Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/2ArticlesTransition du tourisme et improvi...

Articles

Transition du tourisme et improvisation. (Anti)-innovations sociales dans les vallées de la Valpelline et d’Ollomont (Vallée d’Aoste)

Transition of tourism and improvisation. (Anti)-social innovations in the valleys of Valpelline and Ollomont (Aosta Valley)
Yann Borgnet et Mathieu Le Touzé

Résumés

L’analyse de l’itinéraire de l’association NaturaValp dans la Valpelline (Vallée d’Aoste) met en lumière l’importance de l’improvisation, dans les contextes d’émergence de la transition. La construction progressive d’une innovation sociale de niche est dépendante de nombreuses interactions, dont certaines ne lui sont pas favorables. Si le régime socio-politique impose des résistances au changement, l’innovation sociale peut rapidement devenir une anti-innovation, par le fait d’associations ou interactions subies. Dans notre étude de terrain, la niche et le régime représentent deux modèles touristiques distincts en termes d’emprises spatiales, de temporalité, de logique de construction et en raison des rôles divers joués par les acteurs impliqués. Nous mettons en évidence le fait qu’une forme de tourisme « par scalabilité » se réfère largement au régime socio-politique, par sa capacité à s’imposer quelles que soient l’échelle et le contexte, contrairement à une forme de tourisme « par contamination », qui se compose par élargissement relationnel et est intimement lié à la valorisation de ressources spécifiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Définition citée par O. Obin, 2013

1Notre article s’inscrit dans le champ des transitions studies (Geels et Schot, 2007 ; Köhler et al., 2019). Dans notre étude, la transition est relationnelle et se traduit par des changements œuvrant à la transformation de l’accueil touristique et in fine (et/ou a priori) de l’habitabilité (Corneloup et Fallaix, 2017). Cette mutation n’est pas totale (Lajarge, 2011), puisqu’elle puise ses fondements dans un contexte historique conservé pour partie, tout en étant le fruit de nouvelles relations entre acteurs humains et non-humains, qui composent (sans jamais le stabiliser) un réseau pour Latour (2006), une innovation pour Torre (2015) ou un territoire pour November (2010), « assemblage d’éléments humains et non-humains [...] qui est en train, toujours, de se faire et de se défaire, dont les contours sont toujours soumis à des séries d’épreuves qui sont en train de le stabiliser et le déstabiliser »1. Pour analyser cette transformation, il convient ainsi de décrire la contribution de chacun des acteurs impliqués (Gumuchian et al., 2003) dans la construction de nouvelles territorialités (Lajarge, 2012) et notamment de prêter une attention à “la volonté des réseaux d’acteurs locaux à piloter leur propre modèle de développement” (Torre, 2015). Cette construction n’est pas lisse, mais la “résultante d’un processus d’activation de territorialités en partie contradictoires” (Lajarge, 2011).

2La structure théorique -et méthodologique- puise ses fondements dans la sociologie de l’acteur-réseau (Callon, 1986, Akrich et al., 1988 ; Latour, 2006) et son hypothèse compositionniste (Latour, 2011 ; Obin, 2013). Son recours nous autorise un premier renversement épistémologique, notamment par l’application du principe de symétrie généralisée qui donne du crédit au rôle des non-humains (Callon, 1986). En créant le courant de la sociologie des innovations, l’article fondateur d’Akrich, Callon et Latour (1988) pose les bases d’une conception relationnelle de l’innovation. Toute innovation technique, produit ou service, est avant tout une innovation de la composante sociale : “Pour comprendre le succès ou l'échec, c'est-à-dire la diffusion et ses péripéties, il faut accepter l'idée qu'un objet n'est repris que s'il parvient à intéresser des acteurs de plus en plus nombreux. Faire comme si le contexte socio-économique était connu une bonne fois pour toute, le produit pouvant être défini en dehors de toute interaction avec lui, est contraire à tout ce que nous savons de l'innovation. Celle-ci est perpétuellement en quête d'alliés. Elle doit s'intégrer dans un réseau d'acteurs qui la reprennent, la soutiennent, la déplacent” (Akrich, Callon et Latour, 1988, p. 20). Dans ces conditions, une innovation est un processus agile défini par les liens qu’elle établit au fur et à mesure de sa trajectoire (Lévesque, 2006). Beuret et al. (2006) la définit comme la résultante d’un itinéraire de concertation, soit d’un “processus de construction collective (...) portée par un réseau dont la consolidation et l’élargissement déterminent le succès”. Elle ne fait donc pas seulement l’objet d’une diffusion, mais d’une traduction (Callon, 1986), qui révèle les modifications que chaque nouvelle association ou retrait (Goulet et Vinck, 2012) apporte à l’innovation.

3Depuis le début des années 2000, un nouveau champ de recherche s’ouvre autour du concept d’innovation sociale, dont une définition largement admise émane du Centre de Recherche sur les Innovations Sociales (CRISES) au Québec : “une intervention initiée par des acteurs sociaux pour répondre à une aspiration, subvenir à un besoin, apporter une solution ou profiter d’une opportunité d’action afin de modifier les relations sociales, de transformer un cadre d’action ou de proposer de nouvelles orientations” (Klein et Harisson, 2007). L’innovation sociale se distingue de l’innovation technologique par “l’intensité des interactions et l’ampleur des réseaux sociaux mobilisés” (Richez-Battesti, 2008), elle est autant un moyen d’action que sa résultante.

  • 2 Koop (2021) évoque les “fenêtres d’opportunité” (windows of opportunity) pour qualifier la diffusio (...)

4Parallèlement, le champ des Sustainability Transitions Studies (STS) et notamment le Multi Level Perspective (MLP) développe un regard multi-scalaire pour décrire les processus de transition, en révélant notamment l’importance des niches, où l’émergence d’innovations radicales permet l’esquisse d’alternatives (Haan et Rotmans, 2011) qui peuvent ensuite se traduire2 (Callon, 1986 ; Koop, 2021) à des niveaux caractérisés par une résistance au changement et un enfermement dans des sentiers de dépendance (Rotmans et Loorbach, 2010 ; Klitkou et al., 2015). Ce niveau, assimilé au régime socio-technique (Geels et Schot, 2007) dans le cadre du MLP, a trouvé un prolongement intéressant dans le champ de la géographie critique par la qualification d’un régime socio-politique que Swilling et al. (2016) définissent comme “un espace d'action et d'engagement politique composé d’un large éventail d'acteurs issus ou non du système politique formel”. Ce concept nous permettra de qualifier les relations ambigües entre les acteurs et les institutions. Si l’innovation sociale fait l’objet d’un intérêt croissant pour les STS (Loorbach et al., 2017), les approches spatiales en sont, elles, pratiquement absentes, les travaux de géographes se contentant d’approches comparatives de processus de transition et de la diffusion spatiale des innovations (Kölher et al., 2019). Le recours à deux concepts nous ouvre la possibilité de dépasser cet impensé pour contribuer à une démarche de territorialisation de la transition.

5Premièrement, la ressource territoriale (Colletis et Pequeur, 2005, 2018 ; Gumuchian et Pecqueur, 2007) peut nous aider à comprendre les sélections opérées par les acteurs dans la construction d’un réseau territorialisé. Notre hypothèse s’intéresse autant au processus qu’à sa résultante : en quoi l’innovation sociale et son enchevêtrement de relations peuvent constituer une ressource territoriale ? Renvoyant aux besoins des habitants et acteurs de travailler ensemble, elle ne participe pas seulement à développer la fréquentation touristique mais contribue également à l’habitabilité du territoire (Balocco et al., 2016 ; Falaix et Corneloup, 2017) en assurant la continuité des modes d’existence (Latour, 2012) de ses habitants.

6Le recours au concept de ressource permet d’esquisser une vision plurielle de la proximité. En suivant Pecqueur et Zimmermann (2004), la proximité géographique qualifie la distance physique séparant les acteurs. Pour Richez-Battesti (2008), elle impose à la fois une mise sous contrainte des acteurs et un rôle facilitateur par les opportunités d’interactions qu’elle offre, lui-même déterminant dans l’expression des besoins. La proximité organisationnelle détermine les règles de l’action collective, notamment en termes de gouvernance. Roux et al. (2006) distinguent trois formes de gouvernance dans la valorisation de la ressource : la gouvernances sectorielle “décrit les modes d’organisation des acteurs liés à un produit particulier et non articulé avec les autres acteurs” ; la gouvernance inter-sectorielle “explique les coordinations d’acteurs investis dans différentes filières et collaborant entre eux pour réaliser une offre de site de type panier de biens” ; la gouvernance territoriale “analyse les coordinations d’acteurs en vue d’un projet de territoire combinant une visée, une action et une dynamique de mobilisation”. Enfin la proximité institutionnelle rend compte du versant axiologique des relations. Nous la rapprochons du modèle des économies de la grandeur (Boltanski et Thévenot, 1991) et aux réflexions issues des travaux sur le marquage et le capital culturel des territoires (Corneloup, Mao et Bourdeau, 2008), à l’importance que doit jouer la culture territoriale dans le maintien de l’identité locale et la valorisation d’un secteur économique (Debarbieux, 2004).

