Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96/2ArticlesLa diffusion du modèle de l’oasis...

Articles

La diffusion du modèle de l’oasis mondialisée : réflexions à partir du maillon Minervois du Projet Hydraulique Régional d’Occitanie

The dissemination of the model of the globalized oasis : reflections from the Minervois link of the Regional Hydraulic Project of Occitanie
Emilie Lavie

Résumés

Le modèle de l’oasis mondialisée s’est construit en quatre étapes correspondant plus ou moins à l’histoire des mondialisations. Il peut aujourd’hui être considéré comme un modèle hybride de systèmes hérités d’une histoire riche et plurielle, et d’un modèle californien créé ex-nihilo au début du XXe siècle. Né et développé dans les oasis anciennement coloniales du nouveau monde, aux prémices du XXIe siècle ce modèle s’est vu de plus en plus appliqué à des territoires d’irrigation ancienne au Nord et au Sud de la Méditerranée. C’est la thèse que défend cet article en s’appuyant d’une part sur une revue bibliographique, et d’autre part à travers l’exemple de l’application dans le bas-Minervois, du Projet Régional Hydraulique Régional d’Occitanie : Aqua Domitia.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier très sincèrement Anaïs Marshall pour ses relectures, David Blanchon pour nos discussions sur les modèles de développement agricole irrigués, et les relecteur/rice.s anonymes pour leurs retours très constructifs sur mon texte.

Introduction

1Le modèle de l’oasis mondialisée est un hybride de modèles de développement agricole irrigué, qui s’est développé dans le nouveau monde en quatre temps (Lavie, 2019) : la mise en place dans des milieux (semi-)arides de systèmes autochtones précoloniaux ; l’imposition dans les temps coloniaux d’un modèle technique et cultural venu de l’aire méditerranéenne ; puis avec la 1ère mondialisation et les émigrations européennes l’application d’un modèle en ceintures culturales conjugué à une industrialisation agroalimentaire ; enfin l’entrée dans la 2e mondialisation et l’adaptation du modèle californien de développement agricole irrigué.

2Le modèle de l’oasis mondialisée a été défini dans l’ouvrage collectif Oases and globalisation, ruptures and continuities (Lavie et Marshall, 2017). Il s’agit bien d’un « modèle » dans le sens où il représente un processus, une démarche, une structure, reproduite sur plusieurs territoires, comme l’ont démontré ces travaux, entre autres. Il se caractérise par un espace hydraulique d’échelle régionale, dont l’objectif est de fournir collectivement ou individuellement en eau des filières agroindustrielles compétitives sur les marchés mondiaux (Ibid.). Les grandes oasis mondialisées ont généralement un espace urbain de consommation, qui est aussi un espace de service pour faciliter le développement du territoire à l’international. Elles se démarquent du modèle californien par leur longue histoire hydraulique, par leurs réseaux tissés de longues dates, par la superposition de sous-systèmes très globalisés ou plus marginalisés, qui interagissent beaucoup tout en étant en concurrence pour l’eau. On peut ainsi en déduire que si l’oasis est un paysage d’eau et de végétation intrinsèquement lié à une opposition avec le désert environnant, l’oasis mondialisée est un objet géographique, qui transcende le biome « désert ».

3La problématique de cette recherche est celle de l’évolution récente de ce modèle de l’oasis mondialisée. La thèse défendue ici est celle de sa diffusion dans les terres d’irrigation ancienne qui ne répondaient que partiellement au modèle californien. Je pose comme hypothèses : 1) que le facteur déclenchant de cette diffusion est l’augmentation des fréquences des sécheresses climatiques ; 2) que les injonctions économiques et politiques sont beaucoup plus fortes que le changement climatique et n’incitent pas à économiser la ressource ; 3) que la concurrence entre la ville et les espaces agricoles en termes de ressources foncières et en eau est importante. Ainsi, le présent article s’appuiera dans un premier temps sur un état de l’art de la construction du modèle de l’oasis mondialisée, avant de présenter les résultats d’une réflexion sur la diffusion de ce modèle à la Méditerranée. Les injonctions contradictoires entre économie et climat aux échelles globale et régionale et leurs effets locaux seront présentés en deuxième partie. En dernière partie, sera développée la traduction à l’échelle locale de la diffusion de ce modèle, illustrée par la concurrence entre villes et espaces agricoles pour les accès aux ressources foncières et en eau.

  • 1 Le terrain d’étude y est présenté et l’article de 2018 propose une typologie des paysages et des ge (...)

4Les parties 2 et 3 d’argumentation seront illustrées par la mise en place du maillon Minervois. Il s’agit d’un sous-projet du Projet Hydraulique Régional Aqua Domitia de la Région Languedoc-Roussillon puis Occitanie, géré par la Société d’Aménagement Régional BRL. Aqua Domitia a pour objectif l’augmentation des volumes d’eau voués à l’alimentation en eau potable sur la côte et la sécurisation de l’irrigation (Ruf, 2012, 2015). Cet article n’est pas une étude de cas mais une remobilisation d’un matériel de recherche propre pour illustrer la thèse de la diffusion du modèle oasis. Les recherches sur le Minervois présentées dans cet article s’appuient sur une vingtaine d’enquêtes par entretiens semi-dirigés réalisées entre 2016 et 2017 dont une partie des résultats a déjà été publiée1 (Lavie, et al., 2018). Outre ce matériel, le présent article s’appuie sur le suivi de la communication du groupe BRL depuis une décennie, notamment via ©Twitter, et sur une série d’observations de terrain effectuées entre 2019 et 2021. L’exemple du maillon Minervois est ici utilisé pour discuter l’hypothèse d’une diffusion du modèle de l’oasis mondialisée hors des zones (semi-) arides.

Le modèle de l’oasis mondialisée : constructions et circulations

5Cette première partie constitue un état de l’art sur la construction du modèle de développement dit de l’oasis mondialisée. Il s’agit d’une synthèse bibliographique effectuée dans le cadre de la co-édition d’Oases and globalisation. Ruptures and continuities (Lavie et Marshall, 2017) et de la préparation d’une HDR (Lavie, 2019). Il s’agit d’exposer ce qui constitue les phases historiques de la construction de ce modèle. Il est ensuite discuté en quoi la littérature le considère comme un hybride d’un modèle de grande hydraulique dit californien et d’héritages autochtones et allochtones coloniaux. La synthèse servira d’assise à la discussion de la thèse de cet article : la diffusion récente du modèle dans des terres d’irrigation plus ancienne, et notamment dans le bassin méditerranéen.

De la Méditerranée vers les « Nouveaux mondes » : circulations des modèles d’agricultures irriguées dans les colonisations

6Le développement des grands réseaux hydrauliques égyptiens, grecs, romains, arabes, et dans l’Antiquité, puis la conquête de la Péninsule ibérique par les Omeyyades au Moyen-Âge, avaient permis l’essor de systèmes variés (e.g. foggaras) sur les deux rives de la Méditerranée. L’hydraulique mauresque, par exemple, est particulièrement inscrite dans les paysages andalous. Le modèle de huerta irriguée qui s’oppose aux terres sèches secano en est très illustratif (Hérin, 1977).

