Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/2ArticlesLe tourisme sur le territoire des...

Articles

Le tourisme sur le territoire des Plages du Débarquement : diversification et réorganisation spatiale par les pratiques ludo-sportives dans le contexte des changements globaux

Tourism and the Second World War Landing beaches: diversification and spatial reorganisation through sporting and leisure activities in the context of global change
Xavier Michel, Frédéric Dutheil et Jean-Marc Lemonnier

Résumés

L’espace littoral des Plages du Débarquement de Normandie 1944 (Calvados et Manche) connaît, à partir d’aménagements spontanés, une fréquentation touristique et ludique marquée par les pratiques mémorielles, ludiques et sportives. Un processus de diversification des pratiques ludo-sportives existe dans un contexte de côtes en érosion ou accrétion. Nous mettons en évidence quatre éléments contemporains de transition et de recomposition spatiale entre pratiques mémorielles et ludo-sportives : (1) un développement de parcours pédestres aux abords des principaux sites de mémoire, (2) des itinérances douces en retrait du trait de côte, (3) des traversées ludo-sportives du patrimoine mémoriel, et (4) une amorce de mobilités douces à une échelle régionale pour accéder aux sites. Nous soulignons que le développement successif dans le temps de ces transitions correspond aussi à des espaces de plus en plus vastes. Tout en reposant en apparence sur des motifs locaux, ces transitions commencent déjà à donner lieu à des formes d’organisation spatiale révélatrices de changements dans le façonnement des destinations touristiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article analyse les modalités des transitions du tourisme de mémoire et des pratiques ludo-sportives sur les Plages du Débarquement de Normandie, en mettant en évidence les changements en matière d’organisation de l’espace. Les Plages du Débarquement de 1944 (Calvados et Manche) et leur immédiat espace rétro-littoral connaissent aujourd’hui une diversification et une transition par les pratiques de nature. De Utah Beach à Sword Beach, depuis la reconstruction, s’était organisée sur ce littoral une différenciation spatiale entre des segments dévolus au tourisme de mémoire et des segments urbanisés par une succession de stations balnéaires. Les pratiques ludo-sportives de nature sont apparues ces dernières décennies comme un agent majeur de diversification et de réorganisation spatiale, par une dédifférenciation (Terkenli et d’Hauteserre, 2006) entre usages mémoriels et usages ludo-sportifs dans chaque segment littoral et, pour une partie des publics, avec des expériences se rapprochant du slow tourism (Michel et al., 2020). Les pratiques ludo-sportives de plage et de déambulation non motorisée entre Utah et Sword participent, sur un pas de temps d’un demi-siècle, au renouvellement du tourisme mémoriel. Aux enjeux de la pratique physique se greffent alors ceux de la transmission de l’histoire in-situ où effort et sensations cohabitent avec devoir de mémoire.

2Dans ce sujet, nous identifions deux dimensions de transition pouvant être observées et analysées. D’une part, les aménagements pour les déplacements et les visites des usagers se transforment, et d’autre part, les pratiques spatiales, mémorielles et/ou ludo-sportives, de ces usagers évoluent. Les deux dimensions s’articulent, dans un contexte environnemental marqué par le renforcement des tempêtes, la tendance à l’élévation du niveau marin et l’érosion côtière avec des portions littorales en recul (Onerc, 2015). Comment, dès lors, peut-on concilier un tourisme de mémoire avec des concentrations de visiteurs aux motivations diverses ? Les pratiques ludo-sportives, héritières des pratiques balnéaires de la fin du XIXe siècle, ont-elles un rôle à jouer dans cette dynamique ? L’analyse de l’existant, en ce début de XXIe siècle permet-elle quelques projections ? Nous répondrons à ces questions en trois temps. Le premier cerne les concepts relatifs à cette étude en interrogeant les enjeux d’un tourisme ludo-sportif de mémoire. Puis les diverses sources consultées sont présentées. Enfin, est exposée une classification autour de quatre dynamiques de diversification et de transition touristiques par les sports de nature.

Les Plages du Débarquement : entre tourisme de mémoire, pratiques ludo-sportives et dynamiques côtières

Présentation du territoire d’étude

  • 1 Le projet de candidature a été initié en 2008 et la candidature a été déposée en 2018.

3Le périmètre des Plages du Débarquement est un projet territorial qui a été promu notamment par la Région Normandie afin de porter la candidature de ces Plages à l’inscription sur la liste du Patrimoine mondial (Région Normandie, n.d.)1. En termes de « Plages », il s’agit de comprendre les cinq secteurs du Débarquement normand de 1944, d’Utah Beach à Sword Beach (Figure 1) : la signification du terme plage est différente de son sens habituel. Dans ce sens institutionnel et relatif à la promotion touristique du Débarquement, des secteurs de falaise sont aussi désignés comme des plages. D’autre part, au-delà de la côte, l’expression peut désigner un espace rétro-littoral en fonction des contextes d’énonciation. Malgré leur désignation par un seul terme, les Plages du Débarquement ne forment pas un territoire institutionnel, car elles s’étendent sur deux départements et plusieurs EPCI et pays touristiques (Figure 1), ni un territoire fonctionnel, car elles comprennent plusieurs bassins de vie et pôles touristiques. Ce manque d’unité territoriale rejoint un manque d’unité et de planification dans l’aménagement, qui avait déjà été signalé par Daniel Clary : pas de plan directeur, et une urbanisation, notamment de la côte de Nacre, « au coup par coup » et « hétéroclite dans ses formes » (Clary, 1984, p. 127). Si le manque de structuration touristique apparaît comme un défaut, il s’agit aussi d’y déceler un avantage. L’aménagement touristique spontané dans un espace littoral peut permettre de ne pas « en détruire l’originalité profonde » (Barbaza, 1970, p. 451), et ainsi de recomposer une fonction touristique en (ré-)utilisant des ressources territoriales délaissées pendant un temps.

Figure 1 : Carte du périmètre d’étude

Figure 1 : Carte du périmètre d’étude
  • 2 En 2014, un contrat de destination « Tourisme de mémoire en Normandie » a été établi. En parallèle, (...)

4La fonction touristique mémorielle des Plages du Débarquement s’est développée à la suite des commémorations internationales depuis les années 1980, et les acteurs institutionnels ont souhaité la renforcer par un contrat de destination2. En parallèle, les Plages du Débarquement forment une destination de loisirs et de courts séjours des Parisiens, se traduisant pour ce public par des pratiques, en partie liées à la mer et à la côte, comme les sports nautiques (Lemoine, 2012, p. 50). La même destination est utilisée par les habitants de Caen et de ses environs, en étant à la fois espace résidentiel de banlieue (Clary, 1984, p. 127) et espace de loisirs, avec des flux croisés entre la semaine et le week-end (Lazzarotti, 1995) : déplacements périurbains domicile-travail vers Caen en semaine, déplacements de loisirs vers la côte le week-end. L’analyse spatiale des pratiques ludo-sportives amène à prendre en compte non seulement l’espace littoral, mais aussi une étendue vers les terres de quelques kilomètres. Le besoin d’utiliser des voies de communication pour des pratiques itinérantes induit cette nécessité de déploiement au-delà de la côte elle-même. Ce déploiement s’articule alors avec les phénomènes de différenciation et de diversification des pratiques. En complément, dans un sens cette fois longitudinal, les Plages du Débarquement comprennent une partie orientale urbanisée et une partie occidentale plus rurale (Figure 1). Cette différence est à intégrer comme cadre d’observation et d’analyse de la transition touristique et sportive : les « cultures ludo-sportives » sont différentes en fonction des pratiques « de nature » ou des pratiques « urbaines » (Augustin, 2011, p. 364) dans la nature. La situation de proximité d’une ou de plusieurs villes ou grandes villes favorise l’élargissement des espaces de pratique (François et Billet, 2010). Cette organisation spatiale correspond à la diffusion des pratiques ludo-sportives le long et en arrière des Plages du Débarquement, en lien avec la proximité des villes de Caen et de Bayeux. Cette diffusion est en partie associée à un essor de l’individualisme des pratiques au-delà des stations touristiques. Elle induit le besoin d’aménagements et d’orientation des pratiques à penser et à mettre en œuvre à une échelle plus large que celle de la commune (Honta, 2007), en lien avec le besoin de structurer des espaces périphériques où la dimension surfacique et les itinéraires prennent le pas sur la dimension ponctuelle des stations et des sites (Mao et Bourdeau, 2008 ; Langenbach, 2012).

