Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsMarc-André Selosse, L’Origine du ...

Marc-André Selosse, L’Origine du Monde

Jean-Marie Exbrayat
Référence(s) :

SELOSSE M.-A., 2021, L’Origine du Monde, illustrations de RAFAELIAN A., Paris, Actes Sud, 468 p.

Texte intégral

1« L’Origine du Monde », un titre qui évoque un tableau qui a fait scandale en son temps. Il s’agit pourtant d’un ouvrage portant sur la nature du sol, à l’interface de l’inerte et du vivant, sujet a priori plutôt austère, mais dont le ton est donné dans le sous-titre : « une histoire à l’intention de ceux qui le piétinent » et l’on n’est pas déçu. Marc-André Selosse, Professeur au MNHN, nous fait part de très savantes connaissances avec ce style didactique et fluide qui fait passer les notions les plus complexes ; de son côté, Arnaud Rafaelian, dont la complicité n’est pas nouvelle (Selosse et Rafaelian, 2019, 2021), prête sa main habile aux illustrations (im)pertinentes non dépourvues d’humour qui éclairent et détendent le lecteur au cours de ce voyage initiatique.

2Après une introduction préparant la promenade, démarre l’histoire des sols, une pièce en trois actes, chacun divisé en parties (scènes ?) précédées d’un court résumé annonçant le contenu avec des avertissements, des conseils et même des expériences à réaliser dans sa cuisine ! Chaque partie se termine par une conclusion soulignant l’essentiel.

3Dans le premier acte, le lecteur engagé à récupérer quelque part un morceau de sol, constate sa dureté : le sol est formé de fragments de toutes tailles dont il serait vain de dresser le catalogue. La matière organique apportée par les déjections et la décomposition des organismes colle ces particules contribuant à la fermeté de ce sol qu’elle assombrit. Ce sol est pourtant fragile. Sensible à un excès d’eau, il peut se ramollir et embourber les véhicules. « Les sols sont des durs à cœur tendre ».

4Le sol est creusé de pores qui se font et défont, stockant et déstockant l’eau. Celle des plus petits est retenue au point d’empêcher son absorption par les racines. Mais qu’à cela ne tienne, les plantes s’abreuvent à la réserve contenue par les plus gros. Toutefois, une irrigation trop importante peut stériliser le sol, tout simplement. L’eau transporte des argiles qui collent aux sels minéraux, même si certains peuvent s’échapper, ce qui conditionne le mode de culture. Des quantités suffisantes d’argile et de matière organique sont fertiles, fertilité qui peut être diminuée par les pluies acides qui vident les réserves de sels minéraux.

5Ce sol est habité par toutes sortes d’êtres vivants en interaction permanente et dont les productions sont mises à profit par l’activité humaine. La biodiversité d’un sol « bien de chez nous » qui représente 50 à 75 % de la biomasse terrestre, avec 26 % des espèces, n’a rien à envier aux récifs coraliens ou aux forêts tropicales !

6L’air du sol est un isolant thermique mis à profit par les plantes dont les racines se développent en profondeur et les animaux qui s’enfouissent pour résister au froid, à la chaleur, à la sécheresse. (Khammar et Gernigon, 2004). Les gaz émis par ces organismes du sol participent à l’effet de serre qui permet une température terrestre acceptable, sauf s’il devient excessif. Le sol peut stocker le CO2 et diminuer cet effet (Exbrayat J.-F. et al., 2013 ; Bloom et al., 2016).

7Dans le deuxième acte on apprend que la pédogenèse est un très long processus qui commence par l’installation de bactéries sur le minéral brut, formant un biofilm petit à petit colonisé par des organismes de plus en plus exigeants qui apportent de la matière organique, de l’azote atmosphérique. Le tout conduit à un climax peuplé d’espèces végétales, du brin d’herbe minuscule à l’arbre gigantesque. Tout ceci en fonction de la zone géographique et des changements climatiques dont les traces restent visibles dans les horizons, le nom des strates témoignant d’un passé pouvant être daté.

8Les déchets organiques vont nourrir les bactéries qui à leur tour nourriront d’autres organismes. La décomposition produit du CO2 qui rejoint l’atmosphère et de l’humus riche en nitrates, phosphates et en bien d’autres choses constituant un excellent engrais.

