Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96/1ArticlesManquer un jour d’eau au robinet ...

Articles

Manquer un jour d’eau au robinet ? La mise à distance territoriale des effets du changement climatique

Running out of tap water one day? Territorial distancing from the effects of climate change
Patrice Garin, Sabine Girard, Anne Rivière-Honegger, Anaé Degache, Cédric Gouton et Marion Pellen

Résumés

Nous avons étudié les représentations sociales et territorialisées des services d’eau potable et de leur vulnérabilité au changement climatique chez deux groupes d’habitants et d’élus ruraux méditerranéens. Nous avons combiné i) une méthode associative : ii) des cartes mentales dessinées ; iii) des entretiens semi-directifs et iv) un dispositif d’apprentissage participatif. Les représentations et leurs variations interpersonnelles témoignent d’un gradient d’ancrage territorial, selon la « distance » des personnes au réseau d’eau. Les visions dissociées du petit et grand cycle de l’eau confortent une mise à distance du changement climatique. Le dispositif d’apprentissage a fait évoluer les savoirs, mais pas les pratiques. Cette mise à distance et la résistance des comportements constituent un défi à l’adaptation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Savourant longuement la fraîcheur de sa douche en cet après-midi caniculaire, alors qu’à la radio un irrigant tente de démontrer combien ses pratiques sont économes en eau, cet homme s’interroge-t-il sur son propre comportement ? Songe-t-il à installer un pommeau de douche à limiteur de débit ? Au contraire estime-t-il, comme ces habitants de Tucson en Arizona, que « vivant dans le pays le plus puissant du monde, avoir de l’eau au robinet et l’utiliser comme il le souhaite est acquis, c’est le minimum » (Euzen, Morehouse, 2014, p. 35). Ses réactions dépendent de la représentation qu’il se fait de l’eau potable, du fonctionnement du service dans sa commune et de sa vulnérabilité. Ces représentations sont des « ensembles organisés et structurés d’informations, de croyances, d’opinions et d’attitudes » (Abric, 2001, p. 82), qui orientent les perceptions des situations problématiques, guident les comportements et sont mobilisées pour justifier des prises de position. Elles sont propres à cet individu, selon ses expériences et apprentissages. Mais, si elles ont fait l’objet de préoccupations et d’échanges avec d’autres, elles s’intègrent alors dans des représentations sociales, influencées par des normes, des valeurs, des connaissances élaborées et partagées par le ou les groupes dans lesquels cet homme les a discutées (Jodelet, 1993). Les méthodes de la théorie des représentations sociales, développées à partir de travaux en psychologie sociale (Moscovici, 1961) peuvent aider à les étudier. Les éléments centraux des représentations sociales associent des éléments normatifs et fonctionnels de l’objet dans les pratiques sociales ou opératoires qui résistent au changement (Abric, 2001). Repérer ces composantes peut ainsi éclairer pourquoi des décalages persistent entre des savoirs, des attitudes et des comportements, ou pourquoi des personnes qualifient globalement un problème d'important pour la société sans pour autant reconnaître localement son existence ni adopter de pratiques visant à le résoudre (Michel-Guillou, 2014).

2De nombreuses controverses sont propices à l’étude des représentations sociales de divers enjeux de l’eau : sa qualité (Michel-Guillou, 2011), sa vulnérabilité au changement climatique (Michel-Guillou, 2014), la phytoremédiation (Amalric, Cirelli, 2017), la restauration écologique des cours d’eau (Germaine, Barraud, 2013), le partage de l’eau dans des contextes conflictuels (Navarro Carrascal, 2009), les risques d’inondation (Baggio, Rouquette, 2006) et sanitaires (Dos Santos, 2011), les échanges entre les eaux de surface et souterraines (Besteiro, Rivière-Honegger, 2018).

3De Vanssay (2003) a ainsi analysé les points communs des représentations sociales de l’eau domestique dans quatre villes françaises et six métropoles du Sud et du Nord. Cet article rend compte aussi des représentations de l’eau domestique et, plus précisément, des perceptions de sa vulnérabilité au changement climatique, à partir des résultats d’un projet de recherche financé par l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse. Abric (2001) recommandant de prendre en compte la « distance » cognitive à l’objet, sous l’angle d’un « niveau de pratique », nous avons émis l’hypothèse que des élus pouvaient avoir des représentations différentes de celles d’habitants, car les leurs sont assises sur la connaissance des réseaux d’eau et de leurs problématiques.

4En outre, la fourniture de ce service reposant sur une base communale, tant pour ses infrastructures que pour sa gestion, les conditions d’usages comme la vulnérabilité de la ressource mobilisée diffèrent selon les lieux de résidence et les relations que les individus déploient dans et avec leur environnement local (biophysique, social, culturel). Les dimensions spatiales et territoriales des représentations de l’eau potable, du fonctionnement de son réseau et de ses enjeux d’usage et de gestion, sont abordées en mobilisant la production de cartes dessinées commentées (Lynch, 1969 ; Bailly, 1990 ; Gieseking, 2013 ; Le Moel et al., 2015 ; Girard et al., 2016). Deux territoires distincts, mais ayant des problématiques proches en matière de gestion de l’eau domestique ont été comparés, afin d’explorer l’hypothèse d’une différenciation territoriale malgré ces convergences.

5Enfin, les représentations se transforment dans les lieux d’interactions sociales où se confrontent des perceptions, attitudes, expériences et opinions. Les dispositifs participatifs s’apparentent à de tels moments de reproduction de microsociété pensante. En particulier, les groupes de discussion focalisés (focus group) (Kitzinger, Markova et al., 2004), les jurys citoyens (Barbier, Bedu et al., 2009) et les débriefings des jeux sérieux (Hassenforder, Dray et al., 2020) constituent de telles opportunités de confrontation de points de vue, notamment quand ils offrent des dilemmes sociaux comme stimuli (Caillaud, 2010). Nous nous sommes ainsi appuyés sur un dispositif participatif inspiré à la fois des principes de focus group, de jury citoyen et de jeux sérieux, pour nous aider à repérer au cœur des représentations sociales, les composantes rétives au changement, et celles faisant l’objet d’apprentissages.

6Notre questionnement est le suivant : l’eau domestique et sa vulnérabilité au changement climatique sont-elles l’objet de représentations sociales partagées ? Celles-ci sont-elles différentes selon les groupes sociaux, élus ou habitants, ou selon les spécificités physiques, culturelles et sociales des territoires ? Se transforment-elles sous l’effet d’un dispositif participatif les mettant à l’épreuve d’une variété de formes d’interactions sociales ?

