Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96/2ArticlesLes liens de l’eau dans les terri...

Articles

Les liens de l’eau dans les territoires limniques

La géohistoire et ses trajectoires paysagères au service d’une meilleure compréhension et gestion intégrée des milieux lentiques
water ties in limnic territories. Geohistory and its landscape trajectories providing a better understanding and integrated management of French lentic environments
Pascal Bartout et Laurent Touchart

Résumés

A travers les concepts de territoire limnique et de limnorégions, la présente étude croise à plusieurs échelles un état des lieux quantitatif des types de plans d’eau et une identification qualitative de faits sociaux locaux et régionaux à travers le temps. Grâce aux outils et méthodes de la géographie limnologique, des dynamiques et trajectoires paysagères multiples sont mises en évidence sur le territoire choisi pour cette étude, recouvrant le tiers central de la France métropolitaine. Une cartographie inédite fait apparaître sur les deux derniers siècles des territoires connus et d’autres injustement méconnus et sur lesquels des savoir-faire et savoir-être limniques peuvent relever du patrimoine matériel ou immatériel.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’organisation de la gestion de l’eau en France selon le principe de la primauté de la dimension longitudinale sur toutes les autres dimensions hydrosystémiques a conduit à un monopole hydraulique et l’instauration règlementaire de concepts comme le continuum hydrologique (Vannote et al., 1980) ou les hydro-écorégions (Andriamahefa, 1999). Ceux-ci sont inspirés d’une vision lotique des eaux continentales, qui plus est sous un angle bio ou éco-centré (Germaine et Barraud, 2013), conduisant à assujettir les eaux lentiques et hydrogéologiques au découpage arbitraire et au bon fonctionnement de certains paramètres physico-chimiques et biotiques de cours d’eau choisis (Touchart et Bartout, 2020). De plus, l’Homme n’étant considéré que comme une « pathologie régionale » (Wasson et al., 2004) alors même que les vallées françaises sont jardinées depuis des centaines ou milliers d’années (Bravard et Lévêque, 2020).

2Dans ces conditions, il est difficile de faire système et encore moins territoire de l’eau intégré et opérationnel comme le souhaite la GIRE (Gestion Intégrée de la Ressource en Eau), point que l’on retrouve par exemple dans les objectifs des Agences de l’Eau, et le bassin-versant ne peut être reconnu, seul, comme une unité cohérente hydrologique.

3Devant cet état de faits contraires aux annonces (concertation entre initiés, approche hydrosystémique énoncée dans les documents de gestion mais fluviocentrage systématique, négation d’une réalité non fantasmée où hommes et nature sont étroitement liés ne permettant pas de démêler leurs impacts réels sur les milieux hydrologiques contemporains, restriction de la biodiversité à certaines espèces emblématiques, absence de reconnaissance institutionnelle des recherches sur les dimensions culturelles et sociales des territoires de l’eau…), nous avions questionné (Bartout, 2015 ; Bartout et Touchart, 2017 ; Touchart et Bartout, 2018) la formalisation de territoires de l’eau adaptés à l’une des composantes des eaux continentales françaises, à savoir les plans d’eau, en créant les néologismes de « territoires limniques » et leurs gradations spatiales géographiques à savoir le « limnosystème », territoire limnique singulier, et la « limnorégion », territoire limnique pluriel.

4Si l’approche limnosystémique permet d’étudier autant les paramètres physiques que socio-culturels du plan d’eau et de son espace d’influence sous l’angle d’une monographie dont l’origine se trouve chez François-Alphonse Forel (1892) et son travail sur le lac Léman, la démarche régionale est plus complexe à mettre en place, car il s’agit alors de comprendre ce qui fait territoire ou ce qui ne le fait pas. Pour ce faire, nous avions émis l’hypothèse que les plans d’eau français, majoritairement artificiels (Bartout et Touchart, 2013), devaient leur existence, faite de va-et-vient temporels selon les vicissitudes historiques, tant politiques, économiques que sociales, à un potentiel naturel d’installation, regroupant moult critères renvoyant à une géographie dite physique (figure 1) englobant davantage de critères (climat, topographie, altitude, roches, imperméabilité, nature de sols, développement du chevelu hydrographique) que ceux utilisés pour la détermination des conditions abiotiques homogènes des cours d’eau.

Figure 1 : Carte de synthèse des facteurs géologiques et climatiques participant à la quantification du potentiel d’accueil lentique d’un territoire en France continentale

Figure 1 : Carte de synthèse des facteurs géologiques et climatiques participant à la quantification du potentiel d’accueil lentique d’un territoire en France continentale

Source : Bartout, 2015

5C’est à partir de ce potentiel cartographié (Bartout, 2015) que nous avions envisagé de créer des limnorégions de plans d’eau aux corpus et fonctionnements différenciés (figure 2).

Figure 2 : Les limnorégions de base en France continentale selon leurs densités d’étangs et de mares en 2018

Figure 2 : Les limnorégions de base en France continentale selon leurs densités d’étangs et de mares en 2018

Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout

Conception et réalisation : P. Bartout, 2022.

6Toutefois, l’approche faite correspondait à un état des lieux à un moment t et n’envisageait pas pleinement ce qui fait l’essence même du territoire, son sentiment d’appartenance et donc son homogénéité socio-culturelle dans la durée, ce que Geneviève Bédoucha (2011) nomme les « liens de l’eau », terme qui sera entendu ici dans le sens de « dépendance », « trait d’union », « chaine » et « attache », mettant en avant le caractère profondément systémique de notre démarche.

7Cet article propose ainsi de cartographier et donc d’identifier spatialement ces territoires de l’eau au travers de la construction de trajectoires paysagères limniques sur la période 1830-2018, à l’échelle d’un territoire de près de 190 000 km² dans le centre de la France (figure 2), soit à peu près 1/3 de la surface métropolitaine. Ce choix spatial a été dicté, entre autres, par la présence de multiples régions d’étangs (Brenne, Dombes, Bresse, Sologne…) mais surtout car nos recherches sur la cartographie des plans d’eau français (Bartout et Touchart, 2016) ont montré des lignes de fracture importantes au sein du panel lentique. De fait, il s’agira de vérifier si les dissymétries contemporaines majoritairement ouest/est (figure 2) étaient déjà en vigueur il y a deux siècles, ou si d’autres contrastes cartographiques étaient présents, voire plus importants.

8Toutefois l’échelle de travail et le format de l’article scientifique choisis ne nous permettront pas d’analyser en profondeur les liens de l’eau localement. Il faut donc voir cet écrit comme un travail préparatoire mais indispensable à l’élaboration d’une gestion intégrée des milieux lentiques français.

9Pour ce faire, notre démarche s’appuiera dans un premier temps sur une logique géohistorique, tentant de dresser deux états des lieux numériques de localisation à deux moments distincts : l’un vers 1830, grâce à l’outil qu’est le Cadastre Napoléonien, l’autre en 2018, grâce à la compilation de méthodes et bases de données explicitée dans Bartout et Touchart (2013) auxquelles nous avons adjoint le traitement de la base Ecrins_15 de l’Agence Européenne pour l’Environnement (fichier Ecr_Lak) et de la base de données cartographiques Open Source OpenStreetMap. Dans un second temps, nous construirons une cartographie de ces trajectoires limniques singulières à partir d’une césure sémantique entre l’étang et la mare, le lac n’étant qu’un épiphénomène à l’échelle du périmètre étudié. Enfin, nous tenterons de déterminer des régionalisations mêlant les logiques des corpus lentiques et de leurs trajectoires, pour, in fine, produire une géographie des territoires limniques français, faite de stabilité ou d’instabilité, d’usages et de non-usages.

Du territoire limnique aux liens de l’eau limniques, élargir le spectre limnologique aux Sciences humaines et sociales

10Le « territoire est une construction intellectuelle mouvante, évolutive, floue » dont l’acceptation sociétale repose sur « l’appropriation par des groupes d’individus » (Moine, 2005). Ainsi édictée, la notion de territoire appliqué à l’eau ne peut, pour en dresser ses limites, se satisfaire d’informations seulement issues de sciences naturelles, mais appréhender les paysages qui sont « le résultat de la combinaison dynamique, donc instable, d’éléments physiques, biologiques et anthropiques qui, en réagissant les uns sur les autres, font du paysage un ensemble unique et indissociable en perpétuelle évolution » (Bertrand, 1968).

11De fait, il est réducteur de prétendre que le bassin dit versant puisse être la seule territorialisation possible de l’eau en France, car les lignes de crêtes topographiques n’ont pas vocation, bien que cela puisse être néanmoins parfois le cas, à être la délimitation entre deux espaces où le rôle « de l’eau dans l’organisation et l’appropriation de l’espace, dans la construction des représentations collectives et individuelles ou encore dans la structuration des relations sociales et économiques des sociétés locales » (Ghiotti, 2006) est central.

