Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/2ArticlesTransition récréotouristique et l...

Articles

Transition récréotouristique et loisirs sportifs de plein air en espace périmétropolitain : Le Loiret au fil de l’eau comme dispositif d’intermédiation territoriale

Recreational and tourist transition linked to outdoor leisure sports in a peripheral metropolitan area: The Loiret and waterways as a tool of territorial intermediation
José Chaboche et Sylvain Dournel

Résumés

Espace périmétropolitain, le Loiret opère sa transition récréotouristique sous l’égide du Conseil départemental au moyen d’un dispositif spatial légitime, Le Loiret au fil de l’eau, destiné à favoriser l’intermédiation territoriale grâce, notamment, aux loisirs sportifs de plein air. L’article cerne les pratiques et les représentations d’acteurs majeurs de cette conduite de projet selon une démarche qualitative nourrie, en particulier, d’entretiens libres. Les résultats montrent que des proximités socio-économiques sont activées, même en l’absence de consensus vis-à-vis du dispositif, mais que l’ancrage territorial de ces transformations territoriales et organisationnelles reste à assurer.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs tiennent à remercier les dix acteurs qui ont pris part à leur travail d’entretien avec intérêt et entrain.

1Espace périmétropolitain parisien (Mirloup, 2004), le Loiret cherche les voies et moyens d’un développement plus autonome par révélation, mobilisation et valorisation de ressources territoriales (Lajarge et al., 2012) pour gagner en cohésion. Polarisée par Orléans Métropole et structurée par de petites villes ligériennes, sa partie ouest, jusqu’à Châteauneuf-sur-Loire, connaît une croissance soutenue. Agrégat de campagnes des franges de l’aire d’attraction de Paris ou autour de petites villes (Montargis, Pithiviers), l’est apparaît moins dynamique et même plus reculé aux marges de l’Yonne et du Cher (figure. 1).

Figure 1 : le Loiret, un département aux forts contrastes territoriaux entre est et ouest

Figure 1 : le Loiret, un département aux forts contrastes territoriaux entre est et ouest

Conception-réalisation : S. Dournel (CEDETE, 2021) ; données : Union européenne – SOeS CORINE Land Cover 2012, Préfecture du Loiret, RGP INSEE de 2010, BD Carthage®

2Aussi s’agit-il de transmettre une identité en interne (le gentilé « loirétain » ne date que de 2013) comme en externe. En effet, le fléchissement du tourisme cynégétique solognot de week-end, saisonnier et peu durable (engrillagement, etc.), ou le constat d’une offre culturelle plutôt élitiste poussent le Conseil départemental (le Département, dans cet article) à repositionner le Loiret en destination périmétropolitaine récréotouristique (Doyen et Frej, 2003) et ludo-sportive (Augustin, 2011) plus conforme aux aspirations contemporaines. La collectivité a ainsi créé, en 2019, un dispositif spatial (Lussault, 2003), « Le Loiret au fil de l’eau - Loire & Canaux » (Le Loiret au fil de l’eau, dans cet article), pour coordonner une offre de lieux, d’équipements et de services de loisirs sportifs de plein air.

3Sur un double plan théorique et heuristique, ce dispositif constitue un opérateur de transition touristique (Salvatore et al., 2018) et un levier d’intermédiation territoriale (Nadou et Pecqueur, 2020). Sous cet angle, quelles sont les modalités de cette stratégie de transition récréotouristique et ludo-sportive ? Quelles sont la nature et la portée de ce dispositif ? Quelle densité d’intermédiations territoriales suscite-t-il et quels acteurs mobilise-t-il ? En quoi et dans quelle mesure la qualité d’espace périmétropolitain du Loiret influe-t-elle sur cette conduite de projet de repositionnement touristique ? En somme, l’article, rédigé par deux chercheurs non commandités, s’attache à comprendre la contribution des loisirs sportifs de plein air au Loiret au fil de l’eau, dispositif d’intermédiation territoriale au service d’une transition récréotouristique (Gagnon, 2010). Après la construction du cadre théorique puis la présentation du terrain de recherche et de l’armature méthodologique, les pratiques et représentations d’acteurs du dispositif sont analysées, au moyen d’une grille de lecture inédite, pour saisir les processus de création d’activités et d’encastrement territorial de porteurs de projet représentatifs.

Deux cadres d’analyse croisée du Loiret au fil de l’eau

La transition touristique

4Les Transition studies analysent les processus d’accompagnement et de gouvernance multi-niveaux des effets institutionnels et culturels de la transformation des besoins d’acteurs territorialisés (Kemp et al., 2007). Parmi elles, la transition touristique suscite des travaux relatifs aux mutations des usages, pratiques et consommations, aux aspects éthiques et environnementaux d’une slow culture, ou aux fonctions nouvelles d’espaces périphériques. Sur ce point, R. Salvatore et al. (op. cit.) présentent la transition touristique comme le passage d’une économie traditionnelle et/ou d’un tourisme de masse à de nouvelles formes de tourisme local sous l’influence de tendances culturelles de fond : prise de conscience environnementale ; individuation et intérêt pour des expériences nouvelles ; attrait pour des séjours surprenants et sur mesure ; désir d’intégration et participation à un style de vie local. Dans ce cadre, l’écotourisme se rapporte à une activité complexe et multiforme, notamment structurée par des activités ludo-sportives de plein air, en réponse aux besoins d’authenticité, de ralentissement et de responsabilité de clientèles sensibles au sens du lieu. En somme, la transition touristique appelle trois ordres d’évolution (Salvatore et al., op. cit.) :

  • une transformation culturelle d’espaces devenant des lieux de consommation symbolique et non plus des lieux dominés ou abandonnés ;

  • une valorisation de l’éloignement, et non de la marginalité, fondée sur la qualité de vie environnementale, culturelle et sociale ;

  • une réorganisation de l’offre touristique vers des produits et services résultant d’intermédiations entre opérateurs locaux.

5Toute transition touristique appelle un dispositif spatial légitime de gouvernance multi-acteurs et multi-échelles. Empruntant le concept de dispositif au philosophe M. Foucault et l’acculturant à la géographie, M. Lussault présente le dispositif spatial légitime comme un « agencement spatial, produit par un (des) acteur(s) à capital social élévé, doté(s) d’une fonction opérationnelle et normative » (Lussault, op. cit., p. 266). Orientant les comportements d’acteurs et visant « des effets de régulation du champ social et politique » (Lussault, ibid., p. 266), c’est une configuration stabilisée où l’espace joue un double rôle :

  1. celui d’opérateur de traduction de faits bruts en problèmes sociétaux et politiques cristallisant l’attention et appelant des solutions d’acteurs localisés et interdépendants ;

  2. celui de support de délégation en tant « [qu’]objet spatial organisé – matériel et chargé de valeurs – sur lequel on se repose pour qu’une action atteigne ses objectifs » (Lussault, ibid., p. 267).

6Cette dialectique de la traduction et de la délégation prend la forme du projet de territoire, en aménagement et urbanisme. Plurivoque par la complexité de ses configurations (Lajarge, 1999), de sa chaîne d'ingénierie (Lardon, 2011) et de sa gouvernance (Jambes et Tizon, 1997), tout projet de territoire appelle, pour réguler les défaillances du marché, des processus d’intermédiation territoriale (Nadou et Pecqueur, 2020).

