Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96/2ArticlesLa géoprospective comme aide à la...

Articles

La géoprospective comme aide à la réflexion sur les futurs possibles de l’eau et de sa gestion : exemple d’une recherche en cours dans le bassin-versant du Buëch

Geoprospective as an aid to reflection on the possible futures of water and its management: the example of ongoing research in the Buëch watershed
Christine Voiron-Canicio, Nathalie Dubus, Jean-Christophe Loubier, Quentin Robiquet, Pascal Favre et Julien Reichenbach

Résumés

Les changements environnementaux en cours impliquent d’adapter la gestion intégrée de l’eau aux enjeux du futur et de prendre en considération les particularités locales et leur évolution possible. La démarche de géoprospective permet d’envisager une gestion territorialisée de l’eau qui s’inscrive sur le temps long et intègre les points de vue de diverses catégories d’acteurs. Développée dans le projet de recherche RADHY-Buëch, sa mise en œuvre méthodologique a dû être révisée pour se plier aux contraintes de la crise sanitaire : sont exposées les étapes de recueil des visions des futurs de l’eau et de sa gestion dans le bassin du Buëch, la démarche d’élaboration des scénarios narratifs en construction à partir de ces représentations, l’outil de communication en cours de réalisation pour partager les connaissances acquises.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 R2D2 2050 : Risque, Ressource en eau et gestion Durable de la Durance en 2050

1Afin de faire face aux impacts du changement climatique sur la ressource hydrique, la politique de gestion durable, intégrée et équilibrée de l’eau, mise en place à différents niveaux administratifs et géographiques, doit s’adapter aux défis et enjeux du futur. Les études prospectives, à l’exception de quelques-unes menées sur de grands bassins fluviaux - Garonne 2050, R2D20501 -, demeurent encore rares sur des bassins de taille plus restreinte. Cet article entend aborder cette question en présentant une démarche de recherche qui a pour visée d’aider à élaborer une gestion territorialisée de l’eau intégrant la dimension prospective sur le temps long.

  • 2 Le projet RADHY-Buëch (2019-2022), coordonné par B. Bonté et co-porté par l’unité RiverLy, l'UMR G- (...)
  • 3 Les PTGE sont encore peu nombreux à l’heure actuelle en France ; il n’en existe d’ailleurs pas sur (...)

2La démarche est exposée en prenant appui sur l’un des volets du projet de recherche Représentation intégrée des Adaptations individuelles et des Dynamiques Hydrologiques2 sur le bassin-versant du Buëch, dans les Alpes du Sud. Ce territoire de moyenne montagne aux influences méditerranéennes, drainé par la rivière du Buëch, affluent de la Durance, a une activité économique marquée par l’agriculture et l’élevage. Depuis une vingtaine d’années, il fait fréquemment l’objet d’arrêtés sécheresse et subit des tensions sur la ressource en eau, notamment les mois d’été. À l’instar de nombreux territoires agricoles, les défis majeurs à relever sont de trois ordres. Le premier est de restaurer au plus vite l’équilibre entre les volumes prélevés et la ressource disponible sur les secteurs en déséquilibre. Les Plans de Gestion de la Ressource en Eau (PGRE) ont été conçus pour répondre à cet objectif de résultat. Celui du bassin-versant du Buëch, mis en place fin 2019, définit un plan d’action pour gagner des volumes à brève échéance – quatre ans pour l’eau potable, six ans, au plus, pour l’irrigation (SMIGIBA, 2019). Le deuxième est d’anticiper les déséquilibres futurs liés à la raréfaction attendue de la ressource, mais encore difficilement quantifiables pour la gestion de l’eau, du fait de l’incertitude inhérente aux changements climatiques et socio-environnementaux. L’approfondissement des connaissances sur le changement climatique et sur la ressource est désormais recommandé. Le SDAGE Rhône Méditerranée 2022-2027, adopté par le comité de bassin en mars 2022, préconise des actions d’anticipation dans ce sens. Toutefois, bien qu’il propose une estimation qualitative de la probabilité d’effet d’une disposition, à trois horizons temporels, à court terme, moyen terme et long terme, il ne s’agit pas de prospective. Or, les études prospectives sur les impacts locaux du changement climatique sont demandées afin d’éclairer les arbitrages sur le choix de moyens à mettre en œuvre en réponse à différents scénarios. Le troisième défi est de mettre en place, au niveau local, une approche globale des questions relatives à l’eau. Tel est l’objet des Projets de Territoire pour la Gestion de l’Eau (PTGE)3, ayant pour finalité de faciliter les démarches de co-construction d’un projet global, pour tous les usages de l’eau, avec une gouvernance élargie aux usagers et aux associations. L’objectif est non seulement d’aborder l’ensemble des problématiques induites par le changement climatique sur la ressource, mais également de gérer et de prévenir les conflits actuels et à venir autour des usages de l’eau, notamment dans le domaine agricole, et sur les mesures qui font débat, telles que la création de retenues.

3Cet article s’inscrit dans l’optique de ce dernier défi. L’objectif est double : d’une part, illustrer, par la recherche en cours du projet RADHY, l’intérêt de la démarche géoprospective mise en place pour appréhender les représentations des problématiques liées à la ressource en eau qu’ont les habitants du Buëch et, d’autre part, présenter la transformation de la démarche initiale en une démarche heuristique, s’adaptant aux contraintes imposées par la crise sanitaire, ainsi que les innovations méthodologiques résultant de ce nouveau mode opératoire.

4Dans une première partie, l’accent est mis sur la posture retenue, la géoprospective. La spécificité de la démarche par rapport à la prospective territoriale est présentée, ainsi que l’importance allouée au point de vue géographique et spatial dans le recueil de l’information auprès des acteurs du territoire, et dans la communication des résultats. Le mode opératoire initialement prévu est ensuite exposé. La refonte de la démarche méthodologique consécutive au confinement - le remplacement des ateliers prospectifs par une enquête en ligne -, est décrite dans la section suivante. Les avancées méthodologiques en géoprospective font l’objet de la dernière section : la démarche de scénarisation narrative à partir des réponses à l’enquête, puis le nouveau couplage modèles-scénarios narratifs proposé, et leur dialogue via un tableau de bord dynamique.

Contexte de la recherche et parti méthodologique : la démarche géoprospective

Une recherche développée au sein d’un projet intégrant différentes approches modélisatrices pour simuler les futurs de l’eau sur un territoire : le projet de recherche RADHY-Buëch

5Le projet de recherche RADHY-Buëch, démarré en 2019, propose de mettre en place une démarche expérimentale ayant pour finalité de contribuer à la réflexion sur les futurs possibles et souhaités du bassin du Buëch pour la gestion de l’eau et de proposer, à terme, des scénarios d’adaptation locale au risque de sécheresse, en s’appuyant sur deux entrées principales :

  • 4 Le lecteur intéressé peut se référer aux travaux de Richard, 2020 et Bonté et al., 2020.

6- Les résultats de simulations d’un modèle intégré4, prenant d’une part en compte l’état de la ressource en eau grâce à une modélisation hydrologique et, d’autre part, la prise de décisions d’acteurs dans diverses situations hydrologiques grâce à un système multi-agents. Cette modélisation, réalisée sur un territoire test du bassin du Buëch et adaptée dans un premier temps uniquement au milieu agricole, peut permettre de simuler des scénarios d’actions qui contribuent à aider la réflexion sur le partage de l’eau en période de tension sur la ressource (Richard, 2020 ; Bonté et al., 2020).

7- Au-delà des simulations issues de ce modèle agro-hydrologique, la prise en compte de la perception, par différents types d’acteurs de terrain, du territoire et de son futur face à la problématique de l’eau, contribue à la détermination de scénarios d’adaptation plus globaux. Dans ce volet de la recherche, les acteurs sollicités sont non seulement les agriculteurs, dont l’activité prépondérante sur le territoire d’étude fait déjà l’objet de la modélisation multi-agents, mais aussi des catégories d’acteurs relevant d’autres usages de la ressource en eau (alimentation en eau potable (AEP), hydroélectricité, tourisme, préservation des milieux aquatiques), afin d’avoir une vision globale de la problématique. La confluence des savoirs locaux et experts peut ainsi permettre de mettre en lumière des pistes d’adaptation aux changements socio-environnementaux, qui répondent aux préoccupations et souhaits des diverses parties prenantes. Cet aspect de la recherche est envisagé dans une démarche de co-construction et de géoprospective.

