Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsMax Rousseau et Vincent Béal, Plu...

Max Rousseau et Vincent Béal, Plus vite que le cœur d’un mortel. Désurbanisation et résistances dans l’Amérique abandonnée

Emeline Comby
Référence(s) :

ROUSSEAU M. & BEAL V., 2021, Plus vite que le cœur d’un mortel. Désurbanisation et résistances dans l’Amérique abandonnée, Caen, Editions Grevis, 256 p.

Texte intégral

1Ce livre de 256 pages est écrit par Max Rousseau et Vincent Béal, bien connus des géographes notamment du fait de leurs travaux sur les villes en décroissance. Max Rousseau, auteur d’une thèse en science politique en 2011 intitulée Vendre la ville (post)industrielle : Capitalisme, pouvoir et politiques d’images à Roubaix et à Sheffield (1945-2010), est géographe au CIRAD et rattaché à l’UMR ART-Dev. Vincent Béal, docteur en science politique en 2011 sur Les politiques du développement durable : gouverner l’environnement dans les villes françaises et britanniques (1970-2010), est sociologue à l’Université de Strasbourg et rattaché à l’UMR SAGE. Leur ancrage stéphanois lors de la préparation du doctorat apparaît dans le prologue qui aborde brièvement quelques grands enjeux des villes en déclin (comme la généralisation de la pénurie, la décomposition du compromis entre travail et capital ainsi que leur statut de villes laboratoires du néolibéralisme urbain). Cet ouvrage s’inscrit donc dans la suite de leurs questionnements sur les shrinking cities, des villes qui sont appelées, dans la littérature, tantôt décroissantes, tantôt en déclin, tantôt rétrécissantes.

2Plus vite que le cœur d’un mortel, ce titre fait écho à un extrait du Cygne de Beaudelaire qui met en exergue l’absence d’inertie en termes de morphologie urbaine. Les géographes y verront également une passerelle avec La forme d’une ville de Julien Gracq (1985), livre centré sur Nantes.

3Même si le prologue et l’épilogue de l’ouvrage évoquent différentes villes face à la désindustrialisation et à la perte d’une partie de leur population urbaine, l’ouvrage se focalise sur une ville, à savoir Cleveland : le parti pris vise à « regarder depuis Cleveland » (p. 22) des devenirs urbains. Ce livre est certes une monographie, genre pratiqué par les géographes, mais il le dépoussière en alliant une étude empirique fine et contextuelle à une volonté de monter en généralité pour décrire des trajectoires urbaines en partie partagées par des villes face à la problématique du déclin.

4Le choix de Cleveland semble particulièrement judicieux car cette ville incarne en partie une « impasse du capitalisme » (p. 20), la ville face à la désindustrialisation de la Rust Belt et à la crise des subprimes, dans les discours tant politiques que médiatiques aux Etats-Unis (par exemple dans le documentaire Cleveland contre Wall Street en 2010). Il est aussi question du « modèle de Cleveland » où se développeraient, dans un contexte de rétrécissement urbain, des politiques urbaines alternatives à travers une banque urbaine, une écologisation des pratiques liées à un empowerment et la création de coopératives locales (Coppola, 2014). Or cette ville de Cleveland reste très discrète dans les études urbaines françaises, à l’heure où de nombreuses thèses récentes de géographie ont été soutenues sur différentes villes états-uniennes et ont accru le corpus de connaissances en français sur Las Vegas (Nédélec, 2013), New York et Détroit (Paddeu, 2015), Baltimore (Baffico, 2017), Raleigh et Seattle (Duroudier, 2018), Austin (Le Guen, 2019), Chicago et Houston (Nussbaum 2019), Phoenix et Tuscon (Boyer 2020) ou encore sur Atlanta et Philadelphie (Nafaa, 2021)… Ce livre interroge donc ce modèle de Cleveland.

