Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96/1ArticlesUne instrumentation humanitaire d...

Articles

Une instrumentation humanitaire déterritorialisée pour les services d’eau et d’assainissement dans les camps de réfugiés syriens au Liban : origines et limites

Jihad Farah et Oula Aoun

Résumés

Dans la littérature émergente sur les camps de réfugiés syriens au Liban, le camp reste un objet insaisissable : « visible et méconnaissable, flexible et précaire, […] un assemblage complexe d’humanitaire, d’hospitalité et de considérations économiques et politiques » (Sanyal, 2017). Dans cet article, nous cherchons à questionner et saisir la complexité de cet assemblage. Nous soutenons qu’une attention aux services en eau et assainissement dans ces camps, à la façon dont ils sont conçus et à la panoplie d’instruments mis en place par les acteurs humanitaires pour les assurer, apporte un éclairage révélateur des relations qui structurent ce type d’organisation politico-spatiale. Nous présentons d’abord la situation globale des réfugiés syriens, leurs camps et le modèle de système sociotechnique d’eau et d’assainissement que les acteurs humanitaires ont tenté d’implanter en vue d’apporter leurs services dans ces domaines. Puis, nous nous attardons sur les divers instruments qui permettent aux acteurs d’assurer le fonctionnement de ce système sociotechnique et de coordonner leurs activités avec les bailleurs de fonds, les autorités publiques et les acteurs privés. Ensuite, nous discutons comment des rationalités concurrentes ainsi qu’un manque d’intérêt au sein du modèle sociotechnique dominant quant à la matérialité du camp et son rapport au territoire déstabilisent et fragilisent cette instrumentation humanitaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 De fait, depuis le début du XXe siècle, ce pays a une longue histoire de vagues successives de migr (...)
  • 2 Conception notamment inspirée par les travaux d’Agamben (1998, 2005)

1Le Liban tient une place importante au sein de la littérature mondiale sur les questions de réfugiés et plus particulièrement leurs modes d’implantation spatiale1. Ce laboratoire des « refugee studies » a sensiblement contribué au « tournant urbain » (Janssen, 2016) au sein de ce champ interdisciplinaire. Ainsi, les travaux sur les camps de réfugiés, notamment palestiniens, relativisent la conception dominante des camps de réfugiés comme espaces d’exception2. Ces camps apparaissent, au contraire, comme des espaces urbains par excellence, où on observe une complexité et une vitalité dues aux stratégies et aux actions des individus, des ménages et des collectifs qui les habitent (Doraï, 2008 ; Sanyal, 2014 ; Martin, 2015). Dans la même lignée, certains travaux plus récents sur l’installation massive de centaines de milliers de réfugiés syriens proposent des conceptualisations fort intéressantes pour saisir les dynamiques et formes de cette installation, non-encadrée par l’État libanais. S’appuyant sur le registre de l’informel et de sa géographie, surtout à Beyrouth, Sanyal (2016) et Fawaz (2016, 2017) expliquent comment ces réfugiés réussissent à s’inscrire dans l’offre résidentielle et les interstices urbains. Sanyal (2017) s’intéresse aussi aux camps syriens qui émergent au sein de la plaine agricole de la Bekaa, à l’est du pays. Elle y décrit des espaces difficilement catégorisables, remettant encore une fois en question la dichotomie camp/ville. Pour expliquer cette complexité, elle cite « un assemblage complexe d’humanitaire, d’hospitalité et de considérations économiques et politiques ».

2Dans cet article, nous cherchons à questionner et à saisir la complexité de cet assemblage. Nous soutenons qu’une attention aux services en eau et assainissement dans ces camps, à la façon dont ils sont conçus et à la panoplie d’instruments mis en place par les acteurs humanitaires pour les assurer, apporte un autre éclairage sur les relations qui structurent ce type d’organisation politico-spatiale. Ainsi, on peut saisir comment et pourquoi, plus de dix ans après leur arrivée au Liban, la grande majorité des milliers de camps de réfugiés syriens reste figée dans une grande précarité et peine à se transformer en quartiers informels dynamiques, contrastant ainsi avec les autres travaux existants, au Liban et dans d’autres contextes.

« Le camp est fait d’eau »3

  • 3 Cette expression de l’un de nos étudiants lors d’un atelier universitaire sur les questions d’eau d (...)
  • 4 Il est toutefois à remarquer que ce chiffre exclut les campements de moins de quatre tentes qui, si (...)
  • 5 Les 12 camps palestiniens deviennent avec le temps des espaces de concentration de milliers de pale (...)
  • 6 Une exception à noter est celle de l’éducation où le ministère de l’Éducation joue un rôle central. (...)

3En septembre 2020, la WASH Assessment Platform (WAP), base de données des acteurs humanitaires sur les questions d’eau et d’assainissement des camps de réfugiés syriens au Liban, recense 3 081 camps de quatre tentes et plus habités par 297 400 personnes (Bonel & Wehbi, 2020)4. Abritant, selon les estimations, environ 20 % des Syriens au Liban, les camps sont répartis sur tout le territoire. Ils sont, toutefois, surtout concentrés dans la vallée agricole de la Bekaa et la plaine du Aakar, limitrophes de la Syrie. Le développement de ces camps a commencé en 2012, avec l’afflux massif de Syriens fuyant un conflit qui s’embrase. Ne voulant pas voir se répéter la transformation des camps palestiniens en enclaves menaçant la souveraineté du Liban, l’une des causes de la guerre civile5, l’État libanais choisit de s’opposer à la construction de grands camps, à l’inverse des choix opérés en Jordanie et en Turquie. Il refuse surtout de prendre la responsabilité de fournir des services humanitaires aux Syriens6. C’est ainsi que l’urbanisation des camps se fait de façon aléatoire et informelle, surtout sur des terrains loués à des propriétaires privés libanais. Le gouvernement libanais, craignant la pérennisation de ces camps supposés temporaires, leur oppose trois conditions : interdiction des constructions en dur, interdiction de raccordement aux réseaux publics d’eau et d’assainissement et interdiction de pollution, notamment des nappes phréatiques.

  • 7 Notamment, avec le débordement de la guerre syrienne et les attentats commis par les groupes liés à (...)

4Étant la manifestation la plus visible d’une migration syrienne qui représente le quart des habitants du Liban, les camps suscitent des craintes. Ils deviennent vite la cible de toutes les stigmatisations dans les médias libanais. Ils sont considérés comme des lieux d’insécurité, voire de criminalité et de terrorisme7 et sont surveillés de près par les services de renseignements et l’Armée. Ils sont perçus comme un lieu de concentration de la pauvreté et des réservoirs de chômeurs qui viennent concurrencer les travailleurs non qualifiés et les artisans. Mais, surtout, ils sont dénoncés comme une source de crise environnementale majeure, suite à leur contribution à la pollution des cours d’eaux et des aquifères. Les faits divers viennent régulièrement amplifier cette stigmatisation dans les médias. Des municipalités réagissent en imposant aux Syriens des couvre-feux nocturnes discriminatoires ou carrément en interdisant la construction de camps sur leurs territoires.

5Cependant, comme l’expliquent Sanyal (2017) et bien d’autres auteurs et acteurs de terrain, cette géographie des camps est un phénomène complexe et représente une réalité fort diverse. Elle dépend de facteurs sociopolitiques et économiques à l’échelle fine des territoires. Ainsi, on retrouve les camps dans les champs agricoles éloignés comme dans les interstices des périphéries des grandes villes. Certains comptent des milliers d’habitants et d’autres quelques dizaines. Certains sont nouveaux alors que d’autres se développent à partir de tentes de travailleurs syriens préexistantes, qui représentaient de fait la principale composante de la main-d’œuvre peu qualifiée au Liban bien avant la crise. Dans ces cas, le propriétaire-employeur libanais leur permettait souvent de s'installer gratuitement sur ses terrains, situation qui a pu se poursuivre jusqu’à aujourd’hui. Dans d’autres cas, la question du loyer du terrain représente un défi économique majeur pour les réfugiés. Ces camps peuvent être spatialement – voire socialement – ségrégués, tolérés ou encore intégrés dans le tissu social des communautés hôtes.