7Avec la colonisation de territoires dits du « Nouveau monde », des Européen.ne.s ont traversé océans et continents pour instaurer en Afrique australe et dans les Amériques de véritables modèles de cultures irriguées expérimentés en Europe du Sud et au Maghreb.

8En Amérique du Sud, par exemple, des territoires irrigués en domaines climatiques (semi-) arides ont été développés depuis les temps pré-incaïques, comme par les Huarpes dans le Cuyo argentin (Ponte, 2006) ou les Chimú dans la vallée péruvienne de Chicama (Clément, 2017). Les Incas par la suite se sont eux-mêmes largement appuyés sur des techniques hydrauliques de civilisations autochtones oasiennes. Avec la colonisation au XVIe siècle, les communautés locales ont déguerpi ou ont été utilisées comme main d’œuvre. Deux grandes orientations agricoles ont été privilégiées au Pérou, au Chili et en Argentine (Lacoste, 2004a, 2004b ; Chaléard et Mesclier, 2004 ; Faliès et al., 2018) : d’une part, la production de la vigne pour le vin de messe, suivant les habitudes culturelles (y.c. religieuses) et culturales des colons ; d’autre part, des productions plus ou moins adaptées au milieu, mais qui pouvaient soutenir une certaine commercialisation : du blé et de la canne à sucre dans la vallée péruvienne de Chicama (Clément, 2017), du fourrage et des pâturages dans le Cuyo argentin pour engraisser le bétail élevé dans la Pampa humide orientale et qui était destiné à être exporté au Chili (Ponte, 2006). Si les réseaux hydrauliques autochtones ont été maintenus puis agrandis selon les enseignements de l’hydraulique méditerranéenne, le système cultural est un transfert total de modèle, un impérialisme écologique (Crosby, 1986) qui répond à des habitudes culturelles, de consommation et donc de commerce avec l’Europe.

9Les relations avec l’ancienne tutelle européenne changent avec la naissance des États chilien (1810), argentin (1816) et péruvien (1821) suite aux guerres d’indépendance. Des changements d’orientations politiques et socio-économiques ont entraîné une transformation profonde des systèmes agricoles, en particulier avec l’arrivée de nouvelles populations (Ponte, 2006 ; Blanchy, 2014) dans le contexte de ce que F. Braudel (1979) et S. Berger (2003) nomment « première mondialisation », qui culmine entre 1870 et 1914. Cette « économie-monde », centrée sur l’Atlantique, est marquée par une grande ouverture des routes maritimes et ferroviaires et par l’émigration de 50 millions d’Européen.ne.s de par le monde. Ces populations ont participé à repousser les fronts agricoles sur les terres désertiques grâce à des techniques d’irrigation connues en Méditerranée. Les échanges intercontinentaux de la fin du XIXe siècle ont permis la diffusion du modèle oasien dans les territoires décolonisés, mais il ne faut pas oublier que ce modèle prend racine sur quelques siècles d’une colonisation qui avait dépossédé les populations autochtones de leurs terres et étendu des systèmes irrigués très efficaces. Par exemple, R. Richard-Jorba estime que l’oasis argentine de Mendoza est passée de 50 à 160 ha irrigués au cours du XVIIe siècle et atteignait 80 000 ha en 1870 (Richard-Jorba, 2004, 2006). Ces nouveaux colons, installés par exemple sur la diagonale aride sud-américaine à partir de la fin du XIXe siècle, ont perpétué la culture de la vigne puis développé un marché national ou continental (Lacoste, 2004a, 2004b ; Richard-Jorba, 2004 ; Blanchy, 2014). D’autres cultures destinées au marché local étaient produites, comme les céréales et les légumes, mais ce qui a lancé le développement des cultures de commercialisation, ce fut l’introduction d’espèces méditerranéennes : la vigne depuis déjà deux siècles, puis les vergers et oliviers, poursuivant l’impérialisme écologique, même si certaines franges de la population, probablement des élites, ont pu trouver un certain intérêt dans ce nouveau système économique. Sur le plan hydraulique, l’irrigation était basée, en amont du système, sur la dérivation des eaux superficielles. Par exemple, sur le piémont argentin, le régime hydrologique nival permis par la présence des Andes coïncidait dans l’ensemble avec le calendrier cultural : en effet, la fonte des neiges annuelles pourvoyait de l’eau d’irrigation au printemps et en début d’été ; la fonte des glaciers de très haute altitude assurait le complément en fin de saison estivale. En aval du système, des réseaux en éventail distribuaient l’eau de manière gravitaire en suivant généralement la pente des cônes de déjection des rivières. Dérivés de l’arabe seghia, les acequias assurent toujours l’approvisionnement en eau des parcelles en irrigation superficielle et gravitaire.

10Cet exemple Sud-Américain illustre l’exportation par les colons [colonisation officielle par les États européens puis néo-colonisation de peuplement aux indépendances], d’un modèle de culture irriguée, le modèle « colonial » de l’oasis, sur des terres spoliées.

  • 2 Pour une analyse plus fine des travaux de J. Bruhnes sur l’irrigation et la géographie coloniale, s (...)

11La littérature a bien mis en avant d’autres exemples similaires dans l’Ouest américain, comme celui de l’oasis de l’Owens River en Californie (cf. infra), décrit par M. Reisner (1986) ou le système des acequias coloniaux le long du Rio Grande dans l’actuel Nouveau-Mexique (Rosenberg et al., 2020). J. Brunhes (1894, p. 29), dans un article sur l’irrigation sud-ouest étatsunienne, différenciait déjà ces « créations ex nihilo » « dans ces régions neuves du continent américain » des « régions de vieilles civilisations ». Il précisait que « cette progressive conquête de la région aride par l’homme au moyen de l’eau » ne devait pas être vue « comme un fait isolé : un peu partout, à l’heure présente, l’œuvre d’irrigation est la condition nécessaire de l’œuvre de colonisation et de peuplement »2. D. Blanchon (2017, p. 90) EL2022-07-21T16:28:00ELanalyse également sous cet angle le développement de l’oasis rivulaire de l’Orange River en Afrique du Sud.

12La deuxième mondialisation, apparue un siècle plus tard, a, elle aussi, profondément marqué les oasis. Ce fut la dernière étape de la construction du modèle de l’oasis mondialisée, celle de l’adaptation du modèle colonial au modèle californien.

