Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96/1ArticlesPerceptions et enjeux de gestion ...

Articles

Perceptions et enjeux de gestion des rivières de l’Ouest par les gestionnaires de l’eau - entre influence de parcours et pragmatisme de terrain

Perceptions and management issues of western rivers by water managers - between the influence of studies and field pragmatism
Guillaume Paysant, Sébastien Caillault et Nathalie Carcaud

Résumés

En France, les rivières sont l’objet de nombreuses interventions pour restaurer les continuités écologiques et/ou diversifier les écoulements, notamment guidées par la Directive européenne Cadre sur l’Eau (2000) et la Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques (2006). Si un champ de recherche sur les rivières de l’Ouest et leurs évolutions est actif depuis une quinzaine d’années, l’analyse de la gestion et surtout des gestionnaires semble faire défaut. Pourtant, ces derniers peuvent influencer de manière non négligeable la gestion de ces espaces et donc leurs dynamiques. Dans le cadre de cette recherche, nous nous sommes intéressés aux métiers de gestionnaires de l’eau et aux formations initiales permettant de les exercer. A l’aide d’entretiens par questionnaires, d’entretiens semi-directifs, d’observations de terrain, d’analyses des contenus de formations et de fiches de postes de gestionnaires de l’eau, nous apportons un éclairage sur la diversité des contextes de gestion, des formations proposées pour devenir gestionnaires de l’eau et démontrons l’influence des formations initiales dans la perception de la gestion des rivières. Enfin, le lien usagers-gestionnaires s’est révélé particulièrement important aux yeux des deux parties prenantes afin d’atteindre une gestion satisfaisante, alors que le temps disponible pour le terrain et les usagers chez les agents semble en forte diminution. Cela n’est pas sans interroger sur les moyens et l’adéquation de la gestion actuelle et future pour répondre aux enjeux environnementaux et sociétaux émergeants.

Haut de page

Texte intégral

"Les auteurs remercient vivement Régis Barraud et Marie-Anne Germaine pour leur avoir permis de réaliser ce travail d'enquête dans le cadre du programme REPPAVAL (ANR JC REPPAVAL, 2012-2015) et d'exploiter ces résultats dans le présent article."

Introduction

1Les rivières, notamment celles de l’Ouest de la France, sont depuis une trentaine d’années l’objet de processus de patrimonialisation, faisant s’opposer des logiques antagonistes concernant les projets de suppression des obstacles en travers. Elles deviennent ainsi le théâtre de situations parfois conflictuelles entre les acteurs (usagers, riverains, élus, gestionnaires) faisant s’opposer des desseins et des perceptions de ces espaces parfois très différents (Germaine et Barraud, 2013a ; Le Calvez, 2017). La patrimonialisation concerne la volonté d’une partie des acteurs de préserver les moulins à eaux ainsi que les seuils, biefs et autres ouvrages hydrauliques, parfois associés à leur fonctionnement, comme un héritage de l’ingéniosité associée à l’exploitation des petites rivières par les sociétés. A l’inverse, pour d’autres acteurs, c’est la suppression de ces ouvrages qui est plébiscitée, ces derniers étant considérés comme des obstacles au bon fonctionnement de la rivière et à la circulation de l’eau, des sédiments et de la faune piscicole (Germaine et Barraud, 2013b). Après avoir connu des transformations conséquentes pendant la modernisation de l’économie de la seconde moitié du XXe siècle, qui ont largement impacté leurs trajectoires paysagères (Paysant et al., 2019 ; Paysant et al., 2021), ces vallées de l’Ouest de la France sont aujourd’hui concernées par des projets de restauration des continuités écologiques et de diversification des écoulements, notamment guidés par la Directive Cadre sur l’Eau de 2000. Ces projets, qui concernent toutes les rivières des pays occidentaux, en Amérique du Nord comme en Europe (Lespez et Germaine, 2016), soulèvent des controverses environnementales qui sont de plus en plus discutées dans la communauté scientifique (Barraud et Germaine, 2017 ; Bravard et Lévêque, 2020). La restauration n’a d’ailleurs pas les mêmes visées selon les acteurs (écologique, piscicole, hydraulique), et les actions diffèrent d’une région à l’autre (Morandi et Piegay, 2011). Morandi et Piegay (2011) indiquent que les actions portent soit sur de la gestion et de l’entretien du chenal et de ses berges, soit sur du remodelage d’une partie du chenal, parfois accompagné d’un désaménagement d’obstacle en travers. Elles sont particulièrement couteuses et sont souvent les plus controversées (Barraud et Le Calvez, 2017).

2En lien avec les étapes de décentralisation en France, les territoires de l’eau ont fortement évolué ces dernières décennies (Ghiotti, 2006), des acteurs non étatiques se voyant attribuer un rôle important dans leur gestion (Watson, Deeming et Treffny, 2009). Les actions de restauration des continuités écologiques (RCE) sont menées par des regroupements de collectivités territoriales, au sein de syndicats mixtes ou d’Etablissements publics territoriaux de bassin (ETPB). Ces structures sont plus généralement chargées de porter les Schémas directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE). Ces documents fixent pour six ans les orientations permettant de répondre aux objectifs de bon état écologique des masses d’eau. Les Programmes de mesures (PDM) sont les actions opérationnelles qui tendent à répondre aux objectifs des SDAGE, et ce pour chaque bassin. Les Schémas d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) sont la déclinaison locale des SDAGE et visent à « concilier la satisfaction et le développement des différents usages (eau potable, industrie, agriculture, ...) et la protection des milieux aquatiques, en tenant compte des spécificités d'un territoire1. »

3En France, les animateurs de bassin versant, les techniciens de rivière et les chargés de mission milieux aquatiques sont des acteurs incontournables de la gestion de l’eau, généralement rattachés à des collectivités territoriales ou à des associations. Ils font partie des métiers « flous » (Jeannot, 2011) et les périmètres de différenciation de leurs fonctions ne sont pas clairs (Richard-Ferroudji, 2008a). L’animateur de bassin versant agit en théorie surtout dans l’animation de réseaux d’acteurs et d’usagers à l’échelle du bassin versant, le technicien de rivière intervient sur des aspects plus techniques et coordonne les opérations sur le lit mineur, voire dans la plaine alluviale. Le chargé de mission est chargé de la mise en œuvre et de l’animation de la procédure (Contrat de Milieux, SAGE) de son organisme de rattachement (ARRA 2012). Dans la suite de cet article, ce sont ces trois catégories de professionnels qui seront dénommés « gestionnaires de l’eau » ou « professionnels de l’eau ».

4Des recherches sont menées sur les acteurs des rivières et des politiques de l’eau, notamment sur les usagers et leurs rapports à la rivière (Le Calvez, 2017) ou encore sur les projets d’aménagement et les conditions de leur réussite (Anquetil, Koerner et Boudes, 2018). La construction des perceptions est également un champ de recherche actif. Ce courant de recherche est ancien, notamment dans le champ des paysages (e.g Linton, 1968 ; Zube, 1974). Parmi les travaux plus récents, certains se sont intéressés aux perceptions négatives d’un élément particulier, comme le bois mort en rivière (Le Lay et Piégay, 2007), quand d’autres ont montré l’influence du niveau de connaissance environnementale sur la perception esthétique des bras mort fluviaux (Cottet, Rivière-Honegger et Piegay, 2010), ou encore l’effet générationnel et le positionnement vis-à-vis du modèle productiviste agricole dans la construction des perceptions des paysages (Marie et Madeline, 2012). L’ouvrage Connaître les perceptions et les représentations : quels apports pour la gestion des milieux aquatiques ? (Rivière-Honegger, Cottet-Tronchère et Morandi, 2015) a permis d’exposer les méthodes et les enjeux autour de la prise en compte des représentations et des perceptions dans les projets d’aménagement des milieux aquatiques. Il s’est également attaché à illustrer le tout par des études de cas riches et variées. A propos des gestionnaires, il y est notamment indiqué que « les perceptions et les représentations que les gestionnaires ont des milieux sont en partie influencées par leurs formations et leurs expériences. ». Pourtant, il nous semble que la recherche s’est assez peu penchée sur le cas spécifique des gestionnaires et de l’influence de leur formation dans leurs perceptions et leurs pratiques. Les travaux marquants dans ce domaine en France sont ceux menés par Richard-Ferroudji sur les gestionnaires de l’eau et plus particulièrement sur l’animateur de bassin versant (Richard-Ferroudji, 2008a) et sur son rôle d’animation, au sens « d’insuffler la vie à une communauté de l’eau » (Richard-Ferroudji, 2008b). Ses travaux ont contribué aux réflexions sur les connaissances et les compétences pertinentes pour répondre aux enjeux actuels de la gestion de l’eau et sur les spécificités des animateurs et des directeurs d’une structure gestionnaire de l’eau vis-à-vis de la figure du technicien ou de l’expert (Richard-Ferroudji, 2015). Perrin (2020) a, quant à lui, interrogé la place de la science dans la mise en œuvre des politiques publiques de l’eau et a développé l’idée que celle-ci était érigée en totem par certains défenseurs de la continuité écologique. Il a également proposé d’identifier les frontières existantes entre les différents groupes d’acteurs afin d’établir des ponts, pour tenter de répondre aux enjeux de continuités écologiques tout en tenant compte des critiques vis-à-vis de cette politique de l’eau. Dans cette idée, certains auteurs ont défendu le principe que de nouveaux professionnels de l’eau, aux compétences plus transdisciplinaires et capables de prendre en compte les aspects sociaux en plus des aspects techniques, devaient émerger pour répondre aux enjeux futurs (van Vuren, Liebrand et Vincent, 2009).

5L’objet de cet article est de contribuer aux recherches portant sur les gestionnaires de l’eau, en s’intéressant spécifiquement aux contextes de gestion des cours d’eau de l’Ouest de la France, en prolongement des travaux menés dans le cadre du programme REPPAVAL2. Ce projet s’intéressait aux petites rivières de l’Ouest, souvent associées à des « vallées ordinaires » (Germaine, 2009). Ces rivières, qui évoluent en contextes ruraux et agricoles, portent les héritages de leur valorisation économique aujourd’hui en déclin. Leur petite dimension « constitue une opportunité pour la mise en place d’une approche intégrée et comparative permettant de saisir leurs mécanismes de fonctionnement dans leur intégralité »3.