9Pour se protéger, les plantes synthétisent des « fouillis de tannins » qui affectent les bactéries. Le lecteur appréciera les dénominations de l’auteur, ainsi les « humus fainéants » des sols appelés « moders » et « mors » où le recyclage des substances est lent, comme une indigestion, et les « humus actifs » des « mulls » comparés à une digestion aisée. Les végétaux et les animaux dépendent des bactéries sensibles à l’acidité et aux champignons insensibles à cette dernière. Tout est lié.

10Les roches sont dissoutes par l’eau de pluie. Soumis au climat, des minéraux apparaissent, de plus en plus nombreux en quantité et en qualité, s’accumulant et pouvant être exploités, ou encore se déplaçant formant des grès, des sables….

11Le sol est toujours en mouvement, conséquence des lois de la physique et de la bioturbation, l’activité des organismes. L’érosion évite l’épaississement du sol mais, si elle devient excessive, elle le conduit à une mort certaine. Ici, Marc-André Selosse enfourche l’un de ses chevaux de bataille : les méfaits du labour qui multiplient par 10 à 100 la vitesse de cette érosion. L’érosion d’un sol au bord de la mer ou d’un cours d’eau fertilise mais un excès de fertilisation provoque une eutrophisation des masses d’eau.

12Le troisième acte propose une « excursion souterraine dans la vie végétale ». Le sol est peu nourrissant et les plantes ont mis au point des systèmes racinaires abondants, extrêmement ténus et modulables pour puiser leurs ressources dans les moindres recoins (Gagliano, 2013). Mais ce n’est pas tout : ces racines ont su s’associer avec des mycéliums en une très efficace symbiose, la mycorhize.

13Des microbes de toutes sortes peuplent la rhizosphère, ce sol qui entoure la racine, allant jusqu’à pénétrer les tissus végétaux1, leur apportant de l’azote. Les plantes cultivées dans un sol différent de celui d’origine peuvent devenir envahissantes. Développer des racines n’est cependant pas aussi évident car certains minéraux peuvent devenir toxiques, de nombreux pathogènes se développent. Autant de contraintes que la végétation va devoir contourner.

  • 2 Les perturbateurs endocriniens sont des molécules synthétiques proches d’hormones. Relâchés dans le (...)
  • 3 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosy (...)

14Ce sol qui apporte énormément n’est pourtant pas épargné par l’activité humaine. Son histoire évolutive compte aussi de véritables « affronts », tels que la présence de microparticules (Exbrayat J.-M. et al., 2015), de produits de synthèse2, d’êtres vivants venus d’ailleurs (Justine et al., 2019). L’agriculture elle-même présente des effets nocifs et l’auteur déplore des labours trop fréquents, une fertilisation excessive, l’usage systématique de pesticides. Il existe aussi – heureusement – des gestes pour restaurer la vie d’un sol appauvri. Des chiffres interrogent : à l’heure où ce livre est écrit, la dégradation des terres affecte 3,2 milliards de personnes dans le monde (IPBES3) ; d’ici 30 ans, 50 à 700 millions de personnes devraient migrer consécutivement à l’altération des sols. Toute action devra s’adapter à l’évolution de la situation.

15Epilogue

16Chaque sol est unique4. Dans cet épilogue, l’auteur avoue modestement que « résumer le sol n’est pas une chose aisée ». Les sols, par leur complexité à l’interface du minéral et de l’organique, de l’inerte et du vivant, par leur dynamique incessante sont l’origine du monde, à l’image du tableau (scandaleux ?) de Courbet évoqué en introduction. Ces sols, l'humanité ne les connaît – un peu – que depuis la deuxième moitié du XIXe siècle. Considérés tout d’abord sous leur seul aspect chimique, minéral, puis avec leur partie organique, vivante.

17« Le sol est un patrimoine » à préserver, avec ses potentialités minérales et organiques. Il est aussi un lieu de repos. Allongé à même le sol en bord de mer, l’auteur, scientifique et poète, nous partage ses rêves, « du sable de la plage à la vie marine, aux pêches et au varechs », le sol est une puissance dont la fertilité irrigue la vie dans un mouvement final de sa propre symphonie (en sol, bien entendu). Il nous le confie, ce sol qu’il connaît si bien et qu’il défend à tout va.

  • 5 Le congrès intitulé « Science du sol – franchir les frontières, changer la société » sera consacré (...)