L’oasis mondialisée : des oasis coloniales ayant adopté le modèle de la grande hydraulique

13La Californie au début du XXe siècle est le théâtre d’un net changement d’orientation agricole. Avant, dès 1890, les stratégies des pouvoirs économiques répondaient à deux séries de contraintes : le maintien des structures économiques et la mitigation des effets des sécheresses sur ces structures (Cortinas Muños et al., 2015 ; Poupeau et al., 2019). Mais les petits propriétaires fonciers, au départ soutenus par les autorités, n’ont pu surmonter ni certains aléas climatiques, ni la Grande Dépression. De très grands projets hydrauliques furent alors mis en place pour maîtriser les débits des cours d’eau, favoriser la production électrique et développer l’irrigation. « Finalement, l’agrobusiness et les villes sont les grands bénéficiaires des projets hydriques en opposition aux projets initiaux d’une politique hydrique pour les petits agriculteurs. Cette période marque surtout une nouvelle phase du capitalisme où il s’agit avant tout de rétablir l’économie nationale suite au krach du modèle financier et d’apaiser les « tensions sociales » à l’aide d’un programme fédéral d’investissement dans lesquels les grands travaux jouent un rôle clé » (Cortinas Muños et al., 2015, p. 148). C’est le début de l’essor de la grande hydraulique dite californienne qui a servi de modèle de développement agricole (Worster, 1992). Pour M. Kuper, ce modèle de grande hydraulique est « "modèle scientifique" et civilisateur d’inspiration coloniale » (Kuper, 2011, p. 17), qui implique que « L’État aménageur ne dirig[e] alors pas seulement la mobilisation et la distribution de l’eau, il interv[ient] fortement dans les orientations des exploitations agricoles, dans la conduite de l’exploitation et dans la transformation et la commercialisation des productions » (Kuper et al., 2009, p. 249).

14C’est au tournant de la mondialisation des échanges à la fin du XXe siècle, un demi-siècle plus tard, que le modèle de l’oasis mondialisée se concrétise dans sa quatrième phase, au moment où le modèle californien de la grande hydraulique se superpose au modèle colonial. Mais contrairement au modèle états-unien généralement construit ex-nihilo, son application dans les oasis mondialisées du Sud se fait sur des territoires à l’héritage historique et culturel fort issu de colonisations successives, qui implique des interactions majeures entre les systèmes hérités et récents.

15Sur le plan cultural, la priorité a été donnée aux produits d’exportation, que l’on peut à nouveau voir comme une nouvelle forme de colonialisme ou d’impérialisme écologique. Cela se manifeste selon les territoires via deux orientations : le vin ou les cultures à contre-saison. Ce nouveau modèle a d’abord transformé les oasis « modernes » dans les pays émergents. En Afrique du Sud, à la fin de l’Apartheid, l’ouverture aux marchés mondiaux a fait basculer la production de raisins secs de l’oasis rivulaire du fleuve Orange, destinée au marché local, vers du raisin de table exporté en contre-saison vers l’Europe et l’Amérique du Nord (Blanchon, 2017). En Argentine, des travaux ont mis en valeur les mêmes dynamiques d’insertion dans les marchés internationaux grâce à des politiques incitatives et au développement de l’irrigation de la vigne à vin d’exportation (Hansis, 1977 ; Richard-Jorba, 2004, 2006 ; Lavie et al., 2017) ou des pommes de terre à fast-food (Larsimont et al., 2018). Le Chili a également fait de l’exportation de vin une de ses priorités (Schirmer, 2005 ; Faliès et al., 2018). Au Pérou, des agro-exportateurs s’installent aux marges des anciennes oasis, produisant et exportant là-encore des produits de contre-saison (e.g. asperges, avocats, mangue) (Chaléard et Mesclier, 2004 ; Chaléard et Marshall, 2015 ; Marshall, 2014 ; Damonte et Boelens, 2019).

16Dans tous ces cas, le passage d’une agriculture souvent familiale et demandeuse en main-d’œuvre à une agriculture commerciale intensive capitalistique nécessite de très gros investissements et reste risqué (EL2022-07-21T16:31:00ELBlanchon, 2017). La mutation des systèmes agro-hydrauliques, visible à l’échelle globale, n’est, dans les faits, que dans les mains d’un certain nombre de familles ou entrepreneur.e.s. Ces mutations des oasis mondialisées se manifestent par une extension des périmètres irrigués à leurs marges, avec une spoliation récente des terres de parcours et de l’eau souterraine via des forages privés, alors que l’irrigation dans les oasis coloniales était historiquement collective et gravitaire (Marshall, 2014 ; EL2022-07-21T16:31:00ELLavie et al. 2017).

Une thèse défendue : celle de la diffusion de ce modèle dans des terres d’irrigation ancienne

17Les arguments précédents démontrent que l’oasis mondialisée est moins liée à son milieu ou son paysage qu’à son modèle entrepreneurial. Elle a une structure géographique, économique et hydro-technique, qui s’est reproduite à travers plusieurs continents et qui justifie son appellation de modèle : il se caractérise par un espace hydraulique d’échelle régionale, dont la finalité est de fournir en eau, collectivement ou individuellement, des filières agroindustrielles compétitives sur les marchés internationaux. Ces grandes oasis ont généralement un espace urbain de consommation, qui est aussi un espace de service pour faciliter le développement du territoire à l’international (e.g. aéroport, infrastructures de tourisme et circuits associés). Elles se rapprochent du modèle californien par l’accaparement des terres et de l’eau et par le modèle d’agro-business globalisé ; mais s’en démarquent par leur longue histoire hydraulique, par leurs réseaux tissés de longues dates dans des contextes successifs de spoliation, par la superposition de sous-systèmes tantôt plutôt marginalisés, tantôt très globalisés, qui interagissent beaucoup tout en étant en concurrence pour l’eau.

18Une fois le modèle de l’oasis mondialisée défini par ses caractéristiques historiques et géographiques, nous pouvons discuter de sa circulation récente. La thèse défendue est celle de la diffusion de ce modèle dans des terres d’irrigation ancienne qui ne répondaient que partiellement au modèle californien.

19La littérature sur les modèles de développement agricole propose des cas d’étude qui donnent à penser que certains territoires hors des zones arides ont des structures proches du modèle de l’oasis mondialisée. C’est particulièrement le cas de certaines régions du pourtour méditerranéen, dont la longue histoire hydraulique et agricole ne peut être comparée aux constructions ex-nihilo du modèle californien, tout en développant une agriculture irriguée tournée vers les exportations, superposée à des systèmes agricoles moins intégrés avec lesquels ils interagissent. C’est le cas, par exemple, au Sud de la Méditerranée, au Maroc (Swearingen, 2014 ; del Vecchio et Mayaux, 2017) ou en Algérie (Amichi et al., 2020). En Tunisie, la plaine oléicole de Sfax, dans le centre du pays, est très illustrative : avec sa longue histoire agricole dans un domaine climatique semi-aride, elle est moins considérée comme une oasis que comme un secteur d’agriculture méditerranéenne. Pour autant, le recours de plus en plus marqué à l’irrigation pour répondre aux sécheresses plus fréquentes, l’insertion de la filière huile d’olive dans le marché international suite à la libéralisation de l’économie initiée dans les années 1990 avec des plans d’ajustements structurels puis à la liberté d’entreprendre vécue par les Tunisien.ne.s depuis la Révolution de Jasmin en 2010-2011 (Fautras 2021) y produisent les mêmes effets que dans les oasis mondialisées. De l’autre côté de la Méditerranée, on peut citer l’exemple d’anciens périmètres en Espagne, comme dans la communauté de Valence qui a connu de profondes mutations de la gouvernance de l’eau avec les politiques néolibérales mais dont les réseaux structurels hérités ont pu permettre aux irrigant.e.s de se construire une nouvelle forme de collectivité (Sanchis-Ibor et al., 2017). En France, dans le Roussillon, V. Kypreos et al. (2020) mettent en avant de nouvelles stratégies territoriales pour atténuer les effets des changements climatiques tout en restant compétitif sur le marché européen des fruits.