Une articulation entre fonction mémorielle et pratiques ludo-sportives antérieure à la transition contemporaine

5Ce socio-système littoral (Corlay, 1995) a structuré des espaces d’accueil et de pratique balnéaires et ludo-sportives depuis la fin du XIXe siècle, qui ont contribué à l’attractivité générale de la côte (Pécoud et Birot, 2012, p. 7). Depuis la Seconde Guerre mondiale, s’y sont ajoutés les espaces, vestiges et lieux de mémoire. Dans le second XXe siècle, les activités ludo-sportives recouvrent un large spectre oscillant, selon Eric Dugas (2007), entre d’une part des jeux libres et auto-organisés, et d’autre part des sports institutionnalisés. La situation motrice est à la fois le moyen et la fin qui motive les acteurs des « sports de plage » (Piraudeau, 2019). Cohabitent alors plusieurs pratiques déambulatoires sur un même espace, celle des sportifs et celle des touristes de mémoire, qui induisent un frottement social (Escaffre, 2011) et motivationnel. En matière de types de pratique, la caractérisation des pratiques ludo-sportives a été établie en tenant compte des groupes de pratiquants eux-mêmes, conduisant à les classer en fonction d’une coopération ou d’une « absence d’interactions avec autrui » (Augustin, 2011, p. 366). Cependant, dans un espace aussi fréquenté par d’autres types d’usagers : visiteurs mémoriels, habitants proches, estivants, plagistes, se pose la question de l’agencement spatial et des relations des pratiquants ludo-sportifs avec les autres populations.

6Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, les loisirs littoraux et maritimes ont été perçus comme un besoin, un signe de la liberté retrouvée. Ce regain de loisirs, notamment sportifs, s’est alors effectué sans pensée de répartition spatiale ou de ménagement des lieux de mémoire, les vestiges immédiats du Débarquement étant d’ailleurs utilisés comme supports de pratiques. Par exemple, à Arromanches, les caissons Mulberry du port artificiel allié servent de plongeoir et d’appui pour la pêche en mer (Dutheil, 2012). Les pratiques ludo-sportives ont poursuivi leur essor dans la seconde moitié du XXe siècle alors que les lieux muséaux structurant le tourisme de mémoire sur les Plages du Débarquement s’établissent peu à peu (Musée du Débarquement à Arromanches en 1954, Musée d’Utah Beach en 1962, Musée mémorial Pegasus à Ranville en 1974), de même qu’ont commencé à se succéder, à partir des années 1980, les grandes cérémonies de commémoration du Débarquement.

7Deux types de perception des lieux coexistent finalement au fil du temps. Jusqu’aux années 1970, la destination mémorielle des Plages du Débarquement n’est pas identifiée, seule une « clientèle de passage est évoquée » en termes de visite des sites du Débarquement à Sainte-Marie-du-Mont (Utah Beach) et Arromanches (Clary, 1977, p. 94). Parallèlement, ce littoral du Débarquement de 1944 n’a pas été identifié en premier lieu comme un espace de pratiques sportives, alors qu’étaient bien caractérisés les littoraux de Seine-Maritime et de la Manche comme espaces supports de pratiques (Clary, 1977, p. 209).

Lieux pratiqués : considérer la dédifférenciation entre différents types d’usages

8L’analyse à la fois des pratiques de tourisme et de loisirs sur un même territoire a été marquée premièrement par l’observation d’une distinction socio-spatiale entre les lieux culturels, que visitent les touristes, et les espaces de « nature » voisins, investis par les habitants locaux pour la promenade (Mirloup, 1981). Cependant, il faut aussi observer actuellement une dédifférenciation entre ces pratiques : d’une part, les habitants permanents fréquentent les lieux culturels et touristiques de proximité, et d’autre part, une partie des touristes ne se contente pas de la visite des principaux sites, mais se diffuse dans le territoire au-delà des sites touristiques (Michel, 2007, Michel et al., 2020). La question de la visite de sites touristiques par les touristes sportifs a aussi été posée, avec l’hypothèse que leur orientation vers ces sites dépend du niveau d’engagement dans le sport (Gibson, 1998, p. 57). En complément, l’analyse du slow tourism montre que les pratiques « slow » ne sont pas à rapporter entièrement à un type de public, vis-à-vis d’autres publics qui ne les intégreraient pas, mais sont davantage à percevoir dans des temps et des espaces partiels au cours de l’ensemble d’un voyage, d’un séjour et/ou même d’une visite (Oh, Assaf et Baloglu, 2016).

9En termes de « mondes de sports de nature », la différenciation entre les lieux éducatifs, auto-organisés, commerciaux, et de nature (Mao, 2003, p. 615) demeure pertinente, mais elle est à articuler à l’étendue disponible des espaces littoraux et rétro-littoraux et aux densités de pratiquants. Ainsi, sur une côte comme celle des Plages du Débarquement, les spots de nature pour des pratiques physiques auto-organisées peuvent être notamment des sports de glisse nautique proches de la plage, dans un même ensemble géographique que celui des usagers de la plage donc dans une intégration à la station balnéaire urbanisée. Des espaces et des pratiques plus encadrés et organisés, notamment pour la randonnée pédestre, cyclable ou équestre, se déploient quant à eux sur l’estran ou sur des chemins littoraux ou rétro-littoraux avec un partage des mêmes espaces. Cette utilisation d’espaces à la fois communs et différenciés a aussi engendré des difficultés de cohabitation des pratiques. Par exemple, la pratique équestre, largement développée en Normandie, engendre des conflits d’usages avec les autres usagers des voies non motorisées (Hautbois, 2004, p. 81). Ceci est accentué par des tensions qui proviennent de vues contradictoires et d’incompatibilités plurielles nées de la diversification des pratiques (Gibout et Audouit, 2017, p. 20). Enfin, si les loisirs sportifs de nature ont été analysés comme des pratiques respectueuses de la nature (Bessy, 2010), la question du respect d’un patrimoine culturel n’a pas explicitement été posée. Pourtant, sur les Plages du Débarquement, des espaces, des pratiques et des valeurs se superposent et se conjuguent depuis quelques décennies sous l’impulsion d’acteurs des secteurs mémoriels et/ou sportifs.

Les aléas météo-marins et pluviaux liés au changement climatique sur les sites de mémoire du Débarquement

  • 3 Conservatoire du littoral, 2013, Inscription à l’UNESCO des sites du Débarquement et 70ème annivers (...)