6Reste qu’en visitant les camps des réfugiés syriens au Liban, ce qui frappe régulièrement c’est l’omniprésence des citernes, des réservoirs, des bidons de différentes tailles, des puits, des latrines, des tuyaux, des fosses (plus ou moins) septiques et autres puisards, auxquels s’ajoutent les visites récurrentes des camionneurs d’eau ou des vidangeurs d’assainissement, qui composent l’essentiel du paysage des camps de réfugiés syriens au Liban. Ainsi, outre la stigmatisation médiatique dont ils font l’objet, la récurrence de ce paysage hydraulique semble être la seule constante qui caractérise ces camps, indépendamment de leur taille, contexte ou situation.

7Ce dernier point nous semble central pour comprendre cette fameuse complexité des camps. Il mène à deux constats qui seront d'une très grande importance pour notre propos. D’un côté, les camps sont faits d’eau, c’est-à-dire que les questions d’eau et d’assainissement sont consubstantielles de leur existence et de leur forme. De ce fait, il est impératif de saisir les dimensions matérielles et relationnelles qui structurent la place de l’eau au sein du camp, ainsi que leur interaction avec les autres dimensions sociopolitiques et économiques de l’« assemblage » décrit plus haut par Sanyal. De l’autre, après dix ans de guerre, l’établissement de milliers de camps et une intervention humanitaire intense, les camps restent, pour la plupart, des espaces d’établissement humain a minima. Il y règne, pour la grande majorité d’entre eux, une forte précarité, et leur situation évolue peu en termes de qualité de vie et de capacité d’initiative. Ceci concerne aussi bien les petits que les grands camps, les camps ruraux que ceux du périurbain. Ce constat interroge et invite, quand on pense aux camps de réfugiés syriens, à relativiser l’idée du camp comme un espace de vitalité et de capacité, héritée de la littérature sur les camps palestiniens et du « tournant urbain » des « refugee studies ».

Deux déplacements de perspective

8Pour étayer notre propos et le discuter, deux déplacements de perspective par rapport à la littérature sur les camps au Liban sont nécessaires.

9Dans le premier déplacement, et en suivant le constat heuristique des « camps faits d’eau », nous nous focalisons sur les systèmes sociotechniques d’eau et d’assainissement de ces camps. De fait, dans la littérature des camps de réfugiés au Liban, l’attention est surtout portée sur la production de logements ainsi que sur l’accès à/ou le développement de l’activité économique comme principaux leviers de transformation de la condition de vie des réfugiés et de leurs camps en espaces urbains. On y trouve peu d’attention à la question des services urbains – si ce n’est depuis l’angle de leur constitution en marchés et les tentatives des différents acteurs pour organiser et contrôler ces marchés. Or, la stabilisation des systèmes sociotechniques d’eau et assainissement est centrale à l’existence et à la survie de tout établissement humain. Ceci, dans les faits, peut prendre différentes formes et nécessite un effort tant logistique que matériel et institutionnel pour que les flux d’eau continuent à circuler dans le camp. Une lecture en termes de systèmes sociotechniques (Akrich, 1991 ; Ferchaud et al., 2020 ; Jaglin, 2012, 2013) implique de prendre en compte les « combinaisons d’objets techniques, juridiques et cognitifs, toujours composites et conjoncturelles, saisies dans et par des jeux de pouvoir et d’intérêts situés »(Ferchaud et al., 2020, p. 2). Cela permet d’étoffer la description et l’analyse des enjeux de territorialité et d’organisation sociale dans le camp en les liant à différentes échelles spatiales, matérialités physiques, types d’acteurs et de rationalités. Dans le cas libanais, ceci est d’autant plus intéressant que les acteurs humanitaires en charge de la mise en place de ces systèmes sociotechniques se rabattent souvent sur un modèle de base que nous qualifions de système sociotechnique déterritorialisé, suite au faible nombre d’interactions qu’il requiert avec les conditions matérielles et sociales où il est implanté (nous revenons plus bas sur ce point).

  • 8 Ces derniers s’intéressent surtout aux réfugiés eux-mêmes et leur capacité d’auto-organisation, à l (...)

10Le deuxième déplacement est de reconnaître le poids considérable que représentent les acteurs humanitaires dans la gestion du secteur de l’eau et de l’assainissement dans les camps. Leur intervention se traduit par une véritable instrumentation humanitaire. Dans la suite des travaux sur la sociologie des instruments de politique publique (Halpern et al., 2014 ; Lascoumes & Le Gales, 2004, 2007), un instrument d’action publique est « un dispositif à la fois technique et social qui organise des rapports sociaux spécifiques entre la puissance publique et ses destinataires en fonction des représentations et des significations dont il est porteur » (Halpern et al., 2014). Dans un contexte de retrait de l’acteur gouvernemental par rapport à la gestion des services d’eau et assainissement dans les camps, les acteurs humanitaires (agences de l’ONU, des ONG locales et internationales et des bailleurs de fonds humanitaires internationaux) définissent et mettent en œuvre un grand nombre d’instruments. Ce faisant, notre regard se saisit de variables, acteurs et échelles spatiales autres que ceux auxquels s’intéressent les travaux qui analysent les camps de réfugiés par l’informel8. Ainsi, c’est en questionnant les rationalités d’acteurs, les territorialités et la capacité des instruments à réguler leurs interactions, que nous cherchons à comprendre les limites de performance de ces instruments. Nous choisissons de nous concentrer sur cinq échelles et rationalités territoriales identifiés dans nos terrains et qui pèsent sur l’instrumentation humanitaire.

  • 9 Étude sur le marché des camionneurs d’eau et des vidangeurs d’assainissement des camps des réfugiés (...)
  • 10 Représentant des réfugiés envers les autres acteurs et personne centrale dans les processus de déci (...)
  • 11 Ministère de l’Énergie et de l’Eau, ministère de l’Environnement, les quatre établissements des eau (...)
  • 12 Il est à noter toutefois que, vu le contexte spécifique de construction de certaines des données da (...)

11De point de vue méthodologique, cet article se base sur un travail effectué de 2017 à 2021 sur les camps de réfugiés syriens au Liban, dans le cadre de recherches universitaires et d’études de consultance9. Ceci inclut une centaine d’entretiens directifs et semi-directifs avec les gestionnaires des camps, les shawishs10, des volontaires des camps assistant les ONG dans leurs services, des fournisseurs de services, une cinquantaine d’entretiens non-directifs et semi-directifs avec des décideurs hiérarchiques au sein d’ONG, d’UNICEF, de bailleurs de fonds, d’instances gouvernementales11, des focus group avec des habitants d’une vingtaine de camps et l’observation des pratiques et la cartographie des espaces de quatorze camps. Nous nous basons ici sur ce travail de terrain pour présenter les services d’eau et d’assainissement au sein des camps, leurs systèmes sociotechniques et leurs instruments. Nous nous appuyons aussi sur des situations spécifiques que nous avons observées pour discuter des limites de cette instrumentation12.

12Dans la suite de l’article, nous revenons d’abord sur le contexte institutionnel du secteur de l’eau au Liban ainsi que sur la structuration de la réponse humanitaire à la crise syrienne au Liban. Ensuite, nous présentons la situation globale de l’eau et de l’assainissement dans ces camps, le modèle de système sociotechnique dominant que les acteurs humanitaires ont tenté d’implanter en vue de ramener leurs services dans ces domaines. Nous nous attardons sur les divers instruments qui permettent aux acteurs d’assurer le fonctionnement de ce système sociotechnique et de coordonner leurs activités avec les bailleurs de fonds, les autorités publiques et les acteurs privés. Ensuite, nous discutons comment des rationalités concurrentes, ainsi qu’un manque d’intérêt au sein du modèle sociotechnique dominant quant à la matérialité du camp et son rapport au territoire, déstabilisent et fragilisent cette instrumentation humanitaire. Nous concluons en revenant sur les alternatives proposées par certains acteurs humanitaires pour sortir de cette situation.

