Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96/1ArticlesComposer avec l’invisible, l’ince...

Articles

Composer avec l’invisible, l’incertain et le flou des frontières : les gestionnaires interprètes des chercheurs pour planifier la gestion des aquifères dans la plaine du Roussillon

Dealing with the invisible, the uncertain and the blurring of borders: when experts interpret researchers to plan groundwater management in the Roussillon plain
Laura Seguin, Patrice Garin, Yvan Caballero, Sébastien Chazot, Adrien Petit et Stéphanie Fischer

Résumés

La gestion territoriale des eaux souterraines est compliquée par l’invisibilité, la complexité et les incertitudes des processus hydrogéologiques et sociaux en jeu. L’article s’intéresse à la manière dont les connaissances scientifiques sont traduites dans les documents de gestion traitant des processus hydrogéologiques, des usages de l’eau, de leurs incertitudes et de leur spatialisation et ayant pour but d’orienter l'action publique. L’aquifère multicouche de la plaine du Roussillon fournit le support empirique de ce travail. Une frise chronologique a été produite pour mettre en exergue les convergences, divergences et décalages temporels ou spatiaux entre les productions scientifiques et documents de planification depuis les années 1960, sur trois sujets majeurs (les interactions entre eaux de surface et eaux souterraines, la vulnérabilité à la surexploitation, et les risques d’intrusions salines). Ces distorsions sont analysées en termes de biais cognitifs, de choix pragmatiques et de pressions socio-politiques.

Haut de page

Texte intégral

Le projet Dem’Eaux Roussillon (2017-2021) a mobilisé des organismes de recherche (BRGM – coordinateur, INRAE, les Universités de Montpellier et de Perpignan Via Domitia), des entreprises spécialisées en géosciences (BRL Ingénierie, FUGRO Geoter et Yellowscan) et en informatique (Synapse Informatique), ainsi que les gestionnaires de la ressource en eau du territoire (Syndicat Mixte des Nappes de la Plaine du Roussillon et Syndicat Mixte du Bassin Versant de la Têt) et des collectivités locales (Conseil Départemental, Communauté Urbaine, Région). Son financement a été assuré à 20 % par l’État et par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée (dans le cadre du Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020), à 15 % par le fonds européen FEDER, à 15 % également par l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, à 5 % par Perpignan Méditerranée Métropole Communauté Urbaine et à 3 % par le Conseil Départemental des Pyrénées Orientales. Le reste du financement du projet (42 %) a été apporté par les partenaires du projet, sur fonds propres.

Introduction

  • 1 Cette mission interministérielle d’aménagement touristique du littoral (1963-1982), du nom de son p (...)

1Les franges littorales méditerranéennes sont très dépendantes des eaux souterraines pour leur développement. Elles le sont par « nature » du fait de la rareté de cours d’eau pérenne et par la volonté de ceux qui y ont promu un espace « touristico-urbain » (Volle, 2018), où la péri-urbanisation des villes- centres se double d’un tourisme estival de masse, très exigeant en eau (Parrinello, Becot, 2019). Le littoral du département des Pyrénées Orientales illustre ce développement impulsé par la mission Racine1 en 1963. Il repose sur l’exploitation, plus discrète, mais tout aussi dynamique, des aquifères du Roussillon. Les recherches pour mieux comprendre leur fonctionnement complexe ont débuté à la même époque. Très vite, leurs résultats ont quitté la sphère académique pour accompagner ce projet politique. Cet article rend compte du travail d’expertise opéré au fil des années par les gestionnaires pour transformer les connaissances académiques en savoirs opérationnels mobilisables dans des plans de gestion territoriale de l’eau. Il analyse également la manière dont les acteurs ont traité les incertitudes sur la nature des processus, leurs dynamiques spatiales et temporelles, puis qualifié les risques à exploiter ces ressources.

2Les enjeux informationnels et l’incertitude liée à la quantification des volumes pouvant être prélevés de manière durable se révèlent être au cœur des difficultés à instaurer une gestion de la ressource en eau en tant que « bien commun », reposant sur la confiance et la coopération entre parties prenantes, comme l’a souligné (Ostrom, 2003). Sociologues, anthropologues et géographes se sont dès lors intéressés à la construction des savoirs (Aubriot, Riaux, 2013), à la qualification des incertitudes (Massuel, Riaux, 2017 ; Fofack et al., 2018) et aux rôles des représentations (Besteiro, Rivière-Honegger, 2018) dans les politiques de régulation de l’accès à la ressource contenue dans les aquifères. Sur la plaine du Roussillon, l’impératif de sécurisation de l’accès à l’eau pour la population résidente et touristique constitue de longue date un risque politique pour les décideurs du fait des incertitudes sur la disponibilité et la vulnérabilité de ces eaux souterraines et des potentiels conflits d’usages avec le monde agricole, comme nous le verrons dans la troisième partie à travers l’encadré 1.

3Face aux risques de controverses, il est courant que les élus et les services de l’État fassent appel à l’expertise de leurs ingénieurs pour cadrer les incertitudes (Chailleux, 2016), afin qu’ils composent des plans d’action robustes malgré les lacunes scientifiques. En adoptant le point de vue de (Raichvarg, 2010), on peut faire le postulat que ces experts opèrent un véritable travail d’interprétation des travaux des hydrogéologues et des recherches sur les usages et non pas une simple traduction de ces connaissances en savoirs pour l’action.

  • 2 L’exposé de ce travail a fait l’objet d’un rapport complet disponible en ligne (Seguin et al., 2020 (...)

4Pour vérifier ce postulat, nous avons mené un travail de synthèse rétrospective sur ces interprétations des résultats scientifiques, des limites et incertitudes associées, opérés par les acteurs de la planification territoriale. Nous avons recherché les déterminants cognitifs, sociaux et politiques de ces interprétations2. Nous n’avons pas analysé la manière dont les scientifiques ont, « en amont », construit leurs questionnements et dispositifs de recherche pour répondre à la demande sociale telle qu’ils la percevaient. Le BRGM, un des principaux organismes de recherche ayant travaillé sur ces aquifères du Roussillon, de par sa mission de service public, a de longue date, co-construit ses dispositifs de recherche avec les acteurs de l’eau et il se devait de traduire ses résultats scientifiques en savoirs mobilisables par ces derniers. Cependant, nous ne disposions pas du matériau empirique permettant de tracer cette co-construction des questions de recherche, ni l’interprétation des chercheurs de ce que les gestionnaires attendaient d’eux. Nous avons centré notre analyse sur l’utilisation des résultats de recherche (une fois ceux-ci produits) dans les écrits des gestionnaires, notamment les plans de gestion de l’eau. Concernant les eaux souterraines, cette question demeure d’ailleurs méconnue, comme le soulignent Milman et MacDonald (2020). D’autres auteurs ont mis l’accent sur le besoin d’établir des ponts entre science et politique (Batubara et al., 2019), notamment en pointant le rôle de « traducteurs » assurant la médiation et l’amélioration de la coopération entre scientifiques, décideurs et acteurs de la mise en œuvre des politiques choisies (Chapman et al., 2010). Les connaissances scientifiques, en particulier sur l’environnement, ne font pas qu’informer les décideurs. En réalité, elles ont un pouvoir performatif (Callon, 2007). L’élaboration des connaissances environnementales et la construction des décisions sont inséparables et mutuellement constitutives (Turnhout, 2018). Dans une première partie, nous évoquons le contexte de la recherche sur les eaux souterraines en réponse aux enjeux de l’eau dans le Roussillon et notre méthode d’analyse. La seconde partie présente les frises chronologiques des faits marquants de la gestion de l’eau et de la production scientifique sur deux thématiques prioritaires pour les plans d’action sur l’eau : le fonctionnement des aquifères et leur vulnérabilité à la surexploitation. Les parties suivantes présentent les dissonances et convergences au fil de l’histoire entre les connaissances scientifiques et les plans de gestion en lien avec ces chacune de ces deux thématiques. Les raisons pouvant expliquer les différences entre ce que l’on sait, avec quelles incertitudes, et ce que l’on planifie, y sont explicitées, avec les indices qui sous-tendent notre argumentaire. Ces motifs sont repris en conclusion sous forme d’une typologie des difficultés d’interprétation des savoirs scientifiques pour l’action.