6Dans notre cas, nous nous intéresserons plus particulièrement au poids de la formation initiale des gestionnaires de l’Ouest dans leurs perceptions de la rivière guidant leurs modes de gestion en relation avec les contextes locaux dans lesquels ils travaillent (spécificités des dynamiques écologiques, des enjeux, des acteurs…). Nous apporterons également une contribution sur la définition du métier de technicien de rivière, en complément des travaux menés sur les animateurs et les directeurs de structures gestionnaires de l’eau (Richard-Ferroudji, 2015).

Matériels et méthodes

7La recherche repose sur une enquête composée de deux séries d’entretiens complémentaires conduites auprès des gestionnaires et usagers de l’eau, d’observations participantes menées lors de deux assemblées réunissant des acteurs de la gestion des rivières, d’un travail de terrain et de l’analyse des formations initiales et des offres d’emplois permettant de devenir gestionnaire de rivières.

8Un entretien directif compose la première partie de l’enquête. Cette méthode permet de récolter des données de manière « standardisée » à travers des questions identiques auxquelles les enquêtés répondent et dont l’enchainement a été réfléchi et testé en amont. Elle a notamment l’avantage de permettre de récolter un nombre important de réponses dans un laps de temps assez court, comparativement à d’autres techniques d’entretiens en sciences sociales (entretien semi-directif, autobiographique, récits de vie). L’entretien directif doit être de courte durée, l’enchainement des questions risquant de lasser l’enquêté (Sauvayre, 2013). Cette méthode permet de mener une analyse quantitative et est particulièrement adaptée lorsque des hypothèses doivent être vérifiées. Nos entretiens directifs ont été conduits en 2015 dans le cadre du programme REPPAVAL et ciblaient spécifiquement les gestionnaires de l’eau du Grand Ouest, que parfois nous nommerons plus simplement l’Ouest. Cette aire géographique peut être considérée comme floue car elle a diverses acceptations selon les sources. Sans vouloir rentrer dans le débat sur ses contours, elle comprend en général la Bretagne et les Pays de la Loire, auxquelles s’ajoutent pour certains, l’ancienne Basse-Normandie (Lemasson et Regnauld, 1997 ; Wolff, 2005), l’ancienne région Poitou-Charentes (Naudinot, 2013) et, parfois, l’ancienne Haute-Normandie et la région Centre-Val-de-Loire (AURAN, 2015). Dans notre cas, nous considérerons le Grand Ouest dans son acceptation la plus large comprenant les régions Bretagne, Pays-de-la-Loire, Normandie, Centre-Val-de-Loire et l’ancienne région Poitou-Charentes. L’objectif de ce questionnaire auprès des gestionnaires était d’identifier les usages et les représentations des rivières et de tester l’influence de certains facteurs (formation, réglementation…) dans leur façon de percevoir et de pratiquer la rivière. Une collecte des e-mails a été entreprise en recherchant dans les pages web des structures de gestion du Grand Ouest, dont un certain nombre de syndicats mixtes. Le questionnaire a ensuite été envoyé individuellement et a également été relayé dans les réseaux professionnels par les agents. La période de collecte et de mise en ligne du questionnaire était de 5 mois. Il a permis de récolter, d’une part, des informations liées aux contextes d’exercice et aux caractéristiques de ces métiers de gestionnaires (intitulé de poste, type de structures…) et, d’autre part, d’identifier leurs perceptions à propos de leur métier et de la gestion des rivières. Le questionnaire était composé de 24 questions, dont 14 fermées et 10 ouvertes. Au total, 168 questionnaires, soit plus de 30 % de retours, ont été renvoyés, pour 124 exploitables, et 96 complets. Les données ont été traitées grâce au logiciel opensource Rstudio (RStudio Team, 2020) avec l’aide des packages questionr (Barnier, Briatte et Larmarange, 2020), spécialisé dans le traitement d’enquêtes en sciences sociales et mobilisé pour le recodage des variables et la discrétisation des valeurs, le package janitor (Firke, 2021) pour le nettoyage des données et le package tidyverse (Wickham et al., 2019) pour la manipulation et le traitement des données. La cartographie des réponses a été réalisée avec le logiciel SIG libre QGIS4.

  • 5 Par profil, nous entendons les différentes composantes de l’individu : son éducation, sa classe, so (...)

9Des entretiens semi-directifs ont été menés en complément des entretiens directifs. Ils ont ciblé des terrains du Maine-et-Loire, qui font l’objet d’un suivi depuis plusieurs années. Cette phase d’enquête repose sur onze entretiens semi-directifs d’une durée d’environ 1h20 chacun, qui ont été enregistrés et conduits entre 2016 et 2019 auprès des gestionnaires et usagers de l’eau. Les enquêtés ont été choisis au regard de leur fonction, de leur institution de rattachement (pour les professionnels), et/ou de leur localisation (de vie et de pratiques pour les usagers, d’exercice pour les professionnels). Cette enquête a permis de récolter des informations auprès d’agriculteurs, de propriétaires habitant près d’une rivière (pour certains dans un moulin à eau), de professionnels de services déconcentrés de l’Etat et de collectivités territoriales, tous concernés par les rivières, à des degrés d’implications plus ou moins importants. La méthode d’entretien semi-directif, de par sa souplesse supérieure à l’entretien directif, permet de laisser l’enquêté s’exprimer tout en orientant les échanges vers le cadre défini préalablement à travers le guide d’entretien. Cette enquête a permis d’identifier les profils5 des gestionnaires, de caractériser le contexte de gestion des territoires et de recueillir la perception des actions sur ces espaces aussi bien par les gestionnaires que par les usagers. Cette méthode d’entretien est dépendante d’une certaine relation de confiance établie entre le chercheur et l’enquêté qui « conditionne la richesse, la densité (qualité, authenticité, pertinence) du matériel collecté » (Imbert, 2010). Ainsi, nous n’avons pas cherché à savoir si les gestionnaires rencontrés avaient également répondu à l’entretien par questionnaire. Toutefois, il faut noter que leur organisme de rattachement a été ciblé au même titre que les autres par l’envoi des questionnaires. Les entretiens semi-directifs ont fait l’objet d’une retranscription puis ont été intégrés au logiciel R et à son package RQDA (R-based Qualitative Data Analysis, Huang, 2012) spécialisé dans le traitement de données qualitatives et qui permet de réaliser des analyses textuelles.

10Nous avons cherché à localiser les réponses de l’enquête REPPAVAL. Il était demandé aux professionnels de l’eau d’indiquer « Sur quelle rivière et quel bassin versant travaillez-vous ? ». La sensibilité de la thématique de l’eau a ainsi été mise en exergue, une grande majorité des enquêtés n’ayant pas répondu ou étant restés très flou, ne précisant pas si le nom indiqué était celui de la rivière ou du bassin versant (qui peut être bien plus englobant). Au final, 75 réponses précisent la localisation (soit 44,65 %), les autres se contentant de donner le nom d’un bassin versant, ou de fournir des indications incertaines telles que : « rivières de Basse-Normandie », « milieux aquatiques Côtes d’Armor », « cours d’eau bretons », « estuaire de la Loire », etc. Cette réaction peut indiquer un besoin de préserver l’anonymat, révélant que la parole des gestionnaires de l’eau est scrutée et que leurs propos peuvent leur porter préjudice. Il n’a pas été aisé de cartographier les réponses, car une grande diversité de situations existe entre les enquêtés. Nous avons choisi la donnée « BassinVersantTopographique_FXX.shp » de la BD TOPAGE® comme référence, plus petite unité géographique existante pour les bassins versants. Quand un gestionnaire listait plusieurs rivières dont il a la charge, une de celles citées était choisie au hasard pour l’appareillement. De même, pour les indications englobantes (« rivières de Basse-Normandie ») c’est alors une rivière de cette aire géographique qui a été choisie aléatoirement. Nous avons en revanche veillé à ce que chaque unité géographique ne soit appareillée qu’à un gestionnaire (trois entités en possèdent deux, les informations fournies n’ayant pas permis de faire autrement).

  • 6 Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Gestion et Protection de la Nature
  • 7 Brevet de Technicien Supérieur : Gestion et Maitrise de l’Eau

11Afin d’analyser l’influence du profil des gestionnaires des rivières sur leurs perceptions, nous nous sommes intéressés à plusieurs de ses composantes (âge, expérience, formation initiale, etc.). Plusieurs questions fermées leur ont été posées, relatives notamment à leur niveau d’étude et à l’intitulé de la formation initiale suivie, leur ayant permis d’accéder à ces postes. Un important travail de recodage sous Rstudio a été nécessaire afin de regrouper la grande diversité de formations suivies dans des classes permettant de croiser le domaine de formation avec les réponses liées à la rivière et à sa gestion. Ainsi, les plaquettes de la plupart des formations annoncées par les gestionnaires ont été rassemblées pour étudier les contenus et ainsi permettre de les regrouper dans des classes cohérentes. Nous avons finalement opté pour quatre classes créées selon les disciplines d’inscription telles qu’annoncées par les responsables de formations dans les plaquettes. La première classe « Bio-Écologie » concerne des formations inscrites en Biologie et/ou en Écologie et dont les enseignements sont majoritairement centrés sur l’étude et la gestion des milieux naturels et/ou de la faune et de la flore. Cette classe regroupe 27 enquêtés et comprend des formations professionnalisantes courtes (Bac+2 : BTSA GPN6) et des formations plus longues (Bac+5 : Masters). La seconde classe, nommée « Environnement (hybride) », regroupe des formations inscrites dans d’autres disciplines des sciences naturelles et qui se revendiquent « pluridisciplinaires » dans leur plaquette. Cette classe, qui concerne 34 enquêtés, regroupe des individus ayant suivi des formations courtes dans la gestion de l’eau (BTSA GEMEAU7) et des formations de niveau Master en Sciences de la Nature, Sciences du Sol, Hydrologie... La troisième classe est constituée de 13 enquêtés et intègre les seules formations de Sciences Humaines et Sociales, la Géographie et/ou l’Aménagement. Quatre individus ont été écartés au sein d’une classe « Autre » car les formations qu’ils ont suivies ne sont pas compatibles avec le découpage de classes choisi. Notre échantillon de réponses est intéressant car il comprend toute la diversité disciplinaire et de niveaux d’études (de bac à bac+5) pouvant exister chez ces professionnels.