Le contexte de l’action humanitaire dans le secteur de l’eau et de l’assainissement

13Les défis liés à l’afflux massif de réfugiés syriens viennent se superposer à une situation déjà problématique au Liban aux niveaux politiques, économiques et environnementaux. Au niveau politique, le Liban connaît, depuis 2005, une suite de crises politiques qui polarisent le pays et imposent de longues et récurrentes périodes de vide institutionnel aux plus hauts niveaux de l’État. Ceci rend très difficile l’établissement d’une gouvernance stable capable de prendre en charge les nombreux problèmes socioéconomiques et environnementaux auxquels fait face le pays (Verdeil et al, 2016).

14Dans le secteur de l’eau et de l’assainissement, le Liban a lancé, depuis le début des années 2000, plusieurs réformes du secteur cherchant à améliorer sa gouvernance, ses services et ses impacts environnementaux. Toutefois, les crises politiques successives, la corruption rampante et des choix privilégiant des grandes infrastructures contestées et qui peinent à être mises en place, ont rendu la situation difficile bien avant la crise syrienne. Le ministère de l’Energie et de l’eau (MEE) ainsi que les nouveaux établissements publics régionaux de l’eau (créés au début des années 2000 pour prendre en charge le développement des services en eau et assainissement) manquent de moyens et de ressources humaines. Ils sont dans l’incapacité de contrôler la prolifération des puits informels, d’assurer la provision d’eau aux ménages, à l’irrigation et aux activités économiques ou de limiter le déversement des eaux usées dans la nature. Ainsi, en 2010, 79 % des ménages seulement sont connectés au réseau public d’eau. À Beyrouth et au Mont-Liban, ce dernier ne fonctionne que trois heures par jour en été. Les pertes techniques y sont évaluées à près de 48 %. En 2012, le Liban exploite déjà les deux tiers de ses ressources souterraines, dont une grande partie à travers des dizaines de milliers de puits illégaux. Quant à l’assainissement, le réseau public ne couvre que 66 % des ménages et seulement 8 % de l’eau usée de ce réseau est traitée (Ministère de l’Environnement et PNUD, 2014).

  • 13 UNICEF est l’agence de l’ONU en charge des questions d’eau et d’assainissement.

15Pour répondre à la crise humanitaire majeure que représente la crise syrienne, et à l’appel des Nations Unies, un nombre considérable d’organisations humanitaires internationales ouvrent leurs bureaux au Liban et commencent à livrer toutes formes de services : abris, éducation, santé, alimentation, eau et assainissement, etc. Ils sont soutenus par de nombreux bailleurs de fonds. Des espaces de coordination par secteur se mettent graduellement en place entre ces ONG. C’est ainsi qu’émerge la coordination du secteur de l’eau (CSE). D’abord présidée par UNHCR, ensuite par l’UNICEF13, la CSE permet aux ONG humanitaires d’identifier les camps et de les répartir entre les différentes structures, ainsi que d’échanger sur les modalités les plus efficaces pour assurer leurs besoins en eau, assainissement et hygiène. L’État libanais y est représenté à travers le ministère de l’Énergie et de l’Eau, au niveau national, et des établissements de l’eau dans les régions. Bien qu’il partage avec l’UNICEF la présidence de la CSE, en pratique, l’acteur public ne s’implique pour les questions des camps que sur les grandes décisions d’ordre stratégique et laisse aux acteurs humanitaires le suivi des questions de services.

16C’est ainsi que les acteurs humanitaires ciblent en priorité les camps dans leur action. Il faut noter que le choix de se focaliser sur les camps s’inscrit aussi dans une culture professionnelle au sein du monde humanitaire, plus à l’aise avec la gestion des camps et exacerbée par les défis des services humanitaires en milieu urbain (Marfleet, 2007 ; Grünewald et al., 2011 ; Brown et al, 2015 ; Fawaz, 2017). Plus spécifiquement pour les questions d’eau et d’assainissement, et vu l’interdiction du raccordement aux réseaux publics par l’État libanais, les acteurs humanitaires doivent assurer les besoins en eau des camps tout en garantissant la santé publique de leurs populations, la propreté et la sauvegarde de leur environnement. Ainsi émergent un modèle sociotechnique et une instrumentation humanitaire spécifiques que nous décrivons ci-dessous.

Systèmes sociotechniques et instruments pour gérer les services d’eau et d’assainissement dans les camps

Un bref panorama de la situation de l’eau et de l’assainissement dans les camps

  • 14 Et si nous considérons seulement les camps avec plus de 4 tentes.

17Sur la base des données WAP de 2020 (Bonel & Wehbi, 2020), 45 % des camps se trouvent sur un terrain où existe un forage auquel les réfugiés ont accès, 32 % reçoivent de l’eau via des camionneurs des ONG, 10 % achètent eux-mêmes leur eau via des camionneurs et 10 % ont accès à des points d’eau publics. Toutefois, d’après les données WAP de 2019 (Aoun et al., 2020)14, 66 % sont desservis par des camionneurs payés par les ONG. L’accès à un forage ne garantit pas forcément une situation satisfaisante. En effet, les eaux de 57 % des forages déclarés dans le WAP 2019, dont l’eau a été testée, sont impropres à la consommation. Bien qu’en moyenne en 2020 une personne ait accès à 120l/jour, 27 % n’ont pas accès à la norme minimale de la CSE de 35 l/ca/j et 4 % n’ont pas de citernes pour stocker l’eau. Quant à l’assainissement de l’eau des latrines, seulement 38 % d’entres elles sont connectées à une fosse septique ou un réservoir fermé, 53 % à différentes formes de forage non septique et 5 % se déversent dans la nature – notamment dans les cours d’eau. Pour l’eau grise, 38 % des habitations la déchargent sur le sol dans leur environnement direct.

18Ce qui ressort de fait de ce panorama est une situation où les ONG parviennent plus ou moins bien à desservir les camps mais avec de fortes différences entre eux. Comment, ainsi, expliquer cette situation ?

Un système sociotechnique déterritorialisé

  • 15 La norme en quantité d’eau est calculée en litres par personne et par jour et est fixée au niveau d (...)

19Pour l’approvisionnement en eau des camps de réfugiés syriens, les acteurs humanitaires ont mis en place un cadre logique de hiérarchie décisionnelle. Si un camp a un forage sur place et après avoir testé la qualité de l’eau, on s’appuie sur ce forage pour fournir de l’eau au camp. Si la qualité de l’eau n’est pas satisfaisante, on inclut le camp dans le cadre des contrats avec des camionneurs qui, eux, doivent livrer de façon périodique une quantité et une qualité d’eau satisfaisante15. Pour chaque tente, l’ONG fournit ordinairement trois types de citernes : une connectée ou mise près des latrines, une pour les besoins domestiques (cuisine, ménage, douche, etc.) souvent connectée à l’espace cuisine de la tente, et une troisième, de petite taille, à mettre dans la tente notamment pour l’eau potable.

  • 16 Ces puisards (soak-away pits) assurent une filtration minimale et une infiltration lente dans la na (...)

20Pour l’assainissement, les latrines doivent être connectées à un réservoir imperméable enterré individuel pour chaque latrine ou, dans certains cas rares, à une fosse septique commune. L’ONG en charge fait appel à des vidangeurs spécialisés pour vider ces réservoirs ou fosses suivant un calendrier convenu. Et, pour minimiser les volumes d’eau usée à vider, l’eau grise des activités ménagères doit être renvoyée à des puisards16 pour chaque tente ou groupe de tentes. Les vidangeurs doivent s’entendre avec les stations d’assainissement des eaux usées pour l’évacuation de l’eau des latrines des camps (fig. 1).

Figure 1 : Diagramme du système sociotechnique d'eau et d'assainissement des camps de réfugiés syriens au Liban

Figure 1 : Diagramme du système sociotechnique d'eau et d'assainissement des camps de réfugiés syriens au Liban

Auteurs, 2020

  • 17 Dont l’origine et la qualité de l’eau n’est pas contrôlée.

