Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/2ArticlesDilemmes de transition. Les desti...

Articles

Dilemmes de transition. Les destinations françaises de sports d’hiver entre agir créatif, inerties et maladaptation

The dilemmas of transition. French winter sports destinations : between creative actions, inertia and mis-adaptation
Philippe Bourdeau

Résumés

Confronté à de multiples injonctions de changement face aux crises climatique et sanitaire comme face aux évolutions des modes de vie et des pratiques récréatives, le tourisme de montagne est sommé de s’adapter, voire de se « réinventer ». A l’échelle des territoires, des filières et des métiers, des processus de transition et de transformation sont d’ores et déjà actifs. Dans le même temps des inerties et mésadaptations semblent primer dans une logique de mise à jour a minima du modèle de développement hérité de l’épopée des sports d’hiver au XXème siècle. Cette dualité porteuse de contradictions fonctionnelles et de conflits stratégiques peut être décrite comme un dilemme indécidable entre des dynamiques d’accélération et de ralentissement, d’ouverture et de verrouillage sociotechniques, qui s’opèrent sur des registres culturels, idéologiques, économiques et territoriaux.

En s’appuyant sur des cas et illustrations diversifiées issues d’observations et de recherches conduites dans différentes configurations touristiques des Alpes françaises, la contribution proposée examinera les processus et conditions contradictoires dans lesquelles la transition soutenable du tourisme basé sur les sports d’hiver s’opère et ne s’opère pas. En définissant la transition comme un ensemble de processus, démarches et actions par lesquels les pratiques et politiques du tourisme se transforment en cohérence avec les enjeux de soutenabilité climatique, énergétique, culturelle et socioéconomique, cette perspective proposera une double grille de lecture :

- tout d’abord des facteurs et acteurs de pratiques transformatrices qui peuvent être analysés comme des indicateurs de changement et leviers de transition. Il s’agit notamment de multiples pratiques, expériences et expérimentations qui relèvent de l’agir créatif engagé par les opérateurs au sein des filières touristiques (vélo, ski nordique, ski de randonnée) et des territoires (y compris en dehors des stations et espaces aménagés), lesquels jouent un rôle de « laboratoires récréatifs » ;

- ensuite des facteurs économiques, sociologiques, politiques et territoriaux qui contribuent à expliquer les inerties, freins, « résistances » et verrous » qui illustrent la difficulté à changer de modèle, en relevant d’une logique extractiviste semblant s’attacher davantage à perfectionner le passé qu’à préparer l’avenir.

Le double contexte du changement climatique et de la crise sanitaire sera mis en perspective comme un révélateur et un accélérateur de ré-interrogation du modèle de développement existant basé sur les sports d’hiver. Ceci non seulement dans une perspective de diversification interne au champ touristique (été-hiver, stations-hors station, sport-bien-être...), mais aussi dans une dynamique d’après-tourisme (Bourdeau, 2019) qui questionne le statut et la place du fait récréatif dans les territoires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Après avoir été durant la deuxième moitié du XXe siècle un levier de développement économique majeur, le tourisme basé sur les sports d’hiver fait face à de nombreuses incertitudes et facteurs de changement structurels, sectoriels ou globaux : baisse de la pratique du ski, accentuation de la concurrence entre destinations, émergence de nouvelles pratiques récréatives, vieillissement des skieurs, désintérêt des publics les plus jeunes... Le changement climatique constitue à la fois un révélateur et un accélérateur de ces mutations. Il accentue les contradictions et les vulnérabilités d’un système qui en passant en quelques décennies d'un bricolage localisé à une industrie globalisée semble avoir perdu sa capacité à se renouveler et à faire face aux enjeux du futur. Et au-delà de ses effets conjoncturels, la crise sanitaire de la Covid 19 ne manque pas de révéler et d’amplifier des questionnements structurels.

  • 1 Hélène Masson-Maret, André Vairetto et collaborateurs, 2014, Rapport d’information au Sénat n° 384. (...)

2Les stations françaises constituent un cas d’étude d’autant plus emblématique qu’elles reposent sur de grandes infrastructures touristiques ayant poussé au maximum une logique de mono-activité tournée vers le ski alpin et son corolaire l’immobilier de tourisme. De nombreuses critiques ont été exprimées depuis 40 ans sur une excessive standardisation de l’offre et son incapacité chronique à s’adapter à l’évolution de la demande (Chevalier, 1996). Comme l’a souligné un rapport parlementaire, « les stations françaises issues du plan neige proposent une offre jugée parfois trop standard, qui ne donne pas au consommateur la possibilité d’élargir son champ d’activités et de découvrir de nouveaux loisirs »1. Au fil du temps, les changements socioculturels qui influent sur la demande touristique, les exigences de soutenabilité environnementale et la prise en compte des impacts du changement climatique ont défini un cahier des charges de plus en plus contraignant pour les opérateurs et les destinations. De nombreux travaux documentent les conditions dans lesquelles le secteur du tourisme hivernal dans les Alpes et Pyrénées françaises s’en empare avec plus ou moins de volontarisme pour concevoir et mettre en œuvre des politiques d’adaptation des destinations et au-delà de nouveaux modèles de développement (Gauchon, 2010 ; Achin & George, 2013 ; Clivaz et al., 2015 ; Vlès, 2021 ; Langenbach et al., 2018).

3À une échelle plus large, cette perspective sectorielle est à replacer dans le cadre élargi de l’anthropocène (Steffen et al., 2015), au sein duquel le secteur touristique est clairement identifié comme contributeur à part entière au « pic de tout », (Heinberg, 2010). A ce titre il est confronté à des exigences de transformations qui impliquent des bifurcations (Stiegler & al, 2020) et redirections (Bonnet & al., 2021) caractéristiques des situations de transition, dans lesquelles des activités jusque-là légitimes et évidentes ne peuvent plus être maintenues en l’état aux mêmes endroits et aux mêmes moments, ce qui génère de fortes incertitudes et des crises. La notion de transition mobilisée se réfère entre autres au courant des ‘études de transition’ (Grin, Rotmans & Schot, 2010). Elle peut être définie comme un processus de transformation à moyen-long terme (25-50 ans), qui vise à concevoir et mettre en œuvre de manière volontariste un régime sociétal —énergétique, économique, technologique, culturel et politique— compatible avec les limites planétaires et répondant à des objectifs de justice sociale et spatiale (Grandjean & Le Teno, 2015 ; Boulanger, 2015 ; Fraser, 2005 ; Gervais-Lambony & Dufaux, 2009).

4Dans ce contexte, l’approche proposée se réfère à des observations et des recherches au long cours conduites à l’échelle des Alpes françaises à partir de configurations géotouristiques variées. Elle examine les conditions dans lesquelles la transition soutenable du tourisme d’hiver s’opère et ne s’opère pas, à la charnière de dynamiques créatives et d’inerties ou maladaptations. En mettant l’accent sur les dilemmes, les impensés et les contradictions stratégiques et fonctionnelles des politiques et de l’ingénierie touristiques, elle propose une réflexion itérative sur le modèle de développement basé sur le tourisme et les sports d’hiver.

Le changement climatique et la crise sanitaire comme amplificateurs de contradictions

5En tant que variable clé de l’évolution du tourisme hivernal, le changement climatique joue un rôle d’accélérateur de contradictions structurelles pour la saison d’hiver telle qu’elle est conçue pour l’instant. L’économie des sports d’hiver s’est structurée au XXème siècle en convoquant à dates fixes la neige et les skieurs au pied des remontées mécaniques. Avec le changement climatique, la synchronisation de ce rendez-vous entre des rythmes sociaux (le calendrier des vacances), des infrastructures de plus en plus lourdes et sophistiquées (équipements et services) et des ressources environnementales raréfiées (la neige, l’eau, l’énergie) est devenue de plus en plus complexe et coûteuse. Même si le savoir-faire et les technologies mises en œuvre contribuent à une gestion de plus en plus efficiente du manteau neigeux, la menace croissante d’un déficit d’enneigement en dessous de 2 000 mètres d’altitude est depuis 30 ans une donnée incontournable pour les opérateurs (Bérard, 2021). C’est justement pour réduire l’incertitude de l’enneigement naturel et l’exposition de l’économie touristique hivernale à l’aléa climatique que la production artificielle de neige a été développée depuis les années 1990, puis ensuite accentuée de manière continue (Spandre et al., 2015).