5Cette recherche s’inscrit dans le projet multidisciplinaire Dem’Eaux Roussillon3 piloté par le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières). Il vise à mieux caractériser le comportement de la ressource en eau souterraine dans l’aquifère Plio-Quaternaire de la plaine du Roussillon, afin de se projeter dans le contexte du changement climatique, de l’élévation du niveau de la mer (risque d’intrusion saline) et de l’évolution future des usages de l’eau.

Contexte de la recherche sur les aquifères dans le Roussillon et méthode d’analyse des relations entre savoirs scientifiques et actions

6Les eaux souterraines de la plaine du Roussillon sont étudiées depuis les années 1960-1970, lorsque plusieurs thèses sont lancées sur les différents bassins versants qui drainent les massifs environnants, et sur l’aquifère Plio-Quaternaire du Roussillon lui-même. Ces travaux, permettant de synthétiser et analyser les données disponibles, ont ensuite été utilisés dans les années 90 pour alimenter des travaux de modélisation, qui ont tenté de reproduire le comportement des eaux souterraines de l’aquifère Plio-Quaternaire, de manière à mieux appréhender l’impact des pompages sur la ressource. Les résultats de ces travaux ont mis en évidence des limites aux connaissances alors disponibles, ce qui a motivé une nouvelle période d’acquisition d’informations, notamment géologiques, au travers de thèses de doctorat réalisées dans les années 2000 et d’études des systèmes aquifères karstiques voisins (Corbières). L’ensemble de ces travaux se sont nourris des documents techniques ou d’ingénierie qui ont été produits par des bureaux d’étude depuis les années 1960, à l’occasion de la réalisation de nouveaux forages d’eau par exemple. À partir de là, les questions de la surveillance de l’état qualitatif et quantitatif de la ressource en eau souterraine, soutenue par la Directive Cadre Européenne sur l’Eau, et de l’impact du changement climatique sur la ressource en eau future, ont provoqué la réalisation d’un ensemble d’études visant à établir si la ressource disponible est susceptible de répondre à la demande en eau, à différentes échelles spatiales (bassins versants, aquifère Plio-Quaternaire, département) au travers d’études Volumes Prélevables ou d’états des lieux sur la demande en eau. La nécessité d’établir des bases de connaissance solides et acceptées par tous pour permettre des discussions sur le partage de la ressource entre les différents usages a également amené les gestionnaires à tenter de décrire plus en détail la complexité des interactions entre les différents compartiments de la plaine du Roussillon et à décrire la situation des infrastructures hydrauliques actuelles et leur évolution future. C’est dans ce contexte que s’est placé le projet Dem’Eaux Roussillon. Tout au long de cette histoire, les échanges avec les acteurs du territoire ont été fréquents et ont même donné lieu à la production de documents de synthèse technique en co-construction (Accord-Cadre CG 66, AERMC, BRGM, CDA 66, DDAF, DDASS, DIREN, 2003). Le BRGM ayant été en charge du suivi des eaux souterraines jusqu’à la création du syndicat mixte de la plaine du Roussillon, il était souvent associé aux réunions de discussion organisées par les gestionnaires du territoire. Enfin, une communauté de chercheurs et ingénieurs s’est créée, notamment suite au projet ANR-VULCAIN, qui a, depuis lors, toujours maintenu un dialogue avec les gestionnaires et techniciens du territoire de la plaine du Roussillon.

7Pour ce qui est de notre méthode d’analyse, celle-ci a comporté trois étapes :

8Nous avons tout d’abord construit quatre frises chronologiques des recherches les plus marquantes, depuis les premières thèses en hydrogéologie des années 1960 à nos jours. Leur construction sera détaillée dans la partie suivante, mais leur finalité était de mettre en visibilité les éléments marquants de la recherche d’une part et de la planification de la gestion de l’eau d’autre part. Les divergences, convergences et décalages temporels ou spatiaux, entre les écrits des scientifiques, ceux des bureaux d’études et organismes de gestion ont été mis en exergue.

9La seconde étape visait à recueillir les points de vue des acteurs sur ce panorama et sur l’origine des différences constatées. Elle a pris la forme d’un atelier participatif avec les techniciens, ingénieurs et agents administratifs des structures gestionnaires de la ressource en eau. Les frises thématiques avaient été préalablement envoyées aux participants afin qu’ils en prennent connaissance avant l’atelier. Celui-ci a été animé par deux chercheurs de l’INRAE (Institut national de recherche sur l’agriculture, l’alimentation et l’environnement) et un ingénieur de BRL Ingénierie. L’animation alternait des temps de discussion en groupe entier (30 personnes) et en petits groupes (5 à 8 personnes).

  • 4 La liste des acteurs interrogés et/ou ayant participé à l’atelier est disponible en Annexe 1. Ces d (...)

10Enfin, sept entretiens individuels ont été menés en avril 2020 avec les acteurs des structures gestionnaires4. Il s’agissait d’approfondir les interprétations individuelles de chacun concernant ce travail de rétrospective. Ces entretiens ont permis d’aller plus loin en facilitant l’expression d’éléments non exposés publiquement lors de l’atelier collectif.

Mise en regard de la production de connaissance scientifique et l’action publique par des frises chronologiques

11La construction des frises s’est basée sur de nombreux rapports scientifiques, documents de projets et de planification sur l’eau, analysés selon plusieurs angles disciplinaires (hydrologie, hydrogéologie, agronomie, sociologie). Elle s’appuie aussi sur des entretiens menés en 2018 avec des acteurs clés du territoire d’aujourd’hui et d’hier : des représentants d’usagers, de collectivités, de syndicats mixtes de gestion de l’eau et de services de l’État ; ainsi que des chercheurs du BRGM, et d’experts du bureau d’étude BRL Ingénierie (Compagnie d’aménagement du Bas-Rhône et du Languedoc). Ces frises ont été construites en format poster pour être plus facilement discutées avec les acteurs. Pour des raisons de lisibilité, dans cet article, ne sont présentés que des focus sur des périodes clés ou des évènements clés. L’intégralité des frises figure en annexe du rapport (Seguin et al., 2020).

12Une première frise (Figure 1) met en regard les principaux plans de gestion, les réformes institutionnelles et les aménagements hydrauliques majeurs dans le Roussillon. Elle restitue la création d’ouvrages et la mise en place des principaux outils de politiques publiques pour la gestion des eaux souterraines des plaines du Roussillon. Les références renvoient aux sources dont les données sont issues. Nous y avons positionné les études scientifiques et techniques et les documents de gestion jugés « majeurs ». La sélection de ces données croise les propositions des scientifiques (BRGM), des experts (BRLI) et des acteurs locaux interrogés. Cette frise met en exergue la prépondérance de certains modes d’action selon les périodes (aménagements, études, actions réglementaires, créations d’organismes dédiés, incitations à l’économie d’eau, prospectives…) et des préoccupations thématiques (connaissances hydrogéologiques, spatialisation des ressources mobilisables, interactions entre systèmes de canaux, aquifères et rivières, prospectives, volumes prélevables…).

Figure 1 : Extrait de la frise chronologique (2015-2020) synthétisant la gestion de l’aquifère de la plaine du Roussillon depuis 1950

Figure 1 : Extrait de la frise chronologique (2015-2020) synthétisant la gestion de l’aquifère de la plaine du Roussillon depuis 1950

13Cette frise est complétée par des graphiques d’évolution des usages, des prélèvements dans les aquifères Quaternaire et Pliocène, ainsi que d’une carte des principales formations hydrogéologiques et des niveaux piézométriques de deux sites représentatifs (Figure 2). Ce premier ensemble constitue une synthèse pour les gestionnaires et scientifiques souhaitant disposer des faits marquants de la politique de l’eau, des principaux aménagements et des études majeures sur la plaine du Roussillon sur 60 ans.