Du territoire limnique…

12En ajustant ces travaux scientifiques aux réflexions géographiques et limnologiques, ainsi qu’en sortant de la seule dimension lacustre, nous nous positionnons dans l’appel fait par C. Bertola en 1999 : « il serait urgent que des études soient entreprises sur les relations que les êtres humains ont entretenues avec le milieu lacustre au cours du temps ».Le territoire limnique est donc« une portion d’espace terrestre marquée par un plan d’eau notable ou plusieurs plans d’eau de différents types (lacs naturels, lacs de barrage artificiels, étangs, mares, etc.), qui influencent le milieu physique par leurs caractéristiques lentiques et sont influencés par lui, qui sont intégrés à la société et l’économie et dont les habitants se sont appropriés l’image, l’ensemble des interrelations à plusieurs échelles spatiotemporelles construisant une identité géographique » (Bartout et Touchart, 2017). Il s’inscrit alors pleinement dans une logique de GIRE (Gestion Intégrée de la Ressource en eau) qui « conduit à porter une attention particulière aux perceptions et aux représentations des acteurs » (Rivière-Honegger et al., 2014).

  • 1 Pour M. Béguin et D. Pumain (2003), l’auto-organisation désigne la structure à l’origine de l’émerg (...)

13Pour en dresser les limites, nous devons donc questionner l’auto-organisation1 du géosystème limnologique et respecter trois phases scientifiques (Bartout et Touchart, 2017) :

  1. comprendre les discontinuités spatiales visibles et invisibles en identifiant les paramètres naturels et anthropiques au cœur des dynamiques limnologiques actuelles, ces « entités élémentaires du système » (Delahaye et Douvinet, 2013) ;

  2. synthétiser ces paramètres en identifiant un territoire homogène au niveau microscopique ou macroscopique ;

  3. produire une auto-évaluation de chaque territorialité.

14L’objet du présent article se situe entre les phases 1 et 2 de la démonstration, puisque nous avons déjà discuté des paramètres générant des discontinuités spatiales (Bartout, 2015 ; Bartout et Touchart, 2017) à l’échelle de la France métropolitaine, tout comme d’ailleurs nous avons identifié des périmètres homogènes, limnologiquement parlant, en ce début de XXIe siècle. Pour autant, pour que ces périmètres deviennent territoires, ils ont besoin d’une antériorité, montrant la présence de « liens de l’eau » au sens de G. Bédoucha (2011).

15Traditionnellement, ces liens proviennent de rapports entre une société et la question hydraulique (Bédoucha et Sabatier, 2013). Toutefois, la disparité des types de plans d’eau et de fonctionnalités au cours des âges nous conduit à réfuter partiellement cette approche où l’aval est sous la dépendance de l’amont, sans pour autant nous inscrire dans une approche hydro-écologique règlementaire (les masses d’eau cours d’eau administratives). En questionnant l’image, l’usage et surtout le lieu d’édification (Blouin-Gourbilière, 2013), nous tenterons de dresser les contours d’une étude des paysages d’étangs et de mares qui sont « l’expression objective des civilisations » (Chevallier, 1976), faite de créations, destructions ou remaniements dans le temps et dans l’espace.

16Ainsi, en s’intéressant aux séquences paysagères présentes et passées mises en évidence par des supports cartographiques, c’est-à-dire aux états paysagers « pris à une date donnée et représentatif[s] de continuités, d’accélérations ou de ruptures » (Franchomme, 2008), nous allons chercher à localiser, comparer et comprendre pourquoi des potentialités naturelles d’installation peuvent être exploitées à certains moments pour créer des paysages et sociétés de plan d’eau plus ou moins sur la durée.

… aux liens limniques de l’eau

17S’intéresser aux liens limniques de l’eau, c’est envisager les secteurs où anthropologie et ethnologie limnologiques peuvent permettre de mieux comprendre le territoire. Certes, en quelques endroits comme la Grande Brenne, la Sologne des étangs ou la Dombes, c’est-à-dire des secteurs nationalement ou internationalement reconnus pour leurs plans d’eau, ces liens ont été plus ou moins mis en évidence. Il s’agit de lieux où les sociétés locales étaient dépendantes des ressources procurées par des milieux agronomiquement pauvres et marécageux, générant une transformation paysagère ancienne (Benoit, 1992 ; Benarrous, 2017) fondée sur l’hydraulique, créant maintes chaînes ou cascades de retenues (qu’elles soient sur cours d’eau ou fossés). Mais, à ces aspects techniques typiques d’un espace hydraulique (Béthemont, 1972), se combinaient des attaches profondes des populations à cette mise en valeur des terroirs et à leurs particularismes, tant au niveau des usages (pisciculture, vannerie, chasse, élevage, force motrice…) que des patrimoines induits (les bondes en chêne par exemple), faisant d’eux de parfaits territoires hydrauliques (Béthemont, 2001). Enfin, grâce à la reconnaissance institutionnelle des autorités, fondée principalement par la création de structures de protection de la biodiversité, ces milieux sont devenus de véritables territoires limniques.

18Pour autant, les études contemporaines ont montré que d’autres secteurs de plans d’eau, qu’ils soient constitués d’étangs (Woessner, 2016, en Sundgau ; Bartout, 2012, en Limousin), de mares (Sajaloli, 1993, dans le Laonnois) ou de lacs (Baulaz et al., 2020, en Savoie) mettaient en évidence ces liens de l’eau autrement que par une richesse faunistique et floristique permettant de classer celles-ci en zones Ramsar ou Natura 2000. Il faut pour cela que l’eau puisse y « être considérée et gérée comme une ressource précieuse » (Bédoucha, 2011) : l’identification de « ces terres où il n’existe aucune instance collective de gestion de l’eau et où pourtant celle-ci marque durablement le territoire » (Bédoucha, 2011) sera au cœur de notre démarche, mais pas seulement dans une optique de gestion contemporaine des plans d’eau. En effet, cette démarche visera à identifier également ces territoires de l’eau qui auraient pu disparaître au cours des deux derniers siècles sous l’effet des mutations économiques et politiques.

19Ceci passe par une démarche scientifique géohistorique mettant en évidence des trajectoires paysagères limniques distinctes car, comme le rappellent Mathis et al. (2020), « dans une logique de construction d’un rapport ’homme-milieu’ renouvelé, les paysages culturels sont des facteurs de production d’identités nouvelles qui permettent d’individualiser des trajectoires de gestion territoriale ».

Comment appréhender numériquement, spatialement et temporellement la localisation des plans d’eau pour fonder des trajectoires paysagères ?

20Les paysages lentiques que nous connaissons aujourd’hui sont « la résultante de processus longs et complexes impliquant les effets combinés de facteurs de natures diverses (biophysiques, socio-économiques, politiques et humaines en général) » (Paysant et al., 2019). Or, si le substrat naturel a peu changé au cours des derniers siècles, faisant de lui une variable stable, les valorisations sociétales des terroirs ont, elles, parfois, profondément évolué (société de loisirs contemporaine et moins de maîtrise de l’eau ou valorisation économique comme la pisciculture, comblement des mares pour des besoins agricoles et urbains…). Les logiques d’implantation des plans d’eau n’entrent donc pas nécessairement dans le cadre défini par le potentiel naturel (figure 1), car la cohérence entre milieu naturel et activité n’est pas l’élément prépondérant de la phase de réflexion quant au lieu d’installation de son plan d’eau. Ainsi, un potentiel naturel d’accueil d’étangs élevé n’est pas la garantie de constructions, et inversement.

21Pour comprendre la genèse de ces territoires limniques, il nous faut nous pencher sur les sociétés humaines qui les entourent et appréhender ceux-ci « comme une œuvre dont l’état présent peut laisser supposer faire apparaitre des traces des versions antérieures, c’est-à-dire comme un palimpseste lentique » (Bartout, 2015). Pour ce faire, nous allons adopter une démarche géohistorique.

La géohistoire des plans d’eau

22La géohistoire est un néologisme braudelien qui vise à « promouvoir une histoire intégrant le temps long du milieu sous l’influence de la géographie environnementaliste » (Capdepuy et Djament-Tran, 2012). Introduite par C. Grataloup (1996), elle remet en cause les logiques des triptyques histoire-passé-archives et géographie-présent-terrain (Wallerstein, 1991) en croisant ces éléments au service de réflexions géographiques.

23En hydrologie, certains scientifiques ont développé cette approche, comme M. Franchomme (2008) dans le nord de la France ou L. Lespez (2012) en Basse-Normandie, dans le but de comprendre les dynamiques propres des milieux humides non restituables par transfert de modèles.

24Concernant les plans d’eau, cette approche géohistorique s’est avant tout focalisée sur les mutations paysagères, paysage dont l’étang ou la mare est une composante. Mais, pour chacune, le territoire d’étude est toujours bien défini et délimité (Benarrous, 2017, en Brenne, Bartout et Touchart, 2015, pour le bassin versant de la Vienne), n’occasionnant pas de questionnements sur sa pertinence en tant que véritable territoire de l’eau.

25Or, il s’agit justement de l’objectif de cet article, à savoir identifier des espaces où la cartographie géohistorique permet de formaliser l’hypothèse qu’il s’agit bien de territoires limniques au sens limnorégional du terme. Pour ce faire, nous aurons recours aux trajectoires paysagères lentiques.

  • 2 Puisqu’au sens du traité de Ramsar, l’étang est bien une zone humide.
  • 3 Compte tenu des tensions très importantes dans la société entre pro et anti-étangs.
  • 4 A savoir la fin du XVIe siècle pour les maximas et la première partie du XXe siècle pour les minima (...)

