient s’ajouter l’activité des animaux fouisseurs, acteurs” incontournables du fonctionnement de la zone de marais. En effet, le rat musqué Ondatra zibethicus et le ragondin Myocastor coypus, rongeurs originaires respectivement d’Amérique du Nord et du Sud et introduits au début du XXe siècle, constituent, du fait de leurs activités de creusement le long des berges et des digues de la Dives et de la Divette, un facteur supplémentaire de menace et de destruction de ces éléments du paysage des marais, comme le souligne le président de l’association syndicale des marais de la Divette. Une étude de la densité relative de ces deux espèces sera d’ailleurs entreprise prochainement. Enfin, le piétinement des bovins, que les agriculteurs laissent pâturer sur la crête des digues pour étendre au maximum la surface exploitable des prairies, génère des brèches qu’il faut réparer en urgence.

47Le schéma ci-dessous (Figure 8) est construit à partir de l’identification de ces facteurs avérés ou incertains. Il représente l’interaction de ces processus, multipliant les causes de dégradation, et la façon dont cette imbrication concourt à terme à l’érosion des digues des marais et à leur possible disparition, si aucune stratégie de gestion n’est mise en place. C’est donc tout le système des prairies humides qui est en danger, des paysages et des milieux écologiques aux activités qui y sont associés.

Figure 8 : L’existence des digues de la Dives menacée par une multitude de facteurs

Figure 8 : L’existence des digues de la Dives menacée par une multitude de facteurs

Sources : Auteurs, ANR DIGUES 2021

Quels scénarios d’évolution souhaités par les habitants et les usagers ?

48À partir de l’identification de ces facteurs, 4 scénarios d’évolution sont conçus en rapport avec 4 modalités de gestion des digues différentes, décrites ci-dessous. L’illustration de la figure 9 rend compte des conséquences sur le paysage des marais pour chacun d’eux. Les blocs-diagrammes schématisent ces 4 scénarios, permettant de visualiser le paysage en 3D ainsi que les processus évolutifs selon différents modes de gestion. Le tableau 2 reporte les résultats de l’enquête par questionnaire réalisée auprès des habitants et usagers des digues ; il exprime en pourcentage le degré d’adhésion suscité par chaque scénario.

49Les scénarios 1 et 2 décrivent une situation de gestion qui, à plus ou moins long terme, causera le retour des inondations de longue durée dans les marais. Les usages devront s’adapter à la salinisation, qui bouleversera les milieux écologiques actuels, remplaçant les prairies humides par un milieu d’interface entre terre et mer de type schorre et pré salé.

50Le premier scénario expose le cas où l’on poursuivrait la gestion actuelle. Ce scénario a été testé dans le but d’établir un scénario de référence servant de base comparative aux autres scénarios d’évolution. Cela revient à n’intervenir qu’en cas d’urgence, sans vision d’ensemble ni suivi régulier des ouvrages. La prolifération des invasives et des ligneux, combinée à des brèches causées par le piétinement des bovidés, finissent par déstructurer le linéaire de digues. Avec plus de 40 % d’avis favorables, les modes de gestion actuels convainquent encore une bonne partie des usagers des marais. Mais une majorité est consciente de la précarité des ouvrages face aux risques et est prête à imaginer d’autres possibilités que le maintien en l’état.

51Dans le deuxième scénario, des brèches sont créées volontairement pour redonner un espace de divagation au fleuve, selon la logique de la dépoldérisation (Goeldner-Gianella, 2007). Ce scénario a été proposé par plusieurs élus locaux et est également envisagé par le Conservatoire du littoral. L’objectif est de « dégager des vases d’expansion de crues » (Président de la communauté de communes, entretien) pour les situations d’événements climatiques majeurs. Si cette option est celle qui combinerait le mieux et à moindre frais les objectifs GEMA et PI, elle ne rencontre que 18,2 % d’adhésion auprès des enquêtés.

52Les scénarios 3 et 4 ont pour finalité la préservation des paysages et des usages actuels des marais. Leur mise en place dépend d’une volonté politique forte, à même de réunir les capacités financières et les compétences techniques pour mener à bien des travaux de grande ampleur.

53Le scénario 3 propose de renforcer les digues par apport de matériau, de type béton ou enrochement. Il est défendu par une partie des élus et des usagers, notamment une partie des agriculteurs. Pour assurer la pérennité structurelle des ouvrages, la gestion de la végétation doit être radicale. Blocs de béton et gros rochers nus présenteraient en cela un aspect radical qui trancherait avec la douceur des prairies humides. Un tel scénario génère une double rupture paysagère et écologique du fleuve avec les marais. D’ordinaire, cette option est la plus souhaitée, pour le sentiment de grande protection qu’elle déclenche. Pourtant, elle suscite dans les marais de la Dives une adhésion étonnamment faible, avec un quart des répondants seulement s’y montrant favorables.

54Le quatrième scénario consiste à démanteler les digues actuelles, puis à les reconstruire plus loin : un espace de divagation plus large est laissé au fleuve. Ce scénario a été évoqué par l’association des Amis des Marais de la Dives et par le technicien de rivière du syndicat de bassin. Dans ce cas, les digues en terre offrent des conditions propices à l’installation d’une flore et d’une végétation particulières. En plus de constituer un corridor écologique le long de la Dives, la présence de cette végétation serait favorable à l’intégration discrète des ouvrages dans le paysage des marais.