8Ces deux volets du projet sont reliés à un troisième volet intégrateur, qui porte sur le développement d’un outil de visualisation des résultats du modèle agro-hydrologique permettant d’améliorer leur intelligibilité, couplé à la présentation des visions des futurs de l’eau par les acteurs du terrain. L’objectif est ainsi de réaliser une plateforme pédagogique qui rassemble les résultats du projet, et qui puisse être utilisée lors d’ateliers de restitution afin de permettre d’évaluer la validité des résultats obtenus, leur intérêt pour les acteurs de terrain, la pertinence de l’outil de visualisation en lui-même, et de susciter ainsi échanges, discussions, mise en débat des enjeux de la gestion globale de l’eau sur le territoire. Cet aspect du projet fait aussi partie intégrante d’une démarche de géoprospective.

La démarche géoprospective pour fil directeur

9La géoprospective est un champ de recherche émergent, porté par un petit nombre de chercheurs, Français pour la plupart, qui s’inscrit dans la lignée de la prospective territoriale (Delamarre, 2002 ; Loinger et Spohr, 2004 ; Vanier, 2015), mais qui s’en distingue à la fois par son concept, son projet et ses pratiques. Le concept est fondé sur la place centrale et incontournable accordée à la dimension spatiale dans le processus d’anticipation à moyen et à long termes du devenir du système étudié : écosystème et territoire. Comme pour la prospective, la cible visée est l’aide à l’action en matière de politique publique, d’aménagement ou de gestion. Toutefois, l’objectif premier est d’ordre scientifique et vise à appréhender, par la recherche, l’espace d’étude dans sa complexité, en cherchant à comprendre les dynamiques anthropiques et environnementales ainsi que leurs interactions spatiales à différentes échelles, dans le contexte du futur.

10La géoprospective englobe des méthodes et des pratiques de recherche diverses qui participent à sa construction, et dont aucune n’est exclusive. La formalisation de cette démarche s’appuie sur un petit nombre de principes et de règles de base qui font consensus dans ses travaux fondateurs, et qui se sont imposés de fait (Voiron-Canicio, 2005, 2006, 2012 ; Houet, 2006 ; Gourmelon et al., 2012 ; Houet et al., 2014 ; Garbolino et Voiron, 2020) :

  1. La prise en compte de la dimension spatiale de la problématique traitée est le fil rouge de la démarche. Le raisonnement spatial sous-tend les différents stades du processus d’anticipation du futur.

  2. La prospective est réalisée à l’aide de représentations spatialisées des futurs possibles. Les scénarios et modèles, quantitatifs ou qualitatifs, visent à appréhender les impacts spatiaux des changements à venir.

  3. La finalité applicative de la connaissance résultant de la démarche géoprospective est l’aide à l’action.

  4. La géoprospective est une démarche scientifique. Les représentations et modélisations spatiales du futur ne peuvent être validées par les méthodes conventionnelles, mais doivent néanmoins respecter les critères de vraisemblance, de pertinence, de cohérence et d’utilité.

11La démarche géoprospective adoptée dans le projet de recherche RADHY Buëch relève de la prospective participative menée en atelier, qui s’appuie sur la médiation par les représentations spatiales (Etienne, 2012 ; Gourmelon et al., 2013 ; Lardon et Roche, 2008 ; Piveteau, 2015), lesquelles sont avant tout les vecteurs d’un espace de débat, de réflexion partagée et de construction collective des représentations socio-environnementales.

La géoprospective appliquée à l’anticipation des futurs de l’eau : itinéraire méthodologique

12Les objectifs des ateliers de prospective participative peuvent être divers. Dans le cadre du projet RADHY, les géographes de l’équipe ont pour tâche de mettre en lumière les visions qu’ont les « acteurs » du devenir de ce territoire, ainsi que leurs représentations des changements à venir. Ce volet, qui est mené parallèlement et indépendamment de la modélisation hydrologique et multi-agents – du moins dans un premier temps –, n’a pas pour finalité d’opérer un diagnostic prospectif mais, d’une part, de déceler le champ problématique général dans lequel la gestion de la ressource en eau prend place et, d’autre part, de faire émerger les perceptions de la problématique de la gestion de l’eau actuelle et future au sein du territoire, qui alimenteront la création de scénarios des futurs possibles à horizon 2050.

13Le protocole retenu initialement reposait sur le recueil de ces perceptions d’habitants du bassin du Buëch, dans le cadre d’ateliers. Il avait été décidé de ne pas limiter les « acteurs » aux élus, gestionnaires et institutionnels habituellement mobilisés dans le cadre des exercices de prospective portés par les pouvoirs publics, mais d’ouvrir la démarche à un public plus large, émanant de la population locale, qui est rarement sollicitée et pourtant directement concernée par la ressource en eau et, indirectement, par sa gestion. Parmi les acteurs visés, nous souhaitions ainsi inclure des agriculteurs, mais aussi des professionnels du tourisme, de l’énergie et de l’industrie, des membres d’organismes ou d’associations liés à l’environnement et à l’eau, ainsi que des habitants susceptibles d’avoir un rôle social vis-à-vis de l’eau. La participation de ces différents types d’usagers à l’exploration de futurs possibles pour la gestion de l’eau du bassin du Buëch est l’un des éléments contribuant à une vision globale de la problématique. Nous avions ainsi dressé une liste de participants potentiels en nous appuyant, d’une part, pour les agriculteurs, sur une enquête menée dans le premier volet du projet et d'autre part, pour les autres secteurs de l’eau, sur l’annuaire des professionnels et l’exploration des sites web des intercommunalités et des offices du tourisme.

14L’organisation des ateliers a été pensée en choisissant le mode opératoire favorisant la libre expression des idées de chaque participant, et le recueil des informations à l’aide de questions ouvertes et suffisamment larges pour éviter d’induire les réponses, et permettre en revanche de déceler les différentes dimensions des problématiques, les angles d’attaque privilégiés ainsi que les angles morts.

  • 5 Il a réuni les représentants de la DDT 05, de l’AFB 05 (Agence française pour la biodiversité), d’E (...)
  • 6 Modèles WatASit, J2000 Buëch et COWAT (Richard, 2020).

15Trois types d’ateliers ont été programmés au début du projet. D’abord, un atelier, réunissant des acteurs institutionnels liés à la gestion de l’eau et associés au projet de recherche5, afin d’appréhender leur vision de la problématique de l’eau sur le bassin-versant, les enjeux et les tensions qu’ils observent selon les espaces. Cet atelier s’est déroulé en avril 2019. Puis un deuxième, destiné à étendre le recueil des informations et perceptions à un public élargi de participants impliqués dans la gestion de l’eau (agriculteurs, professionnels du tourisme, usagers de la rivière, associations liées à l’environnement, élus…), représentant les différents types d’usages de l’eau. L’objectif assigné à cet atelier est identique au précédent, ce sont les modalités de recueil de l’information qui diffèrent, avec pour particularité de s’appuyer à présent sur des représentations spatiales du territoire, autour de cartes et maquettes en 3D, pour déceler les problèmes et enjeux actuels du territoire, hiérarchisés et localisés, vis-à-vis de la problématique de l’eau. Afin de faciliter les échanges autour des documents, il a été jugé préférable de ne réunir qu’une douzaine de personnes à la fois, mais de multiplier les séances pour atteindre un effectif plus large. Les informations de natures diverses recueillies doivent permettre de faire émerger les thèmes et variables afférentes à partir desquelles seront construits différents récits du futur dans le cadre de l’atelier suivant. Ce troisième atelier poursuit un double objectif. Le premier est de présenter les résultats de la modélisation scientifique réalisée parallèlement6 aux participants des deux précédents ateliers (Richard, 2020 ; Richard et al., 2020). Pour rendre les résultats intelligibles et donc accessibles à tout public, et les utiliser comme support de débat et de participation, un travail d’explicitation et de représentation pédagogique des sorties de ces modèles doit être opéré en s’appuyant sur des visualisations intégrées à un tableau de bord dynamique (cf. section 4.3). Le second objectif de l’atelier est de faire dialoguer la modélisation agro-hydrologique et les scénarisations profanes des futurs du Buëch. Le travail collectif des scientifiques et des participants à l’atelier doit notamment permettre de retenir un certain nombre de questions pour lesquelles les apports des deux démarches seront croisés dans une optique opérationnelle, en particulier à destination des agriculteurs du Buëch.