6En France le taux de couverture des domaines skiables en neige de culture est de 37 %, contre 48 % en Suisse, 70 % en Autriche et 90 % en Italie du nord2. Le parti pris actuel accordé à la primauté de l'investissement dans le ‘tout neige de culture’ tend à renforcer la monoactivité touristique basée sur les sports de neige. La production industrielle de neige augmente la résilience à court terme de l'économie alpine hivernale, mais la diminue à long terme en réduisant ses capacités d'adaptation vers une économie diversifiée (Bonnemains, 2015). Une analyse en termes de maladaptation (Barnett & O'Neill, 2010), voire d’extractivisme (Burchardt & Dietz, 2014) peut être ébauchée, dans la mesure où l’exploitation de la ressource neige est poussée à son maximum, y compris au prix de dépenses énergétiques et de tensions sur l’approvisionnement en eau des territoires de montagne. On retrouve ici l’idée d’une tentation immunitaire (Garcia, 2015) destinée à assurer la continuité d’un système en cherchant à s’exonérer de l’adaptation au changement. La neige de culture apparaît alors comme un verrou sociotechnique central pour le tourisme d’hiver et un facteur de ‘dépendance au sentier’ (Liebowitz & Margolis, 1995).

  • 3 D’après la DGEDD, la neige de culture coûtait en 2009 2,5 à 3 € le m3, dont à peu près la moitié en (...)

7De plus, la nécessité de recréer des conditions et les ressources environnementales initialement ‘naturelles’ et gratuites (Gorz, 1975) inclut de manière quasi-systématique des travaux à grande échelle destinés à enterrer les réseaux d’eau et d’énergie, à remodeler le terrain au sein des domaines skiables, et de plus en plus à réaliser des mesures environnementales compensatoires. Si l'inflation des coûts d'investissement et de production de neige de culture n'est pas —ou n’est plus— considérée comme un frein par les stations elle engendre un surcoût significatif : il faut produire à près de 3 € le mètre cube3 la neige qui tombait autrefois gratuitement et qu'il suffisait d’entretenir sur les pistes. Non seulement la surface à enneiger est vouée à augmenter (15 % des domaines skiables français en 2007, 30 % en 2018, 70 à 80 % visés pour 2030 selon les objectifs annoncés par les opérateurs), mais le coût de production risque de croitre en parallèle avec le prix de l'énergie et la nécessité de produire la neige par températures positives.

  • 4 Source : Un désir de renouveau des vacances d’hiver, enquête "Conditions de vie et Aspirations des (...)
  • 5 Source : Berlioz F., Les données de base de la connaissance : analyse des évolutions, impact sur le (...)

8L’ensemble des facteurs de surcoût imposés aux stations contribue directement à la montée en gamme des sports d’hiver, qui réduit leur audience démographique pour en faire des sports de niche. Seulement 8 % des Français partent au ski au moins une fois tous les deux ans4. Cet effet de niche est encore accentué si l’on prend en compte le fait que 2 à 3 % des skieurs consomment près de 80 % des journées-skieurs5. Ce faisant on s'éloigne de plus en plus de l'utopie du ‘ski pour tous’ qui a présidé à l'aménagement initial des stations en France. Au fur et à mesure que les stations perdent des pratiquants nationaux, régionaux et même locaux, elles sont contraintes d'aller chercher de plus en plus loin de nouvelles clientèles internationales. Cette démarche s'opère également à coûts de promotion croissants, dans un contexte de concurrence accrue puisque le marché international du ski est en stagnation et que les destinations skiables convoitent toutes les mêmes clients, notamment ceux issus des deux principaux marchés européens que sont l'Allemagne et la Grande-Bretagne (Vanat, 2018).

9Face aux effets structurels du changement climatique, l’impact de la crise sanitaire de la Covid-19 sur les sports d’hiver pourrait sembler purement conjoncturel, même au regard des incertitudes sur sa durée et sa récurrence éventuelle. Il va sans doute au-delà dans la mesure où la crise sanitaire a profondément réinterrogé le présupposé selon lequel le tourisme est une industrie résiliente génératrice d’emplois non délocalisables (Bourdeau, 2020). En mettant en évidence la condition élémentaire que constitue l'importation massive de visiteurs en capacité de se déplacer, elle met en évidence la forte dépendance au tourisme dans laquelle se trouvent les massifs de montagne. Avec à la clé un débat sur la relocalisation du tourisme, et sur la déspécialisation économique des territoires.

10La « revanche des stations-villages6 » évoquée par les médias a illustré leur capacité à mieux faire face à la crise que les grandes entités monospécialisées dans le ski alpin. La Tarentaise figure d’ailleurs parmi les régions françaises dont l’économie a été le plus impactée par la crise sanitaire (France stratégie, 2021).

  • 7 Activation de groupes-témoins de professionnels de la montagne (moniteurs, guides, hébergeurs, offi (...)

11De plus, la fermeture des remontées mécaniques durant l’hiver 2020-2021 a révélé dans la douleur des processus d’innovation inattendus : une ‘innovation par retrait’ a permis à des pratiques plurielles d’investir le domaine skiable et ses alentours. Le silence s’est invité comme une expérience inédite de l’hiver en station, et dans certains sites une mixité sociale plus forte a été favorisée par une dé-marchandisation de l’accès à la neige. L’indisponibilité du ski alpin a suscité une ‘vicariance’ —situation dans laquelle le vicaire se substitue au prêtre titulaire absent pour livrer un sermon à la tonalité inhabituelle—, en cédant la place au ski nordique, au ski de randonnée, à la raquette à neige, aux chiens de traineaux. Sur la base d’observations de terrain réalisées en janvier-mars 20217, on notera que cet épisode imprévu a aussi généré une augmentation significative des déplacements automobiles pour accéder à des activités hors-station. Alors que le domaine skiable ne polarisait plus les pratiques des visiteurs, celles-ci se sont en partie reportées sur les espaces naturels et habités proches des stations, en soulevant d’épineuses questions de régulation de flux et de comportements aussi incontrôlés qu’inhabituels.

Le tourisme de sports d’hiver en pleine hésitation transformative

12Le tourisme hivernal en montagne est à la fois déstabilisé et stimulé par un ensemble de changements en interaction, au sein desquels il est très difficile de démêler les facteurs d’ordre climatique, culturel, technologique et économique. Dans cette mutation sous contrainte, les logiques d’adaptation observables dans les destinations, les filières et les métiers sont très variables et souvent contradictoires. De multiples signaux de changement et indicateurs de transition sont repérables dans les pratiques, expériences et expérimentations engagées sur le terrain, alors que dans le même temps de fortes inerties et verrouillages illustrent la difficulté à changer de modèle.