55Ce scénario s’appuie donc sur un triple atout. Il est le seul à parvenir à concilier de manière optimale les objectifs GEMA et PI, tout en respectant le paysage et le milieu dans lesquels les digues s’insèrent. Avec une moitié de répondants favorables, c’est l’option la plus plébiscitée par les enquêtés. Les propriétaires bordiers consentent même à céder du foncier pour la réalisation du projet. En revanche, la taxe GEMAPI ne suffira pas à financer de tels travaux dans les marais (Douillard et al., 2021). Par ailleurs, la réussite du projet repose sur des savoirs innovants en matière d’ingénierie écologique, tant dans la mise en place que dans l’entretien et le suivi, dont les communes ne sont pas nécessairement dotées.

56Est-il dès lors possible de marier, dans un seul et même projet d’avenir, le désir des populations locales de préserver le marais tel qu’il est, d’une part, et d’autre part l’ensemble des impératifs qu’affichent les gestionnaires des digues, notamment en termes d’objectifs GEMA et PI ?

Figure 9 : Quatre scénarios d’évolution des digues de la Dives selon différents modes de gestion

Figure 9 : Quatre scénarios d’évolution des digues de la Dives selon différents modes de gestion

Sources : Auteurs, ANR DIGUES 2021

Tableau 2 : Taux d’adhésion des scénarios d’après les résultats de l’enquête par questionnaire

Tableau 2 : Taux d’adhésion des scénarios d’après les résultats de l’enquête par questionnaire

Sources : Auteurs, ANR DIGUES 2021

La GEMAPI, l’opportunité d’une transition concertée ?

57Dans cette partie, nous analysons les résultats précédemment obtenus dans un ordre chronologique. Dans un premier temps, nous reconstituons les temps forts qui ont marqué la gestion des digues au cours de leur existence, pour mettre en lumière les difficultés constantes des populations à définir la bonne échelle de gestion ainsi que la gouvernance adaptée. Cette lecture géohistorique du territoire nous permet ensuite de mieux saisir les enjeux complexes de la transition paysagère que vivent actuellement les marais de la Dives. Le contexte économique est nettement favorable au développement touristique littoral, au détriment des enjeux agricoles, mais fait fi des menaces de submersion et du fonctionnement hydraulique du bassin versant. Finalement, nous mobilisons les résultats de l’enquête par questionnaire dans l’analyse des multiples conséquences qu’entraînerait la décision d’une cassure nette entre la gestion gémapienne des digues du littoral et celles du rétro-littoral.

Du territoire enclavé au territoire national, la recherche perpétuelle d’une échelle de gestion adéquate

58L’étude de la trajectoire paysagère des marais de la Dives a montré que les digues ont fait l’objet de ré-usages successifs au sein des différents paysages productifs depuis le Moyen-Âge. La charnière de l’époque moderne est cruciale : l’assèchement du marais constitue une rupture dans la trajectoire paysagère. Du paysage de subsistance à celui des prairies humides, qui ont fait la renommée des marais de la Dives, les digues font preuve d’une adaptation aux transformations qu’infléchissent les mutations socio-économiques. Cela passe par des évolutions morphologiques (exhaussement, suppression de méandres), techniques (système de vannage, adjonction de porte-à-flots...), mais aussi par des refontes de la gestion de ces ouvrages.

59La mise en place de l’économie de l’élevage sur prairies humides s’accompagne de grands travaux qui dépassent l’emprise territoriale du marais, pour l’ouvrir sur le territoire national. L’intervention croissante de l’État est révélatrice d’un changement d’échelle qui s’opère dans la gouvernance des marais. L’entretien des digues est un point crucial que celui-ci n’aura de cesse de tenter d’encadrer, et qu’il concrétisera avec la création des syndicats de propriétaires au tournant du XIXe siècle. La réorganisation des acteurs de la gouvernance autour d’aspirations économiques nouvelles ne fait pas que des gagnants, car « si l’appropriation des terres est un préalable nécessaire à toute opération d’assèchement, les dessiccateurs cherchent surtout à modifier radicalement les usages de l’eau d’une part, et les modalités d’exploitation des marais d’autre part » (Morera, 2011). Ce sont bien les usagers les plus pauvres qui feront les frais des processus de mise en valeur des marais de la Dives. La complexité technique et organisationnelle des infrastructures hydrauliques qu’implique l’assèchement appellera aussi un haut degré d’entretien qui aura posé de nombreux problèmes aux gestionnaires. En somme, les paysages de prairies humides des marais de la Dives résultent de grandes ambitions qui, de nos jours encore, demeurent toujours aussi difficiles à soutenir.

60Aujourd’hui, les difficultés que rencontrent les marais de la Dives interrogent de nouveau l’échelle de gestion adéquate. Depuis les années 1980, la déprise agricole et le changement d’occupation du sol laissent penser que l’élevage ne pèse plus suffisamment pour maintenir à lui seul le paysage et l’écosystème des prairies humides. Dans un monde aux flux mondialisés, le rejet du projet européen Natura 2000 est à ce titre symbolique : les marais semblent se replier sur eux-mêmes, pour n’occuper que les marges d’un paysage littoral façonné par l’économie internationale du tourisme balnéaire. Or, l’abandon de l’entretien des digues depuis plusieurs décennies, rend compte des limites d’une gestion essentiellement locale. Au reste, l’analyse de l’évolution de la gestion des digues montre qu’il aura fallu l’intervention autoritaire de l’État pour que l’entretien des ouvrages soit au niveau des exigences du fonctionnement des marais.