7Ensuite, pour affiner l’analyse du processus de territorialisation dans une perspective de renversement ontologique et pour qualifier la nature des intermédiations dans le cadre du processus, le recours à l’improvisation est apparu salutaire. Souvent utilisée de manière métaphorique en référence à des travaux fondateurs en philosophie et musicologie (Jankélévitch, 1954), de récents travaux (Lévy, 2013, 2018 ; Soubeyran, 2014) posent les bases d’une refondation des sciences de l’aménagement par le recours à l’improvisation, en s’opposant à la conception orthodoxe de planification territoriale (Berdoulay et Soubeyran, 2012 ; Soubeyran, 2014). L’improvisation s'immisce ainsi dans les dimensions spatiales et temporelles (Lévy, 2018), et marque une rupture avec les modèles établis (Koop et Senil, 2016). L’improvisation reconsidère la question de la hiérarchisation supposée des échelles (Lussault, 2007), pour s’intéresser à leur intrication : “les échelles (...) ne s’imbriquent pas sans heurts et attirent bientôt l’attention sur des géographies brisées et des tempos interrompus” (Tsing, 2017). Deux conceptions s’opposent. La scalabilité renforce l’idée de l’existence d’un modèle de développement qui pourrait s’appliquer quelle que soit l’échelle d’appréhension du projet. Nous pensons notamment aux logiques d’adaptation des stations de ski au changement climatique (Badré et al., 2009). À l’opposé se développe la contamination, qui permet d’esquisser une sortie du paradigme moderne de la conquête et de l’expansion en partant du postulat que la transformation s’élabore au cours de rencontres imprévisibles et multiscalaires. Ces conceptions sont aussi temporelles. Loin d’une symphonie bien réglée, la contamination s’apparente à une polyphonie, “mélodies autonomes qui s'entrelacent” (Tsing, 2017) ou à la rhapsodie étudiée par Jankélévitch (1955), opposée à la sonate. L’analyse des réseaux (Latour, 2006) nécessite ainsi de mettre en évidence les “multiples rythmes temporels et les trajectoires qui courent dans un agencement.” (Tsing, 2017). Dans le domaine de l’aménagement du territoire, au moins trois temporalités peuvent être mises en évidence : la temporalité “moderne” de la planification, la temporalité incertaine du projet et la temporalité ouverte de l’improvisation (Lévy, 2018).

8La diversité des expériences et la singularité de chaque contexte relationnel expliquent la difficulté de contribuer à l’édification d’un modèle reproductible. Notre article laisse une grande place au terrain et finit par dégager des implicites plus généraux qui peuvent structurer d’autres contextes. Ce propos introductif pourrait donner l’impression d’un fourmillement théorique. Cette diversité s’insère pourtant dans un cadre conceptuellement cohérent et permet une multiplication de regards et d’approches pour éclairer le potentiel relationnel des territoires en transition.

Contexte et méthodologie : une vallée découverte par les pionniers mais délaissée par le tourisme de masse

9Cet article propose de traiter la question de la transition du tourisme par l’étude de cas d’une innovation sociale nées dans la Comunità Montana du Grand Combin. Cette vallée située au nord d’Aoste est subdivisée en plusieurs branches à partir du village de Valpelline : au nord-ouest, la vallée d’Ollomont et au nord-est la vallée de la Valpelline (Bionaz et Oyace) (voir figure 1). Ces vallées sont frontalières entre l'Italie et la Suisse et réunissent les caractéristiques d’un territoire de montagne. Les communes principales sont Bionaz, Oyace, Ollomont et Valpelline, implantées entre 950 et 1600 mètres d’altitude. L’économie de ce territoire repose sur deux principaux secteurs d’activités, le tourisme et l’agriculture.

Une enquête située

10À l’image du travail réalisé par Corrado et al. (2014), nous examinons la composition des contextes touristiques des vallées d’Ollomont et de la Valpelline en relevant les implicites qui structurent chacun de ses projets et collectifs à partir des résultats d’une enquête de terrain réalisée en janvier et février 2020, puis en avril et mai 2021. La phase de terrain a été perturbée par la crise sanitaire de la Covid-19 et les entretiens menés en 2021 sont emprunts de ces incertitudes, notamment pour le secteur du tourisme. L’enquête a permis de réaliser vingt entretiens semi-directifs et autant de “rencontres” (Blanchet et Gotman, 2007) avec des élus, des acteurs du tourisme et des agriculteurs des vallées d’Ollomont et de Bionaz. Pour épouser les modalités relationnelles et organisationnelles des contextes et collectifs investigués, il nous a semblé important de parcourir les terrains selon une approche improvisée, prenant en compte tant les “conséquences non intentionnelles” (Giddens, 1987 ; Soubeyran, 2014) que l’indétermination (Tsing, 2019) qui peuvent surgir des rencontres et entretiens. Il ne nous semblait en effet pas envisageable de planifier en amont une enquête pour étudier une organisation si souple et agile. Le choix des personnes interrogées s’est donc fait selon leurs fonctions et leurs implications dans le territoire, en fonction de recommandations glanées au cours des entretiens et de l’arpentage du terrain.

11La grille d’entretien a été construite autour de l’itinéraire biographique de la personne interviewée, de l’identité de chaque vallée et des liens qui les unissent, les caractéristiques du tourisme et de l’agriculture et leur gouvernance, notamment au regard des institutions. Par ailleurs, les auteurs ont fait plusieurs séjours informels d’observation. Tous les entretiens ont été retranscrits et les propos analysés qualitativement grâce au logiciel MaxQDA. Les archives utilisées sont essentiellement des documents relatifs au fonctionnement de l’association NaturaValp et des brochures promotionnelles. Un questionnaire a été diffusé grâce au logiciel Sphynx, mais le trop faible nombre de réponses n’a pas permis son exploitation. Le terrain a également fait l’objet de différentes visites informelles dans le cadre de l'exercice du métier de guide de haute montagne de l’un des auteurs.

Une histoire commune et des ruptures entre les vallées d’Ollomont et de la Valpelline

12Le développement de la vallée s'appuie sur une histoire particulièrement riche. La présence des premiers touristes remonte à la deuxième moitié du XIXe siècle, durant l’âge d’or de l’alpinisme. Les grands alpinistes de l’époque victorienne, y compris l’un des plus célèbres, Edward Whymper, se sont rendus en Valpelline pour faire l’ascension des principaux sommets, et notamment le seul qui dépasse la côte altimétrique symbolique des 4 000 m, la Dent d’Hérens (Malvezzi, 2003). Or contrairement aux autres vallées parcourues à cette époque, la Valpelline et la vallée d’Ollomont sont les seules n’ayant pas connu un développement touristique de masse : “seule une vallée des Alpes Pennines a eu le privilège d’être préservée du tourisme intensif, c’est-à-dire à ne pas avoir été dénaturée, d’être restée sauvage, tout en ayant connu ce mouvement précurseur des Victoriens” (Marnette, 2019, p. 11).

13En 1955, le développement de la Valpelline démarre véritablement, avec la construction du barrage de Place Moulin au-dessus de Bionaz et d’une route qui la parcourt pour la première fois. Ce barrage, construit entre 1955 et 1965, retient les eaux du Buthier à près de 2000 m d’altitude ; il est le seul grand aménagement de la vallée (Pulz et Colliard, 2011). Le lac de barrage est un élément de distinction important entre les deux vallées marquant une première rupture, notamment parce que sa valorisation touristique permet une fréquentation importante. Depuis 2012, l’association NaturaValp promeut la Valpelline en valorisant un tourisme que ses membres qualifient de “responsable”. Ce processus correspond à une seconde rupture avec la vallée voisine d’Ollomont. L’itinéraire de construction de l’association et particulièrement ses difficultés et les oppositions avec lesquelles elle doit composer sont au cœur de notre question de recherche, qui s’intéresse aux implicites qui sous-tendent et structurent les trajectoires de transition.

Figure 1 : Carte de situation des vallées d’Ollomont et de la Valpelline et des principales ressources valorisées

Figure 1 : Carte de situation des vallées d’Ollomont et de la Valpelline et des principales ressources valorisées

Réalisation : Le Touzé, 2021

Résultats : d’une histoire commune vers des trajectoires différenciées

La Valpelline et NaturaValp : les liens du néant

  • 3 Traduit de l’italien, source : http://www.naturavalp.it
  • 4 Entretien S. Barailler, gardienne du refuge de Crête Sèche à Bionaz
  • 5 Présentation de l’association sur son site internet. Source : http://www.naturavalp.it/content_f.as (...)
  • 6 Entretien D. Pieiller, gérant du B&B, bar et restaurant Alpe Rebelle à Bionaz, président de l’assoc (...)

14L’association NaturaValp rassemble en 2021 une trentaine d’acteurs issus du monde de l’agriculture, du tourisme et de l’artisanat et une quarantaine d’adhérents “soutiens” (touristes fidèles, habitants de la Valpelline…). Elle a été créée par 16 acteurs socio-professionnels en 2012 pour porter un projet de territoire basé sur une forme alternative de tourisme : “un tourisme mis en œuvre selon les principes de justice sociale et économique et dans le plein respect de l'environnement et des cultures. Le tourisme responsable reconnaît la centralité de la communauté locale hôte et son droit d'être un acteur du développement d'un tourisme durable et socialement responsable sur son territoire. Il travaille en favorisant l'interaction positive entre l'industrie du tourisme, les communautés locales et les voyageurs3. Par ailleurs, la création de l’association s’inscrit dans une dynamique du développement de structures d’accueil depuis le début des années 2000 : “les dix dernières années, on a changé. Avant on était un pays agricole, depuis dix ou quinze ans les gens ont construit des B&B et des hôtels, et c’est bien car cela amène des gens”4. La mise en lien est née de deux besoins concomitants exprimés par les acteurs socio-professionnels. D’un côté la nécessité d’exister comme destination touristique, alors même que la Valpelline n’avait pas connu jusqu’alors de développement analogue aux autres vallées du Val d’Aoste en dehors du lac de Place Moulin : “Nous sommes conscients d’être différents de la plupart des autres vallées latérales par le fait de ne pas avoir de remontées mécaniques voire de grandes infrastructures et de se retrouver par conséquent loin du tourisme de masse.”5. De l’autre, le besoin de communiquer, alors que la promotion touristique n’était pas prise en charge par la collectivité. Pourtant, la graine du projet (Beuret et al., 2006) a été semée par la commune de Bionaz, qui dans les années 2000 avait initié un projet pour définir une identité au tourisme de la Valpelline et mettre les acteurs autour de la table : “en 2000 on a lancé un projet qui a aidé à ouvrir les esprits, c’est un projet de la commune qui voulait aider les opérateurs touristiques sur différents aspects, comme la formation, l’identité, le marketing, c’était engageant déjà car cela nous a mis ensemble, ça a formé un beau groupe”6.

