Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsAnthony Tchékémian, Clipperton, l...

Anthony Tchékémian, Clipperton, les restes de la Passion

Jean-Marie Exbrayat
Référence(s) :

Tchekemian A., 2021, Clipperton, les restes de la Passion, Pointe-à-Pitre, Presses Universitaires des Antilles, collection Espace, territoires et sociétés, 194 p.

Texte intégral

1Ce livre, sous-titré « regards sur le seul atoll corallien français dans l’océan Pacifique nord-oriental » a été écrit par Anthony Tchékémian, Maître de Conférences à l’Université de la Polynésie française, à l’issue de la mission scientifique « Passion 2015 » dirigée par Christian Jost, professeur de géographie à la même université. Il est préfacé par le géopoliticien et poète Gérard Chaliand.

2Après un avant-propos consacré aspects historiques, l’ouvrage est divisé en quatre chapitres et une conclusion. De nombreuses photographies et cartes apportent des éléments particulièrement utiles à la lecture en profondeur que mérite cet ouvrage.

  • 1 https://wwz.ifremer.fr/umr_eio/Vie-scientifique/Missions/Mission-PASSION-2015

3L’avant-propos explique l’origine du nom « Clipperton » ou « Passion » donné à l’atoll (Huetz de Lemps, 1963 ; Jost, 2005) en indiquant toutefois que pas moins de sept noms différents ont été donnés à l’île. Il se termine par la présentation de l’expédition « Passion 2015 » relevant du programme collaboratif international « Passion » qui se penche depuis plus de quinze ans sur l’évolution géomorphologique et géosystémique de l’atoll1. L’objectif de « Passion 2015 » était de réaliser un inventaire de la biodiversité et d’étudier l’évolution de l’atoll à travers plusieurs projets comportant notamment la réalisation d’un modèle numérique de terrain, l’inventaire de la biodiversité et la géolocalisation des restes, vestiges et déchets pour mesurer l’impact environnemental, ce dernier point faisant plus particulièrement l’objet du travail de l’auteur (Jost et al., 2015).

4Le chapitre 1 commence par la localisation de ce « presqu’atoll au sud-ouest du Mexique » avec une description détaillée des aspects physiques. Clipperton, né d’un volcan sous-marin, est le seul atoll français du Pacifique Nord-Oriental, situé à 1280 km d’Acapulco (Mexique), la ville la plus proche. Il est soumis à un climat océanique tropical avec des températures comprises entre 25 et 30°C et des précipitations allant de 3000 et 5000 millimètres. la structure du sol de cet îlot inhabité depuis 1945, évolue en lien avec la faune, ce qui se manifeste par la présence de guano ou d’affaissements consécutifs aux galeries creusées par les crabes. Le point le plus haut de l’île culmine à 28,4 mètres. Le lagon communique périodiquement avec l’océan par des passes tour à tour ouvertes ou colmatées.

5L’îlot de Clipperton définit aujourd’hui un espace français de souveraineté maritime qui s’étend à 12 milles marins (22,234 km) de la côte, avec une zone économique exclusive (ZEE) qui s’étend à 200 milles marins de la côte (370,4 km).

6L’histoire de la possession française de l’île est complexe. Depuis 2007, l’atoll est placé sous l’autorité du ministre chargé de l’Outre-Mer, déléguée au Haut-Commissaire de la République en Polynésie française. Les intérêts de cette possession sont aussi bien d’ordre économique avec une ZEE à l’étendue importante dans laquelle est notée la présence de nodules polymétalliques, que scientifique au plan météorologique, géostratigraphique, de la biodiversité, de l’évolution des fonds océaniques et d’un écosystème bien délimité.

7La faune terrestre peu diversifiée est caractérisée par la présence de crabes rouges, de scolopendres, d’une seule espèce de reptile (le scinque d’Arundel), de rats et d’oiseaux tels que des fous, des sternes, des frégates (Charpy, 2009). Aucun poisson n’est aujourd’hui observé dans le lagon. La faune sous-marine paraît au contraire très riche mais son dernier recensement date de 1996 (Robertson et Allen, 1996). L’abondance d’espèces commercialisables est attestée par la présence de nombreux navires-usines même si une étude halieutique de la ZEE manque encore. Quinze espèces de plantes sont recensées, dont des cocotiers et des plants de tabac introduits volontairement. Des espèces végétales ont disparu entre 2005 et 2015 (Jost et al., 2015).