Figure 2 : (gauche) Localisation et principales formations hydrogéologiques de la plaine du Roussillon ; (droite) Chronique piézométrique illustrant l’évolution du niveau de la nappe dans l’aquifère Pliocène, au niveau de Perpignan

Figure 2 : (gauche) Localisation et principales formations hydrogéologiques de la plaine du Roussillon ; (droite) Chronique piézométrique illustrant l’évolution du niveau de la nappe dans l’aquifère Pliocène, au niveau de Perpignan

14En suivant le même principe chronologique, nous avons élaboré 3 frises thématiques sur des sujets d’intérêt majeur aux yeux des acteurs de l’eau. Chacune d’elle présente l’évolution des connaissances et leurs traductions dans les plans de gestion (Schéma hydraulique, SAGE, Plan de Gestion des Ressources en Eau, etc.) :

  • La circulation des eaux entre la surface et les aquifères, avec en miroir les régulations des prélèvements agricoles et les politiques de modernisation des canaux d’irrigation (Figure 3) ;

  • Les vulnérabilités quantitatives des aquifères, avec en miroir la gestion du risque de surexploitation par régulation des différents usages (Figure 4) ;

  • Le biseau salé et les contaminations en chlorures en bordure littorale, avec en miroir la gestion des risques d’intrusion saline. Cette troisième frise n’est pas présentée, faute de place dans cet article, nous renvoyons le lecteur intéressé au rapport de projet (Seguin et al. 2020). Les dissonances entre connaissances scientifiques et actions publiques sur ce sujet ont des origines comparables à celles relevées pour les deux premières thématiques.

Figure 3 : Extrait de la frise chronologique des liens entre documents scientifiques et documents de gestion sur la séparation des réglementations par usage et par aquifère

Figure 3 : Extrait de la frise chronologique des liens entre documents scientifiques et documents de gestion sur la séparation des réglementations par usage et par aquifère

Figure 4 : Extrait de la frise chronologique des liens entre documents scientifiques et documents de gestion récents sur les risques de surexploitation des nappes plioquaternaires.

Figure 4 : Extrait de la frise chronologique des liens entre documents scientifiques et documents de gestion récents sur les risques de surexploitation des nappes plioquaternaires.
versus
  • 5 Pour chaque citation est précisé le type d’acteur : (Syndicat mixte) désigne un gestionnaire de syn (...)

15La partie suivante illustre les analyses menées à partir des frises sur les deux premiers thèmes : les interactions eau de surface – eau souterraine d’abord puis la vulnérabilité quantitative des aquifères. Elles s’appuient sur les éléments issus des documents scientifiques et techniques, les propos des acteurs lors des entretiens individuels, et ceux tenus lors de l’atelier participatif5.

D’une séparation des aquifères qui facilite des régulations séparées des usages, à une faible imperméabilité qui impose de gérer les interdépendances entre usages

16Les interactions entre eaux de surface et eaux souterraines sont au cœur des processus qui compliquent la compréhension du comportement de la ressource en eau souterraine et donnent lieu à des divergences entre représentations des gestionnaires de l’eau et connaissances scientifiques.

17Dès le XIXe siècle, la géométrie des aquifères Plio-Quaternaires et la dynamique des flux d’eau souterraine qui s’y écoulent font l’objet de nombreuses incertitudes et hypothèses. Le constat de ressources en eaux disponibles à des profondeurs différentes et se trouvant sous-pression dans le sous-sol trouve son origine dans la réalisation des premiers puits artésiens sur la plaine à partir de 1829 et l’étude de leurs « eaux jaillissantes » (Arago, 1839). L’apport des premières études hydrogéologiques des années 1960-70 (Biscaldi, 1964), ( Paternot, 1964), (Paloc, 1964), (Got, 1965), (Gadel, 1966), (Dazy, 1966) et (Sola, 1977) permettent de proposer une première description de la géométrie des aquifères, de la dynamique d’écoulement de l’eau en leur sein et de leur mode de recharge. Ces travaux établissent la présence sur l’ensemble du territoire de formations aquifères dans les sables et argiles du Pliocène Continental qui se sont déposés dans le bassin du Roussillon, ainsi que dans les alluvions des formations Quaternaires qui les surmontent (Figure 2).

18Dans sa thèse sur la plaine de la Salanque, (Got, 1965) fait mention de la présence d’aquifères « multi-couche » pour décrire l’observation de venues d’eau souterraine à des profondeurs différentes dans les forages. Cette classification est pour partie encore opérante aujourd’hui. Elle n’est cependant pas aisément généralisable à l’ensemble de la plaine du Roussillon. Dès lors, c’est la vision de deux couches aquifères, une nappe libre (Quaternaire) surmontant une nappe captive (ie. sous-pression - Pliocène) séparées par une couche argileuse continue et imperméable, empêchant ou limitant très fortement les échanges, qui s’impose dans les représentations des gestionnaires et décideurs politiques. Cette séparation des eaux des nappes du Quaternaire et du Pliocène est également alimentée par la description de leurs différences en termes de qualité physico-chimique dans les travaux scientifiques.

19Nous identifions ici une première divergence entre connaissances scientifiques et leur interprétation pour la gestion. Elle est liée à un facteur cognitif : les travaux scientifiques décrivent une complexité qui n’est pas toujours conforme aux constats empiriques (acquis notamment lors de la réalisation de forages d’exploitation de l’eau souterraine) et ils ne présentent pas suffisamment d’arguments étayés pour asseoir plus solidement les connaissances auprès des acteurs. Encore aujourd’hui et malgré le développement plus récent des travaux scientifiques, certains gestionnaires évoquent les difficultés à comprendre et traduire ces connaissances, du fait de l’invisibilité et de la complexité des phénomènes :

« Aujourd’hui on a une idée de où ça coule, comment… Mais on n’a pas une idée quantitative : sur les nappes on ne connaît rien des volumes, les quantités, la porosité... On se pose la question de savoir comment fonctionne le lit fossile du Tech, les scientifiques, les gestionnaires, les bureaux d’études, le BRGM, tous les acteurs ont un avis différent sur la question. C’est difficile de prendre des décisions, on ne voit rien. C’est difficile même pour des experts type BRGM pour comprendre avec précision ce qui se passe » (Syndicat mixte 2, entretien T2).

20Mais d’autres facteurs, davantage socio-politiques, concourent à des divergences entre documents de planification et connaissances scientifiques. Le fort potentiel des ressources en eaux profondes et leur bonne qualité pour l’alimentation en eau des populations des villes y contribuent grandement. En 1968, le Conseil Général fait le choix de privilégier les eaux du Pliocène à l’alimentation en eau potable. Comme le souligne cet acteur impliqué de longue date dans les instances locales de gestion de l’eau, « le fait d’avoir ces eaux profondes qui étaient de meilleure qualité c’était quand même plus intéressant pour l’eau potable. Et en fait le choix dans les années 70, je pense qu’il a été fait beaucoup pour ça. Pour la qualité de l’eau » (Organisme agricole 1, entretien T1). Ainsi, le projet politique de sécurisation des besoins en eau domestique s’accommode de la vision d’une scission en deux couches séparées, pas toujours cohérente avec la connaissance scientifique. Cette séparation des eaux et des usages reste opérante pendant plusieurs décennies : les eaux du Quaternaire, accessibles par des puits peu profonds, proches des canaux, mais vulnérables aux pollutions, sont préférentiellement utilisées pour l’irrigation agricole ; et les eaux du Pliocène, accessibles uniquement par forages profonds et préservées des pollutions, sont destinées à l’alimentation en eau potable des villes et stations touristiques. Lors de l’atelier, les participants précisent que les recommandations de l’Agence régionale de santé (ARS) de réserver le Pliocène à l’eau potable ont été déterminantes dans les choix de gestion. Du côté des collectivités, ce choix a l’avantage de ne pas entraîner de contraintes réglementaires pour l’aménagement du territoire : « cela explique qu’il y a des captages en plein Perpignan : les services de l’État ont considéré qu’ils étaient bien protégés » (Syndicat mixte 1, CR d’observation de l’atelier participatif). Cela permet aussi d’éviter de possibles conflits d’usages, puisqu’en compensation de la réglementation des forages dans le Pliocène à des fins agricoles, les irrigants auraient accès aux réserves du barrage de Vinça et de la retenue de Villeneuve-de-la-Raho, comme le montrent les correspondances ayant eu lieu de 1972 à 1976, entre le préfet des Pyrénées-Orientales, l’ingénieur en chef des Mines et le ministre de l’Agriculture :

