Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/2Les territoires touristiques et s...

Les territoires touristiques et sportifs en transition

Tourism and outdoor sport territories in transition
John Tuppen et Marc Langenbach

Texte intégral

Introduction

1Le lien entre tourisme et activités sportives est établi et documenté depuis plusieurs décennies (Corneloup, 2005 ; D.R.D.J.S. Rhône-Alpes, 2008), notamment dans le rôle qu’elles jouent au niveau de l’attractivité des territoires touristiques, de manière pérenne, temporaire ou saisonnière. En outre, le tourisme et les activités sportives associées, ont connu une croissance forte et soutenue ces dernières années, y compris pendant et après la pandémie de Covid-19 (Bourlon, 2020). Plus spécifiquement, les sports de nature sont devenus des moteurs incontournables de développement économique et social pour de nombreux territoires, tout particulièrement ruraux et montagnards (Langenbach, 2012). Néanmoins, les territoires touristiques sont fortement impactés par les changements globaux (changement climatique ou sociétal notamment) et doivent les intégrer dans leur trajectoire pour pouvoir perdurer. De plus en plus il est nécessaire de composer avec de nouveaux enjeux liés aux crises économiques, financières, sanitaires et environnementales mais aussi à l’évolution de l’offre et de la demande touristiques. En outre, les territoires touristiques doivent aussi tenir compte des nouvelles orientations politiques qui touchent au tourisme, ainsi que de la nécessité d’élaborer de nouveaux modèles de développement et d’aménagement du territoire prenant en compte la notion de durabilité (Knafou, 2021). Tous ces facteurs concourent à l’émergence d’une « transition récréative » (Corneloup, 2017) ou d’une “transformation radicale” (Grin et al., 2010) de l’activité touristique, mais aussi de l’attractivité liée au tourisme, dans les destinations touristiques.

2De manière thématique, les activités sportives jouent un rôle de plus en plus important dans les sociétés contemporaines (« la sportification des sociétés », Higham, 2005), aussi bien pour des raisons d’engouement pour les loisirs sportifs (Aubel & Lefèvre, 2015 ; Lefèvre et al., 2020) que pour des raisons de santé (Augustin, 2016 ; Langenbach & Tuppen, 2017). Dans ce cadre, un lien fort existe entre sport et vacances, particulièrement dans le cas des sports de nature (Thiery, 2013), et plus spécifiquement encore dans le cadre territorial des stations de montagne où les sports d’hiver ont constitué, dès le départ (Perret, 1992), le principal facteur d’attractivité ou le produit d’appel des séjours. Pour beaucoup de ces activités (randonnée, VTT, escalade, canyoning…), les ressources naturelles et l’accessibilité d’un espace représentent des éléments fondamentaux de son développement (Higham & Hinch, 2018). Suivant cet exemple originel du périmètre des stations de montagne, de plus en plus de destinations touristiques basent leur développement sur celui des activités sportives (Weed & Bull, 2009 ; Higham & Hinch, 2018), notamment de plein air (Corneloup & Bourdeau, 2004).

3Ainsi, bon nombre de territoires touristiques sont engagés dans des processus de transition autour des loisirs sportifs qui les voient évoluer, se transformer, en termes d’organisation et de gouvernance, d’identité et d’image ou encore de composition de l’offre, suite aux effets de changements globaux. Ce numéro de la revue Géocarrefour inscrit son approche de géographie du tourisme (Hall & Page, 2002 ; Duhamel, 2018) dans le champ des transition studies (Loorbach et al., 2017 ; Köhler et al., 2019) afin de prendre en compte les dynamiques d’innovation sociale et organisationnelle à l'œuvre, dans une perspective transformative.

4Cette notion globale de transition touristique et de ses territoires supports, prise majoritairement au travers du prisme des loisirs sportifs, sera déclinée au travers de l’étude d’une ou plusieurs de ces nombreuses facettes que sont l’adaptation, l’atténuation, la transformation, l’innovation, la spécialisation ou encore la diversification.

Les enjeux socio-spatiaux de la transition touristique par les loisirs sportifs

Les dimensions du changement

5Si la problématique de la transition touristique concerne principalement, mais pas exclusivement, les régions de montagne et de façon plus large les zones rurales aussi bien en Europe qu’en Amérique du Nord (Scott, 2007 ; Steiger, 2010 ; Scott et al., 2014), les processus qu’elle englobe s’inscrivent dans un contexte d’adaptation au changement, notamment climatique (Clivaz et al., 2015 ; Bonnemains & Clivaz, 2019). Ce constat se base sur : des mutations et des crises environnementales (réchauffement climatique, déficit d’enneigement), politiques (évolution des modèles de gouvernance des stations), et économiques (difficultés financières endémiques, tarissement des financements publics) mais aussi sur des changements démographiques (baisse tendancielle de la fréquentation touristique de la montagne, évolution des modèles de pratique liée au vieillissement de la population par exemple, évolution des modes d’habiter dans les destinations touristiques).

6Face à cette situation, nous verrons tout au long de ce numéro que des changements sont mis en place, au niveau des territoires, du marché et des offres locales, ou encore des groupes sociaux qui pratiquent ou consomment les loisirs sportifs mis en tourisme localement.

