Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96/1ArticlesL’alimentation en eau potable de ...

Articles

L’alimentation en eau potable de Paris, du transfert à la préservation des ressources. Une analyse par les territoires hydrosociaux

Paris’ drinking water supply, from water transfers to resource conservation. An analysis through hydrosocial territories
Mathilde Resch

Résumés

Depuis quelques années, la political ecology de l’eau s’est dotée d’un nouveau concept : le territoire hydrosocial. Cet article propose d’en préciser la définition et de discuter de ses apports pour la géographie de l’eau. Après avoir examiné la manière dont plusieurs auteurs français se sont saisis du concept, l’article l’applique à l’étude de l’approvisionnement en eau de la ville de Paris. La grille de lecture des territoires hydrosociaux permet d’analyser l’inscription spatiale des réseaux d’eau potable. En insistant sur les imaginaires qui sous-tendent les projets urbains liés à l’eau, l’article renouvelle l’interprétation des conflits associés. L’attention portée aux objets techniques permet de déceler de nouvelles formes de légitimation du territoire hydrosocial parisien à l’heure des changements environnementaux. Enfin, la confrontation des discours aux observations empiriques amène le constat d’un pluralisme territorial a priori peu compatible avec l’objectif de préservation des ressources en eau.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Organisée par les géographes françaises Silvia Flaminio et Gaëlle Rouillé-Kielo.

1Territoire de l’eau, espace hydraulique, hydrosystème… de nombreux vocables permettent d’exprimer la diversité des relations entre l’eau, les sociétés et les espaces qu’elles investissent (Ghiotti, 2018). Récemment, un nouveau terme issu de la political ecology est venu enrichir ce répertoire : celui de territoire hydrosocial (Boelens et al., 2016). Il s’appuie sur le concept de cycle hydrosocial défini par J. Linton et J. Budds (2014, p. 175) : « a socio-natural process by which water and society make and remake each other over space and time ». Le cycle hydrosocial invite à ne pas réduire l’eau à sa dimension matérielle (H2O) et à considérer les éléments techniques, sociaux et politiques qui la construisent et qu’elle reflète. Un territoire hydrosocial peut être considéré comme une configuration spatiale résultant de ce cycle, au même titre que le waterscape (Swyngedouw, 1999) qui désigne « l’ensemble des éléments visibles ou invisibles, structurels, infrastructurels et non structurels qui interviennent dans la production de paysages de l’eau » (Lavie, 2019, p. 30). Plusieurs auteurs considèrent le waterscape et le territoire hydrosocial comme complémentaires (Karpouzoglou et Vij, 2017 ; Ghiotti, 2018), quand d’autres regrettent l’absence de distinction claire entre les deux (Flaminio, 2018). Cette question a d’ailleurs été abordée lors d’une session1 de la conférence biennale du POLLEN (Political Ecology Network) en septembre 2020.

2Le cycle hydrosocial et le waterscape ont rencontré un succès certain en géographie française, comme l’attestent plusieurs travaux récents (e.g., Crombé, 2017 ; Flaminio, 2018 ; Drapier, 2019 ; Germaine et al., 2019 ; Boyer, 2020). Cependant, les territoires hydrosociaux restent encore peu mobilisés par la littérature francophone. Le premier objectif de l’article est d’en clarifier la définition pour en faciliter l’appropriation par la géographie de l’eau. En effet, on peut craindre que le terme vienne à n'être utilisé que comme synonyme ou substitut d’autres notions exprimant la dimension spatiale des relations eau/société. Le deuxième objectif est de discuter de la performance analytique du concept, en l’utilisant comme grille de lecture des relations entre la ville de Paris et les territoires qui l’approvisionnent en eau. L’ancrage des territoires hydrosociaux dans la political ecology invite à s’intéresser aux idées et aux discours qui légitiment des formes d’intervention urbaine sur les ressources en eau, et à les confronter aux observations empiriques. En adoptant une approche diachronique, il est possible d’observer les effets de l’avènement des enjeux environnementaux sur la transformation des territoires hydrosociaux.

3L’article est structuré en trois parties. Dans un premier temps, après avoir défini le concept de territoire hydrosocial, nous revenons sur son emploi par des géographes français et présentons un champ d’application possible : l’alimentation des villes en eau potable. Dans un second temps, les caractéristiques du réseau d’eau parisien et de deux territoires d’approvisionnement sont présentées, ainsi que la méthodologie. Enfin, la troisième partie analyse la matérialisation du territoire hydrosocial de Paris, puis sa transformation et sa confrontation à d’autres arrangements socio-naturels dans le cadre des changements environnementaux.

Les territoires hydrosociaux : définition et applications d’un nouveau concept

  • 2 L’adjectif peut s’écrire hydro-social ou hydrosocial. L’absence de tiret est plus fréquente dans (...)

4Si le cycle hydrosocial2 traduit le processus par lequel l’eau est produite (en tant qu’objet hybride, à la fois social et naturel), le territoire hydrosocial permet de le spatialiser. Cette première partie développe la définition du concept en le distinguant de celui de waterscape, puis propose une synthèse de son usage en géographie française. Enfin, l’approvisionnement en eau des villes est présenté comme un champ d’application possible des territoires hydrosociaux.

Origine et définition du concept de territoire hydrosocial

5Le concept de territoire hydrosocial a été défini par R. Boelens et al. en 2016. Les auteurs formulent plusieurs définitions, la plus connue étant la suivante: « the contested imaginary and socio-environmental materialization of a spatially bound multi-scalar network in which humans, water flows, ecological relations, hydraulic infrastructure, financial means, legal-administrative arrangements and cultural institutions and practices are interactively defined, aligned and mobilized through epistemological belief systems, political hierarchies and naturalizing discourses » (ibid., p. 2). Bien que complète, cette définition est complexe et nécessite d’être expliquée.

6Un territoire hydrosocial est un réseau spatialisé articulant des éléments socio-naturels à différentes échelles. Ce qui apparaît central, c’est la dimension idéelle sur laquelle il repose : « hydro-social territories are outcomes of human imagination, social practices, and related knowledge systems » (Karpouzoglou et Vij, 2017, p. 2). Comme l’expriment R. Boelens et al. (2016, p. 3): « Creating hydrosocial territories involves humanizing nature and building humanized waters based on social, political and cultural visions of the world-that-is and the world-that-should-be ». Autrement dit, dans un contexte donné, différents acteurs en lien avec l’eau (e.g., politiques, gestionnaires, usagers) sont porteurs d’idées sur la manière d’organiser les relations hydrosociales et cherchent à matérialiser ces idées dans l’espace. Pour ce faire, ils s’appuient sur leurs ressources financières et politiques mais aussi sur des discours qui établissent des vérités sur l’environnement (Hommes et al., 2019). Un territoire hydrosocial est donc par essence contesté/contestable, puisque la vision sur laquelle il repose est rarement partagée par tous les groupes sociaux : « One important cause of the struggles are contested imaginaries of what territory is and what it should be, as well as the contestation over the actual materialization of these territorial components and compositions » (ibid., p. 85).