Encadré 1 : Correspondance entre le Préfet des Pyrénées-Orientales, M. POUJOL Robert, et l’Ingénieur en Chef des Mines à Ales, M. GIRAUD B. (Perpignan, le 6 Mars 1972)

Source : archives du BRGM

Objet : Protection des eaux souterraines dans le département des Pyrénées-Orientales

[Monsieur le Préfet s’exprime]

[…]

Il est évident que l’importance des ressources en eau d'origine souterraine est primordiale dans notre département et il est non moins évident que les nappes de différentes profondeurs sont de plus en plus sollicitées en particulier dans les basses vallées et sur toute la plaine du Roussillon. Mes services techniques de la Direction Départementale de l’Agriculture suivent donc ces problèmes d’une manière très attentive. [….]

En fait, le véritable problème est celui du choix qu’il y aura à faire quant à la priorité des besoins en eau à satisfaire ou plutôt des conséquences de ce choix, qui consistera, compte tenu de la qualité de la ressource, à réserver les eaux souterraines à l’alimentation en eau potable et à satisfaire les besoins correspondants en priorité par rapport aux besoins agricoles ou industriels. Or, pour ne parler que de l’agriculture, un grand nombre de terres du Roussillon sont actuellement arrosées à partir des prélèvements effectués dans les nappes superficielles ou profondes, et on imagine les conséquences qu'auraient pour les agriculteurs des mesures réglementaires qui pourraient conduire à restreindre l’usage de ces eaux [...]

C’est d’ailleurs, pour répondre à cette préoccupation, qu’a été conçu le plan d’aménagement hydraulique du département [de 1968] dont les barrages de Vinça et Villeneuve de la Raho seront les premières réalisations : ces ouvrages permettront en effet de stocker des eaux de surface qui pourront être distribuées pour les besoins de l’agriculture et venir ainsi se substituer aux eaux souterraines actuellement utilisées.

21Cette séparation des usages correspond donc moins à l’intégration des apports de connaissances sur la géométrie des aquifères qu’à une volonté politique de faciliter la réalisation des aménagements agricoles, urbains et touristiques. Cette disposition des décideurs politiques à réglementer l’allocation de nouvelles ressources, dans un objectif de limiter les conflits d’usages, semble être commune à de nombreux contextes afin d’éviter ou de faciliter l’établissement de mesures plus problématiques politiquement (Molle, 2012). Plusieurs acteurs témoignent finalement d’une disposition qui « arrange tout le monde », collectivités comme monde agricole :

« Ça arrange les collectivités parce que les prélèvements dans la nappe pliocène, toutes les mesures liées au périmètre de protection impactent beaucoup moins l'aménagement du territoire. Dans le Pliocène, on peut faire un forage en centre-ville. Dans le quaternaire, l’ARS refuse. Donc toutes ces raisons historiques ont poussé à ce que les collectivités se tournent davantage vers le Pliocène » (Syndicat mixte 1, entretien T1).

22À partir de la fin des années 1970, les connaissances scientifiques sur le comportement du système aquifère évoluent. Les essais de pompage et les calculs de transmissivité réalisés par (Sola,1977) et repris lors de la réalisation des premières tentatives de modélisation mathématique (Vandenbeusch et Marchal, 1984), puis hydrodynamique (Auroux, Noyer, 1992) et (Chabart, 1996) permettent d’améliorer les connaissances sur la morphologie de l’aquifère et de documenter des phénomènes de drainance (circulation verticale de l’eau entre les nappes Quaternaire et Pliocène) et de recharge des nappes du Pliocène. Sur cette même période, les premiers signes de pollutions (nitrates et pesticides) sont relevés dans les aquifères Pliocènes. Ces constats interrogent certains acteurs du territoire sur l’origine de ces pollutions (effets de la drainance ? Affleurement du Pliocène ? Forages défectueux ? etc.) et sur la pertinence d’une gestion séparée des nappes Quaternaires et Pliocènes. Cependant, la publication en 2003 de l’arrêté préfectoral n° 3471/20036 montre que la vision de deux nappes aux ressources séparées perdure dans l’interprétation faite par les gestionnaires du fonctionnement des aquifères. Cet arrêté, qui classe les aquifères du Pliocène en Zone de Répartition des Eaux (ZRE) et soumet à déclaration ou autorisation (suivant le débit de pompage envisagé) l’exploitation des ouvrages de prélèvement d’eau pour des usages autres que domestiques, est proposé comme un moyen de faire face au déséquilibre quantitatif dont souffrent les nappes du Pliocène (Figure 4).

23Enfin les travaux de (Aunay, 2007) qui s’appuient sur une description plus fine des géométries géologiques (Duvail, 2008) permettent d’approfondir la nature des interactions entre nappes du Quaternaire et du Pliocène et actent que « les interconnexions entre les différents niveaux aquifères sont largement démontrées ». Ainsi, les aquifères Quaternaire et Pliocène ne peuvent être considérées de manière séparée, notamment parce que la couche argileuse qui les sépare s’avère plus perméable et moins continue que supposé jusqu’alors. Ce gain de connaissance se traduit dans les documents de gestion par la publication de nouveaux arrêtés préfectoraux en 20107, qui classent à leur tour les formations du Quaternaire en ZRE et ne considèrent plus de différence de profondeur des deux nappes en termes de déclaration ou d’autorisation administrative. Il se retrouve également dans les documents produits suite à la création du Syndicat Mixte des Nappes de la Plaine du Roussillon en 2008, notamment dans le cadre des études sur les volumes prélevables (Hydriad, 2013), ainsi que dans les discussions qui les ont accompagnées, comme l’expriment les acteurs rencontrés :

« Pendant longtemps on a considéré que les nappes Pliocène étaient "entre guillemets" non rechargeables ou à un rythme tellement lent qu’en fait elles ne pouvaient pas se recharger, et aux dernières réunions auxquelles j’avais participé, j’avais cru comprendre qu’ils étaient aussi en train d’étudier le fait que finalement il y avait peut-être une recharge et donc une communication entre les différents aquifères » (Appui aux collectivités 1, entretien T1)

24Il existe donc aujourd’hui une meilleure correspondance entre les travaux scientifiques et les documents de gestion. Pourtant, l’héritage de la représentation ancienne est aujourd’hui encore opérant, comme l’illustre ce schéma issu du site internet du Syndicat des Nappes de la Plaine du Roussillon (Figure 5), qui montre la persistance de cette divergence cognitive entre le résultat des travaux scientifiques et la nécessaire simplification de l’information pour la prise de décision :

Figure 5 : (gauche) Coupe schématique et explications présentant une nappe libre, Quaternaire, et une nappe captive, Pliocène (http://www.nappes-roussillon.fr/​Pour-aller-plus-loin.html) et explication associée ; (droite) Description géologique détaillée des géométries des dépôts sédimentaires sur un transect terre-mer, construite dans le cadre du projet Dem’Eaux Roussillon

Figure 5 : (gauche) Coupe schématique et explications présentant une nappe libre, Quaternaire, et une nappe captive, Pliocène (http://www.nappes-roussillon.fr/​Pour-aller-plus-loin.html) et explication associée ; (droite) Description géologique détaillée des géométries des dépôts sédimentaires sur un transect terre-mer, construite dans le cadre du projet Dem’Eaux Roussillon

La complexité décrite sur la coupe géologique, à droite, peut difficilement être traduite sur la coupe schématique.