Tableau 1 : Répartition des formations des professionnels de l’eau en quatre classes

Classes

Bio-Ecologie

Environnement (hybride)

Géo-Aménagement

Autre

Formations concernées

BTSA GPN (n =14) ; Masters de Biologie et Ecologie

Formations se revendiquant « pluridisciplinaires » mais dominées par les Sciences de la Nature, du Sol, Hydrologie (Master), BTS GEMEAU

Licences professionnelles, Maitrises et Masters en Géographie et Aménagement (4/13 du Master AGIRE – Université de Caen)

N =4 : un profil BTSA GPN avec une licence professionnelle en aménagement, deux qui combinent BTSA GPN et une Licence Pro en environnement, un ingénieur en agriculture

12Les méthodes développées, mêlant approches quantitatives (enquêtes REPPAVAL), qualitatives (entretiens semi-directifs, observations participantes, étude des formations initiales et des offres d’emplois de gestionnaires de rivières), SIG et terrain, permettent d’analyser les contextes de gestion des cours d’eau de l’Ouest et de constater le poids non-négligeable de la formation initiale dans la construction des perceptions des gestionnaires.

Résultats

Présentation de l’échantillon

13L’échantillon de l’enquête REPPAVAL est constitué de 124 réponses, comprenant 92 formulaires complets et 32 formulaires ayant des modalités non-renseignées.

14Parmi ces 124 enquêtés, 62 sont des hommes, 31 des femmes et 31 enquêtés n’ont pas renseigné ce critère (figure 1).

Figure 1 : Genre des individus ayant répondu à l'enquête REPPAVAL

Figure 1 : Genre des individus ayant répondu à l'enquête REPPAVAL

1592 enquêtés ont accepté d’indiquer leur âge. La moyenne d’âge est de 34 ans, pour une médiane identique. La moitié d’entre eux a entre 31 et 40 ans (compris), un peu plus de 30 % ont entre 20 et 30 ans et 18 % ont plus de 40 ans (figure 2).

Figure 2 : Classes d'âge des individus ayant répondu à l'enquête REPPAVAL

Figure 2 : Classes d'âge des individus ayant répondu à l'enquête REPPAVAL

16La durée d’exercice des professionnels de l’eau sur leur territoire au moment de l’enquête est très hétérogène : 40 enquêtés sont en poste sur leur rivière depuis plus de 6 ans, 39 le sont depuis plus de 3 ans mais moins de 6 ans, et 43 y exercent depuis 3 ans ou moins. Enfin, 2 enquêtés ont choisi de ne pas répondre à cette question (figure 3).

Figure 3 : Durée d'exercice des professionnels de l'eau sur leur territoire au moment de l'enquête

Figure 3 : Durée d'exercice des professionnels de l'eau sur leur territoire au moment de l'enquête

17Près de la moitié des gestionnaires de l’eau enquêtés ont exercé sur une autre rivière auparavant (58 sur 124, soit 47 %). Les durées d’exercice sur la ou les rivières précédentes vont de six mois à 12 ans, pour une moyenne de 3 ans et une médiane à 2 ans.

Une diversité de statuts et de structures d’exercice

18L’enquête menée auprès des professionnels de l’eau a confirmé la diversité des contextes de gestion existants. La majorité des enquêtés sont, soit techniciens de rivière (79 sur 124, soit 64 %), soit chargés de mission (19 %). Toutefois, il faut noter que ces catégories sont issues de regroupements de métiers aux appellations diverses, phénomène encouragé ces dernières années par la diversification des professions des structures de gestion (ARRA, 2018) dont de nombreux types de techniciens. Une multitude d’intitulés de postes ont été recensés, que nous avons regroupé en cinq catégories : technicien, chargé de mission, animateur, directeur, autre. Ainsi, nous avons fait le choix de regrouper sous l’appellation « technicien » toutes les dénominations comprenant ce terme (associé à « rivière » ainsi qu’à : bocage, zones humides, milieux aquatiques, etc.). A noter que quelques techniciens intègrent le terme de « médiateur » dans leur intitulé de poste, ce qui aurait pu inciter à les faire basculer dans la catégorie des « animateurs ». Pour autant, le fait que le poste intègre « technicien » a suffi à choisir de l’intégrer dans la sphère technique de la gestion des rivières.

  • 8 Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement

19Les structures qui emploient les professionnels de l’eau sont également variées (figure 4). Même si la plupart viennent, soit de collectivités territoriales (communauté de communes, Parc naturel régional…), soit de syndicats mixtes (32 % pour le premier cas, 46 % pour le second), plusieurs professionnels sont engagés par des associations (5) ou par des établissements publics (11). Enfin, onze autres proviennent de structures différentes (Département, Fédération départementale des pêches, Direction départementale des territoires, CPIE8…).

Figure 4 : Employeurs des professionnels de l'eau

Figure 4 : Employeurs des professionnels de l'eau

Les enquêtés majoritairement présents dans le Grand Ouest français

20La carte de localisation des enquêtés permet d’avoir une bonne idée de leur répartition spatiale dans le quart nord-ouest de la France (figure 5).

Figure 5 : Localisation des professionnels de l’eau ayant répondu à l'enquête REPPAVAL

Figure 5 : Localisation des professionnels de l’eau ayant répondu à l'enquête REPPAVAL
  • 9 Pour rappel, nous considérons comme faisant partie du Grand Ouest les régions Bretagne, Normandie, (...)

21La grande majorité des professionnels de l’eau ayant répondu à l’enquête provient du Grand Ouest9 (109 sur 124, soit 88 %). Parmi les techniciens de rivière, ils sont 72 sur 79 à venir du Grand Ouest (91 %). Les gestionnaires les plus septentrionaux ayant contribué à l’enquête proviennent du Pas-de-Calais, les plus méridionaux de l’Ardèche, de Corrèze ou encore de la Gironde. Enfin, ceux situés les plus à l’est viennent de la Marne et de la Côte d’Or. Les trois régions les plus représentées sont la Bretagne (47 réponses, 38 %), la Normandie (26 réponses, 21 %) et les Pays de la Loire (21 réponses, 17 %). Le nombre important de réponses pour la Bretagne pourrait s’expliquer par une plus grande réactivité des professionnels de ce territoire d’une part, et également par une dissémination du questionnaire au sein d’éventuels réseaux de professionnels. Compte tenu du fait que la très large majorité de réponses provient du Grand Ouest, nous avons choisi de conserver l’ensemble de l’échantillon, y compris les quelques réponses des enquêtés qui se trouvent en dehors, pour exploiter pleinement le potentiel du résultat de l’enquête.

Une diversité de formations pour des gestionnaires « pluri-compétents »

22Il n’existe pas de voie toute tracée permettant de devenir animateur de bassin versant (Richard-Ferroudji, 2015) ou plus généralement professionnel de l’eau. En effet, une multitude de formations affirment préparer à ces métiers (que ce soit technicien, animateur ou encore chargé de mission milieux aquatiques). Et, comme souvent dans le domaine de l’environnement, les formations permettant d’accéder à ces postes peuvent être inscrites dans des disciplines différentes. Parmi elles, Agronomie/Sciences du sol, Géographie, Aménagement, Hydrologie, ou encore Ecologie, peuvent intégrer des diplômes spécialisés (ou non) permettant d’accéder à des postes de gestion de l’eau. Pourtant, chacune de ces disciplines comprend ses propres concepts, méthodologies, outils et sensibilités quant à la manière de traiter les différentes thématiques (e.g Varenne, 2011 ; Bertrand, 1978 ; Musy et Higy, 2004 ; Barbault, 2000 ; Burel et Baudry, 1999). L’analyse des plaquettes de formations confirme que celles rattachées à l’Ecologie insisteront davantage sur l’étude et la gestion de la faune et des milieux « naturels », quand celles issues de l’Hydrologie se concentreront davantage sur le fonctionnement physique des hydrosystèmes, les questions de ruissellement, de qualité et quantité d’eau.

  • 10 Les offres d’emplois de techniciens de rivières, d’animateurs de bassin versant et de chargés de mi (...)
  • 11 Répertoire National des Certifications Professionnelles
  • 12 La fiche RNCP « Technicien Rivière GEMAPI» (RNCP35073) qui remplace la fiche « Technicien de rivièr (...)
  • 13 Direction Départementale des Territoires
  • 14 A remplacé le 1er janvier 2020 l’Agence française pour la biodiversité et l’Office national de la c (...)

23L’analyse des offres d’emploi10 de gestionnaires de rivières et des fiches RNCP11 « technicien de rivière12 » met en exergue la complexité dans laquelle ces professionnels sont amenés à exercer. A l’instar des chargés de missions Natura 2000 (Billaud, 2006) ou, dans le domaine de l’eau, des animateurs de bassin versant (Richard-Ferroudji, 2015), leurs missions nécessitent de mobiliser des compétences variées qu’un cursus peut rarement pleinement satisfaire, associées à des qualités humaines importantes. En effet, le technicien de rivière doit être capable d’apporter une expertise quant aux fonctionnalités écologiques et hydrologiques de la rivière, piloter des projets d’aménagement (et tout ce que cela implique : chiffrage et suivi de travaux…), faire le lien avec les maîtres d’œuvres (lors des travaux d’aménagements), les élus (en tant qu’expert), les différents acteurs publics et privés (bureau d’étude, institutions d’Etat comme les DDT13, l’Office français de la biodiversité14, les Agences de l’eau, les associations, les collectivités territoriales) et usagers (agriculteurs, pêcheurs, promeneurs, riverains…) et, ainsi, présenter des compétences dans l’animation, la sensibilisation, la négociation et la concertation. Des chantiers d’insertion sont organisés ponctuellement pour l’entretien manuel des cours d’eau, des compétences d’encadrement sont ainsi également nécessaires. Des connaissances du monde agricole et de ses enjeux liés aux cours d’eau (pâturage, abreuvement, bandes enherbés…) sont généralement requises ou au moins très appréciées. Des connaissances naturalistes (faune, flore) sont aussi parfois demandées. Les collectivités territoriales étant généralement les structures d’emploi ainsi que des partenaires dans le cadre des projets, une bonne connaissance de cet environnement institutionnel et des marchés publics est également souhaitée. Le gestionnaire doit aussi présenter une certaine autonomie liée aux outils informatiques, être à l’aise dans la manipulation de données géographiques (SIG-cartographie), rester en veille sur la réglementation et les nouvelles techniques et technologies d’études et de gestion, réaliser des relevés de terrains, des travaux d’entretien (tronçonnage, entretien de la végétation…) et rédiger des rapports et demandes d’autorisations auprès des autorités (DIG, CTMA, CT…). Pourtant, dans les offres d’emplois en question, le niveau d’étude demandé est souvent autour de bac+2 (catégorie d’emploi B ou C) alors qu’il serait légitime d’imaginer des attentes importantes quant aux formations à accumuler permettant d’être compétent dans des domaines aussi diversifiés et une certaine reconnaissance professionnelle à intervenir dans des champs aussi variés.