7Ainsi, un territoire hydrosocial peut désigner une configuration effectivement matérialisée dans l’espace ou bien encore en projet, voire simplement imaginée. Les caractéristiques d’un territoire hydrosocial particulier peuvent être appréhendées par l’étude des acteurs qui le portent, des discours qui le légitiment et, le cas échéant, des objets techniques qui l’inscrivent dans l’espace. Ce type d’analyse débouche souvent sur le constat d’un pluralisme territorial, ce qui explique l’utilisation fréquente des « territoires hydrosociaux » au pluriel (Boyer, 2020) : « the notion of hydrosocial territories as contested imaginaries and their materializations helps understanding territorial diversity within a given time and space, featuring a multitude of actors with often diverging interests, territorial imaginaries and corresponding hydrosocial projects » (Hommes et Boelens, 2017, p. 73). Les territoires hydrosociaux soulignent donc la coexistence et la superposition de différentes territorialités au sein d’un waterscape donné (Figure 1).

Figure 1 : territoires hydrosociaux et waterscape

Figure 1 : territoires hydrosociaux et waterscape

Conception et réalisation : Mathilde Resch

Les territoires hydrosociaux dans la littérature francophone

8Depuis 2016, quelques travaux francophones (essentiellement en géographie) ont fait usage des territoires hydrosociaux en se référant à l’article de R. Boelens et al. (2016). Dans cette section, nous proposons une synthèse de ces travaux afin d’identifier, au-delà des spécificités de chaque étude, les points saillants justifiant l’utilisation du concept.

9Après avoir travaillé sur la notion de territoire de l’eau, S. Ghiotti lui préfère le « territoire hydro-social », moins restreint à une vision gestionnaire du cycle continental de l’eau (Ghiotti, 2018). Il considère le complexe lagunaire de l’étang de l’Or, en Occitanie, comme un territoire hydro-social, au sens où la matérialité de la lagune ne peut être objectivée et dissociée des relations sociales qui se nouent à son sujet. Le territoire hydro-social est le résultat d’une co-construction entre instances biophysique, économique, juridique, politique et idéologique, au sein d’un régime de territorialité spécifique (ibid.). Cette grille de lecture permet de mieux appréhender la complexité et la diversité des processus de territorialisation, sans les réduire au découpage de l’espace par des périmètres gestionnaires dominés par la matérialité. En outre, l’auteur souligne que l’étang de l’Or a été l’objet de différents projets exprimant des territorialités très diverses, ce qui pose la question de son statut et de son devenir. On retrouve ici l’idée de pluralisme territorial attachée à la définition anglophone des territoires hydrosociaux.

10Cette idée est aussi présente dans la thèse de G. Rouillé-Kielo (2020) qui analyse la traduction du concept de paiements pour services hydriques (PSH) dans la région du lac Naivasha au Kenya. Par le biais des PSH, les agriculteurs de l’amont se retrouvent « connectés » au lac, avec l’objectif sous-jacent de préserver les activités économiques stratégiques présentes sur ses rives. L’auteure considère que la mise en œuvre des PSH aboutit à la production d’un territoire hydro-social « projeté par un réseau multiscalaire qui se mêle à, ou s’appuie sur, la configuration conservationniste locale pour matérialiser cette projection spatiale. Il reste néanmoins un territoire stratégique […] peu approprié par les groupes sociaux concernés » (ibid., p. 388-389).

11Dans le contexte turc, S. Le Visage et M. Kuper (2019) s’intéressent également à l’application locale d’une politique liée à l’eau et aux processus de territorialisation associés. Ils soulignent le « caractère dynamique des territoires hydrosociaux à travers les ouvrages d’irrigation » que sont les gölet, petits réservoirs collinaires aménagés dans le cadre d’un programme hydraulique national. Les enquêtes menées dans deux villages de la région d’Izmir montrent une appropriation différenciée des gölet, ce qui révèle des territorialités et des relations sociales spécifiques autour de l’eau : plutôt collectives dans un cas, individuelles dans l’autre. Les auteurs considèrent que les territoires hydrosociaux permettent « d’appréhender la diversité des configurations territoriales qui existent simultanément et se superposent sur un même espace » et d’envisager « l’articulation possible, mais toujours renégociée, entre différentes logiques territoriales autour d’un espace donné » (Le Visage et Kuper, 2019).

12Ces trois exemples soulignent l’intérêt des territoires hydrosociaux pour rendre compte de la multiplicité des projets liés à l’eau qui se confrontent sur un même espace. Ils apparaissent particulièrement adaptés pour analyser la mise en œuvre des politiques de l’eau et/ou la traduction locale de concepts élaborés à des échelles plus vastes. Les études citées ci-dessus démontrent toutes l’importance d’une contextualisation historique pour appréhender la construction de territoires hydrosociaux de manière dynamique. Néanmoins, d’autres auteurs se sont montrés plus prudents ou sceptiques quant au concept de territoire hydrosocial. Dans sa thèse, S. Flaminio (2018) préfère parler d’« espace hydrosocial », moins ambigu que le « territoire » utilisé « aussi bien pour désigner l’espace vécu […] qu’une région délimitée politiquement » (p. 283). Quant à R. Valadaud et O. Aubriot (2019), ils considèrent que le territoire hydrosocial « qui devrait venir étayer [la définition] de cycle hydrosocial en le spatialisant ne fait que renforcer l’imprécision [analytique de ce dernier] » et jugent la définition donnée par R. Boelens et al. (2016, cf. supra) « trop globale pour être utilisable analytiquement ». L’article propose de discuter de l’intérêt des territoires hydrosociaux à travers l’exemple de l’alimentation en eau des villes.

L’approvisionnement en eau des villes, un champ d’application des territoires hydrosociaux

13La thématique de l’approvisionnement en eau potable des villes est depuis longtemps étudiée par les sciences humaines et sociales. Des recherches se sont penchées en particulier sur les enjeux liés à l’adduction d’eau depuis des territoires extérieurs aux limites urbaines (e.g., Chomette, 1898 ; Lasserre, 2005 ; Cornut et al., 2006 ; Garrick et al., 2019). Sur le long terme, les relations entre les villes et les territoires qui les fournissent en eau peuvent être analysées à la lumière des trois phases de développement des services urbains identifiées par B. Barraqué (2015). Au XIXe siècle, l’ère du génie civil correspond à celle des transferts d’eau vers les villes et des conflits associés. Dès la fin du XIXe siècle, le génie sanitaire permet de suspendre la quête de ressources en eau exogènes en améliorant le traitement des eaux de rivière puisées in situ. Enfin, la fin du XXe siècle marque l’entrée dans l’ère du génie de l’environnement, caractérisée par un retour sur le territoire de la ressource en eau pour en assurer l’exploitation durable. Ainsi, à travers leurs politiques d’approvisionnement en eau, les villes déplacent et renégocient sans cesse leurs frontières (Petit et al., 2021). Naturellement, toutes les villes n’ont pas développé leurs services d’eau potable de la même manière et les trois phases décrites précédemment se superposent souvent plus qu’elles ne se succèdent.