7Ces processus transformatifs s’articulent sur plusieurs dimensions : une dimension spatiale qui voit la remise en cause du périmètre des destinations, et notamment de la station, en tant qu’échelle unique des pôles de croissance liés au tourisme en montagne ; une dimension sociale illustrée par le développement de nouvelles activités sportives de nature en station à destination des habitants ou encore par de nouvelles formes d’organisation et de gouvernance entre acteurs ; une dimension environnementale pour délester la pression sur les milieux naturels ou sur les ressources en eau, mais aussi pour fonder un modèle de développement touristique plus durable (Francois, 2007 ; Marcelpoil et al., 2010 ; Achin & George-Marcelpoil , 2013 ; Bonnemains, 2015 ; George-Marcelpoil et al., 2016) ; une dimension économique avec notamment l’émergence d’initiatives marchandes fortes ou le recours à la marchandisation des innovations sportives dans le cadre d’une diversification des offres touristiques (Bramwell, 2004 ; Lozato-Giotart et al., 2012 ; Langenbach & Tuppen, 2018), à des échelles locales et régionales, mais aussi nationales (Rolland, 2006) ; une dimension politique, avec la mise en place de mécanismes d’aménagement du territoire spécifiques et de politiques publiques dans le champ du tourisme mises en œuvre depuis les années 1990.

8En France, plusieurs approches territoriales des modèles sportifs (Bourdeau, 2007 ; Langenbach et al., 2017) ou encore de sociologie des jeux d’acteurs (Corneloup, 2009 ; Perrin-Malterre, 2015) ont permis d’aborder spécifiquement le rôle des activités sportives dans la trajectoire des destinations touristiques au travers notamment de la notion de diversification du tourisme en montagne (François, 2007). D’autres travaux sur les effets des événementiels (sportifs mais aussi culturels) sur les systèmes touristiques locaux (Bessy & Suchet, 2015) ont permis de développer l’organisation de cette diversification ou de cet élargissement de l’offre. Originellement, les offres de loisirs sportifs de nature ont constitué des pivots essentiels des nouvelles modalités d’évolution du tourisme en montagne et dans les territoires ruraux aussi bien : par leurs offres organisées autour de nouvelles activités sportives (pratique du VTT ou du trail) ; par de nouveaux espaces touristiques et sportifs ou de nouvelles infrastructures (bike parks, stations de trail) ; par de nouveaux modes de fréquentation des destinations touristiques, dans le temps mais aussi suivant les catégories sociales mobilisées. Dans une société qui accorde de plus en plus d’importance à la santé et au bien-être des individus, certaines activités historiquement présentes dans les destinations touristiques et ayant souvent un lien direct avec les loisirs sportifs (Panchal, 2014 ; Higham & Hinch, 2018), telles que le thermalisme ou le patrimoine, ont aussi connu un regain d’intérêt. Elles ont été aussi soumises à des logiques de d’évolution et de réorganisation, internes cette fois, comme l’illustre le développement du wellness tourisme (Erfurt-Cooper & Cooper, 2009). Ce faisant, et en jouant de nouveaux rôles pour les territoires touristiques, ils participent aussi à la transition du tourisme dans de nombreux territoires touristiques.

9Comme dans d’autres territoires, le tourisme est marqué par son caractère saisonnier. Ce phénomène constitue l’un des aspects problématiques de l’activité touristique sur son territoire, sur l’emploi local ou encore sur l’utilisation d’infrastructures et de ressources naturelles à certaines périodes de l’année notamment (Martin et al., 2012). De la même manière, les destinations qui dépendent de conditions climatiques particulières pour la pratique d’activités sportives spécifiques, telles que le canyoning et la spéléologie, la randonnée, ou encore le ski ou le golf (Higham & Hinch, 2018) sont sujettes à des phénomènes de saisonnalité de la fréquentation qui les rendent vulnérables à des aléas climatiques, notamment. Ce phénomène joue à la fois au travers de la fréquentation touristique, très souvent liée aux conditions climatiques dans les différentes destinations touristiques, mais aussi au travers des conditions de pratique des sports de nature, elles liées à la météorologie (forte variabilité des régimes hydriques problématique pour le canyoning, la spéléologie ou les sports d’eaux-vives, fortes chaleurs compliquant la pratique de l’escalade ou encore de la randonnée pédestre). La réponse apportée peut ainsi être un déplacement des activités dans l’espace vers des lieux plus adaptés (à des altitudes ou des latitudes plus propices) ou dans le temps. Dans ce second cas, la désaisonnalisation en matière de tourisme peut ainsi être volontaire, en élargissant activement la période de fréquentation de la destination en s’appuyant sur des offres dites « 4 saisons » (Violier, 2013) et sur plusieurs loisirs sportifs de nature. Lorsqu’elle est subie, la désaisonnalisation contraint l’activité touristique, hivernale et estivale, à se décaler dans le temps (en montagne, par exemple, l’été démarre plus tôt et dure plus longtemps, l’hiver débute plus tard). Ces tendances contraignent plus ou moins directement les systèmes touristiques à s’adapter. L’organisation d’événements sportifs (ou d’autres types de manifestations) en dehors des périodes de forte demande touristique (Higham & Hinch, 2018) étant aussi utilisée pour susciter une fréquentation sur des périodes précises, notamment en visant des marchés de niche.

Les formes de la diversification

10L’adaptation de l’offre touristique peut ainsi être motivée par plusieurs facteurs ou une combinaison de plusieurs d’entre eux (Langenbach, et al.,. En premier lieu, le recours fréquent à la diversification du tourisme qui illustre la volonté d’élargir l’offre à l’échelle de la destination pour attirer de nouvelles catégories de touristes (Vlès, 2006 ; Müller et al., 2010 ; Farmaki, 2011 ; Moraru, 2011 ; Violier, 2013). Cet élargissement peut être de plusieurs formes : diversification au sein d’un seul champ d’activités ou d’une seule saison (par exemple, en hiver proposer plusieurs options ski ou des activités autres que le ski ; alternativement, en hiver ou en été, le développement d’une filière d’entraînement pour sportifs de haut niveau – VTT, athlétisme, football (Langenbach & Tuppen, 2018) ; une orientation vers de nouvelles pratiques (en itinérance, avec plus ou moins de matériel, etc.) ou de nouveaux marchés touristiques (voyages d’affaires, par exemple) ; l’exploitation de la saison, voire des saisons, peu développée(s) jusqu’alors (par exemple, développement de la saison estivale pour les destinations trop dépendantes de la saison hivernale ; (World Tourism Organisation, 2014) ; la création de nouvelles formes d’hébergements ou de services (par exemple, les locations entre particuliers du type AirBnB). Par ailleurs, si l’adaptation des destinations touristiques passe souvent en montagne par un recours à l’enneigement artificiel pour pallier au déficit chronique de neige pendant l’hiver, elle passe aussi par une prise en compte de l’évolution de la demande.