16Cette démarche en trois ateliers successifs a cependant dû être modifiée. En effet la crise sanitaire du covid-19, le confinement et les restrictions de déplacement et de rassemblement du printemps 2020 ont contraint l’équipe à annuler la tenue du deuxième atelier prévue en mai 2020, et à faire évoluer le mode opératoire initial pour pouvoir poursuivre le projet, en opérant « à distance ».

La refonte de la démarche méthodologique et ses premiers résultats

Les adaptations de la démarche imposées par la crise sanitaire

17La démarche méthodologique initialement envisagée a été adaptée au contexte exceptionnel de la crise sanitaire du covid-19, avec pour ligne directrice de respecter les principes de la géoprospective : place de la spatialisation des phénomènes, vision à long terme (une trentaine d’années), approche globale de la problématique de l’eau, participation de différentes catégories d’acteurs du territoire, partage de connaissances via un outil de médiation scientifique.

18Le premier atelier, qui a pu être organisé avec les acteurs institutionnels, a permis d’obtenir des résultats très utiles pour orienter la suite de l’étude et envisager les problématiques du terrain.

19En revanche le deuxième atelier géoprospectif, avec les acteurs du territoire, a été remplacé par une enquête en deux temps présentée plus loin. Les principes majeurs de l’atelier ont été cependant conservés : une approche spatiale et temporelle des phénomènes, et un échange de connaissances grâce à des documents d’accompagnement. Les thématiques abordées reflètent les lignes fortes mises en évidence lors du premier atelier. Afin de recueillir le plus finement possible les opinions des personnes enquêtées, le questionnaire est assez conséquent : à mi-chemin entre un guide d’entretien semi-directif et une enquête quantitative, il couple des questions ouvertes et des questions fermées avec de nombreuses modalités, des questions à choix multiples, des appréciations/évaluations graduées en intensité, des réponses à localiser. Le traitement de cette enquête a été réalisé à l’aide d’analyses statistiques, textuelles et spatiales. Les résultats de l’enquête font l’objet d’une fiche de synthèse à transmettre aux participants. Ils permettent de contribuer à l’élaboration de scénarios des futurs possibles du bassin-versant vis-à-vis de la gestion de l’eau.

La représentation des enjeux, des tensions et des futurs de la ressource en eau pour les acteurs institutionnels

20Lors du premier atelier, un questionnaire court a été posé sur les enjeux actuels et futurs et les tensions perçues autour de la gestion de l’eau dans le bassin du Buëch. Chaque acteur a répondu par écrit, dans un temps limité, puis a présenté ses réponses oralement en indiquant par des post-it, positionnés sur une carte projetée, les lieux identifiés par rapport aux questions posées.

21Le traitement des réponses obtenues a permis d’obtenir une vision globale des enjeux et tensions liés à l’eau sur le territoire du Buëch, tels que perçus par les acteurs institutionnels présents. Ils ont été synthétisés sur un schéma cartographique situant les grands espaces sur lesquels ils ont été identifiés (Figure 1).

Figure 1 : Schéma synthétique des résultats obtenus lors de l’atelier « acteurs institutionnels » du 4 avril 2019

Figure 1 : Schéma synthétique des résultats obtenus lors de l’atelier « acteurs institutionnels » du 4 avril 2019

Projet RADHY Buëch

22Ce premier atelier a ainsi permis de repérer les thématiques à aborder de façon prioritaire et les questions importantes à poser pour la suite de l’étude. C’est sur cette base que le questionnaire de l’enquête a été établi.

L’enquête sur la vision des futurs de l’eau et de sa gestion dans le bassin du Buëch

23L’enquête mise en place pour remplacer l’atelier géoprospectif a porté sur les représentations des problèmes et enjeux actuels du bassin du Buëch et du système eau, hiérarchisés et localisés, et sur les visions de son devenir, afin de déceler « ce à quoi on tient ». Les personnes interrogées ont été sélectionnées selon leur profil socio-professionnel, avec pour objectif de constituer un échantillon représentant les différents types d’usagers de l’eau. Les personnes enquêtées ont donc été celles que l’on aurait souhaité solliciter pour participer aux ateliers. Les contacts ont été pris par téléphone puis par mail, et accompagnés de l’envoi d’un flyer présentant le projet RADHY-Buëch et la démarche de l’enquête. Sur la quarantaine de personnes sollicitées, une vingtaine a répondu à l’enquête, soit directement en ligne, soit par téléphone avec un membre de l’équipe de recherche. Elles se répartissent en 1/3 d’agriculteurs, 1/3 d’acteurs institutionnels et 1/3 d’acteurs du tourisme ou d’acteurs associatifs en lien avec l’environnement. Si cet échantillon intègre les différents types d’usagers, il n’est cependant pas statistiquement représentatif de l’ensemble de la population du Buëch. L’objectif final étant de dégager des pistes pour la construction de scénarios futurs pour la gestion de l’eau, nous avons néanmoins considéré qu'une enquête approfondie mais ciblée sur un panel d’acteurs de terrain, et non sur un échantillon plus large et représentatif de toute la population, convenait tout à fait, et pouvait refléter le panel qui aurait été celui des participants à l’atelier géoprospectif. Les résultats obtenus ont donc été exploités et relativisés en conséquence.

24L’enquête s’est déroulée en deux temps et a fait l’objet d’envoi d’une documentation complémentaire.

25- La première partie de l’enquête a été menée en ligne en juin 2020. Ce premier questionnaire porte sur la perception du bassin du Buëch et du système eau actuel au sein de ce territoire (Figure 2). Il intègre une grille de localisation permettant de positionner spatialement certains éléments de réponse.

26Les premières questions permettent d’appréhender la perception actuelle du territoire, ses atouts et ses handicaps, l’identification de priorités démographiques, économiques et sociales, environnementales, la détermination et localisation d’éléments permettant de caractériser son identité, et la mise en avant de potentiels changements majeurs dans les dix dernières années. Vient ensuite une partie orientée plus spécifiquement sur la question de l’eau : tensions sur la ressource, modes de gestion de l’eau et actions à promouvoir sont ainsi abordés et donnent ponctuellement lieu à un système de hiérarchisation des problématiques. La dernière partie du questionnaire concerne enfin le profil des participants.

Figure 2 : Le Buëch aujourd’hui 

Figure 2 : Le Buëch aujourd’hui 

Résumé du questionnaire constituant la première partie de l’enquête sur les futurs de l’eau dans le bassin du Buëch

Source : Robiquet Q., projet RADHY-Buëch, 2020

27- La deuxième partie de l’enquête a été réalisée en juillet 2020 auprès des mêmes participants. Ce deuxième questionnaire porte sur la vision que chaque enquêté a du futur du territoire du Buëch et du système "eau" face aux changements environnementaux et sociétaux en cours (Figure 3). Il se compose de questions portant sur les opportunités et changements (perspectives et craintes) sur le territoire du Buëch à l’horizon 2050, les paysages du Buëch dans le futur, la perception des zones du bassin les plus vulnérables face au changement climatique, la problématique de l'eau et de l'agriculture sur le territoire et les options de gestion souhaitables. Tout comme le premier questionnaire, il offre la possibilité de localiser certains éléments de réponse. Il intègre aussi des éléments photographiques aidant à la détermination des paysages souhaités ou redoutés pour le futur.