61Depuis de nombreuses décennies, celui-ci n’intervient plus dans la gouvernance des marais en tant que gestionnaire, mais dans un rôle d’assistance à la maîtrise d’ouvrage par l’intermédiaire de la DREAL, qui a notamment supervisé les projets de Plan de Prévention des Risques Littoraux (PPRL) de l’estuaire de la Dives, approuvé en 2021, et de Territoire à Risque important d’Inondation (TRI) de Dives-Ouistreham en 2014. Ce désinvestissement de la gestion du fleuve par l’État est vécu comme un abandon par les usagers du marais (Douillard, 2018). Alors que le transfert de la compétence GEMAPI est actif depuis 3 ans, et qu’on ne constate encore aucun portage politique pour la prise en charge de l’entretien des digues des marais (Douillard et al., 2021), le spectre du désintérêt des pouvoirs publics pour les marais plane de nouveau. L’existence des digues de la Dives est-elle compromise dès lors que les institutions publiques se désintéressent du sort économique du territoire des marais ? On se demande alors quel autre type de valorisation justifierait que des moyens financiers conséquents soient déployés pour envisager un scénario où seraient restaurés les ouvrages.

62Le cas des marais de la Dives est plutôt caractéristique de l’évolution du rôle de l’État dans la gestion des risques côtiers depuis le XIXe siècle. Jusque dans les années 1990, la logique consistant à construire des ouvrages de défense dans le but de maîtriser l’aléa a prévalu. Puis les politiques publiques se sont axées sur la maîtrise de la croissance des enjeux dans des territoires exposés aux aléas, à travers la mise en place des plans de prévention des risques (Deboudt, 2010). Ce changement de paradigme amène à envisager de nouvelles stratégies de gestion du risque, incluant le recul de l’urbanisation et la délocalisation des activités littorales vulnérables. À priori ce ne sont pourtant pas, comme nous allons le voir, des mesures que semblent prêts à prendre les pouvoirs publics dans l’estuaire de la Dives.

Une rupture entre le littoral urbanisé et le rétro-littoral agricole qui nuance l’idée d’une gestion intégrée

63Les territoires endigués forment des systèmes complexes d’interaction entre société et environnement. Ils constituent en cela de véritables anthroposystèmes, puisque « par essence, le concept d'anthroposystème pose comme objet scientifique les interactions entre la dynamique des systèmes naturels ou artificialisés et celle des sociétés humaines et leurs coévolutions » (Lévêque et al., 2003). Au sein de ce système complexe hybride, l’objet digue apparaît comme un élément constitutif des pratiques du territoire, lesquelles sont issues d’un ensemble de savoirs et de savoir-faire, fortement influencés par l’environnement régional (Ibid.) et transmis au cours des siècles.

64Or, du fait de leur cohabitation sur les zones situées sous le niveau de la mer (ZNM), les usages urbains et agricoles sont entrés dans une compétition territoriale pour l’enjeu de protection. Cette confrontation est particulièrement saillante dans le cadre de la GEMAPI et de la décision de classement des systèmes d’endiguement. Par le biais du classement, les institutions reconnaissent une utilité supérieure des digues urbaines, qui justifie des moyens financiers importants alloués à leur gestion. Au contraire, l’entretien des digues en mauvais état d’un espace agricole en déprise économique, n’apparaît plus aussi légitime sur la totalité du linéaire du fleuve endigué.

65L’analyse diachronique nous permet ici de comprendre que les marais de la Dives vivent actuellement une transition paysagère au cours de laquelle le processus de ré-usage des digues ne sera probablement que partiel. À l’échelle de l’existence millénaire des ouvrages des marais, il s’agit peut-être d’une véritable rupture paysagère, qui témoigne de la mutation des enjeux associés aux digues de la Dives. Telles qu’elles nous apparaissent aujourd’hui, elles sont en effet conçues au service d’un anthroposystème dont l’objectif est de bonifier la valeur des terres du marais, en maximisant leur productivité agricole. Leurs vocations ont évolué au cours du XXe siècle, puisqu’elles ont aussi pour fonction la protection des personnes et des activités économiques urbaines, quasi-inexistante au XIXe siècle.

66On peut toutefois se demander si le système d’endiguement qui fera l’objet d’un classement, alors qu’il a été pensé initialement dans un but de développement agricole, est apte à protéger sûrement et efficacement des enjeux humains d’autant plus forts qu’ils sont accrus par le développement touristique et une fréquentation croissante. Historiquement, l’endiguement de la Dives n’a pas pour but principal la protection contre les crues : les marais composent avec des inondations temporaires, qui font partie intégrante de l’équilibre hydraulique du milieu.

67Finalement, si l’intercommunalité et le syndicat de bassin versant, en charge de la GEMAPI, affichent dans les discours l’objectif d’une échelle de gestion plus cohérente, à savoir celle du bassin versant, les zonages du système d’endiguement ne prennent pas en compte les relations entre le littoral urbanisé et le marais rétro-littoral agricole, notamment en ce qui concerne la gestion des risques. Depuis le développement touristique de la fin du XIXe siècle, force est de constater que celle-ci s’est focalisée sur une protection contre la mer essentiellement frontale. À ce titre, le cordon dunaire, à l’abri duquel évoluent l’essentiel des enjeux touristiques, fait l’objet d’une volonté forte de préservation (Petit-Berghem, 2012). Le cordon littoral urbanisé serait ainsi protégé aux dépens du rétro-littoral agricole que constituent les marais de la Dives. Le retour à la mer du marais, bien qu’envisagé comme une stratégie d’adaptation au changement climatique par les pouvoirs publics, abonderait alors dans le sens d’une logique de renforcement des hiérarchies territoriales en place (Vallette, 2019).