  • 1 Les ZRE sont définies en application de l'article R211-71 du Code de l'environnement (CE), comme de (...)
  • 2 Mesures exceptionnelles de limitation ou suspension des usages prises par les préfets pour faire fa (...)
  • 3 Loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République

7Sur le plan empirique, le projet de recherche a porté sur trois communes voisines dans le Diois (Drôme) et cinq de la communauté de communes de Cèze-Cévennes (Ardèche et Gard), en régie directe communale (6 cas) ou intercommunale (2 cas) (Garin, Girard et al., 2018). Des Plans de gestion de la ressource en eau (PGRE) étaient en cours avec des actions d’économie d’eau, y compris pour l’eau potable, sur ces deux sites en Zones de répartition des eaux (ZRE)1. Ces territoires ruraux méditerranéens connaissent une périurbanisation dynamique, favorisant un accroissement de la demande domestique, et sont régulièrement soumis à des arrêtés sécheresses2 pour limiter les usages. Au moment de l’étude, suite à la loi NOTRe3, le transfert des compétences eau et assainissement aux Communautés de Communes fait l’objet d’études et de vifs débats entre les élus. A Saint-Ambroix (Cèze) en 2012, la régie a dû rembourser 4000 factures d’eau après une action en justice contre une hausse de son prix suite à la modernisation de réseaux fuyards (Gouverne, 2013). Dans ce contexte, nous supposons que la vulnérabilité du service d’eau potable est un enjeu stimulant les intérêts individuels et collectifs, et donc l’émergence de représentations sociales sur le sujet (Baggi, Rouquette, 2006).

8Après la présentation de la démarche méthodologique, nous présentons les quatre principaux résultats de cette étude, puis nous discutons de l’intérêt et de la manière de mieux comprendre les représentations sociales, des apports et limites des méthodes testées ainsi que des arbitrages méthodologiques nécessaires dans une perspective opérationnelle pour les gestionnaires de l’eau.

Matériel et méthodes

9L’approche structurale des représentations permet de caractériser l’émergence et la transformation des représentations sociales (Abric, 2001). Elle distingue le cœur des représentations, qui détermine sa signification globale, son organisation et sa stabilité, d’éléments plus périphériques, qui conditionnent les attitudes plus personnelles et, donc, davantage susceptibles d’évoluer sous l’effet d’influences externes (Tafani, 1997). L’originalité de notre démarche, au regard des travaux existants (Negura, 2006 ; Michel-Guillou, 2014 ; Le Moel et al., 2015) est de combiner quatre méthodes d’étude de la structure et de la nature des représentations sociales (Abric, 2001) ainsi que de leur évolution éventuelle par apprentissage :

  1. la méthode associative, fondée sur l’énoncé et le classement de mots-images par chaque personne en réaction à l’écoute d’un mot-inducteur. Ici nous avons répété l’exercice avec 3 mots inducteurs : l’eau, l’eau potable et l’eau rare ;

  2. les cartes mentales dessinées, en invitant les personnes à dessiner les chemins de l’eau depuis leur robinet dans leur environnement : d’où vient-elle et où va-t-elle, et à commenter le fruit de leur production ;

  3. des entretiens semi-directifs sur la gestion du service, les acteurs et fonctions-clés, les enjeux rencontrés, et les pratiques individuelles de consommation d’eau ;

  4. la répétition de ces trois exercices après un dispositif participatif pour évaluer des transformations des représentations sociales et des pratiques, par comparaison avant/après, observations des échanges et auto-évaluation des apprentissages des participants.

10Le dispositif participatif a été conçu pour accélérer les échanges sur ce qui fait sens commun à propos de l’eau, avec trois ateliers séparés d’un mois :

  1. mise en discussion des enquêtes individuelles ; jeu de rôle sur un dilemme technique et social portant sur les actions individuelles d’économie d’eau et le choix collectif d’un juste prix de l’eau équilibrant le coût du service ; priorisation de thèmes à débattre avec des experts ;

  2. apports de connaissances et débats avec des experts de l’eau (climatologiste, ingénieur réseau, animateur.rice de syndicat de bassin, économiste) ;

  3. jeu de rôle sur le manque d’eau (Diois) ; élaboration collective de supports de communication pour le grand public (Cèze) ; auto-évaluation sur les apprentissages.

11Ce protocole applique le principe de triangulation méthodologique pour étudier les représentations sociales et leur devenir (Caillaud, Flick, 2016). Les thèmes abordés dans les ateliers mettent à l’épreuve savoirs, normes et préférences. Ils confortent les processus d’objectivation, rendant concrets les concepts abstraits et l’ancrage, par l’intégration de nouvelles connaissances, afin de rendre celles-ci familières et de transformer le sens des représentations (Pianelli, Abric et al., 2010). Cet ancrage est repéré notamment par les analogies et distinctions mobilisées, les discours virtuels (les « on-dits ») quand certaines normes ou jugements de valeurs sont difficiles à endosser publiquement (Wibeck, Adelswärd et al., 2004). La mise en situation virtuelle du jeu est un accélérateur de l’expérience vécue – par essai erreur de plusieurs options - et favorise aussi une deuxième boucle d'apprentissage nécessaire aux remises en cause des valeurs et des normes (Medema, Wals et al., 2014), notamment lors de l’expression de désaccords (Duchesne, Haegel, 2008).

12Le matériel empirique recueilli permet la comparaison entre deux terrains et entre deux groupes : des "habitants ordinaires" pour les usages quotidiens de l’eau potable et des élus communaux ayant la responsabilité de la fourniture du service (tableau1). Nous avions fait l’hypothèse que les élus auraient plus de connaissances situées sur l’eau potable, sujet récurent des conseils municipaux. Le recrutement s’est fait à partir des maires qui nous ont orientés pour contacter un noyau d’élu.es et d’habitant.es mobilisables sur la durée du dispositif. Ce premier noyau nous a aidé à identifier d’autres participant.es dans une recherche de diversité. Le tableau 1 présente les caractéristiques de l’échantillon. Si la parité n’a pas été atteinte, et si la moyenne d’âge est relativement élevée, la diversité est bien présente au regard de l’âge, de la catégorie socioprofessionnelle, de la situation d’emploi, de l’ancienneté de résidence, mais également d’expression publique locale connue sur l’eau y compris opposée aux équipes municipales. Malgré cette dernière précaution, la proximité avec les élu.es en place est une limite de ce recrutement.

13Avec ces groupes restreints, les approches statistiques requises pour l’analyse structurale des représentations sociales sont inopérantes. Nous n’avions pas non plus la possibilité de soumettre le panel à un questionnaire supplémentaire pour un test de mise en cause des éléments susceptibles d’appartenir au noyau central (Moliner, 1988). Nous avons utilisé la méthode associative simplement pour repérer les éléments faisant probablement partie des représentations sociales, hypothèse à conforter ensuite par l’analyse des discours et des apprentissages autoévalués (Sauvé, Machabée, 2000).

