Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsPierre Gras, Une autre Rome. Enqu...

Pierre Gras, Une autre Rome. Enquête historique, 1950-2020

André buisson
Référence(s) :

GRAS P., 2021, Une autre Rome. Enquête historique, 1950-2020, Lyon, éd. Libel, 288 p

Texte intégral

1Comme il l'indique lui-même dans le titre de l'ouvrage, l'auteur se livre à une enquête historique sur la capitale de l'Italie durant les soixante-dix dernières années.et qu'il sous-titre lui-même "Du miracle italien au chaos quotidien" (p. 4 de couverture). Il s'agit d'une enquête très documentée, qui allie la parfaite connaissance du terrain à celle de l'actualité politique jusque dans la microsphère romaine. L'auteur est à l'aise dans sa description de la ville, il y a habité et cela transparaît tout au long de son texte… il en connait les rues et il sait combien la connaissance des matériaux de construction des immeubles est importante pour la détermination des phases historiques de la Ville (le V majuscule est important pour l'historien) : ville de nenfro (tuf) sous les rois étrusques et la République romaine (VIIe-IIe s. av. J.-C.), de marbre après les guerres puniques (IIe-Ier s), "d'or" sous Auguste (Aurea Roma) et ses successeurs (27 av. J.-C.-IIe s. ap. J.-C.), de béton romain (opus caementicium) à partir de l'empereur Hadrien (117-138), de béton, puis de travertin et de brique sous Mussolini…

2Cette ville historique a connu une croissance "urbaine" (Urbs est tout à la fois le nom latin de la ville et le nom de Rome, Urbs Roma) multi-séculaire et, à chaque époque, on a été confronté à son expansion, ou bien, durant le début du Moyen-Âge, à son effondrement. Sa cartographie a toujours été le souci des décideurs, depuis la Forma Urbis Severiana (Carte de la ville de Rome d'époque sévérienne, début du IIIe s., mesurant 18 x 13 m) réalisée en marbre et placardée sur les murs du forum de la Paix, tout comme sa voirie, avec la réalisation de grands projets modernes, comme le plan de Sixte Quint (pape de 1585 à 1590), destinés à canaliser les "touristes" et pèlerins. Un des grands éléments à prendre en compte à Rome est celui des limites de la Ville : limites religieuses à l'origine (notion de pomerium, en lien avec le sillon tracé par Romulus autour de la ville qu'il fondait), militaires avec l'enceinte servienne (datant des rois étrusques pour les premiers éléments la composant) puis avec l'enceinte d'Aurélien (271-282 ap. J.-C., longue de 19 km). Cette dernière ne fut franchie par la croissance urbaine de la Ville qu'au début du XXe s.

  • 1 Géraldine Djament-Tran, « Questions géographiques, sources historiques », Géocarrefour [Online], Vo (...)

3L'introduction fournit un rappel historique rapide mais important, insistant notamment sur cette ambiguïté politique qui a présidé, de 1860 à 1870, au choix de Rome pour capitale1, entre Milan et Florence, mais également sur sa spécificité de capitale double (politique et religieuse), unique en Europe.

4L'ouvrage est divisé ensuite en cinq chapitres chronologiques, "Rome et le miracle italien 1950-1968", "Les années de plomb à Rome (1969-1980)", puis "Des années paillettes à l'opération "mani pulite" (1980-1993)", "Le temps de Berlusconi et l'expérience romaine du Centre-gauche (1994-2008)" jusqu'à "Du succès du populisme au chaos urbain (2008-2020)". Chacun d'entre eux est subdivisé et, au total, 34 sous-parties divisent l'ouvrage, qui est complété par une bibliographie, une filmographie et un index.

5Ces cinq chapitres fournissent à l'auteur l'occasion d'analyser la personnalité des dirigeants politiques et la manière dont ils ont - ou non - géré les finances et solutionné les problèmes liés à l'expansion tentaculaire, en "peau de léopard" (p. 103), anarchique ou chaotique de la Ville. On retrouve ainsi les personnalités politiques de premier plan comme Bettino Craxi, Silvio Berlusconi et les partis comme la DC (Démocratie chrétienne), le PCI, le PSI et M5S (Movimento Cinque Stelle)… mais également les "acteurs" eux-mêmes, les maires successifs de la ville, de Salvatore Rebecchini, Giulio Carlo Argan, Luigi Petroselli, Ugo Vetere… jusqu'à Virginia Raggi, en passant par Walter Veltroni ou Gianni Alemanno. L'histoire de l'Italie se confond avec celle de Rome, comme lors d'évènements dramatiques, comme l'assassinat d'Aldo Moro par les Brigades Rouges en 1978 (l'emplacement de la découverte de son cadavre, dans le coffre d'une 4L le long de la Via Caetani, est aujourd'hui rappelé par une plaque de bronze contre le mur et très largement fleuri).