8Au cours du temps, la biodiversité au fragile équilibre a subi d’importantes variations. La faune de l’île a comporté alternativement une population naturelle et envahissante de crabes détruisant le couvert végétal, des cochons introduits volontairement provoquant la diminution de la population de crabes et l’augmentation de la végétation, la disparition des cochons avec corrélativement le retour des crabes et des conséquences de leur activité et l’arrivée accidentelle de rats provenant d’un thonier échoué. Ces variations auxquelles l’intervention humaine n'est pas étrangère, font du monde délimité de Clipperton un véritable laboratoire d’études des écosystèmes et justifient à elles seules l’intérêt de son étude exhaustive (Clua, 2016).

9Le chapitre 2 est consacré à l’étude des restes endogènes, reflets des sociétés qui ont vécu sur l’île et des débris exogènes amenés par l’océan. Il constitue un point fort de l’ouvrage.

  • 2 Gédéon Programme et Canal+.
  • 3 (http://www.clipperton.fr/bougainville.html

10Des vestiges de toutes natures et d’origines différentes, parfois enfouis, témoignent de l’évolution de l’occupation humaine aux motivations diverses : exploitation de phosphate entre 1892 et 1905, prise de possession de l‘île par le croiseur français Jeanne d’Arc en 1935, installation de l’armée américaine au début de la 2e guerre mondiale (Charpy, 2009), expéditions diverses (Etienne, 20052). Des épaves de bateaux sont visibles. Des comparaisons avec d’anciennes photographies et avec les données fournies par les missions « Bougainville » de la Marine nationale française entre 1966 et 19693, montrent l’évolution des débris au cours des années.

11Des déchets échoués sur les plages, essentiellement constitués de plastiques, de bouteilles en verre ou de bois flotté, jonchent l’île. Certains d’entre eux, reflets des dérives à grande échelle des déchets dans les océans, sont transportés par les courants marins tout le long de la côte, se déplacent sur l’atoll, s’enfouissent et se dégradent. L’atoll inhabité de Clipperton devient ici aussi un laboratoire d’étude de la nature, de l’évolution, voire de la provenance de ces témoins de l’activité humaine qui ne seront pas modifiés volontairement ou involontairement une fois sur l’île.

12L’étude des restes permet de comprendre les activités légales et illégales pratiquées dans l’île et la ZEE. Des activités illicites allant de la pêche clandestine très lucrative d’espèces animales protégées au narcotrafic ont été signalées.

13L’émission et la surcharge de timbres spécifiques sont le reflet de l’histoire tourmentée de la possession de Clipperton qui sera occupée tour à tour par les Français à partir de 1858, par L’Oceanic Phosphate Compagny américaine en 1892, par les Mexicains à partir de 1907 et à nouveau par les Français qui obtiennent la souveraineté de l’île à partir de 1931 consécutivement à la médiation par le roi d’Italie Victor-Emmanuel III. Cette partie du chapitre relate aussi l’épisode dramatique de la garnison mexicaine établie en 1906 (Labarraque-Reyssac, 1970).

14Le chapitre 3 est consacré à la cartographie et aux illustrations photographiques des restes géoréférencés de manière très précise au cours de cette expédition. Ces relevés constituent un outil et une base de travail solides pour des études ultérieures.

15Le chapitre 4, intitulé « Clipperton, une présence française dans le Pacifique », résume les observations effectuées au cours de l’expédition en soulignant la complexité des écosystèmes. Ces observations conduisent à une réflexion sur la protection des ressources naturelles et de l’environnement dans le Pacifique, une question d’ordre mondial.

16Dans la conclusion, l’auteur préconise l’installation d’une base française permanente sur l’île de Clipperton qui accueillerait militaires et scientifiques dans le cadre de travaux coopératifs. L’étude approfondie de cette île qui a été habitée de manière sporadique, amène à s’interroger sur les relations complexes de l’Homme à son milieu en lien avec ses activités.

17Une liste de références et de nombreuses notes infrapaginales apporte des sources bibliographiques et des éléments complémentaires.