11De la même manière que pour les évolutions de l’offre, cette évolution peut être rendue nécessaire par plusieurs facteurs, soit liés aux attentes des touristes eux-mêmes (Perrin-Malterre, 2015), soit d’ordre socioculturel ou encore conjoncturel. Ceci est illustré par l’engouement très récent et suite à la crise sanitaire du Covid-19 pour des vacances à la campagne et à la montagne. L’évolution de la demande est de plusieurs types et va par exemple d’une importance accrue accordée à l’aspect ludique et émotionnel des vacances au développement de courts séjours et de visites à la journée, en passant par l’émergence de nouvelles formes de résidentialité dans les territoires touristiques. S’adapter à l’évolution de la demande nécessite aussi une ouverture vers de nouvelles clientèles, notamment étrangères. En outre, la demande est impactée par certains effets structurels et sociétaux tels que le vieillissement de la population et l’émergence d’un marché important auprès des seniors.

Economie et gouvernance

12Si la demande pour des activités de loisirs a considérablement évolué ces dernières années, la structure économique, la gouvernance et l’organisation de la destination touristique sont elles aussi directement concernées par la transition touristique. En ce qui concerne l’économie locale, le tourisme peut agir comme moteur de développement d’activités associées (par exemple, de santé ou de bien-être) et structurer durablement le tissu économique des destinations. En même temps, l’image touristique positive d’un territoire facilite l’installation d’autres activités dans le domaine notamment des services. Cette tendance est en partie accompagnée par la montée en puissance du télétravail. Dans ce sens, l’accroissement de la fonction résidentielle des destinations touristiques (Davezies, 2008) est un exemple de l’adaptation des territoires touristiques. Cette dynamique est liée à l’accueil de populations régulièrement mobiles, notamment les retraités, ou les populations travaillant à l’extérieur du périmètre de la destination touristique, ou de la station, à l’année. Elle est visible et à l’oeuvre, par exemple, aussi bien dans les territoires touristiques montagnards en France (Talandier, 2008 ; Martin et al., 2012) qu’ailleurs en Europe, comme en Suisse (Guex & Crevoisier, 2017).

13Enfin, la multiplicité des acteurs, souvent locaux, intéressés par le développement touristique plaide en faveur des modes de gouvernance complexes dans lesquels ces différents acteurs sont représentés (Gerbaux & Marcelpoil, 2004). Il s’agit donc dans ce cadre de développer l’ancrage territorial des activités touristiques (François, 2007 ; François & Billet, 2010), voire d’élargir le périmètre territorial de la destination au-delà de celui de la station, mais aussi celui des ressources territoriales valorisées (Bessière et al., 2016).

14Très clairement, l’un des objectifs principaux de la transition est de maintenir l’attractivité des destinations touristiques en conservant la place qu’y occupe le secteur touristique mais en faisant évoluer ses caractéristiques pour s’adapter aux changements globaux, ou à l’inverse en modifiant la place du tourisme, notamment en la minimisant, au profit d’autres secteurs tels que celui de l’activité résidentielle. Ceci se fait en s’appuyant sur éventail élargit de produits, touristiques et non touristiques donc, afin de créer une offre locale cohérente mais aussi pour favoriser des synergies entre les activités, prenant la forme de clusters ou d’écosystèmes touristiques (Hautbois & Durand, 2004 ; Boes et al., 2016 ; Capone, 2016 ; Kachniewska, 2013). Cette synergie devrait ensuite être en mesure d’engendrer de nouveaux gains pour les destinations en matière de compétitivité ou encore de réduction des coûts pour l’ensemble des acteurs (Benur & Bramwell, 2015). La mise en place de systèmes locaux de développement touristique au bénéfice de l’ensemble des acteurs impliqués dans le réseau (Langenbach & Tuppen, 2017) a été illustrée par leur coopération, et ses effets, dans le champ des sports de nature (Tuppen & Langenbach, 2022). Dans l’objectif de conférer à la destination une plus grande flexibilité pour s’adapter aux évolutions de la demande et ainsi minimiser les risques inhérents à une activité telle que le tourisme il est possible de s’appuyer sur une offre plus large mais intégrée et en évitant une dépendance excessive par rapport à un seul acteur (public ou privé). Ce principe s’applique également à l’échelle plus large de la région en termes de perspectives de développement économique (Weidenfeld, 2018). Enfin, tout en cherchant à renforcer l’attractivité des lieux touristiques, les nouveaux modèles de gouvernance et d’organisation doivent prendre en compte de plus en plus une dimension environnementale pour limiter les problèmes liés à la ‘surtourisme’ et pour répondre et une demande croissante de la part des touristes eux-mêmes (Knafou, 2021).

Les territoires touristiques et sportifs en transition : présentation des articles

15Pour introduire ce numéro, Mike Weed de l’Université de Canterbury au Royaume Uni, spécialiste du tourisme sportif depuis plusieurs décennies, propose des réflexions sur la question de la transition sportive et touristique au travers de points de vue psychologiques et sociaux. Il place ce sujet dans le contexte des transitions globales qui touchent l’ensemble des sociétés de la planète, y compris leurs économies, notamment très fortement impactées par la pandémie liée au Covid-19. Après avoir dressé un bilan global de la situation au regard de ce contexte, il met l’accent sur trois thématiques : les séquelles du Covid-19 pour le secteur du tourisme sportif ; la place du sport dans les territoires qui cherchent à développer ou à relancer l’activité touristique ; les nouvelles demandes des touristes par rapport à cette problématique. En conclusion, à propos de l’avenir des destinations touristiques, il réitère l’importance dans un contexte de transition, de la mise en œuvre des stratégies orientées vers une offre qui se caractérise par sa spécificité en termes de diversité des activités, des publics et des caractéristiques ou des ressources du lieu.