  • 7 Entretien D. Pieiller

15Ainsi que nous l’avons déjà montré dans d’autres contextes (Borgnet, 2019), l’association NaturaValp s’est dès sa création construite dans une réelle autonomie par rapport aux institutions. La municipalité est ainsi vue par les acteurs de NaturaValp comme un frein, ses élus restant attachés à un modèle touristique orthodoxe : “j’avais essayé de travailler avec les administrations communales mais j’étais pas capable de développer mes projets, mes idées là-dedans, c’est vraiment difficile, tandis que si tu commences par toi-même, c’est plus facile de montrer aux autres comment tu fais avec tes moyens et après de relier ensemble les gens qui pensent la même chose en créant un projet collectif, c’est un point de vue différent d’un projet communal ou européen très directif, c’est plutôt le contraire, une personne, deux, trois, quatre, dix, vingt et maintenant on est une quarantaine. Et après c’est très bien s’il arrive la Communauté Européenne ou la commune.”7.

  • 8 Entretien D. Venturini, gérant de l’exploitation agricole “Berrier” à Bionaz

16La Valpelline s’est engagée, depuis la naissance de NaturaValp, dans la valorisation d’aménités existantes (OCDE, 1994) : “elle porte ce que l’on est, elle garantit l’authenticité sans vendre rien qui n’existe pas. Nous sommes comme ça nous avons ça et vous devez venir nous connaître pour ce que l’on a.”8. Son offre touristique se compose d’un agencement de ressources spécifiques (Colletis et Pequeur, 2005, 2018) dispersées, composé d’humains et de non-humains et mis en visibilité par le processus relationnel entrepris par NaturaValp. Les espaces, sites et itinéraires (ESI) liés à la pratique des sports de nature, les sommets, les forêts et les alpages constituent la trame non-humaine de ce réseau porté par les acteurs socio-professionnels.

17La sociologie de l’acteur-réseau développe une ontologie basée sur l’associationnisme (Latour, 2006). L’identité d’un humain ou d’un non-humain se construit ainsi par les relations qu’ils tissent au cours du temps. NaturaValp associe les acteurs socio-professionnels et les non-humains sélectionnés pour donner une image cohérente de la vallée et pour, réciproquement, identifier par ces liens chacune des entités.

  • 9 Interview de D.Piellier (2019) dans Montagna.tv : “L’eliski fa scappare gli appassionati. Oggi in m (...)
  • 10 Entretien D. Pieiller
  • 11 Entretien D. Pieiller

18Pour commencer à construire cette identité collective, l’association a déterminé un trait saillant et original de la vallée, distinctif des vallées voisines : “les gens sont fascinés par notre vallée car nous sommes les derniers de la Vallée d'Aoste à ne pas avoir de remontées mécaniques, à l'exception d'une petite remontée mécanique à Ollomont. L'absence d'installations de ski sur les pistes est devenue notre particularité : l'agriculture a conservé un rôle prépondérant et a préservé le paysage jusqu'à environ 2200 mètres où commence un autre type de terrain, celui de l'aventure9. Le discours promotionnel est construit autour du “néant”, selon une inversion conceptuelle revendiquée par les acteurs. Ce “rien” devient un objet central de la promotion et l’attraction principale de la vallée : “Mais maintenant nous avons compris que ce “rien” est une richesse. Ce rien nous est envié par tant d’autres vallées qui voudraient nous ressembler”10 ; “quand les gens ont lu ça dans les journaux “il n’y a rien à Bionaz et on augmente le nombre de nuitées” et à Valgrisenche qu’il y a quand même un télésiège, un snowpark, des motoneiges et l’héliski tout en ne comptant que 14000 nuitées à l’année, ça a été une petite révolution. (...) Ils ne comprennent pas que l’on fasse venir les gens où il n'y a rien, ils font des efforts énormes pour dire qu’ils ont de très beaux télésièges et nous on dit venez chez nous il n’y a rien !”11. L’innovation sociale tient au fait que les liens créés grâce à NaturaValp ne sont pas considérés comme des attraits pouvant donner corps à une destination touristique dans le régime socio-politique dominant. En d’autres termes, ce qui est considéré comme vide dans le modèle de développement classique devient le cœur du projet de territoire porté par cette association. Le projet est matérialisé par un réseau composé d’acteurs et d’actants qui étaient pour la majorité déjà présents sur le territoire, valorisés et identifiés grâce au processus de traduction (Callon, 1986).

19La fréquentation de la vallée a augmenté depuis la création de NaturaValp. En témoigne l’évolution du nombre de nuitées : entre 2012, date de création de NaturaValp et 2016, le nombre annuel de nuitées a bondi de 42 %, passant de 31 000 à 44 000 pour les deux communes de Bionaz et Valpelline et de 66 % si l’on ne considère que la commune de Bionaz. Ces chiffres constituent la base du discours des acteurs de NaturaValp qui les diffusent et racontent l’histoire récente de la vallée lors de rencontres ou colloques et auprès d’institutions comme la Région de la Vallée d’Aoste.

Ollomont et ses aménagements : une salle d’escalade indoor et un téléski

20L’histoire récente de la vallée d’Ollomont est marquée par deux aménagements touristiques importants, qui structurent la politique municipale liée au développement économique et touristique : un téléski reconstruit en 2010 et une salle d’escalade indoor construite en 2007.

  • 12 Entretien D. Vevey, maire d’Ollomont
  • 13 Entretien D. Pieiller
  • 14 Entretien D. Vevey
  • 15 Entretien D. Vevey

21Le téléski est implanté à 1300 m d’altitude, ce qui rend son exploitation irrégulière depuis une décennie à cause d’un enneigement aléatoire. La commune d’Ollomont, propriétaire du téléski et de l’ensemble des activités liées (damage, restauration) a pourtant investi dans des installations d’enneigeurs artificiels, mais cela n’a pas été suffisant pour sécuriser son fonctionnement durant les hivers sans neige (Gauchon, 2009). Le téléski d’Ollomont est considéré par le maire de la commune comme l’attraction qui génère la fréquentation hivernale de la vallée : “En hiver [les gens viennent] pour le téléski, c’est la principale attraction”12. Alors même qu’Ollomont est une micro-station de ski, il se crée un lien quasi exclusif entre le territoire hivernal d’Ollomont (De la Soudière, 2016) et son téléski, qui conditionne le rapport du territoire au tourisme : “ces territoires ont un cordon ombilical avec les remontées mécaniques, avec le ski. Il est impossible à couper. Jusqu’à ce qu’ils ferment pour cause de changement climatique13. Le maire d’Ollomont espère maintenir l’activité ski pendant vingt ans, dans une logique d’adaptation immunitaire (Garcia, 2015) : “si on avait la possibilité de déplacer le ski que l’on a à 2000m alors ce serait bien, je ne dis pas non, ça pourrait être une belle opportunité, mais avec l’argent qu’on a…”14. La fréquentation est “météo-dépendante”, polarisée sur des périodes liées aux vacances scolaires. Ainsi les retombées économiques directes, ponctuelles et variables ne sont pas corrélées avec les investissements, récurrents et en augmentation : “ici on bénéficie que de petites périodes où il y a de la neige et où les gens viennent comme Pâques ou Noël. On est très dépendants de la météo, ça apporte de la présence mais ce n’est pas du tout constant. La contribution de la commune est toujours la même, on a de plus en plus d’argent à dépenser pour la manutention, et le coût dépend des années, s’il faut changer des pièces ou faire des certifications.”15.

  • 16 Entretien C. Bredy, guide de haute montagne à Valpelline et gérant de la salle d’escalade Maison Gr (...)

22La salle artificielle d’escalade a été construite en 2006-2007 dans une ancienne centrale électrique datant du début du siècle, principalement grâce à l’octroi de subventions régionales. Sa construction a été portée par un collectif de guides de haute montagne membre de la Compagnie locale, qui s’est retirée depuis, laissant sa gestion à un guide de Valpelline doutant lui-même de la pertinence d’une telle structure : “ils l’ont construite car à ce moment-là ils avaient beaucoup d’argent et ils ont peut-être fait des erreurs. (...) Selon moi ça ne marche pas trop, ce n’est pas soutenable (...) ce n’est toujours pas rentable, la commune met de l’argent et moi un peu. Je la tiens parce que ça s’intègre dans un projet professionnel, mais économiquement ce n'est pas avantageux.”16. Cette salle n’augmente pas la fréquentation touristique, selon les acteurs interrogés.