20Le projet de recherche en cours vise à valider ou invalider la diffusion du modèle de l’oasis au nord et au sud de la Méditerranée. Deux dynamiques parallèles ont été lancées : d’une part, une étude sur la plaine tunisienne de Sfax qui, en une décennie, a opéré une mutation de sa filière d’exportation de l’huile d’olive et une intensification de son oléiculture et dont les travaux de terrain se poursuivent et, d’autre part, une étude sur la mise en place du Projet Hydraulique Régional d’Occitanie dans le bas-Minervois (département de l’Aude). Dès les premiers terrains exploratoires en 2014, l’observation de la gestion de l’irrigation dans le Minervois renvoyait à cette dynamique d’application d’un modèle international venu des Suds. Si G. Frêche, ancien président de la Région Languedoc-Roussillon et grand soutien du projet Aqua Domitia, voyait le Languedoc devenir la Californie française, on ne peut comparer le sud de la France au Grand-Ouest américain : le tissu coopératif (Ghiotti et Rivière-Honegger, 2009), les pluralités de paysages, les politiques environnementale et d’irrigation de longue date (Ingold, 2009), la place des villes et ses relations avec les secteurs agricoles, montrent un Languedoc beaucoup plus hétérogène que les grands domaines construits ex-nihilo dans le désert nord-américain. La recherche initiée en 2016 sur le maillon Minervois met au contraire en avant l’application du modèle de l’oasis mondialisée plutôt que celle du modèle californien. Cette thèse est développée ci-après.

Des injonctions contradictoires aux échelles globales et régionales

21À l’échelle globale, la mondialisation et les politiques commerciales impliquent une plus grande concurrence, et donc la recherche de la rentabilité et la maîtrise des coûts. Le contexte régional du bassin méditerranéen, avec sa condition de hot spot des changements climatiques, implique à l’inverse une plus grande vulnérabilité de l’agriculture face aux extrêmes hydro-climatiques, et donc une instabilité des rendements agricoles. L’enjeu étant posé, quelles stratégies s’offrent aux exploitant.e.s agricoles et quelles sont les variables de contrôle qui influent sur le système ?

Le facteur déclenchant est climatique…

22La région méditerranéenne est dotée d’un climat de transition entre le désertique saharien et le climat tempéré européen, localisation qui rend la région très vulnérable aux variations climatiques. L’Index de Changement Climatique Régional (RCCI) qualifie le bassin comme un hot spot des changements climatiques (Giorgi et Lionello, 2008 ; Tuel et Eltahir, 2020). Les tendances actuelles des variables climatiques sont amenées à s’accentuer dans le futur avec une augmentation de la température moyenne, une diminution des précipitations et une augmentation des épisodes extrêmes. Ainsi, des conditions de plus en plus sèches sont anticipées, aussi bien en période estivale (Giorgi et Lionello, 2008 ; Jacobeit et al., 2014) qu’hivernale (Raymond et al., 2018 ; Tuel et Eltahir, 2020). Du point de vue de la ressource en eau, les conséquences de ces changements sont multiples : diminution de la rétention d’eau dans le sol, augmentation du ruissellement, modifications des régimes et des débits des cours d’eau, diminution de la recharge des nappes et augmentation des besoins physiologiques (Vicente-Serrano et al., 2014). Une diminution quantitative de la ressource en eau souterraine et superficielle est alors attendue dans le futur (Chaouche et al., 2010 ; Cohen et al., 2014).

  • 3 Les agriculteurs étaient tous des hommes.

23Dans le bas-Minervois, nos entretiens ont révélé une certaine inquiétude de la part des agriculteurs3 rencontrés. Il est vrai qu’en 2016 et 2017, les fameux « orages du 14 juillet et du 15 août », qui font partie des références collectives au même titre que les Saints de glace et autres dictons, n’ont pas eu lieu. Les étés ont été particulièrement secs et les parcelles non irriguées ont beaucoup souffert, qu’il s’agisse de vigne (ultra-majoritaire), de vergers ou d’oliviers. La Figure 1 illustre la prévalence des sécheresses climatiques estivales. La station de Carcassonne est sous influence des masses d’air océaniques, le climat méditerranéen y est plus dégradé que dans le Minervois, plus sec ; mais il s'agit de la station la plus proche disposant de données complètes. On voit distinctement sur le tableau que, depuis 2016, les étés sont très marqués par la faiblesse des précipitations, ce qui peut expliquer l’obsession climatique des agriculteurs interrogés.

Figure 1 : Des sécheresses estivales marquées : les précipitations estivales à la station météorologique de Carcassonne

Figure 1 : Des sécheresses estivales marquées : les précipitations estivales à la station météorologique de Carcassonne

Tableau des précipitations mensuelles (en mm/mois) sur la période estivale entre 2000 et 2020. La moyenne des températures est de 25,05°C en juin, 28,2°C en juillet, 27,7°C en août et 24,3°C en septembre. Selon la norme de sécheresse climatique quand P<2T (Gaussen), 60 mm (2 x 30°C) est considéré comme une absence de sécheresse climatique. Les autres classes sont en 10 X 10 pour faciliter la lecture.

Données www.infoclimat.fr

24Lors de ces épisodes de sécheresses, le caractère « paysager » oasien s’illustre aisément : les parcelles irriguées s’individualisent de celles en agriculture pluviale, participant à créer des îlots verts dans un environnement sec. Ainsi, le maillon Minervois d’Aqua Domitia, qui vise à alimenter en eau du fleuve Aude un vaste périmètre viticole situé sur la partie aval de son affluent l’Argent Double (Figure 2) fait-il aujourd’hui consensus. Il s’agit de l’extension vers l’ouest du système Jouarres actuel (géré par le groupe BRL) qui irrigue une partie du bas-Minervois. Les travaux sont en cours pour enterrer les connecteurs principaux entre la réserve de Jouarres et les basses plaines de l’Argent Double (Photos 1 et 2).

Photo 1 : Travaux d’extension du système Jouarres, tête du maillon Minervois du projet Aqua Domitia

Photo 1 : Travaux d’extension du système Jouarres, tête du maillon Minervois du projet Aqua Domitia

Il s’agit de l’adducteur principal, qui reliera la réserve de Jouarres aux ASA existantes ou futures

©Lavie, mars 2021

Photo 2 : Travaux d’extension du système Jouarres, enfouissement en cours du réseau principal en rive droite de l’Argent Double

Photo 2 : Travaux d’extension du système Jouarres, enfouissement en cours du réseau principal en rive droite de l’Argent Double

©Lavie, octobre 2021

  • 4 Les vignerons étant peu nombreux, pour respecter leur anonymat est indiqué sous le terme « viticult (...)
  • 5 La gestion collective de l’eau d’irrigation passe par le statut d’ASA (Association Syndicale Autori (...)
  • 6 Le terrassement de la pente est nécessaire en irrigation gravitaire. L’irrigation pressurisée perme (...)
  • 7 « La confusion sexuelle est une méthode biotechnique de protection insecticide de la vigne qui vise (...)