68Cependant le PPRL comme le TRI n’envisagent pas concrètement le cas d’une submersion de la partie urbanisée de Cabourg, par phénomène de remontée de la mer dans l’estuaire, qui viendrait contourner les digues en mauvais état des marais. Tout se passe comme si l’aléa ne pouvait survenir que « par l’avant » pour les enjeux urbains littoraux, et « par l’arrière » pour les enjeux agricoles rétro-littoraux, sensibles aussi à la possibilité d’une rupture du cordon dunaire.

Une « culture du risque » locale à prendre en compte dans la gestion durable du territoire côtier ?

69Néanmoins, notre enquête par questionnaire contredit les orientations de gestion du risque, décrites ci-dessus, qui semblent tenter les pouvoirs publics locaux. Les résultats montrent en effet que les scénarios les plus plébiscités vont dans le sens d’un maintien des qualités actuelles du marais. Cela confirme le souhait d’une majorité d’usagers interrogés d’en préserver les paysages et les usages. De telles aspirations transparaissaient déjà dans l’action de protection des marais, entreprise par les associations environnementales au tournant des années 2000. Toutefois, la focalisation des acteurs locaux sur un paysage de référence dont les conditions de production sont aujourd’hui affaiblies, interroge la capacité réelle des forces en place à en assurer le maintien. De ce point de vue, l’analyse diachronique a permis de « mettre en avant le rôle de la dimension éminemment mobile du paysage et des systèmes naturels et sociaux qui sont responsables de sa production » (Germaine, 2010).

70L’adhésion importante que rencontre le scénario de recul puis de végétalisation des ouvrages révèle toutefois que ce désir de préservation ne se réduit pas à une simple volonté de conservation, comme le choix en faveur du renforcement l’aurait plutôt signifié. Les enquêtés sont effectivement conscients de la nécessité de faire évoluer les ouvrages et leurs modalités de gestion pour s’adapter au changement climatique ; ils sont enclins à trouver un compromis à la fois favorable à la durabilité des milieux et à la continuité des pratiques des marais. En mettant « la nature et ses propriétés au cœur de la réflexion autour du développement des techniques et des attentes humaines » (Couvet et Ducarme, 2018), les populations locales manifestent un certain intérêt à l’égard des « solutions fondées sur la nature et sur les citoyens » (Ibid.). Au-delà du problème du coût réel que représenterait la concrétisation de telles aspirations, une telle notion aiderait à conceptualiser un nouveau type de gestion du territoire estuarien, à même d’intégrer l’ensemble des processus socio-environnementaux qui contribuent à sa production.

71De fait, les intentions exprimées par les usagers traduisent un attachement fort au territoire vécu, ancré dans la longue histoire des pratiques spatiales qui unissent les sociétés humaines, la mer et les fleuves. De ce point de vue, l’expérience empirique par les populations des risques inhérents au territoire peut constituer un ensemble de ressources intangibles, pouvant être pensées en termes de culture commune. Or, la non-prise en considération des liens d’interdépendance entre littoral et rétro-littoral, non seulement priverait l’espace estuarien de sa qualité de système, mais couperait potentiellement les populations locales de ressources matérielles comme immatérielles pour faire face à des phénomènes climatiques de plus en plus sévères.

72Une telle conception du risque décorrélée de la culture, des pratiques et des savoirs locaux, interroge notre capacité à imaginer le risque autrement que par sa confusion avec l’aléa lui-même (Gilbert, 2003), considéré comme une menace extérieure au territoire. Le risque et le territoire sont en réalité liés par des interactions complexes, si bien que « le risque naît du territoire, aussi bien de ses composantes biophysiques que sociales, de sa matérialité́ que de son organisation spatiale ou de ses fonctions, de ses dimensions sociétales que politiques » (Reghezza-Zitt, 2015). La longue évolution des paysages endigués laisserait alors penser que l’existence du risque, « une fois qu’elle est connue et acceptée, participe à la définition de l’identité́ du territoire et des sociétés qui l’habitent » (Ibid.).

73En-deçà de la culture défensive héritée de la vision militaire du XIXe siècle (Miossec, cité dans Deboudt, 2010), les usages et les pratiques des marais de la Dives ne transmettent-ils pas, par l’intermédiaire de leur propre processus d’héritage, une certaine « culture du risque » ? En ce sens, le croisement de scénarios de prospective paysagère avec d’une part une analyse géohistorique, d’autre part des enquêtes de terrain, apparaît pertinent pour redonner une place à ce patrimoine immatériel local, dans l’optique d’un projet durable pour les territoires vulnérables. Une telle démarche s’inscrirait dans une approche territorialisée de l’adaptation au changement climatique, associant à l’identification et à la caractérisation des risques eux-mêmes, le recueil de perceptions et de représentations locales, visant à identifier, dans un territoire donné, les freins et les leviers aux processus d’adaptation (Philippenko, 2019).

Conclusion

74La démarche géohistorique développée dans cet article a mis en lumière la capacité des digues de l’estuaire à se réactualiser sur le temps long. Le croisement des sources bibliographiques historiques avec l’analyse cartographique diachronique amène à considérer les digues fluviales des marais de la Dives comme des objets spatiaux multifonctionnels dans le temps : elles n’ont pas toujours eu pour finalité la protection des mêmes usages, ni servi les mêmes intérêts. Elles se présentent ainsi comme des éléments constants à l’intérieur de paysages productifs évolutifs. C’est en quelque sorte un objet spatial dont l’utilité transcende des systèmes productifs fondamentalement différents, ainsi que les paysages qu’ils produisent.