24L’analyse des disciplines d’inscription des formations des gestionnaires de l’eau qui ont répondu à l’enquête montre une répartition orientée vers les sciences biologiques et naturelles (catégorie « environnement » et « biologie-écologie »), quand seuls 13 d’entre eux ont suivi une formation de géographes-aménageurs (figure 6).

Figure 6 : Effectifs de chaque classe de formation des gestionnaires

Figure 6 : Effectifs de chaque classe de formation des gestionnaires

25Il faut noter que, pour 46 individus sur les 124 au total, la formation suivie est inconnue. Parmi eux, 29 ont rendu un questionnaire très lacunaire, où seules les premières questions ont trouvé réponse (le phénomène s’explique peut-être par une certaine lassitude à le compléter). Pour les 17 enquêtés restants, cela semble tenir d’un choix assumé soit de ne pas répondre à cette question spécifique, soit d’y répondre de manière trop floue pour que cela puisse être interprété. Ces 17 enquêtés ont entre 26 et 55 ans, pour une moyenne d’âge de 39 ans et une médiane équivalente et comptent cinq femmes pour onze hommes et un genre non-renseigné. Parmi ces enquêtés, cinq sont en exercice sur leur territoire depuis moins de 3 ans, six depuis 3 à 6 ans et six depuis plus de 6 ans. Ces enquêtés, qui ont volontairement refusé de répondre à cette question, sont un peu plus âgés en moyenne que l’échantillon dans sa totalité (39 ans contre 34 ans) et ont une répartition équivalente quant aux classes de durées d’exercice sur leur territoire au moment de l’enquête. Autrement dit, cet échantillon de 17 individus ayant refusé de répondre ne présente pas un profil très différent au sein de l’échantillon. Leur positionnement peut relever d’une décision individuelle qui ne semble pas s’expliquer par les variables évoquées précédemment.

Les perceptions des rivières et de leur gestion par le prisme de la formation des gestionnaires

  • 15 Les enjeux essentiels proposés : améliorer la gestion piscicole, améliorer la qualité de l’eau, con (...)
  • 16 Les déterminants principaux de réussite des missions : communication ; le foncier et les droits de (...)

26L’enquête REPPAVAL, à travers deux questions spécifiques, interrogeait les gestionnaires de l’eau sur ce qu'étaient, selon eux, les enjeux essentiels sur les rivières actuelles, d’une part, et les déterminants principaux de réussite de leur mission, d’autre part. La première question consistait à classer les enjeux essentiels proposés15 par ordre de priorité, sachant que seuls trois enjeux pouvaient être sélectionnés. La seconde proposait aux gestionnaires de choisir deux déterminants parmi une liste de sept items16, sans hiérarchisation entre les deux choix. L’intérêt était de croiser les réponses à ces deux questions avec des variables liées à leur profil (âge, expérience, genre, formation initiale suivie, etc.) pour faire émerger des déterminants dans la construction de leurs perceptions. Le facteur générationnel, comme l’expérience, était pressenti comme étant impactant dans les types de réponses des gestionnaires. L’analyse des données n’a toutefois pas permis d’établir ce lien.

27Les résultats montrent, en revanche, un lien évident entre la formation suivie par le gestionnaire et sa perception de la gestion des rivières, en cohérence avec les témoignages recueillis par entretiens semi-directifs.

  • 17 Seul un gestionnaire de la classe « Bio-Ecologie » n’a pas choisi cet enjeu parmi les 3 choix possi (...)

28En effet, les gestionnaires issus des formations classées « Bio-Ecologie » choisissent prioritairement l’enjeu « biodiversité17 » (Tableau 2), suivis par les gestionnaires de la classe « Environnement ». Ces gestionnaires citent également les compétences en ingénierie écologique comme déterminants principaux de réussite de leur métier (Tableau 3).

29Les gestionnaires de la classe « Géographie-Aménagement » ne citent pas la « biodiversité » ou leurs compétences en « ingénierie écologique », mais ciblent plutôt l’enjeu « qualité de l’eau » (comme les gestionnaires « Environnement ») et se distinguent surtout en choisissant l’enjeu « érosion et ruissellement », ou « gestion des risques » en enjeu 2 ou 3 (quasiment absent des autres classes). Quant aux déterminants de réussite des missions, les géographes-aménageurs de formation sont davantage tournés vers les aspects relationnels du métier : en effet, plus facilement que leurs collègues des sciences naturelles, ils citent les relations avec les élus ou l’importance de l’appui des partenaires financiers. De manière générale, ils ont tendance à combiner les relations aux habitants ou aux élus avec un autre déterminant, comme les gestionnaires en « Environnement ». En revanche, le lien avec les habitants est plus souvent cité chez les biologistes et les environnementalistes.

Tableau 2 : Choix des enjeux essentiels des rivières selon les gestionnaires

Tableau 2 : Choix des enjeux essentiels des rivières selon les gestionnaires

Tableau 3 : Choix des déterminants de réussite de leurs missions selon les gestionnaires

Tableau 3 : Choix des déterminants de réussite de leurs missions selon les gestionnaires
  • 18 Source : plaquette du Master GAED-Environnement : diagnostic des territoires (succède au Master AGI (...)

30Ces priorisations sont compréhensibles quand les formations qui constituent les classes de regroupement sont analysées. Concernant les géographes-aménageurs qui choisissent prioritairement « Qualité de l’eau », « Erosion et ruissellement » et « Gestion des risques », il convient de noter que plusieurs gestionnaires de l’eau de cette catégorie ont été formés dans le master AGIRE (4/13) de l’Université Caen Normandie, qui comporte des enseignements de géographie physique sur ces thématiques (« Gestion des crises environnementales », « Gestion des littoraux », « Sols et agriculture »18) et qui est porté par des enseignants-chercheurs spécialisés dans ces questions. Les gestionnaires de la classe « Environnement » citent, plus facilement que les biologistes-écologues, l’enjeu « Erosion et ruissellement », et cela peut s’expliquer par la présence d’anciens étudiants de formations qui intègrent des cours d’hydrologie et de gestion des ruissellements notamment en milieu agricole (e.g Master IMACOF de Tours, BTS Gestion et Maitrise des Eaux etc..).

31L’enjeu « biodiversité » est largement plébiscité par la classe « Biologie-Ecologie », ce qui semble cohérent avec le fait qu’elle compte bon nombre d’anciens étudiants du BTSA GPN (14/27) et deux étudiants du BTA Gestion de la Faune Sauvage, quand les autres sont issus de Masters où la thématique de la biodiversité est importante.

  • 19 Au sens de « capacité que possède une personne de porter un jugement de valeur dans un domaine dont (...)

32Cet état de fait nous amène à penser que les gestionnaires de l’eau ont tendance à citer les enjeux liés à leur formation initiale, parce qu’ils ont acquis les connaissances et compétences19 leur donnant les clés pour les identifier, mais aussi surement par affinité. Nous estimons qu’ils auront tendance à prioriser les actions en fonction des domaines d’intervention dans lesquels ils sont le plus à l’aise, souvent ceux liés à leur formation, plutôt que de privilégier des enjeux et/ou des actions pour lesquels leurs compétences pourraient leur faire défaut. Ceci reviendrait à potentiellement se mettre « en danger », leur compétence et leur légitimité pourraient ainsi être remises en cause. Sans réduire la construction des perceptions à ce seul paramètre, il nous semble qu’il existe bien une forme de déterminisme liée à la formation initiale et à sa discipline d’inscription.

33Le poids de la formation initiale guidant les actions de gestion est mis en avant dans certains extraits des entretiens semi-directifs menés auprès des gestionnaires :

[technicien de rivière 1] « […] les techniciens que je connais ils n’ont fait que de la végétation. Aujourd’hui ça va beaucoup moins vite parce que [les actions] ça va dans des contrats de restauration morphologique. Et les techniciens « ancienne génération », ils n’en ont jamais fait. Ils sont formatés écologie […] mais quand il faut mettre une pelleteuse dans la rivière, ils ne savent pas comment faire ».

34Dans cet extrait, un technicien de rivière, qui n’est pas issu d’une formation en sciences biologiques et naturelles, exprime que les techniciens de rivières qui ont longtemps fait des travaux en génie végétal sont moins à l’aise sur les aspects de restauration morphologique. Cela s’explique par le fait qu’ils ont moins d’expérience et de compétence en la matière et que ces aspects n’étaient pas forcément intégrés à leurs cursus, plutôt ancrés en écologie et donc certainement plus axés sur les questions de biodiversité. On peut aussi penser que les formations de l’époque (quelques années, voire dizaines d’années auparavant) préparaient moins à ce type d’actions en rivière, puisque la restauration morphologique s’est surtout répandue après le milieu des années 1990 (Morandi et Piegay, 2011), encouragée en France par la Directive Cadre sur l’Eau (2000) et la Loi sur l’Eau et les Milieu Aquatique (2006) (Germaine et Barraud, 2013a).