26Temporellement, les extrémités proposées, à savoir 1830 et 2018, ne permettent pas d’étudier dans le détail les transitions paysagères au sens de D. Baud (2015) car ces extrémités ne correspondent pas à des moments d’équilibre, c’est-à-dire « une situation de concordance entre l’humanisation et la spatialisation » (Clément, 1999), puisque la première partie du XIXe siècle est fortement marquée par les remous liés à la Révolution française, avant que ne viennent se greffer ensuite les impacts des révolutions industrielles et agricoles, et le début du XXIe siècle marque la fin du laisser-aller administratif de la seconde partie du XXe siècle, un regain d’intérêt pour les zones humides mais, paradoxalement2, une volonté d’effacer les étangs. Il s’agit donc de deux moments de relative instabilité et, pour éviter toute manipulation des propos qui vont suivre3, aucun d’eux ne correspond aux maximas et minimas observés et quantifiés de plans d’eau en France4. Il s’agit donc de deux périodes « moyennes » qui recèlent pourtant de multiples informations géographiques.

Construire les trajectoires paysagères de plans d’eau dans le Centre de la France de 1830 à 2018

27Méthodologiquement, nous nous sommes appuyés sur des techniques déjà validées, tant pour le référentiel national des plans d’eau, inédit, qui correspond à une amélioration de l’inventaire présenté en 2013 (Bartout et Touchart) par l’ajout et le croisement de bases de données éprouvées (Bartout, 2018), à savoir la base de données cartographiques Open Source OpenStreetMap et la base Ecrins_15 de l’Agence Européenne pour l’Environnement, que pour l’utilisation des plans du Cadastre Napoléonien (Bartout, 2011, 2016) permettant de dresser un état des lieux limnique dans la première partie du XIXe siècle. Afin de procurer des éléments pertinents pour une comparaison temporelle, nous avons choisi, en 2012, de nous concentrer sur le début de la décennie 1830, car nous possédons en France une source n’existant pas dans les autres pays, à savoir un inventaire surfacique des étangs et lacs pour l’année 1834 grâce aux travaux du baron Rougier de la Bergerie. Pour ce faire, nous avons dû étalonner les différents inventaires issus de ces plans napoléoniens (grâce à la présence de plusieurs cadastres sur des dizaines de communes) car ceux-ci s’étalent de 1805 à 1845, voire postérieurement dans le cas de certaines communes (nouvellement créées par exemple) (Bartout, 2012).

  • 5 Précisons que de plus petites mares ont été prises en compte dans l’inventaire en 1830 que dans cel (...)

28Sur le plan sémantique, cette étude va traiter de « plans d’eau », d’« étangs » et de « mares ». Mais que se cache-t-il derrière ces termes, et les deux inventaires peuvent-ils être comparés in extenso ? Derrière le terme de « plans d’eau », nous avons voulu ici signifier la prise en compte de la globalité des eaux stagnantes formant des écosystèmes lentiques, quelles que soient leurs origines et leurs dimensions. Concernant le vocable « étang », il est important de noter que les possibilités techniques liées aux deux inventaires n’ont pas permis de prendre en compte exactement les mêmes éléments d’une année à l’autre. Ainsi, en 1830, sont considérés comme « étangs » tous les objets lentiques non lacustres dont la superficie dépasse 1000 m² quelles que soient leurs origines, auxquels nous ajoutons tous les éléments stipulant une artificialité de création (douves, retenues de seuil de moulin à condition que celles-ci génèrent un vrai ralentissement du courant, soit, d’après nos observations sur le terrain, à un élargissement du lit du cours d’eau d’au moins 3 fois sa valeur à l’amont, ou tout élément permettant d’envisager une artificialité de création, comme par exemple la mention d’une pelle). En 2018, nous ne disposons pas de renseignements aussi fins et nous devons donc nous contenter de la limite des 1 000 m² cartographiés. Tout ce qui n’entre pas dans ces catégories sera alors reversé dans les « mares », plans d’eau de dimension horizontale réduite et ne mentionnant pas clairement d’éléments d’artificialité de fonctionnement5.

29Pour autant, alors que nous disposons d’une cartographie géoréférencée pour les plans d’eau contemporains, cet article n’explorera que la récurrence des plans d’eau (ou sous-types de plans d’eau) par une approche des densités. En effet, nous n’avons pu cartographier tous les objets lentiques présents sur les différents cadastres anciens, nous limitant à des vérifications ponctuelles sur une centaine de communes en cas de doutes, notamment sur les superficies tangentes entre « étang » et « mare ». Le travail principal a donc consisté à un décompte sur chaque plan parcellaire cadastral, lorsque celui-ci était en bon état et que les couleurs n’avaient pas disparu, et/ou la consultation des matrices cadastrales en cas de carences informatives.

  • 6 31 départements ont été entièrement dépouillés et s’avèrent complets (Allier, Ardèche, Cantal, Char (...)

30Sur le plan spatial, le secteur étudié comprend 10 462 communes du centre de la France, soit 189 445 km² et 34,6 % de la superficie métropolitaine6 (figure 3).

Figure 3 : Les communes étudiées en France métropolitaine

Figure 3 : Les communes étudiées en France métropolitaine

Source : Données : BD Geofla IGN

Conception et réalisation : P. Bartout, 2021

  • 7 La stagnucité y est tout autant supérieure puisque le panel de communes abrite 0,654 % de leur supe (...)

31Evitant les chaînes de montagnes et les littoraux, ce secteur est très représentatif des plaines et plateaux continentaux français, tout en ciblant des milieux géographiques abritant de grandes régions stagnustres nationales comme la Sologne, les Dombes, la Brenne, le Limousin, le Forez, la Bresse ou le Bourbonnais, et des régions plus méconnues, notamment celles riches en mares. De fait, l’espace étudié possède une densité moyenne de plans d’eau légèrement supérieure à la moyenne nationale de 2018, à savoir 1,3624 plan d’eau par km² (PE/km²) (contre 1,1984 PE/km² pour la France métropolitaine), valeur essentiellement due à la présence en nombre d’étangs (0,618 étang/km² contre 0,500 étang/km² en France métropolitaine7), la densité de mares étant légèrement supérieure à celle nationale (0,745 mare/km² contre 0,698 mare/km² en France métropolitaine), et celle des lacs négligeable, car inférieure à 0,01 lac/km².

32Par rapport à la carte du potentiel d’accueil lentique présentée dans la première partie de cet article (figure 1), nous notons également une plus grande proportion de milieux géographiques théoriquement plus favorables à l’installation d’étangs (tableau 1), ce qui corrobore, pour 2018, les valeurs réelles observées.

Tableau 1 : La représentativité du potentiel d’accueil lentique de la zone étudiée en France par rapport aux caractéristiques stagnustres métropolitaines

Potentiel d’accueil lentique

Part de la superficie globale en France

Part de la superficie de la zone étudiée

Très favorable

18,39 %

17,34 %

Favorable

20,62 %

20,20 %

Moyennement favorable

22,46 %

29,55 %

Ni favorable, ni défavorable

8,13 %

8,80 %

Légèrement défavorable

4,29 %

3,23 %

Défavorable

17,85 %

19,53 %

Fortement défavorable

8,26 %

1,35 %

33Sur le plan de la cartographie (élaborée à partir du logiciel SIG MapInfo), nous avons adopté les logiques suivantes : une grande partie des figures (4, 5, 7, 8, 11 et 12) ont été construites avec les mêmes codes couleur et selon la même logique de dispersion autour de la moyenne avec trois classes statistiques au-dessus de la valeur moyenne et trois classes en-dessous. La moyenne constituant la « norme » à la date donnée, les six classes correspondent aux valeurs suivantes : moins de 0,25 fois la norme ; entre 0,25 et 0,5 fois la norme ; entre 0,5 fois la norme et la norme ; entre la norme et 2 fois la norme ; entre 2 et 4 fois la norme ; plus de 4 fois la norme.

  • 8 Dans ce cas, nous avons volontairement utilisé les données du Cadastre le plus proche temporellemen (...)

34Grâce à cette approche, nous avons pu éviter, pour la période du Cadastre Napoléonien, de donner trop d’importance aux extrapolations générées par les dates distinctes entre cadastres, même si celles-ci sont inévitables tant les différences numériques entre deux cadastres d’une même commune à une vingtaine d’années d’intervalle peuvent être élevées8. En effet, l’augmentation maximale générée, à savoir un doublement des présences cartographiées sur les plans cadastraux si ceux-ci sont antérieurs à 1811, ne permet au mieux à la commune concernée de ne franchir qu’une seule catégorie statistique et donc de ne pas surinterpréter cette hausse du nombre de plans d’eau observée dans la première partie du XIXe siècle, compte tenu de la variabilité importante des observations selon les lieux pourvus de ces deux cadastres.

35Ayant présenté notre méthodologie, y compris de discrétisation des données, et les limites de celles-ci, le périmètre étudié et sa représentativité limnique au regard de ce que nous en savons en 2018 en France, nous allons désormais nous attarder uniquement sur les résultats quantifiés à l’échelle de notre terrain d’étude.