  • 2 Aurélien Delpirou, « Transport et urbanisme à Rome : le mariage de la carpe et du lapin ? », Métrop (...)

6La ville croit et s'étend au rythme de ses plans régulateurs, depuis le premier, datant de 1872-1873, jusqu'au dernier, datant de 2008, dont on a pu montrer qu'ils ne font que fixer les règles d'un jeu joué par d'autres acteurs2.

  • 3 Par exemple, https://fr.wikipedia.org/wiki/EUR

7Le premier chapitre, "Rome et le miracle italien 1950-1968" fournit tout à la fois un bilan de l'époque précédente et une esquisse de cadre pour les séquences futures. Cette période est largement tributaire de l'héritage fasciste du Ventenio ("l'héritage encombrant du Ventenio", p. 24) que l'on ressent encore aujourd'hui, avec le choix de la mise en valeur de la colline du Capitole, des temples du Largo Argentina, du tracé de la via del Impero (via dei fori imperiali)… ce fut surtout le moment du passage à l'automobile et au "monde moderne". On le lit dans la trame urbaine à travers la forme donnée aux flux de circulation automobile autour du "Y" romain (de part et d'autre du monument à l'Unité italienne et la Piazza Venezia, et la rocade autour du colisée. La priorité est alors donnée à la reconstruction d'après-guerre et elle passe par l'achèvement des projets d'avant-guerre, notamment l'EUR (Esposizione Universale di Roma3 ou E42), avec les mêmes architectes que durant la période précédente (l'Italie n'est pas forcément rancunière), des personnalités incontournables, comme notamment l'architecte et urbaniste Marcello Piacentini.

8Ainsi, depuis les années 1960, la ville est "un laboratoire de la métropolisation, qui se conjugue difficilement avec les héritages de la 'Ville éternelle'… " (p. 236). La tâche de la municipalité est immense, les chantiers à engager ou à conclure sont pléthore. Le problème du logement est constant, étroitement lié à celui de "la" banlieue. Il faut d'abord en finir avec les héritages, comme ceux des borgate mussoliniennes (habitations précaires, bâties par les pauvres déplacés du centre-ville), dont l'emblématique Acilia, détruite après-guerre… mais dont, dans les années 1970, les descendants des premiers habitants arrivent à l'âge adulte et composent aujourd'hui une partie de la population romaine (p. 109). Ces "quartiers-chantiers" donnent aux banlieues une image d'inachevé. On peut mettre en avant les tentatives pour résoudre ces problèmes, avec des constructions "modernistes" et des mégastructures comme le Corviale (il chilometro). Ce bâtiment, long de plus de 950 m, divisé en cinq îlots de 200 m, haut de 9 étages, dont le quatrième devait être une "rue" inspirée de celle de la Cité Radieuse du Corbusier, pour un ensemble de 6000 habitants, a été détourné de sa destination première, notamment par des squats.

9Les années 1995-2001 voulaient tenter de "rendre irréversibles un certain nombre d'orientations, en rupture avec l'inertie et les malversations qui dominaient" (p. 173), car jusque-là "on ne refusait à personne une modification du plan d'urbanisme" (ibid.). Il existe encore dans la ville un certain nombre d'espaces à reconquérir : la Piazza Vittorio dans le secteur de l'Esquilin, le Monte Testaccio et les anciens abattoirs notamment, sont en cours de transformation. De même, dans la lignée des "plans bleus", Rome veut, à son tour et après un grand nombre de villes "fluviales", renouer avec le Tibre et, sans les détruire, tenter d'effacer les digues levées le long de son cours, les Lunghi Tevere, coiffés d'artères indispensables – aujourd'hui – à la circulation automobile.