Figure 3 : Le Buëch dans le futur

Figure 3 : Le Buëch dans le futur

Résumé du questionnaire constituant la deuxième partie de l’enquête sur les futurs de l’eau dans le bassin du Buëch.

Source : Robiquet Q., projet RADHY-Buëch, 2020

28Ce questionnaire a été accompagné par un document de synthèse scientifique qui apporte des connaissances sur certaines données actuelles et projetées pour le bassin du Buëch : population, climat, ressource en eau. Il a pour objectif de contribuer à alimenter la réflexion des enquêtés face au questionnaire.

Le traitement de l’enquête

29Les questionnaires ont été traités par différentes méthodes, selon le type d’information récoltée : analyses textuelles, traitements statistiques simples à partir de codage thématique et représentations graphiques associées et, enfin, analyse spatiale des données localisées ont permis de mettre en évidence les visions du Buëch actuel et futur.

30Voici, à titre d’exemples, quelques résultats obtenus à l’issue de ces traitements.

31À la question ouverte portant sur les atouts du territoire du Buëch, les personnes enquêtées ont répondu par des groupes de mots ou des phrases. Le traitement du corpus obtenu relève de deux approches, l’une manuelle, l’autre automatique. Une codification thématique manuelle, qui consiste à attribuer des thèmes à des éléments de réponses et à sommer leur présence, a été réalisée. Ce traitement s’obtenant par une interprétation subjective de l’information (Guerin-Pace, 1997), il a été conforté par un traitement par analyse textuelle automatique avec l’utilisation du plugin R.Temis (Text Mining Solutions), sous R, qui a permis d’asseoir le codage thématique en réalisant une analyse terme-fréquence à partir de laquelle a été généré un nuage de mots, et en réalisant une analyse de cooccurrence de termes (Robiquet, 2020).

32Parmi les atouts identifiés, ont ainsi été mis en avant les mots clés de nature, climat, paysages… Le climat n’est pas, dans ce cas, associé au terme de changement, mais présente des cooccurrences fortes avec des aspects favorables. Le territoire est perçu comme préservé, avec une faible présence humaine. Son contexte climatique et montagnard lui confère des atouts paysagers, un caractère authentique et rural, une agriculture diversifiée, des itinéraires de randonnées, de l’eau offrant des possibilités de baignades en rivière en été (Figure 4).

Figure 4 : Les atouts du bassin du Buëch selon l’enquête en ligne

Figure 4 : Les atouts du bassin du Buëch selon l’enquête en ligne

Comptage d’occurrences par thématique et nuage de mots

Source : Robiquet Q., projet RADHY-Buëch, 2020

33La question relative aux perspectives les plus préoccupantes pour le territoire du Buëch a été traitée selon la même méthode que précédemment. La figure 5 montre que les craintes les plus exprimées portent sur la disponibilité de la ressource en eau, avec « plus » de restrictions, « moins » d’eau, et des « prix » plus élevés (voir nuage de mots figure 5). Cette disponibilité a des conséquences sur l’agriculture et ressort comme une priorité de préoccupation notamment pour la biodiversité (voir diagramme à bandes figure 5).

Figure 5 : Les perspectives préoccupantes selon l’enquête en ligne

Figure 5 : Les perspectives préoccupantes selon l’enquête en ligne

Comptage d’occurrences par thématique et nuage de mots

Source : Robiquet Q., projet RADHY-Buëch, 2020

34Des analyses spatiales ont aussi permis de localiser différents éléments issus de la perception des enquêtés : secteurs de handicaps sur le bassin-versant, lieux représentatifs de l’identité du territoire, changements majeurs survenus depuis 10 ans, localisation des problèmes actuels relatifs à l’eau, zones les plus vulnérables face au changement climatique, mais aussi opportunités pour se préparer aux changements à venir.

35Deux méthodes de représentation cartographique ont été explorées. L’une représente les scores issus de codages thématiques au centre de chaque secteur du carroyage proposé dans l’enquête. Elle permet ainsi de localiser des thèmes de réponses libres, avec les cases citées par les enquêtés. Les scores de citations élevées deviennent alors des données localisées exploitables. La figure 6 montre les secteurs de handicaps dans le bassin-versant selon cette méthode, et la figure 7 situe les occurrences des problématiques liées à la gestion de l’eau.

Figure 6 : Les secteurs de handicaps dans le Buëch selon l’enquête en ligne

Figure 6 : Les secteurs de handicaps dans le Buëch selon l’enquête en ligne

Méthode de localisation par mailles

Source : Robiquet Q., projet RADHY-Buëch, 2020

Figure 7 : Les problématiques liées à la gestion de l’eau selon l’enquête en ligne

Figure 7 : Les problématiques liées à la gestion de l’eau selon l’enquête en ligne

Méthode de localisation par mailles

Source : Robiquet Q., projet RADHY-Buëch, 2020

36L’autre méthode consiste en un traitement plus complexe. Il s’agit d’associer, pour chaque secteur cité par les enquêtés, une couche de type « point » sur un SIG, sur une couche de type « polygone » caractérisant une occupation du sol (par exemple Corinne Land Cover) sur la maille étudiée. Cette méthode permet une lecture spatiale plus aisée mais dépend fortement des choix sur la couche d’occupation du sol. Elle est à utiliser lorsqu’un ensemble de points se concentrent sur un même secteur pour une même problématique. La figure 8 met de nouveau en avant les espaces sur lesquels les enquêtés ont pointé des problématiques liées à la gestion de l’eau, mais selon cette méthode.

Figure 8 : Les secteurs du bassin-versant du Buëch présentant des problématiques liées à la gestion de l’eau, selon l’enquête en ligne

Figure 8 : Les secteurs du bassin-versant du Buëch présentant des problématiques liées à la gestion de l’eau, selon l’enquête en ligne

Méthode de localisation par couches d’occupation du sol.

Source : Robiquet Q., projet RADHY-Buëch, 2020

37Les visions des futurs possibles émergeant de cette enquête vont être utilisées pour aller vers une scénarisation des futurs de la gestion de l’eau dans le bassin du Buëch, élaborée en atelier de prospective. Afin de préparer ce travail en atelier, une synthèse des informations retirées des réponses est organisée en trois grands volets :

38Les perceptions et ressentis sur le territoire du Buëch et sur les changements à venir ;

39Les perceptions et opinions sur les problématiques liées à l’eau, actuellement et dans le futur ;

40Les transformations paysagères pressenties ; les lieux perçus comme espaces à enjeux et a contrario les espaces en creux et angles morts.

41Le premier volet représente la toile de fond des perceptions des problématiques liées à l’eau qui sont énoncées dans le deuxième volet ; le troisième illustre la dimension spatiale de ces représentations, avec le paysage comme résultante des changements imaginés.

Une démarche nouvelle de mise en interaction des scénarios et modèles

La scénarisation des futurs de l’eau (ressources, usages, gestion)

42La scénarisation des futurs de l’eau dans le Buëch est de type qualitatif, et se présente sous la forme de récits construits sur les visions du futur d’un groupe. Il existe une grande variété de modes de conception de scénarios, en fonction des cadres d’utilisation (Alcamo, 2008). La méthode des scénarios créée par Michel Godet pour la prospective stratégique est l’une des démarches les plus utilisées. Elle comporte trois phases. La première est la construction de la base destinée à identifier les variables-clés du système, leurs interrelations, ainsi que les tendances passées et les jeux d’acteurs au moyen d’une analyse rétrospective chiffrée et détaillée. La seconde étape balaye le champ des possibles en estimant, par des méthodes d’expertise, les probabilités d’occurrence d’évènements. La troisième étape est l’élaboration proprement dite du scénario, qui décrit le cheminement conduisant du présent aux images finales retenues (Godet, 1986 ; Hervieu et Jannès-Ober, 2017).