14Les systèmes d’alimentation en eau potable des villes peuvent être considérés comme des territoires hydrosociaux dynamiques, imaginés, conçus, projetés, transformés, matérialisés dans l’espace au-delà des limites urbaines. En général, ils ont été et sont encore contestés : non seulement parce qu’ils se sont imposés face à des projets concurrents mais aussi parce que leur matérialisation impacte d’autres territoires. Récemment, un numéro spécial de la revue Water International a été consacré aux rapports de pouvoir entre espaces urbains et ruraux autour des ressources en eau (Hommes et al., 2019). Les coordinateurs soulignent la pertinence du concept de territoire hydrosocial pour appréhender ces relations. Deux types de connexions entre espaces urbains et ruraux peuvent être étudiés : 1) les transferts d’eau vers les villes, dont la quête de sécurité hydrique conduit à une extension de leur territoire hydrosocial dans des régions parfois très éloignées (Beckner et al., 2019) et 2) les paiements pour services environnementaux, dans le cadre desquels les usagers urbains financent la conservation des zones de production d’eau potable. L’étude de la mise en œuvre des PSE permet d’illustrer le décalage entre le territoire hydrosocial projeté par les politiques urbaines et celui/ceux des riverains concernés (Bleeker et Vos, 2019).

15Pour les villes qui sont entrées dans l’ère du génie de l’environnement, il est particulièrement intéressant d’analyser les transformations de leur territoire hydrosocial sur le long terme, i.e. du transfert à la préservation des ressources en eau. Le cas de New York est emblématique : des années 1830 à 1960, la ville n’a cessé d’étendre son aire d’approvisionnement en eau avant que la crise financière et la nouvelle réglementation sanitaire ne remettent ce modèle en cause (Soll, 2013). Pour éviter de devoir filtrer les eaux issues de sa principale source d’approvisionnement (le système Catskills/Delaware), la municipalité s’est engagée dans un programme de protection des ressources négocié avec les communautés locales et désormais mondialement réputé (Laurans et Aoubid, 2012). Parmi les autres exemples, celui de la ville de Paris est développé dans la suite de l’article. Il s’agit de montrer ce qu’une analyse par les territoires hydrosociaux peut apporter à la connaissance de ce cas célèbre.

La ville de Paris comme cas d’étude : éléments contextuels et méthodologiques

16L’article s’appuie sur les résultats d’une recherche doctorale menée de 2016 à 2020. Cette partie présente les éléments de contexte nécessaires à la compréhension des éléments développés en troisième partie. Tout d’abord, elle revient sur les particularités du système d’alimentation en eau potable de Paris. Parmi les différents territoires d’approvisionnement de la capitale, deux secteurs ont été étudiés dont les caractéristiques sont exposées. Enfin, les aspects méthodologiques de l’étude sont précisés.

Le système d’alimentation en eau de Paris

  • 3 Dans l’article, Paris désigne bien la commune et non l’agglomération parisienne. Le système d’ali (...)
  • 4 Rapports annuels Eau de Paris.
  • 5 Société d’économie mixte dont les 2/3 du capital étaient détenus par la municipalité, le reste pa (...)

17La ville de Paris3 alimente en eau potable environ 3 millions d’usagers dont 2 millions de résidents. Entre 2015 et 2019, la quantité moyenne d’eau produite s’élevait à 193 millions de m3/an4. La moitié de ce volume provient de la Seine et de la Marne, dont les eaux sont prélevées et traitées en proche banlieue. L’autre moitié est issue de ressources d’origine souterraine captées dans un rayon de 150 km autour de la capitale et acheminées par aqueducs. Ces captages et leurs aires d’alimentation s’étendent sur 2400 km², 12 départements et cinq régions (Eau de Paris, 2017 ; Figure 2). Les eaux d’origine souterraine qui alimentent Paris sont issues des nappes de la craie et des calcaires de Champigny, ainsi que des nappes alluviales des vallées de la Seine, de l’Eure, de l’Yonne et de l’Avre (Zakeossian, 2011). Depuis 2010, la production, le transport et la distribution de l’eau sont gérés par Eau de Paris, régie autonome de la ville de Paris. Auparavant, la production de l’eau était assurée par la Société anonyme de gestion des eaux de Paris (SAGEP)5 créée en 1986 et, avant cela (depuis les années 1830), par les services techniques de la municipalité.

Figure 2 : le réseau d’alimentation en eau potable de la ville de Paris

Figure 2 : le réseau d’alimentation en eau potable de la ville de Paris

Réalisation : Mathilde Resch. Sources : Agence de l’eau Seine-Normandie, IGN, Eau de Paris

18Les sources de la Vanne, de l’Avre, du Loing et du Lunain, de la Voulzie, du Durteint et du Dragon ont été dérivées entre 1874 et 1925 (ère du génie civil). Les eaux de rivière sont filtrées systématiquement à partir de 1902 et, quelques années plus tard, toutes les eaux sont traitées : la ville se replie sur des ressources locales (ère du génie sanitaire). Néanmoins, elle profite des barrages réservoirs construits sur la Seine et ses affluents entre 1949 et 1990, dont la vocation est autant d’écrêter les crues que de soutenir l’étiage à l’échelle régionale. Par ailleurs, les eaux des nappes alluviales (Vals de Seine et d’Yonne, Vert-en-Drouais et Montreuil) ont été ajoutées entre 1936 et 1972 aux aqueducs existants.

19Après la Seconde Guerre mondiale, l’intensification de l’agriculture du bassin de la Seine modifie la composition chimique des milieux aquatiques (Schott et Billen, 2012). Dès les années 1960, les teneurs en nitrates augmentent dans l’ensemble des captages de la ville de Paris (Zakeossian, 2011). La présence de pesticides dans les eaux motive la construction d’unités de traitement des eaux souterraines à partir de 2004. En parallèle, la Directive-Cadre européenne sur l’Eau (DCE) de 2000 incite les collectivités à contribuer à la reconquête du bon état écologique des masses d’eau. Quelques années plus tôt, la ville de Paris avait déjà commencé à négocier avec les agriculteurs situés sur les bassins d’alimentation de ses sources pour réduire les transferts de polluants (Barraqué et Viavattene, 2007). Aujourd’hui, la pratique du génie environnemental se traduit par la mobilisation d’un large éventail d’outils réglementaires (périmètres de protection des captages), contractuels (mesures agro-environnementales européennes depuis 2007 et régime d’aide directe aux agriculteurs depuis 2020), fonciers (acquisitions de terrains) ou encore par l’appui à la structuration de filières biologiques (Vincent et Fleury, 2021), le tout animé sur le terrain par des chargés de mission. L’ambition de l’article n’est pas de revenir sur le contenu de ces actions, qui ont fait l’objet d’études complètes citées dans les lignes qui précèdent. Au-delà des outils mobilisés, on s’intéresse surtout à la manière dont les projets de la ville se sont matérialisés dans l’espace et de quelle manière ils ont été légitimés.

Les zones de captage étudiées

  • 6 Cinq communes de la Marne et de l’Aube sont aussi concernées de manière marginale.