5L’ouvrage présente l’originalité d’allier des sections classiques dans leur forme (un prologue, sept chapitres et un épilogue) avec des interludes (non paginés) de l’ordre du carnet de terrain marqués par une police rappelant le charme de la machine à écrire. En fin de chapitre, des dessins en noir et blanc et en pleine page de Lauren Hamel retranscrivent une scène vécue par les deux auteurs. D’autres dessins sont parsemés dans l’ouvrage, souvent de plus petite taille. Cette proposition artistique très réussie présente également un intérêt scientifique, en représentant des habitants et habitantes ou des paysages urbains et en éclairant la narration. Evitant le voyeurisme de certaines photographies sans soulever des questions de droit à l’image, ces dessins nous immergent dans la vie à Cleveland par leur sens du détail. Ils contribuent à donner de la chair au récit, remplaçant efficacement les photographies qui jouent souvent ce rôle dans les écrits de géographes. Cette initiative rejoint celle de Claire Brisson (2016) sur les esquisses comme outil de restitution du terrain en géographie en mettant la focale sur des espaces micro pour retranscrire des situations observées.

6Le nombre important de cartes en couleurs constitue une autre originalité pour un livre vendu à un prix très raisonnable (16 €). Réalisées par David Lagarde, elles sont présentées en pleine page ou en demi-page. Il est possible de regretter le format trop restreint de certaines d’entre elles (par exemple p. 42), mais cette remarque ne doit pas faire oublier un des atouts majeurs du travail cartographique : un jeu de cartes à l’échelle de Cleveland ou du Comté de Cuyahoga qui offre un panorama très complet de cette ville. Ces cartes permettent d’alimenter différentes approches géographiques : des cartes de localisation (à l’échelle du Nord-Est des Etats-Unis ou de la ville de Cleveland), une géohistoire (via le redlining de la Home Owners’ Loan Corporation de 1939), une géographie économique (en insistant sur les crédits subprimes), une géographie sociale (en mettant en lumière des contrastes de revenus ou des espaces faisant l’objet de saisies immobilières), mais également une géographie électorale (à travers l’élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis). Ce portfolio de cartes est une ressource documentaire précieuse pour les enseignants et enseignantes, que ce soit au lycée ou à l’université, donnant l’avantage d’étudier différents phénomènes constitutifs de la même ville.

7En termes de méthodologie, ce livre fait un pas de côté par rapport aux attendus classiques de la recherche. En effet, le protocole n’est pas extrêmement détaillé et ne décrit pas précisément les entretiens réalisés, l’échantillonnage et les conditions de réalisation (nombre, genre, âge, durée…). Toutefois, un des atouts du livre réside dans sa présentation d’abondants extraits d’entretiens, au plus près des interactions de terrain. Ainsi, nous avons l’impression de rencontrer des figures marquantes de la ville, celles et ceux qui produisent Cleveland. Ce protocole s’appuie également sur un travail d’observation de terrain dans des jardins communautaires. Cette double entrée allie habilement une approche par le haut, celle des acteurs et actrices qui gouvernent la ville, et une autre par le bas pour écouter et faire entendre les voix des populations noires de l’hyperghetto.