75Aujourd’hui, l’état de délabrement des ouvrages de protection des marais, associé à une diversification des usages et des occupations des sols, trahit un déclin du paysage des prairies humides, entamé il y a plusieurs décennies avec la déprise agricole. Dans le cadre de la stratégie gémapienne, la récupération partielle du système d’endiguement annonce une possible rupture dans la trajectoire paysagère des marais.

76La démarche géohistorique gagnerait à être confrontée à d’autres terrains d’étude, afin d’identifier de manière plus systématique les processus de ré-usage ou d’abandon des ouvrages de protection au cours des époques, comme cela a pu être fait par exemple dans le cas des moulins, de leurs biefs et de leurs seuils dans les vallées normandes (Barraud et al., 2013, Lespez et al., 2005b).

77En outre, d’un point de vue méthodologique, l’un des apports scientifiques de cet article est de renouveler la notion de trajectoire paysagère en lui associant une dimension prospective, par le recoupement de l’analyse géohistorique avec les scénarios d’évolution paysagère d’une part et les enquêtes réalisées par questionnaire d’autre part.

78La disparition de l’anthroposystème des marais actuels laisserait place à un paysage radicalement différent, caractérisé par le retour de la mer dans le marais, mais causerait l’ensevelissement d’un ensemble de pratiques habitantes qui sont pourtant à l’origine d’un attachement fort au territoire et induisent une bonne connaissance de celui-ci, ainsi que de ses enjeux. Il resterait à mettre à jour, par le biais d’entretiens avec les habitants, cette éventuelle « culture du risque », façonnée au cours des siècles, au contact d’aléas qui ont imprégné durablement les mémoires, pour mieux la prendre en compte dans l’élaboration de scénarios prospectifs.

79La fracture entre le littoral et le rétro-littoral pourrait d’autant plus aggraver des risques côtiers déjà accrus par le changement climatique. Pourtant, les connaissances des habitants locaux pourraient, de même que les solutions fondées sur la nature, être pris en considération dans le cadre d’un projet de territoire intégrant une stratégie d’adaptation collective au changement climatique.

Haut de page

Bibliographie

BARRAUD R., LESPEZ L., GERMAINE M.-A., CADOR J.-M., 2013, Moulins à eau et ouvrages hydrauliques, outils de reconstitution et d’interprétation des trajectoires paysagères des fonds de vallées, in BALLUT C., FOURNIER L. (éd.), Au fil de l’eau : Ressources, risques et gestion du Néolithique à nos jours, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, MSH Clermont-Ferrand, coll. « Croisée des SHS », p. 215‑228.

CARPENTIER V., 2010, Trois documents inédits sur les salines de la Dives (XIIe-XIVe siècle), Tabularia [En ligne], 14 novembre 2010. DOI : http://dx.doi.org/10.4000/tabularia.2542

CARPENTIER V., GARNIER E., LESPEZ L., MAERTENS S., 2006, Les marais de la basse vallée de la Dives. Contribution interdisciplinaire à l’histoire d’un espace productif et de ses mutations paysagères sur le temps long, Aestuaria, n° 9, p. 213-230.

CEPRI, 2017, Les ouvrages de protection contre les inondations. S’organiser pour exercer la compétence GEMAPI et répondre aux exigences de la réglementation issue du décret du 12 mai 2015, Les guides du CEPRI, 100 p.

CHAPMAN M. G., UNDERWOOD A. J., 2011, Evaluation of ecological engineering of “armoured” shorelines to improve their value as habitat, Journal of Experimental Marine Biology and Ecology, vol. 400, n° 1, p. 302313.

COUVET D., DUCARME F., 2018, Des solutions fondées sur la nature… et sur les citoyens ? in SIERRA R. et GRISONI A., Transition écologique et durabilité : politiques et acteurs, Frankfurt, Campus, p. 251-266. 

CREPAN, 2013, Détermination de la Trame Verte et Bleue sur les marais de la Dives, 156 p.

DEBOUDT P., 2010, Vers la mise en œuvre d’une action collective pour gérer les risques naturels littoraux en France métropolitaine, Cybergeo  : European Journal of Geography [En ligne], 3 mars 2010. DOI : 10.4000/cybergeo.22964

DENIAUX Y., LEDOUX P., COLIN B., BEULLAC B., TOURMENT R., DENIAUX Y., LEDOUX P., 2018, Étude de dangers de systèmes d’endiguement Concepts et principes de réalisation des études, CEREMA. URL : https://hal.inrae.fr/hal-02609196

DOUILLARD T., 2018, Polders et marais endigués  : des territoires du changement  ? Le devenir de territoires endigués de Normandie, en Baie des Veys (Manche) et sur les marais de la Dives (Calvados)  : analyse socio-environnementale, Mémoire de master 2, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 105 p.

DOUILLARD T., GOELDNER-GIANELLA L., CARRÉ C., GRANCHER D., CHENET M., BOULIER J., 2021, Les digues littorales à l’heure de la GEMAPI  : Une opportunité de gestion intégrée face aux risques littoraux  ? Le cas du littoral normand, BAGF, n° 3-4.

DOURNEL S., 2016, La vulnérabilité d’un territoire, un héritage complexe à révéler  : démonstration à travers l’étude géohistorique du risque d’inondation en Val d’Orléans (France), VertigO [en ligne], 20 décembre 2016, vol. 16, n° 3. DOI : 10.4000/vertigo.18040

DREAL DE BASSE-NORMANDIE, 2014, Révision de l’atlas des Zones sous le niveau marin (ZNM), notice d’utilisation, 4 p.