25Sur ce secteur, trois cas se présentent parmi les agriculteurs4 interrogés : soit les irrigants ont déjà des droits d’eau gérés collectivement5 sur la dérivation de l’Aude via le Canal du Midi (prise de Villedubert, Figure 2) et garderont leurs droits ; soit ils prélèvent collectivement ou individuellement dans l’Argent Double ou sa nappe alluviale, et connaissent la future interdiction préfectorale de prélèvement (cf. infra) ; soit ils n’irriguent pas mais sont intéressés pour sécuriser leur trésorerie « les années sans orage ». C’est chez ces derniers que la question climatique est le principal risque énoncé. En effet, ils sont les plus vulnérables aux sécheresses, mais ils sont aussi souvent plus jeunes (quadragénaires et quinquagénaires) et, dans leur discours, revient l’enjeu environnemental : ils ont souvent respecté la topographie naturelle de leur terrain6, ont recours à la confusion sexuelle7 pour limiter les usages de produits phytosanitaires, et tiennent à leur appellation AOC Minervois ou IGP Pays D’Oc. L’année 2016, très sèche, a souvent été le déclencheur de leur demande de rattachement au projet maillon Minervois (entretiens, 2017).

Figure 2 : Schéma de la connexion des vignes du bas-Minervois au maillon Minervois du projet Aqua Domitia

Figure 2 : Schéma de la connexion des vignes du bas-Minervois au maillon Minervois du projet Aqua Domitia

… mais les injonctions économiques sont les plus fortes

26La bibliographie a mis en avant la prépondérance du marché globalisé des denrées agricoles sur les impératifs climatiques. A. Caiserman (2020) par exemple, a démontré que les agriculteurs de la plaine de la Békaa (Liban) et de Marvdasht (Iran) ont fait le choix de privilégier l’adaptation au marché au dépend de la durabilité de leurs ressources, malgré quelques différences de stratégies entre les deux terrains. R. Larsimont et al. (2018), à propos de la culture des pommes de terre pour le marché des chaînes de fast-food en Valle de Uco (Argentine), ou A. Marshall (2014) à propos des produits de contre-saison à Ica au Pérou, ne montrent pas autre chose. Si la question de la rareté de l’eau se pose, elle est gérée par une permanente recherche de ressources nouvelles plutôt que par une adaptation de la demande à l’offre en eau.

27Dans le Minervois, un type de viticulteur est illustré par les irrigants de la plaine de l’Aude (entretiens, 2017). Plus âgés que ceux présentés précédemment (sexagénaires et septuagénaires), ils irriguent depuis longtemps pour produire un vin de négoce en vrac, souvent vinifié en coopérative. Trop âgés pour changer de système, ils disent chercher à attirer des jeunes pour pérenniser la production. Leur objectif est le rendement : produire un vin à bas prix pour concurrencer le voisin espagnol sur le vin de pays (VDP). Agissant souvent en collectif (coopératives de vinification et ASA), ils ne sont pas très enclins à une économie en eau et en intrants.

28Mais parfois, les jeunes qui reprennent ces exploitations cherchent à modifier leurs pratiques. L’idée de respecter le milieu et de limiter les usages de l’eau correspond à la fois à leur génération, à leur formation et à la réduction des coûts de production. Un des entretiens (2017) illustre tout particulièrement cette philosophie : le viticulteur explique qu’il comprend bien l'existence d'impératifs écologiques et hydrologiques, il insiste beaucoup sur ses pratiques raisonnées, mais il prélève, parfois sans respecter les arrêtés. Il ajoute que si les anciens ont planté de la vigne, c’est qu’il y avait de l’eau et qu’il est très difficile quand on est habitué à irriguer, de passer à un système pluvial. Lui fait surtout des vins de cépage (IGP Pays d’Oc), notamment de la syrah qui est consommatrice en eau. Or la demande du marché en syrah est forte et « seul le marché [l]e fera changer ». Un autre agriculteur (entretien, 2017) qui n’irrigue qu’une partie de ses vignes, produit aussi du Pays d’Oc et de l’AOC Minervois. Il est assez critique sur ce qu’il appelle « la troisième catégorie », soit des vins de pays (VDP). Pour lui, soit on va avoir sur ce créneau des rendements quantitatifs et c’est faisable sur quelques parcelles fertiles, très proches de l’eau avec une main-d’œuvre pas chère, et on s’y tient ; soit on laisse ce marché à l’Espagne, au Chili et à l’Afrique du Sud. Il dit être sur un créneau opposé depuis plus de 20 ans. Il croit en la Région, en l’appellation AOC notamment et pense que « si les Chais de France, Lynch Bages, [les vins] Bertrand, les Champenois achètent, c’est qu’ils sentent bien l’appellation ». Il craint que la dynamique qualitative soit cassée et l’image du Languedoc ternie : « tout ce travail fait depuis 10 ans, faut pas le casser pour quelques centaines de viti[culteurs] qui veulent faire du VDP. Ne cassons pas cette dynamique ! ».

29En définitive, tous les agriculteurs rencontrés cherchent à irriguer pour s’adapter au marché : les uns pour répondre à la concurrence de pays à bas coût de main-d’œuvre sur les VDP, les autres pour maintenir une production IGP ou AOC relativement rentable malgré les aléas climatiques. On retrouve ici la finalité d’ouverture ou de maintien de l’insertion dans les marchés globalisés, qui correspond à la fois au modèle californien et à celui de l’oasis mondialisée. Pour autant, la pluralité des pratiques, qui s’explique par un historique de production, ne colle pas vraiment avec le modèle californien.

30Le bas-Minervois illustre à l’échelle locale le paradoxe de devoir répondre aux injonctions globales du marché tout en étant de plus en plus vulnérables aux aléas de sécheresses. C’est l’accélération des extrêmes hydro-climatiques qui est souvent le facteur déclenchant d’un changement de système hydraulique – en témoigne l’augmentation de la demande de raccordement au maillon Minervois suite à l’été très sec 2016 – mais c’est la réponse au marché qui est l’objectif principal des stratégies mises en place. À l’échelle locale, d’autres enjeux participent à la mutation du système, et notamment la concurrence des villes.

Une concurrence à l’échelle locale entre la ville et les espaces agricoles

31Le Minervois a donné son nom à une appellation, la vigne est au cœur des héritages culturels et culturaux malgré la présence de vergers. C’est aussi un secteur économique majeur et interdépendant du tourisme. Or, dans un contexte où l’offre en eau s’amenuise, le secteur voit sa place quelque peu minimisée. Cela se manifeste par une concurrence pour le foncier et l’eau, mais aussi par des jeux de pouvoir qui ont tendance à s’inverser, notamment depuis la loi NOTRe (2015) qui renforce le rôle de l’Agglomération de Carcassonne, confortant l’hypothèse d’un basculement dans le modèle de l’oasis mondialisée. En effet, dans ce modèle, le rôle de la ville-oasis, le centre urbain de consommation et de services, est primordial, en cela qu’il définit les politiques et soutient le développement de l’insertion dans la mondialisation. Mais il est aussi un concurrent majeur pour l’accès à l’eau et au foncier.