10Les transitions touristiques sur les Plages du Débarquement sont en partie induites, du côté des dynamiques physiques, par une érosion des secteurs à falaise, amenant un recul des aménagements et des pratiques sur certains secteurs de côte. Une perspective de crise érosive a été énoncée (Savouret, 2007). Si le trait de côte de certaines côtes basses est en recul, c’est l’érosion des falaises qui est surtout l’objet d’attentions. A la pointe du Hoc, le Conservatoire du littoral signale une érosion moyenne de 60 mètres depuis 19443. La falaise est érodée à la suite des pluies et de l’action de la mer. La question de la plus grande fréquence et de la plus grande intensité des fortes pluies et des tempêtes liées au changement climatique se pose. Des éboulements de pans de falaise y ont eu lieu à proximité (Figure 2).

Figure 2 : Photo d’éboulement à la Pointe du Hoc

Figure 2 : Photo d’éboulement à la Pointe du Hoc

11Le site des Batteries de Longues-sur-Mer est aussi menacé au niveau du haut de falaise. Depuis 2001, le sentier du littoral y est interdit et, depuis 2020, c’est la route d’accès à la plage, descendant par le versant de la falaise, qui est prohibée4.

12Des submersions marines sont fréquentes, à Asnelles-sur-Mer (corrélées à des inondations), Ver-sur-Mer, Bernières-sur-Mer, Langrune-sur-Mer. Les tempêtes ont aussi pour effet des fragilisations et ruptures de digue. Cela n’impacte pas actuellement les principaux sites littoraux du tourisme de mémoire, mais contribue à une représentation de la côte menacée par ces phénomènes météo-marins.

Méthodologie

  • 5 Convention de recherche 00109608 de 2021 à 2023 dans le cadre du programme « Les futurs des mondes (...)

13A partir de ce sujet se focalisant sur l’analyse des transitions contemporaines en termes d’aménagements et de pratiques, nous indiquons ici les matériaux collectés et leur utilisation. La recherche s’est effectuée au sein du projet de recherche D-Day climate change5. Parmi les enquêtes par entretiens du projet, nous avons retenu pour cette analyse des transitions les entretiens avec les acteurs ayant une compétence d’aménagement et/ou de développement du tourisme et des usages ludo-sportifs. Vingt entretiens entrent dans ce cadre : cinq avec des responsables d’office de tourisme, quatre avec des responsables d’associations ludo-sportives (deux de randonnées, deux de sports nautiques), trois avec des responsables de musées mémoriels, trois avec des maires, deux avec des responsables d’associations de mémoire, trois avec des responsables de services territoriaux (Région, Département, Parc Naturel Régional). Trois de ces entretiens ont été mis en œuvre sous la forme d’une visite et d’une conversation de terrain avec les acteurs dans trois lieux à enjeux : (1) au musée d’Utah Beach, (2) sur la dune au pied du cimetière américain de Colleville-sur-Mer, et (3) sur le site en réaménagement touristique des batteries de Longues-sur-Mer. Avec ces acteurs, ont été articulés, d’une part un registre d’entretien semi-directif activé à partir d’un guide, visant à saisir les perceptions vis-à-vis du changement climatique et de ses effets sur le littoral, et d’autre part un registre d’entretien libre pour connaître les projets d’aménagement liés à une démarche de transition. Les entretiens semi-directifs visaient à questionner les perceptions des changements du littoral, les perceptions du littoral dans le futur, et les adaptations touristiques en cours et à venir. Le registre d’entretien libre s’y reliait, en approfondissant les questionnements au niveau des espaces à enjeu en termes d’évolution du trait de côte et/ou en termes de réaménagement touristique (voies de circulation, régulation de fréquentation, choix de nouvelles pratiques de mobilités).

14Les informations concernant le développement des activités ludo-sportives ont été d’abord recherchées à partir des dates de création des associations, clubs et entreprises prestataires de ces activités, ceci sur le périmètre littoral, incluant l’espace maritime, et rétro-littoral. La collecte et l’analyse des dates ont permis d’établir une frise chronologique (Figure 3) le long de laquelle peuvent être distingués différents groupements thématiques de développement successifs d’activités ludo-sportives.

  • 6 Comité Régional du Tourisme de Normandie, 2020, Le tourisme de mémoire en Normandie Bilan 2020, 18 (...)

15En matière d’information quantitative, nous avons utilisé les données de fréquentation des sites de mémoire des Plages du Débarquement, à partir des tableaux statistiques édités par le Comité Régional du Tourisme de Normandie6, et en sélectionnant les sites correspondant à l’espace littoral et rétro-littoral de notre périmètre d’étude (Figure 1). Il importe de savoir quelles évolutions de fréquentation ont connu les principaux sites de mémoire en rapport avec l’étude des transitions touristiques. Compte tenu de données manquantes pour plusieurs sites certaines années entre 2010 et 2019, nous avons considéré deux périodes : 2010-2014 et 2015-2019, au sein desquelles une moyenne de fréquentation annuelle a été calculée. Ceci permet de repérer les évolutions à la baisse ou à la hausse de la fréquentation des sites sur un pas de temps décennal en évitant des fluctuations conjoncturelles dues à la fermeture temporaire d’un équipement ou au pic de fréquentation lié au 80ème anniversaire du Débarquement en 2014. La démarche permet ainsi de lisser les tendances en repérant des évolutions plus structurelles à hausse ou à la baisse. A un pas de temps plus ample, depuis un demi-siècle, ont été collectées les dates de création d’associations et de sociétés privées organisatrices d’activités ludo-sportives, ce qui permet de repérer les périodes de développement des types d’activités.

16Ce cadre méthodologique permet de repérer actuellement quatre organisations spatiales et transitions touristiques et sportives sur les Plages du Débarquement. Le croisement des données des dates de création d’activités ludo-sportives et des projets d’aménagement touristique permet l’identification de ces organisations et transitions. La plus ancienne : la juxtaposition des activités ludo-sportives et des sites de mémoire, est repérable depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, et est suivie de trois autres dynamiques récentes induisant des éléments de recomposition spatiale (Figure 4). La méthode d’analyse géographique des données s’est inspirée des modèles conceptualisant les destinations et les itinéraires touristiques, sachant que la diversification et la transition des activités peuvent être combinées à des changements de niveau d’échelle spatiale et des changements de formes d’organisation spatiale, avec une transition évoluant d’une destination unique à des destinations multiples (Lue, Crompton et Fesenmaier, 1993, p. 294) et évoluant d’une forme ponctuelle à une forme itinérante, d’une origine à une destination, ou bien par un circuit local depuis une destination ponctuelle et revenant vers elle (Lew et McKercher, 2006, p. 415). L’observation de ces transitions dans l’espace conduit à concevoir un redéploiement des enveloppes spatiales correspondant aux nouveaux espaces de pratiques, en fonction notamment de l’extension des itinérances traversant (Bernier, 2013) l’espace touristique et qui en recompose les limites.

Organisations spatiales des transitions touristiques et sportives contemporaines

17L’organisation spatiale des Plages du Débarquement avant la diversification ludo-sportive consistait en une juxtaposition des pratiques mémorielles et des pratiques ludo-sportives. Depuis la décennie 2000 en particulier, la diversification des pratiques (Figure 3) conduit à une transition plurielle en fonction du type de pratique, de l’importance de la population impliquée, et de la dimension durable des nouveaux aménagements.

Figure 3 : Frise chronologique des prestations d’activités ludo-sportives

Figure 3 : Frise chronologique des prestations d’activités ludo-sportives

Figure 4 : Typologie des transitions

Figure 4 : Typologie des transitions

18Ces critères peuvent être croisés (Figure 4), permettant de préciser quatre modalités de transition à la fois touristique et ludo-sportive dans cet espace. La notion de transition s’applique ainsi avec une analyse intégrant les dimensions spatiales et temporelles, au sens d’une dynamique en cours, et pas d’un résultat après un processus de transition. Les repères chronologiques de ces quatre modalités de transition permettent d’observer que les pratiques ludo-sportives, notamment pédestres et cyclables, en rapport avec la dimension mémorielle sont en cours de développement depuis une vingtaine d’années, ou pour certaines seulement en amorce au tournant de 2020. Au fil de ce temps, ce sont d’abord les pratiques d’extension des parcours pédestres près des sites de mémoire qui ont eu lieu, puis les itinérances et mobilités plus longues.