L’intermédiation territoriale

7L’intermédiation territoriale exprime une « dynamique relationnelle et organisationnelle entre acteurs locaux [dans laquelle] (…) le territoire, fruit des interactions et des constructions sociales, [joue] comme un révélateur de leurs comportements, de leurs pratiques et des processus qui les animent » (Nadou, 2013, cité in Nadou et Pecqueur, ibid., p. 249). Elle est « ce qui met du liant dans les rouages du système territorial » (Nadou et Pecqueur, ibid., p. 249), lequel est configuré par des usages, des formes d’appropriation et des relations sociales. Elle permet « d’ouvrir la “boîte noire” du développement territorial et de comprendre mieux les mécanismes et comportements organisationnels et décisionnels » (Nadou et Pecqueur, ibid., p. 245) en articulant certains des principaux concepts de la science régionale : gouvernance, proximité, coordination, réseau.

8Par ce rôle d’interface rassembleuse et pragmatique, l’intermédiation territoriale prolonge la notion d’inter-territorialité (Vanier, 2008) et éteint des querelles byzantines sur le développement local (devrait-il être plutôt "ascendant" ou "descendant" ?) et sur le couple projet – territoire (lequel des deux devrait-il précéder l’autre ?). « Troisième voie » (Fournier et al., 2020, p. 329), elle vise la coordination d’acteurs d’un processus de reconfiguration territoriale. À partir de la grille d’analyse des proximités socioéconomiques de ressources (matérielles et cognitives) et de coordination (relationnelles et de médiation) d’O. Bouba-Olga et M. Grossetti, B. Prévost (2020) modélise les trois temps de l’intermédiation territoriale :

  1. activation de proximités par construction d’un diagnostic partagé ;

  2. constitution d’une dynamique interne ;

  3. ancrage territorial.

9En parallèle, R. Kemp et D. Loorbach (2016, p. 107) définissent la transition selon trois axes :

  1. passage d’un équilibre dynamique initial à un nouvel équilibre dynamique ;

  2. alternance de développements rapides et lents résultant de processus interactifs de changements structurels ;

  3. innovation dans un sous-système sociétal important.

10Croiser ces deux grilles de lecture offre un cadre d’analyse du Loiret au fil de l’eau, dispositif spatial de redéploiement d’une stratégie touristique départementale.

Le Loiret, un espace périmétropolitain propice aux loisirs sportifs fluvestres

11Les loisirs fluvestres rassemblent toutes les activités déployées sur et le long des fleuves et canaux (Millet, 2021). C’est l’axe majeur du Loiret au fil de l’eau, dont il convient de saisir les fondements. Cette approche permet de proposer une méthode d’analyse des processus de transition récréotouristique et d’intermédiation territoriale qu’appelle ce dispositif.

Contexte territorial

12Le département du Loiret a la spécificité d’être sous une double influence métropolitaine (figure 2) : celle, institutionnelle et locale, d’Orléans Métropole, l’une des sept intercommunalités issues de la loi n° 2017-257 relative au Statut de Paris et à l’Aménagement Métropolitain ; celle, fonctionnelle et globale, de Paris, qui fait de lui un espace périmétropolitain, soit l’une des « régions entourant une aire métropolitaine susceptible d’en déterminer les dynamiques du fait de la proximité » (Mirloup, op. cit., p. 18). Sur ce second point, la « “métropolisation passive” (niveau 1) » concerne les régions subissant la présence d’une métropole : elle advient ici sous forme de plateformes logistiques géantes, connectées à l’Europe entière mais mobilisant des emplois peu qualifiés. La « “métropolisation active” (niveaux 2, 3 et 4) (…) correspond à la présence d’éléments traduisant, à des degrés divers et croissants, une participation “active” au processus de métropolisation-mondialisation » (Mirloup, ibid., p. 18 et 25). Ainsi, le Loiret est le point de départ et d’arrivées de migrations pendulaires avec la région parisienne (niveau 2). C’est un pôle agroindustriel (céréaliculture ; sièges sociaux : John Deere, Axéréal) et le barycentre de la Cosmetic Valley (niveau 3). La proximité de Paris et de sa banlieue ouest participe d’une métropolisation culturelle (niveau 4), à partir du Val de Loire et d’événements internationaux (Festival de Loire, rassemblement de batellerie, à Orléans ; Festival de Sully-sur-Loire, destiné à des mélomanes avertis), qui, à son acmé, transcende le modèle centre-périphérie.

Figure 2 : Le Loiret, un département sous influences métropolitaines

Figure 2 : Le Loiret, un département sous influences métropolitaines

Conception-réalisation : S. Dournel (CEDETE, 2021) ; données : Union européenne – SOeS CORINE Land Cover 2012 IGN BD TOPO® Version 2, BD Carthage®, contributeurs d’OpenStreetMap sous licence ODbL

13Considérant cette double influence métropolitaine, les communes des territoires à forte valeur paysagère et patrimoniale, comme la Forêt d’Orléans, la Sologne, le Gâtinais et la Puisaye (figure 3), comptent au moins 20 % de résidences secondaires, dont les plus cossues appartiennent à l’élite parisienne (industriels, artistes, etc.). Elles marquent une tradition touristique périmétropolitaine. À cet égard, la rivière Loiret fut, avec la Marne, le foyer des sports nautiques à la Belle Époque. Support de régates d’aviron, elle fut un haut lieu de canotage, pratique sociale prisée par la bourgeoisie industrielle et spectacle apprécié par tous. L’attrait récréotouristique de cette résurgence de Loire s’est manifesté en deux temps. Le premier procède de la qualité paysagère des lieux avec l’édification d’une trentaine de maisons de maître et de châteaux aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le deuxième se rapporte à l’essor des loisirs de l’eau (pêche, promenade, etc.), de la Belle Époque aux années 1960 (photo 1), accompagnés de gares à bateaux et de nombreux restaurants et guinguettes (Dournel et Sajaloli, 2018). Les espaces fluviaux d’Orléans à Blois, très accessibles par train depuis Paris, vivent alors à l’heure des bains de Loire (photo 2). Orléans fut une ville de tourisme balnéaire si prisée des Parisiens que ses élus voulurent la renommer « Orléans-les-Bains » en 1938. La Seconde Guerre mondiale brisa cet élan, puis ces pratiques déclinèrent dans les années 1960 du fait de la mauvaise qualité de l’eau et de l’essor du tourisme littoral de masse (ibid.). Perdant sa fonction récréotouristique et ludo-sportive, la Loire devint un site d’extraction de sables, pendant que les usages de la rivière Loiret diminuaient. Depuis les années 1990, le milieu associatif investit ce réseau fluvial loirétain, englobant aussi les canaux de Briare, d’Orléans et du Loing, selon des enjeux environnementaux, patrimoniaux ou touristiques. Son activisme remobilise à présent les acteurs publics.

Figure 3 : Composantes paysagères du Loiret

Figure 3 : Composantes paysagères du Loiret

Conception-réalisation : S. Dournel (CEDETE, 2021) ; données : Union européenne – SOeS CORINE Land Cover 2012, IGN BD TOPO® Version 2, BD Carthage®, BD Carthage ®, contributeurs d’OpenStreetMap sous licence ODbL, DREAL Centre-Val de Loire, Établissement public Loire

Photo 1 : La Société Nautique du Loiret, force d’impulsion des sports d’eau

Photo 1 : La Société Nautique du Loiret, force d’impulsion des sports d’eau

© Coll. privée L. Pillon, 1900-1913

Photo 2 : la Loire à Orléans au rythme des écoles de natation

Photo 2 : la Loire à Orléans au rythme des écoles de natation

© Archives municipales d'Orléans, années 1950, 3Fi1885

14Au début des années 2000, une stratégie de tourisme fluvestre émerge sous l’égide des régions Centre et Pays de la Loire avec la réalisation de la Loire à vélo. Tronçon de l’EuroVelo 6 reliant l’Atlantique à la Mer Noire, cet itinéraire de 900 km entre Nevers et Saint-Brévin-les-Pins valorise l’inscription, en 2000, du Val de Loire au Patrimoine Mondial de l’Humanité. Les retombées de la Loire à vélo, la création de boucles locales depuis cet itinéraire et les inondations majeures de 2016 ont incité le Département à investir le Triangle d’eau. Il articule les voies d’eau et voies cyclables de la Loire à celles des canaux d’Orléans, de Briare et du Loing (figure 3). Ce projet récréotouristique fluvestre intègre un dispositif spatial nommé, après consultation des Loirétains en 2019 (7 000 votes), Le Loiret au fil de l’eau (photo 3). Sa compréhension justifie une méthodologie spécifique.