Un agir créatif multiforme

13Des dynamiques de changement compatibles avec les enjeux de transition sont actives à différentes échelles géographiques et sociales. Cet agir créatif (Bourdeau, 2019) opère tout d’abord au sein des pratiques touristiques et sportives elles-mêmes. Une attention particulière peut être prêtée aux pratiques récréatives de déplacement et d’itinérances, qui réinterrogent la ‘fixité’ du modèle de développement polarisé sur les stations touristiques, aussi bien l’été que l’hiver, en remettant le tourisme de montagne en mouvement. C’est le cas de la randonnée pédestre, du trail et de la marche nordique, mais aussi du vélo (Pechlaner Demetz & Scuttari, 2015). Ces pratiques constituent un levier majeur de transformation du tourisme de montagne en réorientant l’activité des destinations touristiques, en ré-agençant les spatialités touristiques à partir d’aménagements et équipements très limités et diffus, et en débordant même le cadre saisonnier très restreint qui leur semblait attribué. C’est aussi le cas d’un nombre croissant de formes de ‘ski nomade’ : ski de randonnée alpine et nordique, raquettes à neige, snow-kite, ski-jorring... Ce ski vagabond, opportuniste et frugal se développe hors des domaines skiables aménagés en l'absence quasi-totale d'infrastructures, et permet une très forte réactivité spatiale et temporelle vis-à-vis des fluctuations de l'enneigement. Il renoue avec l’histoire du ski comme moyen de déplacement et d’ascension, et se (re)développe de manière largement inattendue pour répondre au besoin d’expérience des skieurs dans un contexte de changement climatique et culturel.

14L’agir créatif opère ensuite au sein des groupes et des filières professionnelles, où l’on observe un foisonnement d’initiatives et d’expérimentations individuelles et collectives, de la part de guides, moniteurs, accompagnateurs sportifs, gardiens de refuges et hébergeurs. Ces professionnels de terrain développent des projets de travail et de vie marqués par un volontarisme éthique et une recherche de cohérence existentielle en phase avec un ensemble de valeurs de responsabilité environnementale et sociale. Les caractères communs partagés par ces professionnels sont une autolimitation de revenus destinée à privilégier la recherche d’un art de vivre sur la réussite économique ; une tendance à dépasser les catégories en décloisonnant et en croisant des secteurs comme le sport, le patrimoine, l’art, la littérature, l’agriculture, le travail manuel ou intellectuel, l’accueil, l’éducation et le développement personnel ; une priorité accordée à la qualité des relations humaines et à l’environnement ; la conjugaison d’un fort ancrage local avec l’inscription dans des réseaux extérieurs (Corneloup & Bourdeau, 2015). Pour les trouver, il faut frayer dans les périphéries, les confins et les interstices des espaces touristiques, souvent dans des petites structures et des lieux atypiques où s’inventent des équilibres entre activités saisonnières, des décloisonnements sectoriels, des innovations sociales, des réseaux informels. On rejoint ici l’analyse selon laquelle l’innovation se présente comme une forme de déviance au quotidien de la part d’individus et de groupes « ordinaires » qui transgressent les règles ou les codes pour atteindre des objectifs qui ne sont pas légitimes ou attendus, et peuvent par-là contribuer à une inversion des normes (Alter, 2000). Leur intervention s’inscrit au croisement d’une forte autonomie culturelle des pratiquants, de la compétence et de l’inspiration des professionnels de terrain, et de contextes géographiques et culturels favorables à l’expérimentation. Autant de facteurs propices à l’éclosion de laboratoires récréatifs (Falaix & Corneloup, 2017) engagés dans la diversification touristique. Des sites hors-stations comme les cols et refuges, deux figures classiques du tourisme de montagne longtemps considérés comme de simples lieux de passage, deviennent des destinations touristiques à part entière, portées par une convergence croissante de pratiques, aussi bien en hiver qu’en été.

15A la charnière des logiques de pratiques sportives, d’initiatives individuelles, de secteurs professionnels et de territoires, le repositionnement de la filière nordique est très emblématique. Son implantation dans des massifs secondaires et des sites de basse altitude l’expose de plein fouet au changement climatique, alors que sa faible assise économique ne lui permet pas d’investir massivement dans des installations de neige de culture. Elle s’est pourtant complètement redéfinie en élargissant son périmètre sportif, saisonnier et géographique, au point de jouer un rôle potentiel de plateforme d’activités d’itinérances en moyenne montagne peu aménagée, sur neige ou sans neige. Ceci en intégrant un large éventail de pratiques hivernales (ski nordique, biathlon, randonnée nordique, raquette à neige, chiens de traineau, trail blanc, fat bike, luge…) ET estivales (marche nordique, trail, fast hike, course d’orientation, ski roue, biathlon, VTT trail et All Mountain, marche afghane…). Ces activités s’adaptent facilement aux variations d’enneigement soit directement (trail, fat bike...), soit en offrant la possibilité de ‘switcher’ entre pratiques (traineau à chiens/cani-rando, ski/marche nordique...). Elles sont propices aux plaisirs hors-pistes, et leurs multiples combinaisons permettent des chevauchements saisonniers, et à une pratique quasi-continue au cours de l’année. Des événements sportifs susceptibles d’être annulés à cause du manque de neige peuvent alors se dérouler quelques soient les conditions, comme les « Ailes blanches », rassemblement féminin du nordique organisé à Méaudre (Vercors), qui devient alors les « Ailes vertes ». À Corrençon, toujours dans le massif du Vercors, le développement du ski-roue a même permis l’ouverture d’une École de ski estivale qui emploie plusieurs moniteurs, avec pour slogan « un monde où le ski ne s’arrête jamais ». Pour autant, un certain nombre de verrouillages restent très actifs dans le secteur nordique. Ils sont notamment liés à la prégnance d’une vision sportive basée sur la performance et des normes compétitives très rigides, qui pèsent sur les capacités d’adaptation et de redirection.

16C’est là où la force des modèles légitimes s’atténue qu’un débrayage des normes dominantes stimule la capacité à trouver des arrangements, à s’accorder des dérogations pour expérimenter des solutions de rechange pour surmonter des handicaps structurels et fonctionnels (Antheaume et Giraut, 2002). Cette créativité repose moins sur des aménagements que sur la compétence et la passion de professionnels et d’amateurs qui relisent les ressources environnementales et les codes culturels des pratiques récréatives, y compris en s’appuyant sur de nouveaux matériels. On peut alors observer des phénomènes de jeux avec les sens de la pente grâce à des inversions entre descente et montée. La célébration duup-hill flow’ permet une réhabilitation de la montée, qui s’opère aussi bien en hiver grâce à l’engouement pour le ski de randonnée, que l’été grâce au vélo à assistance électrique. L’inventivité repose aussi sur le potentiel créatif des contre-cultures et dissidences récréatives (Bourdeau et Lebreton, 2013) qui contournent, détournent ou retournent les normes et la standardisation de l’expérience récréative programmée par les aménagements et l’industrie touristique : pratiques hors-pistes, ‘bricolages’ de matériels et d’espaces, pratiques nocturnes et expérimentales...

Des inerties et maladaptations structurelles

17Souvent présentés comme arc-boutés à un modèle touristique moribond, les acteurs des sports d’hiver expriment volontiers en privé leur désarroi et leur irritation face aux injonctions et incompréhensions dont ils font l’objet. Pourtant l’attentisme, la résistance au changement ou le conservatisme qu’on leur prête n’ont rien d’illogique ni d’illégitime au vu d’un certain nombre de facteurs économiques, culturels et politiques. Il convient d’abord de relever que des secteurs clés de l’économie hivernale comme l’immobilier, l’enseignement du ski et certains commerces et hébergements continuent à bénéficier de rentes économiques confortables grâce à une montée en gamme portée par l’importation de clientèles étrangères au pouvoir d’achat élevé. A l’échelle locale, on observe souvent le poids politique déterminant d’opérateurs (commerce, hébergement, services…) qui sont ancrés dans un modèle économique de rentes y compris foncières et immobilières souvent héritées, qui leur confèrent une forte résilience face aux aléas climatiques et économiques saisonniers. Ils peuvent donc résister à de mauvaises saisons sans ressentir le besoin de faire évoluer leur activité. Alors que des opérateurs plus récents, peu ancrés localement et souvent porteurs de projets de transition sont beaucoup plus fragiles face aux mêmes aléas.

  • 8 Propos d’une monitrice de ski de Lans-en-Vercors
  • 9 Propos de Laurent Raynaud, délégué général de Domaines skiables de France, qui fédère la les sociét (...)