Tableau 1 : Caractéristiques de l’échantillon enquêté

Ensemble de l'échantillon

Nombre de personnes

42 personnes ; 20 dans la Céze et 22 dans le Diois

Genre

13 femmes et 29 hommes

Statut

11 habitants et 11 élus dans le Diois ; 13 habitants et 7 élus dans la Cèze ; parmi les élus, 9 ont une responsabilité sur la gestion locale du service d’eau

Age

Entre 23 et 85 ans, en moyenne 48 ans dans la Cèze et 45 ans dans le Diois

Ancienneté de résidence

Entre 1,5 et 85 années ; en moyenne 17 ans dans la Cèze et 21 ans dans le Diois

Activités professionnelles

Professions très variées (comptable, chocolatier, élagueur, ingénieur, documentaliste, peintre...) dont 14 retraités, 7 agriculteurs

Activités militantes

7 personnes se déclarent militantes dans la Cèze, dont des membres d’un collectif citoyen créé suite à un conflit sur l’augmentation de la facture d’eau en 2013 à Saint Ambroix

Formation

50 % ont un diplôme d'études supérieures

Taille du foyer

Entre 1 et 7 personnes

Résultats

La forte dimension territorialisée de la représentation de l’eau potable

14L’analyse des associations libres de mots (Annexe 1) montre que l’eau et l’eau potable font l’objet de représentations sociales distinctes. Le caractère vital constitue le cœur de la représentation de l’eau dans le Diois comme dans la Cèze (la « vie » est citée respectivement par 45 % et 84 % des interviewés), confirmant les résultats d’autres études (Michel-Guillou, 2011). Si l’eau est essentiellement associée à des images de composantes et fonctionnalités naturelles (« rivière, pluie, source »…), l’eau potable est davantage évoquée en termes d’usage et de gestion domestique (« boire, pollution, réseau, traitement »).

15Les représentations diffèrent avec les spécificités historiques et culturelles des deux territoires et leurs enjeux. Ainsi, la dimension utilitaire de l’eau (« boisson, besoin usages »…) est fortement présente dans la Cèze, où les services d’eau potable (prix, délégation de service, comité consultatif citoyen pour la régie municipale de Saint Ambroix…) ont fait débat au sein des collectivités et dans les médias (Gouverne, 2013). La gestion technique et économique du service de l’eau y est aussi davantage évoquée dans les entretiens. Dans le Diois, les activités récréatives autour de la rivière sont plus prégnantes et la dimension hédoniste de l’eau est plus marquée dans les associations libres de mots (« vacances, loisirs, baignades, fraîcheur »). Les enjeux de qualité de l’eau potable y sont plus présents, faisant écho aux mises en cause régulières de la qualité bactériologique des eaux de source non traitées par l’Agence régionale de santé. Un habitant se plaignant du goût chloré et aseptisé de l’eau en ville témoigne ainsi « l’eau d’ici, pour moi, elle a une valeur, je dirais presque, sentimentale parce qu’on en ramenait à Marseille et on était ravi de boire de l’eau [d’ici] qui avait un très bon goût » (un habitant du Diois). Les croyances locales partagées, en une pureté naturelle de l’eau, tendent à relativiser ou à minimiser d’éventuels problèmes signalés par des institutions lointaines, et participent de la construction identitaire locale. La représentation de l’eau potable apparaît davantage conditionnée par son inscription territoriale que par ses caractéristiques objectives (Busca, Barthe et al., 2019).

16Ce résultat sur la forte dimension territorialisée des représentations de l’eau potable est renforcé par l’analyse des cartes mentales dessinées, très majoritairement centrées sur l’échelle communale et le petit cycle de l’eau (33 dessins/47). Les éléments les plus souvent évoqués sont ceux visibles dans le paysage (tel un château d’eau) et ceux objets de pratiques usuelles (lieux d’usages ; réservoir ou source régulièrement nettoyés collectivement). La mention d’éléments sujets à débats (le compteur télé-relevé dans la Cèze ou la rénovation d’une station d’épuration dans le Diois) atteste d’enjeux particuliers. Un certain nombre de repères partagés témoignent de l’ancrage territorial des représentations sociales sur l’eau potable : les sources, les trop-pleins, le fonctionnement gravitaire dans le Diois, les ouvrages de stockage et la rivière dans la Cèze (Figure 1).

Figure 1 : Trois formes différentes de carte mentale dessinée (cas Diois)

Figure 1 : Trois formes différentes de carte mentale dessinée (cas Diois)

17Enfin, l’analyse combinée des trois sources de données (mots, dessins, entretiens) met également en évidence la différentiation des représentations selon la « distance » des individus à l’objet eau potable (Abric, 2001 ; Pianelli et al., 2010), bien davantage que selon le statut d’élu ou d’habitant. En effet, en milieu rural, élus comme habitants peuvent être impliqués à différents degrés dans l’usage et la gestion de l’eau potable, selon leur responsabilité élective (en charge de la compétence eau) ou leur participation aux corvées collectives d’entretien du réseau d’eau (nettoyer le réservoir, défricher des abords de source, couper le réseau quand une fuite est constatée, etc.). Les représentations, tant du fonctionnement du réseau d’eau potable que de sa gestion, diffèrent selon le niveau de connaissances qu’en ont les personnes interrogées, mais également selon l’intensité de leurs pratiques concrètes sur cet objet ou encore leur implication sociale dans des activités qui lui sont liées.

18Cette « distance » cognitive a été évaluée qualitativement au regard de trois critères : (1) l’ampleur et la finesse de la connaissance de l’objet (détails, précisions vs généralité, technicité…) ; (2) la nature et l’intensité de pratique de l’objet (consommation d’eau, interventions sur le réseau…), (3) l’intérêt porté au sujet de l’eau potable communale, l’implication dans sa gestion (niveau de responsabilité…). Trois groupes ont ainsi été identifiés : des personnes « proches » de l’eau (13 personnes) ; des personnes éloignées (15 personnes) et un groupe intermédiaire (14 personnes), dont les représentations sont similaires de celles éloignées.

19Nous avons ainsi mis en évidence un gradient d’ancrage territorial, selon la distance des individus à l’objet eau potable (Abric, 2001). Cet ancrage est défini comme l’ensemble des liens que l’interviewé figure entre l’objet (circuit d’eau potable) et les lieux, que ces liens soient concrets ou imaginés, symboliques ou affectifs. Il est évalué selon les mentions de références personnelles en lien direct avec la description du réseau d’eau potable (lieux fréquentés, souvenirs…), témoignant d’une singularité de la connaissance développée et d’un attachement aux lieux et objets représentés.