35Certains gestionnaires « environnementalistes » ont suivi des formations qui sont pluridisciplinaires. Même si elles sont en général dominées par les sciences naturelles, cette ouverture notamment aux sciences humaines et sociales peut expliquer leur proximité avec les géographes-aménageurs quant aux choix des déterminants principaux de réussite des missions. Ils auront alors tendance à choisir par exemple l’Ingénierie écologique associée à un facteur relationnel habitants ou élus.

36L’analyse des contenus de maquettes pédagogiques des formations en Biologie-Ecologie permet de comprendre l’intérêt des gestionnaires pour les relations avec les habitants. Jusqu’en 2011, les BTSA GPN, qui constituent une part non négligeable de la classe « Biologie-Ecologie », se divisaient en deux options qui orientaient largement les enseignements suivis : « gestion des espaces naturels » et « animation nature ». Ces deux aspects sont depuis assimilés au sein d’un parcours unique20 car, dans les faits, la majorité des métiers mobilisent les deux spécialités. Les diplômés en BTSA GPN, de par leur formation en animation (comme option avant 2011, ou intégrée à un parcours unique après cette date) sont donc formés à vulgariser les connaissances auprès du public, ce qui peut expliquer l’importance du déterminant « relations aux habitants » dans la classe « Biologie-Ecologie ».

Les gestionnaires attentifs à leurs relations avec les riverains

37De manière générale, la relation avec les habitants est considérée comme déterminante puisque les gestionnaires, quel que soit leur parcours, choisissent à 65 % cet aspect dans leurs deux choix possibles. Il est largement dominant dans le choix des gestionnaires, puisque suivent l’ingénierie écologique (38 %), la relation avec les élus (34 %) et l’appui des partenaires financiers (32 %).

38La majorité des enquêtés exercent dans le Grand Ouest. Une des particularités de ce territoire est qu’il est parcouru par un chevelu dense de petits cours d’eau non-domaniaux, et donc privés. Cette spécificité implique des modes de gestion adaptés, où la concertation (ou la négociation) revêt un intérêt majeur pour que la gestion puisse se faire, notamment les opérations lourdes de reméandrage.

39Si les gestionnaires sont autant attentifs à leurs relations avec les habitants, c’est parce qu’ils doivent faire preuve de pédagogie pour expliquer les actions de leur organisme de rattachement et les raisons de ces travaux. Il apparait crucial de ne pas se mettre la population à dos pour un projet qui n’inclurait pas préalablement l’avis des riverains, ou qui susciterait leur mécontentement, au risque de mettre en péril le projet en question ainsi que les futurs projets dans d’autres secteurs. Les entretiens semi-directifs menés dans le Maine-et-Loire illustrent bien ce fait :

[technicien de rivière 2] « Je pense que quand on arrive sur un bassin versant [à l’embauche], il ne vaut mieux pas se louper au départ parce qu’après si on fait une première opération qui se passe mal, le bouche à oreille, surtout en campagne, ça va vite et après derrière on se retrouve un peu bloqué pour faire passer d’autres projets. […] l’aspect relation avec les riverains et les usagers est hyper important. […] il faudrait passer plus de temps avec les riverains à expliquer […].

40Les gestionnaires s’assurent même du consentement avant la commande de l’étude préalable aux travaux, pour éviter d’investir dans un projet qui sera entravé par des riverains non-coopératifs : ceux-ci peuvent aller jusqu’à attaquer en justice les actions des gestionnaires (voir le cas des étangs du lieu-dit "La Bâte" à St-Jean-des-Mauvrets, Montembault et Caillault, 2017). Les actions lourdes sur des cours d’eau non-domaniaux sont donc, en général, menées sur des secteurs à faibles enjeux et qui se présentent comme étant des « territoires d’entente » (Montembault et Caillault, 2017). Parmi eux, les parcelles publiques, qui appartiennent aux collectivités, sont particulièrement propices aux aménagements (Bonnefond et Fournier, 2013) puisqu’elles ne requièrent pas l’accord d’un propriétaire externe au projet.

[technicien de rivière 1] « La plupart des travaux qu’on fait…, il y a beaucoup sur des terrains communaux. »

41Quand cela n’est pas possible, alors les terrains choisis doivent comporter peu d’enjeux économiques et le gestionnaire se doit d’aller à la rencontre des propriétaires riverains pour évaluer la réception du projet et faire preuve de pédagogie pour expliquer les actions au risque de causer l’échec de son projet et, potentiellement, des projets futurs.

[technicien de rivière 2] « Première étape, on va voir les riverains pour prendre la température, savoir s’ils sont prêts à accepter le projet. Et puis ça nous évite de lancer une étude qui va être coûteuse, et qui finalement ne servira à rien si derrière le projet n’est pas accepté par les riverains. […] Donc maintenant voir les riverains directement, on procède comme ça, on commence par les riverains. On ne l’a peut-être pas toujours fait au départ, mais maintenant on procède systématiquement comme ça. Une fois qu’on a un accord de principe des riverains, on réalise l’étude, une étude concertée, pour réaliser des projets satisfaisants à la fois pour les usagers et pour nous, enfin qui répondent à la Directive Cadre sur l’Eau. […]. »

[technicien de rivière 2] « On sait que les opérations très ambitieuses de restaurations géomorphologiques qui auront des incidences assez importantes sur les parcelles riveraines, on essaye plutôt de les mettre en place sur des zones sans enjeux, ou avec des enjeux assez faibles, zones de peupleraies, zones de friches, […] on va essayer de plutôt privilégier ces zones-là […]. Et sur les zones où on va avoir un usage très important, avec du drainage, de l’irrigation, les zones de cultures, on va plutôt proposer des actions qui sont un compromis entre les enjeux environnementaux et les enjeux économiques qui sont présents. […]. »

42Cet effort à soigner ses relations avec les riverains peut s’avérer très intéressant pour les gestionnaires : certains bénéficient d’une bonne réputation auprès des partenaires techniques comme des riverains directement concernés par les opérations de gestion de la rivière :

[propriétaire de moulin sur le territoire du technicien de rivière 2] « [le gestionnaire est] un garçon hyper consciencieux, incroyable, je crois qu’il fait vraiment tout ce qu’il peut pour faire bien ».

43Ces propos ont été confirmés lors d’une réunion publique où la très bonne intégration du technicien de rivière n° 2 auprès des acteurs locaux a pu être constatée. Les propos de certains acteurs à son égard lors de discussions informelles témoignent de l’estime qu’ils semblent lui porter.

44Ces rivières de l’Ouest de la France évoluent majoritairement dans des zones rurales. Ainsi beaucoup de riverains concernés par les opérations de gestion sont des agriculteurs. Les gestionnaires de l’eau portent donc une attention particulière à ce public et mettent en avant leur connaissance de ce milieu comme étant un atout certain dans les échanges :

[technicien de rivière 1] « Un agriculteur, s’il dit oui, il dit oui. On va regarder surtout les accès, comment on peut s’arranger, qu’est-ce qu’il y a dans le champ et puis c’est tout. […]. Après je ne sais pas comment travaillent les autres [techniciens de rivière], chacun sa technique. Moi je suis plus la partie agricole, travaux publics »

45Et, au-delà de leur connaissance de ce milieu, leur appartenance au monde rural est aussi vue comme un avantage pour les deux gestionnaires, tous les deux fils d’agriculteurs, pour comprendre les contraintes de cette profession et ainsi faciliter le travail de négociation :

[technicien de rivière 1] « […] mon père est agriculteur, je sais comment parler [aux agriculteurs]. »

[technicien de rivière 2] « Ça permet peut être dans le cadre des projets … j’ai mon père qui est agriculteur, dans le domaine de l’élevage, j’arrive à comprendre les problématiques des différents usagers, […] et quand on dit qu’on vient du milieu agricole, ça aide, enfin je trouve. […] Mon père c’est le premier des fois à dire : « olala qu’est-ce qu’ils nous embêtent avec tout ça », et puis en expliquant pourquoi on le fait…, souvent c’est trouver les arguments en fait. »

  • 21 Office national de l’eau et des milieux aquatiques.
  • 22 Agence française pour la biodiversité créée par la loi sur la reconquête de la biodiversité du 8 ao (...)

Cette appartenance peut aussi faciliter leur intégration auprès de certains acteurs et atténuer certains préjugés. Les gestionnaires de l’environnement peuvent avoir du mal à se détacher de l’image de l’« écolo » (terme en général péjoratif) qui peut les discréditer auprès de certains acteurs. C’est le cas pour des animateurs de bassin versant, qualifiés par d’autres acteurs « d’écolos » ou « d’intégristes de la nature » (Richard-Ferroudji, 2008). Un agent de l’ex-ONEMA nous confiait, lors d’un entretien, sa réserve quant à endosser à partir de fin 2016 le rôle de passeur du mot « biodiversité » (passage de l’ONEMA21 en AFB22) et aux répercussions possibles sur ses relations avec les autres acteurs.

Ce lien aux riverains semble indispensable pour faire émerger des projets à la fois cohérents sur le terrain et acceptés localement. Pourtant, les contextes de gestion actuels et futurs semblent laisser de moins en moins de place à cette dimension.

L’évolution du métier – une déconnexion de plus en plus forte avec « le terrain »

46Les gestionnaires de l’eau, et en particulier les techniciens de rivières, semblent de moins en moins disponibles pour consacrer du temps au terrain. Cela traduit deux processus en cours :

    • 23 La Direction Générale des Collectivités Locales (DGCL) a publié en 2017 des statistiques concernant (...)

    Le premier concerne l’agrandissement des territoires d’action des gestionnaires, qui semble notamment lié aux fusions des organismes de gestion (syndicats de rivières), des communes (« communes nouvelles »), et des collectivités de manière générale (décentralisation, loi n° 2015-991 du 7 août 2015 – acte III de la décentralisation, le Grand Ouest est particulièrement concerné23) qui a tendance à augmenter le nombre de cours d’eau à la charge de chaque gestionnaire. Les motivations annoncées sont la création de structures plus « professionnalisées », la mutualisation de moyens et une gestion en cohérence avec les délimitations des bassins versants.