43La démarche adoptée dans cette recherche est différente, tant dans la finalité que dans la conception. D’une part, elle ne s’inscrit pas dans un exercice de prospective stratégique étayé par des expertises mais dans une recherche visant à recueillir les représentations des futurs du Buëch d’un petit groupe d’individus vivant sur ce territoire ; d’autre part, les scénarios ne sont pas établis à partir d’analyses rétrospectives quantitatives ni de probabilités d’occurrence d’évènements mais de perceptions et de ressentis sur l’avenir de ce territoire. La substance des scénarios est fournie par les imaginaires du futur recueillis auprès d’un groupe d’individus, selon la démarche usuelle de scénarisation de type récit. L’originalité de la scénarisation géoprospective proposée ici tient à une double particularité. D’une part, les imaginaires des futurs sont extraits des réponses données aux questionnaires et, d’autre part, les représentations des futurs de l’eau et de sa gestion sont territorialisées, car les dynamiques perçues sont souvent spatialement différenciées à l’intérieur du bassin du Buëch.

44En dépit de ces différences, le mode opératoire suit les grandes étapes de la méthode des scénarios, et s’appuie sur les principes fondamentaux de la construction d’un scénario : la pertinence, la cohérence, la vraisemblance et la transparence (Godet, 1986).

45La nouvelle démarche de construction des scénarios prospectifs contrastés se déroule en trois étapes. Dans la première étape, l’équipe scientifique détermine la liste des rubriques et des thèmes inclus dans chacune d’elles, qui caractérisent le système de la ressource en eau et de sa gestion, et qui sont porteuses d’évolutions majeures pour le futur. L’identification s’opère dans le cadre du système territorial tel qu’il a été appréhendé par l’équipe scientifique au début de la recherche, et qui a ainsi servi de trame au questionnaire. Ce système intègre des variables relevant de sept grands domaines : le changement climatique, les questions environnementales, l’agriculture, la démographie et l’économie, les infrastructures et les aménagements hydrauliques, la gouvernance, le contexte extra-régional national et européen. Les variables de ces sept domaines et leurs interactions déterminent la structure et la dynamique du système territorial, en général, et du sous-système de l’eau, en particulier. C’est ce dernier qui est exploré à travers les réponses au questionnaire, organisées en cinq rubriques : la place des questions de l’eau parmi les perspectives préoccupantes d’ici 2050, les questions jugées cruciales pour l’eau et l’agriculture locales, les perceptions des tensions liées à l’eau, les perceptions de la gouvernance de l’eau et les stratégies d’adaptation souhaitées pour faire face aux changements à venir (Figure 9). Ces cinq rubriques vont constituer les composantes du système des représentations des futurs de l’eau.

Figure 9 : Les rubriques du questionnaire et les thématiques constituant le système des représentations des futurs de l’eau dans le bassin du Buëch

Figure 9 : Les rubriques du questionnaire et les thématiques constituant le système des représentations des futurs de l’eau dans le bassin du Buëch

46La deuxième étape correspond à un examen approfondi des réponses apportées à chaque question relative à une thématique, afin de déceler, d’une part, celles sur lesquelles s’observent les plus grandes divergences d’opinions et de représentations du futur, et d’autre part, les différenciations géographiques mentionnées. Ces thématiques discriminantes au regard des réponses sont alors retenues comme variables constitutives des composantes. À titre d’exemples, les réponses aux questions relatives à la composante « stratégies d’adaptation aux changements à venir » sont très divergentes. Ainsi, la variable « solution proposée pour augmenter la ressource en eau dans le futur » donne lieu à de forts clivages entre trois types d’infrastructures souhaitées : de nouvelles retenues collectives, de nombreuses petites retenues individuelles, et des transferts inter-bassins. Il en est de même pour la variable « irrigation à promouvoir en période de sécheresse ». Excepté des avis convergents sur la nécessité de réduire les fuites et de promouvoir le goutte-à-goutte dans l’arboriculture, les oppositions sont bien tranchées entre les tenants d’une l’irrigation par mode gravitaire mieux maîtrisée – irrigation le plus tôt possible pour stocker l’eau dans le sol –, et ceux qui souhaitent étendre l’irrigation sous pression. D’autres acteurs prônent l’abandon de certains modes de gestion collective de l’irrigation au profit de plus d’autonomie, et la mise en place de politique de l’eau adaptée au contexte local. Une fois recensées ces visions divergentes, débute la phase d’élaboration des micro-scénarios. Un micro-scénario est un récit qui propose le cheminement de la variable retenue, de la situation actuelle vers un futur imaginé. Chaque composante est ainsi décrite par un jeu de micro-scénarios contrastés et exclusifs les uns des autres. Cette phase qui aurait dû être conduite en atelier participatif est en cours de réalisation par l’équipe de recherche.

47La troisième étape à venir est celle de la restitution de ce travail préparatoire, auprès des acteurs ayant participé au premier atelier et/ou ayant répondu à l’enquête en ligne. La co-construction des scénarios globaux débute ici, avec, dans un premier temps, les discussions sur les micro-scénarios proposés, les modifications et/ou ajouts sur les variables, et dans un deuxième temps, la combinaison des micro-scénarios les uns aux autres, en différents scénarios narratifs globaux sur les représentations des futurs de l’eau.

Les scénarios narratifs et leur couplage avec la modélisation agro-hydrologique

48Le couplage scénarios-modèles est conçu de manière originale et différente de la démarche habituellement utilisée en modélisation prospective, où, soit les scénarios narratifs alimentent le modèle, selon l’approche SAS (Storyline and Simulation) définie par Alcamo (2008), soit le scénario est le résultat d’un paramétrage du modèle lors d’une simulation (Houet, 2015). Dans cette étude, le type de couplage scénario-modèle est inédit. La scénarisation des représentations des futurs de l’eau sur le bassin-versant du Buëch et la modélisation agro-hydrologique, d’abord menées parallèlement, sont ensuite mises en regard et interrogées. Le rapprochement des deux visions et leur dialogue sont conduits en atelier réunissant l’équipe scientifique et les acteurs locaux, en s’appuyant sur les connaissances capitalisées tout le long de l’étude et réunies dans un tableau de bord dynamique – un dashboard – présenté plus loin. L’enjeu est double, d’une part, faire comprendre aux non spécialistes de la modélisation, le fonctionnement de l’agro-hydrosystème actuel, et d’autre part, intégrer dans le modèle certains changements futurs imaginés par les usagers de l’eau – nouvelles données climatiques, nouveaux profils de réseaux d’irrigation et d’irrigants, seuils réglementaires, etc. – afin de déceler leurs impacts sur le fonctionnement futur de l’agro-hydrosystème, pour s’y préparer (Figure 10). Par exemple, si le scénario imaginé envisage une grosse retenue, cela impliquera la généralisation de l’irrigation sous pression. Il est alors pertinent de mesurer les incidences de cette nouvelle retenue sur l’hydrologie du bassin, sur les consommations d’eau, et d’évaluer sa compatibilité avec les besoins des différents types d’exploitations agricoles et avec les différents usages de l’eau.

Figure 10 : Mise en dialogue du modèle agro-hydrologique et des scénarios narratifs sur les représentations du futur de l’eau

Figure 10 : Mise en dialogue du modèle agro-hydrologique et des scénarios narratifs sur les représentations du futur de l’eau

Un tableau de bord dynamique pour mettre en interaction et partager les connaissances

49L’objet de cette section est de présenter le système de fusion des deux piliers de la recherche que sont la modélisation fine des écoulements d’eau dans le bassin-versant d’une part, et les représentations des futurs de l’eau d’autre part, dans un outil de partage de connaissance en ligne.

50Les tableaux de bord dynamiques ou dashboards sont une extension informatique des sciences cognitives dans le domaine quantitatif. Ils sont fortement liés aux systèmes d’informations dont ils permettent l’exploitation des données. En conséquence, leur construction repose sur une finalité qui s’appuie sur une interface de visualisation et d’interaction (Ahn et al., 2019). Il ne s’agit donc pas seulement d’accéder facilement à un entrepôt de données mais bien de permettre à des acteurs de construire un point de vue sur une situation pour décider de la conduite à tenir sur le plan stratégique ou opérationnel.