8Le chapitre 1 « Construire l’abandon » (p. 31-p. 60) s’appuie sur une approche géohistorique de la ville de Cleveland pour éclairer la situation contemporaine et ses racines, notamment au cours du XXe siècle. En plus d’une approche classique autour de la ségrégation urbaine lue comme une « construction sociale et politique » et comme « une politique raciale de peuplement » (p. 41), ce chapitre présente l’originalité de lier le redlining des années 1930 (identifiant des zones rouges à très faible valeur immobilière où les prêts étaient refusés aux populations « indésirables », essentiellement noires) au déclin urbain de certains quartiers. Le pouvoir des cartes et des catégories entraîne la stigmatisation de quartiers de l’inner city, la fin des investissements dans ces mêmes quartiers (où la rente foncière est vue comme moins intéressante ou nulle) et la paupérisation des personnes qui restent. Dans la décennie 1960, les ghettos perdent leur fonction d’intégration pour devenir des hyperghettos, soit des espaces d’exclusion. Le premier intérêt de ce chapitre est d’insister sur le rôle d’une élite politique et économique locale qui crée des partenariats publics-privés à l’origine de projets de rénovation urbaine, mais également de mettre en lumière un déplacement de populations pauvres et noires, ce qui renforce la concentration de ces populations dans des espaces refuges. A Hough, la population noire passe de 14 % en 1950 à 90 % au milieu des années 1960. Le deuxième intérêt réside dans la mise au premier plan des incendies et de l’évolution de leur signification. En 1965, le maire de Cleveland commence sa politique d’incendie volontaire pour détruire des logements dégradés : la vision économique sous-jacente est de rééquilibrer l’offre et la demande (en réduisant l’offre) et donc de générer une stabilisation ou une hausse des prix du foncier grâce à la destruction. Ces incendies génèrent alors des terrains nus, des friches urbaines, dont certaines sont aujourd’hui utilisées par des jardins communautaires. De plus, la technique incendiaire est reprise dans le cadre du mouvement des droits civiques par les populations noires, lors des émeutes, dans une forme de réappropriation voire d’inversion d’un stigmate et d’un des symboles de la domination par certaines élites. Après une brève période d’alternatives urbaines au début des années 1970, Cleveland devient un des laboratoires des villes entrepreneuriales avec une fiscalité plafonnée, une privation de services publics (comme la compagnie d’électricité), un projet urbain de reconquête des fronts d’eau, le développement d’un discours de marketing territorial autour du slogan Comeback city… Ce récit est particulièrement stimulant puisqu’il montre comment les alternatives peuvent avoir des difficultés à se pérenniser du fait du jeu d’acteurs et d’actrices tant politiques qu’économiques. De plus, Cleveland apparaît comme un cas d’école de la ville néolibérale par les stratégies urbaines déployées notamment depuis la décennie 1990 : il ne manque qu’un grand événement pour parfaire la composante archétypale du tableau décrit.

9Le chapitre 2 « Krach en Krach » (p. 67-86) se centre sur les évolutions du capitalisme financier « hypertrophié et dérégulé » (p. 67). Son fil rouge réside dans la figure de Jim, l’un des principaux instigateurs de la banque foncière de Cleveland, vitrine du modèle de Cleveland. Ce chapitre porte sur la crise des subprimes qui apparaît dès 2006 à Cleveland, en explicitant les dynamiques de reverse redlining (des prêts immobiliers prédateurs visant en priorité des populations pauvres ou marginalisées qui peinent ensuite à rembourser) et en érigeant Cleveland en « épicentre de la crise des subprimes » (p. 75). La métaphore du cancer extraite d’un entretien est reprise pour qualifier des quartiers d’infectés (p. 84-85) : cette approche organiciste et sanitaire de la ville ne semble pas forcément la plus heureuse, même si elle est mobilisée avec un œil critique.

10Le chapitre 3 « Quand cède la digue » (p. 95-115) insiste sur les répercussions de la crise des subprimes sur la première couronne de suburb avec l’arrivée de populations afro-étatsuniennes qui fuient les quartiers Est paupérisés de la ville. Les auteurs développent l’idée de « transition raciale » (p. 103) à travers l’exemple de South Euclid qui compte 21 % de population noire en 2000 et 40 % en 2010. Ces pages développent alors une critique de la suburb emblème d’un certain American way of life, en dressant la « fin du rêve suburbain » (p. 105) avec les saisies et départs qui touchent certaines populations blanches. Un des points clés de ce chapitre réside dans les stratégies contrastées d’exit : les acteurs et actrices n’ont pas les mêmes possibilités dans leurs stratégies résidentielles en temps de crise, entre les populations captives du ghetto et des populations blanches plus mobiles à South Euclid ou celles qui pratiquent notamment le « défaut stratégique » (p. 106), soit le refus de remboursement d’un prêt pour un bien qui a perdu de sa valeur initiale. Les jardins font partie des stratégies développées pour enrayer « l’exil blanc » (p. 108) vers les exurbs, des suburbs plus lointaines, tout en favorisant la coprésence entre populations blanches et noires. Le deuxième point clé de ce chapitre débute à partir de la page 110, où la démonstration décrit finement comment la ville de Cleveland en déclin devient une aubaine pour des investissements internationaux. Il est possible d’acheter une maison à 30 000 dollars pour la mettre en location pour 1 200 dollars par mois. Sur les ruines du capitalisme urbain repousse le capitalisme urbain…