18Ce livre de 478 pages est une vue d’ensemble du sol, certes, mais aussi un plaidoyer pour sa sauvegarde. Il contient des notions complexes relevant de nombreuses disciplines, exposées de manière limpide. Ce livre arrive juste avant la tenue du grand congrès quadriennal consacré aux sciences du sol qui se déroulera du 31 au 5 août de cette année à Glasgow5 et dont il pourrait finalement constituer une excellente introduction. Certains pourront peut-être regretter le manque de références bibliographiques mais de trop nombreux renvois et une liste obligatoirement colossale de références ne feraient qu’alourdir cette synthèse adressée à un public large. Le but de l’auteur est atteint : la lecture de cet ouvrage change la vision du sol que le lecteur piétine au quotidien. Un livre à lire, un sol à respecter.

Haut de page

Bibliographie

BLOOM A.A., EXBRAYAT J.-F., VAN DER VELDE I.R., FENG F., WILLIAMS M., 2016, The decadal state of the terrestrial carbon cycle : Global retrievals of terrestrial carbon allocation, pools, and residence times, Proc Natl Acad Sci U S A. 113(5), p. 1285-1290. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4747711/

Exbrayat J.-F., Pitman A.J., Zhang Q., Abramowitz G., Wang Y.-P., 2013, Examining soil carbon uncertainty in a global model : response of microbial decomposition to temperature, moisture and nutrient limitation, Biogeosciences, 10, p. 7095–7108. https://bg.copernicus.org/articles/10/7095/2013/bg-10-7095-2013.pdf

EXBRAYAT J.-M. MOUDILOU E.M., LAPIED E., 2015, Harmful effects of nanoparticles on animals, Journal of nanotechnology Article ID 861092. https://www.hindawi.com/journals/jnt/2015/861092/

GAGLIANO M., 2013, Green symphonies : a call for studies on acoustic communication in plants, Behavioural Ecology, 24(4), p. 789-796. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3677178/

JUSTINE J.L., THERY T., GEY D., WINSOR L., 2019, First record of the invasive land flatworm Bipalium adventitium (Platyhelminthes, Geoplanidae) in Canada, Zootaxa, 4656(3) :zootaxa.4656.3.13. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31716820/#affiliation-1

KHAMMAR F., GERNIGON T., 2004, Le vivant et l’eau : des stratégies pour s’adapter à l’environnement, in EXBRAYAT J.-M., MOREAU P., L’Homme méditerranéen et son environnement, Université Catholique de Lyon et Société Linnéenne de Lyon, Ed., p. 27-37.

SELOSSE A., RAFAELIAN A., 2019, Les Goûts et les couleurs du monde : Une histoire naturelle des tannins, de l'écologie à la santé, Paris, Actes Sud, 352 p.

SELOSSE A., RAFAELIAN A., 2021, Petites histoires naturelles : Chroniques du vivant. Chroniques de la terre au carré, Paris, Actes Sud – France Inter, 190 p.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple les symbioses rhizobiennes. https://www.supagro.fr/ress-pepites/processusecologiques/co/SymbiosesRhizobiennes_1.html

2 Les perturbateurs endocriniens sont des molécules synthétiques proches d’hormones. Relâchés dans les sols, ils peuvent être ingérés par les organismes dans lesquels ils miment l’action de l’hormone en provoquant des désordres métaboliques. https://www.anses.fr/fr/content/travaux-et-implication-de-lanses-sur-les-perturbateurs-endocriniens

3 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES). https://eco-act.com/fr/changement-climatique/rapport-giec-ipbes-biodiversite/

4 Musée des sols, Wageningen, Pays-Bas. https://trends.archiexpo.fr/cls-led/project-84794-232714.html

5 Le congrès intitulé « Science du sol – franchir les frontières, changer la société » sera consacré au lien entre le sol et la société, allant des systèmes, processus et gestion des sols aux interactions humaines avec les sols dans le monde entier. https://council.science/fr/events/wcss-soil-science-2022/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Exbrayat, « Marc-André Selosse, L’Origine du Monde », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 28 juin 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/19864

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Exbrayat

Professeur émérite, Université catholique de Lyon (UCLy) -Directeur d'Etudes émérite, Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE) jmexbrayat@univ-catholyon.f

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search