Mettre en évidence des territorialisations de l’eau distinctes dans le temps et en comprendre les raisons

36Les résultats de cette étude, débutée en 2003 pour la compilation des données issues des plans du Cadastre Napoléonien, vont permettre de mieux comprendre la répartition spatiale des plans d’eau et de leurs sous-types (mares et étangs), et ainsi d’envisager les éventuels liens limniques de l’eau exprimés par les composantes paysagères.

37Pour ce faire, nous scinderons les résultats en trois sous-parties, composées chacune au minimum de trois cartes sur l’état des lieux en 1830, en 2018 et l’évolution entre ces deux dates. En premier lieu, nous traiterons des plans d’eau en général, puis viendra le temps des mares, pour terminer par une étude approfondie des étangs, qui sont au cœur de polémiques contemporaines sur la continuité écologique (Bravard et Lévêque, 2020 ; Carluer et al., 2016).

D’une opposition nord-ouest/sud-est à une césure ouest/est, une géographie des plans d’eau en mouvements.

38La figure 4 permet de se faire une idée très proche de la réalité lentique en France vers 1830 et la figure 5 montre une évolution spatiale conséquente de répartitions des plans d’eau au cours des deux siècles écoulés.

Figure 4 : Densité de plans d’eau par commune vers 1830

Figure 4 : Densité de plans d’eau par commune vers 1830

Source : Données : Plans parcellaires du Cadastre Napoléonien compilés par P. Bartout

Conception et réalisation : P. Bartout, 2021.

Figure 5 : Densité de plans d’eau par commune en 2018

Figure 5 : Densité de plans d’eau par commune en 2018

Source : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout

Conception et réalisation : P. Bartout, 2021.

39En effet, alors même que la quantité totale de plans d’eau est sensiblement la même (253 711 en 1830 contre 258 106 en 2018), les secteurs de plus fortes valeurs en 1830 ont connu des fortunes diverses et on observe également l’apparition de concentrations émergentes, ce que la figure 6 fait clairement ressortir.

Figure 6 : La différence de densité de plans d’eau entre 1830 et 2018 par commune

Figure 6 : La différence de densité de plans d’eau entre 1830 et 2018 par commune

Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout, et Plans parcellaires du Cadastre napoléonien compilés par P. Bartout

Conception et réalisation : P. Bartout, 2021

40En 1830, les plus fortes concentrations de plans d’eau (plus de 5 PE/km²) se trouvent essentiellement au nord-nord-ouest du secteur étudié, en périphérie sud parisienne et dans les départements de la Sarthe, de l'Indre-et-Loire et du Maine-et-Loire. Or, aucun des secteurs évoqués n’abrite à ce jour de territoires reconnus pour leurs plans d’eau, hormis à l’échelle locale. D’autres fortes concentrations apparaissent principalement à l’ouest d’une ligne allant de l’ouest de l’Yonne à l’ouest du Lot. Les parties sud et est semblent moins concernées par ces faits lentiques, exceptées certaines concentrations remarquables comme dans le Bourbonnais, la Dombes, la Bresse ou encore le Forez.

41Les très faibles concentrations font, quant à elles, ressortir de remarquables entités géographiques connues pour leurs sols perméables (Beauce, Champagne Berrichonne…), leurs altitudes élevées (Auvergne) ou encore un climat moins propice à la présence de petites retenues (climat méditerranéen en Lozère et en Ardèche).

42Si certains traits de la description opérée en 1830 se retrouvent en 2018, comme les très faibles densités sur substrat perméable ou une influence globalement négative de l’altitude, la césure nord-ouest/sud-est s’est quant à elle renforcée, les plans d’eau occupant désormais une grande partie de l’Anjou et du Maine, mais aussi les rebords est du Massif armoricain ainsi que les rebords ouest et nord du Massif Central (Limousin, Marche, Bourbonnais). Certaines césures nettes apparaissent clairement, comme le contact Massif Armoricain/Bassins Aquitain et Parisien ou encore Forêt d’Orléans/Beauce, Forez/Livradois, Sologne/Champagne Berrichonne…, opposition également flagrante dans l’évolution des plans d’eau illustrée par la figure 6.

43Il semblerait donc, à la lecture de ces trois cartes, que la localisation de certaines concentrations de plans d’eau épouse les limites physiques et culturelles de petits pays français traditionnels, laissant penser à une inclusion patrimoniale économique, sociologique et politique de ceux-ci.

44Mais ces observations forment-elles un hasard de la dispersion des types de plans d’eau qui peuvent se compléter ou se contredire, ou bien sont-elles confirmées par le jeu d’échelles au niveau des seules mares ou des seuls étangs ?

Les mares, cœur des sociétés traditionnelles lentiques françaises, en voie de marginalisation.

45L’étude des mares (figures 7 et 8) est riche d’enseignements. Tout d’abord, en 1830, sa géographie épouse celle des plans d’eau, car 72 % des plans d’eau existants sont des mares, ce qui n’est plus le cas en 2018 (56 %).

Figure 7 : Densité de mares par commune vers 1830

Figure 7 : Densité de mares par commune vers 1830

Source : Plans parcellaires du Cadastre napoléonien compilés par P. Bartout

Conception et réalisation : P. Bartout, 2021.

Figure 8 : Densité de mares par commune en 2018

Figure 8 : Densité de mares par commune en 2018

Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout

Conception et réalisation : P. Bartout, 2021

46Ensuite, contrairement aux plans d’eau en général, la densité des mares baisse de manière importante entre 1830 et 2018 (de 1,063 à 0,745 mare/km²). Cette observation montre une moins grande adéquation de la mare au contexte socio-économique du XXIe siècle qu’à celui des premières années du XIXe siècle. Nombre de mares ont ainsi été détruites, nivelées, pour les besoins agricoles, industriels et urbains modernes, comme nous pouvons le voir en périphérie méridionale de Paris (Hurepoix, Pays d’Yveline…) ou encore en Touraine, Périgord, Maine…, ou tout simplement par abandon des terres (Montagne Limousine), essentiellement dans la partie ouest et nord de la zone d’étude.

47A l’inverse, dès que les structures bocagères ont été préservées, alors les mares ont connu une dynamique positive (figure 9).

Figure 9 : Différence de densité de mares entre 1830 et 2018 par commune

Figure 9 : Différence de densité de mares entre 1830 et 2018 par commune

Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout, et Plans parcellaires du Cadastre napoléonien compilés par P. Bartout

Conception et réalisation : P. Bartout, 2021.

48Mais certains secteurs présentent pour autant une hausse assez importante de ces petites entités lentiques (figure 9), comme le rebord nord-ouest du Massif Central, le nord des Deux-Sèvres, l’ouest de la Saône-et-Loire ou encore les monts du Lyonnais ou du Vivarais. Ils trahissent la construction de petites retenues d’eau destinées aux loisirs individuels.

49En effet, si les mares ont connu une mutation fonctionnelle importante, perdant une grande partie de leur valeur agricole (Scher, 2008), elles ont pu conserver leur raison d’être grâce à leur rôle important dans le domaine de la biodiversité aquatique, de lieu d’abreuvage pour le gibier et surtout pour les loisirs individuels non lucratifs.

50Mais cet usage récréatif est avant tout le marqueur des étangs contemporains comme l’ont montré nombre de travaux scientifiques (Balabanian et Bouet, 1989 ; Trintignac et Kerléo, 2004 ; Bartout, 2012…) et il devient très souvent le seul et unique usage dans certaines régions, alors même que, traditionnellement, un étang était polyfonctionnel (Estienne et Liébault, 1583), bien que dominé souvent par la pisciculture. Or, cette pisciculture connaît de grandes difficultés depuis plusieurs décennies, pour de multiples raisons (Ameslon et al., 2012 ; Le Quéré et Marcel, 1999), et ne subsiste à l’état intensif qu’en peu de régions (principalement la Brenne et la Dombes). Cette mutation importante du rôle dévolu aux étangs, que nous avions mentionnée en Limousin (Bartout, 2012), modifie fortement les lieux d’implantation de ceux-ci à deux siècles d’intervalle.

Les étangs, de l’exception locale à la généralisation régionale

51Des trois catégories lentiques étudiées (plans d’eau, mares, étangs), c’est cette dernière qui offre le plus de changements.

52Tout d’abord, le changement est numérique : en deux siècles, le nombre d’étangs a été multiplié par plus que deux (de 52 273 en 1830 à 117 064 en 2018) et la figure 10 nous fait comprendre que cette augmentation est généralisée à tous les territoires ou presque.

Figure 10 : Différence de densité d’étangs entre 1830 et 2018 par commune

Figure 10 : Différence de densité d’étangs entre 1830 et 2018 par commune

Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout, et Plans parcellaires du Cadastre napoléonien compilés par P. Bartout

Conception et réalisation : P. Bartout, 2021

53De fait, l’apparition de nouvelles concentrations d’étangs en 2018 (figure 12) signifie que l’augmentation locale est passée par une multiplication par 4 ou 10 du nombre d’étangs, comme en Haut-Limousin ou dans le bocage vendéen. De même, des régions fortement dotées en 1830, mais qui ont connu une stagnation de leur nombre d’étangs, ont fortement régressé dans la hiérarchie et n’apparaissent plus dans les premiers rangs, alors que c’était le cas en 1830. La Sologne Bourbonnaise et plus globalement le Bourbonnais (Bocage, Sologne, Limagne et Montagne), qui était une place forte des étangs en 1830 (figure 11), est aujourd’hui une région d’étangs quelconque ou presque, malgré une progression en nombre des étangs dans la partie bocagère et une légère régression en Sologne bourbonnaise (figure 10).