21Nous proposons de qualifier ce système sociotechnique de « déterritorialisé ». Il est conçu et assemblé pour ne pas dépendre des caractéristiques spécifiques des sites des camps. Du forage à la station d’assainissement, l’eau passe dans des conteneurs (camions, citernes, latrines, réservoirs, fosse septique) qui limitent considérablement son contact avec l’environnement humain et naturel qu’elle traverse. Toutefois, comme le montrent le panorama du WAP et nos observations sur le terrain, ce schéma idéal est loin d’être la situation dominante, d’autres éléments entrent souvent en jeu et déplacent, voire déstabilisent cet assemblage : on a ainsi pu observer le passage d’autres camionneurs17, payés par les réfugiés eux-mêmes, l’achat de bouteilles en plastique de différentes tailles sur le marché, le rejet dans la nature de l’eau usée des latrines à travers des forages non septiques ou de l’eau grise en surface autour des habitations, la réutilisation d’anciens réservoirs d’eau usée, une fois déterrés et nettoyés, comme des citernes d’eau, etc. Ces différentes adaptations reflètent la défaillance du modèle à atteindre ses objectifs et le recours des réfugiés à des pratiques aux conséquences plus ou moins graves sur leur santé, l’environnement et la qualité de vie dans les camps.

Un paysage complexe d’instruments visant à contrôler et stabiliser les systèmes sociotechniques

  • 18 La carte a été réalisée sur le logiciel Gephi. La taille des « nœuds » est en rapport avec le nombr (...)
  • 19 Certaines des catégories d’instruments proposées peuvent s’inscrire dans les catégories proposées p (...)

22Pour saisir l’instrumentation humanitaire, nous avons procédé à une cartographie topologique18 liant neuf catégories d’instruments à des catégories d’acteurs humanitaires, publics et privés, en plus des réfugiés du camp (fig. 2). Dans cette catégorisation, nous nous basons sur la catégorisation proposée par Lascoumes et Le Galès (2004), à laquelle nous rajoutons des instruments plus spécifiques de stratégie et de planification, opérationnels et de suivi, de ressources humaines, de recherche et développement19.

Figure 2 : Diagramme topologique de l'interaction entre acteurs et instruments dans l'instrument humanitaire du secteur de l'eau et de l'assainissement des camps de réfugiés syriens au Liban

23Le diagramme met en avant la place centrale des ONG : dans leur rôle de gestionnaires des activités d’eau et d’assainissement dans les camps, elles mobilisent notamment des instruments informationnels et de mobilisation (points focaux et comités WASH volontaires) ainsi que de suivi (bases de données, enquêtes de résultats, etc.). Avec les prestataires de services, elles s’appuient sur des instruments de suivi mais aussi sur des conventions de contrats et d’autres instruments stratégiques de répartition d’espaces d’intervention entre prestataires. Les ONG se trouvent toutefois régulées dans leurs actions par un arsenal impressionnant d’instruments mobilisés par les bailleurs de fond et la CSE. Ceux-ci permettent de soutenir l’action des ONG en financements, informations, opportunités d’apprentissage, contrats de long terme mais ils cadrent aussi cette action à travers l’identification de normes, la mise en place de documents stratégiques communs et le suivi d’objectifs à atteindre. Les acteurs publics sont à la marge de cette carte, liés de façon limitée aux autres acteurs. Toutefois, la nature réglementaire des instruments mobilisés leur donne un poids conséquent au sein de l’ensemble.

24Il est à noter que, dans ce diagramme, les instruments à dimension spatiale sont rares. Cette catégorie comprend des divisions zonales assignant certains usages à des lieux spécifiques, interdisant d’autres usages dans d’autres lieux ou visant l’optimisation de parcours, etc. De même, outre certains instruments de communication et de mobilisation adressés aux communautés hôtes et aux municipalités, cette instrumentation humanitaire n’aborde que rarement les questions sociales et territoriales. Comme le modèle sociotechnique qu’elle cherche à implanter, cette instrumentation est également déterritorialisée. C’est sur ce point précisément, et sur l’incapacité à prendre en compte les contradictions entre les rationalités territoriales de ses différents acteurs ainsi que le poids de variables matérielles, sociales et territoriales, que nous revenons dans la partie suivante.

L’instrumentation humanitaire face au défi des territorialités multiples du contexte

25Dans cette partie, à partir d’une sélection (non exhaustive mais heuristique) d’exemples concrets, nous décrivons comment des caractéristiques territoriales de différentes natures et échelles remettent en cause l’instrumentation humanitaire du secteur des services d’eau et d’assainissement aux réfugiés syriens au Liban. Ces exemples soulignent de fait les contradictions entre les rationalités divergentes des différents acteurs impliqués (fig. 3).

Figure 3 : Diagramme synthétisant les contradictions entre les rationalités divergentes des acteurs impliqués dans l’instrumentation humanitaire du secteur de l’eau et de l’assainissement aux camps des réfugiés syriens au Liban

L’instrumentation humanitaire face à la territorialité complexe de l’expérience socio-matérielle de la vie des réfugiés dans les camps

26La limitation des instruments déployés par les acteurs humanitaires quant à leur capacité à saisir la complexité et la diversité de l’organisation sociale et socio-spatiale des camps, ainsi que des pratiques et représentations en relation avec les questions d’eau et assainissement, est la principale faiblesse de cette instrumentation humanitaire. Ainsi, malgré les efforts pour construire des bases de données sur les camps, les réfugiés et leurs pratiques, et développer des approches pour renforcer l’implication des réfugiés dans la gestion de l’eau et de l’assainissement, on est très souvent loin des objectifs escomptés. Les instruments et les ressources mobilisés pour ces tâches sont clairement insuffisants.

27Les ONG développent des bases de données sur les camps pour pouvoir mieux les gérer. Toutefois, ces bases de données se focalisent sur les données qui leur permettent d’opérationnaliser leurs interventions : structure des ménages, état des équipements (citernes, latrines, etc.), qualité de l’eau, budget des interventions, etc. Mais on ne retrouve que rarement des données propres au camp concernant l’unité physique et sociale : sa morphologie, sa topographie, la situation socioéconomique de ses habitants, le capital social et les tensions existantes, la mobilité résidentielle de ses habitants, la relation avec le propriétaire, etc. Ces caractéristiques ont pourtant été reconnues par beaucoup d’employés d’ONG que nous avons interviewés comme déterminantes pour l’implantation des équipements, la capacité à mobiliser la population sur les questions collectives et la qualité de vie dans les camps. Une des raisons évoquées, comme cela nous a été expliqué dans un entretien, est que « rassembler ces informations et les analyser pour améliorer l’action nécessite un investissement budgétaire important en ressources humaines, notamment lorsque les Comités WASH sont défaillants ».

28De fait, des comités WASH existent dans 24 % des camps, et sont formés de volontaires du camp qui viennent en support à l’action des ONG humanitaires. Cet instrument, mis en place par les ONG, est pensé comme essentiel pour mobiliser la population des camps et la faire participer à la gestion des questions d’eau et d’assainissement. Selon nos observations, ils se composent d’une ou deux personnes par camp, et cela pose la question de l’intérêt des réfugiés pour ces comités. Dans nos entretiens, un interviewé impliqué dans un comité affiche sa lassitude : « Nous voulons aider notre communauté et améliorer ses conditions, c’est pour cela que nous nous sommes engagés. Mais dans les faits notre rôle est secondaire et sans intérêt ». En pratique, la principale action des comités est la supervision des camionneurs et vidangeurs lors de leurs visites et la diffusion des messages d’hygiène à la population. Ils ne sont pas impliqués dans la planification de l’action sur le site. Ce manque d’intérêt est renforcé par le fait que les volontaires sont discrédités, dans certains camps, pour suspicion de favoritisme. Comme nous l’a raconté un réfugié, « mon fils est volontaire, mais comme tous les autres, il le fait pour être averti et assurer un meilleur accès aux services pour sa famille – souvent aux dépens des autres ». On observe aussi que ces comités fonctionnent bien lorsqu’ils se superposent à des structures et organisations sociales préexistantes. C’est le cas, par exemple, d’un camp où le shawish a mis en place une organisation par comités pour traiter de diverses questions collectives (éducation, santé, etc.), où le comité des volontaires WASH vient s’inscrire aisément. Dans un autre exemple, une volontaire lie sa capacité à se mobiliser sur les questions d’eau et d’assainissement dans son camp, alors qu’elle est travailleuse journalière dans l’agriculture et a une famille en bas âge, à la solidarité de ses voisines qui s’occupent des enfants lorsqu’elle est prise par ses tâches de volontaire.