Le déploiement des parcours pédestres des visiteurs dans et à proximité immédiate des principaux sites de mémoire

19Alors que la fréquentation traditionnelle des principaux sites de mémoire s’est structurée sur la visite d’un vestige, ou d’un cimetière, avec une pratique pédestre limitée selon un aménagement initial des aires de stationnement au plus près des sites, la période contemporaine est marquée au niveau des Plages du Débarquement par une extension des parcours pédestres aménagés et pratiqués aux abords des sites. Le phénomène reste limité à une échelle micro-géographique, avec des parcours de quelques centaines de mètres, et en cela il ne rejoint pas la transition en matière d’itinérances douces car l’accès aux sites et les relations entre les sites sont toujours mis en œuvre de manière motorisée, mais ces boucles d’extension pédestres vers et autour des principaux sites sont réalisées par de plus en plus de visiteurs mémoriels, permettant d’identifier une transition des pratiques mémorielles avec une expérience perceptive des Plages plus étendue et une activation de la marche. Si cette pratique n’est pas, ou est peu, ludo-sportive au sens strict, notamment à l’intérieur des sites, elle est essentielle à identifier dans le processus de transition touristique et sportive de la côte. Plus précisément, deux modalités de ce déploiement existent.

  • 7 Conservatoire du littoral, 2013, « Omaha Beach », in Inscription à l’UNESCO des sites du Débarqueme (...)
  • 8 Présentation du Parc Juno sur le site du Centre Juno Beach : https://www.junobeach.org/fr/musee/par (...)
  • 9 Présentation de la Promenade de la Paix sur le site de l’office de tourisme de Ouistreham Riva-Bell (...)

20La première modalité est l’extension des parcours de visite au-delà du domaine du site mémoriel. Les sites littoraux mémoriels du Débarquement : vestiges du conflit, cimetières, musées, monuments en hommage aux victimes, sont situés dans ou au bord de milieux littoraux pour lesquels les aménagements de protection ont été développés, notamment en tant que sites du Conservatoire du littoral, mais aussi en tant qu’Espaces Naturels Sensibles départementaux. Cela a conféré à ces espaces naturels protégés jouxtant les sites mémoriels une fonction de promenade, se traduisant par une extension combinée des parcours pédestres des visiteurs mémoriels. Ceux-ci associent à leur visite mémorielle une boucle supplémentaire, qui peut être faite avant ou après la visite du site de mémoire. Sur le secteur d’Omaha Beach, à l’est du cimetière américain de Colleville-sur-Mer, se situe, dans un domaine acquis et aménagé progressivement par le Conservatoire du littoral à partir de 1979, sur un versant herbeux au-dessus de la côte, les monuments à la mémoire des soldats américains, en hommage à la Big Red One 1st Infantry Division et à la 5th Engineer Special Brigade, ainsi que des vestiges allemands7, qui sont l’objet de la visite mémorielle en complément et à l’écart du cimetière américain. Un autre exemple repérable d’une visite mémorielle étendue à une portion de littoral par un petit parcours pédestre se situe à Courseulles-sur-Mer, avec, jouxtant le musée Juno Beach, l’aménagement du Parc Juno depuis 20048. A Ouistreham, a été aménagée plus récemment, de 2016 à 2019, la Promenade de la Paix9, au niveau du haut de plage, traduisant à nouveau le principe général d’une association de l’exercice mémoriel et d’une pratique pédestre de courte durée.

  • 10 Conservatoire du littoral, 2013, « Pointe du Hoc », in Inscription à l’UNESCO des sites du Débarque (...)
  • 11 Département du Calvados, 2018, British Normandy Memorial Projet de création d’un Mémorial Britanniq (...)

21La seconde modalité du développement de proximité correspond à un recul de l’accès motorisé et à l’aménagement d’abords pédestres pour accéder au site de mémoire. C’est un type de dispositif motivé par le besoin de protéger le site et de réguler la fréquentation (Baron-Yellès, 2001). Au recul de l’accès motorisé et du déploiement d’abords pédestres peut s’associer une canalisation des parcours pédestres in situ pour éviter le piétinement surfacique. Au niveau des Plages du Débarquement, deux sites sont emblématiques de l’application de ce principe. A la Pointe du Hoc, ont été entrepris de 2001 à 2005 des aménagements dans le cadre de l’Opération Grand Site Normandie 4410 pour un déplacement en recul du site de l’aire de stationnement automobile, donnant lieu conjointement à la constitution d’un parcours pédestre de visite sur site. A partir de l’aire de stationnement, une boucle à sens unique est instaurée. Le visiteur passe par une zone intermédiaire arborée avant de parcourir le site du haut de falaise marqué par les cavités des bombardements, puis de revenir au point de départ. L’autre site majeur avec un déploiement d’abords pédestres est le nouveau site du Normandy British Memorial à Ver-sur-Mer, récemment aménagé, et inauguré en 2021. Cette organisation s’appuie sur la topographie locale préexistante : les espaces d’accueil et de stationnement sont établis en continuité de l’agglomération bâtie de Ver-sur-Mer, alors que le mémorial est localisé à distance, en haut du versant dominant le littoral de Gold Beach, et dans un cadre rural avec une vue paysagère panoramique. Entre l’aire de stationnement et le mémorial, un parcours pédestre de jonction de 500 mètres environ est aménagé, ponctué de stèles informatives portant sur les faits historiques du site. L’ensemble a induit le prélèvement de 10,9 hectares de terres agricoles, l’utilisation de 4,8 hectares communaux et d’environ cinq autres hectares privés, pour composer un domaine d’une vingtaine d’hectares au profit du Normandy Memorial Trust et au service d’une pratique de visite à la fois mémorielle et pédestre11.

22Ces aménagements pédestres aux abords des sites de mémoire se sont ainsi progressivement établis depuis une vingtaine d’années. S’ils n’ont pas directement de dimension durable au-delà de l’espace in situ, ils renouvellent nettement l’expérience de visite mémorielle par la découverte de vestiges, éléments d’interprétation historiques et monuments complémentaires aux sites principaux, et par une ouverture paysagère plus ample de la visite. Le phénomène est majeur, avec des abords incitant, puis, pour les derniers, rendant obligatoires, la mobilité pédestre lors de la visite mémorielle.

Les itinérances douces dans la destination et en retrait du trait de côte

23En suivant dans un ordre chronologique l’essor des transitions touristiques et ludo-sportives sur le littoral des Plages du Débarquement, le deuxième phénomène est celui des itinérances douces le long de la côte, avec un processus de retrait par rapport aux usages antérieurs du trait de côte. La préoccupation du recul de la côte en particulier sur les secteurs à falaise, et de la poursuite de ce recul à l’avenir, conduit les aménageurs à un déplacement des itinéraires de promenade et de randonnée, toujours sur le littoral avec des parcours linéaires mais à une distance prudente du haut de falaise, ainsi que dans l’espace rétro-littoral par des organisations circulaires. Deux traductions de ce fait d’aménagement et de pratiques sont identifiables.