32Dans le secteur d’étude, cette position est en réalité assurée par une collaboration entre trois villes : Montpellier [berceau du projet Aqua Domitia à la Région Languedoc-Roussillon] et Toulouse [siège de la désormais Région Occitanie et de Voies Navigables de France (VNF), gestionnaire du Canal du Midi par lequel transitent les eaux de l’Aude vers la réserve de Jouarres] agissent de concert. Carcassonne applique localement les politiques décidées à la Région. Les élu.e.s de terrain sont très lié.e.s à Carcassonne (Lavie et al., 2018), iels assurent le relais entre les territoires de l’agglomération, dans lequel se trouve le maillon Minervois d’Aqua Domitia, et les politiques d’aménagement hydraulique régional.

Pour l’eau et le foncier

33La croissance urbaine du Languedoc se fait à la fois en fronts autour des grandes villes et en mitage dans les territoires agricoles. C’est ainsi que les villages grossissent et grignotent les terres agricoles (Ghiotti et Rivière-Honegger, 2009). Dans le secteur d’étude, les communes de La Redorte ou Azille (Figure 2) sont resserrées en bourgs ruraux sur les hautes terres non inondables et impropres à la vigne. Pour autant, non seulement les zones bâties grandissent sur les basses plaines, mais elles sont de plus en plus habitées par des néo-ruraux qui travaillent dans l’aire urbaine de Carcassonne. La pression démographique conjuguée aux sécheresses estivales récurrentes a fait basculer l’ensemble des communes du bas-Minervois en Zone de Répartition des Eaux (ZRE). Ce classement permet à la DDTM et à la Préfecture d’exercer un moratoire temporaire vis-à-vis des prélèvements en nappes et en cours d’eau. Une des conséquences est la très forte limitation des attributions de permis de construire (entretiens auprès d’un.e élu.e, 2017). Le front urbain sur les zones agricoles en est donc entravé, mais les arrêtés d’interdiction de prélèvement se multiplient et les irrigant.e.s sont poussé.e.s à substituer leurs prélèvements in situ par une connexion au maillon Minervois. Un agriculteur interrogé (entretien, 2017) pointe « un ménage à trois » entre les politiques locales qui poussent à la connexion au réseau géré par BRL, la DDTM qui met une certaine pression suite au classement des communes en ZRE « décidée de là-haut » et les agriculteur/rice.s – irrigant ou non – qui souhaitent sécuriser leur production.

34Pour répondre à la demande en eau domestique, l’agriculture doit donc s’adapter. La situation locale correspond parfaitement à la communication du groupe BRL sur ©twitter et ©YouTube à l’échelle régionale : s’il y a une quinzaine d’années le soutien à la viticulture et à l’arboriculture était fort dans les vidéos de communication, ces dernières années la priorité est donnée à l’adduction en eau potable du littoral touristique languedocien et roussillon (Lavie 2019).

Une inversion des dynamiques de pouvoir ?

35L’impression qui ressort des entretiens est que les agriculteurs sont restés sur leur poids de fournisseurs d’emplois dans un département pauvre voire même sur leur poids électoral, et n’ont pas pris la mesure du basculement des priorités des politiques régionales (Région, BRL, Agglomération) : d’acteurs phares, ils se retrouvent dépendants des politiques environnementales et des besoins domestiques.

36Mais le grand basculement semble avoir eu lieu avec la loi NOTRe de 2015 sur l’intercommunalité : la compétence de gestion de l’eau potable domestique est passée de l’échelle communale à celle de l’agglomération à laquelle appartiennent les communes du bas-Minervois : Carcassonne Agglo. Les petits arrangements et les pressions locales fonctionnent moins bien. La ZRE est appliquée, la police de l’eau verbalise les non-respects des arrêtés préfectoraux d’interdiction de prélèvement, et l’ensemble des administrations et élu.e.s mettent le secteur viticole sous pression pour substituer les prélèvements in situ. L’objectif est clair de la part de tous les acteurs rencontrés : l’eau de l’Argent Double et de sa nappe doit être réservée à l’alimentation domestique et à celle de l’hydrosystème. La connexion au maillon Minervois du projet Aqua Domitia n’est donc pas obligatoire, mais elle sera nécessaire à moins de changer complètement de production.

37La loi NOTRe, la nouvelle carte des Régions, et les premières études à l’échelle du territoire du maillon Minervois correspondent en termes de calendrier : 2015. La ville (ou les villes, si on prend en compte Toulouse et Montpellier voire Nîmes et Béziers) joue le rôle clé de ville-oasis en promouvant le développement d’un projet hydraulique visant à faciliter l’insertion (ici le maintien) du territoire dans les marchés globalisés. La relation entre Carcassonne Agglo et le territoire agricole du bas-Minervois illustre bien l’ambiguïté soutien/concurrence si prégnante dans le modèle de l’oasis mondialisée.

Conclusion

38Le modèle de l’oasis mondialisée s’est construit sur cinq siècles, au fur et à mesure des colonisations, de la mondialisation et des échanges intercontinentaux. La colonisation, dès le XVIe siècle, la première mondialisation puis l’adaptation du modèle californien ont fait évoluer les oasis, qui sont pour la plupart restées très insérées dans ces dynamiques mondialisées.

39La thèse défendue ici est celle de la circulation de ce modèle et de son application récente dans le bassin méditerranéen. Les oasis mondialisées et certains territoires irrigués méditerranéens sont confrontés à trois grands enjeux : s’adapter aux changements climatiques, rester compétitifs dans le jeu économique mondial et s’adapter à la concurrence en eau des villes. On pourrait donc penser que G. Frêche avait vu juste : la Méditerranée se californise. L’application d’une grande hydraulique d’échelle régionale permet en effet comme dans l’Ouest américain d’apaiser les tensions sociales. Pour autant, le bas-Minervois par exemple se distingue du modèle californien par ses réseaux culturels et structurels hérités, mais aussi par des politiques environnementales (e.g. DCE). Il s’apparente plutôt au modèle de l’oasis mondialisée par sa politique d’hydraulique d’échelle régionale et sa relation ambiguë avec l’aire urbaine. Le modèle de l’oasis mondialisée peut ainsi être considéré comme un nouveau cadre de référence, même si celui-ci s’est historiquement largement appuyé sur des spoliations et des impérialismes et que l’imposition d’un retour à la gestion collective de l’irrigation dans le Languedoc ne peut s’y apparenter. Ce sera aux recherches futures de le confirmer ou non.

40Reste la question de la durabilité du projet Aqua Domitia : s’il fait relativement consensus pour permettre à court terme à l’économie agricole et touristique de perdurer dans un contexte de rareté en eau et de tensions sociales, on ne peut pas dire qu’il aille dans le sens d’une économie de la ressource (Ruf, 2012, 2015). L’enjeu environnemental de la substitution des prélèvements in situ et d’adaptation aux changements climatiques sert finalement de caution pour changer de système hydraulique sans changer de système de production.