  • 17 Entretien D.Pieiller

23Le téléski, comme la salle d’escalade, sont des aménagements structurants dont la construction est majoritairement financée par des subventions régionales, laissant ensuite à la commune la charge de son fonctionnement en la poussant dans une logique de “fuite en avant” (Cazes et al., 1993) : “La Maison Grimpe a un problème énorme parce que c’est une grosse installation qui coûte cher à entretenir. La commune l’a donnée en gestion à des guides. Les guides, pour payer les frais et la location à la commune, doivent l’utiliser et ainsi ils font grimper des touristes qui viennent de Belgique ou d’Hollande en plein été à l’intérieur. C’est une chose perverse. C’était une erreur de la construire”17.

24Le téléski et la salle d’escalade sont des attractions qui n’ont d’utilité que pour l’objectif pour lequel elles ont été construites, respectivement la pratique du ski alpin et de l’escalade indoor. Leur fonctionnement est maintenu grâce à des subventions communales “parce qu’elles sont là”, sans liens établis avec les modalités de fréquentation des usagers ou les besoins des habitants. Peu à peu détachées du territoire mais maintenues par le seul fait de leur présence, ces attractions l’enferment progressivement et irrémédiablement dans une trajectoire en ligne dure (Deleuze et Guattari, 1980).

Héliski et divergences des modalités de développement entre la Valpelline et Ollomont

  • 18 Entretien D. Pieiller
  • 19 Au 5 mai 2021
  • 20 Pétition “NaturaValp, No all’eliski in Valpelline”. Source : www.change.org/p/naturavalp-no-all-eli (...)

25La Valpelline a abandonné le projet d’ouvrir des déposes pour la pratique de l’héliski sur son territoire. Cet abandon est récent et fait suite à une mobilisation importante d’une partie des acteurs de la vallée, alors que le débat avait été réactivé en 2016, en marge de la signature d’une convention entre la société d’hélicoptère GMH et la société de guides Héli-guides pour opérer dans la vallée d’Ollomont. Les élus municipaux, notamment de Bionaz, avaient envisagé le projet mais l’ont rapidement abandonné suite à la fronde provoquée : “tous les acteurs touristiques étaient contre, le maire est allé chez chacun et tout le monde lui a dit non”18. Une pétition d’opposition a été lancée et comptabilise près de 3800 signatures19 : “la Valpelline est une des vallées les plus sauvages de la Vallée d’Aoste (...), la Valpelline doit absolument préserver sa nature intacte, et dans le même temps valoriser ses richesses agricoles durables au travers d’un tourisme responsable et clairvoyant au sein duquel l’homme tente d’être un hôte de la montagne (...). Ce sont les principes de NaturaValp”20. À la création de l’association, ses premiers membres avaient inscrit le principe dans l’article 2 de ses statuts : “Les activités aériennes et hors-piste ne rentrent pas dans les formes de tourisme compatible avec les objectifs de l’Association”. La création de l’association et l’écriture en commun du Manifeste ont rendu possible cette opposition ultérieure, permettant de contrer l’émergence d’une forme de développement (Mao, Corneloup et Bourdeau, 2003) qui aurait pu menacer le projet alternatif de territoire.

  • 21 Entretien M. Appino
  • 22 Entretien D. Vevey
  • 23 Entretien D. Vevey

26La vallée d’Ollomont n’a pas fait le même choix. Actuellement, la société Héli-Guides opère plusieurs déposes autorisées du 20 décembre au 15 mai : le Mont Gelé, la tête du Filon, le Mont Sanadon et le Col de Champillon. Pourtant, le relief raide ne permet qu’une pratique printanière de la discipline : “avec les conditions hivernales ça devient vite dangereux avec des pentes supérieures à 30 ou 35 degrés.”21. Cette temporalité de la pratique a constitué un argument de la mairie, car elle allongeait la saison suite lors des fermetures précoces du téléski : “la meilleure période est entre mars et mai, date à laquelle finit l'exploitation du téléski.”22. L’héliski dans la vallée d’Ollomont ne fonctionne pas à la hauteur de l’espérance de ses protagonistes. Chaque année, Héli-guides organise entre 90 et 120 rotations, soit un dixième des déposes opérées dans les lieux de pratique les plus réputés de la Vallée d’Aoste (Courmayeur, Cervinia ou Valgrisenche). Pour D. Pieiller, donnant l’exemple de l’effondrement de la fréquentation à Valgrisenche, cette pratique est vouée à disparaître à Ollomont. Ce que confirme en filigrane son maire : “On a essayé à Ollomont, depuis 5 années, l’héliski et c’est pas parti comme dans d’autres endroits. (...) Les gens qui viennent faire de l’héliski préfèrent être dans les grandes stations comme Cervinia ou Courmayeur, et ne pas rester dormir ici donc on a poussé sur les restaurants”23.

  • 24 Entretien M. Appino

27Malgré des efforts déployés par la municipalité et Héli-guides, la pratique de l’héliski ne crée finalement que très peu de lien avec les acteurs socio-économiques du territoire : “c’est clair que c’est pas connu, c’est pas facile de créer l’envie au client de venir là-bas (...) c’est sûr que c’est incomparable aux grandes destinations.”24. Cette disjonction entre la clientèle héliski et la vallée d’Ollomont apporte des éléments intéressants pour la compréhension des liens existants entre une forme de tourisme, la géo-morphologie du terrain, l’histoire de l’aménagement, la culture de la clientèle et les caractéristiques de l’offre existante. De nombreux travaux en géographie du sport sur les formes de développement ont déjà éclairé cette incapacité d’un territoire à domestiquer (Callon, 1986) n’importe quelle activité ex-nihilo (Corneloup, Bourdeau et Mao, 2008 ; Corneloup, 2013), imposée comme ressource générique (Colletis et Pecqueur, 2005).

Discussion : tourisme et (anti)-innovation sociale ?

28Ce qui nous intéresse n’est pas de justifier les raisons qui nous permettent d’associer l’histoire de NaturaValp à une innovation sociale, ce que nous avons fait succinctement en présentant le terrain, mais d’en montrer la complexité d’existence et de déploiement.

29Les résultats ont révélé l'existence d’un itinéraire de valorisation touristique vertueux dans la Valpelline, au regard du contexte dans lequel il se construit, mais qui compose avec un certain nombre de contraintes et d’oppositions, dans cette même vallée et dans la vallée voisine d’Ollomont qui suit un modèle de développement touristique radicalement différent. Ainsi, les porte-paroles (Callon, 1986) du développement touristique sont plutôt institutionnels dans la vallée d’Ollomont, alors qu’ils sont majoritairement socio-professionnels dans la Valpelline. Ils œuvrent à la création de trajectoires différentes, voire opposées, ce que nous allons justifier par l’étude de la complexité de chaque contexte.

NaturaValp : de l’innovation sociale à la ressource territoriale

  • 25 Entretien D. Pieiller

30L’innovation sociale ne compose pas seulement un réseau, ne construit pas uniquement un territoire mais se lie à une portion d’étendue, une aire que Lussault oppose au réseau : “l’aire exige une découpe et une clôture pour exister, le réseau nécessite de pouvoir s’étendre pour en être un véritable” (Lussault, 2007, p. 133). C’est par un dialogue constant entre ces deux “espèces d’espaces” que se forge progressivement l’innovation sociale. L’extension du réseau de NaturaValp rend compte de limites physiques à ne pas franchir, et des proximités nécessairement au cœur du processus (Coenen et al., 2012), le critère principal pour la traduction étant moins la proximité géographique que la proximité institutionnelle entre acteurs (Pecqueur et Zimmermann, 2004). Elle a par exemple récemment enrôlé l’exploitation agricole “Au bonheur de la ferme” située à Doues, à 7mn de route de Valpelline. Dans le même temps, les acteurs de l’association expriment leur refus catégorique d’intégrer des acteurs de la vallée d’Ollomont : “c’est dur [d’intégrer les acteurs d’Ollomont] parce que tous les adhérents de NaturaValp promeuvent un tourisme soutenable, doux, en accord avec la nature quand ils vont dans les salons, et après on doit composer avec à l’intérieur un territoire qui propose l’héliski…”25. Pourtant, Ollomont est situé également à 7mn de Valpelline. NaturaValp a également accueilli la chambre d’hôte “Souvenirs de Tsaneli” située à Roisan, située à 15mn. L’association n’est donc pas seulement un réseau d’acteurs proposant des services touristiques, mais elle incarne une modalité alternative de développement et construit une identité qui rassemble des communes, une territorialité instituante (Lajarge, 2012) construite hors des instances institutionnelles. Pour Maura Petitjacques, propriétaire de l’hôtel Valentino à Bionaz, “l’association nous a donné une identité, ici c’est pour les gens qui aiment la nature, le tourisme durable sans remontées mécaniques, on a donné une direction à la vallée, pas d’héliski ni tourisme de masse, et pour moi c’est important. Je pense aussi que les gens vont revenir à tout cela”.