20La première zone d’étude correspond au bassin des sources de la Vigne (Eure, Eure-et-Loir, Orne), sous-ensemble des sources de l’Avre. Ces émergences de la craie du Turonien sont exploitées à hauteur de 30 000 m3/j en moyenne (Catalogne et al., 2016). La deuxième zone d’étude correspond aux bassins des sources de la Voulzie et de ses affluents, le Durteint et le Dragon (Seine-et-Marne). Elles émergent de la nappe des calcaires de Champigny et fournissent un débit moyen de 100 000 m3/j. Les bassins d’alimentation de ces sources se situent dans des espaces ruraux largement dominés par l’agriculture conventionnelle. Celui de la Vigne totalise 37 600 ha dont 2/3 de surfaces agricoles, occupées par un système de polyculture-élevage qui tend à régresser en faveur des grandes cultures (ibid.). Le bassin concerne 34 communes, dont la plus peuplée est Verneuil d’Avre et d’Iton (Eure, 7 854 habitants en 2018 selon l’INSEE). La superficie totale des bassins de la Voulzie, du Durteint et du Dragon s’élève à 20 800 ha dont plus de 85 % de terres agricoles, quasi-intégralement en grandes cultures (Zakeossian, 2011). Ils englobent 22 communes de Seine-et-Marne6, dont la ville de Provins (12 000 habitants en 2018). La nature karstique des aquifères qui induit des transferts rapides entre la surface et le sous-sol augmente la vulnérabilité des ressources (ibid.).

21Toutes les sources étudiées ont été achetées par Paris dans les années 1880. Les sources de la Vigne furent dérivées en 1893, celles de la Voulzie, du Durteint et du Dragon en 1925. À partir des années 1960-1970, les teneurs en nitrates ont augmenté jusqu’à approcher la norme de 50 mg/l (sources de la Vigne), voire la dépasser (sources de la Voulzie). Les pesticides sont éliminés aux usines de Longueville (Seine-et-Marne, 2004) et de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine, 2007). Les bassins de la Vigne et de la Voulzie font partie des territoires « pilotes » des actions d’Eau de Paris. Dans ces deux secteurs, les outils mobilisés par la SAGEP, puis Eau de Paris, promeuvent une agriculture à bas niveaux d’intrants ou « intégrée » (Barraqué et Viavattene, 2007), moins ambitieuse que le projet d’agriculture biologique développé dans la vallée de la Vanne (Vincent et Fleury, 2021). Des mesures agro-environnementales sont proposées aux agriculteurs depuis 2007-2008. Suite au Grenelle de l’environnement en 2009, puis à la conférence environnementale de 2013, l’ensemble des sources étudiées sont inscrites sur la liste des captages prioritaires.

22L’étude s’intéresse avant tout aux communes incluses dans les bassins des sources mais considère aussi les espaces situés sur le tracé des aqueducs.

Méthodologie : une analyse des discours complétée par des enquêtes de terrain

23Les résultats présentés dans l’article s’appuient essentiellement sur une analyse des discours formulés au moment de la dérivation des sources vers Paris (années 1880 à 1920) et de la mise en place des politiques de protection des ressources (à partir des années 1990). Une enquête de terrain menée entre 2017 et 2019 a permis de confronter les discours collectés aux observations empiriques.

24Pour la période la plus ancienne, deux sources de données ont été mobilisées. Tout d’abord la presse écrite, qui permet de reconstituer la chronologie et le contenu des projets de transferts d’eau, tout en dévoilant les arguments favorables ou opposés. 367 articles de presse écrite issus de 28 journaux nationaux ont été soumis à une analyse de contenu, notamment grâce au logiciel de statistique textuelle IRaMuTeQ (Resch et al., 2020a). Cette première approche a été complétée par la lecture des débats parlementaires ayant précédé l’acquisition puis la dérivation des sources de la Vigne et de la Voulzie (en 1886, 1916 et 1917). L’ensemble des sources historiques a été recueilli sur Gallica au format numérique.

25Pour la période contemporaine, plusieurs méthodes qualitatives ont été utilisées de manière complémentaire. Les discours ont été appréhendés grâce à l’étude d’un corpus documentaire hétéroclite (articles de presse, supports de communication et institutionnels, littérature grise, etc.). En parallèle, une trentaine d’acteurs (parmi lesquels des élus des communes rurales, des présidents de syndicats d’eau potable, des agriculteurs et des membres de la régie Eau de Paris) ont été interrogés au cours d’entretiens semi-directifs et de discussions plus informelles. Enfin, des événements ponctuels comme des réunions ou des visites participatives ont permis d’observer les jeux d’acteurs et les pratiques de l’espace.

Le territoire hydrosocial parisien, du transfert à la préservation des ressources en eau

26Cette dernière partie expose les résultats d’une analyse des projets urbains de transfert puis de préservation des ressources en eau à la lumière du concept de territoire hydrosocial. Elle revient sur les conflits liés à la matérialisation de celui de Paris, puis sur les indices de sa transformation et enfin, sur sa superposition à d’autres territoires hydrosociaux.

La matérialisation d’un territoire hydrosocial contesté

27Le territoire hydrosocial parisien correspond à la projection dans l’espace d’un arrangement particulier entre des eaux, des infrastructures, des acteurs, des dispositifs légaux, etc. Ainsi, les sources ont été choisies pour leur débit, leur « qualité », leur température mais aussi leur altitude, qui devait être suffisante pour les acheminer par des aqueducs gravitaires jusqu’aux quartiers les plus hauts de Paris. Le principe même de la dérivation d’eaux de source fut adopté grâce au pouvoir politique considérable du préfet Haussmann, soutenu par l’Empereur, et de l’ingénieur Belgrand (Souriau, 2014). La poursuite de leur programme jusqu’au début du XXe siècle met en évidence le rôle central d’autres acteurs : l’État, qui sanctionne les projets d’utilité publique ; les hygiénistes convaincus de la supériorité sanitaire des eaux de source ; les ingénieurs acquis au principe des dérivations ou encore l’opinion publique, qui se détourne rapidement des eaux de Seine après les premières adductions.

28L’intérêt de considérer le système d’alimentation en eau de Paris comme un territoire hydrosocial ne réside pas seulement dans l’énumération des éléments qui le composent, mais aussi dans l’identification des savoirs, des imaginaires et des discours sur lesquels il repose. Dans un premier temps, le recours aux eaux de source est justifié par les connaissances sur la qualité de l’eau, avant que leur innocuité ne soit remise en question. Le choix de ces eaux s’explique aussi par l’image de pureté qui y est associée, elle-même mise en lien avec le prestige de la capitale. Par exemple, la première tranche des travaux de dérivation des sources du Loing fut achevée pour l’Exposition universelle de 1900. De même, le choix d’acheminer les eaux par des aqueducs monumentaux n’est pas anodin : il s’agit d’une référence explicite à ceux de l’Empire romain (Belgrand, 1882). Pour les successeurs du célèbre ingénieur, l’idée de perpétuer son œuvre est aussi centrale. Les discours qui légitiment ce territoire hydrosocial face à ses opposants insistent sur l’importance, voire la supériorité des besoins en eau de Paris, « rendez-vous non seulement des Français mais du monde entier » (L. Puech, député de la Seine, octobre 1916).

  • 7 Les indemnités les plus élevées, allouées à sept propriétaires, totalisent à elles seules plus de (...)