Photo 3 : Inauguration, en 2019, du Loiret au fil de l’eau à Combleux, débouché en Loire du canal d’Orléans

Photo 3 : Inauguration, en 2019, du Loiret au fil de l’eau à Combleux, débouché en Loire du canal d’Orléans

Cliché : S. Dournel, 2019

Cadrage méthodologique

15Partant de l’étude de statistiques institutionnelles (flux touristiques, hébergement, etc.) et de celle des littératures grise et scientifique, ce travail s’appuie sur des données préalables :

  1. participations observantes du premier auteur lors de quatre sorties cyclistes de 80 kilomètres, avec des étudiants, sur la Loire à vélo et le canal d’Orléans (Orléans – Châteauneuf-sur-Loire – Orléans), ponctuées d’interventions d’élus et de professionnels du tourisme ;

  2. relevés de terrain, recherches en archives et entretiens, de la part du second auteur, pour un doctorat (Dournel, 2010).

  • 1 Chef d’entreprise (loisirs sportifs terrestres et aquatiques) ; directeur de Tourisme Loiret ; chef (...)

16En complément, dix entretiens libres en visioconférences de 35 à 150 minutes (moyenne : 78 minutes), centrés sur l’apport des loisirs sportifs au Loiret au fil de l’eau, ont été menés auprès « d’acteurs efficients » (Bourdieu cité par Lenoir, 2012), donc assez dotés en capitaux pour orienter la transition touristique. Six ont eu lieu d’avril à juin 2021 avec des acteurs publics. Quatre se sont déroulés en novembre 2021 avec des acteurs marchands et associatifs. Enregistrés et transcrits, ces entretiens1 (codés de A à J par ordre chronologique) font l’objet d’une analyse de contenu dans un tableau à deux entrées ordonnançant les dires d’acteurs par croisement des éléments relatifs aux trois axes de la transition touristique (lignes) et aux trois temps de l’intermédiation territoriale (colonnes). Il s’agit ainsi de saisir leurs pratiques et représentations – donc leurs opinions, croyances, prises de position et points de vue (Moliner et al., 2002) – de ce dispositif. L’objectif est d’interpréter leurs dires selon une approche subjectiviste du social (Noiriel, 1989) pour saisir une mémoire collective à partir de récits d’expériences et de parcours individuels (Halbwachs, 1950) révélant la logique du Loiret au fil de l’eau.

17Combinant plusieurs sources de données comme le recommande R. K. Yin (1984), cette méthode répond à la nature triple de cette étude de cas typique (Yin, ibid.). Elle se veut illustrative par sa contribution à préciser un phénomène encore peu connu (la transition touristique), critique par le caractère unique du Loiret au fil de l’eau et sa discussion au moyen d’un cadre conceptuel admis (l’intermédiation territoriale) et exploratoire par son caractère condensé et sa faculté à éclairer l’apport des loisirs sportifs de plein air au dispositif étudié.

Le Loiret au fil de l’eau : pratiques et représentations

18Les matériaux collectés permettent d’analyser le Loiret au fil de l’eau sous l’angle de la transition touristique (Kemp et Loorbach, op. cit.), dont les trois axes scandent cette partie. Leur maillage avec les trois temps de l’intermédiation territoriale (Prévost, op. cit.) révèle comment les acteurs pilotent leur stratégie, entendue comme « produit du sens pratique, comme sens du jeu, [...] qui conduit à choisir le meilleur parti possible étant donné le jeu dont on dispose » (Bourdieu, 1987, p. 79-80). Croisant donc deux processus complémentaires, la grille d’analyse conçue dévoile les logiques d’une dynamique de transformation territoriale et révèle des axes de progrès.

D’une polarisation récréotouristique ligérienne à une diffusion fluvestre

19Le Loiret décrit le « passage d’un équilibre dynamique initial à un nouvel équilibre dynamique » (Kemp et Loorbach, op. cit., p. 107). Longtemps, le Département a misé sur sa localisation en « porte d’entrée du Val de Loire et des châteaux » (entretiens A, D, F, H). Ce positionnement est désormais perçu comme inefficace (H), « non concurrentiel car il demande un investissement trop fort » (F). Depuis 2015, le binôme président / directeur de l’agence départementale Tourisme Loiret opèrerait « une bascule avec changement de paradigme » (D) typique du premier temps de l’intermédiation territoriale, celui de l’« activation de proximités par construction d’un diagnostic partagé » (Prévost, op. cit., p. 408).

20Ainsi, la faible fréquentation des châteaux du Loiret incite à « faire autre chose en ne se focalisant pas que sur [eux] mais aussi sur d’autres sites pas structurés et où il n’y a pas d’offre » (D, F), sachant que « le Loiret n’évoque rien » (D). Pourtant, il « a la chance d’avoir des territoires différents : le canal d’Orléans avec la forêt et la Beauce, le canal de Briare avec le Gâtinais. (…) Il faut communiquer dessus autour d’une accroche » (H). Dès 2004, une étude sur la valorisation fluvestre du canal d’Orléans ciblait le cyclotourisme, la randonnée pédestre et équestre, le canoë-kayak et la petite navigation. Sur ce dernier point, elle précisait que « même si le patrimoine à visiter n’est pas très important à proximité, la position exceptionnelle du canal d’Orléans par rapport à l’Île-de-France et au canal de Briare et l’intérêt des loueurs font de cet axe un projet majeur de développement local » (Conseil général du Loiret, 2004, p. 147).

21Propriété de l’État jusqu’en 2018, ce canal fut géré dès 1984 par un syndicat mixte regroupant les 20 communes riveraines et le Département. Suite « à des problèmes de gouvernance » (A), aux inondations de 2016 et, dit-on, aux souvenirs de jeunesse de son président, le Département l’a acquis et le gère seul. Traversant la forêt d’Orléans, il structure 85 kilomètres de voies d’eau, 14 étangs d’alimentation dont deux bases de loisirs, 27 écluses et 23 maisons éclusières. Cet ensemble foncier de 700 hectares, propriété du Département, motive un plan d’investissement de 70 millions d’euros, dont 50 millions à sa charge. Dès 2018, 24 millions d’euros ont servi à protéger les biens et les personnes, à restaurer le patrimoine et à miser sur l’écotourisme, pour « faire d’une menace une opportunité » (A, B, D, F), sur la foi d’études lancées depuis une quinzaine d’années. Aucune ne mesure la demande potentielle francilienne et d’Europe du Nord mais l’une d’elles retient les caractères « Authentique », « Éco responsable » et « Ludique, interactif » comme axes stratégiques (A, D, F).

22Assimilant la restauration du canal d’Orléans et la création d’une véloroute parallèle à un « grand projet (…) [lié au] succès fou de la Loire à vélo (…) [et voulant] « s’entourer des utilisateurs car on a besoin d’eux pour voir les choses » (E), le Département a créé un comité consultatif composé de 26 communes, quatre intercommunalités et de représentants d’usagers (chasseurs, pêcheurs, navigants) mais d’aucun acteur des sports de plein air. Les réunions, conduites en 2017 puis 2021, ont porté sur des questions techniques (A, B, E, F), liées aux fuites de ce canal vétuste. Puis cette « constitution d’une dynamique interne » (Prévost, op. cit., P. 412), deuxième temps de l’intermédiation territoriale, a pris un tour plus stratégique pour nourrir le schéma départemental touristique (B, D). Il « met l’accent sur le développement d’une offre fluviale et fluvestre, en tant qu’atout différenciant du Loiret » (Conseil général du Loiret, 2004, op. cit.). Cela engendre une « alternance de développements rapides et lents résultant de processus interactifs de changement structurels », deuxième axe de la transition récréotouristique.