Figure 11 : Densité d’étangs par commune vers 1830

Figure 11 : Densité d’étangs par commune vers 1830

Source : Données : Plans parcellaires du Cadastre napoléonien compilés par P. Bartout

Conception et réalisation : P. Bartout, 2021.

Figure 12 : Densité d’étangs par commune en 2018

Figure 12 : Densité d’étangs par commune en 2018

Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout

Conception et réalisation : P. Bartout, 2021

54La Dombes, partant de beaucoup plus haut, conserve une place première dans cette hiérarchie, mais la figure 10 indique une disparité géographique : le cœur dombiste a perdu un grand nombre d’étangs alors que sa périphérie en a gagné. Cet élargissement de secteurs clés stagnustres se retrouve également en Sologne où la Sologne des étangs (Loir-et-Cher) voit sa périphérie orientale (Cher) gagner fortement en présence stagnustre.

55A l’échelle de la zone d’étude, les mutations sociétales à l’œuvre permettent une généralisation de l’étang en tant qu’objet du quotidien. D’un apanage aristocratique il y a deux siècles, la possession de l’étang se démocratise (figures 13 et 14) grâce à (ou à cause de) la société de loisirs, et ce phénomène s’observe essentiellement dans l’ouest de la France qui ravit la primauté stagnustre à la partie orientale.

Figure 13 : Part des étangs parmi tous les autres types de plans d’eau par commune vers 1830

Figure 13 : Part des étangs parmi tous les autres types de plans d’eau par commune vers 1830

Source : Données : Plans parcellaires du Cadastre napoléonien compilés par P. Bartout

Conception et réalisation : P. Bartout, 2021.

Figure 14 : Part des étangs parmi tous les autres types de plans d’eau par commune en 2018

Figure 14 : Part des étangs parmi tous les autres types de plans d’eau par commune en 2018

Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout

Conception et réalisation : P. Bartout, 2021

56Mais, sociologiquement et économiquement, ces nouvelles concentrations d’étangs occidentales ne sont pas le fait d’aménagements volontaristes de l’espace au service d’une activité, la pisciculture, comme toutes les grandes régions d’étangs d’Europe centrale (Bohème, Saxe, Aischgrund bavarois, Waldviertel autrichien…) et même dans la frange orientale française (Sundgau, Dombes, Bresse, Forez…), mais plutôt l’œuvre d’individus pris dans un mouvement contemporain favorable à leur soif de loisirs.

57De fait, il est légitime de se poser la question de savoir si cette agglomération d’individualités aux volontés très personnelles est susceptible de faire émerger une société de l’eau au travers de liens tangibles, comme G. Bédoucha (2011) l’a démontré en Brenne piscicole. Pour ce faire, des travaux de nature ethnographique ou anthropologique seraient les bienvenus, mais nous allons quand même tenter, en tant que géographes, de mettre en lumière ces possibilités ou impossibilités par la représentation de trajectoires paysagères lentiques à l’échelle de cette zone d’étude, qui permettront d’identifier des territoires où cette étude des liens de l’eau pourrait s’avérer précieuse en vue d’une intégration des plans d’eau dans la gestion intégrée de la ressource en eau.

Vers une spatialisation des trajectoires paysagères limniques : mettre en lumière les stabilités et instabilités des types et quantités de plans d’eau au cours des deux derniers siècles

58Afin de mettre en évidence de potentiels territoires où les liens limniques de l’eau semblent prégnants pour expliquer les concentrations de plans d’eau et les mutations observées, nous avons fait le choix d’organiser cette dernière partie de la démonstration autour d’une carte de synthèse (figure 15) où la plupart des éléments cartographiés précédemment ont été croisés. Il s’agit alors, certes, de s’intéresser aux quantités d’objets lentiques mais surtout de parvenir à distinguer une réelle logique territoriale d’un effet d’opportunisme ponctuel.

59Pour ce faire, cette figure 15 a été organisée autour du concept de stabilité limnique que nous avions élaboré pour comprendre les dynamiques paysagères du bassin de la Vienne (Bartout et Touchart, 2015). Cependant, cette stabilité/instabilité est plurielle car touchant à trois entrées lentiques : les plans d’eau, les mares et les étangs. Nous avons donc simplifié les informations quantitatives précédentes en trois classes (inférieure à très inférieure à la moyenne ; autour de la moyenne ; supérieure à très supérieure à la moyenne) et retenu deux types d’éléments pour chaque item étudié (plan d’eau, étang, mare), à savoir un état des lieux originel (ici en 1830) et l’évolution postérieure (de 1830 à 2018). Ainsi fait, nous obtenions 9 types de trajectoires lentiques pour chaque item, soit potentiellement 729 possibilités de fonctionnement distinct à l’échelle des communes, potentiel que nous avons réduit, pour les besoins cartographiques synthétiques, à 9 classes de trajectoires paysagères.

60Attention toutefois à une lecture trop hâtive et tranchée qui consisterait à n’envisager qu’une distinction stabilité/instabilité. En effet, si la stabilité est relativement facile à analyser et caractérise certains lieux de notre terrain d’étude, une instabilité ne veut pas dire absence de territoire. Au contraire, une instabilité générant de nouveaux types d’occupations limniques laisse entendre une réactivité de la communauté locale à la question lentique et peut faire émerger une nouvelle territorialisation, dès lors méconnue des instances règlementaires nationales.

Figure 15 : Les trajectoires paysagères lentiques des communes de notre zone d’étude de 1830 à 2018

Figure 15 : Les trajectoires paysagères lentiques des communes de notre zone d’étude de 1830 à 2018

Source : Conception et réalisation P. Bartout, 2021

61Il s’agit alors de créer une typologie temporelle et fonctionnelle faisant apparaître des lieux où les communautés locales ont :

  1. Conservé leurs savoir-faire et savoir-être dans le domaine des plans d’eau, des mares ou des étangs, soit de vrais territoires de l’eau ;

  2. Perdu leurs plans d’eau et leurs savoirs associés, nous obligeant à les considérer comme de potentiels vestiges de territoires de l’eau ancestraux ;

  3. Fait évoluer leur corpus de plans d’eau, d’un type vers un autre, ou en enrichissant un type par l’autre, provoquant une remise en question profonde des pratiques économiques, sociales et culturelles de l’espace étudié ;

  4. Porté de tout temps peu d’intérêt à cette question de réserves en eau.

62En dehors de cette dernière catégorie qui concerne quand même une grande partie des communes de la figure 15 (en bleu) et notamment les plus hautes altitudes et les parties méridionale et orientale du Massif Central, les Charentes karstiques, le nord-ouest du Poitou, la Champagne Berrichonne, la Beauce, une grande partie du Nivernais, du Morvan, de la Côte-d’Or, du Beaujolais, du Dijonnais, de l’Auxois ou encore du Sénonais, nous allons porter notre attention aux dynamiques paysagères lentiques selon les grandes lignes précédemment citées.

Des liens limniques de l’eau ancrés aux territoires

63Lorsque l’on s’attache à observer les regroupements communaux symbolisés par la couleur marron sur la figure 15, nous pouvons observer à la fois de grands ensembles cohérents de plaines ou bassins intérieurs comme la Dombes, la Grande Brenne, la Double, la Grande Sologne loir-et-chérienne, la Bresse louhannaise, la Sologne bourbonnaise, le Forez ou encore la confluence entre l’Allier et la Dore en Grande Limagne. Tous ces lieux ont comme point commun une cuvette topographique remplie de dépôts de natures plutôt imperméables facilitant la présence en grand nombre de mares et d’étangs, et des usages piscicoles à tendance autarcique avec des sociétés longtemps repliées sur elles-mêmes. Même si les dynamiques temporelles y sont différentes, notamment entre les régions occidentales globalement en hausse et celles orientales plutôt en baisse, elles conservent une densité de plans d’eau remarquable à l’échelle du périmètre étudié.

64Toutefois, ces territoires abritant des plans d’eau étendus et peu profonds, bien connus et reconnus par les autorités administratives, ne sont pas les seuls espaces à pouvoir être considérés comme des lieux emblématiques de plans d’eau depuis deux siècles. En effet, d’autres territoires plus escarpés ou de transition peuvent se targuer d’abriter de nombreux plans d’eau.

65Tout d’abord, il s’agit de châteaux d’eau locaux peu élevés, comme la forêt d’Orléans, le Pays d’Yveline ou la Gâtine tourangelle. Il en est également ainsi des paysages vallonnés du bocage bourbonnais, du Montmorillonnais ou de la Puisaye, et plus encore des contreforts limousins du Périgord Vert ou du pays de Saulieu dans le Morvan. Les plans d’eau n’y ont pas les mêmes vocations, la force motrice y est centrale tout comme d’ailleurs l’irrigation agricole, et donc les mêmes morphométries : ils sont insérés dans des vallons escarpés, relativement profonds au regard de leur plus faible superficie.