25Comme par le passé, l’amélioration des connaissances peine toujours à expliquer toutes les situations rencontrées localement, ce qui limite les possibilités de disposer d’une vision suffisamment opérationnelle pour la prise de décision. Les acteurs locaux pointent également l’influence de facteurs plus pragmatiques : les « difficultés à revenir en arrière une fois qu’une décision est prise », ou encore la question de la temporalité : celle du temps long des études scientifiques, en décalage avec le calendrier de l’action publique ; et celle du temps nécessaire d’appropriation des connaissances pour les gestionnaires :

« Il faut du temps pour intégrer les connaissances scientifiques, il faut le temps d’en prendre connaissance, de les intégrer, voir comment elles impactent notre gestion. Il y a un décalage entre le moment où on a la donnée scientifique et où on l’intègre » (Organisme agricole 2, entretien T2).

Une vulnérabilité quantitative des nappes qui reste difficile à traduire en stratégie de gestion

26La question de l’état quantitatif de ces ressources souterraines et de la qualification de ses vulnérabilités (surexploitation, déséquilibre, pénurie, etc.) fait également l’objet de divergences entre connaissances des scientifiques et plans de gestion. Faute de consensus sur les valeurs de cette comptabilité de l’eau, les concepts de bilan et de surexploitation ne font pas consensus, ni chez les scientifiques ni chez les gestionnaires (Petit, 2004).

27Les premières études hydrogéologiques sur la plaine du Roussillon, dans les années 1960, synthétisent les observations disponibles (niveaux piézométriques, forages et carottages, mesures des débits, climatologie, etc.) et réalisent un important travail de cartographie hydrologique et hydrogéologique. Pour autant, leurs auteurs ont rencontré plusieurs difficultés dans l’établissement des possibles vulnérabilités quantitatives et du bilan hydraulique de ce système. Celles-ci sont liées aux manques de mesures sur des processus clés (recharge, prélèvements, précipitations locales, débits des cours d’eau secondaires et des canaux, etc.), aux hypothèses émises sur les interactions entre les eaux superficielles et souterraines et aux approximations des calculs et des analyses prospectives. Les scientifiques en ont eux-mêmes bien conscience et les soulignent régulièrement dans leurs conclusions :

« En conclusion, le bilan de la nappe du Tech est très nettement positif. Mais il faut évidemment considérer les valeurs données comme des approximations » (Biscaldi, 1964)

[Sur les possibilités d’exploitation de la nappe phréatique] « En raison de nombreuses inconnues qui sont intervenues dans ces estimations, le bilan établi est imprécis. Les résultats obtenus ne représentent que des ordres de grandeur certainement destinés à être corrigés au cours d’études ultérieures. » (Paternot, 1964)

28S’ils identifient une baisse générale des niveaux piézométriques, les scientifiques n’évoquent ni une surexploitation, ni un déficit ou un déséquilibre quantitatif. Pourtant, les gestionnaires doivent statuer sur l’état quantitatif de la ressource afin de mettre en place des actions de gestion. En 1968, le Schéma d’Aménagement Hydraulique du département des Pyrénées-Orientales (Compagnie BRL, 1968), affirme le risque de surexploitation (Figure 4), sans reprendre la prudence des scientifiques face aux incertitudes. Cet « effacement » des incertitudes semble répondre à un objectif de simplification du discours scientifique vers les personnes légiférant sur la ressource, comme le souligne cet acteur :

« De l’expérience que j’ai, souvent les incertitudes en question ne sont pas évoquées avec les décideurs […] On fournit un résultat sans s’étendre sur les incertitudes […] Dans un but de ne pas forcément vouloir noyer l’élu sous plein de données, de choses, dans un but de clarté et donc d’efficacité […] » (Syndicat mixte 4, entretien T1)

29D’autres évoquent le temps long de l’acquisition de données et des études, en décalage avec la temporalité des décisions. Mais il révèle surtout les attentes des gestionnaires, services de l’État et financeurs des études, sur la nécessité d’établir une réglementation et une exploitation « rationnelle » de la ressource en eau ; rationalité qui permettrait notamment la réalisation des projets d’aménagements du territoire (Figure 1). Les constats de vulnérabilité avancés à propos des nappes du Pliocène à cette époque le sont aux regards des enjeux que sont la « modernisation » agricole (irrigation sous pression, regroupement des parcelles, changement de cultures) et le développement urbain et touristique (Mission « Racine » sur le littoral). Ces ressources en eaux limitées quantitativement se doivent d’être gérées de façon « rationnelle » afin de répondre à l’ensemble des enjeux du territoire. Du point de vue de la compagnie BRL, ces constats rejoignent un positionnement stratégique pour favoriser la mobilisation des eaux de surface, une gestion plus centralisée, génératrice d’ingénieries et d’infrastructures lourdes (réservoirs, réseaux, etc.) et de services rémunérés.

30Par la suite, la construction des modèles (Vandenbeusch, Marchal, 1984), (Auroux, Noyer, 1992), et (Chabart, 1996) et l’augmentation du nombre de stations de mesures piézométriques, permettent d’affiner le suivi de l’état quantitatif de ces ressources et constituent un point de bascule de la connaissance. En effet, les divergences identifiées entre écrits des scientifiques et documents de gestion ont moins à voir avec un déficit de connaissance (état quantitatif de la ressource) qu’à des différences dans l’interprétation des indicateurs utilisés (niveau piézométrique à la baisse) et au traitement des incertitudes sur les bilans. En d’autres termes, que l’on soit hydrogéologue ou gestionnaire, la question qui se pose est de savoir à partir de quelle baisse des niveaux piézométriques (ampleur, durée et extension spatiale) parle-t-on de surexploitation ? Cette question renvoie à la définition des situations de pénurie, rareté ou abondance de la ressource, qui font nécessairement objet d’instrumentation par les acteurs et politiques publiques (Fofack et al., 2018). Les bureaux d’études émettent des avis divergents ou nuancés sur l’état de (sur)exploitation (Figure 4), notamment parce que les prélèvements restent mal connus. En effet, les nombreux forages et puits, existants de longue date et dont la présence a été renforcée par la forte périurbanisation de la plaine du Roussillon ne sont pas tous déclarés, ni en mairie ni aux services de l’État (même si la situation s’améliore puisque de nombreux forages agricoles ont fait l’objet d’une régularisation administrative depuis les années 2000). Il existe un manque de connaissances sur leurs caractéristiques et leur niveau d’exploitation réel (localisation, profondeur, niveau de protection, débit et volume prélevés), malgré les importantes avancées lors de l’étude sur les volumes prélevables (Hydriad, 2013). Les stratégies plurielles d’alimentation des zones irriguées, qui peuvent mobiliser à la fois des eaux de surface (canaux) ou souterraines (forages), suivant le type de culture, le mode d’irrigation (gravitaire, goutte à goutte ou aspersion) et dont une partie, difficile à quantifier, peut retourner aux cours d’eau ou s’infiltrer vers les nappes, renforcent l’incertitude pour l’établissement des bilans hydrologiques (Riaux, 2007).