24Tout d’abord, les aménagements rétro-littoraux ont tiré parti d’un développement de la randonnée en espace littoral et rural déjà existant depuis plusieurs décennies. Cependant, nous soulignons ici le processus récent de transition de recul des espaces de promenade et de randonnée en lien avec une perception du risque d’érosion des hauts de falaise. Le site internet de la mairie de Longues-sur-Mer a une page « circuits nature »12 qui est très significative, avec, en date du 25 juillet 2012, un premier circuit proposé « entre la batterie et le chaos », soit entre les batteries allemandes à environ 300 mètres de la côte et les formes de falaise désignées comme chaotiques. La proposition contient le passage par l’ancien sentier de haut de falaise aujourd’hui déconseillé à la pratique. La même page de suggestion de circuits pédestres propose, en date du 6 juin 2013, un circuit cette fois dans l’espace rétro-littoral, avec une boucle autour du chef-lieu de la commune et d’autres hameaux, ainsi que parcourant l’espace agricole environnant, le tout étant déconnecté de la perception de la mer et du littoral, mais aussi du site mémoriel de la Batterie. Ces boucles de randonnées rétro-littorales peuvent donc être aussi à l’écart des sites de mémoire principaux, pouvant conduire, non plus à une association, mais à une dissociation de l’objet mémoriel et de la pratique ludo-sportive, alors même qu’une commune, par exemple, comme celle de Longues-sur-Mer, doit sa réputation et sa fréquentation touristique à son site de mémoire.

Figure 5 : photo de la véloroute

Figure 5 : photo de la véloroute

25Ensuite, en matière d’aménagement de randonnée linéaire renouvelé le long du littoral, le principal dispositif est la véloroute littorale (Figure 5). Intégré à la véloroute européenne n° 4, cet exemple recouvre une valeur générique, en traduisant de nouveaux rapports aux espaces13. En apparence, l’idée de véloroute fait penser à un rapprochement entre le pratiquant et le milieu traversé. Cependant, l’aménagement effectué induit des écarts, des micro-éloignements entre l’itinéraire cyclable et les lieux de mémoire, et d’autre part entre le tracé de la véloroute et la côte elle-même. Par exemple, les secteurs de falaise, dans le Bessin, sont dangereux. L’ancien sentier côtier a progressivement disparu et les quelques petits sentiers et échelles permettant de descendre en bas des falaises pour la pêche sont de moins en moins entretenus et praticables. Si la véloroute est un renouvellement bienvenu de la possibilité de longer la côte à pied ou à vélo pour l’essor ludo-sportif, elle est établie à 40 mètres du haut de falaise par mesure de sécurité, ce qui induit un paysage quasiment routier qui peut être monotone, avec un manque de visibilité de la côte dû à des buttes et des haies (Figure 5). L’aménagement est alors déconnecté de certains paysages et des lieux de mémoire.

  • 14 La vélomaritime / Euro vélo 4 : page avec cartographie interactive : https://www.lavelomaritime.fr/ (...)
  • 15 Département du Calvados, « Projet de sentier mémoriel à Omaha Beach : signature d’un partenariat », (...)
  • 16 Préfet du Calvados/DREAL Normandie, 2018, Arrêté du 11 juin 2018 portant protection du biotope des (...)

26En effet, l’itinéraire de la véloroute au niveau de Colleville-sur-Mer contourne par l’arrière-pays le cimetière américain au moyen d’une boucle14, ceci afin de ne pas induire de dérangement du site mémoriel. L’opposition à la pratique du vélo sur les dunes au droit du cimetière est notamment américaine15, le cimetière étant géré par l’ABMC : American Battle Monuments Commission. Même si la partie dunaire ayant donné lieu à la portion « pieds à terre » est propriété du Conservatoire du littoral et non de l’ABMC, l’articulation entre les acteurs dans cet espace a conduit à une concertation pour satisfaire la préoccupation de tranquillité mémorielle du site. De ce fait, l’itinéraire cyclo-touristique se déploie dans les terres, formant une boucle relativement importante de 6,4 kilomètres dans le plateau du Bessin, avec un tracé qualifié de sportif du fait du coteau du plateau à emprunter. Au-delà de l’exemple de la vélomaritime, un autre processus associé à la volonté d’éviter le dérangement et concernant les pratiques ludo-sportives est l’effet du périmètre d’interdiction des usages aux abords des falaises du Bessin depuis un arrêté de protection du biotope en 201816. A partir d’usages différents : navigation, pêche, escalade, sports aériens, on retrouve un même processus, celui d’éloigner les pratiques de la côte.

27Les itinérances douces sont ainsi en développement depuis les décennies 2000 et 2010 sur le littoral des Plages du Débarquement en rapport avec des questions de sécurité des usagers vis-à-vis des risques côtiers, et avec des questions de préservation de la nature et de tranquillité des sites de mémoire d’autre part. La transition est forte en termes d’aménagement durable, et elle est déjà importante aussi en termes de population pratiquante.

Les traversées ludo-sportives de sites de mémoire et les trails mémoriels

28Plus récemment encore, nous identifions un troisième processus de transition touristique et ludo-sportif, avec une articulation importante entre le patrimoine mémoriel matériel et la pratique de l’espace. Il s’agit des traversées de sites mémoriels des segments littoraux à au cours d’une prestation ludo-sportive organisée. Nous y associons aussi les événements ludo-sportifs organisés et médiatisés de type ultra-trail à une échelle régionale, dont les itinéraires passent par des sites de mémoire. Dans un renouvellement de la randonnée en tant que traversée de lieux constitutive de cette pratique (Sirost, 2009), ces activités sont en développement depuis la décennie 2010. Si cette synergie entre exercice de la mémoire et activité physique est assez originale, la transition est faible en termes d’évolution des aménagements : ces itinérances nécessitent peu d’aménagements, et en termes de participation : la population pratiquant ces activités reste pour l’instant très faible par rapport à la population générale de visiteurs. La pratique ludo-sportive reste à l’écart des principaux lieux de mémoire (grands cimetières, musées), mais les organisateurs et/ou pratiquants d’une itinérance sportive choisissent leur tracé en fonction de marqueurs vestiges mémoriels secondaires qui sont des jalons sur leur parcours. Ils passent devant, voire les traversent lorsqu’ils sont pénétrables. Il se produit alors, sinon une fusion, du moins une association entre le tourisme de mémoire et la pratique ludo-sportive.

Figure 6 : Carte d’Omaha Beach

Figure 6 : Carte d’Omaha Beach
  • 17 https//www.velomaha.fr/index.php/activites/omaha-beach-story

29Le secteur de la plage d’Omaha Beach (Figure 6) apparaît comme le plus investi par l’organisation de ces pratiques de traversées ludo-sportives, du fait de son attractivité et des ressources mémorielles locales utilisables sur une côte basse donc praticable. Au niveau de la plage d’Omaha Beach, est proposé l’Omaha Beach D-Day story mise en œuvre avec une balade en VTT fat bike (grosses roues) sur la plage, notamment en longeant la mer au plus près sur le sable durci, et des arrêts dans des blockhaus avec projections photo et vidéos17. Le parcours directement sur l’estran permet de contourner l’interdiction de pratique du vélo sur la dune en contrebas du cimetière américain de Colleville-sur-Mer. En termes de développement de l’itinérance, l’offre est conçue pour le plus grand nombre, avec des parcours différenciés de 5 kilomètres, à la demi-journée ou à la journée.