  • Le second processus en cours qui tend à réduire le temps disponible pour le terrain est l’évolution du métier en tant que tel. Pour le cas des techniciens de rivière, cela concerne notamment la gestion désormais plus orientée vers la restauration géomorphologique que vers le génie végétal. Ainsi, le technicien assure de moins en moins les actions d’entretien de la végétation, qui permettent parfois d’intervenir avec le propriétaire de la parcelle et ainsi de créer un lien privilégié et d’expliciter les enjeux et les actions de gestion pendant ce temps partagé avec les riverains.

[technicien de rivière 2] « en l’espace de 10-11 ans, c’est aussi parce qu’on confie un secteur géographique qui est de plus en plus grand, au départ j’avais plus le temps d’aller sur le terrain, de passer du temps, même des fois je prenais la tronçonneuse, avec le riverain je faisais l’arbre qui était tombé à travers le cours d’eau, ça m’arrivait de faire des petites protections de berge en génie végétal avec le propriétaire, c’est un peu dommage parce qu’on perd peut-être un peu de lien… ».

  • 24 Office Français de la Biodiversité, résulte de la fusion entre l’AFB et Office national de la Chass (...)

47Ce changement d’actions des gestionnaires entraine également une charge administrative supplémentaire pour les techniciens de rivière. Les entretiens semi-directifs ont révélé les contraintes réglementaires particulièrement chronophages pour les gestionnaires, qui consacrent de plus en plus de leur temps à la rédaction de dossiers réglementaires (notamment pour l’OFB24, ex-AFB) et de demandes de financements. Il devient plus compliqué pour le gestionnaire d’avoir une connaissance fine de ses territoires d’action, de ses rivières et de leurs acteurs et riverains, qui eux-mêmes ne le (re)-connaissent plus.

48Ces processus, qui ont tendance à éloigner le gestionnaire de son terrain, sont à recontextualiser dans la diversité de territoires dont ils ont la charge. Ceux-ci peuvent varier de quelques dizaines de kilomètres à quelques centaines de kilomètres linéaires selon les cas. Ainsi, alors que nombre de gestionnaires ont déjà un territoire important à couvrir, ces transformations structurelles (d’organismes de rattachement d’une part, de la profession d’autre part) ne facilitent pas la pratique de son ou ses terrains par le gestionnaire. L’autre technicien de rivière (n° 1) interrogé déplorait le temps qu’il lui fallait pour aller d’un site à l’autre des rivières dont il a la charge. Les rivières en question, longues d’une centaine de kilomètres en cumulé, couvrent de vastes territoires. Cette configuration lui donne peu de possibilités pour aller à la rencontre des riverains de son territoire, les trajets étant déjà particulièrement chronophages.

49Cette diminution du temps à consacrer au terrain n’est pas anodine dans la relation avec les riverains, agriculteurs et usagers, et ne permet pas d’expliquer les actions. Un agriculteur exploitant des terres riveraines a d’ailleurs souligné, lors d’un entretien, qu’il n’avait toujours pas rencontré le nouveau technicien en charge de la rivière, alors que cela fait déjà plusieurs années qu’il est en place. À noter que l’agriculteur en question faisait part de ses nombreuses insatisfactions quant aux actions des syndicats et aux récentes orientations prises (fusion des syndicats, perte de contacts avec les agents, incompréhensions sur certaines actions…).

50Dans leur discours, les usagers et riverains expriment leur regret de la disparition des actions passées des syndicats, alors très orientées sur l’entretien de la végétation de bord de rivière et dont la gestion se faisait au contact des riverains concernés.

[Ancien agriculteur riverain] « A une époque avec le syndicat […], tous les ans, il y avait une visite de tous les ouvrages [hydrauliques] pour noter tous les inconvénients, les gens ont dû changer et puis… y’a plus rien. On cassait la croute […], et on visitait tous les ouvrages… Un élu avait attrapé une anguille lors de ces moments… »

51L’évocation de ces souvenirs, jugés positifs, confirme les regrets d'une époque où les liens agriculteurs/élus/syndicats de rivières étaient plus forts, avec des périodes privilégiées croisant « terrain » et moments conviviaux, qui permettaient au syndicat d’expliquer sa démarche, de « prendre la température » auprès des agriculteurs et riverains et de considérer l’avis des anciens (les locaux, installés depuis plusieurs décennies et ayant, de par leurs expériences vécues, une bonne connaissance des lieux).

Conclusion

  • 25 Niveau d’étude, diplôme du Ministère de l’Agriculture vs. Ministère de l’Enseignement Supérieur et (...)

52Cette recherche a permis de révéler, ou du moins de réaffirmer, la diversité des contextes de gestion (organismes et types de postes notamment) des cours d’eau de l’Ouest de la France. Le passage en revue des offres d’emplois de gestionnaires a permis de dresser une longue liste des attendus dans le recrutement des professionnels de l’eau, en particulier des techniciens, et de confirmer que les gestionnaires de l’environnement doivent couvrir un champ large de compétences et de qualités humaines. L’expression du « mouton à cinq pattes » est parfois utilisée pour parler des gestionnaires de l’environnement, comme par exemple des animateurs de bassin versant (Richard-Ferroudji, 2015). Notre article permet notamment d’insister sur l'importance de l’aspect relationnel qui existe dans le métier de technicien de rivière qui, même s’il ne le porte pas dans son intitulé de poste, comme c'est le cas pour celui d’animateur de bassin versant, accorde beaucoup d’importance aux liens avec les acteurs au niveau local (professionnels, usagers, riverains, élus). L’étude des plaquettes des cursus proposés par les établissements d’enseignement a permis de constater que l’offre de formations préparant aux métiers de la gestion des cours d’eau était particulièrement riche, proposant des niveaux d’étude et des inscriptions dans des disciplines très diversifiés. Nos résultats confirment que les études des rivières et de leurs vallées doivent également s’intéresser aux gestionnaires en poste, à leurs profils et notamment aux formations initiales, au risque d’ignorer un facteur non-négligeable influençant les modes de gestion et donc les trajectoires d’évolutions des rivières et de leurs enjeux. En effet, les résultats du croisement entre les formations initiales suivies et les réponses quant aux enjeux de gestion et aux déterminants de réussite des missions des gestionnaires ont permis de valider l’hypothèse de l’influence de la formation initiale dans la construction des perceptions. Ainsi, il semble clair qu’un gestionnaire ayant suivi une formation initiale en biologie-écologie aura plus tendance à prioriser les enjeux de biodiversité qu’un gestionnaire géographe-aménageur qui, lui, se concentrera davantage sur les aspects de ruissellements, érosion et risques. Compte-tenu du fait que la géographie fait partie des sciences humaines et sociales, même si le débat sur le rattachement spécifique de la géographie physique est souvent réactivé (Dufour, 2015), on aurait pu s’attendre à ce que les gestionnaires intégrés à ce groupe (géographie-aménagement) ciblent davantage l’enjeu « gestion des usages et conflits » comme étant essentiel dans la gestion. Pourtant, les différences entre les gestionnaires des différentes formations d’origine ne sont pas significatives sur ce point (biologie-écologie : 26 % ; environnement : 32 % ; géographie-aménagement : 23 %). Ceci pourrait s’expliquer par la prise de conscience une fois en poste de l’importance des aspects relationnels dans la réussite des missions, quelle que soit la formation d’origine (voir le cas d’une chargée de mission naturaliste, Billaud, 2006). Par ailleurs, d’autres paramètres testés25, et parfois combinés, dans le cadre de cette recherche n’ont pas fourni de résultats assez significatifs pour faire émerger d’autres tendances. Cela ne signifie pas pour autant que ces dernières sont inexistantes. Si le lien entre la formation initiale et les perceptions des gestionnaires était pressenti, peu de recherches y ont été consacrées et ont pu confirmer son existence. Les résultats croisés de l’enquête quantitative et de l’enquête qualitative ont permis de constater que les gestionnaires de l’eau, exerçant principalement dans le Grand Ouest dans notre cas, sont généralement attentifs aux riverains. Leurs territoires de gestion se trouvent en milieu rural, incluant des terrains non-domaniaux, les contraignant ainsi et peut-être davantage que dans d’autres contextes à soigner leurs relations avec les riverains, dont l’accord est requis avant les interventions sur leur propriété. De plus, l’entretien de la rivière, censé revenir aux propriétaires riverains, fait défaut depuis plus d’un demi-siècle (Le Lay et Piégay, 2007 ; Le Lay et Permingeat, 2008), ce qui impose un effort de sensibilisation de la part des gestionnaires. Pourtant, l’évolution des métiers de l’eau semble réduire le temps passé sur le terrain par les agents, à cause de périmètres de gestion de plus en plus vastes et de tâches administratives toujours plus lourdes. Cette tendance a clairement été identifiée sur le terrain par les usagers ainsi que par les professionnels de l’eau et interroge sur les conditions de gestion de demain. A noter également que de nombreux contrats de travail des gestionnaires de l’eau sont à durée déterminée, conduisant parfois à un turn-over important sur certains territoires, ce que nous avons pu observer sur un de nos cas d’étude. Cette situation n’est pas favorable à une gestion cohérente et efficiente à moyen et long terme, chaque gestionnaire recruté ayant besoin d’un temps d'apprivoisement du terrain, de ses enjeux et de ses acteurs et usagers. Compte tenu de l’évolution des enjeux environnementaux (biodiversité, qualité/quantité d’eau, cadre de vie) dans le contexte de changement climatique, et de la demande sociale sur les aspects participatifs et de concertation, cette situation ne peut qu’interroger. Comment les professionnels de l’eau de plus en plus éloignés du terrain (physique et acteurs) peuvent-ils mener une gestion efficace sur les plans environnementaux et sociétaux ? Ne risquons-nous pas de voir émerger une gestion déconnectée à la fois des enjeux locaux et des usagers ? Quant à la question de la formation, les attentes vis-à-vis des professionnels de l’eau sont telles, à la fois en termes de compétences que de qualités humaines, qu’il semble difficile d’espérer faire émerger une formation optimale intégrant toutes les composantes de ces métiers. Il parait en tout cas indispensable que les enjeux sociaux, moins représentés d’après l’étude des contenus de formations, fassent l’objet d’une attention particulière pour que les professionnels nouvellement formés considèrent ces aspects indispensables à une gestion ancrée dans leur territoire et au contact des acteurs et usagers. Enfin, c’est la question des moyens (financiers et humains) qui semble la plus déterminante pour favoriser la mise en place d’une gestion ambitieuse et adaptée pour répondre aux enjeux actuels et futurs, en permettant notamment à chaque gestionnaire d’avoir une bonne maîtrise de son territoire d’exercice.