29En effet, ce territoire hydrosocial est fortement contesté dès sa conception. La littérature a surtout insisté sur les oppositions des « partisans de l’eau de Seine », qui poursuivaient le même objectif (augmenter l’offre d’eau) mais souhaitaient mobiliser des arrangements socio-naturels différents. De fait, les territoires hydrosociaux reposant entièrement sur l’utilisation des eaux de surface ne se sont jamais concrétisés. Les contestations venaient aussi du monde rural et portaient sur la matérialisation du territoire hydrosocial parisien, i.e. son inscription spatiale. Dès lors que les riverains des cours d’eau eurent connaissance des projets de dérivation, ils formulèrent de vives protestations sous forme de pétitions relayées par leurs représentants politiques. L’historiographie a tendance à ne considérer leurs arguments que du point de vue « pratique » de la dépossession d’une ressource. De fait, la dérivation des sources de l’Avre en 1893 impacta directement l’économie de la vallée dépendante de la force motrice des cours d’eau (Chomette, 1898). Le conseiller municipal parisien G. Lemarchand (1923, p. 158) qualifia d’ailleurs l’entreprise de « médiocre », les difficultés ayant été « énormes à tous les points de vue », notamment quant aux procès intentés et aux indemnités de plusieurs millions de francs7 versées aux propriétaires riverains. Cependant, le cas de la Voulzie nuance cette première lecture. Pour éviter de nouvelles complications, le projet de dérivation déclaré d’utilité publique en mars 1917 inclut une innovation technique : la restitution des débits dérivés en eau de Seine. Grâce à ce dispositif, aucune des conséquences observées dans la vallée de l’Avre ne pouvait survenir. Malgré tout, les tensions autour du projet de dérivation restèrent vives, ce qui suggère que les rapports de force ne se jouaient pas uniquement autour des ressources en eau (Boelens et al., 2016). Les arguments des opposants le prouvent : ils déplorent les asymétries résultant du pouvoir accordé à la ville par l’État et considèrent la restitution en de Seine comme une injustice : « Pourquoi la ville de Paris ne prend-elle pas pour elle cette eau de Seine ? […] Pourquoi ne pas étudier immédiatement un projet tendant à prendre cette eau de Seine, que vous trouvez suffisamment bonne pour les habitants de Seine-et-Marne et la traiter comme il convient ? » (G. Menier, sénateur, mars 1917). Les critiques ciblent aussi le modèle de la ville moderne qui « gaspille » les eaux de source par le tout-à-l’égout (Resch et al., 2020a). En somme, en insistant sur les imaginaires et les significations qui sous-tendent les projets liés à l’eau, les territoires hydrosociaux permettent d’affiner la compréhension et de renouveler l’interprétation des conflits de l’ère du génie civil.

Les objets techniques, indices de la matérialisation et de l’évolution du territoire hydrosocial à l’heure de l’environnement

30Le territoire hydrosocial parisien est matérialisé par des objets techniques qui ponctuent les paysages ruraux. Les plus immédiatement visibles sont les ouvrages de captage et les sections aériennes des aqueducs nécessaires au franchissement des vallées. L’emprise spatiale des infrastructures ne se limite pas aux objets eux-mêmes : le périmètre de protection rapproché des captages de la Voulzie totalise 93 ha, ce qui est particulièrement étendu. De même, les aqueducs sont entourés de zones de protection qui s’étendent jusqu’à 40 m de part et d’autre de l’ouvrage et s’accompagnent de prescriptions restreignant les usages et occupations du sol.

  • 8 L’observation de terrain a permis de constater que cette interdiction n’est pas toujours respecté (...)

31Les objets techniques sont une entrée intéressante pour caractériser un territoire hydrosocial et déceler les indices de sa transformation. Avant et après leur implantation, les ouvrages d’adduction d’eau ont fait l’objet de protestations quant à leur dimension visible. En mars 1917, le sénateur de Seine-et-Marne J. Regismanset déclarait à propos de la dérivation des sources de la Voulzie : « Le projet en discussion tend à enlaidir des vallées charmantes dont l’arrondissement de Provins est justement fier […] Que d’aqueducs dans cette vallée ! ». En réalité, la majorité des aqueducs devait être enterrée, argument utilisé en faveur du projet. Aujourd’hui, au contraire, les parties visibles des infrastructures sont valorisées comme composantes du patrimoine local. Par exemple, l’aqueduc de l’Avre est présenté comme « l’une des plus belles rencontres de l’Eure » par L’Écho Républicain de Dreux (30 juillet 2015). Cette dynamique est encouragée par la régie parisienne, qui favorise la promenade autour de ses aqueducs et accueille les visiteurs sur certains périmètres de captage lors des Journées du Patrimoine. En Seine-et-Marne, un objet technique est particulièrement intéressant : le canal des Ormes (Figure 3). D’une longueur de 24 km, il fut construit pour acheminer l’eau de Seine nécessaire à la restitution des débits dérivés de la Voulzie. Il matérialise à la fois la dimension excluante du territoire hydrosocial parisien (avec ses abords interdits au public8) et les contestations de celui-ci, puisqu’il est une réponse aux arguments sur les impacts de la dérivation. Plus important encore, il est associé à de nouveaux discours de la part des représentants parisiens. À l’époque de sa construction, le conseiller municipal E. Deslandres considérait la restitution comme une « mesure qui ne se justifie pas, mais par laquelle nous avons dû passer » (L’Homme Libre, 31 janvier 1925). Aujourd’hui, l’obligation réglementaire de 1917 n’est plus présentée comme une contrainte mais intégrée à un discours plus vaste sur la solidarité urbain-rural (Resch et al., 2020b). Dans une brochure, la régie parisienne associe le canal des Ormes à la gestion économe de la ressource (Eau de Paris, 2017).

Figure 3 : le canal des Ormes en Seine-et-Marne

Figure 3 : le canal des Ormes en Seine-et-Marne

Cliché : Mathilde Resch, 2021.

32De même, les clôtures autour des champs captant sont systématiquement agrémentées de panneaux mettant en valeur les modes de gestion écologique de ces espaces (Figure 4). Ainsi, les formes « urbaines » intégrées aux paysages ruraux transmettent des discours visuels qui expriment à la fois des rapports de pouvoir et des logiques de légitimation (Wischmann, 2015). Les infrastructures ne se réduisent pas à leur fonction de production et d’adduction d’eau mais sont assorties de significations symboliques (Larkin, 2013).

Figure 4 : panneau informant des actions d’Eau de Paris autour du champ captant de Montreuil (« Ici, Eau de Paris agit en faveur de la biodiversité »)

Figure 4 : panneau informant des actions d’Eau de Paris autour du champ captant de Montreuil (« Ici, Eau de Paris agit en faveur de la biodiversité »)

Cliché : Mathilde Resch, 2018.

33Ces éléments constituent des signes tangibles de l’évolution du territoire hydrosocial parisien sous l’effet de la dégradation qualitative des ressources en eau. L’objectif n’a pas changé : il s’agit toujours d’alimenter la ville de Paris en eaux de source. La capitale aurait pu décider d’abandonner ses captages lointains (Barraqué et Viavattene, 2007) mais plusieurs facteurs ont joué en faveur de leur maintien : la sécurité offerte par la diversité des sources d’approvisionnement, la fraîcheur des eaux d’origine souterraine ou encore la possibilité de diluer les contaminants (nitrates) par mélange des eaux. Or, pour se maintenir, le territoire hydrosocial matérialisé entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle doit se transformer. Cela renvoie au processus décrit par M. Fischer-Kowalski et K-H. Erb (2016) : les changements d’état des systèmes « naturels » (ici, la modification de la composition chimique des eaux) obligent à réajuster les modes d’intervention et de communication des sociétés sur ces systèmes, afin de conserver les services qu’ils rendent.