30La synergie entre sport et mémoire s’opère aussi du côté de la mer avec, par exemple, l’offre estivale de balade en kayak de mer de Grandcamp-Maisy à la pointe du Hoc et retour. La particularité géographique et historique de ce site fut l’événement de prise d’assaut des falaises. Toutefois, l’emplacement précis de l’assaut par les soldats américains n’est pas visible de la terre. La locomotion par l’eau prend tout son sens puisqu’elle permet une visibilité renouvelée du site et fait écho aux embarcations alliées. L’attractivité mémorielle de la balade réside donc dans la visibilité du site depuis la mer. La prestation est assurée par l’école de voile intercommunale de Grandcamp-Maisy18. Bien que l’activité se veuille assez accessible pour les adultes et adolescents en bonne forme, l’offre demeure pour l’instant limitée en nombre avec une seule sortie par semaine.

31D’autre part, en matière d’événements mémoriels ludo-sportifs, les espaces pratiqués sont plus vastes que le seul secteur côtier : ils investissent parfois la mer, pour reprendre le symbole de l’arrivée des Alliés, et se déploient dans l’intérieur des terres, avec à la fois des points d’ancrage en espace rural et au niveau des principales villes : Carentan, Bayeux et Caen, formant des jalons dans l’histoire du Débarquement.

32Le premier événement organisé a été le fait d’un mouvement associatif : les Randonnées de la Paix ont suivi les traces des libérateurs canadiens et anglais depuis Gold, Juno et Sword. Si une première expérience a eu lieu pour le 40e anniversaire, dans les années 1980, elles se structurent avec plusieurs éditions de 2009 à 2015 grâce à l’initiative d’une habitante locale. La jonction entre la côte et le Mémorial de Caen constitue le cadre géographique général. L’effort peut toutefois être modulé soit par la longueur des différents trajets, soit par le mode de locomotion (à pied, à vélo, à VTT, en roller, voire à cheval) ou encore une mobilité douce et accessible sans démarche d’exclusion par l’effort19. Cette volonté d’inclusion est présente à travers les démarches de promotion territoriale de l’activité, l’organisatrice cherchant à atteindre les communautés locales en écrivant notamment aux maires des communes du territoire pour informer les adhérents des différents corps associatifs pouvant être intéressés20. En 2015, lors de la dernière édition, une vingtaine d’itinéraires différents sont proposés21.

33Dans un registre où la dimension sportive est mise en avant, telles les « War Races », la D-Day Gold Beach est prévue pour le 25 juin 2022 à Arromanches. L’analogie avec l’événement militaire historique est forte : quatre courses sont proposées : discovery, infantry, cavalry et artillery. Le coureur est décrit comme un soldat22. Elle est présentée comme une commémoration et organisée en l’honneur de Jack Donohue, du Yorkshire Regiment. La spécificité du concept de cette série de courses réside dans les obstacles qui sont physiques et culturels23. La synergie entre la pratique et le travail de mémoire porte sur le concept de la course lui-même, pas sur le lien aux sites de mémoire, en particulier du fait que le parcours de la course n’est pas dévoilé à l’avance. Dans la même logique, l’Ultra D-Day Trail s’est déroulé les 12 et 13 juin 201424 lors de la commémoration du 70e anniversaire du Débarquement de Normandie. L’Ultra-D-Day Trail se joue des codes du trail pour offrir aux regards des spectateurs une course atypique et innovante en transformant le littoral normand, de Utah Beach à Sword Beach puis Caen, à la fois en espace sportif et de mémoire couvrant l’ensemble du territoire des Plages du Débarquement. La valorisation des sites de 1944 est en effet un enjeu déclaré des organisateurs de la base Eolia de Colleville-sur-Mer. L’organisation de la course valorise les symboles, met en scène les 14 athlètes/acteurs, les messages explicites de paix et l’échange entre nations. Au moyen d’une communication et une couverture médiatique efficaces, la manifestation sportive contribue à un processus original de patrimonialisation des espaces et grands lieux mémoriels liés aux Plages du Débarquement. S’il est complexe de mesurer auprès des spectateurs - les enfants en particulier - la portée et l’efficacité du message délivré, ce type de défi sportif constitue indéniablement une expérience unique et surtout mémorielle pour les coureurs25. Parallèlement, à travers l’Ultra D-Day Trail, Eolia Normandie développe son activité, fait connaître auprès du public son catalogue d’offres sportives et touristiques en jouant sur le cadre géographique unique à sa disposition. Dans une telle perspective, évoquer une forme de « tourisme sportif mémoriel » serait certainement le plus approprié pour qualifier les ambitions des responsables.

  • 26 https://www.labernieraise.fr/

34Enfin, si le périmètre terrestre en arrière du littoral est le plus investi par ces événements, l’espace maritime est aussi utilisé. La Berniéraise26 est un évènement sportif mémoriel qui s’empare également de l’espace maritime pour fêter « cette liberté et cette paix retrouvée » : « On a créé un évènement qui se passe sur l’eau pour dire : nos libérateurs sont venus sur l’eau, sont venus par le moyen maritime et on voulait créer quelque chose qui se passe sur la mer » (entretien avec l’organisateur). Depuis sept éditions, se rassemblent à la mi-juin, sur la commune de Bernières-sur-mer, des « marins » de tout acabit, qu’ils avancent à la rame ou à la voile, pour une navigation non compétitive de conserve, symbole de l’entraide entre gens de mer comme ont pu s’épauler les soldats canadiens débarqués en ces lieux le 6 juin 1944. Au fil des éditions les embarcations se sont pavoisées aux couleurs canadiennes et rallient Courseulles-sur-mer pour un débarquement collectif à la Maison des Canadiens de Bernières.

35La dimension mémorielle combinée à des pratiques ludo-sportives fondent donc ces traversées organisées de vestiges et ces itinérances événementielles depuis une décennie, avec cette synergie innovante, mais des participants en nombre limité du fait du caractère ponctuel et de la nécessité de savoir-faire l’activité.

Les itinérances douces pour accéder aux sites de mémoire depuis l’espace d’origine ou de transit des visiteurs

36Enfin, au début de la décennie 2020, apparaît un type d’initiative touristique et ludo-sportif d’un autre registre, débordant de l’espace littoral et même rétro-littoral, consistant à inciter les visiteurs à accéder aux sites de mémoire des Plages du Débarquement par des moyens de mobilité douce et ludo-sportive. En termes de transition touristique et environnementale, la dimension durable de l’activité est ici très importante, bien que la part du public s’y adonnant soit très faible pour l’instant. Deux types d’incitation à cet essor des mobilités douces sont identifiés.

37Le premier type est conduit par les prestataires ludo-sportifs. La base Eolia de Colleville-sur-Mer, a récemment fédéré des acteurs du tourisme du secteur d’Omaha Beach pour proposer le site Vel’Omaha27 avec des campings et hôtels. Concrètement, ce réseau d’acteurs réceptifs est organisé en douze « stations » entre Isigny-sur-Mer et Port-en-Bessin, chacune assurant des services en termes de location de vélo, bagages, transferts, commodités, hébergement et restauration. Cette organisation permet à la fois de mettre en œuvre un accès non motorisé aux sites de mémoire, dans le contexte général d’un accès jusqu’à présent très motorisé et en véhicules individuels, ainsi que de relier différents sites avec des itinéraires de liaison et une offre de services aux différentes étapes pour assurer la logistique des itinérances.

38Le second type d’incitation aux mobilités douces pour accéder aux sites de mémoire est initié par un site mémorial muséal spécifique. Le Centre Juno Beach s’est en effet engagé dans une démarche de développement durable. Au-delà des actions identifiées in situ, il a pensé à la promotion et la facilitation de la pratique non motorisée (et plus largement de la mobilité avec empreinte carbone réduite au moyen d’un tarif spécial bas carbone28) pour l’accès au musée. En pratique, les visiteurs arrivant à vélo bénéficient de services d’accueil, et le musée fait valoir sa situation géographique sur différents itinéraires cyclables régionaux, nationaux et européens29, l’ensemble étant promu par le label Accueil Vélo depuis 2020.