18Si les professionnels des stations de sports d’hiver expriment volontiers leur difficulté à « faire le deuil de la neige »8, c’est aussi que malgré ses difficiles conditions d’exercice leur activité s’exerce sur le mode de la passion. Les sports d’hiver sont porteurs d’un imaginaire culturel et social très valorisant et distinctif (Guérin et Gumuchian, 1978), porteurs de fortes identités incarnées dans les métiers de la neige —moniteur de ski, pisteur-secouriste, conducteur de dameuse—, même si la majorité des emplois en stations ne bénéficient pas d’un statut aussi valorisant… Cet imaginaire génère de fortes identités territoriales basées sur la reconnaissance d’une valeur attractive et d’une modernité dont la montagne a longtemps été privée. D’où un attachement symbolique très fort au récit épique de ‘la-station-qui-sauve-la-montagne’. Face à l’injonction au changement qui leur est faite, les professionnels et les élus locaux tendent à raisonner en termes de « substitution totale ou rien ». Or comme aucune activité de diversification disponible à ce jour ne peut offrir un modèle économique comparable aux sports d’hiver, ils ne peuvent que constater l’absence de solutions crédibles de remplacement. Ils ont donc le sentiment qu’on leur demande de lâcher la proie pour l’ombre, ce qui alimente largement un syndrome TINA « there is no alternative » : « s’il n’y a pas le ski, il n’y a rien »9.

19Dans ce contexte il suffit d’une très bonne année d’exploitation tous les 3-4 ans pour reconstituer la trésorerie des stations, et renforcer la conviction des opérateurs qu’ils ne doivent pas renoncer au tourisme de neige. Du moins tant qu’ils peuvent persuader les élus locaux et les banques de continuer à soutenir de récurrents et ambitieux projets de relance de la filière. Ce processus ne se joue pas seulement à l’échelle locale, et doit beaucoup au poids des lobbys du secteur (Syndicat national des moniteurs de ski, Association nationale des maires de stations, Domaines skiables de France…) dans le maintien d’un statu quo. C’est sous leur influence que les politiques touristiques des deux régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur ont été réorientées vers un soutien massif aux stations de sports d’hiver à la faveur du changement de majorité politique survenu en 2016. En Auvergne-Rhône-Alpes, c’est même l’ancien président du Syndicat national des moniteurs du ski français, M. Gilles Chabert –surnommé « l’homme le plus puissant au-dessus de 1000 mètres »10–, qui a été chargé de coordonner la politique montagne. Lors du lancement d’un ‘Plan-neige station’ le 3 mai 2016 il a notamment déclaré « A la Région, on ne connaissait pas les mots neige, enneigeurs et canons, je vais les éduquer ». S’adressant à Laurent Wauquiez (président de la région) : « Il nous faudra beaucoup d’argent, sache-le ». Outre l’abandon du programme de prospective ‘Montagne 2040’ de la précédente majorité qui voulait orchestrer une transition, M. Chabert a assumé un « retour en arrière de 50 ans » à l’époque du « plan neige de Pompidou », car « ça marchait du feu de dieu ». Il a conclu : « Ce qu’on veut c’est faire du ski, le reste c’est du blabla »11.

20Dans ce contexte, de nombreuses initiatives porteuses d’alternatives sont largement impensées et invisibilisées par une vision stratégique et politique obnubilée par les sports d’hiver. Plus généralement, toutes les formes de tourisme qui s’épanouissent hors des stations sont le plus souvent incomprises et négligées (Bourdeau, 2019). Alors que l’enjeu des territoires de montagne était clairement de sortir du tout ski dès les années 1990 –ce qu’elle a en partie fait grâce au snowboard–, puis de sortir du tout neige dans les années 2000, et enfin de sortir du tout tourisme dans les années 2010, on peut considérer qu’ils ont pris beaucoup de retard dans cette réorientation économique et culturelle. Ce que souligne le rapport de la Cour des comptes publié au début de l’année 2018, qui constate que les recommandations de rationalisation et de diversification qu’elle avait déjà émises en 2011 à l’intention des stations ont été très peu entendues, en pointant la vulnérabilité croissante des stations face au réchauffement climatique, et les réponses inadaptées de leurs gestionnaires12

Discussion. Du ‘skier’ à l’‘habiter’ ?

21Face aux enjeux de maintien de l’emploi en montagne, le recours à production de neige est sans doute un outil indispensable pour pallier aux déficits d'enneigement provoqués par le changement climatique. A condition qu’il s’inscrive dans une trajectoire de réorientation à l’échelle des 30 prochaines années afin de créer les conditions favorables à l’émergence de pratiques et modèles aptes à s’adapter à l’intermittence ou à l’absence de la neige. Pourtant, la neige industrielle semble le plus souvent considérée par les opérateurs comme une solution définitive au changement climatique, permettant de faire l’économie de véritables politiques de diversification. D’autant que jusqu’à la crise sanitaire de nombreux responsables de stations comptaient sur l’arrivée imminente et massive de skieurs chinois et indiens pour relancer la croissance du secteur. Ce qui justifiait avec optimisme les investissements considérables à réaliser dans les domaines skiables dans un contexte de réduction de l’audience du ski en Europe (Vanat, 2018).

22Malgré de puissants facteurs d’inertie, on peut avancer qu’à certains égards le changement est ‘déjà là’. Il s’opère de façon visible ou discrète dans les interstices et à la périphérie du système, où des filières, des destinations, des organisations et des opérateurs individuels se repositionnent sur des créneaux plus propices aux continuités pluri-saisonnières. Au cœur même du système touristique hivernal, le ski n’est plus aussi central que par le passé : malgré ses propres contradictions c’est depuis longtemps le secteur immobilier qui joue un rôle central dans l’économie des stations de sports d’hiver (Gerbier et Di Ruzza, 1977 ; Perret, 1994 ; Vlès 1996, Marcelpoil et al., 2007). Et un imaginaire lié au bien-être et aux pratiques contemplatives et festives prend peu à peu à peu le relais d’une conception traditionnelle surtout sportive des séjours en montagne. De plus, si les stations restent au centre du paysage touristique, un modèle moins polarisé à la fois sur le plan géographique, temporel et économique se renforce et conforte le développement de pôles touristiques hors-stations.

  • 13 Je dois cette notion de ‘tourisme comme résultante’ à des échanges de 2015 avec Catherine Guieu et (...)
  • 14 Source : Communauté de communes du massif du Vercors. Charte de développement du territoire. Docume (...)

23Toujours sur le registre du ‘déjà là’, le phénomène des migrations d’agrément, —c’est-à-dire le choix d’un lieu de résidence sur la base de critères de qualité de vie et de potentiel récréatif— (Martin, Bourdeau et Daller, 2013) et plus encore de migrations de projet de vie (Bourdeau, 2022) contribue à bas bruit à une reconversion résidentielle et à la montée en puissance d’une économie résidentielle (Segessemann & Crevoisier, 2015), qui complète de façon déterminante l’économie touristique conventionnelle. Dans de nombreuses communes de montagne, les opérateurs touristiques et sportifs locaux travaillent ainsi de plus en plus avec des nouveaux habitants et leurs familles ou amis en séjour. Les notions de tourisme résidentiel et de ‘tourisme des parents et amis » (Griffin, 2013) expriment ce processus de diversification largement impensé. S’il n’est pas exempt de problèmes —demande accrue de services, pression foncière et immobilière, gentrification—, ce mouvement de fond répond en partie au souhait de « remettre le tourisme à sa place », selon une expression de plus en plus fréquemment exprimée par des acteurs locaux de différents massifs, face à un sentiment de perte de contrôle et de manque de résilience du modèle existant. Dans les zones de moyenne montagne au sein desquelles une économie diversifiée a pu être préservée (agriculture, artisanat, services...), un scénario de transition encore très incertain se fait jour, dans lequel le tourisme ne constituerait plus une fin en soi, mais plutôt une résultante13 d’un ensemble de qualités environnementales et territoriales, d’abord attractives pour des habitants à l’année, avant de l’être éventuellement pour des visiteurs. Il est alors tentant de regarder l’arrivée de nouveaux résidents comme une opportunité pour repenser l’avenir des territoires montagnards en termes de diversification économique, au fur et à mesure que les facteurs de crise globaux et locaux du tourisme s’amplifient et se conjuguent. Après tout, du point de vue des territoires, n’est-il pas préférable d’accueillir des habitants à l’année plutôt que d’aller chercher de plus en plus loin des touristes de moins en moins fidèles, au prix de liaisons aériennes low-cost, de séjours bradés et d’une surenchère d’équipements sous-utilisés ? Alors que le tourisme, en montagne ou ailleurs, a longtemps impensé, voire même évacué, la question des habitants, elle revient en force depuis 4-5 ans, amplifiée par la crise sanitaire via un processus décrit comme un ‘exode urbain’ fondé sur la recherche d’un cadre de vie éloigné des « métropoles barbares » (Faburel, 2019). Au-delà d’un terrain de jeu, la montagne est en train de devenir un espace de vie et de travail pour une population en voie de renouvèlement continu (Bourdeau, 2021). Dans le Vercors isérois par exemple, dès 2007, la part de la population arrivée depuis moins de 10 ans était de 66 % à Lans-en-Vercors, et 60 % à Saint-Nizier-du-Moucherotte et Villard-de-Lans14.