66Compte tenu de leurs usages, ce sont ces derniers territoires cités qui ont connu les plus forts changements sociétaux au cours des deux derniers siècles, puisqu’ils ont perdu leurs usages traditionnels mais ont su renaître grâce à l’émergence de nouveaux, centrés autour des loisirs individuels.

67Si la cartographie ne met pas en lumière cette mutation profonde des liens de l’eau limniques sur les territoires cités, il en va tout autrement sur les suivants que nous allons développer.

Des territoires limniques en profondes mutations internes

68Ces mutations marquant des territoires entiers sont avant tout liées au passage d’un type « mare » à un type « étang » en tant que plan d’eau dominant ou a minima en forte progression. La figure 16 permet de montrer spatialement où ces transformations paysagères ont été les plus marquées entre les deux périodes étudiées, c’est-à-dire en premier lieu une large diagonale traversant en son centre (ou presque) la zone étudiée, du Sénonais au nord-est à la Double au sud-ouest. Le nord-ouest de l’espace étudié est un peu moins concerné par cette transformation, alors que plus nous allons vers les sud-est et plus en fait l’étang est supplanté par la mare en termes de représentativité communale.

Figure 16 : L’évolution de la part des étangs dans le corpus lentique entre 1830 et 2018

Figure 16 : L’évolution de la part des étangs dans le corpus lentique entre 1830 et 2018

Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout, et Plans parcellaires du Cadastre napoléonien compilés par P. Bartout

Conception et réalisation : P. Bartout, 2022.

69Même s’il ne constitue pas le fil conducteur de l’article, attardons-nous un peu sur cet ensemble quasi-continu de couleurs rouge et orange où l’est de la Sologne (et le Pays Fort) et le Limousin (creusois et haut-viennois) clignotent fortement. De tous les secteurs étudiés, ce sont ceux où s'observe la plus forte instabilité limnique, donc potentiellement la plus forte détérioration de la qualité de l’eau des cours d’eau auxquels ils sont connectés si, et seulement si, c’est bien la création de ces nouveaux écosystèmes qui perturbe ceux préexistants. Or, nous avons montré, au travers de l’étude du bassin versant de la Vienne (Bartout et Touchart, 2015), qu’il n’en était rien puisque les secteurs matérialisés en rouge sur la figure 16 (Haut-Limousin) ont globalement une bonne à très bonne qualité de l’eau, selon l’EPTB Vienne, tout le contraire de l’aval du bassin, qui est moins marqué par cette instabilité limnique mais qui pourtant possède une qualité de l’eau médiocre à mauvaise. Nous en avions alors conclu que rien ne reliait directement la dégradation de la qualité de l’eau et la présence d’étangs nouvellement implantés, cette dégradation devant envisager d’autres facteurs, parmi lesquels les pollutions d’origine agricole, industrielle ou urbaine, les étangs ne jouant qu’à la marge, en fonction de la gestion qui est la leur.

70Si nous reprenons le fil de l’analyse des trajectoires paysagères, tous les secteurs évoqués dans les deux paragraphes précédents correspondent le plus souvent à trois couleurs de la figure 15 : le vert, le rouge et l’orange.

71Lorsqu’on s’intéresse aux communes de couleur verte, dénotant une évolution très marquée du corpus de plans d’eau présents, passant des mares aux étangs tout en conservant de grandes densités, nous voyons une très grande dissymétrie régionale. Il s’agit avant tout d’un marqueur du périmètre nord-ouest de la zone étudiée. Cette présence en grand nombre de petits étangs de loisirs ayant remplacé les mares naturelles ou artificielles à vocation agricole de ces secteurs calcaires (mardelles, marchais…) est explicite dans le Perche, une grande partie du Maine, des Mauges, de la Touraine jusqu’à la basse vallée du Cher, et plus encore elle est typique des paysages de Gâtine. Si la Gâtine tourangelle a conservé une présence ancestrale d’étangs, la Gâtine de Parthenay, celle de Loches ou le Gâtinais orléanais ont tous connu la même dynamique liée à une remise en question en profondeur des pratiques agricoles et des structures agraires en général, avec une généralisation de la grande culture aux dépens des bocages à bestiaux, mais l’exode rural du XIXe siècle a permis à certains citadins de conserver de petites propriétés rurales mises en valeur grâce aux étangs.

72En dehors de ce secteur nord-ouest, cette mutation s’observe en d’autres lieux plus ponctuels, tels que le Périgord Blanc ou une partie de la Puisaye, voire dans certains secteurs urbains comme autour de Limoges.

73Ce secteur ouest limousin est pour le moins intéressant car, en dehors de Limoges, il est marqué par une hausse exponentielle du nombre de plans d’eau et particulièrement d’étangs au cours des 50 dernières années, dénotant un intérêt récent pour les plans d’eau et pouvant interroger sur la présence de liens de l’eau limniques ancestraux.

74Cette couleur rouge marque ainsi l’ensemble du contact Massif Central/Bassin aquitain à l’ouest en Charente et en Dordogne, mais également Massif Central/Bassin parisien au nord en Poitou, Marche et Boischaut sud. Cette croissance en situation de contact s’observe également dans les Deux-Sèvres où le Massif armoricain s’est couvert d’étangs, contrairement au marais poitevin et au Poitou qui le jouxtent.

75Parmi les autres secteurs connaissant cette hausse fulgurante, citons une partie du Haut-Vivarais et des Monts du Lyonnais en lien avec la proximité de la métropole lyonnaise, la Sologne berrichonne ou encore une partie de la Haute-Saintonge.

76Il est à noter une gradation colorimétrique entre marron et orange où le rouge joue le premier tampon au-delà du cœur territorial lentique. Cette couleur orange caractérise des marges moins densément peuplées de plans d’eau mais qui évoluent elles aussi vers une prégnance des étangs. En cela, l’est de la Sologne est particulièrement riche d’enseignements.

77Mais s’arrêter à ces lieux de transition où la dynamique des plans d’eau est positive serait réducteur. D’autres marges sont bien visibles sur cette figure 15 et il s’agit de communes caractérisées par une couleur bleu pâle.

Des liens de l’eau limniques détruits ou en passe de l’être

78Ces « anciens » territoires de l’eau où les liens limniques étaient réels n’ont pas su trouver de second souffle, le remblaiement des mares ou leur abandon à cause de pratiques agricoles désuètes caractérisant la période contemporaine et les loisirs individuels hydrologiques n’ont pas été en mesure d’inverser cette tendance. Ces espaces se situent aux marges entre milieux souvent nouvellement colonisés par les plans d’eau et d’autres n’ayant jamais connu de concentrations importantes : il s’agit du Quercy, du Périgord Vert non métamorphique, du Civraisien, des marges beauceronnes, de la Montagne Limousine ou encore de la Montagne Bourbonnaise.

  • 9 Une levade est littéralement un pré situé sur une hauteur. Le système de levade est une organisatio (...)

79Les facteurs explicatifs n’y sont pas uniformes puisqu’il peut s’agir autant de terres calcaires que de terres granitiques, à des altitudes très diverses, mais souvent elles ont connu une perte importante de population et des mutations agricoles allant vers l’enfrichement. Ces territoires où des liens limniques de l’eau existaient vraisemblablement il y a quelques siècles ont perdu leur raison d’être et leurs savoirs associés comme, par exemple, les levades9 creusoises ou corréziennes.

Conclusion

80A la grande interrogation de l’introduction, à savoir si les contrastes actuels de localisation des plans d’eau étaient déjà présents il y a deux siècles, et grâce aux outils et méthodes de la géohistoire, nous pouvons apporter une réponse négative : les trajectoires paysagères limniques sont bien distinctes selon les lieux entre deux époques données, dénotant l’importance de la prise en considération des liens de l’eau limniques.

81En effet, la figure 15 dessine une France limnique très diverse, tant par son corpus lentique, sa quantité, sa diversité, que par sa variabilité temporelle. Certes, quelques secteurs ont affirmé et réaffirmé leur ancrage lentique en France, mais d’autres, la majorité, ont connu des vicissitudes historiques plus complexes qui laissent à penser que ceux-ci sont éventuellement apparus récemment ou au contraire ont disparu il y a peu. Le contraste ouest/est n’est donc qu’une perception contemporaine du fait « plan d’eau », celui-ci étant davantage nord-ouest/sud-est en 1830, et les distinctions par sous-types que sont les mares et les étangs, ont montré des dynamiques numériques et spatiales extrêmement contrastées. Il faut donc admettre que, dans le contexte français, contrairement aux cours d’eau dont la présence est stable sur un territoire à l’échelle des temps humains, les plans d’eau sont sujets à une réactivité très importante des sociétés et communautés locales et donc à une fluctuation conséquente du corpus lentique à pas de temps court.