39Si la dimension de durabilité est très importante dans ces actions pionnières dans cette destination touristique, la transition vers ces pratiques de mobilité douces est balbutiante en termes de sites concernés et de population pratiquante.

Conclusion

40A partir d’un agencement initial des espaces mémoriels et ludo-sportifs des Plages du Débarquement marqué par une juxtaposition sans beaucoup d’articulations entre les deux types d’usages, s’observent aujourd’hui, dans les aménagements et les pratiques plusieurs éléments d’une transition touristico-ludique. Le repérage chronologique des éléments de la transition permet d’identifier d’abord un essor des pratiques pédestres aux abords des sites, puis un déploiement des aménagements et des prestations à l’échelle locale des secteurs de plage, alors que les pratiques à une échelle plus vaste sont pour l’instant restreintes. Hormis pour les mobilités douces d’accès aux sites de mémoire, les motifs généraux d’une transition socio-écologique y sont peu décelables : les mutations semblent davantage guidées par des intérêts pratiques, des justifications locales et des influences à plus petite échelle. Les décideurs s’appuient beaucoup sur le respect des lieux : soit de mémoire, soit de nature, pour orienter les pratiques et les itinéraires. Ce phénomène révèle l’ambivalence d’une transition plus respectueuse des milieux. En effet, les implantations des aménagements et la spatialisation des pratiques ludo-sportives sont questionnées de façon importante pour préserver des paysages mémoriels et la biodiversité, alors que les flux motorisés principaux vers les sites de tourisme de mémoire se poursuivent. C’est le signe d’une transition qui, pour l’instant, s’opère par plusieurs éléments à échelle locale et par les pratiques ludo-sportives de manière intéressante en recomposant les rapports aux lieux, mais qui n’englobe pas l’ensemble du système touristique, en termes de capacités de transports et de séjours.

Haut de page

Bibliographie

AUGUSTIN J.-P., 2011, Qu’est-ce que le sport ? Cultures sportives et géographie, Annales de Géographie, n° 680, p. 361-382. https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2011-4-page-361.htm

BARON-YELLES N., 2001, Tourisme et aires protégées du littoral : le cas de la façade atlantique française, L’Information géographique, vol. 65, n° 2, p. 141-155. DOI : https://doi.org/10.3406/ingeo.2001.2747

BARBAZA Y., 1970, Trois types d’intervention du tourisme dans l’organisation de l’espace littoral, Annales de Géographie, n° 434, p. 446-469.

BESSY O., 2010, Les loisirs sportifs de nature, vecteurs du renouvellement des contours du tourisme, Sud-Ouest Européen, n° 29, p. 105-114. https://doi.org/10.4000/soe.1470

BERNIER X., 2013, « Traverser l’espace », EspacesTemps.net, Travaux, 22.10.2013. URL : http://www.espacestemps.net/articles/traverser-lespace-2-2-2-2-2-2/

CLARY D., 1977, La façade littorale de Paris Le tourisme sur la côte normande, étude géographique, Paris, Ophrys, 383 p.

CLARY D., 1984, Tourisme, urbanisation et organisation de l’espace : le littoral bas-normand, Bulletin de l’Association de Géographes Français, n° 501, p. 125-131.

Comité Régional du Tourisme de Normandie, 2020, Le tourisme de mémoire en Normandie Bilan 2020, 18 p.

CONSERVATOIRE DU LITTORAL, 2013, Inscription à l’UNESCO des sites du Débarquement et 70ème anniversaire du 6 juin 1944 La contribution du Conservatoire du littoral, Caen, Conservatoire du littoral Délégation Normandie, 131 p.

DUGAS E., 2007, Du sport aux activités physiques de loisir : des formes culturelles et sociales bigarrées, Sociologies, https://journals.openedition.org/sociologies/284

DUTHEIL F., 2012, Bains de mer, sports et loisirs sur les plages du Débarquement de Normandie. Le cas d’Arromanches après la Libération 1945-1960, in ROBENE L, (dir.), Le sport et la guerre XIXè-XXè siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 367-375.

FRANCOIS H., BILLET S., 2010, De la station au territoire Quels contours pour les destinations touristiques ? Mondes du tourisme, n° 2, p. 87-98. https://doi.org/10.4000/tourisme.280

GIBOUT C., AUDOUIT C., 2017, Des pratiques sportives aux relations aux lieux. Une lecture transactionnelle au prisme du windsurf en région languedocienne, Pensée plurielle 45, p. 13-30. https://www.cairn.info/revue-pensee-plurielle-2017-2-page-13.htm

GIBSON H.J., 1998, Sport tourism : a critical analysis of research, Sport Management Review, vol. 1, p. 45-76.

HAUTBOIS C., 2004, Stratégie publique de développement local par les sports de nature. L’exemple du tourisme équestre en Basse-Normandie, Cahier Espaces, n° 82, p. 72-83.

HONTA M., 2007, Les nouveaux territoires du sport : des changements d’échelle sous influences, Géographie, économie, société, vol. 9, n° 4, p. 403-418. https://www.cairn.info/revue-geographie-economie-societe-2007-4-page-403.htm

LANGENBACH M., 2012, Le marché du tourisme sportif de nature dans les systèmes territoriaux des espaces touristiques et ruraux : l’exemple de l’Ardèche, Thèse de Doctorat en Géographie, Université Grenoble 1, 416 p.

LAZZAROTTI O., 1995, Les loisirs à la conquête des espaces périurbains, Paris, L’Harmattan, 319 p.

LEMOINE L., 2012, La Haute-Normandie, un territoire sportif en recomposition, Etudes normandes, vol. 61, n° 2, p. 47-56.

LEW A., McKERCHER B., 2006, Modeling Tourist Movements A Local Destination Analysis, Annals of Tourism Research 33(2), p. 402-423.

LUE C.-C., CROMPTON J., FESENMAIER D., 1993, Conceptualization of multi-destination pleasure trips, Annals of Tourism Research, vol. 20, n° 2, p. 289-301.

MAO P., 2003, Les lieux de pratique sportive de nature dans les espaces ruraux et montagnards Contribution à l’analyse de l’espace géographique des sports, Thèse de Doctorat en Géographie, 693 Université Grenoble 1, p.

MAO P., BOURDEAU P., 2008, Les lieux de pratique des sports de nature en France : une géographie différenciée, Mappemonde, article 89.

MICHEL, X., 2007, Quels lieux ont valeur de patrimoine pour les populations touristiques ? Résultats de deux types d’enquête, in VIOLIER, P., LAZZAROTTI, O. (dir.). Tourisme et patrimoine Un moment du Monde, Angers, Presses de l’Université d’Angers, p. 227-238.

MICHEL X. et al., 2020, La lenteur et l’itinérance dans les pratiques touristiques de sites littoraux européens, in LEBRETON F., GIBOUT C., ANDRIEU B. (dir.), Vivre Slow Enjeux et perspectives pour une transition corporelle, récréative et touristique, Nancy, Editions universitaires de Lorraine, p. 333-356.

MIRLOUP J., 1981, Les fonctions touristiques et de loisirs en Loire moyenne Contribution à l’étude de l’aire de loisirs des Parisiens, Université Paris 1, Thèse pour le Doctorat d’Etat ès Lettres et Sciences humaines, 846 p.

OH H., ASSAF R., BALOGLU S., 2016, Motivations and goals of slow tourism, Journal of Travel Research, vol. 55, n° 2, p. 205-219.