Une montée en puissance contrastée du dispositif

23Le Loiret au fil de l’eau marque la volonté du Département d’optimiser le tourisme comme levier de développement économique. Sa stratégie n’est plus simplement promotionnelle et communicationnelle. Elle s’opérationnalise en des relations publiques digitales et événementielles plus étroites avec les acteurs privés et publics locaux (D, F). Or ceux du secteur marchand n’osent s’engager que si des flux touristiques émergent (A, C, D, E, F, G, H, I, J). Néanmoins, « rassurés par la présence d’un vrai projet de territoire » (F), des prestataires ont répondu aux appels d’offres, remportés en 2021 par Seasonova, pour exploiter les deux bases de loisirs du canal d’Orléans selon une « direction davantage ludique et touristique » (E).

24L’objectif de remise en navigation intégrale de ce canal est abandonné par le Département mais motive les associations sur les plans patrimoniaux, récréotouristiques et, à un degré moindre, ludo-sportif. Forte du chantier de restauration du port de Grignon et de ses nombreuses activités (randonnées, construction de canoës en bois par les habitants « pour qu’ils soient acteurs de l’animation », etc.), l’association la Belle de Grignon (A, B, D, E, F, H, J) pense embaucher, favorise l’installation d’un restaurant et de chambres d’hôtes, impulse son élan aux villages voisins et collabore avec un loueur de vélos (H). Comme d’autres, elle contribue à « l’ancrage territorial » (Prévost, op. cit. p. 417) du Loiret au fil de l’eau, troisième temps de l’intermédiation territoriale, au risque de perdre en souplesse organisationnelle (J) et en liberté face aux acteurs publics et marchands (H). Excepté le Département et des petites villes, ceux-ci ne contribuent pourtant que peu ou pas au dispositif. Des élus municipaux du périmètre du Loiret au fil de l’eau l’estimeraient porteur de risques (accidents, trafic routier, incivilités, etc. : F, I). Jugés passifs envers le tourisme (C, D, F, G, H), voire rétifs (I, J), pour « ne pas perturber la vie locale » (E, I), ils disent avoir « autre chose à faire » (E) en termes de développement économique. Ce déficit de vision commune gêne l’activation de proximités relationnelles et cognitives (Prévost, op. cit.) nécessaires à toute dynamique de coordination.

25La « maturité touristique territoriale hétérogène » (F) des 16 EPCI à fiscalité propre (EPCI à FP) loirétains donne un caractère descendant au Loiret au fil de l’eau, même si le Département tente d’amorcer une dynamique collaborative entre des acteurs épars ou peu motivés. Des fonds financiers existants pour le récréotourisme sont délaissés, ceux acquis n’étant d’ailleurs pas toujours consommés comme dans le cas du programme européen Leader (J). L’absence d’ingénierie territoriale spécialisée, dans les communautés de communes et les Pôles d’équilibre territoriaux ruraux (PETR) au sein du Loiret au fil de l’eau, l’explique peut-être et contrarie l’initiative locale. Il y existe bien une ingénierie d’action, celle « d’accompagnement et de gestion au quotidien » (Janin et al., 2011, cités in IngeTerr Auvergne et Rhône-Alpes (2012, p. 3), et une ingénierie de projet, celle « interv[enant] dans le temps de projets contribuant à l’évolution des territoires (diagnostic, production de connaissances, etc. » (ibid., p. 3), toutes deux généralistes. Mais Tourisme Loiret assure l’ingénierie organisationnelle, celle de la mise en réseau des trois figures de l’ingénierie territoriale « dans le temps long de la construction territoriale (animation, mise en réseaux d’acteurs, capitalisation des connaissances, etc.) [dans laquelle] la part d’ingénierie « du lien » est capitale » (ibid., p. 3). L’enjeu consiste à apporter un surcroît d’intelligence territoriale, définie comme « capacité d’intelligence collective mobilisable sur un territoire ou résultat d’une démarche collective » (Bertacchini, 2010). Or, « misant tout sur [leurs] offices de tourisme » (D), les EPCI à FP ne participent au dispositif que par des actions de communication, suivant leurs compétences et organigrammes actuels. Peu actifs en matière touristique (EPCI à FP) ou plus habitués aux contractualisations régionales ou européennes (PETR), ces acteurs méso-territoriaux restent à l’écart des enjeux d’articulation des échelles et de coordination stratégique du Loiret au fil de l’eau.

26Acteur macro-territorial, Tourisme Loiret va au contact du niveau micro-territorial « selon une logique de discussion et de réassurance, avec un rôle de coordination » (F). Il lui faut parfois édifier les acteurs locaux à leur propre potentiel récréotouristique et, en tous cas, soutenir les initiatives sur les plans technique et méthodologique. En effet, le Loiret au fil de l’eau « suscite de grosses attentes à l’est du département » (D), « les centres d’intérêts [étant] peut-être un peu différents » (E) ailleurs. Outre des aménagements, il s’agit de « mettre une pièce dans la machine » (F) pour animer les territoires par appels à projets communaux et associatifs « valorisant les initiatives venant du bas » (J). L’enjeu consiste à « aller vers les gens » (D), grâce à un cycle de 22 évènements durant l’été 2021, pour célébrer « la Loire et les canaux (…) selon une optique de diffusion départementale » (D) et, surtout, d’ancrage du dispositif. En effet, l’élu référent, depuis 2015, exerçait une domination légale mais pas les deux autres formes de domination légitime, de types traditionnel et charismatique (Weber, 2003). Suite aux cantonales de 2021, le Département affirme le Loiret au fil de l’eau en le confiant à la 3e vice-présidente (chargée de la culture, de l’attractivité et du tourisme), accompagnée par une équipe technique (Tourisme Loiret) au rôle éminent (A, B, D, G, H, J), passée de cinq à treize personnes de 2015 à 2021. Son directeur, surtout, fait figure de manager spécialiste, l’un des cinq idéaux-types des praticiens de l’ingénierie territoriale. Expert (A à J), iconoclaste (A, D, E, F, G, H, J) et porteur d’une « culture managériale de l’efficience et [d’]une maîtrise de la communication et du marketing » (ibid., p. 4), il dynamise ce dispositif en favorisant l’« innovation dans un sous-système sociétal important », troisième axe de transition récréotouristique (Kemp et Loorbach, op. cit.).

Une coordination par les loisirs sportifs de plein air ?

  • 2 Itinéraire de moyenne ou longue distance, d’usages divers, linéaire, continu, jalonné de panneaux i (...)