31Bien que l’association rassemble des acteurs issus du tourisme et de l’agriculture, la rente de qualité territoriale n’est pas issue de l’existence d’un panier de biens construit autour d’un produit leader (Hirczak et al., 2008). La Fontine, fromage classé AOP est produite et vendue dans différents points de vente directs dans la Valpelline, sans être spécifique à la vallée mais à l’ensemble de la Région. De même pour les hébergements, dont la qualité de l’offre n’est pas distinctive. La rente se construit donc sur la base de liens établis entre l’agriculture et le tourisme et par leur dialogue permanent. En témoignent par exemple les événements organisés par NaturaValp autour de la descente des alpages ou le projet “Adopte une vache”. Pour “adopter”, les touristes avancent un crédit qu’ils peuvent ensuite dépenser pour acheter un produit issu d’une exploitation agricole, ou chez n’importe quel adhérent de l’association. Son Manifeste donne une ligne directrice à la valorisation de la rente, en précisant ce qui participe à son développement, avec en filigrane ce qui pourrait le compromettre : “Nous, habitants, éleveurs, agriculteurs, artisans et voyagistes de Valpelline avons décidé de nous associer et de collaborer pour donner vie à un projet d'envergure, qui fait de nous des protagonistes actifs des choix de développement de notre communauté et surtout fiers de notre territoire. (...) Les points de vente directe de nos exploitations agricoles, en plus de créer une interaction intéressante entre les visiteurs et les agriculteurs, vous permettent d'en apprendre davantage sur les produits et le travail nécessaire pour les obtenir (...). Grâce aux structures d'hébergement petites et familiales, nous essayons de privilégier une relation directe avec le voyageur, ce qui permet un échange correct d'informations utiles aux deux parties”26.

32Les travaux décrivant l’émergence de la ressource territoriale (Lajarge et al., 2012) se concentrent principalement sur trois entrées : l’analyse des politiques publiques, les dynamiques d’acteurs et la gouvernance.

  • 27 Entretien D. Pieiller

33La naissance et le développement de NaturaValp peuvent être considérés comme relevant essentiellement d’une initiative portée par des acteurs privés. La gouvernance se structure autour d’une association et l’implication des institutions se développe à la marge. La commune de Bionaz est active de façon indirecte par la gestion des aménagements d’accueil touristique (notamment le parking du lac de barrage de Place Moulin) et les aménagements structurants dédiés à la pratique du biathlon. Les liens sont peu développés entre les communes supports (Bionaz, Oyace, Valpelline, Doues et Roisan) et l’association. En témoigne le peu de subventions accordées à l’association : “en sept ans, nous avons obtenu 1700 € des trois communes : 500 € de la commune de Valpelline, 200 € de la commune d’Oyace et 1000 € de la commune de Bionaz”27. Sept ans après sa création, l’association a décroché en 2019 une subvention européenne dans le cadre du programme de développement rural FEASR. Le projet, chiffré à 140 000 €, est pris en charge à hauteur de 80 % par l’UE et 20 % par l’association et vise essentiellement à faire de la promotion. Il a été entièrement construit par ses membres, ce qui montre que NaturaValp incarne la dynamique d’acteurs tout en portant la gouvernance territoriale, définie comme “les coordinations d’acteurs en vue d’un projet de territoire combinant une visée, une action et une dynamique de mobilisation” (Roux, Vollet et Pecqueur, 2006, p. 22). L’innovation sociale devient donc une ressource territoriale, par le double mouvement que permet le développement de NaturaValp de mise en relation endogène et de représentation exogène d’une vallée auprès des touristes potentiels.

  • 28 Voir également Koop et Senil, 2016, qui rendent compte de projets alternatifs construits pour être (...)
  • 29 Entretien D. Pieiller

34La valorisation de la ressource territoriale, si elle est adossée au Manifeste et aux statuts de l’association, ne fait pas l’objet d’une stratégie planifiée. Elle se compose progressivement, dans le respect des principes et valeurs décidées par les seize membres à l’origine du collectif. Elle est, de l’aveu de ses protagonistes, une expérimentation empirique d’alternative au modèle dominant du tourisme de montagne et ses logiques aménagistes28 : “j’étais directeur des pistes et je voyais tout : l’enneigement artificiel, les retenues collinaires à 2000m… 100 000m3 avec un système de bulle pour que l’eau ne gèle pas… Mais c’est l’unique vrai modèle de tourisme de montagne jusqu’à aujourd’hui, le ski. (...) Où il n’y a pas de ski, les tours opérateurs ne viennent pas ; et si il n’y a pas de tour opérateur, pour nous, cela signifie qu’il n'existe pas une forme de tourisme différente. C’est notre idée, nous pensons qu’elle existe, qu’elle est très intéressante (...). Et l’Alpe Rebelle signifie qu’il n’y a pas que le ski et qu’il faut essayer de se rebeller contre ce système hégémonique29”. L’expérimentation est improvisation en ce qu’elle s’oppose au modèle dominant, “contre un principe donné de l’extérieur” pour Dahlhaus (2010, p. 12), comme la rhapsodie de Jankélévitch, qui “a la scansion passionnelle, irrégulière et frénétique des révolutions” (Jankélévitch, 1954, p. 56). La construction improvisée des liens au milieu qui accompagne le développement de NaturaValp incarne et identifie la ressource territoriale et détermine l’ambiance touristique de la vallée (Marsat et Bonniot, 2011).

La Valpelline : du compromis improvisé à l’anti-innovation sociale

35Après avoir montré la prééminence des liens dans la valorisation d’une innovation sociale devenue ressource territoriale, il nous faut mettre en exergue ses difficultés d’existence, qui pointent en filigrane la complexité auxquels se mesurent les processus de transition.

36Doreen Massey désigne l’espace comme “la sphère de possibilité d’existence d’une multiplicité, comprise comme une pluralité simultanée ; comme la sphère dans laquelle plusieurs trajectoires distinctes coexistent ; comme la sphère, dès lors, de l’hétérogénéité coexistante.” (2005, p. 9). La Valpelline et la vallée d’Ollomont sont des espaces au sens de Massey, puisqu’ils ne peuvent être réduits à une seule activité économique, à un seul groupe d’acteurs ou à une forme unique de développement (Mao, Corneloup et Bourdeau, 2003). Il n’est pas possible d’associer chacune des vallées à une forme hégémonique de tourisme, mais au contraire à des espaces qui composent avec des implicites touristiques enchevêtrées sur une même aire et qui peuvent s’opposer.

37Construire et pérenniser une innovation sociale autour du développement touristique implique de parvenir à un accord (Boltanski et Thévenot, 1991), fragile et provisoire, qui par des itinéraires de concertation (Beuret et al., 2006) voit le réseau s’étoffer. Tout comme la participation à un groupe implique pour la sociologie de l’acteur-réseau de “se trouver mobilisé par les liens incertains, fragiles, controversés et constamment fluctuants” (Latour, 2006, p. 42), les territoires du développement territorial sont en construction permanente et “s’élaborent par les oppositions et compromis entre acteurs locaux et extérieurs et s’inscrivent dans le long terme, avec une histoire et des préoccupations ancrées dans les cultures et les habitudes locales, la perception d’un sentiment d’appartenance, ainsi que des formes d’autorités politiques, des règles d’organisation et de fonctionnement spécifiques” (Torre, 2015, p. 278-279).

  • 30 Entretien C. Rosset, guide de haute montagne et président de la compagnie des guides de la Valpelli (...)
  • 31 Entretien D. Venturini
  • 32 Entretien D. Pieiller

38Dans le cas de la Valpelline, la pratique de l’héliski a été jusqu’à une période récente au cœur d’une recherche de compromis qui témoigne de la lenteur du processus de construction. À titre d’exemple, la compagnie des guides de la Valpelline a rejoint l’association NaturaValp en 2020, huit ans après sa création, parce qu’elle refusait jusqu’alors de “renoncer à une potentialité de travail30. Sans pourtant opposer de réaction formelle, certains acteurs membres de NaturaValp portent encore un discours ouvert sur la pratique : “c’est une question qui porte à débat, et à la différence de Daniele [Pieiller, président de NaturaValp], je pense qu’on pourrait penser à l’héliski ou du moins en discuter pour les mois où il n’y a pas encore de randonneurs.”31. Cette composition bricolée s’étire dans le temps, elle est ponctuée de phases d’accélération, de ralentissement, de points d’arrêts. Elle est toujours progressive : “Si tu arrives à bien communiquer petit à petit… mais c’est petit à petit.”32 Sa temporalité irrégulière est intimement liée à la temporalité ouverte de l’improvisation, structurée par l’indétermination. Pour Lisa Lévy (2018), elle est “une vision du temps non linéaire et discontinue, dans lequel le potentiel de l’action au présent ne diminue jamais et porte des germes de bifurcations et de réordonnancement”. L’improvisation est également liée au caractère expérimental, à tâtons, du processus d’innovation sociale. Elle s’oppose de fait à la planification et à son référent “taylorien” “qui se nourrit de la haine de la surprise et de l’obsession du contrôle et du séquençage des tâches” (Soubeyran, 2014, p. 16). L’improvisation est une posture collective, elle “est un moment de sociabilité et d'interaction, au même titre qu'une conversation, un bon musicien communique avec les autres membres du groupe”. Son paradoxe tient au fait que les incertitudes lui donnent sa raison d’être tout en constituant sa principale menace ; “l’incertitude, ce sont les autres, où les conséquences de leurs actions qui pèsent sur nous” (Soubeyran, 2014, p. 19).