11Le chapitre 4 « Le maçon ou le bulldozer » (p. 121-141) porte sur les modalités de prise de décision dans les villes en déclin, entre deux options, à savoir la réhabilitation ou la démolition. Ces choix sont développés par le haut, à l’échelle du comté, à travers la banque foncière, en déconnexion avec les populations urbaines et soustrait au contrôle de la municipalité et des réseaux du développement communautaire. Cette banque foncière peut privilégier la démolition pour faire évoluer le cadre urbain et notamment le rendre plus verdoyant dans des quartiers catégorisés comme fragiles ou sinistrés. Les espaces dits stratégiques sont susceptibles de bénéficier de réhabilitation. Cette typologie s’appuie sur des indicateurs et un traitement des données statistiques, ce qui « contribue à techniciser » la prise de décision (p. 137). L’argument des auteurs est de montrer comment les chiffres et les cartes donnent une impression d’objectivité, mais sont en fait « hautement politiques » (p. 138). Cet « urbanisme algorithmique » (p. 141) est politique à la fois dans le choix des données et des indicateurs, mais également dans son rôle dans la démobilisation et l’affaiblissement des oppositions urbaines.

12Le chapitre 5 « Démolition » (p. 149-168) traite de la stratégie de démolition de la banque foncière et notamment des facteurs de sélection et de gestion différenciée des espaces, entre un Est plus noir plus paupérisé et plus exposé à la destruction et un Ouest vu comme un espace doté d’un « potentiel de gentrification » (p. 163). L’objectif est d’expliquer comment se crée un paysage désurbanisé ou simplement de moins en moins urbain, mais avec une forte variabilité spatiale.

13Le chapitre 6 « Après la ville » (p. 175-207) vise à offrir une lecture critique de la « ruralisation de la ville abandonnée » (p. 181) qui fait l’objet d’une forte médiatisation souvent laudative. L’agriculture urbaine offre-t-elle une alternative pour les villes en déclin ? Les auteurs la qualifient de « pratique de crise » (p. 184) qui permet de fournir l’accès à l’alimentation dans des déserts alimentaires, en insistant sur le rôle des individus et en invisibilisant la responsabilité des pouvoirs publics face à un contexte d’austérité. Cette agriculture est marquée par un imaginaire positif venu d’une référence à la suburb blanche (remettre du vert en ville et dédensifier, essentiellement le ghetto noir). Le chapitre se concentre sur quatre représentations « élitistes » de l’agriculture urbaine (p. 186) comme symbole de la désurbanisation.

14Le chapitre 7 « Entrouvrir la porte » (p. 215-235) porte sur le modèle de Cleveland et son exportation comme « une alternative concrète au capitalisme débridé […], l’espoir d’un développement relocalisé, tourné vers plus de justice sociale et environnementale » (p. 223). L’Université Circle témoigne du rôle que jouent des services publics comme l’université ou les hôpitaux dans les villes. Sans possibilité d’exit, liée au territoire et jouant un rôle dans le développement local, l’Université Circle est décrite comme « une forteresse » (p. 227), un « avant-poste des quartiers riches » favorisant une gentrification. Cela rappelle le rôle joué par Columbia University à Harlem (Recoquillon, 2009) avec ses besoins immobiliers mais également le public la fréquentant.