16Les 11 articles qui suivent, traiteront un grand nombre des thématiques d’ores et déjà introduites. Ces contributions s’appliquent à des échelles territoriales très différentes, à des terrains très contrastés (allant de la haute montagne jusqu’aux espaces littoraux) et ils mettent en lumière et analysent de nombreuses activités sportives. Dans ces textes, l’accent est mis avant tout sur les questions de diversification et adaptation face à des enjeux socio-économiques, politiques et environnementaux. Dans chacun de ces articles, les auteur.es abordent le rôle des différents acteurs (publics, privés, associatifs) impliqués dans les processus de transition et la manière dont ils y co-participent collectivement. Quatre thématiques principales se distinguent au sein de ces contributions :

171 Les articles de Philippe Bourdeau, Pierre-Alexandre Métral, Yann Borgnet & Mathieu Le Touzé, et celui de Yoann Collange, Mélanie Duval, Christophe Gauchon et Hugues François. illustrent les trajectoires de changement de plusieurs régions alpines, au travers de stratégies de renouvellement et de diversification qu’elles analysent. Philippe Bourdeau propose un cadre thématique général aux formes de tourisme sportif contemporaines et à ses évolutions futures en France, en s’appuyant sur des états de l’art et sur une lecture critique des données disponibles en la matière. Il se focalise sur les Alpes françaises, “terrain de jeux” des touristes depuis plusieurs décennies, territoire qui doit désormais faire face à de nombreuses incertitudes et défis, liés aussi bien à la baisse de l’engouement pour le ski qu’aux impacts croissants des changements climatiques. L’article proposé ici trace le développement des sports d’hiver dans cette région puis leur entrée récente dans une période de remise en question, à la lumière des pratiques transformatives qui émergent localement. Il aborde très largement la question de la transition du tourisme au travers de la diversification et du renouvellement de l’offre touristique pour sortir du “tout ski” et ses conséquences pour les destinations alpines : selon l’altitude et la localisation du lieu, les stratégies ou les actions engagés ne sont pas les mêmes. En étudiant notamment la manière dont un « agir créatif » est mis en place par les acteurs, l’auteur questionne la nécessité de changer les priorités d’investissement et de développement en donnant beaucoup plus d’importance à l’attraction de résidents permanents plutôt qu’à celle de touristes. Renforcer l’habitabilité de la montagne offrant ainsi un avenir beaucoup plus durable et équitable pour les communautés alpines.

18Le texte de Pierre-Alexandre Métral se focalise sur la fermeture ou encore sur l’abandon des stations de ski, en tant qu’espaces de loisir, en France. Dans un premier temps, il revient sur les enjeux actuels qui sous-tendent les trajectoires de l’ensemble des stations de ski dans une logique de transition touristique, déjà en partie évoquée dans l’article de Philippe Bourdeau. Faut-il renforcer l’existant en augmentant, par exemple, l’enneigement artificiel des pistes ou poursuivre une politique de diversification aussi bien pour la saison d’hiver que pour celle d’été voire de de reconversion du territoire ? Suivant les éléments que l’auteur fournit, une telle diversification devrait être basée notamment sur les sports de nature (nouvelles formes de glisse en hiver et toute une gamme d’activités outdoor en été – VTT, trekking, canyoning, escalade…), solutions déjà répandues spatialement et ce depuis plusieurs décennies. L’article se focalise globalement sur la fermeture d’un très grand nombre (186) de petites stations ou d’espaces de loisirs où le ski était historiquement pratiqué. Dans ce contexte, Pierre-Alexandre Métral évoque l’idée de la “détouristification” de ces lieux en identifiant trois formes de réaction par rapport à la perspective de sortie du ski comme principal facteur d’attractivité locale.

19Yoann Collange, Mélanie Duval, Christophe Gauchon et Hugues François abordent également la sortie du ski et l’adaptation de l’offre des stations de sports d’hiver dans un contexte de transition. Le terrain d’étude se situe en Haute Maurienne où le ski est, là aussi, historiquement le moteur de la croissance économique (et de création d’emplois) dans les stations telles que Valfréjus, Aussois et Val Cenis. Dans le cadre de la Communauté de Communes Haute Maurienne Vanoise, les auteurs décrivent la volonté de sortir de la mono-activité liée au ski. Dans ce cas aussi, il s’agit de stratégies de diversification sous forme de développement d’une série d’activités liées aux loisirs sportifs de nature. En parallèle, les auteurs s’interrogent sur le fait que “certaines caractéristiques des territoires pouvant à priori contribuer à la diversification touristique restent au stade de ressources latentes paradoxalement en retrait dans les discours et dans les actions engagées par les acteurs territoriaux”. Ce faisant, ils font ainsi référence au patrimoine (en partie industriel et militaire) en tant que ressource territoriale, de cette région et plus particulièrement au patrimoine culturel représenté notamment par la richesse de l’art rupestre présent localement. La demande pour ce genre de loisir paraît relativement faible et de plus les ressources patrimoniales rupestres semblent peu valorisées par les acteurs du tourisme. Ces éléments concourent au constat que la diversification du tourisme envisagée, au travers du patrimoine, ne semble pas aboutie.