82En prenant le parti du chercheur d’eau, se décentrant des partis pris administratifs et règlementaires (fluviocentrage systématique, recul temporel absent ou très orienté) pour envisager la science hydrologique dans sa globalité, au sein d’un anthroposystème hydrologique évolutif dans le temps (donc en traitant les plans d’eau en tant que tels et non par défaut), nous avons pu mettre en évidence des similitudes à échelles variées, souvent locales mais aussi entre des secteurs parfois fort éloignés, des valeurs d’attachement de populations envers la mise en valeur de terroirs par des plans d’eau, mais aussi des dépendances réciproques(dépendance de l’Homme à ses paysages de l’eau pour ses besoins essentiels, mais aussi dépendance des plans d’eau au bon vouloir des Hommes quant à leur existence, maintien ou disparition), montrant la multiplicité de ce patrimoine matériel et immatériel.

83Mais cette étude ne saurait à elle seule induire des conclusions définitives car nous ne maîtrisons pas deux paramètres pouvant se révéler essentiels dans certains lieux : d’une part le manque de référencement des mares de moins de 100 m² en 2018 alors que nous les avons en 1830, d’autre part le biais temporel que constitue une étude à l’échelle de deux siècles sans maîtriser finement les va-et-vient locaux entre les deux dates. Néanmoins, elle offre aux organes en charge de la politique de l’eau en France une lecture des localisations de plans d’eau au plus près des territoires pour qu’une GIRE soit réellement intégrée à ceux-ci, aux attentes sociétales et aux mutations qui les ont concernées et les concerneront.

Haut de page

Bibliographie

Ameslon P., Le Bihan V., Lesage C.M., Trintignac P., 2012, Conditions de pérennité et de développement de la pisciculture d’eau douce en Pays de la Loire. Evaluation des potentialités sur le marché d’alimentation humaine pour des produits piscicoles régionaux d’étangs, Nantes, MER, RICEP, SMIDAP, 91 p.

Andriamahefa H., 1999, Les hydro-écorégions du bassin de la Loire. Morphologie, hydrologie, pressions anthropiques sur les cours d’eau et les bassins versants, Saint-Etienne, Université Jean Monnet, CEMAGREF, 272 p.

Balabanian O., Bouet G., 1989, L’eau et la maîtrise de l’eau en Limousin, Treignac, Les Monédières, 296 p.

Bartout P., 2011, L’apport du cadastre napoléonien aux problématiques spatiales des retenues d’eau, Revue géographique de l’Est, vol. 51. https://doi.org/10.4000/rge.3382

Bartout P., 2012, Les étangs du Limousin : des zones humides face au développement durable, Brive-la-Gaillarde, Les Monédières, 250 p.

Bartout P., 2015, Les territoires limniques. Nouveau concept limnologique pour une gestion géographique des milieux lentiques, Orléans, HDR de Géographie, Université d’Orléans, 444 p.

Bartout P., 2016, Le territoire comme palimpseste lentique : une vision spatiale géohistorique des interactions hommes-milieux-plans d’eau, Revue Géographique de l’Est, vol. 56. https://doi.org/10.4000/rge.5723

Bartout P., 2018, L’Estonie des plans d’eau, entre originalités et limites pour qualifier ses territoires limniques, Dynamiques Environnementales, vol. 42.

Bartout P., Touchart L., 2013, L’inventaire des plans d’eau français : outil d’une meilleure gestion des eaux de surface, Annales de Géographie, vol. 122 (691), p. 266-289. https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2013-3-page-266.htm

Bartout P., Touchart L., 2015, La stabilité limnique dans le bassin de la Vienne : la place des plans d’eau au sein des milieux et des sociétés depuis le XIXe siècle, Norois, vol. 234, p. 65-82. https://doi.org/10.4000/norois.5581

Bartout P., Touchart L., 2016, La notion de limnicité est-elle suffisante pour caractériser l’empreinte spatiale et sociétale des plans d’eau ? Revue géographique de l’Est, vol 56. https://doi.org/10.4000/rge.5766

Bartout P., Touchart L., 2017, Le territoire limnique, une alternative à la gouvernance des plans d’eau par masses d’eau ? VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 17(3), 32 p. https://doi.org/10.4000/vertigo.18692

Baud D., 2015, Géohistoire d’une trajectoire paysagère dans la plaine du Rhône Valaisan. Analyse du secteur entre Riddes et Martigny (1840-1965), Norois, vol. 237. https://doi.org/10.4000/norois.5761

Baulaz Y., Dorioz J.M., Peyrache-Gadeau V., 2020, Cartographie des services écosystémiques lacustres pour spécifier les aires concernées dans les limnosystèmes des grands lacs alpins, Dynamiques Environnementales, vol. 45, p. 128-147.

Bédoucha G., 2011, Les liens de l’eau : en Brenne, une société autour des étangs, Paris – Versailles, Ed. de la Maison des Sciences de l’homme et Ed. Quæ, 688 p.

Bédoucha G., Sabatier J.-L., 2013, Espace hydraulique, espace social dans les hautes terres malgaches. L’interdisciplinarité à l’épreuve du terrain, Journal des anthropologues, vol. 132-133, p. 45-90. https://doi.org/10.4000/jda.4905

Béguin M., Pumain D., 2003, La représentation des données géographiques : statistique et cartographie, Paris, Armand Colin, 192 p.

Benarrous R., 2017, La Grande Brenne, histoire d’une zone humide continentale et de ses étangs, PNR Brenne, 437 p.

Benoît C., 1992, Les étangs de la Dombes au Moyen-âge, XIIIème-XVème siècles, Besançon, Comité des Travaux historiques et scientifiques, 102 p.

Bertola C., 1999, François-Alphonse Forel (1841–1912), fondateur de la limnologie, in Bertola C., Goumand C., Rubin J.-F., Découvrir le Léman 100 ans après François-Alphonse Forel, Genève, Slatkine, p. 3-18.

Bertrand G., 1968, Paysage et géographie physique globale. Esquisse méthodologique, Revue de Géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, vol. 39(3), p. 249-271.

Béthemont J., 1972, Le thème de l’eau dans la vallée du Rhône. Essai sur la genèse d’un espace hydraulique, Saint-Etienne, Imprimerie le Feuillet Blanc, 642 p.

Béthemont J., 2001, Ressources en eau et territoire hydraulique, Revue de l’économie méridionale, vol. 49, p. 123-131.

Blouin-Gourbilière C., 2013, L’élaboration d’images « paysages » habitantes : un levier participatif d’aménagement du territoire. Le cas du Parc Naturel Régional de la Brenne, Angers, Thèse de Géographie, Université d’Angers – Agrocampus Ouest, 568 p.

Bravard J.-P., Lévêque C. (dir.), La gestion écologique des rivières françaises : regards de scientifiques sur une controverse, Paris, L’Harmattan, 361 p.

Capdepuy V., Djament-Tran G., 2012, Qu’est-ce que la géohistoire ? Carnet de géohistoire. http://geohistoire.hypotheses.org/68.

Carluer N., Babut M., Belliard J., Bernez I., Burger-Leenhardt D., Dorioz J.M., Douez O., Dufour S., Grimaldi C., Habets F., Le Bissonnais Y., Molénat J., Rollet A.J., Rosset V., Sauvage S., Usseglio-Polatera P., Leblanc B., 2016, Expertise scientifique collective sur l’impact cumulé des retenues, Rapport INRA, ONEMA, MEEM, 325p.

Chevallier R., 1976, Le paysage palimpseste de l’histoire : pour une archéologie du paysage, Mélanges de la Casa de Velázquez, vol. 12, p. 503-510.

Clément V., 1999, Pays et paysages forestiers de Vieille Castille (XIe –XXe siècle), Annales de Géographie, vol. 108, p. 651-655.

Delahaye D., Douvinet J., 2013, De la morphométrie à la géo-simulation, in Mercier D., Géomorphologie de la France, Paris, Dunod, p. 245-259.

Estienne C., Liébault J., 1583, L’Agriculture et maison rustique : plus un bref recueil des chasses… et de la fauconnerie, Lyon, Jacques Dupuys, liv IV, ch. I, « L’estang, la mare et la fosse à poisson ».

Forel F.-A., 1892, Le Léman, monographie limnologique, Lausanne, F. Rouge, T. I, 543 p.

Franchomme M., 2008, Du cadastre napoléonien à la trame verte, le devenir des petites zones humides périurbaines en région Nord-Pas de Calais, Lille, Thèse de géographie, Université de Lille, 406 p.

Germaine M.-A., Barraud R., 2013, Restauration écologique et processus de patrimonialisation des rivières dans l’Ouest de la France, VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, Hors-série, juin 2013, https://doi.org/10.4000/vertigo.13583

Ghiotti S., 2006, Les territoires de l’eau et la décentralisation. La gouvernance de bassin versant ou les limites d’une évidence, Développement durable et territoires, dossier 6, 26 p.

Grataloup C., 1996, Lieux d’histoire : essai de géohistoire systématique, Montpellier, Reclus, 200 p.

Lespez L., 2012, Paysages et gestion de l’eau. Sept millénaires d’histoire de vallées et de plaines littorales en Basse-Normandie, Caen, Bibliothèque du pôle rural n° 3, PU Caen – MRSH, 336 p.

Le Quéré G., Marcel J.,1999, La pisciculture d’étangs française, Paris, Service économique Cellule Technique Aquacole, ITAVI-UNSAAEB, 57 p.