  • 15 Bernard Lagarrigue, 1985, Aménagement et montagne n° 52, p. 5.

24Dans de nombreux contextes locaux, des diagnostics territoriaux destinés à évaluer le degré effectif de transition en cours seraient très utiles, pour mesurer ces phénomènes et contribuer à une mise à jour de représentations dominantes peut-être en décalage avec la réalité sociale et économique. Dans la plupart des territoires, le poids inversé entre les saisons d’été et d’hiver pourrait aussi être mis en évidence, alors que la représentation habituelle —référée au modèle des plus grandes stations— reste que « l’hiver on travaille, et l’été on fait son argent de poche »15. De fait, l’été est devenu pour la clientèle française la première période de fréquentation de la montagne avec 51 % des nuitées qui représentent 45 % des dépenses touristiques, contre seulement 33 % des nuitées et 40 % des dépenses en hiver. L’été devance aussi l’hiver pour la proportion des nuitées en hébergement marchand (45 % contre 39 %) et pour la durée des séjours (7,2 jours contre 5,3). De plus en été 74 % des nuitées sont réalisées en dehors d’une station de ski, alors que cette proportion s’élève à 49 % en hiver (Atout France, 2017). Et il est prévisible que cette évolution sera accentuée par l’allongement de la saison estivale due au changement climatique, alors que la saison hivernale sera au contraire réduite.

25L’‘obsolescence des sports d’hiver’ souvent évoquée est sans doute à nuancer. En amplifiant l'indisponibilité de la neige (Rosa, 2020), le changement climatique attise le potentiel d'émerveillement qu'elle suscite. Plus l'atmosphère hivernale sera altérée par le changement climatique, plus on peut s’attendre à ce que l’attractivité esthétique, symbolique et récréative des paysages enneigés prenne de l'importance dans les attentes des visiteurs et résidents. Pour autant, garantir l'atmosphère hivernale sera de plus en plus difficile à l'avenir car il ne s'agit pas seulement d'enneiger les pistes. Or la production artificielle de neige est adaptée à la pratique du ski, mais pas —sauf à des coûts exorbitants—­ à la simulation d'une atmosphère hivernale dans les rues et le paysage des stations. Pour les destinations situées à basse altitude, un repositionnement radical sur l'ambiance montagnarde rurale « sans neige » sera à concevoir. Le patrimoine culturel, les traditions, l’art de vivre (Bourdeau, 2021) et la santé peuvent constituer un support esthétique et expérientiel propice à cette atmosphère, en jouant sur des symboles associés à l’hiver, même si la neige n’est pas au rendez-vous. Les massifs de montagne sont donc confrontés au défi paradoxal de devoir se préparer à l’absence de neige, tout en valorisant sa présence incertaine et intermittente.

26Les hivers plus doux et moins enneigés à venir pourraient être propices à la pratique d'autres activités que les sports saisonniers traditionnels, et à l'attraction de populations urbaines pour lesquelles la neige et le froid peuvent être répulsifs. Et si l'impact du changement climatique sera majoritairement négatif pour la saison d'hiver, il pourra être positif pour la saison d'été, apte à offrir aux visiteurs et habitants de la montagne un confort climatique accru par rapport aux zones urbaines. Une intelligence climatique est à construire pour rendre compatibles les pratiques récréatives et les modes de vie et de travail avec le changement exponentiel du climat, les conditions saisonnières sujettes à de fortes variations interannuelles, et des effets de dé-saisonnalisation déjà observables (Salim et al., 2019).

27Au-delà des débats stratégiques sur l’avenir du tourisme d’hiver, c’est sur le terrain que s’opère une confrontation d’imaginaires et de visions de l’avenir. Elle suscite une montée des controverses sur de nombreux projets d'agrandissement, de liaison et de montée en altitude des domaines skiables. Si l’opposition provenant d’associations de protection de la nature souvent citadines est classique, la nouveauté est que des contestations proviennent aussi de plus en plus souvent d’habitants, élus et professionnels locaux, traditionnellement favorables aux aménagements. Les collectifs locaux dans lesquels ils se regroupent suscitent de multiples pétitions, actions juridiques et articles de presse, ainsi que des manifestations à skis, à pieds ou en raquettes : parmi de très nombreux exemples récents, citons le rassemblement contre l’extension du domaine skiable de Chamrousse (Isère) dans le secteur des Vans, en mars 2016, qui a rassemblé plus de 600 personnes, et a conduit à l’abandon du projet d’installation d’un télésiège en site vierge ; celui au col Ratti qui a réuni en janvier 2017 près de 700 randonneurs pour dénoncer le projet de liaison entre les domaines skiables du Roc d’Enfer et du mont Chéry, dans la station des Gets (Haute-Savoie) ; ou encore l’action du collectif « la Grave autrement » mobilisé depuis 2019 contre le projet de construction d’un troisième tronçon de téléphérique à la Grave (Hautes-Alpes)16, et même l’installation en novembre 2021 à la Clusaz (Haute-Savoie) d’une ‘zone à défendre’ par le mouvement Extinction Rebellion, en opposition à un chantier de retenue collinaire17.

28Dans d’autres cas, des collectifs locaux se mobilisent aussi autour de financements participatifs pour permettre la gestion associative de petites remontées mécaniques susceptibles d’être démantelées afin de maintenir une pratique populaire des sports d’hiver. Il arrive aussi a contrario que la mobilisation locale prenne la défense d’une station menacée de fermeture, y compris en contestant les projets de reconversion envisagés. Dans les Alpes françaises, le cas le plus emblématique concerne la station d’Abondance (Haute-Savoie) dont la fermeture et le projet de reconversion vers un tourisme patrimonial et culturel ont suscité en 2007 de fortes tensions locales et l’organisation d’une manifestation « Pour le ski et contre le développement culturalo-bidon » (Suchet & Raspaud, 2010). Plus encore qu’un enjeu d’emploi dont le maintien était prévu les principales craintes exprimées portaient sur la perte d’une identité locale construite autour du ski depuis 50 ans et le sentiment de « mort symbolique » qui en résultait, ainsi que sur une vision négative du patrimoine « Le patrimoine, c’est un truc pour les vieux »– et sur un doute vis-à-vis de son potentiel économique ; des inquiétudes auxquelles on peut ajouter la peur d’un effondrement du prix de l’immobilier de la part des résidents secondaires.

Conclusion : la transition comme utopie ?