34Dans le cas parisien, les composantes du territoire hydrosocial sont réarrangées : de nouveaux dispositifs légaux, administratifs et financiers (e.g., les MAE et les PSE financés grâce aux redevances perçues par l’Agence de l’eau Seine-Normandie) sont mobilisés à différentes échelles afin de modifier les pratiques des agriculteurs, pour retrouver une qualité de l’eau compatible avec les exigences sanitaires et environnementales. Au-delà de l’aspect réglementaire, le rôle des orientations politiques à l’échelle urbaine est central. La protection des ressources s’inscrit dans la volonté de la ville de Paris de se placer en actrice du développement durable (Eau de Paris, 2017). Les trois présidentes et président qui se sont succédé à la tête d’Eau de Paris depuis sa création sont issu(e)s du mouvement écologiste.

35Là encore, il convient de s’intéresser aux idées et aux discours qui sous-tendent ce territoire hydrosocial (Tableau 1). La dernière section de l’article analyse l’un de ces discours et le confronte aux réalités du terrain.

Tableau 1 : Imaginaires et discours associés à la matérialité de l’eau, aux objets techniques et aux relations avec les territoires ruraux pour légitimer les projets urbains

Transferts d’eaux de source

(fin du XIXe-début du XXe siècle)

Politiques environnementales

(depuis les années 1990)

Matérialité de l’eau

- Pureté et fraîcheur des eaux de source

- Supériorité par rapport aux eaux de rivière (qualité)

- Fraîcheur des eaux de source et souterraines

- Sécurisation du réseau (quantité et qualité)

Objets techniques

- Périmètres de protection des ouvrages clôturés

- Aqueducs gravitaires en référence à la Rome antique

- Ouvrages majoritairement souterrains (faible impact paysager)

- Restitution d’eau vue comme une obligation réglementaire

- Valorisation des modes de gestion écologique des périmètres de protection

- Valorisation des sections visibles des aqueducs et intégration au patrimoine local / régional

- Restitution d’eau associée à une gestion économe de la ressource

Relations avec les territoires ruraux

- Logique dominatrice : importance et supériorité des besoins en eau de Paris, prestige de la capitale

- Logique « gagnant-gagnant » : les politiques urbaines bénéficient aux collectivités locales

Un pluralisme territorial obstacle à la préservation des ressources en eau ?

36À l’époque des transferts d’eau, l’assentiment des populations locales importait peu, sauf pour la définition des indemnités. À l’ère du génie de l’environnement et de la gestion intégrée des ressources en eau, la matérialisation du territoire hydrosocial parisien ne peut se passer d’un minimum de soutien local. Cela suppose non seulement un engagement des agriculteurs dans les programmes d’action mais aussi une adhésion plus globale des acteurs à la vision portée par la régie. Pour cette dernière, l’enjeu est d’ailleurs d’être « identifiée sur le terrain » en tant que partenaire (entretien Eau de Paris, avril 2020). Les discours visuels transmis par les infrastructures remplissent cette fonction (cf. supra).

37Pourtant, il n’est pas rare que les perceptions locales dissocient nettement le territoire hydrosocial parisien du contexte dans lequel il se déploie. Si les panneaux informent des actions en faveur de la biodiversité, le nom même de la régie rappelle aux populations locales que l’eau ne leur est pas destinée. Les communes qui avaient cédé des sources et/ou des terrains à l’époque des projets de dérivation avaient obtenu une mise à disposition de l’eau brute captée par Paris en contrepartie. Malgré ce partage de la ressource, les représentations restent cloisonnées : « c’est vrai que c’est complètement séparé de nous […] nos installations [sont] complètement indépendantes. Oui et en fait, toute cette zone-là [le PPC des sources de la Voulzie] est un peu, je dirais, un champ captant… c’est ce qu’on appelle "la ville de Paris" » (entretien avec une élue, mars 2018). Selon les mots d’une chargée de mission de la régie, certains agriculteurs considèrent que la pollution des eaux n’est « pas [leur] problème : c’est l’eau de Paris » (observation participante, novembre 2017).

38En conséquence, l’un des discours mobilisés par l’entreprise publique vise à rappeler que les ressources captées par Paris sont les mêmes que celles qui alimentent les collectivités locales, ou du moins que les causes de leur dégradation sont identiques (Resch et al., 2020b). L’objectif de ce discours « gagnant-gagnant » (qui recouvre d’autres arguments, comme le fait que la régie crée des emplois ou contribue au développement local) est d’amener les ruraux à soutenir le territoire hydrosocial parisien. En effet, contrairement aux transferts d’eau, la préservation des ressources doit profiter aux collectivités locales (Eau de Paris, 2017). 

39Si cette idée fonctionne en théorie, dans les faits son appropriation est compliquée. D’abord, les tensions héritées du passé et les perceptions négatives de l’intervention parisienne rendent parfois les échanges difficiles. Surtout, les collectivités rurales sont pour la plupart engagées dans un territoire hydrosocial complètement différent de celui de Paris. Face à la dégradation de la qualité des eaux brutes, elles ont plutôt tendance à abandonner leurs captages et à exploiter de nouvelles ressources, en se regroupant pour mutualiser les coûts (Barraqué et al., 2015). Ce processus en cours dans les deux secteurs étudiés est favorisé par l’injonction à rationaliser les services d’eau potable (Barbier et Roussary, 2016). L’objectif de ce territoire hydrosocial est d’assurer la continuité du service et de se conformer aux exigences sanitaires sans remettre en cause le modèle agricole productiviste, point sur lequel les élus se sentent impuissants ou peu légitimes – quand ils ne sont pas eux-mêmes agriculteurs.

40Au final on observe, sur le même espace et autour des mêmes ressources en eau, la superposition de territoires hydrosociaux dont les logiques semblent opposées. Néanmoins, plusieurs éléments nuancent ce constat et méritent d’être suivis dans les années à venir. D’une part, le regroupement des communes rurales en grands syndicats pourrait leur donner plus de poids pour lancer leurs propres programmes de reconquête de la qualité de l’eau, ce que favorise l’Agence de l’eau Seine Normandie. D’autre part, en 2019 Eau de Paris a obtenu que ses captages soient pris en compte dans le Schéma d’alimentation en eau potable de Seine-et-Marne (entretien, 2019) ce qui n’était pas le cas jusqu’ici (Barraqué et Viavattene, 2007). Enfin, le modèle porté par Eau de Paris séduit certains usagers locaux qui, tout en exprimant le souhait de bénéficier de l’eau traitée de la capitale, militent pour que leurs élus s’inspirent de sa politique environnementale. Ces trois observations poussent à s’interroger sur l’évolution du pluralisme territorial qui prévaut à l’heure actuelle.

Conclusion

41L’engouement récent de la géographie francophone pour les recherches en political ecology se traduit par l’appropriation de nouveaux concepts. Si le cycle hydrosocial et le waterscape sont aujourd’hui largement mobilisés, ils ne rendent « que très partiellement compte des dimensions territoriales des géographies de l’eau » (Ghiotti, 2018, p. 77). De même, D. Blanchon (2016, p. 273) considère que le cycle hydrosocial pourrait être considérablement enrichi par « les réflexions des auteurs français autour du concept de territoire, qui vise justement à articuler des éléments matériellement contraignants et socialement construits dans des espaces appropriés ». D’une certaine manière, le concept de territoire hydrosocial constitue une piste de réponse à ces deux réflexions. Cet article a explicité la définition donnée par les political ecologists anglophones. Il paraît important de ne pas considérer le territoire hydrosocial comme un simple synonyme de territoire de l’eau, au risque d’en diminuer la pertinence.