31À ces incertitudes, s’ajoutent les priorités associées à la mise en place du premier Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion de l’Eau (SDAGE) du bassin Rhône Méditerranée et Corse en 1996, puis sa mise à jour en 2009, qui amènent les services de l’État à classer en Zones de Répartition des Eaux (ZRE) les nappes du Pliocène en 2003, puis celles de l’ensemble Quaternaire et Pliocène en 2010 pour mieux contrôler, et éventuellement contraindre, leur exploitation. Ces décisions, qui ne s’appuient pas sur un consensus dans l’interprétation des indicateurs disponibles, courent le risque d’être perçues comme une traduction simplificatrice justifiant des prises de position, notamment des services de l’État et de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse. Les incertitudes sur les prélèvements amènent certains gestionnaires à considérer que cette mesure entrerait dans le cadre d’un principe de précaution. Pour plusieurs interviewés, le message envoyé aux usagers de l’eau est de l’ordre d’une sanction, en lien avec des conflits antérieurs ayant opposé la profession agricole et l’Agence de l’eau à propos des volumes irrigués non déclarés :

« Ce qui est vu de Lyon [siège de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse] c’est : ce département a toujours des problèmes, on ne connaît pas les prélèvements. Vu de loin, c’est un petit peu le far-west, chacun fait ce qu’il veut : "faites des choses carrées, et après nous, on déclassera", c’est un petit peu une sorte de punition je dirais » (Syndicat mixte 2, entretien T1).

32Tout comme la « crise de l’eau » étudiée par J. Trottier (2008), la surexploitation apparaît ici comme un objet hybride : une interprétation de la réalité physique nécessairement intriquée avec des dimensions sociales et politiques, produisant ou renforçant la légitimité de certains acteurs, au détriment d’autres qui se voient imposer des mesures d’austérité hydrique. Ici, le classement en ZRE s’accompagne surtout d’outils de surveillance et de contrôle renforcés d’une ressource considérée comme stratégique. La notion de surexploitation fait l’objet d’un même usage stratégique dans le cas de l’aquifère de la plaine de Kairouan (Tunisie), comme le montrent S. Massuel et J. Riaux (2017) : elle n’a pas tant à voir avec l’hydrogéologie, mais plutôt avec une volonté des pouvoirs publics de regagner le contrôle de la situation (en particulier sur les prélèvements agricoles et domestiques non déclarés) et d’affirmer leur légitimité. De même, en Espagne, Custodio (2002, p. 263) observe que les autorités de l’eau peuvent considérer les aquifères comme surexploités « simplement pour disposer d’un outil d’intervention dans certaines zones conflictuelles, en utilisant des dispositions légales de la loi sur l’eau, même s’il n’existe pas de surexploitation réelle » (traduction des auteurs). De ce point de vue, la connaissance incomplète des eaux souterraines et de leurs limites permet aux organismes gouvernementaux de justifier ou de soutenir les politiques souhaitées (Milman & Ray, 2011 ; Licvetout & Faysse, 2018). Pour l’eau souterraine comme pour d’autres ressources naturelles, l’incertitude - sa réduction ou son maintien - apparaît comme une ressource politique (Chailleux, 2016).

33Sur cet enjeu de la vulnérabilité des nappes à la surexploitation, cette divergence entre un état des connaissances non stabilisé et des décisions lourdes de sens pour les acteurs locaux semble donc entraîner des défiances et des difficultés supplémentaires dans les relations entre gestionnaires et usagers de l’eau. Comme le rappelle cet acteur, les connaissances scientifiques sont des éléments qui éclairent les processus de décision, mais ne les déterminent pas, d’autres facteurs entrant en jeu :

« Quand on définit des règles de gestion - on définit des quotas de prélèvements par exemple - on sait qu’ils ont un impact direct sur certains usagers, les agriculteurs pour irriguer. On sait qu’il y a des incertitudes sur ces volumes, mais il faut les fixer. Sur la base de connaissances imparfaite, on doit prendre des décisions assez fermes de partage. Elles ont un rôle les connaissances, mais les décideurs politiques prennent ça à la lumière de leur idéologie. Ils ne traduisent pas de la même manière une même donnée selon leur perception politique » (Syndicat mixte 1, entretien T2).

34En France, l’estimation des volumes prélevables demeure en effet un sujet compliqué voire conflictuel. D’abord du fait des carences en termes de connaissances des hydrosystèmes, mais aussi par les méthodes de calcul et les outils de modélisation qui nécessitent une simplification des hypothèses pour les rendre applicables. Dans beaucoup de cas, les volumes maximums autorisés se trouvent réduits par rapport aux volumes autorisés antérieurement, suscitant des tensions auprès des usagers concernés ainsi que de nombreuses suspicions vis-à-vis des bases scientifiques des études (Arnaud, 2020). Enfin, si leur rôle est bien d’éclairer les décisions, les connaissances sont bien évidemment sélectionnées et/ou traduites selon les représentations du problème comme des solutions souhaitables propres à chaque acteur, mais aussi selon les paradigmes ou référentiels d’action du moment.

Conclusion

35Cette étude nous a menés à explorer la manière dont scientifiques et gestionnaires ont qualifié les points clés du fonctionnement et de l’état des eaux souterraines du Roussillon depuis les années 1960. Les frises chronologiques issues de ce travail sont un outil utile pour les acteurs du territoire, donnant à voir de manière synthétique l’évolution des connaissances et des plans d’action, mais aussi des institutions et des aménagements. Les acteurs locaux en ont tous reconnu l’intérêt, en particulier les gestionnaires arrivés plus récemment sur le territoire. De plus, les entretiens individuels ainsi que l’atelier participatif ayant réuni les techniciens, ingénieurs et agents des structures de gestion (eau, urbanisme, aménagement, agriculture) nous ont permis d’analyser leurs interprétations des décalages et divergences parfois identifiés entre connaissances scientifiques et gestion au cours de ces décennies.

36Ainsi, le devenir et le traitement des connaissances scientifiques pour la gestion dépendent de nombreuses conditions et facteurs. Ces derniers peuvent être d’ordre cognitif : lorsque la science décrit une complexité non conforme aux savoirs empiriques, lorsqu’elle ne réunit pas suffisamment de « preuves » pour être prise en considération, lorsque les controverses et divergences d’interprétation sont trop importantes parmi les chercheurs eux-mêmes, ou encore lorsque l’échelle d’étude ne correspond pas à l’échelle de gestion. Ils peuvent également être d’ordre pragmatique : lorsque le temps long des études scientifiques est en décalage avec la temporalité des décisions, ou lorsque les incertitudes et nuances des scientifiques sont effacées dans un souci de simplification du discours auprès des décideurs. C’est notamment la raison pour laquelle des précautions doivent être prises par les scientifiques en particulier lors de la communication des incertitudes et de l’interprétation des probabilités (Guillaume et al., 2016, p. 720). Ils peuvent être enfin d’ordre sociopolitique : lorsque des connaissances scientifiques et les incertitudes associées sont gommées par des enjeux politiques, stratégiques ou réglementaires. À l’issue de l’atelier, il ressort que ces facteurs sociopolitiques sont probablement ceux qui influencent le plus le devenir des connaissances scientifiques à l’heure de les traduire en actions de gestion.

37Malgré quelques incohérences observées entre connaissances scientifiques et documents de gestion, beaucoup d’acteurs ont considéré que les plans d’actions interprétaient globalement bien les savoirs académiques. Mais l’atelier a mis en évidence un point essentiel qui n’est pas abordé dans les différentes frises thématiques. Pour eux, ce n’est pas dans cette interprétation que se cachent les hiatus les plus significatifs. Ils se trouvent plutôt entre les documents de gestion et les décisions d’aménagement prises ensuite par les élus et approuvées par l’État, et qui n’intègrent pas toujours les orientations portées dans les plans de gestion. Plusieurs participants ont exprimé le fait que les décisions d’urbanisme seraient souvent en contradiction avec les orientations affichées dans les plans d’actions, peu contraignantes, pointant des exemples récents : des révisions de Plans Locaux d’Urbanisme (PLU) avec extension de l’urbanisation, des autorisations de nouvelles zones d’activités commerciales, un projet de golf ou encore une autorisation de nouvelle culture consommatrice d’eau.