29Face au pic de contradictions existentielles et fonctionnelles auquel sont confrontées les sociétés contemporaines, le tourisme de montagne, à l’instar du tourisme global, a rendez-vous avec un changement radical de référentiel. En questionnant le statut et les pratiques du tourisme, et en (re)plaçant la perspective de l’habiter (Dardel, 1952 ; Lazarrotti, 2006 ; Stock, 2004) comme horizon de rapport renouvelé aux lieux, ce sont les contours d’un après-tourisme (Bourdeau, 2019) qui s’explorent sur fond d’incertitude. La transition apparaît alors comme une réorganisation sous tension (Vlès et Bouneau, 2016), qui fait la part belle à des dilemmes et conflits sur les manières légitimes de concevoir et de construire l’avenir du tourisme et des loisirs dans un monde en transformation. Si des critères objectifs contribuent à expliquer la force d’inertie des opérateurs touristiques, un des problèmes majeurs de la transition est avant tout un déficit de représentation de l’avenir comme futur possible et désirable. Comment relayer la force du mythe moderne de la station de sports d’hiver en tant qu’utopie « qui a fait ses preuves et son temps » (Knafou, 1991) ? Comment sortir des verrouillages sociotechniques qui conduisent les opérateurs du tourisme d’hiver à poursuivre des buts inatteignables alors que d’autres objectifs atteignables sont négligés ? Vecteur d’une économie de substitution par rapport à l’agriculture et à l’industrie, le secteur touristique de montagne se voit désormais confronté aux limites de sa stabilité, voire de sa pérennité. Après les thèmes de la ‘reconquête’ (années 1990) et du ‘ré-enchantement’ (Années 2000), celui de la ‘réinvention’ du tourisme (Langenbach et al., 2020) fait aujourd’hui figure de leitmotiv pour exprimer des besoins et aspirations au changement face au triple défi des crises climatique, énergétique et sanitaire. Mais comment « réinventer le tourisme » (Knafou, 2021) en concevant d'autres modèles plus souples et diversifiés, compatibles avec les enjeux environnementaux et sociétaux ? La montée d’un référentiel exprimé en termes d’habiter et d’art de vivre et travailler en montagne ne porte-t-elle pas en germe une ‘dés-invention’ du tourisme ? Avec à la clé un changement de paradigme basé sur le passage d’un régime d’attractivité à un régime d’habitabilité, qui implique de traiter des problèmes sociaux d’accès au logement, de réduction des inégalités et des précarités, en même temps que les questions de régulation de fréquentation.

30Ce chantier de transition implique un investissement intellectuel, stratégique et politique, en se gardant de toute généralisation pour bien distinguer les configurations très différentes dans lesquels se trouvent les territoires de montagne. De manière très spéculative, on peut ébaucher à l'horizon de quelques décennies le scénario d'une sanctuarisation des sports d’hiver dans les (très) grandes stations d'altitude aptes aux investissements en communication et aux infrastructures : neige de culture généralisée, remontées mécaniques, équipements récréatifs, commerciaux et festifs de prestige. Leur transition se limitera de fait à un verdissement conforme aux normes environnementales et culturelles en vigueur, à destination de niches de populations (inter)nationales. Ceci pendant qu'un nombre croissant de petites et moyennes stations proches de grandes agglomérations se seront reconverties vers des fonctions résidentielles à l'année, propices à la création d’activités économiques diversifiées, et compatibles avec une poursuite de l'activité de sports d'hiver dédiée à la clientèle locale et de proximité. On habiterait donc davantage en montagne, mais l'on y ferait moins de tourisme au profit d’une pratique récréative à l’année, même si le tourisme « des parents et amis » se développerait. Les stations les plus proches et les mieux connectées par rapport aux métropoles pourraient connaître le plus fort développement pendant que les plus éloignées et les moins bien connectées entreraient en décroissance. En poursuivant les actions déjà engagées, l’enjeu serait de diversifier les pratiques au sein des domaines déjà fortement équipés et artificialisés afin de valoriser l'infrastructure en place, en renonçant à en étendre le périmètre vers des secteurs encore peu ou pas aménagés. On peut aussi imaginer que de petites et micro-stations reposant sur des infrastructures minimalistes, voire sans infrastructures —à l’image de ‘stations’ de ski de randonnée— se maintiendraient grâce à leur capacité à gérer les intermittences d'exploitation liées aux variations d’enneigement, en reposant sur des fréquentations de proximité d’un large public.

  • 18 Slogan utilisé par les opposants à un projet d’équipement de production de neige industrielle sur l (...)

31La question du rôle central des financements publics dans le système des sports d'hiver par des subventions directes et indirectes se pose à différentes échelles et dans de nombreux domaines : aéroports régionaux, infrastructures (auto)routières, équipements en remontées mécaniques et neige de culture, compensation de déficits d’exploitation, défiscalisation immobilière, campagnes de communication… Dans une logique de transition, une redirection des politiques publiques permettrait d’envisager une mutation au cœur des pratiques et des territoires touristiques, et plus seulement dans des niches pionnières. Alors que l’on commence à envisager de subventionner les forfaits de ski pour atténuer leur inflation tarifaire (Clivaz et al., 2017), la question l’intervention financière publique va se poser de plus en plus en termes de coûts d’opportunité, c’est-à-dire ce à quoi on renonce en affectant les ressources disponibles à un usage plutôt qu’à un autre : « et vous, entreprises et habitants du plateau Hauteville/Valromey, avec 1 million d'euros vous créez combien d'emplois ? »18. Et la priorité canonique accordée aux investissements dans les politiques publiques sera sans doute de plus en plus contestée face aux besoins de formation et d’ingénierie locale d’accompagnement à la transition des filières, des métiers et des opérateurs.

32Les États généraux de la transition des territoires de montagne19 ont contribué à mettre la transformation du modèle de développement à l'agenda politique et institutionnel, en suscitant entre autres l'organisation d’ateliers territoriaux dans plus de 30 sites. Pour autant les questions relatives aux stratégies, méthodes et outils de la transition restent largement en suspens. A ce jour la seule station à s’être donnée un agenda de sortie du ski alpin est Métabief dans le Jura, qui l’a programmée pour 203520. Si la question de l’enfrichement d’un certain nombre d’installations de sport d’hiver est explicitement posée (Bachimon, 2019), il n’en reste pas moins qu’à l’échelle alpine seules de très petites stations ont pour l’instant renoncé aux sports d'hiver21. La question posée à la plupart des stations n’est d’ailleurs pas (encore) celle du renoncement au ski, mais plutôt d’un repositionnement qui serait davantage choisi que subi. C’est dans ce cadre que certains territoires supports de stations amorcent des démarches susceptibles de s’inscrire à terme dans une perspective de transition : diagnostics de viabilité climatique de la production de neige de culture, renoncement à certains projets d'aménagements, politiques d'accueil d’habitants permanents, démarches participatives et exploration de scénarios de design fiction sur les visions de l’avenir… Ceci le plus souvent sans se référer à un horizon stratégique clair, tant la question est épineuse sur le plan politique et économique, avec des tensions de plus en plus clivantes au sein de la population locale.