Haut de page

Bibliographie

AMICHI F., BOUARFA S., KUPER M., CARON P., 2020, From Oasis Archipelago to Pioneering Eldorado in Algeria’s Sahara, Irrigation and Drainage, vol. 69, n° S1, p. 168176. DOI : 10.1002/ird.2308

BERGER S., 2003, Notre Première Mondialisation : Leçons d’un échec oublié, Paris, Seuil, coll° La République des Idées.

BLANCHON D., 2017, Who Runs the Orange River Oasis? A Case Study of the Midstream Orange River Oasis, Northern Cape Province, South Africa, in LAVIE E., MARSHALL A. (éd.), Oases and globalisation: ruptures and continuities, Springer, p. 89110.

BLANCHY G., 2014, Le vignoble argentin de Mendoza et l’influence française XIXe-XXIe siècle, Paris, L’Harmattan, 192 p.

BRAUDEL F., 1979, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, Paris, A. Colin, 3 volumes.

BRUNHES J., 1894, Les irrigations dans la "région" aride des États-Unis, Annales de géographie, vol. 4, n° 14, p. 12-29.

CAISERMAN A., 2020, Adapter les stratégies agricoles aux évolutions socio-économiques et climatiques en milieu méditerranéen  : comparaison de l’usage de l’eau et des choix de plantes des agriculteurs dans la plaine de la Békaa (Liban) et de Marvdasht (Iran), Lyon, Thèse de doctorat.

CHALÉARD J. L., MARSHALL A., 2015, Nouvelles vulnérabilités et implantation des entreprises agro-industrielles sur le piémont côtier péruvien, L’Espace géographique, vol. 44, n° 3, p. 245‑258.

CHALÉARD J. L., MESCLIER E., 2004, Dans le nord du Pérou, l’agriculture commerciale augmente-t-elle les risques pour les petits producteurs  ? in GILBERT D. (éd.), Espaces tropicaux et risques  : du local au global  : actes des 10e journées de géographie tropicale des 24, 25 et 26 septembre 2003, Orléans, p. 279‑291.

CHAOUCHE K., NEPPEL L., DIEULIN C., PUJOL N., LADOUCHE B., MARTIN E., SALAS D., CABALLERO Y., 2010, Analyses of precipitation, temperature and evapotranspiration in a French Mediterranean region in the context of climate change, Comptes Rendus Geoscience, vol. 342, n° 3, p. 234243.

CLÉMENT C., 2017, The Oasis of the Chicama Valley: Water Management from the Chimú to the Spaniards (Eleventh to Seventeenth Century AD) on the North Coast of Peru, in LAVIE E., MARSHALL A. (éd.), Oases and globalisation: ruptures and continuities, Springer, p. 7388.

COHEN M., RONCHAIL J., ALONSO-ROLDÁN M., MORCEL C., ANGLES S., ARAQUE-JIMENEZ E., LABAT D., 2014, Adaptability of Mediterranean Agricultural Systems to Climate Change. The Example of the Sierra Mágina Olive-Growing Region (Andalusia, Spain). Part I: Past and Present, Weather, Climate and Society vol. 6, n° 3, p. 380398.

CORTINAS MUÑOS J., COEURDRAY M., POUPEAU F., 2015, Du Reclamation Act de 1902 aux méga-projets fédéraux. Une perspective socio-historique sur la genèse des politiques hydriques aux USA  : le cas de l’Ouest étatsunien, Cuadernos de desarrollo rural, vol. 12, n° 76, p. 135‑153.

CROSBY A. W., 1986, L’impérialisme écologique : l’expansion biologique de l’Europe, 900-1900, Cambridge, Cambridge University Press, 368 p.

DAMONTE G., BOELENS R., 2019, Hydrosocial territories, agro-export and water scarcity: capitalist territorial transformations and water governance in Peru’s coastal valleys, Water International, vol. 44, p. 206223.

DEL VECCHIO K., MAYAUX P.-L., 2017, Gouverner les eaux souterraines au Maroc, Gouvernement et action publique, vol. 6, n° 1, p. 107‑130.

DEPREST F., 2017, What is a colonial geographer? Jean Brunhes, irrigation and human geography (1894-1911), L’Espace géographique, vol. 46, n° 3, p. 264-284.

FALIÈS C., MARSHALL A., LAVIE E., 2018, Transformer l’eau en raisins. Trajectoires des paysages viticoles irrigués des piémonts andins péruviens, chiliens et argentins, in SANJUAN T., LESOURD M., TALLET B. (éd.), Tropiques, développement et mondialisation. Hommages à Jean-Louis Chaléard, Paris, L’Harmattan, p. 181‑200.

FAUTRAS M., 2021, Paysans dans la révolution. Un défi tunisien, Paris, Karthala et IRMC, 494 p.

GHIOTTI S., RIVIÈRE-HONEGGER A., 2009, Eaux sous «  pressions  » et développement des territoires périurbains en Méditerranée occidentale (Languedoc-Roussillon). La vigne, le Sphaeromide raymondi et les piscines, Norois. Environnement, aménagement, société, n° 211, p. 37‑52.

GIORGI F., LIONELLO P., 2008, Climate change projections for the Mediterranean region, Global and Planetary Change, vol. 63, n° 2, p. 90104.

HANSIS R. A., 1977, Land Tenure, Hazards, and the Economy: Viticulture in the Mendoza Oasis, Argentina, Economic Geography, vol. 53, n° 4, p. 368371.

HÉRIN R., 1977, De la théorie de la huerta  : Géographie comparée des huertas du Sureste espagnol, de Marrakech et de l’oasis d’Ispahan, Revue de géographie de Lyon, vol. 52, n° 2, p. 177‑196.

INGOLD A., 2009, To Historicize or Naturalize Nature: Hydraulic Communities and Administrative States in Nineteenth-Century Europe, French Historical Studies, vol. 32, n° 3, p. 385–417.

JACOBEIT J., HERTIG E., SEUBERT S., LUTZ K., 2014, Statistical downscaling for climate change projections in the Mediterranean region: methods and results, Regional Environmental Change, n° 14, p. 1891–1906.

KUPER M., 2011, Des destins croisés  : regards sur 30 ans de recherches en grande hydraulique, Cahiers Agricultures, vol. 20, n° 1‑2, p. 16-23.

KUPER M., ERRAHJ M., FAYSSE N., CARON P., DJEBBARA M., KEMMOUN H., 2009, Autonomie et dépendance des irrigants en grande hydraulique  : observations de l’action organisée au Maroc et en Algérie, Natures Sciences Sociétés, vol. 17, n° 3, p. 248‑256.

KYPREOS V., LACQUEMENT G., AUTHIER F., LUDWIG W., 2020, Changement climatique et diminution de la ressource en eau, Études rurales, n° 206, p. 176‑199.

LACOSTE P., 2004, La vid y el vino en América del Sur: el desplazamiento de los polos vitivinícolas (siglos XVI al XX), Universum, Talca, vol. 19, n° 2, p. 6293.

LACOSTE P., 2004, La vitivinicultura en Mendoza. Implicancias sociales y culturas (1561-2003), in Mendoza, Culture y economía, Mendoza, Argentina, Andina Sur, p. 58113.