20La diversification et la recherche de nouveaux modèles de développement territorial en zone de montagne est aussi l’objet de l’article de Yann Borgnet et Mathieu Le Touzé. Leur étude se focalise sur les deux vallées de Valpelline et d’Ollomont situées dans la région du Val d’Aoste dans les Alpes italiennes. Ces deux vallées ont connu des trajectoires d’évolution contrastées, même si l’impulsion initiale menant au développement touristique de la région était liée aux sports d’hiver. En matière de transition touristique, la vallée de Valpelline se caractérise par une approche basée sur une innovation sociale de niche, orientée vers une diversification autour des sports de nature, orchestrée en grande partie par l’association NaturaValp. Celle-ci réunit les acteurs locaux concernés par le secteur du tourisme (habitants, agriculteurs, artisans, voyagistes…) et les accompagne notamment sur la voie d’une collaboration plus forte. L’objectif du projet décrit dans cet article, est de promouvoir par l’improvisation et l’innovation une forme de tourisme alternatif et durable. En contraste, la vallée d’Ollomont reste attachée à une logique de développement liée aux sports d’hiver largement mobilisée par la sphère politique. Ce faisant, elle reste dépendante aux financements publics pour ses infrastructures et ses aménagements structurants dans cette thématique. Enfin, les auteurs soulignent l’opposition entre deux formes d’organisation locales, l’une sous la forme d’un système de “tourisme de régime (socio-politique)” pour Ollomont et l’autre sous la forme d’un système de “tourisme par contamination” pour Valpelline. (Cette dernière partie est à revoir peut-être en lien avec les idées exprimées dans leur résumé d’article)

212. Le thème de la gestion et de la gouvernance des sites touristiques est au centre des contributions de Jérôme Piriou, de Xavier Michel, Frédéric Dutheil et Jean-Marc Lemonnier et de José Chaboche et Sylvain Dournel. En cela, elles apportent un éclairage supplémentaire aux approches de la transition touristique proposées ici en se focalisant sur les acteurs du tourisme et leurs interactions.

22En premier lieu, la question à laquelle Jérôme Piriou répond dans son étude du territoire de la Baie de Saint Brieuc s’apparente à : comment mieux gérer des flux importants de visiteurs pratiquant des activités variées dans une zone du littoral sensible ? La contribution se focalise sur cette partie du littoral breton, dédiée traditionnellement aux activités balnéaires en bord de mer et, à l’intérieur des terres, à la randonnée pédestre concentrée sur le GR 34 (qui attire plus de 9 millions de pratiquants annuellement). La gestion des différents usages de cet espace fragile, sur le plan environnemental, est une priorité dans un contexte d’augmentation du nombre de touristes et d’élargissement de la gamme d’activités sportives (VTT, trail…), provoquant souvent les conflits d’usage. Ainsi, l’article analyse les rôles des différents acteurs, notamment du secteur public, et la recherche d’une certaine “gestion intégrée” du littoral.

23Un grand nombre de ces préoccupations sont également analysées, au travers du cas des plages du débarquement de la seconde guerre mondiale en Normandie dans l’article de Xavier Michel, Frédéric Dutheil et Jean-Marc Lemonnier. Ces plages et leurs dimensions historiques et mémorielles représentaient un motif d’attractivité historique pour les visiteurs de la région. Toutefois, aujourd’hui, les pratiques sur cette partie du littoral se multiplient au sein de la famille des loisirs sportifs de nature (nautisme, VTT, randonnée pédestre, équitation, trail, cyclotourisme, etc.), pratiques destinées aussi bien aux touristes qu’aux populations locales. Comme à Saint Brieuc dans la contribution précédente, cette mixité d’usages provoque des conflits entre utilisateurs, nécessitant une meilleure organisation des usages de l’espace, prenant également en compte la volonté de favoriser un développement plus soutenable dans un contexte de transition. Outre une analyse des rôles respectifs des acteurs impliqués et des aménagements réalisés (vélo route, par exemple) tout au long de ce processus, l’auteur montre comment de nouvelles pratiques ludo-sportives s’intègrent à des activités plus traditionnelles comme le tourisme de mémoire (organisation de courses d’ultra-trail sur les sites mémoriels, des parcours de plage pour les VTT…) et comment les mobilités douces sont encouragées.

24L’environnement aquatique caractérise aussi la contribution de José Chaboche et Sylvain Dournet qui porte sur les activités récréatives et sportives associées à la Loire et à ses canaux dans le département du Loiret. Dans ce territoire très touristique (comportant notamment les châteaux de la Loire), les acteurs du tourisme cherchent à repositionner l’offre touristique du département en augmentant le rôle joué par les voies fluviales, en recourant à un dispositif d’intermédiation territoriale, et en diversifiant les pratiques. Dans le même temps, les auteurs soulignent l’existence d’une volonté partagée de mettre en place une approche durable du développement touristique en favorisant les mobilités douces et en encourageant un tourisme local. Cette stratégie bénéficiant de l’insertion de cette région dans une grande zone métropolisée. L’article s’appuie sur une approche géographique permettant d’observer le fonctionnement d’un dispositif spatial légitime sous la forme d’un projet de territoire (Le Loiret au fil de l’eau).

253. Deux articles se focalisent ensuite sur l’importance accrue accordée aux enjeux environnementaux dans l’adaptation et la réinvention du tourisme en utilisant pour cela des analyses des différentes formes “d’écotourisme” qui sont en train d’émerger localement.