  • 33 Entretien W. Nicase, maire de Bionaz

39Dès lors, si l'innovation sociale est improvisée, elle est forcément précaire (Tsing, 2017). Elle se pérennise à chaque association créée et se voit fragilisée par la rupture de liens, comme lorsque le guide C. Brédy la quitta pour construire un projet équivalent. Elle est également menacée par les conséquences de l’irruption de projets contraires à son Manifeste. Les liens qui unissent le collectif et particulièrement ceux qui se sont tissés avec la mairie de Bionaz depuis l’abandon du projet héliski semblent aujourd’hui être fragilisés par un projet de longue date réinvesti par la municipalité de Bionaz : l’installation d’un bateau électrique sur le lac de barrage de Place Moulin. Une controverse au sens de Callon (1986, p. 199) comme “ensemble des actions de dissidence” remet en cause la place et le rôle des porte-paroles. L’acteur institutionnel déjà écarté du processus d’innovation sociale pourrait de nouveau menacer le projet collectif en prétendant répondre au besoin des acteurs du tourisme de développer la fréquentation. En effet, les avis divergent davantage sur le projet de navette fluviale que pour l’héliski, ce qu’évoque à demi-mot Daniele Pieiller, Président de l’association NaturaValp depuis sa création en 2012 : “je suis de moins en moins écouté. Avant, quand je disais quelque chose, les gens m’écoutaient et me faisaient confiance.”. Tous les membres ne partagent pas l'opposition au projet du Président, notamment parce que la propulsion électrique du bateau n’est pas ressentie comme contraire à l’esprit des statuts. En favorisant le développement d’une clientèle “turnover” (Suchet et Raspaud, 2011), elle s’inscrit dans un modèle de développement touristique classique, basé essentiellement sur l’aspect quantitatif de la fréquentation. Pour Pieiller, le bateau, renforcera la venue d’une clientèle de passage, n’apportant que peu de retombées économiques directes pour les acteurs de NaturaValp. Contrairement au maire de Bionaz, pour qui “la clientèle de Place Moulin a encore beaucoup à donner. Le bateau…C'est une clientèle que nous avons, qui vient. Que l’on amène des gens supplémentaires, de toutes les façons cette partie n’est plus “montagne”. Elle est perdue”33. Divisant les membres de l’association, le projet menace leur proximité institutionnelle (Pecqueur et Zimmermann, 2004) et pourrait avoir des conséquences mortifères sur la trajectoire du territoire. Il risque de faire vaciller la proximité organisationnelle qui semblait se pérenniser suite à l’épisode de l’héliski. Cet exemple révèle la fragilité d’une innovation sociale se développant en marge des acteurs institutionnels.

  • 34 Pour Daniele Pieiller, ce “combat” a été aux sources de ses motivations à engager un projet collect (...)

40En oeuvrant à la fragilisation des relations et en s’inscrivant potentiellement à rebours des besoins exprimés initialement par les acteurs de l’innovation sociale NaturaValp, la mairie pourrait initier un processus d’anti-innovation sociale, matérialisé par la greffe d’une alliance nouvelle, subie, destructrice du processus de traduction initialement entrepris. Alors que les institutions sont considérées comme médiatrices des processus d’innovation sociale, elles semblent s’inscrire dans notre cas d’étude au cœur d’un mouvement inverse, faisant de l’anti-innovation sociale la genèse et la raison d’être de l’innovation sociale porté par NaturaValp34 ?

Scalabilité et contamination : des implicites de la transition du tourisme ?

41L’innovation sociale portée par NaturaValp s’insère dans une dialectique plus large sous-tendue par des implicites structurants (Garcia, 2015), telle est notre hypothèse. Elle oppose une innovation de niche, incarnée par NaturaValp et un régime socio-politique représenté récemment par la mairie de Bionaz dans son projet de bateau électrique ou la trajectoire aménagiste de la vallée d’OIlomont.

42Analyser les lignes directrices du développement touristique et ses implicites dans les vallées d’Ollomont et de la Valpelline esquisse un continuum de la transition, une grille de lecture où chaque pôle décrit une logique relativement homogène. Cette analyse est un exercice préalable à l’étude de possibles complémentarités entre ces logiques et aux possibilités de transformation progressive du régime par la niche (Geels et Schot, 2007).

43Anna Tsing a produit une œuvre magistrale en interrogeant les possibilités de vivre sur les ruines du capitalisme. Elle décrit minutieusement l’itinéraire d’un champignon, le Matsutake, qui pousse grâce à un grand nombre de relations écologiques dans l’Oregon et dont la consommation japonaise est permise par des agencement d’acteurs qui n’existent que par la circulation effective des champignons. Elle développe notamment deux concepts, dont la force métaphorique pourrait devenir une science de l’action pour penser les implicites qui sous-tendent la transition du tourisme.

44La scalabilité renvoie à “la capacité de projets de s’étendre sans que le cadre de leurs hypothèses ne change” ou dit autrement à “la capacité d’un projet à changer d’échelle sans problème, c’est-à-dire sans que se modifie en aucune manière le cadre qui définit ce projet”. Pour qu’une telle condition se réalise, les éléments du projet ne peuvent être soumis au caractère imprévisible des relations et par suite ils ne peuvent faire face à ses conséquences non intentionnelles (Soubeyran, 2014). Autrement dit, la scalabilité fait écho au paradigme de la planification comme “stratégie de réduction d’incertitude, maximisant les probabilités d’obtenir des effets attendus” (Berdoulay et Soubeyran, 2012, p. 170). Les aménagements de la vallée d’Ollomont ont été construits selon cette démarche. Une architecte, Enrica Quattrocchio et une ingénieure, Alexia Benato ont établi les plans d’ensemble et les calculs de charge de la structure du mur d’escalade, la commune d’Ollomont a porté le projet de 2004 à 2007, avec le concours de financements régionaux. Les conséquences non-intentionnelles sont la nécessité, quinze ans après la construction, d’entretenir et de faire fonctionner un équipement disproportionné au regard de la population permanente et de son usage par les touristes.

45En témoigne, à titre d’illustration, la mise en place sur les frontons de la chambre d’hôte la Grandze di François d’affiches illustrant des grimpeurs engagés sur les cascades de glace qui se forment l’hiver au fond de la vallée et la découverte pour ses tenanciers de l’engouement grandissant pour cette pratique outdoor (Corneloup et al., 2008), hors de toute stratégie de promotion communale. De même, le téléski fonctionne en suivant la même partition que les grandes stations de ski : installation d’infrastructures permettant la production de neige artificielle (Badré et al., 2009), subventions publiques importantes pour la construction et l’entretien des aménagements et délégation du fonctionnement à un acteur privé (Goncalves, 2013). Par ailleurs, sa faible altitude (1 300 m) rend la pratique du ski très incertaine quant à la possibilité de voir la neige naturelle tomber et la neige artificielle produite. La logique qui domine dans la vallée d’Ollomont fait référence au “sentier de dépendance” du régime socio-politique, qui explique sa relative stabilité et la résistance au changement (Rotmans et Loorbach, 2010). Soubeyran (2014) les traduit dans le domaine de l’aménagement par le concept d’anesthésie : “l’idée centrale est que l’aménageur accepte l’existence de ces effets [non-intentionnels], prend conscience des conséquences négatives de l’action (...), mais finalement sans y croire véritablement” (2014, p. 55). L'anesthésie est présente dans l’infra-planning, qui structure l’articulation entre un projet aménagiste et son milieu réceptacle et en force la greffe. Le modèle de développement scalable s’oppose à une forme relationnelle que nous avons décrit tout au long de cet article, en retraçant l’itinéraire de la création d’une innovation de niche.

46Tsing (2017) définit la contamination comme le processus qui permet de comprendre “comment un rassemblement devient un « événement », plus grand que la somme de ses parties”. Si pour les matsutake, la contamination détermine ses conditions d’existence collaboratives, elle implique pour le tourisme les conditions de maintien ou de renforcement de l’habitabilité à l’échelle d’un territoire. Alors que les collaborations nécessitent un “travail collectif [qui] se réalise au-delà des différences”, l’habitabilité est relationnelle et conditionnée par des compromis délicats à établir” (Balocco et al., 2016). Dans le cas de la composition progressive de l’association NaturaValp, ces compromis fragiles, tant idéels que matériels, se traduisent par la prise de position contre la pratique de l’héliski, jamais complètement acquise, ou bien encore par les débats encore vifs sur l’installation d’un bateau électrique sur le lac de barrage de Place-Moulin. Si le compromis autour de l’héliski semble conforter le collectif NaturaValp, la question de la navigabilité du lac, elle, continue de diviser ses membres. C’est de la fragilité des relations performatives et des associations instables que naît la diversité des territoires. Pour Tsing, “la contamination produit de la diversité” parce que la transformation est inhérente à toute collaboration. La contamination est la source du processus de traduction (Callon, 1986). Elle transforme les relations partagées par les membres de NaturaValp en ressource territoriale. Le développement du tourisme en Valpelline devient la résultante des collaborations entre acteurs socio-professionnels et le produit du renforcement de l’habitabilité du territoire.

47L’attractivité du tourisme par scalabilité se fonde par une juxtaposition d’attractions qui sont la plupart du temps des ressources génériques (Colletis et Pecqueur, 2005). Dans le tourisme par contamination, l’attractivité résulte de l’improvisation et de ses relations temporairement stabilisées, issues d’un lent processus collaboratif, instable et bricolé, proche de ce que Koop (2021, p100) traduit par la notion d’émergence : “les transitions sont le résultat de toutes sortes d’actions et de changements qui conduisent à de nouvelles structures d’une manière qui n’était pas nécessairement prévue ou planifiée à l'avance”.

Figure 2 : tableau récapitulatif des deux modèles touristiques co-existants dans les vallées de la Valpelline et d’Ollomont

Spatialité

Temporalité

Logique de construction

Acteurs centraux

Échelle de construction

Tourisme par scalabilité

Polarisée autour d’un aménagement reproductible quelque soit l’échelle

Temporalité linéaire, cadrée.