20D’un côté, les personnes les plus proches du circuit d’eau potable possèdent une vision très technicisée et territorialisée tandis que, de l'autre, celles les plus éloignées ont une approche davantage utilitariste, mais aussi plus générique du service d’eau potable. Les premiers connaissent finement le fonctionnement du réseau, y compris ses éléments invisibles (dessinant de nombreux détails et mentionnant de nombreux noms de lieux) ; ils sollicitent des savoirs locaux et historiques, s’appuient sur des expériences vécues sur le territoire et sont préoccupés par les enjeux techniques de gestion du réseau (potabilisation, traitement eaux usées, rendement du réseau, continuité du service). Un interviewé explique ainsi : « On descend à un réservoir qui est environ entre cent et cent vingt mètres au-dessus de la route (…,) il y a à proximité une ferme, une ancienne ferme qui est devenue maison, c'est des gens de Paris qui sont là. C’est les X. D'ailleurs pour ça, on dit souvent la source des X » (habitant, « proche » de l’eau, Diois). Les personnes plus éloignées de l’eau potable ont une vision partielle, fragmentaire, peu territorialisée, parfois seulement théorique de cet objet. Pour fournir un discours cohérent sur le circuit de l’eau, elles complètent les lacunes de savoirs localisés par un savoir générique, appris dans le cadre scolaire, par des échanges avec des personnes proches de l’eau potable ou des informations médiatisées. « Normalement, ça marche comme ça… en principe, faudrait que ce soit bien traité, je sais plus… à 90 % je crois » explique ainsi un interviewé à propos des rejets d’eau (élu, « éloigné de l’eau », Diois). Les enjeux perçus sont davantage utilitaristes, liés à leur usage domestique (Figure 2  ; Figure 3 ). Ce résultat corrobore l’impact de l’implication personnelle sur la manière dont les individus se représentent les objets de leur environnement (Flament et Rouquette, 2003).

Figure 2 : Nuages de mots issus des associations libres de mots concernant l’eau potable dans la Cèze, selon la distance des interviewés à l’objet eau potable

Figure 2 : Nuages de mots issus des associations libres de mots concernant l’eau potable dans la Cèze, selon la distance des interviewés à l’objet eau potable

La taille des mots est proportionnelle à la fréquence de leur énonciation

Figure 3 : Dessins du réseau d’eau potable communale dans le Diois

Figure 3 : Dessins du réseau d’eau potable communale dans le Diois

Les dessins mettent en évidence un gradient d’ancrage territorial selon la distance des interviewés à l’objet eau potable

L’attachement et la défense d’une gestion communale de l’eau potable

21Dans les deux sites, élus et habitants interrogés montrent un fort attachement à la gestion publique et communale de l’eau, avec des propos plus précis sur la qualité de service dans la Cèze, où elle fait davantage l'objet de préoccupation publique médiatisée et politique. Les discussions en cours sur le transfert de cette compétence aux communautés de communes ainsi que la composition des panels ne sont sans doute pas étrangères à des discours très positifs sur la gestion de proximité de ce service. Comme l’avoue une élue « Les maires ne sont pas capables, quand on ne les oblige pas parfois, de s'entendre, parce que l'eau, c'est du pouvoir. Ils ont l'impression de détenir un certain pouvoir, je ne sais pas, c'est très étrange. La plupart de mes collègues n'ont rien de communautaire, sur l'eau » (élue, « proche » de l’eau, Cèze)

22L’importance de quelques dysfonctionnements est minimisée, même si nombreux sont ceux qui signalent des interruptions de service par bouchage d’une source (Diois) ou rupture de canalisation (les deux sites), voire une baisse de pression estivale. La vétusté des réseaux et le fonctionnement mystérieux des sources – en zones karstiques complexes dans les deux sites - sont abordés, mais très rarement l’accroissement des consommations saisonnières ou le défaut de ressources. L’attachement à la gestion locale et aux pratiques ancestrales s’exprime aussi vigoureusement lors des échanges avec des experts dans le deuxième atelier sur des sujets sur lesquels certains participants « proches » de l’eau avaient des représentations très ancrées : l’obligation d’un traitement pour assurer la potabilisation de l’eau (Diois) ou la suppression de seuils pluri-centenaires sur la Cèze pour conforter les écosystèmes. Ces participants « proches » cherchent à argumenter les structures tarifaires et les prix de l’eau propres à l’histoire de chaque commune (forfaitaire, progressive ou par pallier croissant ou décroissant) : ne pas pénaliser les éleveurs ou les résidents permanents, tenir compte des plus faibles revenus, renouveler le réseau. Les moins familiers de ces décisions s’en accommodent et délèguent aux élus locaux : « Écoutez, je pense qu'il y a une question de confiance qui joue beaucoup là-dedans (en parlant du prix de l’eau) » (habitant, « éloigné » de l’eau, Diois).

23Cette défense d’une gestion très localisée s’appuie sur des dynamiques identitaires (Negura, 2006) et sur des ressorts sociaux et affectifs : l’attachement aux lieux de vie pour une « néo-ruralité choisie » (Barthélémy, 2009) ; la proximité entre habitants, élus et fontainiers dans l’implication concrète à l’entretien du réseau ; la sanctuarisation d’un service public communal, autonome des intérêts privés et à l’écoute des habitants « ici on est presque au cas par cas, tandis que quand il y a une communauté de communes, s'il y a 4000 habitants, si toi tu vas te plaindre d'un truc, tu es forcément moins écouté qu’au niveau communal » (Habitant, « éloigné » de l’eau, Diois). Cette défense de la gestion communale est particulièrement forte chez les élus de l’eau. Ils revendiquent comme « normal » d’assumer personnellement les contraintes de la continuité du service : interventions d’urgence en cas de panne, y compris la nuit, organisation d’astreintes… Le caractère indispensable de ce service transparaît aussi dans l’évocation de hameaux abandonnés qui, trop isolés, n’ont pu être raccordés à un réseau public d’eau (Diois).

Des apprentissages cognitifs, mais faiblement traduits en pratiques

24La comparaison des exercices d’association libre de mots, de dessins et d’entretiens, avant et après le dispositif participatif, ainsi que l’observation de ce dernier, attestent d’apprentissages cognitifs et de la transformation des représentations sociales de l’eau potable. En particulier, la complexité d’un choix tarifaire, au cœur du jeu de rôles, est mieux comprise des participants les plus « éloignés » de l’eau : « Quel prix on met ? Si on met plus haut, ben voilà ça fait moins consommer, mais après… Après si les gens consomment moins, ben faut quand même qu’il y ait les charges donc il faut ré-augmenter. Enfin voilà, c’était assez compliqué pour arriver à toutes ces tarifications » (élu, « éloigné » de l’eau, Cèze). Mais elle a aussi marqué les plus familiers : « ça m’a permis de me mettre dans la peau d’un retraité, de voir les différents points de vue, de voir les possibilités de tarifs hiver / été, domestique / professionnel » (élu, « proche » de l’eau, Diois). D’autres ont retenu les informations sur la consommation : « du point de vue des économies quoi en fait, les économies qu’on peut faire chacun, chacun chez soi par des petits gestes simples » (Élu, « éloigné de l’eau », Diois)

  • 4 Ce sont essentiellement des récupérateurs d’eau de pluie et des réducteurs de pression sur les robi (...)
  • 5 Les pratiques les plus souvent citées sont de « ne pas laisser couler d’eau », de prendre des douch (...)