18Ce livre de 194 pages relate une étude exhaustive, une monographie, d’un atoll français somme toute peu connu. L’ouvrage fait appel à la fois aux documents historiques et à une étude de terrain contemporaine faisant suite à d’autres expéditions pour montrer divers aspects de son évolution. L’analyse extrêmement précise des témoignages archéologiques que constituent les débris et déchets trouvés sur l’île et les conclusions qui en découlent représentent un point fort de l’ouvrage, en phase avec les préoccupations contemporaines. L’illustration est riche même si l’on peut regretter la petite taille des inscriptions portées sur certaines cartes. L’ensemble est bien écrit malgré quelques (rares) erreurs typographiques (p. 33 : 24 miles marins soit 44 448 km !). Non seulement l’ouvrage aborde la question de la relation de l’Homme à l’environnement, la gestion des déchets, mais aussi les intérêts économiques, politiques, diplomatiques que revêt un îlot, un rocher perdu au milieu de l’Océan. En conclusion, ce livre donne des éléments sur la structure et l’évolution d’un milieu bien délimité qui devient un véritable laboratoire de recherche, tout en ouvrant sur de larges questions contemporaines : l’environnement avec la biodiversité et la dérive des déchets dans les océans, les sociétés avec les successions de populations aux intérêts différents, la géopolitique avec les successions de souveraineté, l’économie avec une ZEE étendue et riche, conséquence directe de l’appropriation d’un petit atoll. La lecture de cet ouvrage convainc de l’intérêt de l’étude exhaustive de l’atoll de Clipperton.

Haut de page

Bibliographie

CHARPY L., 2009, Clipperton, environnement et biodiversité d’un microcosme océanique. Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, Marseille, IRD, 420 p.

CLUA E., 2016, Mission internationale sur l’atoll de Clipperton (île de la Passion – France) et les îles Revillagigedo (Mexique) du 28 janvier au 11 février 2016. Rapport de Mission. CRIOBE USR 3278, CNRS-EPHE-UPVD, RA231, 62 p.

ETIENNE J.-L., 2005, Clipperton – L’atoll du bout du monde, Paris, Points aventure, 287 p.

HUETZ de LEMPS A., 1963, Une terre française oubliée : Clipperton, Cahiers d’Outre-Mer, 16e année, 61, p. 133-135.

JOST C., 2005, Bibliographie de l’île de Clipperton – Île de la Passion (1711-2005). Journal de la Société des Océanistes, 120-121, (1-2), p. 181-197. DOI : 10.4000/jso.481

JOST, C. TCHEKEMIAN, A., SOLIS-WEISS, V., SANVICENTE ARNOVE, L., LEMUS SANTANA, L., JOST, X., GRELLIER, M., GRAVIER-BONNET, N., DUMAS, P., DUCHAUCHOY, A., DUCHAUCHOY, D., 2015, Mission scientifique internationale Passion 2015 à la Passion-Clipperton, rapport du 01 avril au 06 mai 2015 et sur l’île de la Passion (Clipperton) du 14 au 29 avril 2015, PF/UNC/ULR/UNAM/AFD/MAEDI/MOM. Tahiti, Polynésie française.

LABARRAQUE-REYSSAC, C., 1970, Les oubliés de Clipperton. Paris : Bonne, Z+A. Ed.

Missions BOUGAINVILLE de l'Armée française 1966 – 1969 : http://www.clipperton.fr/bougainville.html

Mission PASSION 2015 à l’île de La Passion – Clipperton du 14 au 29 avril 2015.

https://wwz.ifremer.fr/umr_eio/Vie-scientifique/Missions/Mission-PASSION-2015

ROBERTSON, D.R., ALLEN, G.R., 1996, Zoogeography of the shorefish fauna of Clipperton Atoll, Coral Reefs, 15 (2), p. 121-131.

Haut de page

Notes

1 https://wwz.ifremer.fr/umr_eio/Vie-scientifique/Missions/Mission-PASSION-2015

2 Gédéon Programme et Canal+.

3 (http://www.clipperton.fr/bougainville.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Exbrayat, « Anthony Tchékémian, Clipperton, les restes de la Passion », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 14 février 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/18236

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Exbrayat

Professeur émérite, Université catholique de Lyon (UCLy) -Directeur d'Etudes émérite, Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE) jmexbrayat@univ-catholyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search