  • 20 On retrouve ceci dans d’autres contextes (Alam et al., 2020)

29Un dernier exemple illustre la perturbation de l’instrumentation humanitaire par les pratiques de consommation des réfugiés. Le fait, presque anecdotique, que le chlore dans l’eau perturbe la couleur du thé, a en fait des effets déstabilisant pour l’ensemble de l’instrumentation humanitaire des services en eau et assainissement dans les camps au Liban. Dans une perspective de diminution des risques de santé publique, la chloration de l’eau est une pratique normative dans le secteur humanitaire au niveau international. Or, la très grande majorité des Syriens des camps se refuse, pour cette raison, à boire l’eau fournie par les ONG20. Les réfugiés, de fait, se rabattent sur d’autres sources non-chlorées : eau en bouteille, eau d’autres camionneurs payés par les réfugiés, eau de forage sans traitement ou d’autres sources non sécurisées. Cela a un impact lourd sur les budgets des ménages. Pour pallier ce défi, certaines ONG, avec le soutien de bailleurs, ont tenté d’autres méthodes de traitement de l’eau comme l’ultrafiltration ou l’osmose inversée. Toutefois, ces procédés sont coûteux à grande échelle. La crise économique récente, la pénurie de fuel et l’envolée des prix qui en découlent, dont celui de l’eau, ne font qu’exacerber cette situation. Cette question de l’eau potable illustre la confrontation entre les rationalités budgétaires et sanitaires des ONG et des bailleurs de fonds et les préférences gustatives et les rationalités budgétaires des ménages.

L’instrumentation humanitaire face à la matérialité du territoire physique

30Les exemples présentés dans cette section montrent comment la diversité matérielle, pédologique, topographique, hydrogéologique ou climatique de la géographie libanaise déstabilise le système sociotechnique mis en place par les acteurs.

31Les camps se sont implantés en fonction des opportunités foncières. Par suite, beaucoup se sont retrouvés dans des lieux dont les caractéristiques pédologiques et hydrogéologiques entravent la fourniture continue des services des ONG, notamment en ce qui concerne l’assainissement. Ainsi, dans un camp visité à Arsal (Est du Liban), la remontée de la nappe phréatique, comme la perméabilité des sols, représentent un défi considérable pour l’assainissement, surtout pour les eaux grises. Les eaux déversées dans les puisards refluent et le sol du camp est continuellement boueux. Dans un autre camp du centre de la plaine de la Bekaa, une ONG avait installé dans un camp un système pilote de traitement localisé des eaux usées ; toutefois, la remontée de la nappe a rendu l’équipement inopérant.

  • 21 En 2020, on comptait encore 77 municipalités qui n’avaient pas livré leurs sources d’eau et infrast (...)

32Dans de nombreux cas, notamment dans la Bekaa, c’est la municipalité qui est responsable des infrastructures hydrauliques sur le territoire municipal21. Certaines ont accepté de connecter les camps à leurs réseaux. Toutefois, dans un cas que nous avons étudié, ce raccordement n’a pas permis une amélioration de l’approvisionnement du camp en eau. De fait, pendant l’été, les niveaux d’eau des forages ou sources de la municipalité baissent alors que les Libanais utilisent souvent cette eau pour l’irrigation. Ceci réduit l’accès à l’eau des Syriens des camps, avec moins de pression dans les tuyaux et de nombreuses heures de coupure. Parfois les ONG essaient de trouver des modalités de compensation, mais souvent les temporalités de financement ou des contrats des prestataires ou encore la disponibilité de personnel à mobiliser les en empêchent.

33De plus, dans le WAP comme dans nos terrains, l’accessibilité des camps semble représenter un défi majeur pour les camionneurs et les vidangeurs, notamment pour les camps excentrés. Ceux-ci sont aussi souvent les plus vulnérables au niveau socioéconomique. L’établissement de contrats de service pour des zones larges permet aux ONG de s’assurer que la fourniture de ces camps trouve preneurs parmi les prestataires. Or, divers facteurs physiques contribuent à bloquer l’accès à ces camps, notamment pendant la saison pluvieuse : boue, éboulement sur les routes, montée des eaux, etc. Par conséquent, nombre de ces camps se retrouvent coupés des services humanitaires sur des temporalités plus ou moins longues, ce qui accentue leur vulnérabilité.

L’instrumentation humanitaire face à la territorialité sociopolitique des acteurs locaux et leur capacité à capter la « rente humanitaire »

34L’instrumentation humanitaire ne prend en compte la complexité sociopolitique libanaise que marginalement. Celle-ci pèse pourtant fortement sur le fonctionnement de l’action publique et surtout sur le développement des services au Liban. Les exemples suivants soulignent comment les représentations des acteurs municipaux et leurs intérêts, ainsi que les économies politiques locales, viennent régulièrement déstabiliser les instruments des acteurs humanitaires. Pour y pallier, les acteurs humanitaires recrutent souvent leurs gestionnaires de terrain parmi les communautés hôtes (libanaises), choisissant ainsi des personnes ayant le capital social et la sensibilité pour naviguer informellement entre ces écueils.

  • 22 La pratique de pousser les réfugiés à quitter un territoire sans l’annoncer (Walnycki & Husseiki, 2 (...)

35Comme discuté plus haut, la municipalité n’est pas au centre de l’instrumentation humanitaire. Toutefois, ses décisions la touchent considérablement. En effet, dans certaines municipalités étudiées, nous avons été confrontés à des maires qui interdisent aux ONG de « toucher au sol » - dans le sens de faire un trou, notamment pour enterrer les équipements d’assainissements (fosse septique, réservoirs imperméables, puisards, canalisations). Parfois, les ONG développent une communication qui permet d’expliquer avec succès aux maires les enjeux environnementaux et les risques de ne pas installer ces équipements. Dans d’autres cas, cette attitude des municipalités traduit une volonté plus ou moins affichée de refoulement22. Dans d’autres encore, cette réticence relève du chantage pour pousser les ONG à développer des projets de « compensation » à destination des Libanais. Cela met les ONG dans une position ambigüe où elles doivent céder au chantage en essayant de « vendre » ces projets aux bailleurs ou refuser, avec des conséquences très néfastes pour les réfugiés.

36Le choix des prestataires de services pour l’eau et l’assainissement au sein des camps est un domaine particulier où les enjeux municipaux locaux peuvent avoir un impact. Les ONG ont développé, depuis le début de la crise, des modalités d’appels d’offres (souvent biannuels) pour choisir les prestataires de service. Cet outil permet, en principe, d’accéder au meilleur rapport qualité/prix de service. Toutefois, les ONG se trouvent souvent confrontées à des situations où les municipalités cherchent à leur imposer le monopole de prestataires locaux, allant jusqu’à interdire par la force l’accès à leurs localités aux prestataires qui ont gagné des appels d’offre. En cela, les ONG se retrouvent dans la même situation de chantage que pour l’assainissement décrite plus haut. Dans un autre cas de figure, les municipalités cherchent à imposer la répartition du contrat entre différents prestataires locaux – on a ainsi l’exemple d’un camp, où on recense 33 prestataires différents. De fait, ces marchés sont très lucratifs et bénéficient sûrement aux économies politiques locales et les municipalités agissent dans une logique de captation de la rente humanitaire, de sa capitalisation ou de sa redistribution.

37Au-delà des municipalités, mais toujours en rapport avec les prestataires, nous avons été informés, dans un entretien, de pratiques de cartel de vidangeurs dans certaines zones pour contourner la concurrence et s’assurer la capture/le monopole des contrats, et avec pour conséquence la hausse des prix. Les ONG ne sont pas en mesure de contrer ces pratiques malgré les pressions des bailleurs. De fait, la forte demande pour ces services, techniquement plus complexes et coûteux en termes d’investissement que ceux des camionneurs d’eau, facilite ces pratiques.