Haut de page

Bibliographie

ANQUETIL V., KOERNER E., BOUDES P., 2018, La restauration hydromorphologique des cours d’eau ou la difficile articulation des référentiels environnementalistes et territoriaux, Géocarrefour, vol. 92, n° 1, < http://dx.doi.org/10.4000/geocarrefour.10540 >

ARRA, 2011, Fiche descriptive de poste : chargé de mission, Association Rivière Rhône Alpes, 5 p.

ARRA, 2018, Référentiel emplois - salaires - pour les métiers liés à la gestion des milieux aquatiques, Association Rivière Rhône Alpes Auvergne, 50 p.

AURAN, 2015, Le Grand Ouest confirme son dynamisme démographique. Dossier, Nantes, Agence d’Urbanisme de la Région Nantaise, en ligne : https://www.auran.org/dossiers/le-grand-ouest-confirme-son-dynamisme-demographique

BARBAULT R., 2008, Écologie générale : structure et fonctionnement de la biosphère, Paris, Dunod, 6e éd. 390 p.

BARNIER J., BRIATTE F., LARMARANGE J., 2020, questionr: Functions to Make Surveys Processing Easier, < https://CRAN.R-project.org/package=questionr >

BARRAUD R., GERMAINE M.-A., 2017, Démanteler les barrages pour restaurer les cours d’eau - Controverses et représentations, Versailles, Editions Quae, 240 p.

BARRAUD R., LE CALVEZ C., 2017, Chapitre 7. S’opposer aux projets de démantèlement d’ouvrage  : rhétorique, valeurs et vision de l’espace, in BARRAUD R. et GERMAINE M-A, Démanteler les barrages pour restaurer les cours d’eau. Controverses et représentations, Versailles, Éditions Quae, p. 129-142

BERTRAND G., 1978, Le paysage entre la Nature et la Société, Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, tome 49, 2, p. 239-258

BILLAUD J.-P., 2006, Chapitre 12. Ce que faciliter veut dire : À propos d’un retour d’expérience de chargés de mission Natura 2000, in REMY J., BRIVES H., LEMERY B. (eds.), Conseiller en agriculture, Paris, Éducagri éditions, coll. Sciences en partage, p. 205‑219. < http://dx.doi.org/10.3917/edagri.remy.2006.01.0205 >

BRAVARD J. P., LÉVÊQUE C., 2020, La gestion écologique des rivières françaises, Paris, L’Harmattan, 361 p. < https://www.editions-harmattan.fr/index.asp ?navig =catalogue&obj =livre&no =65711 >

BONNEFOND M., FOURNIER M., 2013, Maîtrise foncière dans les espaces ruraux. Un défi pour les projets de renaturation des cours d’eau, Économie rurale, n° 334, p. 55 68. https://doi.org/10.4000/economierurale.3908.

BUREL F., BAUDRY J., 1999, Ecologie du paysage : concepts, méthodes et applications. Paris, Technique & Documentation, 359 p.

COTTET M., RIVIÈRE-HONEGGER A., PIEGAY H., 2010, Mieux comprendre la perception des paysages de bras morts en vue d’une restauration écologique  : quels sont les liens entre les qualités esthétique et écologique perçues par les acteurs  ? Norois, n° 216, p. 85‑103. < http://dx.doi.org/10.4000/norois.3408 >

FIRKE S., 2021, janitor: Simple Tools for Examining and Cleaning Dirty Data, < https://CRAN.R-project.org/package=janitor >

GERMAINE M.-A., BARRAUD R., 2013a, Restauration écologique et processus de patrimonialisation des rivières dans l’Ouest de la France, VertigO-la revue électronique en sciences de l’environnement, Hors-série 16. http://vertigo.revues.org/13583.

GERMAINE M.-A., BARRAUD R., 2013b, Les rivières de l’ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles  ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la directive-cadre sur l’eau, Natures Sciences Sociétés, vol. 21, n° 4, p. 373‑384. < http://dx.doi.org/10.1051/nss/2014003 >

GERMAINE M-A, 2009, De la caractérisation à la gestion des paysages ordinaires des vallées dans le Nord-Ouest de la France. Représentations, enjeux d’environnement et politiques publiques en Basse-Normandie, thèse de doctorat de l’Université de Caen Basse-Normandie, 645 p. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00440948/.

GHIOTTI S., 2006, Les Territoires de l’eau et la décentralisation. La gouvernance de bassin versant ou les limites d’une évidence, Développement Durable et Territoires, n° 6, < http://developpementdurable.revues.org/1742 >

HUANG R., 2012, RQDA : R-based Qualitative Data Analysis, < http://rqda.r-forge.r-project.org/ >

IMBERT G., 2010, L’entretien semi-directif : à la frontière de la santé publique et de l’anthropologie, Recherche en soins infirmiers, vol. 102, n° 3, p. 23 34. https://doi.org/10.3917/rsi.102.0023

JEANNOT G., 2011, Les métiers flous : travail et action publique, Paris, Octarès, 193 p.

LE CALVEZ C., 2017, Les usagers confrontés à la restauration de la continuité écologique des cours d’eau  : approche en région Bretagne, thèse de doctorat de l’Université Rennes 2, 436 p. < http://www.theses.fr/2017REN20053 >

LE LAY Y.-F, PERMINGEAT F., 2008, Spécificité territoriale et petits arrangements avec la loi  : la place des usages locaux dans l’entretien de la rivière (XIXe-XXe siècles), Géocarrefour, vol. 83, n° 1, p. 45 55. https://doi.org/10.4000/geocarrefour.4522.

LE LAY Y.-F., PIÉGAY H., 2007, Le bois mort dans les paysages fluviaux français : éléments pour une gestion renouvelée, L’Espace Géographique, vol. 36, n° 1, p. 51‑64. < http://dx.doi.org/10.3917/eg.361.0051 >

LEMASSON L., REGNAULD H., 1997, Evolution trentenaire des vents littoraux sur le Grand Ouest français, Norois, vol. 44, n° 174, p. 417-431.

LESPEZ L., GERMAINE M.-A., 2016, La rivière désaménagée  ? Les paysages fluviaux et l’effacement des seuils et des barrages de l’Europe de l’Ouest et de l’Amérique du Nord-Est., Bulletin de la Société Géographique de Liège, vol. 67, p. 223‑254.

LINTON D., 1968, The assessment of scenery as a natural resource, Scottish Geographical Magazine, vol. 84, n° 3, p. 219‑238. < http://dx.doi.org/10.1080/00369226808736099 >

MARIE M., MADELINE P., 2012, D’une génération à l’autre  : lecture et interprétation des paysages de bocage par les agriculteurs de trois régions laitières en Basse-Normandie (France), Cahiers de géographie du Québec, vol. 56, n° 157, p. 9‑28. < https://doi.org/10.7202/1012203ar >

MARTUCCELLI D., 2005, Les trois voies de l’individu sociologique, EspacesTemps.net, p. 14. https://www.espacestemps.net/articles/trois-voies-individu-sociologique/

MONTEMBAULT D., CAILLAULT S., 2017, L’Aubance et le Layon, évolutions paysagères de deux vallées en contexte viticole, in BARRAUD R. et GERMAINE M-A, Démanteler les barrages pour restaurer les cours d’eau. Controverses et représentations, Verdailles, Éditions Quae, p. 77‑93.

MORANDI B., PIÉGAY H., 2011, Les restaurations de rivières sur Internet : premier bilan, Natures Sciences Sociétés, p. 224–235

MUSY A., HIGY C., 2004, Hydrologie, Lausanne, Presses polytechniques et Universitaires romandes, collection Gérer l’environnement, 315 p.

NAUDINOT N., 2013, La fin du Tardiglaciaire dans le Grand-Ouest de la France, Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 110, n° 2, p. 233-255.

PAYSANT G., CAILLAULT S., CARCAUD N., BARRAUD R., 2021. Dynamiques socio-écologiques des rivières ordinaires de l’ouest de la France, Mappemonde, n° 132. < https://doi.org/10.4000/mappemonde.6787 >

PAYSANT G., CAILLAULT S., CARCAUD N., DUFOUR S., 2019, Les trajectoires paysagères des hydrosystèmes secondaires de l’ouest de la France – des paysages ordinaires, des objets originaux, Norois, n° 253, p. 41‑66. < http://dx.doi.org/10.4000/norois.9492 >

PERRIN J.-A., 2020, Septième partie – Chapitre 1 : Appréhensions et difficultés de la politique publique de continuité écologique : exploration des totems et des bannières de paix in Bravard J.-P. et Lévêque C. (dir.), La gestion écologique des rivières françaises, Paris, L’Harmattan, p. 309-319

RICHARD-FERROUDJI A., 2008a, Les animateurs de bassin versant pièces maîtresses des dispositifs de gestion territoriale de l’eau, Montpellier, CEMAGREF/UMR G-EAU

RICHARD-FERROUDJI A., 2008b, L’animateur de bassin-versant  : Insuffler vie à une communauté de l’eau. Cosmopolitiques, 17 p. 139 52.

RICHARD-FERROUDJI A., 2015, Les professionnels de la gestion territoriale de l’eau  : des médecins de famille plutôt que des spécialistes pour soigner les milieux aquatiques, in Arpin I., BOULEAU G., CANDAU J., RICHARD-FERROUDJI A. (dir.), Activités professionnelles à l'épreuve de l'environnement, Toulouse, Octares éditions, p. 188‑207.

RIVIÈRE-HONEGGER A., COTTET-TRONCHÈRE M., MORANDI B., 2015, Connaître les perceptions et les représentations : quels apports pour la gestion des milieux aquatiques  ? (Comprendre pour agir), Vincennes, ONEMA, 92 p. < https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01248761 >

RSTUDIO TEAM, 2020, RStudio: Integrated Development Environment for R, Boston, MA, RStudio, PBC < http://www.rstudio.com/ >

SAUVAYRE R., 2013, Chapitre 1. La préparation à l’entretien. in SAUVAYRE, Les méthodes de l’entretien en sciences sociales, Paris, Dunod, Psycho Sup, p. 1-47 https://doi.org/10.3917/dunod.sauva.2013.01.0003.