38À ce stade, nous ne pouvons que relever ce constat des gestionnaires, nous invitant à revoir notre hypothèse de départ puisque notre analyse ne s’est pas étendue jusqu’à la réalisation des actions. Retracer l’ensemble de la trajectoire des connaissances jusqu’à leur prise en compte (ou non) dans les décisions effectives nécessiterait un travail bien plus conséquent et mobilisant d’autres outils méthodologiques. En particulier l’observation des lieux où se discute la planification de l’eau, puis ceux où s’ajustent les décisions d’aménagement dans ces cadres plus ou moins permissifs. De même, bien en amont de cette trajectoire, les dynamiques de production, de diffusion et d’appropriation des connaissances scientifiques, en relation plus ou moins étroites avec les acteurs gestionnaires, reste une question non explorée dans cette étude. Quelques éléments de contexte permettent certes de postuler que les savoirs construits par les scientifiques faisaient écho à des attentes exprimées par les gestionnaires, qui étaient des partenaires importants de leurs dispositifs de recherche. Cela mériterait néanmoins une autre investigation afin d’explorer sous un angle différent les décalages entre savoirs et gestion, notamment les éventuels problèmes d’interprétation et de traduction des attentes des gestionnaires par les scientifiques, ou encore ceux liés à l’association plus ou moins étroite de ces derniers aux travaux de recherches.

Haut de page

Bibliographie

Accord cadre CG 66, AERMC, BRGM, CDA 66, DDAF, DDASS, DIREN, 2003, Connaissance des eaux souterraines de la Plaine du Roussillon.

ARAGO F., 1839, Quatrième Bulletin de la Société Philomathique de Perpignan, Perpignan, Antoinette Tastu.

ARNAUD L., 2020, Conceptual approaches, Methods and Models Used to Assess Abstraction Limits for Confined Aquifers in France, in RINAUDO J.-D., HOLLEY C., BARNETT S., MONTGINOUL M. (ed.), Sustainable Groundwater Management. A Comparative Analysis of French and Australian Policies and Implications to Other Countries, Springer, p. 211-227.

AUBRIOT O., RIAUX J., 2013, Savoirs sur l’eau : les techniques à l’appui des relations de pouvoir ? Autrepart, n°65 (2), p. 3-26.

AUNAY B., 2007, Apport de la stratigraphie séquentielle à la gestion et à la modélisation des ressources en eau des aquifères côtiers, Thèse de l’Université Montpellier II - Sciences et Techniques du Languedoc.

AUROUX F., NOYER M.-L., 1992, Modèle mathématique de gestion de l’aquifère plio-quaternaire du Roussillon. Modélisation mathématique des risques d’intrusion d’eau marine dans l’aquifère plio-quaternaire, Rapport du BRGM, 31 p.

BATUBARA B. BATELAAN O., QUEVAUVILLER P., 2014, Science-policy interfacing on the issue of groundwater and groundwater-dependent ecosystems in Europe: implications for research and policy, WIREs Water, vol. 1, n°6, p. 561-571.

BESTEIRO A. G., RIVIERE-HONEGGER A., 2018, Les représentations sociales du Alto Guadiana (Espagne) : entre eaux superficielles et souterraines. Un obstacle pour imaginer son devenir ? Géocarrefour [En ligne], 92/1, URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10438. Consulté le 07/09/2021.

BISCALDI R., 1964, Hydrogéologie du bassin inférieur du Tech, de Céret à la mer, Thèse de la Faculté des sciences - Université de Montpellier, Centre d’Études et de Recherches Hydrogéologiques, Institut de Géologie.

CALLON M., 2007. What does it mean to say the economics is performative? in MACKENZIE, D.A., MUNIESA F., SIU L., (eds.), Do economists make markets? On the performativity of economics, Princeton University Press, p. 311-357.

CHABART M., 1996, La recharge de l’aquifère multicouche du Roussillon et les conséquences d’un éventuel changement climatique sur la gestion de la ressource en eau (Pyrénées-Orientales), Thèse de l’Université Paris VI - BRGM, 290 p.

CHAILLEUX S., 2016, Incertitude et action publique. Définition des risques, production des savoirs et cadrage des controverses, Revue internationale de politique comparée, vol. 23, n°4, p. 519‑548.

CHAPMAN A., QUEVAUVILLER P., DE LANGE W. J., VERVIER P., 2010, Role of Translators in Science-Policy Interfacing, in QUEVAUVILLER P. (eds.), Water System Science and Policy Interfacing, The Royal Society of Chemistry, p. 400-413.

COMPAGNIE BRL, 1968, Aménagement hydraulique du département des Pyrénées-Orientales - Études préliminaires - Le milieu, Compagnie nationale d’aménagement de la région du Bas-Rhône et du Languedoc, Nîmes.

CUSTODIO E., 2002, Aquifer overexploitation: what does it mean? Hydrogeology Journal, vol. 10, n°2, p. 254‑77.

DAZY J., 1966, Inventaire des ressources en eau du Roussillon, des Albères et des Aspres. Bassin de la Têt, Thèse de la Faculté des sciences - Université de Montpellier - Centre d’Études et de Recherches Hydrogéologiques, Institut de Géologie.

DUVAIL C., 2008, Expression des facteurs régionaux et locaux dans l’enregistrement sédimentaire d’une marge passive. Exemple de la marge du Golfe du Lion, étudiée selon un continuum terre-mer, Thèse de l’Université de Montpellier 2.

FOFACK R., BILLAUD J.-P., KUPER M., PETIT O., 2018, Analyse du basculement des modes d’extraction des eaux souterraines dans le Saïss (Maroc), Développement durable et territoires [En ligne], vol. 9, n°2, URL : https://journals.openedition.org/developpementdurable/12197. Consulté le 07/09/2021.

GADEL F., 1966, Contribution à l’étude géologique et hydrogéologique des Corbières orientales (Région Est) et des plaines de Rivesaltes, Lapalme-caves et Sigean, Thèse de la Faculté des sciences - Université de Montpellier - Centre d’Études et de Recherches Hydrogéologiques, Institut de Géologie.

GOT H., 1965, Contribution à l’étude géologique et hydrogéologique de la région de Feuilla-Fitou (Corbières) et de la Salanque (Roussillon), Thèse de la Faculté des sciences - Université de Montpellier - Centre d’Études et de Recherches Hydrogéologiques, Institut de Géologie.

GUILLAUME J. H. A., HUNT R. J., COMUNIAN A., BLAKERS R. S., FU B., 2016, 28. Methods for Exploring Uncertainty, in JAKEMAN A. J., BARRETEAU O., HUNT R. J., RINAUDO J.-D., ROSS A. (ed.), Integrated Groundwater Management. Concepts, Approaches and Challenges, Springer, p. 711-737.

HYDRIAD, 2013, Étude des volumes prélevables des nappes plio-quaternaires de la plaine du Roussillon, Hydriad Eau & Environnement, rapport pour le Syndicat Mixte pour la protection et la gestion des nappes souterraines de la plaine du Roussillon, 377 p.

LICTEVOUT E., FAYSSE N., 2018, A doubly invisible aquifer: hydrogeological studies and actors’ strategies in the Pampa del Tamarugal aquifer, northern Chile, Water Alternatives, 11(3), p. 592-606

MASSUEL S., RIAUX J., 2017, Groundwater overexploitation: why is the red flag waved? Case study on the Kairouan plain aquifer (central Tunisia), Hydrogeology Journal, vol. 25, n°6, p. 1607‑1620.

MILMAN A., RAY I., 2011, Interpreting the unknown: uncertainty and the management of transboundary groundwater, Water International, vol. 36, p. 631 - 45.

MOLLE F., 2012, La gestion de l’eau et les apports d’une approche par la political ecology, in GAUTIER D., BENJAMINSEN T. A. (eds), Environnement, discours et pouvoir, Versailles, Éditions Quae, p. 219-238, 256 p.