L’instrumentation humanitaire face à la territorialité institutionnelle et souverainiste de l’État et ses administrations

38L’étalement de la crise dans le temps et les multiples variables sociales, physiques et sociopolitiques territoriales pèsent fortement sur la capacité des acteurs humanitaires à respecter les conditions fixées par l’État pour l’installation des camps, notamment en termes d’impact environnemental. Comme le montre l’exemple ci-dessous, avec le temps, d’autres acteurs publics, avec des rationalités différentes que celles des établissements des eaux et du ministère – qui ont choisi de ne pas intervenir sur les camps – revendiquent des mandats sur certaines zones spécifiques, remettant en cause le système sociotechnique et l’ensemble de l’instrumentation humanitaire.

  • 23 Les acteurs publics avancent que le financement humanitaire doit bénéficier aux institutions publiq (...)

39En 2018, l’Office du Litani attaque en justice les ONG humanitaires en charge de la fourniture des services en eau et assainissement de divers camps proches du cours du fleuve Litani, pour leur responsabilité supposée dans sa pollution. Dans cet épisode, une administration cherche à asseoir ses prérogatives de porteuse de la responsabilité de sauvegarde de l’intérêt général sur une question et un espace donné : celui du fleuve. Elle remet en question l’efficacité du modèle de système sociotechnique dominant porté par l’action humanitaire. Elle demande le démantèlement pur et simple de ces camps proches du fleuve afin de sauvegarder son intégrité. De fait, elle ne croit pas les acteurs humanitaires capables d’assurer le bon fonctionnement du système sociotechnique, malgré tous les instruments qu’ils déploient. Ce conflit traduit le rejet de l’instrumentation humanitaire dans le secteur de l’eau et de l’assainissement par de nombreux acteurs et indique une volonté de marquer la fin d’une période caractérisée par une rationalité de l’urgence. Pour des raisons différentes23, ces acteurs défendent la nécessité de passer à des actions qui relèvent du champ du développement.

L’instrumentation humanitaire face aux rationalités déterritorialisées et globalisante de ses propres acteurs humanitaires

40La crise syrienne a longtemps été présentée comme la plus grande crise humanitaire du XXIe siècle. Au niveau international, les bailleurs de fonds, institutions et organisations humanitaires, en ont fait une priorité de leur action. C’est ainsi que, sur de longues années, ces acteurs se sont investis fortement dans des géographies locales fines pour accéder aux besoins des réfugiés syriens, notamment au Liban. Toutefois, il faut garder en tête que, pour ces acteurs, cette crise et ces géographies, malgré leur importance, ne sont qu’une situation donnée parmi d’autres autour du monde. De fait, l’objectif affiché des acteurs humanitaires est avant tout de soutenir des populations déplacées en détresse, indépendamment des territoires ou secteurs de services ciblés. Les exemples suivants montrent comment ces rationalités déterritorialisées des acteurs humanitaires peuvent, de façon récurrente, remettre en cause la cohérence de l’instrumentation humanitaire du secteur de l’eau et de l’assainissement.

41Dans une première période, les ONG définissaient leur périmètre territorial d’intervention de façon plus ou moins aléatoire et au gré de leur « découverte » et enregistrement de nouveaux camps. Ensuite, la CSE réussit une cartographie globale des camps et établit des mécanismes pour assurer la couverture du plus de camps possibles par les ONG. La place prépondérante de l’UNICEF au sein du secteur – l’institution agit comme intermédiaire de financement pour près de 70 % des ONG (qui couvrent près de 85 % des camps répertoriés) opérant dans le secteur – facilite considérablement la répartition des territoires de couverture des ONG. Toutefois, souvent, pour des logiques d’optimisation de leurs efforts et de recentrage de leurs différentes activités au Liban, des ONG optent pour quitter soudainement une aire d’intervention, voire arrêtent leurs services d’eau et d’assainissement. Cette rupture de service ne signifie pas forcément une contradiction avec l’engagement humanitaire de l’ONG. Cependant, ceci peut créer des situations de plus ou moins forte déstabilisation de l’instrumentation humanitaire dans les zones concernées.

42La « Donor fatigue » – ou la fatigue des bailleurs – est aussi une situation dans laquelle les bailleurs ne sont plus intéressés à assurer les sommes requises par l’action humanitaire, à cause de l’étalement de l’effort humanitaire dans le temps long et de l’incapacité des acteurs humanitaires à trouver des solutions plus durables financièrement. De fait, Les modalités actuelles de fourniture de services sont très coûteuses alors que les objectifs identifiés ne sont que partiellement atteints. Une partie conséquente des financements est captée par des prestataires de services privés et la qualité de vie dans les camps reste globalement faible. Certains bailleurs ont déjà arrêté leurs financements alors que d’autres font pression sur la CSE et les ONG pour trouver rapidement des solutions plus performantes. Mais le passage à d’autres modalités nécessite un temps d’expérimentation conséquent que les ONG et le secteur, pris dans des logiques de réponse à des objectifs de court terme, n’arrivent pas facilement à dégager.

La fin d’un cycle et la nécessité d’un nouveau paradigme de l’action humanitaire dans les camps

43Dans ce panorama de l’instrumentation humanitaire et des territorialités complexes dans lesquelles elle doit s’insérer, on retrouve le camp et ses réfugiés comme objets de tous les intérêts. Mais, en tant que sujets, ces derniers sont relégués dans une position très marginale. Ils n’ont aucune voix au chapitre dans la production des instruments. Ils sont absents des tractations sociopolitiques et institutionnelles dont ils sont pourtant l’objet. La prise en compte de leur capacité d’action se limite à des comités de volontaires dont la tâche reste réduite, assez souvent, au suivi de l’activité des camionneurs et des vidangeurs. Tout ceci contraste, bien sûr, avec la figure du réfugié syrien habitant l’espace urbain décrite par Fawaz (2016, 2017), plein de vitalité et d’initiatives et contribuant fortement à la transformation des espaces urbains où il s’insère.

44Dans nos travaux de terrain, nous avons observé dans certains cas une capacité d’auto-organisation et d’initiative qui n’a rien à envier aux réfugiés urbains. Ce sont souvent des camps de taille moyenne installés sur des terrains dans les périphéries urbaines avec un forage d’eau à haut débit, et une population active au sein de l’économie urbaine ou agricole, ainsi qu’un capital social fort basé sur des solidarités claniques ou du lieu de provenance. Dans certains cas on retrouve des leaders forts en la personne de shawishs capables, de par leur longue implantation au Liban, de naviguer dans les relations avec les acteurs locaux pour assurer la meilleure insertion du camp et de sa population au sein du paysage sociopolitique et économique local. Ces camps attirent les acteurs humanitaires actifs dans différents secteurs (eau et assainissement, protection sociale, éducation, etc.) qui s’intéressent à ces cas de « succès » et cherchent à y être associés. Ces cas sont minoritaires mais sont révélateurs aussi, en creux, de la crise de l’instrumentation humanitaire. De fait, ce qui caractérise ces camps est bien leur faible dépendance envers les acteurs humanitaires et leurs services. Pour les autres camps, qui doivent compter sur les acteurs humanitaires et leurs systèmes sociotechniques pour assurer leurs besoins en eau et assainissement, la situation est clairement plus mitigée. Quand les dimensions matérielles et territoriales citées plus haut n’impactent pas le camp et que les services sont assurés, on observe une amélioration conséquente de la condition de vie dans ces camps. Mais ces derniers cas sont relativement rares.

Conclusion

45C’est dans ce sens que la perspective et la grille d’analyse que nous apportons dans cet article contribue à la recherche en apportant une lumière nouvelle sur les camps de réfugiés, leurs gouvernances et la place que l’eau peut y occuper. Si, clairement, comme le précise Sanyal (2017) dans des termes cités dans notre introduction, l’assemblage du camp syrien est fait d’humanitaire, d’hospitalité et de considérations économiques et politiques, ces dimensions se définissent et se construisent à partir de rapports matériels et territoriaux où l’eau maintient une place centrale. Ainsi, une attention à l’eau et à ses systèmes sociotechniques, comme aux instruments mobilisés par les acteurs humanitaires, rend ces dimensions plus tangibles et offre des voies pour que cette instrumentation humanitaire soit au service de l’amélioration de la qualité de vie des camps et leurs rapports aux territoires dans lesquels ils s’inscrivent.