27Le Loiret au fil de l’eau a suscité un premier projet, programmé de 2022 à 2026, sous forme d’une véloroute2 de 70 kilomètres le long du canal d’Orléans (figure 4). C’est « le dernier maillon [d’une boucle de 240 kilomètres] qui fait la singularité touristique du Loiret » (D), sachant que la fréquentation de la Loire à vélo croît (A à J). Or ce ruban d’asphalte « n’est pas conçu pour répondre aux besoins primaires des cyclotouristes » (F). L’objectif est de les fixer en mobilisant sports et loisirs de plein air (activités nautiques, baignade, équitation, pêche, randonnées, etc.), leviers de développement désormais mieux considérés ici (H, I), avec un volet patrimonial (châteaux, fleuve et nature) selon un enjeu de gestion d’usages différenciés et de prévention des conflits (A, H, I). Sous l’impulsion du Département, la finalité serait « de connecter tourisme (qui fait venir) et culture (qui occupe), alors qu’il y a une logique de silo, jusque dans les endroits les plus reculés, selon une logique d’animation par des offres reconnectées au territoire pour que les acteurs locaux s’en emparent » (F). F vise ainsi une gamification, qu’il définit comme « la transmission pédagogique d’une information de façon ludique », de la Loire à vélo par (re)découverte du territoire au moyen « du muséal, de bornes interactives pour la rendre plus funky sur trois heures car la lassitude est l’ennemi : les gens baissent la tête et ne voient plus ce qui est proposé ». En somme, il faut « raconter une vraie histoire » (C, F, H) dans une « perspective de marketing expérientiel » (E, F).

Figure 4 : Les véloroutes du Loiret, liens communs entre l’est et l’ouest du département

Figure 4 : Les véloroutes du Loiret, liens communs entre l’est et l’ouest du département

Conception-réalisation : S. Dournel (CEDETE, 2021) ; données : Union européenne – SOeS CORINE Land Cover 2012, IGN BD TOPO® Version 2, BD Carthage®, BD Carthage ®, contributeurs d’OpenStreetMap sous licence ODbL, région Centre-Val de Loire, département du Loiret

28Ainsi, adoptant le slogan anglophone de l’exploitant de ses bases de loisirs, le Département communique, par publi-rédactionnel, sur l’image de « Loiret-les-Bains » : la slowlife au bord de l’eau » (Magcentre, 2021). Aux activités (stand-up paddle, beach-volley, natation, VTT, pêche, randonnée, archery tag, etc.) et évènements existants (triathlon renommé sur l’une des bases, etc.) s’ajouteront une piscine découvrable chauffée, dans l’une, et des équipements ludo-sportifs (espace yoga, jeux en bois, structures nautiques et équestres), dans l’autre, pour rallonger les séjours. De même, le Département, la Ville et la Métropole d’Orléans ont confié à des prestataires l’animation des quais de Loire et la navigation de plaisance sur le canal d’Orléans durant l’été 2021 (A, B, D, E, F) ; Montargis réaménage son port de plaisance et l’assortit d’une marina (E, G, H). Cette réorientation fluvestre complète de plus vastes projets comme Loire Destination Itinérance entre Roanne et Gien, « spécialisé canoë, pêche et découverte nature » (D). Le Loiret est perçu comme une « interface entre une Loire nature, avec une clientèle nationale et européenne, et une Loire culture, de Gien à Saumur, avec une clientèle mondiale » (D, I).

29L’ensemble fait écho à la Stratégie régionale de tourisme durable, qui pose que « 12 millions de Franciliens sont intéressés au tourisme de nature » (C). Le Loiret au fil de l’eau s’articule également au Schéma régional des Véloroutes Voies Vertes, sachant que « 90 % de l’offre touristique loirétaine se fait autour de l’axe ligérien mais que la Scandibérique va profiter à l’est du département, en train de se structurer » (D), et le relier à l’Île-de-France (C, J). Dans ce cadre, le dispositif vise la promotion de sports « de nature, beaucoup pratiqués dans le Loiret mais peu accompagnés dans leur développement, notamment au bénéfice des clientèles externes, générant donc une absence de consommation » (D) que déplorent aussi H et I. Aussi sert-il « à parler aux clientèles locales, franciliennes et étrangères avec un projet à la fois touristique et sportif et une approche “user-centered” » (D), identifiant besoins et solutions. Il s’agit de « capter les touristes ayant l’habitude de pratiquer leurs activités en Anjou et en Touraine au moyen d’une mise en réseau, d’une sensibilisation et d’une concertation avec les acteurs privés » (B), notamment ceux des loisirs sportifs de plein air, dans le cadre d’une dynamique émergente de coordination.

Quelle opérationnalité pour Le Loiret au fil de l’eau ?

30Les pratiques et les représentations d’acteurs vis-à-vis du dispositif étant exposées, il convient d’analyser la configuration du modèle interprétatif conçu sous forme d’un tableau croisé, et orientant vers des axes de progrès. L’ensemble appelle à saisir les processus de création d’activités et d’encastrement territorial qu’induit cette dynamique de transition récréotouristique et d’intermédiation territoriale.

Retour d’expérience et axes de progrès identifiés

31Les dires d’acteurs composent un ensemble discursif formant une unité d’analyse. Chaque auteur a ordonnancé cet ensemble selon une grille d’analyse de contenu croisant les deux processus étudiés. Puis les deux ont comparé leurs résultats pour établir une position partagée et proposer un modèle interprétatif des pratiques et des représentations d’acteurs du Loiret au fil de l’eau (tableau 1). Ce modèle souligne un dispositif surtout fixé sur l’activation de proximités par construction d’un diagnostic partagé, premier temps de l’intermédiation territoriale, ce qui cadre avec le caractère déjà ancien de la dynamique de transition récréotouristique loirétaine. Les matériaux se rapportant à la phase 3 d’ancrage territorial de l’intermédiation sont ténus, le dispositif étant récent. À l'inverse, ceux croisant des éléments de diagnostic partagé (phase 1) et de « passage d’un équilibre dynamique initial à un nouvel équilibre dynamique » sont nombreux du fait de l’ancienneté de l’action publique dans le Triangle d’eau et de l’essor d’une nouvelle génération de projets. De nombreux matériaux discursifs sont ainsi au croisement entre la phase 2 de l’intermédiation territoriale (« constitution d’une dynamique interne ») et « l’innovation dans un sous-système sociétal », le tourisme. Enfin, les trois axes de la transition restent peu ancrés car ce dispositif porté par le Département manque de relais local. Synthétisant des transformations territoriales et organisationnelles de fond, cette grille d’analyse inédite ouvre sur des axes de progrès.

Tableau 1 : Ordonnancement et gradation de la présence d’éléments de l’ensemble discursif

Tableau 1 : Ordonnancement et gradation de la présence d’éléments de l’ensemble discursif

Conception-réalisation : J. Chaboche et S. Dournel, 2021

32Ainsi le niveau méso-territorial, d’échelle intercommunale, doit se saisir du dispositif, et des enjeux récréotouristiques qu’il porte, pour l’articuler avec son projet commun de développement, l’intégrer à ses documents d’urbanisme et l’ancrer localement. Selon une finalité d’intelligence territoriale (Bertacchini, op. cit.), l’idéal serait de mieux articuler acteurs et échelles. L’objectif serait que Tourisme Loiret garde l’orientation stratégique et sa mission de coordination, que les EPCI à FP prennent la maîtrise d’ouvrage de projets structurants avec le soutien du Département et que les créateurs d’activités accentuent leur force d’impulsion par un accompagnement technique et financier plus adapté à leur réel impact territorial. En deuxième lieu, à cette échelle méso-territoriale, il s’agirait de combiner une stratégie de protection du patrimoine bâti et paysager autour des canaux et au-delà de Sully-sur-Loire, limite est du périmètre Unesco, avec la revitalisation des centres-bourgs. Ceux à bon potentiel récréotouristique (Donnery, Fay-aux-Loges et Combreux pour le canal d’Orléans ; Châtillon-Coligny et Briare pour le canal de Briare ; Souppes-sur-Loing pour le canal du Loing) s’équiperaient de services liés aux usages des loisirs sportifs de plein air : accueil (mobilier urbain et signalétique), restauration, hébergements et services connexes (animation, location, réparation de vélos). À cet égard, la gamification du Loiret au fil de l’eau par gains d’autonomisation de l’usager, enrichissement des contenus d’activités et ludicisation de son expérience, est une piste prometteuse (Schoeny et Chaboche, 2022), faisant l’objet d’une collaboration en discussion avec le premier auteur.