33Les territoires de montagne sont confrontés à un double enjeu : non seulement réduire leur dépendance à la neige, mais aussi au tourisme. Avec comme défi de concevoir et mettre en œuvre une nouvelle utopie (Corneloup, 2021) en relais de celle portée au XXème siècle par les sports d’hiver, dans laquelle la montagne ne serait ni un terrain de jeu disneylandisé ni un refuge climatique gentrifié (Perlik, 2011). Dans une logique de transition, le rôle attendu de la part des innovations de niche issues de l’agir créatif local et sectoriel est de proposer des solutions de rechange, qui sembleront de moins en moins marginales et radicales au fur et à mesure qu’elles contribuent à structurer un nouveau modèle de développement, ou à restructurer en profondeur le modèle existant (Rip & Kemp, 1998 ; Geels, 2002 ; Boulanger, 2015). Le défi est d’envisager une mutation au cœur des pratiques, des organisations et des territoires, sans limiter le changement aux outsiders et aux pratiques alternatives. Il s’agit alors d’accompagner l’‘atterrissage’—au sens de Latour (2017)— des opérateurs économiques et territoriaux du modèle actuel, y compris en valorisant leur savoir-faire d’accueil, d’offre d’activités et de gestion des flux touristiques dans un milieu déjà artificialisé. Et en repensant l’articulation entre la montagne encore désignée par défaut comme ‘peu aménagée’ (i.e. hors-station) et la montagne aménagée des stations. L’accompagnement de cette transformation est un travail incontournable en termes de formation, d’ingénierie, de gouvernance et de démocratie locale. Avec toute l’ambiguïté de la notion de transition, qui suggère que le processus de changement à concevoir et mettre en œuvre peut être progressif à l’échelle sectorielle et locale, alors que tous les indicateurs scientifiques soulignent son caractère d’urgence à l’échelle globale.

Haut de page

Bibliographie

ACHIN C., GEORGE-MARCELPOIL E. & BERNARD V., 2015, L’innovation lue au prisme de son volet organisationnel : l'exemple de la diversification dans les stations de moyenne montagne, Sciences Eaux & Territoires, 17, p. 52-57. https://doi.org/10.3917/set.017.0052

ACHIN C., GEORGE E., 2013, Sorties de piste pour la performance touristique des stations de sports d'hiver, Tourisme & Territoires, 3, p. 67-92.

ALPNET/FUTURE MOUNTAIN INTERNATIONAL, 2016, The future of winter travelling in the Alps, MCI Tourism/EURAC Research/Institute of outdoor sports and environmental science.

ANTHEAUME B., GIRAUT F., 2002, Les marges au cœur de l’innovation territoriale ? Regards croisés sur les confins administratifs. Historiens et géographes, n° 379, p. 39-58.

ATOUT FRANCE, 2017, Tourisme estival des destinations de montagne, Cahier n° 1 : clientèles et potentiels. https://www.atout-france.fr/publications/tourisme-estival-des-destinations-de-montagne

BACHIMON P., 2019, Apocalypse Snow. Enfrichement des stations de montagne et syndrome (de la bulle) climatique, Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine http://journals.openedition.org/rga/5425

BADRE M., PRIME J.-L., RIBIERE G., 2009, Neige de culture. État des lieux et impacts environnementaux. Note socio-économique, Rapport du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD) n° 006332-01.

BARNETT J., O'NEILL S. J., 2010, Maladaptation, Global Environmental Change, vol. 20, p. 211-213.

BERARD-CHANU L., 2021, Trajectoires d’évolution des stations de sports d’hiver des Alpes françaises : la place de la production de neige, Thèse de doctorat de l’Université Grenoble-Alpes. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-03555501

BONNEMAINS A., 2015, Vulnérabilité et résilience d’un modèle de développement alpin. Trajectoire territoriale des stations de haute altitude de Tarentaise, Thèse de doctorat, Université Grenoble-Alpes.

BONNET E. et al., 2021, Héritage et fermeture, une écologie du démantèlement, Paris, Éditions Divergences, 168 p.

BOULANGER P.-M., 2015, Transition (point de vue 2), in BOURG D., PAPAUX A. (Dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, Presses Universitaires de France, p. 1011-1015.

BOURDEAU P., 2022, Paroles de néo-Vertacos, L’Alpe n° 96, p. 16-21.

BOURDEAU P., 2021, From Tourism to Art of Living ? Residential utopia and after-tourism in the French Alps, in CONDEVAUX A., GRAVARI-BARBAS M., GUINAND S. (eds.), Before and after tourism : tourism dynamics in everyday places, Londres, Routledge, p. 200-215.

BOURDEAU P., 2020, Le tourisme face à ses limites en période de crise, Espaces, n° 355, p. 56-60.

BOURDEAU P., 2019, L’agir créatif dans le tourisme de montagne, Urbanisme, n° 411, p. 59-62.

BOURDEAU P., 2019, Éloge de la dispersion. La station touristique : un modèle à interroger. Espaces, n° 350, p. 11-16.

BOURDEAU P., LEBRETON F., 2013, Les dissidences récréatives en nature : entre jeu et transgression. Exploration liminologique, EspacesTemps.net, Travaux, 28.10.2013 http://www.espacestemps.net/articles/les-dissidences-recreatives-en-nature-entre-jeu-et-transgression

BOURDEAU P., 2009, From après-ski to après-tourism: the Alps in transition?, Journal of Alpine Research, 97-3. http://journals.openedition.org/rga/1054

BOURDEAU P., 2008, The Alps in the Age of New Style Tourism: between Diversification and Post-Tourism? in BORSDORF A., STÖTTER J., VEUILLET E. (eds.), Managing Alpine Future, Vienna, Austrian Academy of Science Press, p. 81-86.

BURCHARDT H., DIETZ K., 2014, (Neo)-extractivism. A new challenge for development theory from Latin America. Third World Quarterly, p. 24: 468

CLIVAZ C., GONSETH C., MATASCI C., 2015, Tourisme d'hiver : le défi climatique, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

CORNELOUP J., 2021, La transition récréative : l'utopie transmoderne, Rouen, Éditions de l'Université de Rouen et du Havre, 496 p.

DARDEL E., 1952, L’Homme et la terre. Nature de la réalité géographique, Paris, Presses universitaires de France, 136 p.

FABUREL G., 2019, Les métropoles barbares, Paris, Le Passager clandestin, 432 p.

FALAIX L., CORNELOUP J., 2017, Habitabilité et renouveau paradigmatique de l’action territoriale : l’exemple des laboratoires récréatifs, L’Information géographique n° 4, p. 78-102.

FRANCE STRATEGIE, 2021, L’emploi en 2020 : géographie d’une crise, Note d’analyse n° 100, https://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/fs-2021-na-100-emploi-2020-geographie-crise-avril_0.pdf

GAUCHON C., 2010, Sports d’hiver et tourisme durable : mythes et réalités, in MARCELPOIL E., BENSAHEL L., FRANÇOIS H., Développement durable des stations de sports d’hiver, Paris, L’Harmattan, p. 63-72.

DI RUZZA F., GERBIER B., 1977, Ski en crise. Le cirque blanc : du profit... à la compétition, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

FRASER N., 2005, Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et distribution, Paris, La Découverte, 178 p.

GEELS F.W., SCHOT, 2007, Typology of sociotechnical transition pathways. Research Policy 36, p. 399-417.

GEELS F.-W., 2002, Technological transitions as evolutionary reconfiguration processes: a multi-level perspective and a case-study, Research Policy, 31, p. 1257–1274. https://doi.org/10.1016/s0048-7333(02)00062-8

GERVAIS-LAMBONY P. & DUFAUX F., 2009, Justice... spatiale ! Annales de géographie, 665-666, p. 3-15. https://doi.org/10.3917/ag.665.0003

GORZ A. (Michel Bosquet), 1975, Écologie et politique, Paris, Galilée, 190 p..

GRANDJEAN A., LE TENO H., 2015, Transition (point de vue 1), in BOURG D., PAPAUX A. (Dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, Presses Universitaires de France, p. 1006-1011.

GRIN J., ROTMANS J., SCHOT J., 2010, Transitions to sustainable development. New directions in the study of Long Term Transformative Change, Londres, Routledge, 419 p.

GRIFFIN T., 2013, Visiting friends and relatives tourism and implications for community capital. Journal of Policy Research in Tourism, Leisure and Events, 5(3), p. 233-251. https://www.researchgate.net/publication/271758937_Visiting_friends_and_relatives_tourism_and_implications_for_community_capital

GUERIN J.-P., GUMUCHIAN H., 1978, Pourquoi les sports d’hiver ? Mythologies et pratiques, Grenoble, Glaciolab, Institut de Géographie alpine, 201 p.