46Dans le monde des acteurs humanitaires au Liban, les dernières années ont été marquées par une prise de conscience grandissante des problèmes et risques du statu quo actuel. Que ce soit au sein de la CSE, des ONG ou des autres acteurs impliqués, des discours mettent en avant la nécessité d’une réorganisation du secteur de l’eau et de l’assainissement pour aller au-delà de la logique d’urgence et de développer de nouveaux instruments qui puissent mieux prendre en compte les dimensions territoriales des camps et des espaces dans lesquels ils s’inscrivent. Ceci passe par de nouvelles orientations qui sont aujourd’hui testées par de nombreuses initiatives et projets pilotes toujours en cours. On observe ainsi un effort systématique des acteurs humanitaires pour construire des partenariats solides avec les acteurs publics (ministère, établissements des eaux, municipalités) et les impliquer d’une façon ou d’une autre dans la gestion des services en eau et assainissement dans les camps. La CSE a ainsi préparé deux Plans d’Actions, l’un pour les questions d’eau et l’autre pour celles d’assainissement dans les camps. Le premier plan propose de s’appuyer sur des points d’eau publics mis à disposition par les EE sur compteur aux ONG dans les zones où une production d’eau peut satisfaire les populations connectées aux réseaux publics et les réfugiés des camps. Le deuxième plan s’appuie sur les systèmes de traitement localisés des eaux usées qui pourraient être mis en place dans les grands camps pour en minimiser les coûts financiers et impacts environnementaux. On observe le développement des bases de données, dont le WAP, pour mieux prendre en compte les aspects sociaux et matériels des camps. Les ONG s’efforcent, à travers des études, de comprendre les marchés des camionneurs d’eau et d’assainissement, les gouvernances et les économies politiques locales. Avec la crise économique actuelle, d’autres ONG se recentrent sur certains territoires et y établissent des stratégies d’interventions qui prennent en compte en même temps les besoins des camps syriens et des populations vulnérables libanaises.

47Avec tout cet effort pour joindre la rationalité humanitaire à celle du développement, bon gré mal gré, le Liban émerge encore une fois comme un laboratoire d’expérimentation et de production de nouveaux savoirs sur les questions des réfugiés. Ce savoir nous semble devoir se construire principalement à travers le besoin de « reterritorialisation » de l’action humanitaire. Ceci ne nécessite pas moins qu’un vrai changement de paradigme et une révolution profonde dans les modes de faire au sein de la galaxie humanitaire mondiale.

Haut de page

Bibliographie

AGAMBEN G., 1998, Homo Sacer: Sovereign Power and Bare Life, Standford University Press.

AGAMBEN G., 2005, State of Exception, Chicago, University of Chicago Press.

AKRICH M., 1991, L’analyse socio-technique, in VINCK D. (Ed.), La gestion de la recherche (p. 13). De Boeck.

ALAM M.-U., UNICOMB L., AHASAN S. M. M., AMIN N., BISWAS D., FERDOUS S., AFRIN A., SARKER S. & RAHMAN M., 2020, Barriers and Enabling Factors for Central and Household Level Water Treatment in a Refugee Setting: A Mixed-Method Study among Rohingyas in Cox’s Bazar, Bangladesh, Water, 12(11), 3149. https://doi.org/10.3390/w12113149

AOUN O., FARAH J., MANSOUR E. & TELVIZIAN L., 2020, Water Trucking And Desludging In Its In Lebanon Market Study Report, UPLoAD.

BONEL K. & WEHBI M., 2020, WaSH Assessment Platform Report, UNICEF.

BROWN D., BOANO C., JOHNSON C., VIVEKANANDA J. & WALKER J., 2015, Urban Crises and Humanitarian Responses: A Literature Review, London, The Bartlett Development Planning Unit. University College of London.

DORAÏ M., 2008, Du camp à la ville. Migrations, mobilités et pratiques spatiales dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban, Asylon(s), https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00333392/document

FAWAZ M., 2016, Unsettling the ‘Refugee Crisis’: Notes from Beirut, International Journal of Urban and Regional Research. https://www.ijurr.org/spotlight-on/the-urban-refugee-crisis-reflections-on-cities-citizenship-and-the-displaced/unsettling-the-refugee-crisis-notes-from-beirut/

FAWAZ M., 2017, Planning and the refugee crisis: Informality as a framework of analysis and reflection, Planning Theory, 16(1), p. 99–115. https://doi.org/10.1177/1473095216647722

FERCHAUD F., JAGLIN S., KENNEDY L. & ROBERT J., 2020, 13. La production urbaine et ses dispositifs sociotechniques, in ADISSON F., BARLES S., BLANC N., COUTARD O., FROUILLOU L., & RASSAT F. (Eds.), Pour la recherche urbaine, Paris, CNRS Éditions, p. 267–292. https://doi.org/10.4000/books.editionscnrs.37193

GRÜNEWALD F., BROYER B., KAUFFMANN D. & PATINET J., 2011, Humanitarian aid in urban settings: current practices and future challenges. URD /ECHO. https://www.urd.org/en/publication/report-humanitarian-aid-in-urban-settings-current-practice-future-challenges-2011/

HALPERN C., LASCOUMES P. & LE GALES P., 2014, Introduction / L’instrumentation et ses effets débats et mises en perspective théoriques, in HALPERN C., LASCOUMES P. & LE GALES P., L’instrumentation de l’action publique, p. 15–62, Paris, Presses de Sciences Po. https://doi.org/10.3917/scpo.halpe.2014.01.0015

JAGLIN S., 2012, Services en réseaux et villes africaines : L’universalité par d’autres voies  ? Espace géographique, 41(1), 51. https://doi.org/10.3917/eg.411.0051

JAGLIN S., 2013, Les dispositifs hors réseau des villes en développement : Quels enseignements  ? in DEUTSCH C. & GAUTHERON I. (Eds.), Eaux pour la ville, eaux des villes. Eugène Belgrand XIXe -XXIe siècle, Paris, Presses des Ponts, p. 400-424. 978-2-85978-471-3. hal-00826374

JANSSEN B., 2016, The protracted refugee camp and the consolidation of a ‘humanitarian urbanism,’ International Journal of Urban and Regional Research. http:// www.ijurr.org/spotlight-on-overview/spotlight-urban-refugee-crisis/protracted-refugee-camp- consolidation-humanitarian-urbanism/

JANSSEN B., 2018, Kakuma Refugee Camp. Humanitarian Urbanism in Kenya’s Accidental City, ZED Books.

LASCOUMES P. & LE GALES P., 2004, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po.

LASCOUMES P. & LE GALES P, 2007, Introduction: Understanding Public Policy through Its Instruments?From the Nature of Instruments to the Sociology of Public Policy Instrumentation, Governance, 20(1), p. 1–21. https://doi.org/10.1111/j.1468-0491.2007.00342.x

MARFLEET P., 2007, 'Forgotten', 'hidden': predicaments of the urban refugee, Refuge, https://refuge.journals.yorku.ca/index.php/refuge/article/download/21366/20036/

MARTIN D., 2015, From spaces of exception to ‘campscapes’: Palestinian refugee camps and informal settlements in Beirut, Political Geography, 44, p. 9–18. https://doi.org/10.1016/j.polgeo.2014.08.001

Ministère de l'Environnement & le Programme des Nations Unies pour le Développement, 2014, Lebanon Environment Assessment of Syrian Conflict and Priority Interventions. https://www1.undp.org/content/dam/lebanon/docs/Energy %20and %20Environment/Publications/EASC-WEB.pdf

NASSAR J. & STEL N., 2019, Lebanon’s response to the Syrian refugee crisis – Institutional ambiguity as a governance strategy, Political Geography, 70, p. 44–54. https://doi.org/10.1016/j.polgeo.2019.01.005

PICKER G. & PASQUETTI S., 2015, Durable camps: The state, the urban, the everyday: Introduction, City, 19(5), p. 681–688. https://doi.org/10.1080/13604813.2015.1071122

SANYAL R., 2014, How Refuge Creates Informality: Shelter Politics in Refugee Camps in Beirut, Jerusalem Quarterly, 60, p. 11.