33Compte tenu des effets locaux du changement climatique sur les débits fluviaux et les hauteurs d’eau, il s’agit d’adopter des embarcations plus légères et à plus faible tirant d’eau, par rapport à la batellerie traditionnelle, pour éviter que le canal d’Orléans ne devienne qu’un décor de pratiques ludo-sportives fluvestres avant tout terrestres. Globalement, le thème des loisirs sportifs est peu présent dans les discours recueillis, bien que le dispositif l’appelle par vocation. Continuité paysagère de qualité, lien commun entre communes riveraines d’un même réseau fluvial et disponibilité foncière (Dournel, 2019) font en effet de ce périmètre un espace dépaysant propice aux pratiques sportives douces et lentes (tel le tourisme équestre, en quête de développement), orientées avant tout loisir, bien-être et santé. Il conviendrait de formaliser une véritable stratégie en ce sens à l’échelle du dispositif, pour mieux détecter, accompagner et développer les initiatives qu’engagent déjà certains acteurs privés.

Processus de création d’activités et encastrement territorial

34Chaque acteur privé interrogé correspond à l’un des quatre types d’entrepreneurs que révèle une analyse du rôle du territoire sur les micro-mentalités et logiques d’action des dirigeants de très petites entreprises de tourisme sportif de nature (Bouhaouala, 2000) :

  1. l’indépendant passionné, batelier autoentrepreneur, a transféré ses activités d’Orléans aux confins ligériens du Loiret Est, selon un rapport existentiel au territoire. Travaillant en famille, il utilise son parcours dans l’éducation populaire en misant sur l’associatif comme levier de création d’activités (navigation de plaisance pour lui ; herboristerie pour son épouse). Acteur convaincu de la transition récréotouristique, il créé de l’intermédiation territoriale en cultivant des liens intenses avec une pluralité d’acteurs mais doute de l’efficacité du Loiret au fil de l’eau ;

  2. l’entrepreneur indépendant exploite une base de loisirs du Département et propose de la randonnée fluviale. Venu des Hauts Cantons de l’Hérault où il menait des activités similaires, son rapport au territoire, vu comme un lieu de travail attractif pour clientèles orléanaises et sud-franciliennes, est instrumental. Les loisirs sportifs étant son « produit central et monnayable » (Bouhaouala, 2000, ibid., p. 43), il profite de la réhabilitation de la base pour intensifier ses activités. Acteur pragmatique de la transition récréotouristique, loué pour ses initiatives, il prend peu part à la dynamique d’intermédiation territoriale ;

  3. le manager gestionnaire, éphémère conseiller général (2011-2015) et ex directeur de l’innovation d’une multinationale, préside une association de batellerie fluviale. En quête d’efficacité, il veut rendre service et stimuler le tissu socioéconomique local en valorisant le patrimoine et la culture populaire au moyen d’activités nautiques. Ce militant de la transition récréotouristique s’engage tous azimuts (ex : administrateur de Tourisme Loiret), implique son association dans des projets locaux, la promeut auprès de décideurs et capitalise sur l’intermédiation territoriale ;

  4. le conservateur patrimonial, autocariste du Montargois, propose des circuits touristiques pour clientèles franciliennes et loue des vélos. Au fait du Loiret au fil de l’eau, il croit en son essor et veut en tirer profit. Il considère le Gâtinais comme une ressource, vu son potentiel fluvestre, et espère que la réhabilitation des bases de loisirs l’aidera à diversifier son offre. Observateur intéressé de la transition récréotouristique, son ancrage local l’incite à participer à la dynamique d’intermédiation territoriale du dispositif.

35L’ensemble confirme que la création d’activités n’est pas toujours d’ordre économique (Verbeck et al., 2011) et qu’elle peut advenir sous forme d’intermédiations territoriales non marchandes mais fécondes pour la transition récréotouristique. Ces dynamiques d’acteurs peuvent être étudiées grâce au triptyque de co-création d’activités, modélisé par Verbeck et al. (ibid.) et structuré autour de trois pôles en interactions : « créateur et ses réseaux », « acteurs de l’accompagnement à la création d’activités », « territoire rural d’implantation et de construction de l’activité ». Concernant le premier pôle, chaque acteur dispose d’un bon capital social individuel (réseau mobilisable pour accéder à des ressources) et collectif (confiance d’une communauté en lui) excepté, peut-être, l’entrepreneur indépendant, qui doit parfaire sa légitimité territoriale auprès d’élus locaux réticents au tourisme. Le deuxième pôle recèle de fortes marges de progrès car les nécessaires dispositifs d’accompagnement (par transferts, échanges, apprentissages, etc.) sont lacunaires ou inexistants (formation) bien que chaque acteur attende une écoute mutuelle renforcée avec ses partenaires. Enfin, dans le cadre du troisième, chaque acteur adopte une « stratégie haute » (Pecqueur, 1994, cité par Verbeck et al., op. cit., p. 379). Elle « consiste à structurer l’espace pour fabriquer des actifs spécifiques, ceci en développant des coopérations avec les autres acteurs » (Verbeck et al., ibid., p. 379), plutôt que simplement exploiter à bas coût de production une ressource abondante. L’entrepreneur indépendant paraît toutefois proche de cette « stratégie basse », n’entretenant un lien, lâche de surcroît, qu’avec son bailleur, le Département. En revanche, le manager gestionnaire influe sur l’action publique, par exemple en affiliant son association au Collectif pour le Canal d’Orléans comprenant douze autres associations. L’indépendant passionné échange avec de nombreux acteurs privés. Il sollicite l’acteur public pour ses activités (restauration du quai de son bateau par la commune, etc.), pour son projet de valorisation de la Loire et du canal de Briare (présenté à Tourisme Loiret et Voies Navigables de France) ou pour sensibiliser l’EPCI à FP du Giennois et le PETR au patrimoine fluvial local. Le conservateur patrimonial approche les décideurs pouvant le soutenir. Au total, des liens socioéconomiques plus denses, étroits et ramifiés procurent des gains d’intelligence territoriale (Bertacchini, op. cit.), dans le cadre d’une action collective mobilisant des compétences relationnelles et cognitives pointues par activation de proximités géographiques, culturelles et organisées.

36Ce triptyque de la création d’activités révèle des processus contrastés d’encastrement territorial. Issu des travaux séminaux de Granovetter, ce concept exprime la capacité d’un créateur à surmonter des difficultés liées au faible potentiel social d’un espace (Saleilles, 2006, citée par Verbeck et al., ibid.) grâce à son réseau, à son capital social, aux proximités qu’il active et aux ressources territoriales sur lesquelles il s’appuie. Le degré d’encastrement territorial dépend de la capacité du créateur d’activités à 1) développer un double marché local et extra-territorial (Chevalier, 2000, cité par Verbeck et ibid.), 2) s’engager dans la pluriactivité (Biche, 1997, citée par Verbeck et al., op. cit.) et 3) recourir à des réseaux locaux et extra-territoriaux (Ganne, 2000, cité par Verbeck et al., op. cit.). L’indépendant passionné œuvre sur chaque registre et s’appuie sur un fort encastrement territorial qu’il cherche à accroître encore. L’entrepreneur indépendant n’agit que sur le premier point, paraît bien moins encastré au territoire et reste manifestement mobile. Les deux autres sont en situation intermédiaire. Le manager gestionnaire fuit le deuxième point et le conservateur patrimonial s’attache avant tout au premier. Face à ces situations différenciées, le dispositif vise à coordonner les intermédiations territoriales que suscitent les dynamiques individuelles et collectives de création d’activités au profit de la transition récréotouristique, nombreuses dans le Val de Loire mais bien moindres sur les canaux, excepté quelques pôles très actifs (pont-canal de Briare, Belle de Grignon).