25Cependant, quelques semaines à plusieurs mois après l’étude, très peu ont envisagé de moderniser leur équipement domestique, et les pratiques de consommation ont peu évolué. Disposer à tout moment de l’eau nécessaire est d’une telle banalité que les usages de l’eau s’inscrivent dans des routines que même ces ateliers et débats peinent à changer. Il en avait été de même pour d’autres actions de sensibilisation précédentes : les équipements hydro-économes4 sont restés largement ignorés, malgré des campagnes d’information ou de distribution de kits dans ces zones. Au début des ateliers, très peu des personnes interrogées connaissaient leur consommation annuelle d’eau, le montant de leur facture et sa décomposition. Si certains revendiquent des pratiques économes5, c’est davantage dans une éthique générale de comportement, liée à des principes et des valeurs issus de l’éducation ou de la profession, que par une recherche raisonnée d’économie dans le ménage, ou d’adaptation à une menace perçue : « Les économies c'est vraiment une question d'éducation. J'ai eu la chance d'avoir cette éducation et dès le plus jeune âge, on m'a appris à ne pas gaspiller. Aujourd'hui, j'ai horreur, quand je vois le gaspillage » (habitant, « éloigné » de l’eau, Cèze).

26La gestion des services d’eau n’a pas changé non plus. Mais sur les deux territoires, les recherches ont eu lieu pendant des projets de transfert des compétences eau aux intercommunalités, qui inquiétaient la plupart des maires interrogés. (Brochet, 2017) a démontré une diversité de formes de résistances à ce transfert pour les communes montagnardes de la périphérie de Grenoble. Des travaux complémentaires seraient nécessaires pour éclairer en quoi les savoirs issus de notre dispositif ont joué ou non dans les comportements des élus de l’eau vis-à-vis de ces transferts sur nos territoires d’étude. Cependant l’évolution des représentations sociales montre d’abord des difficultés à réellement accepter la vulnérabilité de l’accès à l’eau potable face au changement climatique.

Face au changement climatique, l’incrédulité d’une vulnérabilité des services locaux d’eau potable

27Au premier énoncé « eau rare » les participants « proches » de l’eau répondent par des conséquences sociales (« exode rural, catastrophes »…) puis des causes probables (« fuites, déplacements des sources… ») et des solutions techniques locales (« stockage, forage »…). Les participants plus éloignés renvoient à des constats plus factuels (« manque ») et des actions individuelles (achat de bouteilles, récupérateur d’eau de pluie, réduction de consommation…). Mais tous évoquent d’abord un ailleurs désertique (« Sahel, Afrique, le sable, pays en développement… »). L’eau rare n’est associée à la sécheresse que dans 6 % des réponses dans le Diois et 9 % dans la Cèze, et ce n’est une « crainte pour l’avenir » que dans 1 % des cas dans le Diois et 5 % dans la Cèze. Pourtant, une inquiétude est présente : la majorité des deux panels a ensuite demandé à discuter en priorité avec des experts des conséquences du changement climatique sur l’eau de leur territoire. Les présentations régionalisées des évolutions récentes et des projections climatiques ont fait naître des craintes chez les moins familiers de l’eau « C’est vrai que j’ai pris conscience que (…) ce n’est pas une ressource qui est inépuisable et (…) elle peut s’arrêter quoi, donc il faut qu’on anticipe ça » (élu, « éloigné » de l’eau, Diois). Mais la perspective d’un manque d’eau potable reste difficile à envisager pour les « proches ». « Dans un avenir proche, non, je ne pense pas. Après d’ici trente, quarante ans, ça… ben tout peut arriver j’ai envie de dire, peut être oui, mais… » (élu, « proche » de l’eau, Diois). D’autres tentent de résister « Mais à la fois ça me paraît un peu… flou parce qu’il y a quand même…beaucoup d’eau en France », ou en invoquant un manque de projection sur les ressources qu’ils exploitent (habitant, « éloigné » de l’eau, Diois).

28À l’issue des ateliers, à l'énoncé « eau rare », les images de désert sont encore les seules à pouvoir prétendre être dans le cœur des représentations sociales, nous n’observons d’évolutions des éléments périphériques que chez les participants « éloignés » de l’eau, qui font plus souvent référence au climat, aux effets sociaux, aux enjeux de gestion.

29Nous émettons trois hypothèses pour expliquer cette mise à distance spatiale et temporelle d’un risque de raréfaction de la ressource que l’on s’attendait à voir associé au changement climatique dans ces zones régulièrement soumises à des arrêtés sécheresses et après les propos des experts :

  1. Des expériences de ruptures accidentelles du service, non imputables aux aléas climatiques, sont minorées du fait d’un fort attachement à la gestion publique locale ;

  2. Une conséquence logique d’un petit cycle relevant des eaux souterraines invisibles, perçues comme peu vulnérables, déconnecté des eaux de surfaces sensibles aux sécheresses ;

  3. Un refus d’affronter un enjeu pour lequel les personnes se sentent sans réelle capacité d’action.

30Les cadrages institutionnels sur la gestion quantitative (inscriptions en Zones de répartition des eaux, Plan de gestion de la ressource en eau, Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau…) et la banalisation des arrêtés préfectoraux de limitation des usages en été n’affectent pas significativement les pratiques domestiques. Pour beaucoup, ces mesures concernent l’agriculture, le tourisme, les milieux, mais pas les usages domestiques. « Nous, l’eau potable, elle n’a jamais manqué. Bon. Après… Il y a deux choses hein : l’eau potable c’est une chose, après l’eau de pluie. L’eau de pluie a manqué notamment en 2003 » (élu, « proche », Diois). Un autre habitant, autrefois alimenté seulement par son puits, indique : « Nous on a vraiment manqué d’eau (…), c’était la sécheresse (…) Six mois sans pluie (…) C’est là qu’on s’est dit ce serait bien d’avoir l’eau de la ville », sous-entendant que celle-ci était invulnérable au climat (habitant, « éloigné » de l’eau, Diois).

  • 6 Dans le Diois, la présence dans les communes d’un trop-plein d’eau visible depuis la route principa (...)

31Ces propos viennent corroborer l’analyse des dessins : les représentations déconnectent les circuits des eaux visibles (pluie, rivières, écosystèmes), sensibles aux variations climatiques, et ceux plus mystérieux, mais plus robustes, des eaux invisibles (eau souterraine, captages, réseaux d’eau potable ou usée). Dans le Diois, cette vision sécurisante est étayée par l’écoulement rassurant des trop-pleins6, quels que soient les vicissitudes du climat et les arrêtés préfectoraux.