- Structure du dashboard

51D’un point de vue technique, les informations collectées dans le cadre du projet RADHY nécessitent une approche de développement informatique appelé « pile » (stack en anglais) dans le vocabulaire des développeurs. Il s’agit d’une approche de structure de données basée sur le principe « dernier arrivé ; premier sorti », c’est-à-dire que les modules utilisés dans le dashboard s’empilent les uns sur les autres. Par exemple, la base de données se situe tout en bas de la pile car elle stocke les données du modèle et les cartes réalisées par les acteurs du projet. Il s’agit donc de données à durée de vie longue. Les modules situés tout en haut en revanche, ne gèrent que des données à durée courte : par exemple les paramétrages établis par les utilisateurs comme la superposition des couches et leur degré de transparence. Les modules situés tout en haut sont ainsi ceux qui se situent au contact de l’utilisateur et lui permettent d’interagir avec les données.

52Parmi les documents présentés dans le dashboard figurent les résultats émanant du modèle hydrologique. Il est néanmoins important de noter que les simulations lancées sur ce modèle sont réalisées dans un environnement indépendant. Les résultats sont fournis au dashboard au travers d’un fichier shape qui est un standard d’échange de données spatiales et attributaires. Il aurait été en effet trop complexe d’établir un système de liaison dynamique entre le modèle hydrologique et le volet visualisation/interaction. Les conséquences en termes de temps de calcul et d’affichage des résultats dans un navigateur auraient rendu impossible la co-construction.

53De même, les cartes de l’enquête, géoréférencées, sont exposées et peuvent être superposées sur les cartes issues des simulations hydrologiques. L’observation de cette superposition est assez évocatrice pour nourrir le processus de scénarisation, et pour susciter, chez les acteurs, des « commandes » de nouvelles simulations à effectuer dans le modèle hydrologique. Il convient alors d’attendre que les données du modèle soient intégrées à nouveau dans la base de données pour y accéder via l’interface de visualisation (Figure 11).

Figure 11 : Processus de dialogue entre scientifiques et parties prenantes

Figure 11 : Processus de dialogue entre scientifiques et parties prenantes

- Interface et systèmes d’interactions

54Quelques exemples de formes d’interactions offertes par les outils de visualisation du dashboard sont présentés. La figure 12 ci-dessous illustre l’interface principale de l’outil.

Figure 12 : Interface de visualisation et d’interaction des données du projet RADHY

Figure 12 : Interface de visualisation et d’interaction des données du projet RADHY

55Sur la partie gauche de l’écran, le bassin-versant du Buech est représenté sur une carte et découpé en polygones qui correspondent au modèle de simulation des écoulements (Richard, 2020). Plusieurs informations sont disponibles : précipitations, eau présente dans le sous-sol, cours d’eau et informations diverses sur la topologie (altitude, composition du sol). Il est possible de paramétrer cette carte à travers un menu de cases à cocher. Par exemple, si la case sous-sol est active, les zones vont se colorer selon un gradient rouge-vert en fonction de la quantité d’eau présente en sous-sol sur un polygone donné (configuration visible sur la figure 12). La partie droite de l’interface de visualisation propose un accès aux données de manière temporelle, sous une forme graphique. L’utilisateur peut suivre l’évolution chronologique sur la ligne du temps située en haut de l’interface.

56Comme évoqué plus haut, il est également possible de coupler différents documents produits par le projet au travers de cette interface. La figure 13 illustre un exemple de couplage visuel entre le modèle hydrologique et une carte, déjà exposée, issue de l’enquête, (Figure 7), représentant le positionnement (cases) et l’occurrence des problématiques liées à l’eau, selon les acteurs interrogés. La carte à gauche montre la superposition de la carte de la quantité d’eau dans le sous-sol résultats et des cases, celle de droite la superposition de ces mêmes cases et d’une configuration de précipitations spatialisée.

Figure 13 : Superposition de la carte des problématiques liées à l’eau avec celle du modèle hydrologique

Figure 13 : Superposition de la carte des problématiques liées à l’eau avec celle du modèle hydrologique

57L’utilisateur peut afficher et gérer un grand nombre de situations et de cartes tout en interrogeant facilement les données du modèle hydrologique grâce à des outils simples comme des infobulles qui remontent les informations attachées aux unités spatiales du modèle (Figure 14).

Figure 14 : Exemple d’infobulle sur la partie cartographique

Figure 14 : Exemple d’infobulle sur la partie cartographique

58Enfin, l’utilisateur peut jouer sur l’échelle de visualisation en temps réel. Il peut zoomer jusqu’au niveau d’un polygone en particulier, pour appréhender les informations à une échelle fine.

59Il existe ainsi de nombreuses possibilités de naviguer dans les données au travers des configurations possibles du dashboard. Ces données sont présentées à l’échelle globale du bassin-versant et permettent de soutenir la co-construction. L’objectif de ce dashboard est donc de permettre aux acteurs sans connaissances particulières en informatique ou en analyse de données, d’interroger la masse d’informations disponibles, de les mettre en relation pour construire un point de vue sur la thématique dans le cadre de ce projet. De cette façon, le dashboard est conçu pour être le moyen central de liaison entre la partie modélisation et la partie géoprospective. En ce sens, il représente un outil de géogouvernance (Masson-Vincent et al., 2011 ; Dubus et al., 2015) et une aide à la réflexion anticipative des futurs de l’eau.

Discussion et conclusion

60Les prospectives sur les futurs possibles de l’eau et de sa gestion à un horizon de plusieurs décennies sont encore rares en planification environnementale. L’un des intérêts majeurs des projets de recherche est d’en montrer l’utilité et la faisabilité. Dans cette recherche, les futurs de la problématique de l’eau dans le Buëch sont étudiés sous deux angles différents, d’une part, une modélisation quantitative hydrologique et multi-agents menée par des scientifiques, et d’autre part, une scénarisation qualitative reposant sur des narrations des futurs de l’eau imaginés par des personnes enquêtées, qui ne sont pas des experts mais de simples usagers. Ces deux méthodes sont rarement associées, elles sont même souvent opposées l’une à l’autre. Les modèles scientifiques de ce type ne sont pas aisément compréhensibles, tandis que les scénarios narratifs, basés sur des imaginaires « s’imposent facilement mais sont en général perçus comme de faible valeur scientifique » (Mermet, 2005). La géoprospective telle que présentée propose une démarche nouvelle. La finalité n’est pas de chaîner ces deux visions du futur de l’eau mais de les faire dialoguer dans le but de faire mieux comprendre aux institutionnels, comme aux simples usagers, les changements à venir sur la question de l’eau, et de donner forme aux imaginaires du futur, en quantifiant des éléments tangibles liés à ses usages en 2050.

61Les ateliers de géoprospective, comme d’ailleurs tout exercice de prospective participative spatialisée, ont vocation à se dérouler en présentiel. Les confinements et restrictions de réunion, liés à la pandémie survenue en 2020, ont, depuis, modifié la donne. Et si la tenue d’atelier à distance est toujours possible, ce mode opératoire limite les formes d’échanges autour et sur des supports spatialement explicites, permises par le présentiel. Dès lors, nombre d’ateliers sont annulés, reportés ou définitivement supprimés. Cependant, des chercheurs s’efforcent de s’adapter à ce nouveau contexte en inventant des alternatives scientifiquement recevables. La démarche décrite dans cet article s’inscrit dans cette optique. Le remplacement de certains ateliers initialement prévus par une enquête en ligne, a été la solution adoptée pour ne pas retarder le projet de recherche. Ce choix a été retenu en veillant à respecter les principes d’une démarche géoprospective, et a nécessité d’inventer un nouveau protocole de scénarisation basé sur les représentations contrastées des futurs, telles qu’elles émanent des réponses à l’enquête. Ce protocole est conçu pour être reproductible à des situations similaires.