EGBERTS L., RIESTO S., 2021, Raise the dikes and re-use the past? Climate adaptation planning as heritage practice, Maritime Studies, vol. 20, n° 3, p. 267‑278.

GERMAINE M.-A., 2010, Trajectoires paysagères et poids des héritages dans les vallées normandes, Image du Mois, Mappemonde [En ligne], n° 99. URL : http://mappemonde-archive.mgm.fr/num27/mois/moi10303.html

GILBERT C., 2003, Limites et ambiguïtés de la territorialisation des risques, Pouvoirs Locaux  : les cahiers de la décentralisation / Institut de la décentralisation, n° 56, p. 48‑52.

GOELDNER-GIANELLA L., 2007, Dépoldériser en Europe occidentale ; de-polderizing in Western Europe, Annales de géographie, vol. 4, n° 656, p. 339‑360. https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2007-4-page-339.htm

GOELDNER-GIANELLA L., BERTRAND F., PRATLONG F., GAULTIER-GAILLARD S., 2013, Submersion marine et dépoldérisation  : le poids des représentations sociales et des pratiques locales dans la gestion du risque littoral, Espace, populations, sociétés [En ligne], n° 2013/1‑2, p. 193‑209. DOI: 10.4000/eps.5464

GOELDNER-GIANELLA L., BERTRAND F., 2014, Managing coastal flooding risk through depolderisation: perceptions of local stakeholders and implementation of public policies in the Arcachon Bay (France), Natures Sciences Sociétés, vol. 22, n° 3, p. 219‑230. DOI 10.1051/nss/2014035

IPCC, 2021, Summary for policymakers, in MASSON-DELMOTTE V., ZHAI P., PIRANI A., CONNORS S.L., PÉAN C., BERGER S., CAUD N., CHEN Y., GOLDFARB L., GOMIS M.I., HUANG M., LEITZELL K., LONNOY E., MATTHEWS J.B.R., MAYCOCK T.K., WATERFIELD T., YELEKÇI Ö., YU R., ZHOU B. (éd.), Climate Change 2021: The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Sixth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge University Press.

JACOB-ROUSSEAU N., 2009, Géohistoire/géo-histoire  : quelles méthodes pour quel récit  ? Géocarrefour, vol. 84, n° 4, p. 211‑216. DOI : 10.4000/geocarrefour.7598

JOLLY G., ROBINET N., LEMPERIÈRE G., PETIT-BERGHEM Y., 2022, Caractérisation des habitats ripariens et du contexte écopaysager d’un petit fleuve endigué confronté au changement climatique  : le cas de la basse vallée de la Dives, Calvados (France), Physio-géo, vol. 17, p 1-28. DOI : 10.4000/physio-geo.13042

LEILLARD P., 1986, Les marais de la Dives  : élaboration et évolution d’un géosystème, mémoire de Maîtrise, Université de Caen, 95 p.

LESPEZ L., 2012, Paysages et gestion de l’eau – Sept millénaires d’histoire de vallées et de plaines littorales en Basse-Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen, Bibliothèque du pôle rural, 3, 336 p.

LESPEZ L., CADOR J.-M., CARPENTIER V., CLET-PELLERIN M., GERMAINE M.-A., GARNIER E., MARCIGNY C., 2010, Trajectoire des paysages des vallées normandes et gestion de l’eau, du néolithique aux enjeux de la gestion contemporaine, in GALOP D. (éd.), Paysages et Environnement. De la reconstitution du passé aux modèles prospectifs, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 249‑263.

LESPEZ L., CARPENTIER V., CLET-PELLERIN M., GARNIER E., MAERTENS-NOËL S., 2005a, Gestion de l’eau et dynamique des paysages du Néolithique à nos jours  : étude des basses vallées côtières dans le nord-ouest de la France. L’exemple de la basse vallée de la Dives (Calvados), in Journées 2005 Hydrosystèmes normands, Caen, 21-22-23 septembre 2005, p. 122.

LESPEZ L., GARNIER E., CADOR J.-M., ROCARD D., 2005b, Les aménagements hydrauliques et la dynamique des paysages des petits cours d’eau depuis le XVIIIe siècle dans le nord-ouest de la France  : l’exemple du bassin versant de la Seulles (Calvados), Aestuaria, n° 7, p. 89‑109.

LÉVÊQUE C., MUXART T., ABBADIE L., WEILL A., VAN DER LEEUW S., 2003, L’anthroposystème : entité structurelle et fonctionnelle des interactions sociétés-milieux, in LÉVÊQUE C., VAN DER LEEUW S. (ed.), Quelles natures voulons-nous  ? Pour une approche socio-écologique du champ de l’environnement, Paris, éditions Elsevier, p. 110‑129.

MAERTENS-NOËL S., 2004, Du blanc au Vert, histoire des mutations paysagères des marais de la Dives à l’époque Moderne, mémoire de maîtrise, Université de Caen, 181 p.

MARIJNISSEN R., KOK M., KROEZE C., VAN LOON-STEENSMA J., 2019, Re-evaluating safety risks of multifunctional dikes with a probabilistic risk framework, Natural Hazards and Earth System Sciences, vol. 19, n° 4, p. 737‑756.