32Comme le suggère Michel-Guillou (2014, p. 653) dans son étude des représentations sociales d’acteurs de l’eau à propos du changement climatique, « les préoccupations envers ce problème sont minimes lorsque le phénomène lui-même et ses conséquences sont perçus comme éloignés de soi en termes temporel, spatial, social ou hypothétique ». Le défaut d’implication personnelle repose également sur la crainte de l’inefficacité des mesures individuelles sur un problème global et collectif. Ainsi un interviewé indique : « Mais là je crois que ce n'est ni vous ni moi qui allons réformer le monde. Tout au moins l'humanité. Je crois qu'il faut être réaliste : on fait le maximum, mais... » (élu, « éloigné » de l’eau, Diois), au point, pour un autre, de refuser d’engager une vraie réflexion prospective « Ah ben, je sais pas, si on doit faire des prières pour qu’il pleuve ou quoi, mais bon » (élu, « éloigné de l’eau », Cèze). Pour les habitants c’est aussi la perception du manque de capacité suffisante pour agir à leur échelle (Rouquette, 1997 ; Michel-Guillou, 2011). Un interviewé se justifie : « il y aurait des choses… Ça serait de séparer les eaux de WC des eaux de la salle de bain et de l’évier, qui pourraient aller dans le jardin ou des choses comme ça. Bon, la maison n’est pas adaptée du tout pour pouvoir faire ça, c’est des vieilles maisons avec des voûtes, il faudrait percer tout ça, il faudrait… bon ça ferait un boulot colossal » (habitant, « proche » de l’eau, Diois). D’autres personnes se déclarent déjà économes en eau, pour éviter d’inconfortables remises en cause de leurs modes de vie (Grossetête, 2019) « On fait partie de certaines catégories de personnes qui faisons attention (…) J’ai une grande maison effectivement là (…) avec un jardin, piscine » (habitant, « proche » de l’eau, Diois).

Discussion

33Cette étude visait à saisir les représentations de l’eau potable et les perceptions de sa vulnérabilité au changement climatique ainsi que leurs dynamiques lors de la mise en œuvre de dispositifs participatifs.

34Le niveau de proximité des personnes à l’objet (Abric, 2001) discrimine les savoirs, les perceptions et les engagements sur l’eau potable. Plus que selon le statut d’élu ou habitant, les variations interpersonnelles témoignent ainsi d’un gradient d’ancrage territorial, selon une typologie des savoirs d’usages, savoirs professionnels diffus et expertise technique collective et aux habiletés pratiques des personnes, qui rappelle la catégorisation de Nez (2011) sur les compétences en urbanisme.

35La rareté de l’eau est déjà une évidence dans les deux territoires et l’ensemble du panel a accepté les projections régionales présentées en atelier sur la réduction significative des débits d’étiage et d’accroissement des demandes. Pourtant, peu considèrent leurs services d’eau potable locaux comme vulnérables. La dissociation dans les représentations, entre le petit cycle et le grand cycle de l’eau, favorise une mise à distance temporelle, territoriale et événementielle du changement climatique. Elle se nourrit aussi d’une sanctuarisation de ce service, par l’évidence que la puissance publique s’évertuera à le maintenir, quelles que soient les circonstances. Cette mise à distance s’opère ainsi selon quatre dimensions : temporelle (à long terme), territoriale (pas ici, mais ailleurs), sociale (impossible que l’État n’anticipe pas) et l’incertitude (manque de traduction locale précise des projections). Ces éléments corroborent les travaux de Spence, Poortinga et al. (2012) et de Michel-Guillou (2014), mais avec un gradient d’attitudes selon la distance à l’objet. Les plus « proches », familiers de la gestion de l’eau potable, sont les plus incrédules, les plus convaincus de l’invulnérabilité de « leurs » ressources souterraines et d’une anticipation de la puissance publique, si besoin. Cette mise à distance est renforcée par une déclaration de capacité d’action très limitée à leur échelle, déjà relatée par Michel-Guillou (2014, p. 664) qui estime que c’est une manière « de se rassurer et de se protéger de sentiments inconfortables liés à la prise de conscience d’une nécessité de modification des conduites et modes de vie ».

36Cette interprétation semble confortée par les enquêtes a posteriori. Les connaissances se sont enrichies, mais ni les pratiques, ni les équipements domestiques, ni la gestion des services (tarification, plans d’action…) n’ont changé. Plus la proximité à l’objet est importante, plus les représentations sont stables. Les personnes les plus « éloignées » de la gestion de l’eau sont celles dont les représentations ont le plus évolué. Ces personnes ont davantage fait appel à des jugements de valeur ou affectifs concernant le circuit d’eau potable, là où les individus les plus proches évoquaient, en plus de ces éléments normatifs, des aspects descriptifs et opératoires du fonctionnement du circuit d’eau potable, laissant supposer une corrélation entre proximité à l’objet et nature plus ou moins fonctionnelle des éléments du noyau de ces représentations. Une troisième corrélation peut être inférée, plus rarement évoquée dans la littérature : la distance à l’objet eau potable serait elle-même corrélée à l’ancrage territorial de la représentation. Il serait plus difficile de faire évoluer des représentations d’objets fortement appropriés par les personnes, surtout si elles sont ancrées territorialement.

37Cette résistance des représentations initiales de l’eau potable, appuyée sur une dynamique identitaire, constitue un frein à l’engagement des individus dans des plans d’action locaux des services d’eau pour l’adaptation au changement climatique. Sans doute faudrait-il différencier les stratégies, méthodes et outils de communication et d’apprentissages selon la nature fonctionnelle ou normative du contenu des représentations sociales des différents publics. Le jeu sérieux sur un dilemme social sans solution optimale évidente s’avère un outil puissant pour faire discuter des conventions sociales, des normes et des valeurs, mais aussi un support performant d’apprentissage de notions arides comme la tarification de l’eau (Ducrot et al., 2015). Organiser une rencontre experts-profanes sur des sujets controversés éclaire ceux qui sont peu au fait de l’enjeu et marque leur représentation, sous réserve que l’expert soit pédagogue. Cette confrontation expert-profane renforce aussi les compétences argumentatives de ceux dont l’opinion est bien ancrée, mais sans modifier leur point de vue, au contraire. La descente d’échelle des projections au plus près du vécu et la traduction des incertitudes sont deux défis scientifiques et opérationnels.