15L’épilogue a pour objectif de « Regarder vers Cleveland » (p. 239) et propose une montée en généralité autour de la situation des villes en déclin. La comparaison mobilise des villes états-uniennes et d’Europe de l’Ouest, en insistant sur le « mouvement coopératif » et la « relocalisation de la richesse » (p. 241), l’effritement du dogme de la croissance et le rôle des collectifs sociaux dans les transformations urbaines. Les deux auteurs ne déroulent pas une ligne unique pour clore leur argumentation, mais proposent deux lectures possibles : le courant froid qui considère que ces initiatives sont une mutation du capitalisme pour ingérer les critiques qui lui sont faites d’une part et d’autre part le courant chaud qui souligne les changements liés à une institutionnalisation croissante des initiatives de relocalisation et des mobilisations habitantes. Cette porte ouverte peut apparaître comme déroutante car les auteurs ne semblent pas souhaiter prendre ouvertement position. L’ouvrage se termine sur un refus des visions catastrophistes ou liées à la collapsologie car l’effondrement « est déjà là […] partiel et hautement inégal » (p. 245), en espérant que d’autres acteurs et actrices puissent reproduire, adapter ou développer des alternatives expérimentées dans les territoires en déclin.

16Par conséquent, ce livre est pensé pour le plus grand nombre et permet d’interroger les possibles autour des alternatives urbaines face au capitalisme urbain. Cet ouvrage réjouira toutes les personnes curieuses de mieux comprendre les dynamiques des villes en déclin grâce à un ton qui mêle un discours scientifique précis et une retranscription vivante d’un terrain. Les personnes sensibilisées à l’histoire et à la géographie des villes états-uniennes pourront voir émerger des archétypes dans la situation de Cleveland, tout en étudiant en creux les spécificités de cette ville, le tout à travers une perspective empirique et critique des plus stimulantes.

Haut de page

Bibliographie

BAFFICO S., 2017, Green Politics et aménagement urbain durable à Baltimore : la racialisation du développement durable au cœur du traitement des ghettos, Thèse de doctorat de géographie à l’Université de Perpignan.

BOYER A.-L., 2020, De la ville-oasis à la ville désert. L'adaptation urbaine à la rareté de l'eau à Phoenix et à Tucson (Arizona), Thèse de doctorat de géographie de l’ENS de Lyon.

BRISSON C., 2006, Observer sur les plages de Rio de Janeiro : à la recherche du corps perdu, Espaces et sociétés, vol. 1-2, n° 164-165), p. 111-125.

COPPOLA A, 2014, A Cleveland model? Experiments in alternative urbanism in the Rustbelt, Métropoles, 15, https://journals.openedition.org/metropoles/4950

DUROUDIER S., 2018, Ségrégations et discontinuités dans les villes intermédiaires des États-Unis, Thèse de doctorat de géographie à Université Paris Diderot - Paris 7.

LE GUEN M., 2019, Austin (tx) ville modèle, ville modelée : la (r)évolution de la culture de l'aménagement urbain dans une ville créative en plein essor, Thèse de doctorat de géographie à l’Université Lumière Lyon 2.

NAFAA N., 2021, Déposséder l'école pour servir la ville néolibérale aux Etats-Unis. : les cas d'Atlanta et de Philadelphie, Thèse de doctorat de géographie à l’Université de Perpignan.

NEDELEC P., 2013, Réflexions sur l'urbanité et la citadinité d'une aire urbaine américaine : (dé)construire Las Vegas, Thèse de doctorat de géographie à l’Université Lumière Lyon 2.

NUSSBAUM F., 2019, La valeur du vide : délaissement résidentiel et acteurs de marché dans la fabrique urbaine, Thèse de doctorat de géographie à Université Paris Diderot - Paris 7.

PADDEU F., 2015, De la crise urbaine à la réappropriation du territoire : Mobilisations civiques pour la justice environnementale et alimentaire dans les quartiers défavorisés de Detroit et du Bronx à New York, Thèse de doctorat de géographie à l’Université Paris 4.

RECOQUILLON C., 2009, Les enjeux de la revitalisation urbaine : Harlem, du ghetto au quartier chic, Hérodote, vol. 1, n° 132, p. 181-201.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emeline Comby, « Max Rousseau et Vincent Béal, Plus vite que le cœur d’un mortel. Désurbanisation et résistances dans l’Amérique abandonnée », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 08 juillet 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/19934

Haut de page

Auteur

Emeline Comby

Maîtresse de conférences en géographie à l'Université Lumière Lyon 2, UMR 5600 EVS e.comby@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search