42À travers des exemples tirés de recherches récentes en géographie française, nous avons souhaité démontrer l’intérêt de cette grille de lecture pour analyser les projets liés à l’eau qui se matérialisent – ou non – sur un espace donné. En considérant le système d’alimentation en eau de Paris comme un territoire hydrosocial, on s’intéresse non seulement aux éléments qui le constituent mais surtout aux idées qui le sous-tendent. Une telle approche permet de renouveler l’interprétation des conflits liés à la matérialisation des projets urbains sur des espaces ruraux (Resch et al., 2020a) et de décrypter les logiques de légitimation de ces projets. Les territoires hydrosociaux mettent aussi en évidence la superposition de différentes logiques sur un même espace, ce qui pousse à s’interroger sur les points de convergence possibles pour une gestion partagée des ressources en eau.

Haut de page

Bibliographie

BARBIER R., ROUSSARY A., 2016, Les territoires de l’eau potable. Chronique d’une transformation silencieuse (1970–2015), Versailles, Éditions Quae, 141 p.

BARRAQUÉ B., VIAVATTENE C., 2007, Eau de Paris et les captages de la Voulzie, in BARRAQUÉ B., BOSC C., DOUSSAN I., VIAVATTENE C (Éds.) L'eau des villes et l'eau des champs, pour une évaluation adaptée à la démarche du développement durable. Rapport final pour le programme D2RT, Ministère de l'Écologie, p. 99-120.

BARRAQUÉ B., 2015, Three Engineering Paradigms in the Historical Development of Water Services: More, Better and Cheaper Water to European Cities, in GRAFTON Q., DANIELL K.A., NAUGES C., RINAUDO J.-D., CHAN N.W.W. (Eds.), Understanding and Managing Urban Water in Transition, Global Issues in Water Policy n° 15, Springer, p. 201-216.

BARRAQUÉ B., ISNARD L., SOURIAU J., 2015, How Water Services Manage Territories and Technologies: History and Current Trends in Developed Countries, in GRAFTON Q., DANIELL K.A., NAUGES C., RINAUDO J.-D., CHAN N.W.W. (Eds.), Understanding and Managing Urban Water in Transition, Global Issues in Water Policy n° 15, Springer, p. 33-59.

BECKNER S., JEPSON W., BRANNSTORM C., TRACY J., 2019, ‘The San Antonio River Doesn’t Start in San Antonio, It Now Starts in Burleson County’: Stakeholder Perspectives on a Groundwater Transfer Project in Central Texas, Society & Natural Resources, vol. 32, n° 11, p. 1222-1238.

BELGRAND E., 1882, Les travaux souterrains de Paris (IV). Première partie : Les eaux. Deuxième section : Les eaux nouvelles, Paris, Dunod, 396 p.

BLANCHON D., 2016, Radical political ecology et water studies. Quels apports pour la géographie de l’environnement en France ? in CHARTIER D., RODARY E. (dir.), Manifeste pour une géographie environnementale, Paris, Presses de Sciences Po, p. 259-278.

BLEEKER S., VOS J., 2019, Payment for ecosystem services in Lima’s watersheds: power and imaginaries in an urban-rural hydrosocial territory, Water International, vol. 44, n° 2, p. 224-242.

BOELENS R., HOOGESTEGER J., SWYNGEDOUW E., VOS J., WESTER P., 2016, Hydrosocial territories: a political ecology perspective, Water International, vol. 41, n° 1, p. 1-14.

BOYER A.-L., 2020, De la ville-oasis à la ville désert. L’adaptation à la rareté de l’eau à Phoenix et à Tucson (Arizona), Thèse de géographie, Université de Lyon, 433 p.

CATALOGNE C., LE HÉNAFF G., CARLUER N., 2016, Guide pour l’évaluation de la vulnérabilité intrinsèque aux transferts hydriques de contaminants d’origine agricole dans le cas d’une Aire d’Alimentation de Captage à transferts mixtes. Présentation de la méthode et exemple d’application, rapport final ONEMA-IRSTEA, 98 p.

CHOMETTE P., 1898, Des droits des communes sur les eaux de source et de la dérivation de ces eaux par les communes, Paris, Arthur Rousseau, 162 p.

CORNUT P., AUBIN D., VANDEBURIE J., 2006, La ville à la campagne. Conflit territorial et discours relatif à une surexploitation aquifère, Développement durable et territoires [En ligne], dossier n° 6, consulté le 9 mars 2022. https://doi.org/10.4000/developpementdurable.2850

CROMBÉ L., 2017, Enjeux d’échelles, enjeux politiques : l’approvisionnement et l’accès à l’eau dans les quartiers périphériques du Grand Khartoum (Soudan), Thèse de géographie, Université Paris Ouest, 346 p.

DRAPIER L., 2019, Approche géographique comparée du démantèlement des seuils et des barrages sur les deux rives de l’Atlantique. Projet écologique, politiques publiques et riverains (Sélune, Orne, Musconetcong, Wood-Pawcatuck, Mousam), Thèse de géographie, Université Paris-Est, 495 p.

EAU DE PARIS, 2017, Stratégie protection de la ressource, 41 p.

FISCHER-KOWALSKI M., ERB K.-H., 2016, Core Concepts and Heuristics, in HABERL H., FISCHER-KOWALSKI M., KRAUSMANN F., WINIWARTER V., Social Ecology. Society-Nature Relations across Time and Space, Springer, p. 29-61.

FLAMINIO S., 2018, (Se) représenter les barrages : (a)ménagement, concessions et controverses, Thèse de géographie, Université de Lyon, 486 p.

GARRICK D., DE STEFANO L., YU W., JORGENSEN I., O’DONNELL E., TURLEY L., AGUILAR-BARAJAS I., DAI X., DE SOUZA LEÃO R., PUNJABI B., SCHREINER B., SVENSSON J., WIGHT C., 2019, Rural water for thirsy cities: a systematic review of water reallocation from rural to urban regions, Environmental Research Letters, vol. 14, n° 4, n.p.

GERMAINE M.-A., BLANCHON D., TEMPLE-BOYER E., FOFACK-GARCIA R., 2019, Les objets techniques au prisme du cycle hydrosocial : renouveaux théoriques et empiriques, Développement durable et territoires [En ligne], vol. 10, n° 3, consulté le 10 septembre 2021. https://doi.org/10.4000/developpementdurable.16287

GHIOTTI S., 2018, Analyser et comprendre les territoires hydro-sociaux en Méditerranée et ailleurs. Application au complexe lagunaire et aux zones humides de l’étang de l’Or (Hérault, France), Mémoire d’habilitation à diriger des recherches (vol. 3), 350 p.

HOMMES L., BOELENS R., 2017, Urbanizing rural waters: Rural-urban water transfers and the reconfiguration of hydrosocial territories in Lima, Political Geography, vol. 57, p. 71-80.