VAN VUREN G., LIEBRAND J., VINCENT L., 2009, Debating the water professional of tomorrow, Irrigation and Drainage, vol. 58, n° S2, p. S162‑S167. < http://dx.doi.org/10.1002/ird.491 >

VARENNE F., 2011, Modéliser le social. Méthodes fondatrices et évolutions récentes, Paris, Dunod, Psycho Sup, 234 p. https://www.cairn.info/modeliser-le-social--9782100562800.htm.

WATSON N., DEEMING H., TREFFNY R., 2009, Beyond Bureaucracy? Assessing Institutional Change in the Governance of Water in England, Water Alternatives, vol. 2, n° 3, p. 448‑460.

WICKHAM H., AVERICK M., BRYAN J., CHANG W., MCGOWAN L. D., FRANÇOIS R., GROLEMUND G., HAYES A., HENRY L., HESTER J., KUHN M., PEDERSEN T. L., MILLER E., BACHE S. M., MÜLLER K., OOMS J., ROBINSON D., SEIDEL D. P., SPINU V., TAKAHASHI K., VAUGHAN D., WILKE C., WOO K., YUTANI H., 2019, Welcome to the tidyverse, Journal of Open Source Software., vol. 4, n° 43, p. 1686. < http://dx.doi.org/10.21105/joss.01686 >

WOLFF J.-P., 2005, Évolution ferroviaire dans le Grand Ouest, Norois, vol. 4, n° 197, p. 107-119. https://doi.org/10.4000/norois.166.

ZUBE E. H., 1974, Cross-Disciplinary and Intermode Agreement On the Description and Evaluation of Landscape Resources, Environment and Behavior, vol. 6, n° 1, p. 69‑89. < http://dx.doi.org/10.1177/001391657400600105 >

Haut de page

Notes

1 Gest’eau : https://www.gesteau.fr/presentation/sage [consulté le 08/03/2021]

2 ANR JC « Représentations des paysages et de la nature dans les petites vallées de l'Ouest de la France face aux projets de restauration écologique », resp. R. Barraud, collab. M.-A. Germaine, 2012-2015. https://reppaval.hypotheses.org/ [consulté le 20/12/2021]

3 https://reppaval.hypotheses.org/lanr-reppaval/programme-de-recherche (consulté le 05/01/2022)

4 https://qgis.org/fr/site/ [consulté le 09/03/2021]

5 Par profil, nous entendons les différentes composantes de l’individu : son éducation, sa classe, son âge, son expérience, son contexte familial, sa culture, son origine sociale… Voir les recherches sur l’individu sociologique (Martuccelli 2005) : dans le champ de la socialisation, les aspects naturels, les compétences innées et les dimensions culturelles sont « en tension ». Les individus se construisent « en étroite relation avec les structures sociales : valeurs d’une culture, normes de conduite, institutions, clivages sociaux, classes, styles familiaux. ».

6 Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Gestion et Protection de la Nature

7 Brevet de Technicien Supérieur : Gestion et Maitrise de l’Eau

8 Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement

9 Pour rappel, nous considérons comme faisant partie du Grand Ouest les régions Bretagne, Normandie, Pays de la Loire, Centre-Val-de-Loire et l’ancienne région du Poitou-Charentes (les quatre départements du nord-ouest de la région Nouvelle Aquitaine actuelle : les départements de Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne).

10 Les offres d’emplois de techniciens de rivières, d’animateurs de bassin versant et de chargés de milieux aquatiques ont été collectées ponctuellement de 2019 au début de l’année 2021 sur le reseau-tee (https://www.reseau-tee.net/) et emploi-environnement (https://www.emploi-environnement.com/)

11 Répertoire National des Certifications Professionnelles

12 La fiche RNCP « Technicien Rivière GEMAPI» (RNCP35073) qui remplace la fiche « Technicien de rivière » (RNCP25606) détaille les types d’emplois accessibles : technicien de rivière, chargé de mission bassin versant, chargé d’étude GEMAPI, technicien médiateur de rivière https://www.francecompetences.fr/recherche/rncp/35073/#ancre5 [consulté le 09/12/2021]

13 Direction Départementale des Territoires

14 A remplacé le 1er janvier 2020 l’Agence française pour la biodiversité et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. L’AFB était elle-même issue de la fusion de l'Onema (Office national de l'eau et des milieux aquatiques), l'Établissement public des parcs nationaux, l'Agence des aires marines protégées et le groupement d'intérêt public ATEN réalisée le 8 août 2016 suite à la loi sur la reconquête de la biodiversité du 8 août 2016.

15 Les enjeux essentiels proposés : améliorer la gestion piscicole, améliorer la qualité de l’eau, concilier et gérer les usages et leurs éventuels conflits, destruction du bocage, lutter contre l’érosion et le ruissellement, maintenir et protéger la biodiversité, réduire les risques (inondations), améliorer l’accessibilité à la rivière, gérer les aspects esthétiques de la rivière.

16 Les déterminants principaux de réussite des missions : communication ; le foncier et les droits de propriétés ; connaissance de la réglementation ; relations avec les élus ; relations avec les habitants concernés ; compétences d'ingénierie écologique ; appui des partenaires financiers.

17 Seul un gestionnaire de la classe « Bio-Ecologie » n’a pas choisi cet enjeu parmi les 3 choix possibles. Ils sont 82% de la classe « Environnement » à l’avoir sélectionné comme enjeu 1, 2 ou 3.

18 Source : plaquette du Master GAED-Environnement : diagnostic des territoires (succède au Master AGIRE en 2017) : https://uniform.unicaen.fr/catalogue/formation/master/5610-master-geographie-amenagement-environnement-et-developpement-parcours-environnement?s=seggat&r=1484239161578#collection-active-desktop [consulté le 19/03/2021]

19 Au sens de « capacité que possède une personne de porter un jugement de valeur dans un domaine dont elle a une connaissance approfondie » (CNRTL) https://www.cnrtl.fr/definition/competence [consulté le 05/01/2022]

20 http://metiers-biodiversite.fr/btsa-gestion-et-protection-de-la-nature [consulté le 23/03/2021] A noter que cette réforme n’a pas fait consensus lors de sa présentation, et des organisations syndicales craignaient notamment des effets néfastes pour les futurs diplômés en matière d’insertion professionnelle comme de possibilités de poursuite d’étude https://www.snetap-fsu.fr/BTSA-GPN-et-GEMEAU-l-entetement-de.html [consulté le 23/03/2021]

21 Office national de l’eau et des milieux aquatiques.

22 Agence française pour la biodiversité créée par la loi sur la reconquête de la biodiversité du 8 août 2016.

23 La Direction Générale des Collectivités Locales (DGCL) a publié en 2017 des statistiques concernant les communes nouvelles. Elle précise que 517 communes nouvelles ont été créées en deux ans, issues de la fusion de 1 760 communes. Ces regroupements concernent principalement les communes ayant entre 1 000 et 10 000 habitants et la majorité des communes nouvelles créées se situent dans le quart nord-ouest de la France. Source : https://www.vie-publique.fr/actualite/alaune/collectivites-517-communes-nouvelles-creees-par-fusion-1760-communes.html [consulté le 12/08/2019]

24 Office Français de la Biodiversité, résulte de la fusion entre l’AFB et Office national de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) au 1er janvier 2020.

25 Niveau d’étude, diplôme du Ministère de l’Agriculture vs. Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, âge, années d’expérience, type de poste (animateur, technicien, chargé de mission milieux aquatique), localisation/régions d’exercice…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Genre des individus ayant répondu à l'enquête REPPAVAL
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18559/img-1.png
Fichier image/png, 16k
Titre Figure 2 : Classes d'âge des individus ayant répondu à l'enquête REPPAVAL
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18559/img-2.png
Fichier image/png, 9,3k
Titre Figure 3 : Durée d'exercice des professionnels de l'eau sur leur territoire au moment de l'enquête
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18559/img-3.png
Fichier image/png, 7,1k
Titre Figure 4 : Employeurs des professionnels de l'eau
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18559/img-4.png
Fichier image/png, 9,5k
Titre Figure 5 : Localisation des professionnels de l’eau ayant répondu à l'enquête REPPAVAL
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18559/img-5.png
Fichier image/png, 481k
Titre Figure 6 : Effectifs de chaque classe de formation des gestionnaires
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18559/img-6.png
Fichier image/png, 14k
Titre Tableau 2 : Choix des enjeux essentiels des rivières selon les gestionnaires
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18559/img-7.png
Fichier image/png, 16k
Titre Tableau 3 : Choix des déterminants de réussite de leurs missions selon les gestionnaires
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18559/img-8.png
Fichier image/png, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Paysant, Sébastien Caillault et Nathalie Carcaud, « Perceptions et enjeux de gestion des rivières de l’Ouest par les gestionnaires de l’eau - entre influence de parcours et pragmatisme de terrain », Géocarrefour [En ligne], 96/1 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/18559 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.18559

Haut de page

Auteurs

Guillaume Paysant

ATER en géographie, LETG-Rennes, UMR 6554 CNRS, chercheur associé à ESO-Angers, UMR ESO 6590 CNRS, Université Rennes 2, UFR Sciences Sociales, Pl. Recteur Henri le Moal, 35000 Rennes guillaume.paysant@hotmail.fr

Sébastien Caillault

Maitre de conférences en géographie, ESO-Angers, UMR ESO 6590 CNRS, L’Institut Agro Rennes-Angers, 2 rue André Le Nôtre, F-49045 Angers Cedex 01, France sebastien.caillault@agrocampus-ouest.fr

Nathalie Carcaud

Professeure des universités en géographie, ESO-Angers, UMR ESO 6590 CNRS, L’Institut Agro Rennes-Angers, 2 rue André Le Nôtre, F-49045 Angers Cedex 01, France nathalie.carcaud@agrocampus-ouest.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search