26L’environnement est ainsi un thème central de l’article de Ludovic Falaix, Jérémy Lemarié et Jérôme Lafargue sur le développement du surf à Biarritz. Ce texte illustre bien le rôle des associations, en tant que parties prenantes, dans les négociations autour des conditions d’accueil des touristes et de leur intégration dans une communauté locale (thématiques également abordées dans les contributions de Jérôme Piriou, Xavier Michel, Frédéric Dutheil et Jean-Marc Lemonnier et Yann Borgnet). La notoriété de Biarritz, comme haut-lieu du surf, attire inévitablement un grand nombre de surfeurs venant de l’extérieur mais aussi des sportifs locaux, provoquant des tensions, et à terme une surfréquentation par rapport aux ressources locales disponibles. Ceci à tel point que les surfeurs “résidents” ont créé des groupes d’activistes, sous formes de collectifs informels ou d’associations, pour défendre leur accès aux plages. Leur cible n’est pas uniquement d’autres surfeurs mais aussi la masse de touristes qui arrivent en été, provoquant une situation de “surtourisme” accompagnée d’une cohorte d’impacts négatifs. L’article examine donc toutes ces questions, la stratégie de la Mairie face à cette “invasion touristique” ou encore sa volonté de lancer de nouvelles infrastructures dans la zone fragile du littoral. Cette politique est aussi contestée par un groupe d’activistes, illustrant ainsi les réactions négatives qui se manifestent, à la fois vis-à-vis d’un excès de touristes et des approches “aménagistes” menées par les collectivités locales.

27Martin Falk et Eva Hagsten se sont quant à eux aussi intéressés à la problématique de l’environnement et à la durabilité du tourisme. Leur article concerne toutefois les sports d’hiver et les politiques mises en place par les sociétés de remontées mécaniques face à la demande sociétale croissante d’accès aux données sur l’impact environnemental de leur activité – consommations d’eau et d’énergie essentiellement. Six grandes sociétés de remontée mécaniques sont étudiées, dans différents pays du monde, en utilisant les données et les informations rendues publiques par ces compagnies. Au-delà des pratiques de « greenwashing », les auteurs constatent ainsi un réel progrès dans la publication de ces informations. Ils observent ainsi une meilleure prise en compte des enjeux de l’environnement dans les activités de ces opérateurs comme dans, par exemple, les techniques de préparation des pistes et les consommations d’énergie et des ressources en eau. Cependant, ils estiment dans le même temps, qu’il faut aller encore plus loin dans ces actions, y compris vers une plus grande transparence dans la diffusion d’informations. Tout l’intérêt de l’article vient de l’analyse des politiques et logiques d’action de l’un des acteurs principaux des stations de montagne. Il se focalise pour cela sur les stratégies de développement mises en place, dans un contexte économique caractérisé par une augmentation des coûts de fonctionnement et par une contestation écologique et politique de plus en plus visible envers leurs activités.

284. Le visiteur ou touriste, en tant que consommateur, représente la dernière catégorie d’acteurs, particulièrement importante pour les destinations touristiques, principalement suivant les évolutions dans le temps des comportements des consommateurs. Ce thème est central aux contributions de ce dernier volet de ce numéro de Géocarrefour. Jean-Christophe Dissart livre pour sa part une étude d’une pratique relativement nouvelle en termes du choix du type de séjour, “le staycation”, tandis que Morgane Müller s’intéresse à l’impact de la digitalisation sur les motifs de visite du Banff National Park au Canada.

29Jean-Christophe Dissart trace le développement des pratiques de loisirs dites de “staycation”, en France, qu’il voit comme une véritable transition des pratiques de séjour dans les lieux de villégiature. Dans ce cadre, il explore les facteurs qui influent sur le choix de ce type de séjour, comme, par exemple : les facteurs économiques ou, dans le contexte actuel, l’impact du Covid sur les déplacements. De plus, l’auteur évalue les conséquences de cette tendance illustrée notamment par l’émergence d’un « slowtourism » en traçant un lien avec le phénomène de “surtourisme” et en suggérant que pour les touristes, le “staycation” est une réaction à ces constats jugés problématiques. Cette forme d’activité aurait aussi l’avantage d’agir comme une “soupape” pour les destinations connaissant une sur-fréquentation. Enfin, sa réflexion porte aussi sur les impacts régionaux contrastés de ces activités regroupées sous cette catégorie en France.

30Enfin, pour Morgane Müller-Roux, l’utilisation des nouvelles technologies de communication induit des changements aussi bien pour les destinations touristiques que pour le comportement des visiteurs. Son étude est focalisée sur le Banff National Park, lieu très recherché pour de nombreuses pratiques, notamment dans le cadre des loisirs sportifs de nature, mais qui a connu une baisse de fréquentation ces dernières années. L’auteure montre comment la direction du Parc utilise de nouveaux outils de communication dans ses discours et son imagerie pour attirer des visiteurs ainsi que la manière dont le visiteur lui-même s’approprie ces mêmes outils pour augmenter l’agrément de son séjour. Cette évolution est caractérisée par le développement d’un “wilderness tourism” ou un des premiers objectifs est de contempler la nature, connue pour ses “vertus thérapeutiques sur le corps et l’esprit”. Pour le touriste ce nouveau regard s’accompagne d’une volonté de capturer l’image en la photographiant, un phénomène stimulé par les réseaux sociaux et le désir de poster ses photos, notamment sur Instagram.

Haut de page

Bibliographie

ACHIN C., GEORGE-MARCELPOIL E., 2013, Sorties de piste pour la performance touristique des stations de sports d’hiver, Tourisme & Territoires, 3, p. 67 - 92.

AUBEL O. & LEFEVRE B., 2015, The comparability of quantitative surveys on sport participation in France (1967-2010), International Review for the Sociology of Sport, 50(6), p. 722–739. https://doi.org/10.1177/1012690213492964

AUGUSTIN J.-P., 2016, Le sport : une géographie mondialisée, Paris, La Documentation Française.

BENUR A.M., BRAMWELL B., 2015, Tourism product development and product diversification in destinations, Tourism Management, 50, p. 213-224.

BESSIERE J., CLARIMONT S., VLES V., 2016, La ressource patrimoniale, outil de diversification touristique  ? Le pôle d’excellence rurale du Néouvielle, entre innovation et recyclage, Natures Sciences et Sociétés, 24, p. 217-229.