KNAFOU R., 2021, Réinventer le Tourisme, Sauver nos vacances sans détruire le monde, Paris, Éditions du Faubourg, 128 p.

KNAFOU R., 1991, La crise du tourisme dans les montagnes françaises. Un système qui a fait ses preuves et son temps », Dossiers de la Revue de Géographie Alpine, 6, p. 13-21.

LANGENBACH M., CLIVAZ C., FRANÇOIS H., 2020, Re-inventing tourism areas in Alpine resorts, Via Tourism Review, https://journals.openedition.org/viatourism/5751

LANGENBACH M., TUPPEN J., CLIVAZ C., 2018, Approche croisée des processus de diversification du tourisme par les sports de nature dans les stations de montagne en Suisse et en France, Juristourisme, Juris éditions, Dalloz.

LAZARROTTI O., 2006, Habiter. La condition géographique, Paris, Belin.

LIEBOWITZ S. J., MARGOLIS S. E., 1995, Path dependence, lock-in and history," Journal of Law, Economics, and Organization, 11, p. 205-226.

MARCELPOIL E. et al., 2007, Nouvelles pratiques touristiques en zone de montagne : vers un renouvellement des pratiques de gestion foncière ? Rapport à la Direction du Tourisme, CEMAGREF Grenoble.

PECHLANER H., DEMETZ M., SCUTTARI A., 2015, Alpine biking tourism, The Future of Cycle Tourism in the Alps. EURAC research.

PERRET J., 1994, Le développement touristique local. Les stations de sports d’hiver, Grenoble, Ed. Université Pierre Mendès France de Grenoble.

PERLIK M., 2011, Alpine gentrification: The mountain village as a metropolitan neighbourhood, Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, 99-1 http://journals.openedition.org/rga/1370

RIP A., KEMP R.P.M., 1998, Technological change, in RAYNER S., MALONE E.L. (eds), Human choice and climate change, vol. II, Resources and technology, Battelle Press, Ohio, p. 327–399.

ROSA H., 2020, Rendre le monde indisponible, Paris, La Découverte, 144 p.

SALIM E., MOUREY J., RAVANEL L., PICCO P., GAUCHON C., 2019, Les guides de haute montagne face aux effets du changement climatique. Quelles perceptions et stratégies d’adaptation au pied du Mont Blanc ? Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine 107-4, http:// journals.openedition.org/rga/5842

STEFFEN W., BROADGATE W., DEUTSCH L., GAFFNEY O., LUDWIG C., 2015, The Trajectory of the Anthropocene: the Great Acceleration, The Anthropocene Review, p. 1-18.

STIEGLER B. & al., 2020, Bifurquer, Paris, Les Liens qui libèrent, 432 p.

SPANDRE P., FRANÇOIS H., MORIN S., GEORGE-MARCELPOIL M., 2015, Dynamique de la neige de culture dans les Alpes Françaises, Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [103-2 | , http://rga.revues.org/2840

STOCK M., 2004, L’habiter comme pratique des lieux géographiques, EspacesTemps.net https://www.espacestemps.net/articles/habiter-comme-pratique-des-lieux-geographiques

SUCHET A. & RASPAUD M., 2010, A Case of Local Rejection of a Heritage Tourism Policy: Tourism and Dynamics of Change in Abondance, French Alps, International Journal of Heritage Studies, Taylor & Francis 16 (6), p. 449-463.

VANAT L., 2018, Rapport international sur le tourisme de neige & de montagne. Vue d’ensemble des chiffres-clés de la branche des stations de ski. https://www.vanat.ch/RM-world-report-2018-FR.pdf

VLES V., 2021, Changement climatique et stations de ski : la science écartée, Espaces, n° 362, 7 p. https://www.tourisme-espaces.com/doc/10762.changement-climatique-stations-ski-science-ecartee.html.

VLES V., BOUNEAU C., 2016, Stations en tension, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 260 p.

VLES V., 1996, Le projet de station touristique, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 403 p.

Haut de page

Notes

1 Hélène Masson-Maret, André Vairetto et collaborateurs, 2014, Rapport d’information au Sénat n° 384. https://www.senat.fr/rap/r13-384/r13-3841.pdf

2 Source : https://www.domaines-skiables.fr/smedia/filer_private/41/d2/41d2abea-3518-4199-a0bf-69539fea06ea/indicateurs-et-analyses-2020.pdf

3 D’après la DGEDD, la neige de culture coûtait en 2009 2,5 à 3 € le m3, dont à peu près la moitié en coût énergétique, soit une consommation de 0,6 kWh/m3 hors pompage de l’eau, ce qui représentait 5 à 10 % du prix du forfait, avec des équipements amortis en 20 à 30 ans (Badré & al., 2009).

4 Source : Un désir de renouveau des vacances d’hiver, enquête "Conditions de vie et Aspirations des Français", Crédoc, juillet 2010.

5 Source : Berlioz F., Les données de base de la connaissance : analyse des évolutions, impact sur le devenir du tourisme en montagne (DEATM-ODIT), 2006.

6 https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/12/23/en-montagne-la-revanche-des-stations-villages_6064271_3234.html

7 Activation de groupes-témoins de professionnels de la montagne (moniteurs, guides, hébergeurs, offices de tourisme) dans 3 secteurs géographiques (Vercors, Queyras, Belledonne) basés sur le partage via WhatsApp de données factuelles, observations, anecdotes et photographies. Cette collecte a été complétée par des séquences d’observation in situ.

8 Propos d’une monitrice de ski de Lans-en-Vercors

9 Propos de Laurent Raynaud, délégué général de Domaines skiables de France, qui fédère la les sociétés exploitantes de remontées mécaniques. Source : https://www.placegrenet.fr/2015/01/17/laurent-reynaud-sil-ny-pas-ski-il-ny-rien/48161

10 http://www.ledauphine.com/loisirs/2017/01/30/pourquoi-gilles-chabert-quitte-la-compagnie-des-alpes

11 Leïla Shahshahani : Laurent Wauquiez : « La neige de culture est la base de notre politique montagne », Montagne Magazine, 2016. http://www.montagnes-magazine.com/actus-laurent-wauquiez-neige-culture-base-politique-montagne

12 Cour des comptes. Rapport public annuel 2018. https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/2018-01/14-stations-ski-Alpes-nord-face-rechauffement-climatique-Tome-2.pdf

13 Je dois cette notion de ‘tourisme comme résultante’ à des échanges de 2015 avec Catherine Guieu et Marc Mallen, alors en poste au Conseil départemental des Hautes-Alpes.

14 Source : Communauté de communes du massif du Vercors. Charte de développement du territoire. Document de référence, 2007, pp. 14-15.

15 Bernard Lagarrigue, 1985, Aménagement et montagne n° 52, p. 5.

16 https://lagrave-autrement.fr

17 https://reporterre.net/Neige-artificielle-des-zadistes-s-opposent-a-une-megabassine-d-eau

18 Slogan utilisé par les opposants à un projet d’équipement de production de neige industrielle sur le plateau d'Hauteville-Valromey (Ain). Voir https://hautevillevalromey.wixsite.com/collectif-citoyen/blank-ydkvg

19 https://www.eg-transitionmontagne.org

20 https://www.macommune.info/montagne-du-haut-doubs-une-strategie-pour-affronter-le-changement-climatique

21 Voir le travail de thèse en cours de Pierre-Alexandre Métral sur « La montagne désarmée : une analyse des trajectoires territoriales des stations abandonnées » http://www.theses.fr/s175542

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Bourdeau, « Dilemmes de transition. Les destinations françaises de sports d’hiver entre agir créatif, inerties et maladaptation »Géocarrefour [En ligne], 95/2 | 2021, mis en ligne le 09 juin 2022, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/18943 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.18943

Haut de page

Auteur

Philippe Bourdeau

Laboratoire Pacte/IEP - BP 48 - 38040 Grenoble cedex 9 – Philippe.Bourdeau@univ-grenoble-alpes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search