MORERA R., 2011, Chapitre IV. Prendre possession de la terre, in MORERA R., L’assèchement des marais en France au XVIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 145‑181. https://books.openedition.org/pur/111456

PETIT-BERGHEM Y., 2012, Expertiser le territoire : contribution à une nouvelle typologie des dunes du Calvados, Mappemonde [En ligne], n° 108. URL : http://mappemonde-archive.mgm.fr/num36/articles/art12403.html

PHILIPPENKO X., GOELDNER-GIANELLA L., COZANNET G. L., DE LA TORRE Y., 2019, Entre adaptation réalisable et réalisée, l’apport des sciences sociales en géographie pour l’adaptation au changement climatique, le cas de Saint-Pierre-et-Miquelon, in Rencontre SHF - Littoral et changement climatique - Adaptation des côtes, des ports et des estuaires au changement climatique, Marne-la-Vallée, novembre 2019. URL : https://hal-brgm.archives-ouvertes.fr/hal-02549608

PIGEON P., 2014, Risque digue  : une justification à la relecture systémique et géopolitique des risques environnementaux, L’Espace Politique [En ligne], n° 24. DOI : 10.4000/espacepolitique.3256

REGHEZZA-ZITT M., 2015, Territorialiser ou ne pas territorialiser le risque et l’incertitude. La gestion territorialisée à l’épreuve du risque d’inondation en Île-de-France, L’Espace Politique [En ligne], n° 26. DOI : 10.4000/espacepolitique.3543

RODE S., 2012, Le chêne ou le roseau  : quelles stratégies de gestion du risque d’inondation en France  ? Cybergeo [En ligne], 25 avril 2012. DOI : 10.4000/cybergeo.25299

SERRE D., PEYRAS L., TOURMENT R., DIAB Y., 2008, Levee Performance Assessment Methods Integrated in a GIS to Support Planning Maintenance Actions, Journal of Infrastructure Systems [En ligne], 1 septembre 2008, vol. 14, n° 3. DOI : 10.1061/(ASCE)1076-0342(2008)14 :3(201)

SYNDICAT MIXTE DU BASSIN DE LA DIVES, 2017, Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P) étude de la dynamique fluviale des cours d’eau du bassin de la Dives et des potentialités de protection contre les inondations, 45 p.

VALETTE P., CAROZZA J. M., 2013, Toulouse face à la Garonne : emprise de l’urbanisation dans la plaine inondable et géohistoire des aménagements fluviaux, Geographicalia, n° 63‑64, p. 177-203.

VALETTE P., CAROZZA J.-M., 2010, Mise en œuvre d’une démarche géohistorique pour la connaissance de l’évolution des paysages fluviaux  : l’exemple de la moyenne vallée de la Garonne, Géocarrefour, vol. 85, n° 1, p. 17‑27. DOI : 10.4000/geocarrefour.7679

VALLETTE C., 2019, Lecture critique des projets d’adaptation du littoral au changement climatique, in JUAN S., CORBIN S., DIAW A. (ed.), Le littoral en tension  : rigidités, stratégies d’adaptation et préservation écologique, Caen, Presses universitaires de Caen, p. 117‑130.

VAN LOON-STEENSMA J. M., SCHELFHOUT H. A., VELLINGA P., 2014, Green adaptation by innovative dike concepts along the Dutch Wadden Sea coast, Environmental Science & Policy, vol. 44, p. 108‑125.

VEELEN P., 2015, Design challenges of multifunctional flood defences. A comparative approach to assess spatial and structural integration, Research In Urbanism Series, vol. 3, p. 275292. DOI : 10.7480/rius.3.841

VIDAL R., 2012, L’urbanisme balnéaire : processus de colonisation ou aménagement durable du littoral ? Projets de paysage [En ligne], n° 7. DOI : 10.4000/paysage.16308

VUILLET M., PEYRAS L., SERRE D., DIAB Y., 2012, Decision-making method for assessing performance of large levee alignment, Journal of Decision Systems, vol. 21, n° 2, p. 137‑160.

WARD P. J., COUASNON A., EILANDER D., HAIGH I. D., HENDRY A., MUIS S., VELDKAMP T. I. E., WINSEMIUS H. C., WAHL T., 2018, Dependence between high sea-level and high river discharge increases flood hazard in global deltas and estuaries, Environmental Research Letters [En ligne], juillet 2018, vol. 13, n° 8. DOI: 10.1088/1748-9326/aad400

WILBY R. L., KEENAN R., 2012, Adapting to flood risk under climate change, Progress in Physical Geography: Earth and Environment, vol. 36, n° 3, p. 348378. DOI : 10.1177/0309133312438908

ZANETTI C., LIENCY N., FORMENTO J., VENNETIER M., MERIAUX P., EVETTE A., GUAY C., 2018, Gestion de la végétation sur digue : comment concilier GEMA et PI, Sciences Eaux & Territoires, 2018, n° 26, p. 30‑35.

Haut de page

Notes

1 La GEMAPI est créée par la loi n° 2014-58 du 27 janvier 2014 de Modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM).

2 Le décret n° 2015-526 du 12 mai 2015 est relatif aux règles applicables aux ouvrages construits ou aménagés en vue de prévenir les inondations et aux règles de sûreté des ouvrages hydrauliques. Il prend effet dans le cadre de la loi MAPTAM n° 2014-58 du 27 janvier 2014. Il est consultable sur https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2015/5/12/DEVP1423128D/jo/texte

3 La dépoldérisation consiste à démanteler les digues pour tirer parti des infrastructures naturelles, dont la fonction d’espace tampon contribue à freiner la houle en cas de submersion marine.

4 La Convention européenne du paysage a été adoptée le 20 octobre 2000, à Florence, par 29 États-membres. Elle est entrée en vigueur en France en 2006.