10L'analyse de l'auteur se termine avec l'examen, très pessimiste, de la dernière mandature, celle de V. Raggi. Les titres des paragraphes sont éloquents : "les bus s'enflamment, les déchets se consument" (p. 224), "les sept plaies de Rome" (p. 222), "colisée menacé, métro arrêté" (p. 234)… Rome est une ville malade, de ses problèmes structurels et de son endettement ! Le problème du transport et de la circulation automobile est également récurrent, avec la crise permanente du stationnement, la pollution, et les projets toujours plus problématiques de l'extension des lignes de métro. La faillite est là, de l'administration gestionnaire des transports terrestres (l'ATAC) au ramassage des ordures ménagères, et met en lumière l'évidence : "l'exécutif romain a laissé des parties entières de la métropole échapper à son contrôle et tomber parfois aux mains de familles criminelles, comme dans le cas du traitement des ordures ménagères" (p. 224).

11Quelles perspectives s'offrent-elles alors ? Les marques de l'histoire sont omniprésentes à Rome : le centre historique intègre les ruines romaines à un tissu urbain multi-séculaire (ainsi pour le grand historien de Rome Pierre Grimal, Rome est une ville médiévale !). La force de l'impulsion donnée par l'année jubilaire de 2000 (p. 170) est encore telle que, dans les années 2020 elle se fait encore sentir. Les chantiers archéologiques, nombreux, ainsi que les mises en valeur d'édifices mis au jour anciennement, aboutissent à la création ou à l'extension de parcs archéologiques spectaculaires partout dans la ville… Avec pour corollaire ce développement urbain tout à fait spécifique aux "villes touristiques", un centre historique "propre", mais vide d'habitants au profit d'appartements à usage temporaire, autrement plus lucratifs (p. 147). Rome a autant à gérer sa croissance que la conservation des ensembles historiques, dont font partie des ensembles monumentaux comme le Foro Italico - ne serait-ce qu'en égard aux sacrifices de toute la population des marbriers de Carrare pour l'érection de monuments comme le Monolito (obélisque ouvrant le Foro Italico comme une "porte monumentale") ou le Stadio Olimpico et ses soixante statues des cités italiennes.

12L'auteur clôt ce panorama avec un choix de dix réalisations contemporaines majeures à Rome. Toutes ne sont pas forcément acceptées par les Romains… ainsi de la construction "très discutée" (euphémisme) du musée de l'Ara Pacis Augustae (2005) qui trouvait déjà, pour Mussolini (en 1923), sa justification dans la "renaissance" de Rome et qui, à la manière d'un écrin, enfermait le mausolée d'Auguste (le fondateur de la deuxième Rome) dans le piazzale Augusto Imperatore.

13L'auteur nous livre un dossier particulièrement documenté et complet de l'histoire urbaine et politique récente. Il sait à merveille souligner les liens entre la vie politique italienne et la politique municipale.

14Face à la densité et à la richesse du texte, émettons un regret, lié au choix de l'auteur mais plus certainement de l'éditeur : un format "poche" et un cruel manque d'illustrations, plans et photographies, que l'on peut toutefois puiser dans le fonds photographique de la maison Alinari, qui est toujours une source "inépuisable" d'enseignements sur la forme et la croissance urbaine de Rome depuis cent cinquante ans (https://www.alinari.it/​it/​) et très souvent utilisé par les géographes et les historiens (par exemple Insolera et al., 2003).

Haut de page

Bibliographie

INSOLERA I., SETTE A.M., 2003, Roma tra le due guerre. Cronache da una città che cambia, Roma, Palombi editori, 175 p.

Haut de page

Notes

1 Géraldine Djament-Tran, « Questions géographiques, sources historiques », Géocarrefour [Online], Vol. 84/4 | 2009, Online since 12 March 2010, connection on 16 March 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/7531 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.7531

2 Aurélien Delpirou, « Transport et urbanisme à Rome : le mariage de la carpe et du lapin ? », Métropolitiques, 19 septembre 2011. URL : https://metropolitiques.eu/Transport-et-urbanisme-a-Rome-le.html

3 Par exemple, https://fr.wikipedia.org/wiki/EUR

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André buisson, « Pierre Gras, Une autre Rome. Enquête historique, 1950-2020 », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 16 mars 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/18709

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search