Planification

Institutions

Régime socio-politique

Tourisme par contamination

Réseau d’acteurs et d’actants territorialisé

Temporalité longue, ouverte

Improvisation

Réseau d’acteurs

Innovation sociale de niche

Réalisation : Yann Borgnet, 2021.

Conclusion

48Le cas d’étude de la Valpelline et de la vallée d’Ollomont apporte un éclairage intéressant pour documenter la trajectoire de territoires n’ayant pas connu le développement classique lié au tourisme de montagne, à savoir les stations de ski. Ainsi, grâce à l’émergence d’une innovation sociale de niche devenue ressource territoriale, un réseau d’acteurs construit en émancipation des institutions remet en question progressivement la stabilité du régime socio-politique.

49Pour autant, l’étude de terrain a montré le caractère précaire et fragile de la construction de l’innovation de niche. Elle compose avec des logiques parfois antagonistes, à la fois lors de l’élargissement de son réseau, mais également dans les liens qu’elle tisse avec le régime socio-politique, pouvant l'entraîner dans une trajectoire d’anti-innovation sociale. Le retrait imposé au Président de NaturaValp du gardiennage du refuge de Crête Sèche en 2019 est un exemple marquant de la force du régime. Dans la vallée d’Ollomont et en l’absence d’innovation de niche innovante, le régime socio-politique est à l’origine du développement d’un modèle de tourisme que nous avons défini comme scalable. Il se développe dans de nombreux territoires, quelle que soit leur échelle et selon des logiques communes de résistance au changement, notamment liées à la construction planifiée d’aménagements structurants.

50Enfin, l’innovation sociale qui se compose dans les niches suit une logique de construction improvisée. L’improvisation lui permet autant de s’opposer au régime que de s'inscrire dans une logique expérimentale, qui fait des territoires de montagne des laboratoires pertinents pour analyser la transition liée à des éléments du paysage (Geels et Schol, 2007) comme le changement climatique.

51Les perspectives de recherche concernent la construction de la complémentarité entre l’innovation de niche et le régime socio-politique, qui seule permet d’esquisser une transition soutenue et suivie sur une trajectoire de long terme.

Haut de page

Bibliographie

AKRICH M., CALLON M., & LATOUR B., 1988, A quoi tient le succès des innovations ? 1  : L’art de l’intéressement. 2. L’art de choisir les bons porte-parole, Annales Des Mines, n° 11, p. 4-17.

BADRÉ M., PRIME J.-L., et RIBIÈRE G., 2009, Neige de culture - État des lieux et impacts environnementaux. Note socio-économique, in Conseil général de l’Environnement et du Développement durable.

BALOCCO A., CALMETTES A. et LAJARGE R., 2016, Les sciences territoriales et la question de l’habitabilité. Fronts et frontières des sciences du territoire, Collège International Des Sciences Du Territoire (CIST), Paris, Mars 2014.

BERDOULAY V. et SOUBEYRAN O., 2012, Pratiques réflexives en aménagement pour une adaptation aux changements environnementaux, Espace Géographique, vol. 41, n° 2, p. 169-180.

BEURET J.-E., PENNANGUER S., & TARTARIN F., 2006, D’une scène à l’autre, la concertation comme itinéraire, Natures Sciences Sociétés, vol. 14, n° 1, p. 30–42.

BLANCHET A., et GOTMAN A., 2007, L’enquête et ses méthodes : L’entretien, Paris : Armand Colin, 125 p.

BOLTANSKI L., & THÉVENOT L., 1991, De la justification  : les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 496 p.

BORGNET Y., 2019, De l’espace incertain  : trajectoire spatiale d’une innovation sociale «  par retrait  ». Étude de la composition de l’association des gîtes et refuges du Queyras (Hautes-Alpes, France), Revue de Géographie Alpine, vol. 107, n° 2, en ligne. https://doi.org/10.4000/rga.6049

CALLON M., 1986, Éléments pour une sociologie de la traduction : la domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc, L’Année sociologique, vol. 36, p. 169-208. https://www.jstor.org/stable/27889913

CAZES G., LANQUAR R. & RAYNOUARD Y., 1993, L’aménagement touristique, Paris, Presses Universitaires de France.

COLLETIS G. & PECQUEUR B., 2005, Révélation de ressources spécifiques et coordination située, Économie et Institutions, n° 6–7, p. 51-74. https://doi.org/10.4000/ei.900

COLLETIS G., & PECQUEUR B., 2018, Révélation des ressources spécifiques territoriales et inégalités de développement, Revue d’Économie Régionale & Urbaine, n° 5, p. 993–1011. https://doi.org/10.3917/reru.185.0993

CORNELOUP J., BOURDEAU, P., & MAO, P., 2008, Le marquage culturel des territoires touristiques de nature. Revue de Géographie Alpine, vol. 92, n° 4, p. 11–20. https://doi.org/10.3406/rga.2004.2317

CORNELOUP J., 2013, La transition culturelle, alternative au marketing, in BOURGNE P., Marketing : remède ou poison ?, Cormelles-le-Royal, Ed. EMS.

CORRADO F., DEMATTEIS G. & DI GIOIA A., 2014, Nuovi montanari. Abitare le Alpi nel XXI secolo, Milano, Franco Angeli, 224 p.

DEBARBIEUX B., 2004, Présentation générale. De l’objet spatial à l’effet géographique, in DEBARBIEUX B. & FOURNY M.-C. (dir.), L’effet géographique. Construction sociale, appréhension cognitive et configuration matérielle des objets géographiques, Paris, Éditions de la MSH, p. 11–33.

DE LA SOUDIÈRE M., 2016, Quartiers d’hiver  : Ethnologie d’une saison, Grane, Creaphis éditions.

DELEUZE G. et GUATTARI F.,1980, Mille Plateaux In Capitalisme et Schizophrénie II, vol. 2, Paris, Éditions de Minuit, 645p. https://doi.org/10.2307/203963

FALAIX L., ET CORNELOUP J., 2017, Habitabilité et renouveau paradigmatique de l’action territoriale : l’exemple des laboratoires récréatifs, L’Information géographique, n° 4.

GARCIA P.-O., 2015, Sous l’adaptation, l’immunité. Étude sur le discours de l’adaptation au changement climatique, Thèse de doctorat en géographie. Université Grenoble Alpes.

GAUCHON C., 2009, Les hivers sans neige et l’économie des sports d’hiver  : un phénomène récurrent, une problématique toujours renouvelée, Les Cahiers de Géographie, Collection EDYTEM, n° 8, p. 193–204.

GONCALVES O., 2013, Gestion privée ou publique : quel système de gouvernance pour quelle performance ? Gestion et Management Public, vol. 1, n° 3, p. 40-57. https://doi.org/10.3917/gmp.003.0040

GEELS F. W., & SCHOT J., 2007, Typology of sociotechnical transition pathways, Research Policy, n° 36, p. 399–417. https://doi.org/10.1016/j.respol.2007.01.003

GIDDENS A., 1987, La constitution de la société, Paris, Presses Universitaires de France, 474 p.

GOULET F. & VINCK D., 2012, L'innovation par retrait. Contribution à une sociologie du détachement, Revue française de sociologie, vol. 53, n° 2, p. 195-224. https://doi.org/10.3917/rfs.532.0195

GUMUCHIAN H., GRASSET E., LAJARGE R. & ROUX E., 2003, Les acteurs, ces oubliés du territoire, Paris, Economica, 186 p.

GUMUCHIAN H., & PECQUEUR B., 2007, La ressource territoriale, Paris, Economica.

HAAN (DE) J., ROTMANS J., 2011, Patterns in transitions. Understanding complex chains of change, Technological Forecasting & Social Change, vol. 78, n° 1, p. 90–102. https://doi.org/10.1016/j.techfore.2010.10.008

HIRCZAK M., MOALLA M., MOLLARD A., PECQUEUR B., RAMBONILAZA M., & VOLLET D., 2008, Le modèle du panier de biens, Économie Rurale, n° 308, p. 55–70. https://doi.org/10.4000/economierurale.366

JANKÉLÉVITCH V., 1954, La rhapsodie et l’état de verve, Revue Philosophique de La France et de l’Étranger, n° 144, p. 50–57.

JANKÉLÉVITCH V., 1955, La Rhapsodie : Verve et improvisation musicale, Paris, Flammarion.

KLEIN J. L. et HARRISON D., 2007, L’innovation sociale. Émergence et effets sur la transformation des sociétés, Québec, Presses de l’Université du Québec.

KLITKOU A., BOLWIG S., HANSEN T., WESSBERG N., 2015. The role of lock-in mechanisms in transition processes. The case of energy for road transport, Environmental Innovation and Societal Transitions, n° 16, p. 22–37. https://doi.org/10.1016/j.eist.2015.07.005

KÖHLER J. et al., 2019, An agenda for sustainability transitions research : State of the art and future directions, Environmental Innovation and Societal Transitions, 31 (December 2018), p. 1–32. https://doi.org/10.1016/j.eist.2019.01.004

KOOP K., 2021, Changer le monde, changer de mondes. Pour une géographie des transformations sociétales par le bas (Vol. 2), HDR en géographie, Université Grenoble Alpes.