ONERC, 2015, Le littoral dans le contexte du changement climatique, Paris, La documentation française.

PECOUD C., BIROT L., 2012, Loisirs sportifs aristocratiques en Normandie (XIXe-XXe siècles) : le cas de Deauville, « la reine des plages et des sports », Etudes normandes, vol. 61, n° 2, p. 7-14.

PIRAUDEAU B., 2019, Analyse géographique sur les sports de plage au prisme des transformations et tendances en cours. Essai de synthèse, Staps, n° 124, p. 23-42.

Région Normandie, n.d., Les Plages du Débarquement Normandie 1944 Dossier de candidature pour une inscription au Patrimoine mondial de l’Unesco, 510 p.

SAVOURET E., 2007, Le concept d’événement géographique Approche et réflexions à partir de l’étude environnementale et sociétale des impacts littoraux induits du Débarquement de Normandie du 6 juin 1944, Thèse de Doctorat en Géographie, Université de Caen, 360 p.

SIROST O. (dir), 2009, La vie au grand air. Aventures du corps et évasions vers la nature, Nancy, PUN, 270 p.

TERKENLI T., D’HAUTESSERRE A.-M., eds, 2006, Landscapes of tourism A new cultural economy of space, Londres, Springer, 246 p.

Haut de page

Notes

1 Le projet de candidature a été initié en 2008 et la candidature a été déposée en 2018.

2 En 2014, un contrat de destination « Tourisme de mémoire en Normandie » a été établi. En parallèle, à l’initiative de la Région Normandie, se tient chaque année depuis 2017 un Forum « Normandie pour la Paix ».

3 Conservatoire du littoral, 2013, Inscription à l’UNESCO des sites du Débarquement et 70ème anniversaire du 6 juin 1944 La contribution du Conservatoire du littoral, p. 30.

4 https://www.francetvinfo.fr/decouverte/vacances/calvados-lerosion-rend-la-fermeture-de-la-plage-principale-de-longues-sur-mer-obligatoire_4058767.html

5 Convention de recherche 00109608 de 2021 à 2023 dans le cadre du programme « Les futurs des mondes de la mer et du littoral de la Fondation de France ».

6 Comité Régional du Tourisme de Normandie, 2020, Le tourisme de mémoire en Normandie Bilan 2020, 18 p. : Le Tourisme de Mémoire en Normandie, https://pronormandietourisme.fr/wp-content/uploads/2021/07/Le-Tourisme-de-Memoire-en-Normandie-2020-VF.pdf, et, pour l’historique depuis 2010, le tableur « La fréquentation dans les sites et lieux de visites en Normandie en 2020 » à partir de ce lien : https://pronormandietourisme.fr/observatoire/les-chiffres-cles/#chiffres-cles-2020/

7 Conservatoire du littoral, 2013, « Omaha Beach », in Inscription à l’UNESCO des sites du Débarquement et 70ème anniversaire du 6 juin 1944 La contribution du Conservatoire du littoral, p. 37-51.

8 Présentation du Parc Juno sur le site du Centre Juno Beach : https://www.junobeach.org/fr/musee/parc-juno/

9 Présentation de la Promenade de la Paix sur le site de l’office de tourisme de Ouistreham Riva-Bella : https://ouistreham-rivabella.fr/grands-projets/promenade-de-la-paix/

10 Conservatoire du littoral, 2013, « Pointe du Hoc », in Inscription à l’UNESCO des sites du Débarquement et 70ème anniversaire du 6 juin 1944 La contribution du Conservatoire du littoral, p. 29-36.

11 Département du Calvados, 2018, British Normandy Memorial Projet de création d’un Mémorial Britannique Etude préalable et mesures de compensation agricole collective, 25 p. www.calvados.gouv.fr/IMG/pdf/1789-18_ver-sur-mer_etude_prealable_et_mesures_de_compensation_collective_agricole-version_23-08-2018.pdf

12 Site de la mairie de Longues-sur-Mer, « circuits nature » : https://www.longues-mer.fr/circuits-decouverte/

13 Département du Calvados, « Le Calvados à vélo » : https://www.calvados.fr/accueil/le-departement/routes-environnement--territoire/se-deplacer-autrement/plan-velo/corps/le-calvados-a-velo

14 La vélomaritime / Euro vélo 4 : page avec cartographie interactive : https://www.lavelomaritime.fr/itineraire/grandcamp-maisy-port-en-bessin-huppain

15 Département du Calvados, « Projet de sentier mémoriel à Omaha Beach : signature d’un partenariat », 21 novembre 2019 : https://www.calvados.fr/actu/projet-sentier-memoriel-Omaha-Beach

16 Préfet du Calvados/DREAL Normandie, 2018, Arrêté du 11 juin 2018 portant protection du biotope des falaises du Bessin occidental. www.donnees.normandie.developpement-durable.gouv.fr/pdf/APPB/FR3800957txtrgl.pdf

17 https//www.velomaha.fr/index.php/activites/omaha-beach-story

18 https://normandie.media.tourinsoft.eu/upload/Kayak-Pointe-du-Hoc.pdf

19 https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/randonnees-de-la-paix-en-memoire-des-acadiens-1347843

20 https//www.cambesenplaine.com/web/fichiers/presse/2012-06-07.pdf

21 https://caen.maville.com/sport/detail-galerie_-les-randonnees-de-la-paix-plus-de-1000-participants-pour-la-5e-edition_13009_GaleriePhoto.Htm

22 https://www.war-race.com/fr/courses/d-day-gold-beach/ 

23 https://www.war-race.com/courses/d-day-gold-beach/

24 Ultraddaytrail.com

25 http://par4chemins.over-blog.com/2019/10/courir-a-omaha-beach-une-drole-d-day.html

26 https://www.labernieraise.fr/

27 https://velomaha.fr

28 Site du Centre Juno Beach : Signature d’un tarif spécial bas carbone avec la SNCF, 15 juin 2021 : https://www.junobeach.org/fr/signature-dun-tarif-special-bas-carbone-avec-la-sncf

29 Site du Centre Juno Beach : L’accueil vélo : https://www.junobeach.org/fr/preparer-une-visite/laccueil-velo/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte du périmètre d’étude
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19449/img-1.png
Fichier image/png, 934k
Titre Figure 2 : Photo d’éboulement à la Pointe du Hoc
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19449/img-2.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Figure 3 : Frise chronologique des prestations d’activités ludo-sportives
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19449/img-3.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 4 : Typologie des transitions
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19449/img-4.png
Fichier image/png, 127k
Titre Figure 5 : photo de la véloroute
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19449/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 6 : Carte d’Omaha Beach
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19449/img-6.png
Fichier image/png, 183k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Michel, Frédéric Dutheil et Jean-Marc Lemonnier, « Le tourisme sur le territoire des Plages du Débarquement : diversification et réorganisation spatiale par les pratiques ludo-sportives dans le contexte des changements globaux », Géocarrefour [En ligne], 95/2 | 2021, mis en ligne le 02 juin 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/19449 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.19449

Haut de page

Auteurs

Xavier Michel

Maître de conférences en Géographie – UMR ESO, Université de Caen-Normandie xavier.michel@unicaen.fr

Articles du même auteur

Frédéric Dutheil

Maître de conférences. Laboratoire Histemé - Histoire, Territoires, Mémoires, EA 7455, Université de Caen-Normandie frederic.dutheil@unicaen.fr

Jean-Marc Lemonnier

Maître de conférences. Laboratoire Histemé - Histoire, Territoires, Mémoires, EA 7455, Université de Caen-Normandie jean-marc.lemonnier@unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search