BESSY O., SUCHET A., 2015, Une approche théorique de l’événementiel sportif, Mondes du Tourisme [En ligne], 11, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 30 septembre 2016.

BOES K., BUHALIS D., INVERSINI A., 2016, Smart tourism destinations: ecosystems for tourism destination competitiveness, International Journal of Tourism Cities, 2(2), p. 108-24.

BONNEMAINS A., 2015, Vulnérabilité et résilience d’un modèle de développement alpin : Trajectoire territoriale des stations de sports d’hiver de haute altitude de Tarentaise, Thèse de géographie, Université de Grenoble Alpes, 517 p.

BONNEMAINS A., CLIVAZ CH., 2019, Adaptations aux changements climatiques des stations des sports d’hiver dans les Alpes françaises et suisses : quel rôle pour les pouvoirs publics ? in CHOLAT F., GWIAZDZINSKI L., TRITZ C., TUPPEN J., (dir.), Tourisme(s) et Adaptation(s), Grenoble, Elya Editions, p. 227-234.

BOURDEAU P., 2007, Les sports d'hiver en mutation : crise ou révolution géoculturelle ? Paris, Editions Hermès.

BOURLON F., 2020, Quel tourisme pour les confins de nature dans un monde en crise ?, Téoros (Online), Online since 28 October 2020, consulté le 27 avril 2022. URL: http://journals.openedition.org/teoros/5572

BRAMWELL B., 2004, Mass tourism, diversification and sustainability in Southern Europe's coastal regions, in BRAMWELL B. (Ed.), Coastal mass tourism. Diversification and sustainable development in southern Europe, Clevedon, Channel View Publications, p. 1-31.

CAPONE F. (dir.), 2016, Tourism, clusters, destinations and competitiveness: Theoretical issues and empirical evidence, London, Routledge.

CLIVAZ CH., GONSETH C., MATASCI C., 2015, Tourisme d’hiver : le défi climatique, Lausanne Presses Polytechniques et Universitaires Romandes.

CORNELOUP J., 2005, La place du marché dans le fonctionnement des loisirs sportifs de nature, Teoros, n° 24, tome 1, Univeristé du Québec à Montréal, p. 55-62.

CORNELOUP J., 2009, Système culturel localisé et gestion des stations touristiques, in FERREOL G., MAMONTOFF A-M., Tourisme et société, EME Editions, p. 122-146.

CORNELOUP J., 2017, Transition récréative et écologie corporelle, Nature et récréation, 5.

CORNELOUP J., BOURDEAU P., 2004, Les loisirs sportifs de nature : entre pratiques libres, territoires, marchés et logiques institutionnelles, in Sports de nature. Evolutions de l’offre et de la demande, Cahier Espaces, n° 81, Espaces, 7-1.

DAVEZIES L., 2008, La République et ses territoires, Paris, Seuil.

DIRECTION RÉGIONALE ET DÉPARTEMENTALE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DE RHÔNE-ALPES, 2008, Etude expérimentale : l’impact socio-économique des sports de nature sur des micro- territoires Rhônalpins, DRDJS Rhône-Alpes, Lyon, 18 p

DUHAMEL P., 2018, Géographie du tourisme et des loisirs. Dynamiques, acteurs, territoires, Paris, Armand Colin.

ERFURT-COOPER P., COOPER M., 2009, Health and Wellness Tourism : Spas and Hot Springs, Bristol, Channel View Publications.

FARMAKI A., 2012, A supply-side evaluation of coastal tourism diversification: the case of Cyprus, Tourism Planning and Development, 9(2), p. 183-203.

FRANÇOIS H., 2007, De la station ressource pour le territoire au territoire ressource pour la station. Le cas des stations de moyenne montagne périurbaines de Grenoble, Thèse d’aménagement du territoire, Université de Grenoble Alpes, 361 p.

FRANÇOIS H., BILLET S., 2010, De la station au territoire : quels contours pour les destinations touristiques ?, Mondes du tourisme, 2.

GEORGE-MARCELPOIL E., ACHIN C., FABLET G., FRANÇOIS H., 2016, Entre permanences et bifurcations : une lecture territoriale des destinations touristiques de montagne, Mondes du Tourisme.

GERBAUX F., GEORGE-MARCELPOIL E., 2004, Introduction. Vers une prise de conscience du problème de la gouvernance dans les stations de montagne, FACIM ; Stations de montagne, vers quelle gouvernance ? Editions Comp'act, p. 15-18. 

GRIN J., ROTMANS J. & SCHOT J., 2010, Transitions to sustainable development. New directions in the study of Long Term Transformative Change, London, Routledge.

GUEX D., CREVOISIER O., 2017, La montagne et l’innovation : du lieu de production au cadre de vie, La montagne, territoire d'innovation, Janv 2017, Grenoble, France.

HALL C.M., PAGE S.J., 2002, The Geography of Tourism and Recreation: Environment, Place and Space, London, Routledge.

HAUTBOIS CH., DURAND C., 2004, Sport and local economic development: The case of sport tourism. Proposition of local productive system, Journal of Sport and Tourism, 17 (2), p. 145-147.

HIGHAM J. (dir.), 2005, Sport Tourism Destinations: issues, opportunities and analysis, Oxford, Elsevier-Butterworth-Heinemann.

HIGHAM J., HINCH T., 2018, Sport Tourism Development, Bristol, Channel View Publications.

KACHNIEWSKA M., 2013, Towards the definition of a tourism cluster, Journal of Entrepreneurship, Management and Innovation, (1), p. 33-56.

KÖHLER J., GEELS F.W., KERN F., MARKARD J., WIECZOREK A., ALKEMADE F., WELLS P., 2019, An agenda for sustainability transitions research: state of the art and future directions. Environmental Innovation and Societal Transitions 31, p. 1-32 DOI : https://doi.org/10.1016/j.eist.2019.01.004 

KNAFOU R., 2021, Réinventer le Tourisme : sauver nos vacances sans détruire le monde, Paris, Editions du Faubourg.