KOOP K. et SENIL, N., 2016, Innovation sociale, improvisation et développement territorial  : l’expérience ardéchoise, in KLEIN J.-L., PECQUEUR B., KOOP K., & SOUSSI S. A. (dir.), L’innovation locale à l’épreuve du global  : Un défi pour les acteurs. Presses de l’Université du Québec, Québec.

LAJARGE R., 2011, Le développement territorial ou comment satisfaire le besoin grandissant de territorialités multiples, Fonder les sciences du territoire GIS-CIST.

LAJARGE R., 2012, Territorialités en développement. Contribution aux sciences territoriales, vol. 1, Université Grenoble Alpes.

LATOUR B., 2006, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.

LATOUR B., 2011, Il n’y a pas de monde commun : il faut le composer. Multitudes, vol. 45, n° 2, p. 38-41. http://doi.org/10.3917/mult.045.0038

LATOUR B., 2012, Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, Paris, La Découverte.

LEVESQUE B., 2006, Le potentiel d’innovation de l’économie sociale : quelques éléments de problématique, Cahiers du CRISES, ET0604.

LEVY L., 2013, L’improvisation en aménagement du territoire  : d’une réalité augmentée aux fondements d’une discipline pour l’action  ? Enquête sur un projet interdépartemental (le pôle d’Orly), Thèse de doctorat en géographie, Université Grenoble Alpes, Grenoble.

LEVY L., 2018, L’action sur les territoires face au défi d’une temporalité ouverte. L’improvisation comme modèle pour l’action aménagiste ? Développement durable et territoires, vol. 9, n° 2, p. 1-17. http://doi.org/10.4000/developpementdurable.12236

LOORBACH D., FRANTZESKAKI N. et AVELINO F., 2017, Sustainability Transitions Research : Transforming Science and Practice for Societal Change, Annual Review of Environment and Resources, vol. 42, n° 1, p. 599-626

LUSSAULT M., 2007, L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil, 363 p.

MALVEZZI P., 2003, Viaggiatori inglesi in Valle d’Aosta (1800-1860), Milano, Lampi di stampa, 546 p.

MAO P., CORNELOUP J., et BOURDEAU P., 2003, Analyse des processus de territorialisation des hauts lieux de pratiques touristiques et sportives de nature  : l’exemple des gorges du Verdon. Téoros, vol. 22, n° 2, p. 52–62. https://doi.org/10.1016/j.spl.2009.12.006

MARNETTE B., 2019, Les alpinistes victoriens en Valpelline, L’Argentière La Bessée, Editions du Fournel, 137 p.

MARSAT J., BONNIOT, A., 2011, Penser l’évolution des modèles de tourisme  : complémentarité, ancrage, gouvernance et service touristique territorial, XLVIe colloque de l’Association de Science Régionale de Langue Française (ASRDLF), Jul 2009, Clermont-Ferrand, France. 11 p.

MASSEY D., 2005, For Space, London, Sage.

NOVEMBER V., 2010, Les territoires, acteurs du changement ? Quelle place pour les sciences de l’action dans l’ère territoriale ? Communication orale, présentée au colloque TTT2 : Territoires, Territorialité, Territorialisation, Institut de Géographie Alpine, Grenoble.

OCDE, 1994, La contribution des aménités au développement rural, Paris, OCDE.

OBIN O., 2013, Territoires en construction : de la géographie sociale à l’acteur-réseau : une lecture des dynamiques sportives de nature dans les Grands Causses, Thèse de doctorat en géographie, Université Grenoble Alpes, Grenoble. http://www.theses.fr/2013GRENH006

PECQUEUR B., et ZIMMERMANN J.-B., 2004, Les fondements d’une économie de proximités, in PECQUEUR B. et ZIMMERMANN J.-B. (Dir.), Économie de proximités, Paris, Editions Lavoisier, p. 13-41.

PULZ D., & COLLIARD M.-R., 2011, La Valpelline e la diga di Place-Moulin. Storie al plurale per un luogo singolare, Aosta, Le Château Edizioni.

RICHEZ-BATTESTI N., 2008, Innovations sociales et dynamiques territoriales. Une approche par la proximité, Marché et Organisations, vol. 7, n° 2, p. 36-51. https://doi.org/10.3917/maorg.007.0036

ROTMANS J. et LOORBACH D., 2010, Towards a better understanding of transitions and their governance : a systemic and reflexive approach, in GRIN J., ROTMANS J. et

SCHOT J. (éds.), Transitions to Sustainable Development. New directions in the study of

long term transformative change, New York/London, Routledge, p. 105-220.

ROUX E., VOLLET D., et PECQUEUR B., 2006, Coordinations d’acteurs et valorisation des ressources territoriales. Les cas de l’Aubrac et des Baronnies, Économie Rurale, n° 293, p. 20–37. https://doi.org/10.4000/economierurale.776

SOUBEYRAN O., 2014, Pensée aménagiste et improvisation. L’improvisation en jazz et l’écologisation de la pensée aménagiste, Paris, Éditions des archives Contemporaines, 264 p.

SUCHET A., & RASPAUD M., 2011, "Le patrimoine, c’est un truc pour les vieux…” : Le cas du rejet d’une politique de tourisme en faveur du patrimoine (vallée d’Abondance, Alpes du Nord), Mondes Du Tourisme, n° 4, p. 49–60. https://doi.org/10.4000/tourisme.456

SWILLING M., MUSANGO J., WAKEFORD J., 2016, Developmental States and Sustainability Transitions. Prospects of a Just Transition in South Africa, Journal of Environmental Policy & Planning, vol. 18, n° 5, p. 650–672. https://doi.org/10.1080/1523908X.2015.1107716.

TORRE A., 2015, Théorie du développement territorial, Géographie Économie Société, vol. 17, n° 3, p. 273–288. https://doi.org/10.3166/ges.17.273-288

TSING A., 2017, Les champignons de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme, Paris, La Découverte, 415 p.

Haut de page

Notes

1 Définition citée par O. Obin, 2013

2 Koop (2021) évoque les “fenêtres d’opportunité” (windows of opportunity) pour qualifier la diffusion des innovations au sein du régime provoquant un changement de règles.

3 Traduit de l’italien, source : http://www.naturavalp.it

4 Entretien S. Barailler, gardienne du refuge de Crête Sèche à Bionaz

5 Présentation de l’association sur son site internet. Source : http://www.naturavalp.it/content_f.asp?ID=2

6 Entretien D. Pieiller, gérant du B&B, bar et restaurant Alpe Rebelle à Bionaz, président de l’association NaturaValp

7 Entretien D. Pieiller

8 Entretien D. Venturini, gérant de l’exploitation agricole “Berrier” à Bionaz

9 Interview de D.Piellier (2019) dans Montagna.tv : “L’eliski fa scappare gli appassionati. Oggi in montagna bisogna puntare su altro”. Source : www.montagna.tv/136284

10 Entretien D. Pieiller

11 Entretien D. Pieiller

12 Entretien D. Vevey, maire d’Ollomont

13 Entretien D. Pieiller

14 Entretien D. Vevey

15 Entretien D. Vevey

16 Entretien C. Bredy, guide de haute montagne à Valpelline et gérant de la salle d’escalade Maison Grimpe à OIlomont

17 Entretien D.Pieiller

18 Entretien D. Pieiller

19 Au 5 mai 2021

20 Pétition “NaturaValp, No all’eliski in Valpelline”. Source : www.change.org/p/naturavalp-no-all-eliski-in-valpelline

21 Entretien M. Appino

22 Entretien D. Vevey

23 Entretien D. Vevey

24 Entretien M. Appino

25 Entretien D. Pieiller

26 Manifeste de l’association NaturaValp. À retrouver à l’URL : http://www.dislivelli.eu/blog/naturavalp-in-valpelline.html

27 Entretien D. Pieiller

28 Voir également Koop et Senil, 2016, qui rendent compte de projets alternatifs construits pour être promus

29 Entretien D. Pieiller

30 Entretien C. Rosset, guide de haute montagne et président de la compagnie des guides de la Valpelline

31 Entretien D. Venturini

32 Entretien D. Pieiller

33 Entretien W. Nicase, maire de Bionaz

34 Pour Daniele Pieiller, ce “combat” a été aux sources de ses motivations à engager un projet collectif : YB : “En organisant la résistance contre l’héliski vous avez organisé un projet de territoire ? DP : Oui mais ça il ne faut pas le dire, parce que j’étais convaincu mais j’ai jamais dit qu'on allait se mettre ensemble contre l’héliski. On a commencé en écrivant un manifeste, où j’ai prêcher pour écrire qu’on était contre l’héliski et toute forme de tourisme motorisé”

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de situation des vallées d’Ollomont et de la Valpelline et des principales ressources valorisées
Crédits Réalisation : Le Touzé, 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19523/img-1.png
Fichier image/png, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Borgnet et Mathieu Le Touzé, « Transition du tourisme et improvisation. (Anti)-innovations sociales dans les vallées de la Valpelline et d’Ollomont (Vallée d’Aoste) », Géocarrefour [En ligne], 95/2 | 2021, mis en ligne le 02 juin 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/19523 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.19523

Haut de page

Auteurs

Yann Borgnet

Institut d'urbanisme et de géographie alpine (IUGA)-Laboratoire PACTE, 14 Av. Marie Reynoard, 38100 Grenoble, yann.borgnet@univ-grenoble-alpes.fr

Mathieu Le Touzé

Institut d'urbanisme et de géographie alpine (IUGA) 14 Av. Marie Reynoard, 38100 Grenoble, mathieu.le-touze@etu.univ-grenoble-alpes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search