62Si la démarche de géoprospective semble tout à fait pertinente pour intégrer l’espace et le temps dans un processus de scénarisation des futurs possibles sur un territoire, ainsi que pour convoquer la participation et l’intégration des points de vue de différentes catégories d’acteurs, se pose la question de l’acceptation et l’utilisation de ce type d’approche par les institutions en charge de l’aménagement et de la gestion territoriale. L’expérience nous a montré que ce passage de témoin des chercheurs aux acteurs est souvent loin d’être acquis. Par ailleurs, la problématique de la co-construction et plus largement la participation ne va pas de soi (Emsellem et al., 2017). Si ce type d’approche progresse, notamment dans le cadre de la gouvernance de l’eau, force est de constater que les décideurs institutionnels s’adressent au chercheur pour des expertises portant sur son domaine de compétence, mais rarement dans le cadre de l’aide à l’action, où le processus de décision reste vertical et descendant.

63Dans le cas du projet RADHY-Buëch en cours, les acteurs institutionnels partenaires ont montré de l’intérêt pour le projet proposé. Ils ont participé à un premier atelier, puis aux séances de restitutions intermédiaires des travaux. Ils ont facilité les contacts sur le terrain. Certains ont répondu à l’enquête présentée, et ils seront impliqués dans la construction des scénarios des futurs possibles. Néanmoins, une fois le projet de recherche terminé, les résultats des simulations co-construites seront-ils pour autant utilisés à des fins opérationnelles ? Ou tout au moins, la démarche géoprospective proposée sera-t-elle inspirante pour l’action publique ? C’est l’un des enjeux de la recherche menée, et l’un des points d’achoppement sur lesquels il nous faut encore œuvrer. À titre d’exemple, sous la coordination de la DDT 05, les acteurs institutionnels de la gestion de l’eau dans le Buëch ont dû mettre en place, entre l’automne 2021 et l’été 2022, un plan d’actions sécheresse, en suivant un cadre très précis dicté par l’Etat. Or, alors qu’il aurait été pertinent de s’appuyer sur la démarche géoprospective en cours pour inscrire le plan d’actions attendu dans une trajectoire temporelle de long terme, et solliciter pour cela l’accompagnement des chercheurs travaillant dans ce domaine et sur ce territoire, la politique publique et la géoprospective ont été déconnectées.

  • 7 Interrogation en date du 9 septembre 2021

64Malgré tout, il est permis d’espérer un changement, autant dans le champ de la recherche que dans celui de l’action publique. Une interrogation de Google scholar en français sur les occurrences « Co-construction développement local » renvoie 6030 liens vers des articles pour la seule année 20217. La géoprospective est plus limitée (452 résultats sans sélection temporelle), mais cette démarche est plus récente, et portée par une communauté de chercheurs encore assez réduite. Néanmoins, cette production relativement conséquente est le signe d’une mise en débat des interactions politique publique - recherche - prospective, dont on peut espérer des retombées sur la prospective environnementale et territoriale, et plus spécifiquement sur la gouvernance de l’eau.

Haut de page

Bibliographie

Alcamo J., 2008, Ed., Environmental Futures: the Practice of Environmental Scenario Analysis, Developments in Integrated Environmental Assessment – Vol .2, Elsevier, 212 p.

Ahn J., Campos F., Hays M., DiGiacomo D., 2019, Designing in Context: Reaching beyond Usability in Learning Analytics Dashboard Design, Journal of Learning Analytics, vol. 6, n° 2, p. 70-85.

BONTÉ B., BARRETEAU O., RICHARD B., BRAUD I., Voiron-Canicio C., DUBUS N., LOUBIER J-C., ROBIQUET Q., 2020, Coupler modèles hydrologiques distribués et modèles multi-agents – L’expérience du Buech (ZA Bassin du Rhône), 5e colloque des zones ateliers, ZABR-CNRS, Blois, France.

DELAMARRE A., 2002, La prospective territoriale, Paris, La documentation française, collection « Territoire en mouvement », 110 p.

DUBUS N., Voiron-Canicio C., EMSELLEM K., CICILLE P., LOUBIER J.-C., BLEY D., 2015, Géogouvernance : l’espace comme médiateur et l'analyse spatiale comme vecteur de communication entre chercheurs et acteurs, Actes du Colloque International du GIS Démocratie et Participation « Chercheur.es et acteur.es de la participation : Liaisons dangereuses et relations fructueuses », Paris, 29 et 30 janvier 2015. URL: http://www.participation-et-democratie.fr/fr/content/geogouvernance-lespace-comme-mediateur-et-lanalyse-spatiale-comme-vecteur-de-communication-e

Emsellem K., Dubus N., Loubier J.-C., Voiron-Canicio C., Cicille P., Alba Gonzalez M.-D., Douart P., Jacob F., Merad M., 2017, La géogouvernance, un dispositif adapté pour permettre la participation de tous dans un territoire ? 7e Colloque du Réseau OPDE (Outils Pour Décider Ensemble), Montpellier, 26-27 octobre 2017.

Etienne M., 2012, La modélisation d'accompagnement : une forme particulière de géoprospective, L’Espace géographique, 2012/2, Tome 41, p. 128-137.

Garbolino E., Voiron-Canicio C. (Ed.), 2020, Ecosystems and Territorial Resilience: a geoprospective approach, Elsevier, 402 p.

Godet M., 1986, Introduction to la prospective: seven key ideas and one scenario method, Futures, vol. 18, p. 134-157.

Gourmelon F., Chlous-Ducharme F., Kerbiriou C., Rouan M., Bioret F., 2013, Role-playing game developed from a modelling process: a relevant participatory tool for sustainable development? A co-construction experiment in an insular biosphere reserve, Land Use Policy, vol. 32, p. 93-107.

GOURMELON F., HOUET T., VOIRON-CANICIO C., JOLIVEAU T., 2012, La géoprospective, apport des approches spatiales à la prospective, l’Espace géographique, 2012/2, p. 97-98.

GUERIN-PACE F., 1997, La statistique textuelle. Un outil exploratoire en sciences sociales, Population, 52ᵉ année, n° 4, p. 865-887

Hervieu H., Jannès-Ober E., 2017, L’exercice Aqua 2030 : comment imaginer les politiques de demain sur l’eau et les milieux aquatiques à la fois dans ses dimensions nationale et territoriale ? Sciences Eaux & Territoires, 2017/1 N° 22, p. 62-67.

Houet T., 2015, Usage des modèles spatiaux pour la prospective, Revue Internationale de Géomatique, vol. 25, n° 1, p. 123-143.

Houet, T., 2006, Modélisation prospective de l’occupation du sol en zone agricole intensive dans la France de l’Ouest, Norois. Environnement, aménagement, société, (198), p. 35-47.

Houet T., Gourmelon F., 2014, La géoprospective – Apport de la dimension spatiale aux démarches prospectives, Cybergeo : European Journal of Geography https://doi.org/10.4000/cybergeo.26194

Lardon S., Roche S., 2008, Représentations spatiales dans les démarches participatives : production et usages, Revue internationale de géomatique, vol. 18, n° 4, p. 423-428.

LOINGER G., SPOHR C., 2004, Prospective et planification territoriales : Etat des lieux et propositions, Note du Centre de Prospective et de Veille Scientifique n° 19.

MASSON-VINCENT M., DUBUS N., HELLE C., JACOB F., LAMPIN-MAILLET C., VOIRON-CANICIO C., 2011, Information géographique, analyse spatiale et géogouvernance, L’Espace géographique, 2011/2, Tome 40, p. 127-132.

MERMET L. (éd.), 2005, Etudier des écologies futures : un chantier ouvert pour les recherches prospectives environnementales, vol. 5, Bruxelles, Peter Lang, coll. Ecopolis, 411 p.

PIVETEAU V., 1995, Prospective et territoire : apport d'une réflexion sur le jeu, Etudes Gestion des territoires, n° 15, Cemagref Editions, 298 p.