38Notre hypothèse était que la sensibilisation répétée à l’économie d’eau par différents canaux (entretiens, débats, fiches techniques, jeux sérieux) inciterait également à des changements de pratiques. Cependant, nous n’avons, à aucun moment, demandé aux participants ni de s’engager à changer, ni s’ils avaient l’intention de le faire. Cette sensibilisation multiforme s’est révélée insuffisante pour enclencher des changements de comportements puissamment ancrés ou des changements d’équipements. L’identification des conditions de traduction de nouveaux savoirs en pratiques renouvelées demanderait de prolonger l’étude par une approche des motivations à l’acquisition de nouveaux équipements et de la routinisation des comportements. L’inertie de ces pratiques est non seulement liée à leur forte inscription dans les savoirs et les significations sociales, mais également à leur inscription dans des dispositifs matériels et à la maîtrise qu’ont les individus de l’organisation de leur temps. Si la corvée d’eau a disparu en France, le choix déterminant des pratiques de consommations d’eau potable est d’abord celui de l’équipement de base (un bac de douche plutôt qu’une baignoire, des toilettes double chasse ou sèches, un récupérateur d’eau de pluie, etc.) ou de sa rénovation (ajout de mousseurs hydro-économes, un lave-vaisselle économe en eau, etc.). L’étude du changement dans les pratiques d’eau potable pourrait s’inspirer des développements récents de la théorie des pratiques de consommation routinisées (Reckwitz, 2002) en l’appliquant à ces gestes de « consommation discrète ou ordinaire » de l’eau (Spurling, McMeekin et al., 2013, p. 4). Une approche de ce type a été engagée par Busca et al. (2019) sur les effets des risques sanitaires perçus de l’eau du robinet sur ces pratiques routinisées.

39En termes de méthodes, sur de faibles effectifs, la combinaison de l’association libre des mots, du dessin, de l’entretien semi-directif, répétée avant et après une séquence d’animation, éclaire le contenu et la structure des représentations sociales et révèle les éléments sensibles aux apprentissages. L’exercice du dessin met en évidence les éléments fonctionnels des représentations et le niveau de familiarité des personnes à l’objet, quand l’association de mots dégage davantage les éléments normatifs. Les entretiens semi-directifs donnent les registres de justification et leurs évolutions éventuelles. Face aux limites de répétition de cette combinaison après une animation (lassitude, volonté de se démarquer ou au contraire de consolider ses dires, etc..), on peut suggérer des exercices réflexifs sur les premières productions (modifier le dessin, expliquer les raisons d’un changement d’évocation) et les auto-évaluations (Sauvé,Machabée, 2000). En contrepoint, ces faibles effectifs ne permettent pas d’effectuer une réelle analyse structurale en procédant au test de centralité préconisé (Moliner, 1998). Ces premiers résultats appellent donc des travaux ultérieurs de confirmation.

Haut de page

Bibliographie

ABRIC J.- C., 2001, L’approche structurale des représentations sociales : développements récents, Psychologie et société, vol 4, n° 2, p. 81-104.

AMALRIC M., CIRELLI C., 2017, L’ingénierie écologique face aux territoires : enjeux et représentations sociales d’une innovation dans le domaine du traitement de l’eau, Géocarrefour, vol. 91, n° 4, https://doi.org/10.4000/geocarrefour.10103

BAGGIO S., ROUQUETTE M.-L., 2006, La représentation sociale de l'inondation : influence croisée de la proximité au risque et de l'importance de l'enjeu", Bulletin de psychologie, (1), p. 103-117.

BAILLY A., 1990, Paysages et représentations, Mappemonde, vol. 90, p. 10-13.

BARBIER R., BEDU C., BUCLET N., 2009, Portée et limites du dispositif « jury citoyen », Politix (2), p. 189-207.

BARTHELEMY C., 2009, Vivre avec ou sans la Drôme… Enquête quantitative menée auprès des riverains du bassin versant de la Drôme. Projet "Créateurs de Drôme". Villeurbanne, ZABR – GRAIE, 72 p. Ronéo.

BESTEIRO A. G., RIVIERE-HONEGGER A., 2018, Les représentations sociales du Alto Guadiana (Espagne) : entre eaux superficielles et souterraines. Un obstacle pour imaginer son devenir ? Géocarrefour, vol. 92, n° 1, https://doi.org/10.4000/geocarrefour.10438

BUSCA D., BARTHE J.- F., LANA E. 2019, De la gouvernance de la ressource en eau, à l’expression des risques dans les pratiques de consommation d’eau potable en France. Contribution de l’analyse des pratiques routinisées à la construction sociale des risques, in BUSCA D. et LEWIS N., Penser le gouvernement des ressources naturelles, Coédition Hermann/Presses de l'université de Laval, p. 167-199.

BROCHET A., 2017. Les résistances territorialisées aux réformes de modernisation des services d'eau : le cas de l’agglomération grenobloise. Thèse de doctorat. Université Grenoble Alpes. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01702614/document

CAILLAUD S., 2010, Représentations sociales et significations des pratiques écologiques : Perspectives de recherche, VertigO-la revue électronique en sciences de l'environnement, 10(2).

CAILLAUD S., FLICK U., 2016, Triangulation méthodologique. Ou comment penser son plan de recherche, in LO MONACO G., DELOUVEE S. & RATEAU P. (éd.), Les représentations sociales. Théories, méthodes et applications, Bruxelles, De Boeck Supérieur, p. 227-240.

DE VANSSAY B., 2003, Les représentations de l’eau, VertigO-la revue électronique en sciences de l'environnement (Hors-série 1) https://doi.org/10.4000/vertigo.1959

DOS SANTOS S., 2011, Les risques sanitaires liés aux usages domestiques de l’eau. Représentations sociales mossi à Ouagadougou (Burkina Faso), Natures Sciences Sociétés, vol 19, n° 2, p. 103-112.

DUCHESNE S., HAEGEL F., 2008, L'enquête et ses méthodes : l'entretien collectif, Paris, Armand Colin, 128 p.

DUCROT R., VAN PAASSEN A., BARBAN V. et al., 2015, Learning integrative negotiation to manage complex environmental issues: example of a gaming approach in the peri-urban catchment of São Paulo, Brazil, Reg Environ Change, 15, p. 67-78.

EUZEN, A., MOREHOUSE B., 2014, De l’abondance à la raison, Norois, 231, p. 27- 41.

GARIN P., GIRARD, S. HONEGGER A., DEGACHE A., GOUTON C., PELLEN M., 2018, Mesurer les apprentissages issus de dispositifs participatifs par les représentations sociales et territoriales : l’exemple de l’eau potable et de sa vulnérabilité au changement climatique, Rapport final de l’opération n° 45-2010. Programme ZABR - GRAIE – Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, 155 p. + annexes.

GIRARD S., ROLLAND L., RIVIERE-HONEGGER A., 2016, Saisir la territorialité par le dessin. Retours méthodologiques, Sciences de la Société. « Les SHS et les questions environnementales. Manières de voir, manières de faire », n° 96, p. 47-69.

GERMAINE M.-A., BARRAUD R., 2013, Restauration écologique et processus de patrimonialisation des rivières dans l’Ouest de la France. VertigO-la revue électronique en sciences de l'environnement (Hors-série 16), https://doi.org/10.4000/vertigo.13583.

GIESEKING J.J., 2013, Where We Go from Here: the Spatial Mental Mapping Method and Its Analytic Components for Social Science Data Gathering. Qualitative Inquiry n° 19, p. 637-649.