Conclusion

37Il s’agissait de comprendre la contribution des loisirs sportifs de plein air à un processus de transition récréotouristique appelant l’activation d’intermédiations territoriales. À cet effet, une grille d’analyse inédite a permis d’examiner un dispositif spatial singulier, Le Loiret au fil de l’eau. Des bifurcations (inondations de 2016, arrivée d’acteurs publics prônant l’innovation, restructuration intercommunale, etc.) et un tourisme culturel peu original, polarisé par quelques châteaux ligériens sous-fréquentés, ont en effet poussé le Loiret à valoriser des espaces plus reculés au moyen, notamment, de loisirs sportifs de plein air. D’emblée, cette stratégie participe bien d’une transition touristique compte tenu d’une triple action de transformation culturelle d’espaces périphériques mais à plus-value paysagère en lieux davantage fréquentés, de valorisation d’une certaine mise à distance comme facteur de qualité de vie, et de conception d’une offre plus authentique (Salvatore et al., op. cit.). Néanmoins, pour reprendre ces mêmes auteurs, l’intérêt pour des expériences nouvelles, l’attrait pour des séjours surprenants et sur mesure et le désir d’intégration et de participation à un style de vie local restent à y établir. En outre, cette stratégie relève, à la limite, d’une transition plus radicale dans des territoires où s’invente un être-au-monde apaisé, propice à des pratiques récréotouristiques alternatives (Corneloup, 2018) valorisant douceur et lenteur. Toutefois, à l’inverse de la cosmotique immersive de l’écologie corporelle (Andrieu, 2014), cette approche transversale, fédératrice et diffuse sous-tend l’essor de loisirs sportifs dans une nature rassurante (Kalaora, 2001), esthétisée, normalisée et packagée, sous la marque Le Loiret au fil de l’eau.

38Dans ce cadre, le Département représente le principal intermédiateur (Prévost, op. cit.) de la transition touristique, jamais désignée ainsi en entretien, d’un espace pluriel. Celle-ci advient par la promotion et la pratique libre de loisirs sportifs fluvestres, plus terrestres qu’aquatiques néanmoins. Les seconds ont pourtant conféré au Loiret, dès sa proto-animation, sa dimension récréotouristique périmétropolitaine. La transition en cours s’appuie ainsi sur des loisirs sportifs de plein air, porteurs d’une pluralité d’usages et de finalités : itinérances douces, pratiques fun, participatives et peu encadrées... En outre, Le Loiret au fil de l’eau densifie son réseau d’acteurs, essentiellement locaux (micro-entrepreneurs et associatifs), au bénéfice de l’intelligence territoriale (Bertacchini, op. cit.). En lien, il appelle à approfondir encore l’interterritorialité (Vanier, op. cit.) naissante qui se joue dans l’émergence difficile d’une gouvernance multi-acteurs et multi-échelles. Ses initiateurs visent la dynamisation du territoire par la création d’activités de toutes sortes, notamment de loisirs sportifs de plein air, à fort encastrement territorial au bénéfice de clientèles locales et franciliennes avant tout. Le Loiret au fil de l’eau reste en phase de cadrage et sa portée opérationnelle reste limitée. Sa phase de conduite émergente nécessitera de densifier et de donner davantage de contenu aux intermédiations qu’il suscite. Les intercommunalités auront à opérer la territorialisation d’un dispositif dont elles bénéficient déjà, à peu de frais, des premiers effets. Les proximités socio-économiques activées relèvent d’abord d’initiatives de petits entrepreneurs associatifs et marchands. Elles participent d’une dynamique de transformation territoriale et organisationnelle du système touristique loirétain. Reste à assurer l’ancrage territorial de ce processus de coordination d’acteurs et de construction d’une nouvelle ressource de loisirs sportifs de plein air participant pleinement à la transition récréotouristique.

Haut de page

Bibliographie

ANDRIEU B., 2014, Une cosmotique immersive. Pour une écologie corporelle en première personne, Nature et Récréation, n° 1, p. 20-24.

AUGUSTIN J., 2011, Qu'est-ce que le sport ? Cultures sportives et géographie, Annales de géographie, vol. 4, n° 4, p. 361-382. https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2011-4-page-361.htm

BERTACCHINI Y, 2010, Intelligence territoriale : une lecture rétro-prospective, Revue Internationale d’Intelligence Économique, vol. 2, n° 1, p. 65-97.

BOUHAOUALA M., 2000, Petites entreprises et territoire. Le cas du secteur du tourisme sportif dans le Vercors, Montagnes Méditerranéennes, n° 11, p. 41-47.

BOURDIEU P., 1987, Choses dites, Paris, Editions de Minuit, 228 p.

CONSEIL GÉNÉRAL DU LOIRET, 2004, Étude stratégique sur le domaine du canal d’Orléans, PV2D - SCET Agences de Toulouse et d’Orléans - BCEOM.

CORNELOUP J., 2018, Transition récréative et territoires de pratique, Nature et Récréation, n° 5, p. 31-33.

DOURNEL S., 2010, L’eau, miroir de la ville. Contribution à l’étude de la requalification urbaine des milieux fluviaux et humides (Bassin parisien, Amiens, Orléans), Thèse de doctorat de l’université d’Orléans, 676 p. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00925925/document

DOURNEL S., 2019, L’eau, vecteur de projets communs, à contrecourant de politiques sectorielles, concurrentielles et autocentrées. Gestion et requalification des milieux fluviaux dans le département du Loiret, Sud-Ouest européen, n° 47, p. 69-91. http://journals.openedition.org/soe/5308

DOURNEL S., SAJALOLI B., 2018, Un patrimoine festif oublié : les guinguettes du Loiret de la Belle Époque aux années 1960, Bulletin du Groupe de Recherches Archéologiques et Historiques de Sologne, Tome 40, n° 3, p. 23-44.

DOYEN M., FREJ S., 2003, Le récréotourisme et l’environnement dans les aires protégées périurbaines : la région métropolitaine de Montréal, Canadian Journal of Regional Science, vol. XXVI, n° 2-3, p. 419-430.

FOURNIER S., LE VELLY R., LAFOSSE G., CHAZOULE C., DÉSOLÉ M., 2020, L’intermédiation territoriale publique, une troisième voie entre dispositifs top-down et bottom-up : le cas du Pôle agroalimentaire de l’Isère, Géographie, économie, société, vol. 22, n° 3-4, p. 329-346. https://www.cairn.info/revue-geographie-economie-societe-2020-3-page-329.htm

GAGNON C., 2010, L’écotourisme visité par les acteurs territoriaux : entre conservation, participation et marché, Québec, PUQ.

HALBWACHS M., 1950, La mémoire collective, Paris, PUF, 172 p.

INGETERR AUVERGNE ET RHÔNE-ALPES, 2012, IngeTerr : concepts, cadres et pratiques de l’ingénierie territoriale, Projet PSDR, Série Les 4 pages PSDR3.

JAMBES J.-P., TIZON P., 1997, Projets et territoires : vers de nouveaux modes de gouvernement local ? in LE SAOUT R., L’intercommunalité : logiques nationales et enjeux locaux, Rennes, PUR, p. 147-158.

KALAORA B., 2001, À la reconquête de la pleine nature, Ethnologie française, vol. 31, n° 4, p. 591-597.

KEMP R., LOORBACH D., 2006, Transition management: A reflexive governance approach, in VOSS J.-P., BAUKNECHT D., KEMP R., Reflexive governance for sustainable development, Cheltenham, Edward Elgar, p. 103-129.