5 https://www.coe.int/fr/web/landscape/definition-and-legal-recognition-of-landscapes

6 L’ANR DIGUES – Interactions, Gestion, Usages, Environnement, Scénarios – est un programme démarré en décembre 2018 pour une durée de 4 ans. https://anr.fr/Projet-ANR-18-CE03-0008

7 Sédiment des côtes de la Manche qui se dépose dans les zones de vasières littorales.

8 Le droit de triage donne la possibilité à un seigneur de déposséder les habitants de l’usage d’un tiers des communaux, s’il justifie du fait que les deux tiers restants sont suffisants aux besoins des populations.

9 La campagne MAEC initiée en 2015 par la Chambre d’Agriculture de Normandie a pour but de « revaloriser l’élevage pour assurer sa pérennité tout en conservant une gestion extensive du territoire ». Source : https://normandie.chambres-agriculture.fr/conseils-et-services/preserver-lenvironnement/maec/mesures-accessibles-dans-le-calvados/

10 Pour Gonneville-en-Auge, la représentation cartographiée des continuités bâties semble montrer un étalement urbain plus important en 2018 qu’en 1837, ce qui apparaît contradictoire avec la décroissance de la population. L’habitat dispersé important de cette commune n’est pas représenté, l’intention étant ici de montrer les processus d’urbanisation.

11 Il est entendu ici que l’exposition des populations au risque n’est pas directe, cependant les dégâts collatéraux d’un événement climatique majeur ne sont pas pris en compte dans une telle évaluation de la vulnérabilité.

12 Soit une digue protégeant entre 1 000 et 50 000 habitants.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation du terrain d’étude
Crédits Sources : Auteurs, ANR DIGUES 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18044/img-1.png
Fichier image/png, 433k
Titre Figure 2 : Paysages de la Dives endiguée
Légende 1 La Dives et Cabourg en arrière-plan. 2 La Dives et les prairies humides. 3, 4 Les digues en terre, soumises à des phénomènes d’érosion.
Crédits Sources : Auteurs, ANR DIGUES 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18044/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 722k
Titre Figure 3 : Exemple de tableau présentant aux enquêtés un scénario d’évolution possible pour les digues
Crédits Sources : Auteurs, ANR DIGUES, 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18044/img-3.png
Fichier image/png, 44k
Titre Figure 4 : Dates clés de l’aménagement des marais de la Dives depuis le XVIIe siècle
Crédits Sources : Auteurs, ANR DIGUES, 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18044/img-4.png
Fichier image/png, 113k
Titre Figure 5 : Deux grandes phases d’aménagement des marais : un paysage qui repose sur l’entretien des digues
Crédits Sources : Auteurs, ANR DIGUES, 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18044/img-5.png
Fichier image/png, 54k
Titre Figure 6 : Évolution des usages du sol à l’interface des marais et des zones urbaines de Cabourg et Dives-sur-Mer entre 1947 et 2016
Crédits Sources : Auteurs, ANR DIGUES 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18044/img-6.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Figure 7 : L’occupation du sol sur les Zones situées sous le niveau marin de référence (ZNMR)
Crédits Sources : Auteurs, ANR DIGUES 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18044/img-7.png
Fichier image/png, 881k
Titre Tableau 1 : Population des communes de Cabourg, Dives-sur-Mer et Gonneville en 1841 et en 2018
Crédits Sources : Ldh/EHESS/Cassini pour 1841, Insee pour 2018
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18044/img-8.png
Fichier image/png, 9,1k
Titre Figure 8 : L’existence des digues de la Dives menacée par une multitude de facteurs
Crédits Sources : Auteurs, ANR DIGUES 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18044/img-9.png
Fichier image/png, 87k
Titre Figure 9 : Quatre scénarios d’évolution des digues de la Dives selon différents modes de gestion
Crédits Sources : Auteurs, ANR DIGUES 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18044/img-10.png
Fichier image/png, 391k
Titre Tableau 2 : Taux d’adhésion des scénarios d’après les résultats de l’enquête par questionnaire
Crédits Sources : Auteurs, ANR DIGUES 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18044/img-11.png
Fichier image/png, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flora Rich, Tristan Douillard, Yves Petit-Berghem, Nicolas Robinet, Gaëtan Jolly et Guy Lempérière, « Trajectoire paysagère des digues fluviales confrontées aux risques côtiers : le cas des marais de la Dives (Calvados, France) », Géocarrefour [En ligne], 96/1 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/18044 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.18044

Haut de page

Auteurs

Flora Rich

Laboratoire de recherche en projet de paysage (Larep), École Nationale Supérieure de Paysage, 10, rue du Maréchal Joffre, 78 000 Versailles contact.florarich@gmail.com

Tristan Douillard

Laboratoire de Géographie Physique, 1 Place Aristide Briand, 92195 Meudon tristandouillard@gmail.com

Yves Petit-Berghem

Laboratoire de recherche en projet de paysage (Larep), École Nationale Supérieure de Paysage, 10, rue du Maréchal Joffre, 78 000 Versailles y.petitberghem@ecole-paysage.fr

Articles du même auteur

Nicolas Robinet

UMR CNRS 5194 Pacte, Université́ Grenoble Alpes, Cermosem, 1064 Chemin du Pradel 07170 Mirabel nicolas.robinet@univ-grenoble-alpes.fr

Gaëtan Jolly

Institut Universitaire Européen de la Mer, Technopôle Brest-Iroise, rue Dumont d’Urville - 29280 Plouzané, France jolly.gaetan@gmail.com

Guy Lempérière

Laboratoire de recherche en projet de paysage (Larep), École Nationale Supérieure de Paysage (ENSP), 10 rue Maréchal Joffre - 78000 Versailles, France guy.lemperiere@ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search