GOUVERNE L., 2013, La Cèze : La renaissance de l'eau à Saint Ambroix Ces hommes qui font vivre les rivières, Lyon, Agence de l'Eau Rhone Méditerranée Corse, p. 99-111.

GROSSETETE M., 2019, Quand la distinction se met au vert. Conversion écologique des modes de vie et démarcations sociales, Revue Française de Socio-Économie, vol 22, n° 1, p. 85-105.

HASSENFORDER E., DRAY A., DARE W., 2020, Manuel d'observation des jeux sérieux, ComMod, CIRAD, 68 p.

JODELET D., 1993, Les représentations sociales : regard sur la connaissance ordinaire, Sciences humaines, vol. 27, n° 4, p. 22-24.

KITZINGER J., MARKOVA, I., KALAMPALIKIS N., 2004, Qu'est-ce que les focus groups ? Bulletin de psychologie - N° spécial "Les groupes centrés (Focus groups)", vol. 57, n° 3, p. 237-244.

LE MOEL B., MOLINER P., RAMADIER T., 2015, Représentation sociale du milieu marin et iconographie du territoire chez des élus de communes littorales françaises, VertigO-la revue électronique en sciences de l'environnement, 15 (1), https://doi.org/10.4000/vertigo.16014

MEDEMA W., WALS A., ADAMOWSKI J., 2014, Multi-Loop Social Learning for Sustainable Land and Water Governance: Towards a Research Agenda on the Potential of Virtual Learning Platforms, NJAS – Wageningen, Journal of Life Sciences, n° 69, p. 23-38.

MICHEL-GUILLOU É., 2011, La construction sociale de la ressource en eau, Pratiques Psychologiques, vol. 17, n° 3, p. 219-236.

MICHEL-GUILLOU É., 2014, La représentation sociale du changement climatique : enquête dans le sens commun, auprès de gestionnaires de l'eau, Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, n° 104(4), p. 647-669.

MOLINER P., 1988, Validation expérimentale de l'hypothèse du noyau central des représentations sociales, Bulletin de psychologie, 41(387), p. 759–762.

MOSCOVICI S., 1961, La psychanalyse, son image et son public : étude sur la représentation sociale de la psychanalyse, Paris, Presses universitaires de France, 512 p.

NAVARRO CARRASCAL O., 2009, Représentations sociales de l'eau dans un contexte de conflits d'usage : le cas de la Sierra Nevada de Santa Marta, Colombie, Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, n° 81(1), p. 65-86.

NEGURA L., 2006, L’analyse de contenu dans l’étude des représentations sociales, SociologieS URL : http://journals.openedition.org/sociologies/993; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.993

NEZ H., 2011, Nature et légitimités des savoirs citoyens dans l'urbanisme participatif. Une enquête ethnographique à Paris, Sociologie, vol. 2, n° 4, p. 387-404.

PIANELLI C., ABRIC J.-C., SAAD F., 2010, Rôle des représentations sociales préexistantes dans les processus d'ancrage et de structuration d'une nouvelle représentation, Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, (2), p. 241-274.

SAUVE L., MACHABEE L., 2000, La représentation : point focal de l’apprentissage, Education relative à l'environnement : regards-recherches-réflexions, 2, p. 183-194.

SPENCE A., POORTINGA W., PIDGEON N., 2012, The psychological distance of climate change, Risk Analysis: An International Journal 32(6), p. 957-972.

SPURLING N., MCMEEKIN A., SHOVE E., SOUTHERTON D., WELCH, D., 2013, Interventions in practice: re-framing policy approaches to consumer behaviou, University of Manchester, Sustainable Practices Research Group, 57 p.

WIBECK V., ADELSWRD V., LINELL P., 2004, Comprendre la complexité : les focus groups comme espace de pensée et d’argumentation sur les aliments génétiquement modifiés, Bulletin de psychologie, vol. 57, n° 3, (471) p. 253-261.

Haut de page

Notes

1 Les ZRE sont définies en application de l'article R211-71 du Code de l'environnement (CE), comme des "zones présentant une insuffisance, autre qu'exceptionnelle, des ressources par rapport aux besoins".

2 Mesures exceptionnelles de limitation ou suspension des usages prises par les préfets pour faire face à une insuffisance de la ressource en eau en période d’étiage (https://www.gouvernement.fr/risques/secheresse)

3 Loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République

4 Ce sont essentiellement des récupérateurs d’eau de pluie et des réducteurs de pression sur les robinets. Ils sont davantage mentionnés dans la Cèze que dans le Diois.

5 Les pratiques les plus souvent citées sont de « ne pas laisser couler d’eau », de prendre des douches plutôt que des bains, de limiter les arrosages de jardins et lavages de voiture, de récupérer l’eau de lavage des légumes.

6 Dans le Diois, la présence dans les communes d’un trop-plein d’eau visible depuis la route principale du village permet un contrôle visuel sur l’état de la ressource et fonctionne comme un indicateur d’adaptation temporaire des comportements (« le seuil (d’inquiétude) c’est quand le trop-plein ne coule plus », soit parce que la source s’est « déplacée », obligeant à intervenir sur le captage, soit parce qu’une grosse fuite affecte ces réseaux vétustes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Trois formes différentes de carte mentale dessinée (cas Diois)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18281/img-1.png
Fichier image/png, 214k
Titre Figure 2 : Nuages de mots issus des associations libres de mots concernant l’eau potable dans la Cèze, selon la distance des interviewés à l’objet eau potable
Légende La taille des mots est proportionnelle à la fréquence de leur énonciation
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18281/img-2.png
Fichier image/png, 34k
Titre Figure 3 : Dessins du réseau d’eau potable communale dans le Diois
Légende Les dessins mettent en évidence un gradient d’ancrage territorial selon la distance des interviewés à l’objet eau potable
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18281/img-3.png
Fichier image/png, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Garin, Sabine Girard, Anne Rivière-Honegger, Anaé Degache, Cédric Gouton et Marion Pellen, « Manquer un jour d’eau au robinet ? La mise à distance territoriale des effets du changement climatique », Géocarrefour [En ligne], 96/1 | 2022, mis en ligne le 28 juin 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/18281 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.18281

Haut de page

Auteurs

Patrice Garin

Inrae, UMG G-eau patrice.garin@inrae.fr

Articles du même auteur

Sabine Girard

Univ. Grenoble Alpes, Inrae, UR Lessem, FR-38000 sabine.girard@inrae.fr

Anne Rivière-Honegger

CNRS, UMR 5600 EVS – ENS de Lyon honegger@club-internet.fr

Articles du même auteur

Anaé Degache

Inrae, UMG G-eau anae.degache@lilo.org

Cédric Gouton

Univ. Grenoble Alpes, Inrae, UR Lessem, FR-38000 cdric.gouton@yahoo.com

Marion Pellen

Inrae, UMG G-eau pellenmarion35@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search