HOMMES L., BOELENS R., HARRIS L.M., VELDWISCH G.J., 2019, Rural-urban water struggles: urbanizing hydrosocial territories and evolving connections, discourses and identities, Water International, vol. 44, n° 2, p. 81-94.

KARPOUZOGLOU T., VIJ S., 2017, Waterscape: a perspective for understanding the contested geography of water, WIREs Water, vol. 4, p. 1-5.

LARKIN B., 2013, The Politics and Poetics of Infrastructure, Annual Review of Anthropology, vol. 42, p. 327-43.

LASSERRE F. (dir.), 2005, Transferts massifs d’eau : outils de développement ou instruments de pouvoir ? Québec, Presses de l’Université du Québec, 576 p.

LAURANS Y., AOUBID S., 2012, L’économie au secours de la biodiversité ? La légende des Catskills revisitée, Working Papers n° 14/12, Paris, IDDRI, 18 p.

LAVIE E., 2019, L’alimentation en eau potable et d’irrigation des villes-oasis et des espaces méditerranéens, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches (vol. 1), Université de Paris, 224 p.

LE VISAGE S., KUPER M., 2019, Sous les gölet, les forages. Infrastructures d’irrigation et trajectoires des territoires de l’eau dans la région d’Izmir (Turquie), Développement durable et territoires [En ligne] vol. 10, n° 3, consulté le 7 août 2021. https://doi.org/10.4000/developpementdurable.15839

LEMARCHAND G., 1923, Étude générale au nom de la 6e commission […], Rapport du conseil municipal de Paris, 970 p.

LINTON J., BUDDS J., 2014, The hydrosocial cycle: Defining and mobilizing a relational-dialectical approach to water, Geoforum, vol. 57, p. 170-180.

RESCH M., LAVIE E., ARNAUD-FASSETTA G., 2020a, "La Voulzie à Paris" : étude des oppositions à la dérivation des sources de la Voulzie à partir des discours de la presse écrite (1885 – 1929), Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], document 960, consulté le 9 mars 2022. https://doi.org/10.4000/cybergeo.35713

RESCH M., GAUTRON A., LAVIE E., ARNAUD-FASSETTA G., 2020b, Appropriation locale des enjeux de qualité de l’eau destinée à la consommation humaine. Exemple des captages de Paris en Seine-et-Marne (France), La Houille Blanche, n° 5, p. 51-59.

ROUILLÉ-KIELO G., 2020, Traduction du concept de Paiements pour Services Hydriques, politiques de l’eau et processus de territorialisation au Kenya, Thèse de géographie, Université Paris Nanterre, 473 p.

PETIT S., VERGOTE M.-H., DUMONT E., 2021, Dijon, « ville sur la Saône ». Frontières urbaines, réseaux d’eau potable et territoires de la ressource en eau », EchoGéo [En ligne], n° 57, consulté le 9 mars 2022. https://doi.org/10.4000/echogeo.22404

SCHOTT C., BILLEN G., 2012, Agriculture et qualité des eaux dans le bassin de la Seine : une résistible dégradation ? Pour, n° 213, p. 45-52.

SOLL D., 2013, Empire of Water. An Environmental and Political History of the New York City Water Supply, Cornell University Press, 300 p.

SOURIAU J., 2014, Stratégies durables pour un service public d’eau à Paris : analyser et gérer les politiques d’hier, d’aujourd’hui et de demain, Thèse de science politique, AgroParisTech, 450 p.

SWYNGEDOUW E., 1999, Modernity and Hybridity: Nature, Regeneracionismo, and the Production of the Spanish Waterscape, 1890-1930, Annals of the Association of American Geographers, vol. 89, n° 3 p. 443-465.

VALADAUD R., AUBRIOT O., 2019, Dialectiques hydrosociales à l’épreuve. Décrypter la dimension politique d’objets techniques utilisés pour l’irrigation au Népal, Développement durable et territoires [En ligne], vol. 10, n° 3, consulté le 10 septembre 2021. https://doi.org/10.4000/developpementdurable.15372

VINCENT A., FLEURY P., 2021, Reconquérir la qualité de l’eau potable par le développement de l’agriculture biologique et de systèmes alimentaires dédiés, EchoGéo [En ligne], n° 57, consulté le 9 mars 2022. https://doi.org/10.4000/echogeo.22457

WISCHMANN K., 2015, Une analyse de discours visuel dans un processus contesté de développement urbain. Le quartier Sankt Pauli à Hambourg, in DEPRAZ S., CORNEC U., GRABSKI-KIERON U., Acceptation sociale et développement des territoires, Lyon, ENS Éditions, p. 59-72.

ZAKEOSSIAN M., 2011, Protection des eaux souterraines : exemples d’actions engagées dans le domaine agricole par Eau de Paris, Annales des Mines – Responsabilité & Environnement, Vol.3, n°63, p. 80-86.

Haut de page

Notes

1 Organisée par les géographes françaises Silvia Flaminio et Gaëlle Rouillé-Kielo.

2 L’adjectif peut s’écrire hydro-social ou hydrosocial. L’absence de tiret est plus fréquente dans la littérature anglophone. Elle permet d’insister sur la nature hybride des objets « eau » et « société » (Linton et Budds, 2014).

3 Dans l’article, Paris désigne bien la commune et non l’agglomération parisienne. Le système d’alimentation en eau des communes de la banlieue est indépendant de celui de la capitale malgré l’existence d’interconnexions de secours (Barraqué et al., 2015).

4 Rapports annuels Eau de Paris.

5 Société d’économie mixte dont les 2/3 du capital étaient détenus par la municipalité, le reste par deux entreprises privées délégataires.

6 Cinq communes de la Marne et de l’Aube sont aussi concernées de manière marginale.

7 Les indemnités les plus élevées, allouées à sept propriétaires, totalisent à elles seules plus de 7 millions de francs (Lemarchand, 1923).

8 L’observation de terrain a permis de constater que cette interdiction n’est pas toujours respectée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : territoires hydrosociaux et waterscape
Crédits Conception et réalisation : Mathilde Resch
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18770/img-1.png
Fichier image/png, 241k
Titre Figure 2 : le réseau d’alimentation en eau potable de la ville de Paris
Crédits Réalisation : Mathilde Resch. Sources : Agence de l’eau Seine-Normandie, IGN, Eau de Paris
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18770/img-2.png
Fichier image/png, 275k
Titre Figure 3 : le canal des Ormes en Seine-et-Marne
Crédits Cliché : Mathilde Resch, 2021.
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18770/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5M
Titre Figure 4 : panneau informant des actions d’Eau de Paris autour du champ captant de Montreuil (« Ici, Eau de Paris agit en faveur de la biodiversité »)
Crédits Cliché : Mathilde Resch, 2018.
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18770/img-4.png
Fichier image/png, 839k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Resch, « L’alimentation en eau potable de Paris, du transfert à la préservation des ressources. Une analyse par les territoires hydrosociaux  », Géocarrefour [En ligne], 96/1 | 2022, mis en ligne le 22 juin 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/18770 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.18770

Haut de page

Auteur

Mathilde Resch

Chercheuse post-doctorale, Sorbonne Université, UMR 7619 METIS, associée à l’UMR 8586 PRODIG, 4 place Jussieu - 75252 Paris Cedex 05, mathilde.resch@sorbonne-universite.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search