KEMP R., LOORBACH D., ROTMANS J., 2007, Transition management as a model for managing processes of co-evolution towards sustainable development, International Journal of Sustainable Development & World Ecology, vol. 14, n° 1, p. 78-91.

LAJARGE R., 1999, Quatre modalités pour faire du territoire, in GERBAUX F., Utopie pour le territoire : cohérence ou complexité ? La Tour d’Aigues, éd. De l’Aube. p. 79-100.

LAJARGE R., PECQUEUR B., LANDEL P.-A., LARDON S., 2012, Ressources territoriales : gouvernance et politiques publiques. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00700760/document

LARDON S., 2011, Chaîne d’ingénierie territoriale : diversité des acteurs dans la conduite d’un projet de territoire, in DAYAN L., JOYAL A. et LARDON S. (éd.), L'ingénierie de territoire à l’épreuve du développement durable, Paris, L’Harmattan, p. 145-162.

LENOIR R., 2012, L’État selon Pierre Bourdieu, Sociétés contemporaines, vol. 3, n° 3, p. 123-154.

LUSSAULT M., 2003, Dispositif spatial légitime, in LEVY J., LUSSAULT M., Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 266-267.

MAGCENTRE, 2021, [Publi] « Loiret-les-Bains » : la slowlife au bord de l’eau. 19 juillet 2021. https://www.magcentre.fr/214714-publi-loiret-les-bains-la-slowlife-au-bord-de-leau/

MILLET F., 2021, Le tourisme fluvestre. Une approche globale de l’itinérance sur et le long des fleuves et canaux, Revue Espaces, n° 340, p. 74-80.

MIRLOUP J., 2004, Régions périmétropolitaines et métropolisation. Orléans, PUO, 303 p.

MOLINER, P., RATEAU, P., COHEN-SCALI, V., 2002, Les représentations sociales : pratiques des études de terrain, Rennes, PUR, 230 p.

NADOU F., PECQUEUR B., 2020, Pour une socioéconomie de l’intermédiation territoriale. Une approche conceptuelle, Géographie, économie, société, vol. 22, n° 3-4, p. 245-263.

NOIRIEL G., 1989, Pour une approche subjectiviste du social, Annales ESC, vol. 44, n° 6, p. 1435-1459.

PRÉVOST B., 2020, Intermédiation territoriale et innovation sociale : des leviers face aux trajectoires de déclin : L’exemple du Pôle Territorial de Coopération Économique de la Haute Vallée de l’Aude, Géographie, économie, société, vol. 22, n° 3-4, p. 399-429. https://www.cairn.info/revue-geographie-economie-societe-2020-3-page-399.htm

SALVATORE R., CHIODO E., FANTINI A., 2018, Tourism transition in peripheral rural areas: Theories, issues and strategies, Annals of Tourism Research, n° 68, p. 41-51.

SCHOENY A., CHABOCHE J., 2022, La gamification du sport. L’expérience croisée du pratiquant et du spectateur connectés à l’espace de jeu, Revue Sciences Sociales et Sport, n° 19, p. 61-97. https://www.cairn.info/revue-sciences-sociales-et-sport-2022-1-page-61.htm

VANIER V., 2008, Le pouvoir des territoires. Essai sur l’interterritorialité, Paris, Economica, 160 p.

VERBECK C., LENAIN M.-A., BLASQUIET-REVOL H., 2011, Vers un nouveau modèle systémique dans l’analyse de la création d’activités et d’emplois en espace rural, Revue d’Économie Régionale et Urbaine, n° 2, p. 369-388. https://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2011-2-page-369.htm

WEBER M., 2003. Économie et Société, tome 1 : les Catégories de la sociologie, Paris, Pocket, 411 p.

YIN R. K., 1984, Case Study Research. Design and Methods, Londres, Sage Publications, 240 p.

Haut de page

Notes

1 Chef d’entreprise (loisirs sportifs terrestres et aquatiques) ; directeur de Tourisme Loiret ; chef du service Environnement et Canaux du Département ; cheffe de projet Le Loiret au fil de l’eau ; autoentrepreneur en navigation fluviale et loisirs sportifs, président d’association (Merci la Loire) ; chargé de mission tourisme au Conseil régional du Centre ; chef d’entreprise (autocariste-voyagiste) ; vice-président du Département chargé de la commission Bâtiments, routes, canaux, déplacements ; directeur-adjoint de Tourisme Loiret ; président d’association (la Belle de Grignon) et ancien conseiller général. Cet ordre diffère du codage des entretiens de A à J.

2 Itinéraire de moyenne ou longue distance, d’usages divers, linéaire, continu, jalonné de panneaux informatifs, sécurisé et incitatif qui évite les dénivelés excessifs et circule autant que possible en site propre et sur des routes secondaires.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : le Loiret, un département aux forts contrastes territoriaux entre est et ouest
Crédits Conception-réalisation : S. Dournel (CEDETE, 2021) ; données : Union européenne – SOeS CORINE Land Cover 2012, Préfecture du Loiret, RGP INSEE de 2010, BD Carthage®
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18799/img-1.png
Fichier image/png, 627k
Titre Figure 2 : Le Loiret, un département sous influences métropolitaines
Crédits Conception-réalisation : S. Dournel (CEDETE, 2021) ; données : Union européenne – SOeS CORINE Land Cover 2012 IGN BD TOPO® Version 2, BD Carthage®, contributeurs d’OpenStreetMap sous licence ODbL
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18799/img-2.png
Fichier image/png, 848k
Titre Figure 3 : Composantes paysagères du Loiret
Crédits Conception-réalisation : S. Dournel (CEDETE, 2021) ; données : Union européenne – SOeS CORINE Land Cover 2012, IGN BD TOPO® Version 2, BD Carthage®, BD Carthage ®, contributeurs d’OpenStreetMap sous licence ODbL, DREAL Centre-Val de Loire, Établissement public Loire
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18799/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Photo 1 : La Société Nautique du Loiret, force d’impulsion des sports d’eau
Crédits © Coll. privée L. Pillon, 1900-1913
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18799/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Photo 2 : la Loire à Orléans au rythme des écoles de natation
Crédits © Archives municipales d'Orléans, années 1950, 3Fi1885
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18799/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photo 3 : Inauguration, en 2019, du Loiret au fil de l’eau à Combleux, débouché en Loire du canal d’Orléans
Crédits Cliché : S. Dournel, 2019
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18799/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Titre Figure 4 : Les véloroutes du Loiret, liens communs entre l’est et l’ouest du département
Crédits Conception-réalisation : S. Dournel (CEDETE, 2021) ; données : Union européenne – SOeS CORINE Land Cover 2012, IGN BD TOPO® Version 2, BD Carthage®, BD Carthage ®, contributeurs d’OpenStreetMap sous licence ODbL, région Centre-Val de Loire, département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18799/img-7.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Tableau 1 : Ordonnancement et gradation de la présence d’éléments de l’ensemble discursif
Crédits Conception-réalisation : J. Chaboche et S. Dournel, 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18799/img-8.png
Fichier image/png, 1011k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

José Chaboche et Sylvain Dournel, « Transition récréotouristique et loisirs sportifs de plein air en espace périmétropolitain : Le Loiret au fil de l’eau comme dispositif d’intermédiation territoriale », Géocarrefour [En ligne], 95/2 | 2021, mis en ligne le 09 juin 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/18799 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.18799

Haut de page

Auteurs

José Chaboche

Maître de conférences à l'Université d'Orléans, UFR-Collegium Sciences et Techniques domaine STAPS (Management du Sport) jose.chaboche@univ-orleans.fr

Sylvain Dournel

Ingénieur de recherche en géographie et aménagement à l'Université d'Orléans, laboratoire CEDETE, sylvain.dournel@univ-orleans.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search