Mathis D., Chiffre E., Balouzat-Loubet C., Niederlander T., Mathis A., 2020, Quelles trajectoires paysagères pour les massifs forestiers militarisés du Grand-Est ? Essai de typologie à partir de l’étude des forêts de Bitche, de Haguenau et du Bienwald-Mundat, Projets de paysage, vol. 22. https://doi.org/10.4000/paysage.8862

Moine A., 2005, Le territoire comme un système complexe pour l’aménagement et la géographie, Septièmes rencontres de Théo Quant. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00867363

Paysant G., Caillault S., Carcaud N., Dufour S., 2019, Les trajectoires paysagères des hydrosystèmes secondaires de l’ouest de la France – des paysages ordinaires, des objets originaux. Etude de cas de l’Aubance et du Couasnon dans le bassin de la Loire (1950-2016), Norois, vol. 253, p. 41-66. https://doi.org/10.4000/norois.9492

Rivière-Honegger A., Cottet M., Morandi B., 2014, Connaître les perceptions et les représentations : quels aspects pour la gestion des milieux aquatiques ? Vincennes, ONEMA, 180 p.

Rougier de la Bergerie J.-B., 1819, Manuel des étangs ou traité de l’art d’en construire avec économie et solidité, Paris, Audot libraire, 198 p.

Sajaloli B., 1993, Les zones humides Laonnoises : fonctionnement, usages et gestion, Paris, Thèse de Doctorat de géographie, Université Paris I, 734 p.

Saudubray J., Bartout P., 2016, Cartographier les fluctuations historiques des étangs pour déterminer leur territoire limnique. Le cas du bassin-versant de la Sauldre en Sologne, in Bartout P., Touchart L. (dir.), Eaux et mœurs. Du Berry et d’ailleurs, Châteauroux, CREDI Editions, p. 71-82.

Scher O., 2008, The French pondscape: state of the art, Valencia, 3nd European pond conservation workshop, poster.

Touchart L., Bartout P., 2018, Le limnosystème est-il un concept géographique ? Annales de Géographie, vol. 127(719), p. 29-58.

Touchart L., Bartout P., 2020, La masse d’eau : le détournement administratif d’un concept géographique, Bulletin de la Société Géographique de Liège, vol. 74, p. 65-78.

Trintignac P., Kerleo V., 2004, Impact des étangs à gestion piscicole sur l’environnement, Nantes, SMIDAP, 69 p.

Vannote R.L., MinshallG. W., Cummins K.W., Sedell J.R., Cushing C.E., 1980, The river continuum concept, Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Science, vol. 37, p. 130-137.

Wallerstein I.M., 1991, Geopolitics and geoculture: essays on the changing world-system, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 242 p.

Wasson J.G., ChandesrisA., PellaH., BlancL., 2004, Les hydro-écorégions : une approche fonctionnelle de la typologie des rivières pour la Directive cadre européenne sur l’eau, Ingénieries - Eau Agriculture Territoires, vol. 40, p. 3-12.

Woessner R., 2016, La route de la carpe frite dans le Sundgau : enjeu identitaire, enjeu territorial, Revue Géographique de l’Est, vol. 56. https://doi.org/10.4000/rge.5786

Haut de page

Notes

1 Pour M. Béguin et D. Pumain (2003), l’auto-organisation désigne la structure à l’origine de l’émergence, et « considère l’évolution d’un système entre le niveau microscopique, constitué d’un grand nombre d’éléments en interaction, et le niveau macroscopique, où apparaissent des phénomènes collectifs non directement prévisibles ».

2 Puisqu’au sens du traité de Ramsar, l’étang est bien une zone humide.

3 Compte tenu des tensions très importantes dans la société entre pro et anti-étangs.

4 A savoir la fin du XVIe siècle pour les maximas et la première partie du XXe siècle pour les minimas.

5 Précisons que de plus petites mares ont été prises en compte dans l’inventaire en 1830 que dans celui de 2018, où une quantité sans doute non négligeable de mares de moins de 100 m² manque, ce que des études ponctuelles en Sologne (Saudubray et Bartout, 2016), en Normandie (hors de notre secteur d’étude) (Schalck, comm. or. 11 août 2021) ou encore en Quercy (Labat, comm. or. 3 septembre 2021) ont confirmé.

6 31 départements ont été entièrement dépouillés et s’avèrent complets (Allier, Ardèche, Cantal, Charente, Cher, Corrèze, Creuse, Dordogne, Eure-et-Loir, Indre, Indre-et-Loire, Loire, Haute-Loire, Loir-et-Cher, Loiret, Lozère, Maine-et-Loire, Nièvre, Puy-de-Dôme, Rhône, Saône-et-Loire, Sarthe, Paris, Deux-Sèvres, Vienne, Haute-Vienne, Yonne, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne) et 9 autres sont en cours de dépouillement, les résultats étant donc partiels (Ain, Aveyron, Côte d’Or, Drôme, Jura, Lot, Mayenne, Orne, Yvelines).

7 La stagnucité y est tout autant supérieure puisque le panel de communes abrite 0,654 % de leur superficie totale en eau d’étangs, contre 0,517 % à l’échelle métropolitaine.

8 Dans ce cas, nous avons volontairement utilisé les données du Cadastre le plus proche temporellement de l’année 1830.

9 Une levade est littéralement un pré situé sur une hauteur. Le système de levade est une organisation hydraulique permettant d’irriguer ce pré par un système de drains provenant d’une réserve située en hauteur, en général sur un cours d’eau.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de synthèse des facteurs géologiques et climatiques participant à la quantification du potentiel d’accueil lentique d’un territoire en France continentale
Crédits Source : Bartout, 2015
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Figure 2 : Les limnorégions de base en France continentale selon leurs densités d’étangs et de mares en 2018
Crédits Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 3 : Les communes étudiées en France métropolitaine
Crédits Source : Données : BD Geofla IGN
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-3.png
Fichier image/png, 208k
Titre Figure 4 : Densité de plans d’eau par commune vers 1830
Crédits Source : Données : Plans parcellaires du Cadastre Napoléonien compilés par P. Bartout
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-4.png
Fichier image/png, 961k
Titre Figure 5 : Densité de plans d’eau par commune en 2018
Crédits Source : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-5.png
Fichier image/png, 935k
Titre Figure 6 : La différence de densité de plans d’eau entre 1830 et 2018 par commune
Crédits Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout, et Plans parcellaires du Cadastre napoléonien compilés par P. Bartout
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-6.png
Fichier image/png, 924k
Titre Figure 7 : Densité de mares par commune vers 1830
Crédits Source : Plans parcellaires du Cadastre napoléonien compilés par P. Bartout
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-7.png
Fichier image/png, 1014k
Titre Figure 8 : Densité de mares par commune en 2018
Crédits Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-8.png
Fichier image/png, 937k
Titre Figure 9 : Différence de densité de mares entre 1830 et 2018 par commune
Crédits Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout, et Plans parcellaires du Cadastre napoléonien compilés par P. Bartout
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-9.png
Fichier image/png, 943k
Titre Figure 10 : Différence de densité d’étangs entre 1830 et 2018 par commune
Crédits Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout, et Plans parcellaires du Cadastre napoléonien compilés par P. Bartout
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-10.png
Fichier image/png, 874k
Titre Figure 11 : Densité d’étangs par commune vers 1830
Crédits Source : Données : Plans parcellaires du Cadastre napoléonien compilés par P. Bartout
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-11.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 12 : Densité d’étangs par commune en 2018
Crédits Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-12.png
Fichier image/png, 926k
Titre Figure 13 : Part des étangs parmi tous les autres types de plans d’eau par commune vers 1830
Crédits Source : Données : Plans parcellaires du Cadastre napoléonien compilés par P. Bartout
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-13.png
Fichier image/png, 747k
Titre Figure 14 : Part des étangs parmi tous les autres types de plans d’eau par commune en 2018
Crédits Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-14.png
Fichier image/png, 803k
Titre Figure 15 : Les trajectoires paysagères lentiques des communes de notre zone d’étude de 1830 à 2018
Crédits Source : Conception et réalisation P. Bartout, 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-15.png
Fichier image/png, 940k
Titre Figure 16 : L’évolution de la part des étangs dans le corpus lentique entre 1830 et 2018
Crédits Source : Données : BD Topo IGN, OSM, Ecrins_15, modifiées par P. Bartout, et Plans parcellaires du Cadastre napoléonien compilés par P. Bartout
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18719/img-16.png
Fichier image/png, 981k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Bartout et Laurent Touchart, « Les liens de l’eau dans les territoires limniques »Géocarrefour [En ligne], 96/2 | 2022, mis en ligne le 13 juillet 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/18719 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.18719

Haut de page

Auteurs

Pascal Bartout

Université d’Orléans, CEDETE, 90 avenue François Mitterrand 36000 Châteauroux, pascal.bartout@univ-orleans.fr

Laurent Touchart

Université d’Orléans, CEDETE, 10 rue de Tours, 45000 Orléans, laurent.touchart@univ-orleans.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Jean Moulin Lyon 3
  • Logo Université Jean Monnet Saint-Etienne
  • Logo Ecole normale supérieure de Lyon
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon (ENSAL)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search