SMIGIBA, 2019, Plan de gestion de la ressource en eau du bassin versant du Buëch, 80 p. http://www.hautes-alpes.gouv.fr/IMG/pdf/pgre_buech_vf.pdf

RICHARD B., 2020, Coupling agent-based and agro-hydrological modeling to represent human actions within an agro-hydrosystem. Application to collective irrigation in the Buëch catchment (France), Thèse de doctorat en Science de l’Eau, Institut agronomique, vétérinaire et forestier de France, Paris, 315 p.

Richard B., Bonté B., Barreteau O., Braud I., 2020, L'abandon des tours d'eau et ses conséquences opérationnelles sur les systèmes collectifs d'irrigation. Une approche multi-agents situationnelle appliquée à un canal gravitaire de Moyenne Durance (France), La Houille Blanche, vol. 4, p. 43-55.

Robiquet Q., 2020, Les futurs possibles de la gestion de l’eau dans le bassin du Buëch, co-construction et géoprospective en ligne, Mémoire de stage M2, UMR 7300 ESPACE, Master GEOPRospective, Aménagement et Durabilité des territoires, Université Côte d'Azur, Nice, 113 p.

VANIER M., 2015, 28 scénarios de prospective territoriale pour la France : relecture transversale, L'Information géographique, 2015/2, vol. 79, p. 79-91.

Voiron-Canicio C., Olivier F., 2005, Simulations et détection des espaces à enjeux dans un système urbain, en situation d’inondation, Actes du Colloque International SAGEO 2005, Avignon, halshs-02133218.

Voiron-Canicio C., 2006, L'espace dans la modélisation des interactions nature-société, Colloque Interactions Nature-Société, analyse et modèles, La Baule.

VOIRON-CANICIO C., 2012, L’anticipation du changement en prospective et des changements spatiaux en géoprospective, l’Espace géographique, 2012, N° 2, p. 99-110.

Haut de page

Notes

1 R2D2 2050 : Risque, Ressource en eau et gestion Durable de la Durance en 2050

2 Le projet RADHY-Buëch (2019-2022), coordonné par B. Bonté et co-porté par l’unité RiverLy, l'UMR G-EAU et l’UMR ESPACE, vise à enrichir les outils existants de représentation des hydrosystèmes par une prise en compte des rétroactions entre décisions des acteurs et fonctionnement de ces hydrosystèmes.

3 Les PTGE sont encore peu nombreux à l’heure actuelle en France ; il n’en existe d’ailleurs pas sur le bassin-versant du Buëch.

4 Le lecteur intéressé peut se référer aux travaux de Richard, 2020 et Bonté et al., 2020.

5 Il a réuni les représentants de la DDT 05, de l’AFB 05 (Agence française pour la biodiversité), d’EDF-LNHE, du SMIGIBA (Syndicat Mixte de Gestion Intercommunautaire du Buëch et de ses Affluents), de la Chambre d’agriculture 05.

6 Modèles WatASit, J2000 Buëch et COWAT (Richard, 2020).

7 Interrogation en date du 9 septembre 2021

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Schéma synthétique des résultats obtenus lors de l’atelier « acteurs institutionnels » du 4 avril 2019
Crédits Projet RADHY Buëch
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18874/img-1.png
Fichier image/png, 409k
Titre Figure 2 : Le Buëch aujourd’hui 
Légende Résumé du questionnaire constituant la première partie de l’enquête sur les futurs de l’eau dans le bassin du Buëch
Crédits Source : Robiquet Q., projet RADHY-Buëch, 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18874/img-2.png
Fichier image/png, 503k
Titre Figure 3 : Le Buëch dans le futur
Légende Résumé du questionnaire constituant la deuxième partie de l’enquête sur les futurs de l’eau dans le bassin du Buëch.
Crédits Source : Robiquet Q., projet RADHY-Buëch, 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18874/img-3.png
Fichier image/png, 477k
Titre Figure 4 : Les atouts du bassin du Buëch selon l’enquête en ligne
Légende Comptage d’occurrences par thématique et nuage de mots
Crédits Source : Robiquet Q., projet RADHY-Buëch, 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18874/img-4.png
Fichier image/png, 291k
Titre Figure 5 : Les perspectives préoccupantes selon l’enquête en ligne
Légende Comptage d’occurrences par thématique et nuage de mots
Crédits Source : Robiquet Q., projet RADHY-Buëch, 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18874/img-5.png
Fichier image/png, 279k
Titre Figure 6 : Les secteurs de handicaps dans le Buëch selon l’enquête en ligne
Légende Méthode de localisation par mailles
Crédits Source : Robiquet Q., projet RADHY-Buëch, 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18874/img-6.png
Fichier image/png, 844k
Titre Figure 7 : Les problématiques liées à la gestion de l’eau selon l’enquête en ligne
Légende Méthode de localisation par mailles
Crédits Source : Robiquet Q., projet RADHY-Buëch, 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18874/img-7.png
Fichier image/png, 794k
Titre Figure 8 : Les secteurs du bassin-versant du Buëch présentant des problématiques liées à la gestion de l’eau, selon l’enquête en ligne
Légende Méthode de localisation par couches d’occupation du sol.
Crédits Source : Robiquet Q., projet RADHY-Buëch, 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18874/img-8.png
Fichier image/png, 932k
Titre Figure 9 : Les rubriques du questionnaire et les thématiques constituant le système des représentations des futurs de l’eau dans le bassin du Buëch
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18874/img-9.png
Fichier image/png, 119k
Titre Figure 10 : Mise en dialogue du modèle agro-hydrologique et des scénarios narratifs sur les représentations du futur de l’eau
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18874/img-10.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure 11 : Processus de dialogue entre scientifiques et parties prenantes
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18874/img-11.png
Fichier image/png, 68k
Titre Figure 12 : Interface de visualisation et d’interaction des données du projet RADHY
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18874/img-12.png
Fichier image/png, 117k
Titre Figure 13 : Superposition de la carte des problématiques liées à l’eau avec celle du modèle hydrologique
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18874/img-13.png
Fichier image/png, 835k
Titre Figure 14 : Exemple d’infobulle sur la partie cartographique
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/18874/img-14.png
Fichier image/png, 146k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Voiron-Canicio, Nathalie Dubus, Jean-Christophe Loubier, Quentin Robiquet, Pascal Favre et Julien Reichenbach, « La géoprospective comme aide à la réflexion sur les futurs possibles de l’eau et de sa gestion : exemple d’une recherche en cours dans le bassin-versant du Buëch »Géocarrefour [En ligne], 96/2 | 2022, mis en ligne le 11 juillet 2022, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/18874 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.18874

Haut de page

Auteurs

Christine Voiron-Canicio

Université Côte d’Azur - UMR 7300 ESPACE (France), 98 Bd Édouard Herriot, BP 3209 – 06204 NICE Cedex 3 christine.voiron@univ-cotedazur.fr

Nathalie Dubus

Université Grenoble Alpes - UMR 7300 ESPACE (France) IUGA, 14bis av. Marie Reynoard, 38100 Grenoble nathalie.dubus@univ-grenoble-alpes.fr

Jean-Christophe Loubier

HES-SO Valais Wallis (Suisse) Route de la Plaine 2, Case postale 80, 3960 Sierre, CH jchristophe.loubier@hevs.ch

Quentin Robiquet

Université Côte d’Azur - UMR 7300 ESPACE (France) 98 Bd Édouard Herriot, BP 3209 – 06204 NICE Cedex 3 quentin.robiquet@etu.univ-cotedazur.fr

Pascal Favre

HES SO Valais Wallis (Suisse) Route de la Plaine 2, Case postale 80, 3960 Sierre, CH pascal.favre@hevs.ch

Julien Reichenbach

HES SO Valais Wallis (Suisse) Route de la Plaine 2, Case postale 80, 3960 Sierre, CH Julien.reichenbach@hevs.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Jean Moulin Lyon 3
  • Logo Université Jean Monnet Saint-Etienne
  • Logo Ecole normale supérieure de Lyon
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon (ENSAL)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search