SANYAL R., 2016, From Camps to Urban Refugees: Reflections on Research Agendas, International Journal of Urban and Regional Research. https://www.ijurr.org/spotlight-on/the-urban-refugee-crisis-reflections-on-cities-citizenship-and-the-displaced/from-camps-to-urban-refugees-reflections-on-research-agendas/

VERDEIL E., FAOUR G. & HAMZE M., 2016, Atlas du Liban : Les nouveaux défis, Beyrouth, Presses de l'IFPO & CNRS-Liban

WALNYCKI A. & HUSSEIKI M., 2017, Five fundamentals to keep Lebanon’s water flowing, IIED, https://www.iied.org/five-fundamentals-keep-lebanon-water-flowing

Haut de page

Notes

1 De fait, depuis le début du XXe siècle, ce pays a une longue histoire de vagues successives de migrations de réfugiés fuyant des persécutions ou des contextes de guerre : arméniens, syriaques, kurdes, palestiniens, irakiens, soudanais, et dernièrement syriens.

2 Conception notamment inspirée par les travaux d’Agamben (1998, 2005)

3 Cette expression de l’un de nos étudiants lors d’un atelier universitaire sur les questions d’eau dans les camps de réfugiés syriens au Liban est assez expressive de ce paysage que nous avons retrouvé nous-même plus tard presque à l’identique dans une trentaine de camps que nous avons étudiés de 2017 à 2021 

4 Il est toutefois à remarquer que ce chiffre exclut les campements de moins de quatre tentes qui, si considérés, font monter le chiffre à 5 602 camps et 326 812 personnes. De plus, on doit noter que bien d’autres camps et campements existent et ne sont tout simplement pas inclus dans la base de données humanitaire. De fait, cette base de données ne couvre pas les camps non desservis par les agences humanitaires.

5 Les 12 camps palestiniens deviennent avec le temps des espaces de concentration de milliers de palestiniens dans un contexte de forte pauvreté, ainsi qu’à partir des années 1960 un espace d’organisation de la résistance palestinienne et ne relèvent pas de l’administration de l’État libanais.

6 Une exception à noter est celle de l’éducation où le ministère de l’Éducation joue un rôle central. S’il est compréhensible que l’État libanais, aux ressources limitées, soit submergé par cet afflux soudain de réfugiés et refuse d’en prendre lui-même la charge, certains auteurs pointent l’ambiguïté de la gouvernance de la question de la crise syrienne au Liban. Ce refus de gérer les réfugiés syriens est dans la continuité de la gestion des déplacés (même libanais) pendant la guerre civile, laissée aux acteurs humanitaires, partisans et privés. Par ailleurs, ce choix est à saisir aussi à la lumière des intérêts de certains acteurs économiques et politiques (Nassar & Stel, 2019)

7 Notamment, avec le débordement de la guerre syrienne et les attentats commis par les groupes liés à Al-Qaeda et Daech au Liban.

8 Ces derniers s’intéressent surtout aux réfugiés eux-mêmes et leur capacité d’auto-organisation, à l’échelle du camp et de ses espaces et à son rapport à la ville à travers l’inscription des réfugiés et du camp dans ses marchés (emplois, logement, commerce, foncier, etc.) ainsi que les cadres légaux et réglementaires définissant les usages de l’espace et les marchés.

9 Étude sur le marché des camionneurs d’eau et des vidangeurs d’assainissement des camps des réfugiés syriens au Liban, évaluation des programmes d’ONG internationales de services d’eau et assainissement dans les camps des réfugiés. Ces études ont été faites pour le compte d’organisations internationales opérant au Liban et impliquant, à différents degrés de partenariat ou de soutien, le ministère de l’Énergie et de l’Eau ainsi que les Établissements des Eaux régionaux.

10 Représentant des réfugiés envers les autres acteurs et personne centrale dans les processus de décision au sein de camp.

11 Ministère de l’Énergie et de l’Eau, ministère de l’Environnement, les quatre établissements des eaux régionaux, l’Office du Litani.

12 Il est à noter toutefois que, vu le contexte spécifique de construction de certaines des données dans le cadre de travaux de consultance, nous ne pouvons présenter ces situations que de façon anonymisée.

13 UNICEF est l’agence de l’ONU en charge des questions d’eau et d’assainissement.

14 Et si nous considérons seulement les camps avec plus de 4 tentes.

15 La norme en quantité d’eau est calculée en litres par personne et par jour et est fixée au niveau de la CSE. Elle a évolué plusieurs fois au cours de la dernière décennie en fonction d’évaluations faites, de manque de financements et, comme dernièrement avec l'épidémie de Covid-19, d’urgences : 15 l/p/j, 35 l/p/j, 40 l/p/j et 60 l/p/j. Vu que la quantité est calculée sur une base individuelle, et vu que le nombre et la taille des citernes sont fixes, le camionneur doit venir plus souvent pour remplir les citernes des ménages de grande taille.

16 Ces puisards (soak-away pits) assurent une filtration minimale et une infiltration lente dans la nature.

17 Dont l’origine et la qualité de l’eau n’est pas contrôlée.

18 La carte a été réalisée sur le logiciel Gephi. La taille des « nœuds » est en rapport avec le nombre de connections qu’ils ont : plus un nœud est connecté, plus sa taille est grande sur la carte. Les connexions lient toujours les acteurs en passant par un instrument. Le sens de la connexion indique le sens de l’action/autorité/contrôle dans cette relation. Le terme Secteur dans la figure indique la Coordination du Secteur de l’Eau.

19 Certaines des catégories d’instruments proposées peuvent s’inscrire dans les catégories proposées par Lascoumes et Le Galès, mais nous avons choisi de les démarquer pour souligner leur rationalité propre, notamment comme celle-ci opère au niveau de travail des acteurs humanitaires.

20 On retrouve ceci dans d’autres contextes (Alam et al., 2020)

21 En 2020, on comptait encore 77 municipalités qui n’avaient pas livré leurs sources d’eau et infrastructures à l’Etablissement de l’eau de la Békaa, organisme qui est devenu la nouvelle autorité publique de gestion de l’eau au niveau régional en vertu de la loi 220/2000.

22 La pratique de pousser les réfugiés à quitter un territoire sans l’annoncer (Walnycki & Husseiki, 2017)

23 Les acteurs publics avancent que le financement humanitaire doit bénéficier aux institutions publiques et aux infrastructures qui, indirectement, paient la facture de l’installation des réfugiés syriens sur le long terme. Pour d’autres acteurs humanitaires, c’est notamment l’alignement avec la nouvelle doctrine humanitaire – consacrée lors du Forum Humanitaire Mondial à Istanbul en 2016 et défendant une imbrication forte entre les actions et financements humanitaires et de développement – qui pèse sur leurs discours et pratiques en faveur d’une approche humanitaire différente de ce qui a prévalu pendant près de dix ans.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Diagramme du système sociotechnique d'eau et d'assainissement des camps de réfugiés syriens au Liban
Crédits Auteurs, 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19633/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19633/img-3.png
Fichier image/png, 153k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/19633/img-5.png
Fichier image/png, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jihad Farah et Oula Aoun, « Une instrumentation humanitaire déterritorialisée pour les services d’eau et d’assainissement dans les camps de réfugiés syriens au Liban : origines et limites », Géocarrefour [En ligne], 96/1 | 2022, mis en ligne le 21 juin 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/19633 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.19633

Haut de page

Auteurs

Jihad Farah

Université Dar Al-Hekma, Jeddah, Arabie Saoudite, Université Libanaise, Laboratoire CERDA, Beyrouth, Liban jfarah@dah.edu.sa / jihadfarah@gmail.com

Articles du même auteur

Oula Aoun

Université Dar Al-Hekma, Jeddah, Arabie Saoudite oulaaoun@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search