LANGENBACH M., 2012, Le marché du tourisme sportif de nature dans les systèmes territoriaux des espaces touristiques et ruraux : l’exemple de l’Ardèche, Thèse de doctorat en Géographie, Université Joseph-Fourier, Grenoble, 420 p.

LANGENBACH M., CLIVAZ CH., TUPPEN J., 2019, La diversification du tourisme : un exemple autour du VTT à Morzine (France), in CHOLAT F., GWIAZDZINSKI L., TRITZ C., TUPPEN J., (sous la direction de), Tourisme(s) et Adaptation(s), Grenoble, Elya Editions, p. 247-257.

LANGENBACH M., CLIVAZ CH., TUPPEN J., 2017, Diversification de l’offre touristique des stations de montagne : Approche croisée des processus de diversification par les sports outdoor en Suisse et en France, Juristourisme, n° 198, p. 37-41.

LANGENBACH M., TUPPEN J., 2018, Les différentes réalités locales de la diversification du tourisme en montagne, Colloque Ré-invention des territoires touristiques, Site de Sion, Université de Lausanne.

LANGENBACH M., TUPPEN J., 2017, The concept of localised outdoor sports tourist systems: its application to Ardèche in south-east France, Journal of Sport & Tourism, 21:4, p. 263-286, DOI: 10.1080/14775085.2017.1351388

LEFEVRE B., ROUTIER G., LLOPIS-GOIG R., 2020, Sports participation in France and Spain  : An international comparison of voraciousness for sport, Poetics, 81, 101429. https://doi.org/10.1016/j.poetic.2019.101429

LOORBACH D., FRANTZESKAKI N., AVELINO F. 2017, Sustainability Transitions Research: Transforming Science and Practice for Societal Change, Annual Review of Environment and Resources 42, p. 599-626 DOI :https://doi.org/10.1146/annurev-environ-102014-021340 

LOZATO-GIOTART J.-P., LEROUX E., BALFET M., 2012, Management du tourisme : Territoires, offres et stratégies, Pearson.

MARCELPOIL E., FRANÇOIS H., PERRIN-BENSAHEL L., 2010, Les stations de sports d’hiver face au développement durable, Paris, L’Harmattan.

MARTIN N., BOURDEAU PH., DALLER J.-F., 2012, Migrations d’agrément : du tourisme à l’habiter, Paris, L’Harmattan.

MORARU A., 2011, Development and diversification of services: an approach at tourism services level in Romania, Annales Universitatis Apulensis Series Oeconomica, 13(1), p. 127-133.

MÜLLER S., PETERS M., BLANCO E., 2010, Rejuvenation strategies: A comparison of winter sport destinations in Alpine regions, Tourism, 58, (1), p. 19-36.

PANCHAL J., 2014, Tourism, wellness and feeling good: reviewing and studying Asian Spa Experiences, Abingdon, Routledge.

PERRET J., 2002, La mise en valeur d’aménités touristiques rurales pour une élite, in Aménités rurales, une nouvelle lecture des enjeux territoriaux, Ingénieries – eau, agriculture, territoires, CEMAGREF, Anthony, p. 35-42.

PERRIN-MALTERRE C., 2015, Processus de diversification touristique autour des sports de nature dans une station de moyenne montagne, Mondes du Tourisme [En ligne], 11 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 26 mai 2016. URL : http://tourisme.revues.org/1012.

ROLLAND V., 2006, Attractivité des stations de sports d’hiver : Reconquête des clientèles et compétitivité internationale, Rapport au Premier Ministre.

SCOTT D., 2007, Climate change and Quebec’s ski industry, Global Environmental Change 17(2), 1411.

SCOTT D., STEIGER R., RUTTY M., JOHNSON P., 2014, The future of the Olympic Winter Games in an era of climate change, Current Issues in Tourism, 18(10), p. 913-930.

SPANDRE P., FRANÇOIS H., MORIN S., GEORGE E., 2015, Dynamique de la neige de culture dans les Alpes Françaises, Revue de géographie alpine. 10.4000/rga.2840.

STEIGER R., 2010, The impact of climate change on ski season length and snowmaking requirements in Tyrol, Austria, Climate Change Research, 43(3), p. 251-262.

TALANDIER M., 2008, Le tourisme, moteur de la revitalisation des espaces ruraux français, Les Cahiers Espace, 98, p. 132-138.

THIERY P., 2013, Les sports de nature en France en 2011, Stat-info, 13-04

TUPPEN J., LANGENBACH M., 2022, Adaptation du tourisme et des activités sportives de nature : nouveaux enjeux des stations de moyenne montagne et diversification spécialisée (France, Suisse), Sciences Sociales et Sport, (à paraître).

VIOLIER Ph. (dir.), 2013, Le tourisme : un phénomène économique, Paris, La Documentation Française.

VLÈS V., 2006, Politiques publiques d’aménagement touristique, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux.

WEED, M., & C. BULL, 2009, Sports Tourism: Participants, Policy and Providers, Oxford, Elsevier.

WEIDENFELD A., 2018, Tourism diversification and its Implications for smart specialisation, Sustainability, 10, (2), World Tourism Organisation, 2014, Annual report.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

John Tuppen et Marc Langenbach, « Les territoires touristiques et sportifs en transition », Géocarrefour [En ligne], 95/2 | 2021, mis en ligne le 02 juin 2022, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/19448 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.19448

Haut de page

Auteurs

John Tuppen

Professeur émérite, Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine, Laboratoire PACTE, Université Grenoble-Alpes john.tuppen@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Marc Langenbach

Maître de Conférences, UFR STAPS, Laboratoire SENS, Université Grenoble-Alpes marc.langenbach@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search