Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96/1Comptes rendus d'ouvragesIsabelle Michallet, Pierre Charru...

Comptes rendus d'ouvrages

Isabelle Michallet, Pierre Charruau, Claudia Monzon Alvarado (eds), Les sédiments du bassin versant de l'Usumacinta en 12 questions

André Buisson
Référence(s) :

MICHALLET I., CHARRUAU P., MONZON ALVARADO C. (eds), 2022, Les sédiments du bassin versant de l'Usumacinta en 12 questions, GRAIE (France) et ECOSUR (Mexique), 47 p.

Texte intégral

1Serpentant sur une longueur d'environ 560 km à la frontière du Mexique et du Guatemala, le fleuve Usumacinta fait l'objet d'une étude pluri-disciplinaire développée de 2018 à 2022 au sein du projet franco-mexicain VAL-USES "Des usages traditionnels à une valorisation intégrée des sédiments dans le bassin-versant de l'Usumacinta" (p. 7, carte du bassin versant de l'Usumacinta).

2Douze questions, c'est le format choisi pour ce fascicule pour "expliquer les enjeux liés aux sédiments du bassin-versant de l'Usumacinta : à quoi servent-ils, sont-ils pollués, quels en sont les usages au fil du temps, comment les valoriser ?" (introduction, p. 6). Chaque "question" est développée en une ou plusieurs double-pages, très illustrée, complétée par un résumé encadré ("Ce qu'il faut retenir", en caractères de couleur orangé) et une orientation bibliographique ("Pour en savoir plus"). Pour amplifier la diffusion de ce savoir, ce livre a été édité en français et en espagnol.

3Les douze questions sont formulées ainsi : "Que sont les sédiments fluviaux ?", "Pourquoi étudier les sédiments et leur dynamique ?", "Quel est le rôle des sédiments dans les écosystèmes ?", "Quelles propriétés des sédiments pour quelles valorisations ?", "Existe-t-il des risques associés à la pollution des sédiments ?", "Comment les anciens peuples utilisaient-ils les sédiments du fleuve Usumacinta ?", "Quels sont les usages actuels des sédiments ?", "Quelle est l'organisation sociale autour de l'extraction des sédiments dans le bassin versant du fleuve Usumacinta ?", "Qui réglemente l'usage des sédiments ?", "Pourquoi et comment valoriser les sédiments en tant que ressource naturelle ?", "Qu'est-ce que les observatoires socio-environnementaux ?", "Pourquoi créer un Observatoire des sédiments dans le bassin versant de l'Usumacinta ?". Elles sont complétées par une conclusion sous la forme d'une question supplémentaire : "Quel est le rôle – hier, aujourd'hui et demain – des sédiments dans le système socio-écologique de l'Usumacinta ?" accompagnée d'une très importante frise chronologique (fig. 13-2, p. 46-47).

4A travers ces questions, se trouve révélé le cycle annuel du fleuve qui, comme le Nil pour les Egyptiens, apporte par sa crue chaque année inondation des terres, dépôt sédimentaire et fertilisation des champs agricoles (question 7, p. 28). C'est l'une des raisons pour lesquelles les humains se sont établis prioritairement sur les berges des fleuves, rivières et lacs : abondance de nourriture (chasse, pêche), fertilité des sols, abondance de la végétation et de la forêt (bois de construction) et, enfin, moyen de protection et de défense (ainsi, en Europe occidentale, la culture dite "rubané" du Néolithique danubien, ou la succession d'habitats mis au jour dans le Jura autour du lac de Chalain par P. Pétrequin). On en retiendra, notamment, que des sociétés humaines se sont installé le long du fleuve, à la manière de nos palafittes des lacs alpins et jurassiens, dès la Protohistoire, y ont construit leurs agglomérations de maisons, comme les Mayas, et y ont développé leur agriculture et une industrie céramique (question 6, p. 22-25).

5Il s'agit d'un fleuve dynamique, en pleine évolution, si l'on observe les photographies aériennes Google Earth de 1984 et de 2016 (fig. 12.1, p. 41) où l'on voit un méandre recoupé à la hauteur de la commune de Balancàn. Son activité provoque un abondant dépôt de sédiments sous forme d'îles (fig. 3.1, p. 14). L'exploitation des sédiments, historiquement établie le long des fleuves, est un atout pour les civilisations. Aujourd'hui, cette activité, jugée "durable" parce que "majoritairement artisanale" (p. 26), pose à long terme un certain nombre de questions. C'est une "activité multiforme" (question 8, p. 30) et la réglementation locale doit être vigilante à éviter la surexploitation (rôle de la Casa Ejidal, question 9), afin de ne pas bouleverser définitivement l'écosystème, comme c'est le cas aujourd'hui sur le Mékong (avertissement lancé dans la conclusion, p. 44, à propos de la construction de grandes infrastructures nationales qui pourraient conduire à la surexploitation des sédiments du fleuve Usumacinta).

6Le format de ce fascicule a été conçu pour en faire un document pédagogique commode, explicatif et didactique pour les lecteurs, destiné tout autant à l’information et à l'éducation des riverains de l'Usumacinta et des fleuves du monde hispano-américain (version en espagnol) qu'à l'enseignement en ateliers de terrain et classes universitaires. La mise en page, déjà détaillée plus haut, rend la consultation et la lecture des textes aisée et comblera largement la curiosité des lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Isabelle Michallet, Pierre Charruau, Claudia Monzon Alvarado (eds), Les sédiments du bassin versant de l'Usumacinta en 12 questions », Géocarrefour [En ligne], 96/1 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/19874 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.19874

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search