OSTROM, E., 2003, Toward a behavioral theory linking trust, reciprocity, and reputation, in OSTROM E., WALKER J. (eds.), Trust and reciprocity: Interdisciplinary lessons from exprimental research, Russell Sage Foundation, p. 19-79, 424 p.

PALOC H., 1964, Caractéristique hydrogéologique des dolomies de la région Languedocienne, Thèse de la Faculté des sciences - Université de Montpellier - Centre d’Études et de Recherches Hydrogéologiques, Institut de Géologie.

PARRINELLO G., BÉCOT R., 2019, Regional planning and the environmental impact of coastal tourism: the Mission Racine for the redevelopment of Languedoc-Roussillon’s littoral, Humanities 8 (1): 13. doi.org/10.3390/h8010013

PATERNOT C., 1964, Contribution à l’étude hydrogéologique du bassin du Réart, Centre d’Études et de Recherches Hydrogéologiques, Institut de Géologie - Faculté des sciences - Université de Montpellier,

PETIT O., 2004, La surexploitation des eaux souterraines : enjeux et gouvernance, Nature, Sciences, Sociétés, vol. 12, p. 146‑156.

RAICHVARG D., 2010, La vulgarisation des sciences : fausse « traduction  » et vraie «  interprétation », Hermès, La Revue, n°56, vol. 1, p. 105-112.

RIAUX J., 2007, « La reproduction des eaux par les arrosages », historique et actualité d’une théorie, Conserveries Mémorielles [En ligne], vol. 2, URL : http://journals.openedition.org/cm/171. Consulté le 07/09/2021.

SEGUIN L., PETIT A., GARIN P., CHAZOT S., CABALLERO Y., 2020, Intégration des connaissances scientifiques et techniques dans les processus de planification territoriale de gestion de l’eau, Rapport du projet Dem’eaux Roussillon, INRAE, BRGM, BRLi., Rapport RP-71465-FR, 75 p., 3 fig., 2 tabl., 3 ann, URL : https://www.brgm.fr/sites/default/files/documents/2021-09/reference-demeaux-roussillon-p8-16.pdf

SOLA C., 1977, Contribution à l’étude hydrogéologique des nappes aquifères profondes du Pliocène du bassin inférieur de la Têt en Roussillon, Thèse de l’Université des sciences et techniques du Languedoc.

TROTTIER J., 2008, Water crises: political construction or physical reality? Contemporary Politics, vol. 14, n°2, p. 197‑214.

TURNHOUT E., 2018, The Politics of Environmental Knowledge, Conservation and Society, 16 (3), p. 363-371.

VANDENBEUSCH M., MARCHAL J.-P., 1984, Élaboration d’un modèle mathématique des nappes de la Salanque et des plaines du Roussillon et Premières applications, Rapport du BRGM, Montpellier, 103 p.

VOLLE J.-P., 2018, L’urbanisation du littoral du Languedoc-Roussillon ou comment le processus de mise en tourisme rencontre celui de périurbanisation des villes-centres, in CROZAT D., ALVES D. (eds.), Le touriste et l’habitant, Éditions Connaissances et Savoirs, Saint-Denis, p. 113-132.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Acteurs interrogés et participants à l’atelier

Les experts et acteurs du territoire rencontrés lors des entretiens semi-directifs et/ou ayant participé à l’atelier collectif du 5 mars 2020 appartiennent aux institutions suivantes :

Haut de page

Notes

1 Cette mission interministérielle d’aménagement touristique du littoral (1963-1982), du nom de son président Pierre Racine, a été à l’origine des stations balnéaires de Port Leucate, Port Barcarès et Saint Cyprien dans les Pyrénées Orientales.

2 L’exposé de ce travail a fait l’objet d’un rapport complet disponible en ligne (Seguin et al., 2020).

3 Cf. site internet de présentation du projet : https://www.brgm.fr/fr/reference-projet-acheve/dem-eaux-mieux-connaitre-volumes-eau-pouvant-etre-preleves-maniere-durable

4 La liste des acteurs interrogés et/ou ayant participé à l’atelier est disponible en Annexe 1. Ces derniers entretiens intervenant au moment de la crise sanitaire COVID-19 et du confinement, ils ont été menés à distance par téléphone ou visioconférence.

5 Pour chaque citation est précisé le type d’acteur : (Syndicat mixte) désigne un gestionnaire de syndicat de rivière ou de nappe ; (Collectivité) désigne un agent de Conseil départemental, conseil régional ou communauté de communes ; (Appui aux collectivités) désigne un agent de structure d’ingénierie venant en appui aux collectivités ; (Organisme agricole) désigne un agent d’organisme agricole ; et (État) désigne un agent des services déconcentrés de l’État. Nous précisons également le contexte d’énonciation de leurs propos : (entretien T1) désigne un extrait d’entretien mené en 2018 ; (CR d’observation de l’atelier participatif) désigne un extrait du compte-rendu d’observation de l’atelier où les propos des participants ont fait l’objet d’une prise de note systématique ; (entretien T2) désigne un extrait d’entretien mené à distance en 2020, juste après l’atelier.

6 https://www.nappes-roussillon.fr/-Arretes-prefectoraux-.html

7 https://www.nappes-roussillon.fr/-Arretes-prefectoraux-.html)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Extrait de la frise chronologique (2015-2020) synthétisant la gestion de l’aquifère de la plaine du Roussillon depuis 1950
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19580/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Titre Figure 2 : (gauche) Localisation et principales formations hydrogéologiques de la plaine du Roussillon ; (droite) Chronique piézométrique illustrant l’évolution du niveau de la nappe dans l’aquifère Pliocène, au niveau de Perpignan
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19580/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Figure 3 : Extrait de la frise chronologique des liens entre documents scientifiques et documents de gestion sur la séparation des réglementations par usage et par aquifère
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19580/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
Titre Figure 4 : Extrait de la frise chronologique des liens entre documents scientifiques et documents de gestion récents sur les risques de surexploitation des nappes plioquaternaires.
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19580/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 749k
Titre Figure 5 : (gauche) Coupe schématique et explications présentant une nappe libre, Quaternaire, et une nappe captive, Pliocène (http://www.nappes-roussillon.fr/​Pour-aller-plus-loin.html) et explication associée ; (droite) Description géologique détaillée des géométries des dépôts sédimentaires sur un transect terre-mer, construite dans le cadre du projet Dem’Eaux Roussillon
Légende La complexité décrite sur la coupe géologique, à droite, peut difficilement être traduite sur la coupe schématique.
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19580/img-5.png
Fichier image/png, 663k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19580/img-6.png
Fichier image/png, 196k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Seguin, Patrice Garin, Yvan Caballero, Sébastien Chazot, Adrien Petit et Stéphanie Fischer, « Composer avec l’invisible, l’incertain et le flou des frontières : les gestionnaires interprètes des chercheurs pour planifier la gestion des aquifères dans la plaine du Roussillon  », Géocarrefour [En ligne], 96/1 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/19580 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.19580

Haut de page

Auteurs

Laura Seguin

BRGM, UMR G-eau, Université de Montpellier 1039 rue de Pinville, 34000 Montpellier l.seguin@brgm.fr

Patrice Garin

INRAE, UMR G-eau, Université de Montpellier 351 rue Jean-François Breton, 34090 Montpellier ,patrice.garin@inrae.fr

Articles du même auteur

Yvan Caballero

BRGM, UMR G-eau, Université de Montpellier 1039 rue de Pinville, 34000 Montpellier y.caballero@brgm.fr

Sébastien Chazot

BRL Ingénierie 1105 Av. Pierre Mendès France 30000 Nîmes sebastien.chazot@brl.fr

Adrien Petit

INRAE, UMR G-eau, Université de Montpellier 351 rue Jean-François Breton, 34090 Montpellier petit.adrien@aesn.fr

Stéphanie Fischer

BRL Ingénierie 1105 Av. Pierre Mendès France, 30000 Nîmes Stephanie.Fischer@brl.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search