LARSIMONT R., ALBERTO CARBALLO O., IVARS D., 2018, Las papas de la globalización: el complejo agroindustrial papero en el Valle de Uco, Mendoza, Argentina, Revista Iberoamericana de Viticultura, Agroindustria y Ruralidad, vol. 5, n° 13.

LAVIE E., MORÁBITO J. A., SALATINO S. E., 2017, The Transformation of the Oases of Mendoza (Argentina): How the Provincial Socio-spatial Structure Was Reversed by the Crises of the 1980s and 2000s, in LAVIE E., MARSHALL A. (éd.), Oases and globalisation: ruptures and continuities, Springer, p. 227-242.

LAVIE E., MARSHALL A. (éd.), 2017, Oases and globalisation: ruptures and continuities, Springer, 255 p.

LAVIE E., GUILLEMOT M., MANGERET C., 2018, L’espace hydraulique minervois. Mutations de l’irrigation dans le contexte de la mise en place du projet Aqua Domitia, Méditerranée, rubrique Varia.

LAVIE E., 2019, Alimenter en eau potable et d’irrigation les espaces oasiens et méditerranéens, HDR de géographie, Université de Paris.

MARSHALL A., 2014, Apropiarse del desierto. Agricultura globalizada y dinámicas socioambientales en la Costa peruana, Lima, IRD-IFEA, 417 p.

PONTE J. R., 2006, Historia del regadío. Las acequias de Mendoza, Argentina, Scripta Nova : revista electrónica de geografía y ciencias sociales, vol. 10.

POUPEAU F., O’NEILL BRIAN. F., CORTINAS MUÑOS J., COEURDRAY M., BENITES-GAMBIRAZIO E., 2019, The Field of Water Policy. Power and Scarcity in the American Southwest, Abingdon, Routledge Advances in Sociology, 236 p.

RAYMOND F., ULLMANN A., CAMBERLIN P., 2018, Très longs épisodes secs hivernaux dans le bassin méditerranéen  : variabilité spatio-temporelle et impact sur la production céréalière en Espagne, Cybergeo  : European Journal of Geography, article 29156.

REISNER M., 1986, Cadillac Desert: The American West And its Disappearing Water, Films Wiking.

RICHARD-JORBA R., 2004, ¿Echar raíces o hacer la América? Un panorama de la inmigración europea hacia la región vitivinícola argentina y algunos itinerarios económicos en la provincia de Mendoza, 1850-1914, Amérique Latine Histoire et Mémoire, Les Cahiers ALHIM, n° 9.

RICHARD-JORBA R. A., 2006, Formación, crisis y reorientaciones de la vitivinicultura en Mendoza y San Juan, 1970-2000: Aportes para el estudio del sector en la Argentina, Boletín Geográfico, n° 28, p. 79122.

Rosenberg A. (Ed)., Guldan S., Fernald G. A., Rivera J. (Co.Eds), 2020, Acequias of the Southwestern United States: Elements of Resilience in a Coupled Natural and Human System, Research report 796, College of Agricultural, Consumer and Environmental Sciences, New Mexico State University.

RUF T., 2012, Le projet Aqua Domitia  : intérêt et limites, Pour, n° 213, p. 65‑74.

RUF T., 2015, Transférer l’eau du Rhône dans le Languedoc  : regard critique sur les incidences du projet Aqua Domitia et les contradictions territoriales, Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. n° 25‑26.

SANCHIS-IBOR C., BOELENS R., GARCÍA-MOLLÁ M., 2017, Collective irrigation reloaded. Re-collection and re-moralization of water management after privatization in Spain, Geoforum, vol. 87, p. 3847.

SCHIRMER R., 2005, Le Chili, un vignoble à la conquête du monde, Les Cahiers d’Outre-Mer, vol. 231‑232, p. 301‑328.

SWEARINGEN W. D., 2014, Moroccan mirages: Agrarian dreams and deceptions, 1912-1986, Princeton, Princeton University Press.

TUEL A., ELTAHIR E., 2020, Why Is the Mediterranean a Climate Change Hot Spot? Journal of Climate, vol. 33, p. 5829–5843.

TURTON A., MEISSNER R., MAMPANE P. M., SEREMO O., 2004, A hydropolitical history of South Africa’s International river basins, (Report to the Water Research Commission), African Water Issues Research Unit (AWIRU), University of Pretoria.

VICENTE-SERRANO S. M., LOPEZ-MORENO J.-I., BEGUERÍA S., LORENZO-LACRUZ J., SANCHEZ-LORENZO A., GARCÍA-RUIZ J. M., AZORIN-MOLINA C., MORÁN-TEJEDA E., REVUELTO J., TRIGO R., COELHO F., ESPEJO F., 2014, Evidence of increasing drought severity caused by temperature rise in southern Europe, Environmental Research Letters, vol. 9, n° 4.

WORSTER D., 1992, Rivers of Empire. Water, Aridity, and the Growth of the American West, Oxford, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Le terrain d’étude y est présenté et l’article de 2018 propose une typologie des paysages et des gestions.

2 Pour une analyse plus fine des travaux de J. Bruhnes sur l’irrigation et la géographie coloniale, se référer à F. Deprest, 2017.

3 Les agriculteurs étaient tous des hommes.

4 Les vignerons étant peu nombreux, pour respecter leur anonymat est indiqué sous le terme « viticulteurs » l’ensemble des producteurs de raisin interrogés, « agriculteurs » lorsqu’il produisent au moins une autre culture.

5 La gestion collective de l’eau d’irrigation passe par le statut d’ASA (Association Syndicale Autorisée) ou d’ASL (Association Syndicale Libre).

6 Le terrassement de la pente est nécessaire en irrigation gravitaire. L’irrigation pressurisée permet d’irriguer malgré les effets topographiques, même d’aval en amont (Figure 2). Mais pour faciliter le passage des machines, les parcelles ont pu être terrassées.

7 « La confusion sexuelle est une méthode biotechnique de protection insecticide de la vigne qui vise à perturber l’activité sexuelle des ravageurs de la grappe et de réduire ainsi les populations » (www.agro.basf.fr).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Des sécheresses estivales marquées : les précipitations estivales à la station météorologique de Carcassonne
Légende Tableau des précipitations mensuelles (en mm/mois) sur la période estivale entre 2000 et 2020. La moyenne des températures est de 25,05°C en juin, 28,2°C en juillet, 27,7°C en août et 24,3°C en septembre. Selon la norme de sécheresse climatique quand P<2T (Gaussen), 60 mm (2 x 30°C) est considéré comme une absence de sécheresse climatique. Les autres classes sont en 10 X 10 pour faciliter la lecture.
Crédits Données www.infoclimat.fr
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20134/img-1.png
Fichier image/png, 323k
Titre Photo 1 : Travaux d’extension du système Jouarres, tête du maillon Minervois du projet Aqua Domitia
Légende Il s’agit de l’adducteur principal, qui reliera la réserve de Jouarres aux ASA existantes ou futures
Crédits ©Lavie, mars 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20134/img-2.png
Fichier image/png, 214k
Titre Photo 2 : Travaux d’extension du système Jouarres, enfouissement en cours du réseau principal en rive droite de l’Argent Double
Crédits ©Lavie, octobre 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20134/img-3.png
Fichier image/png, 213k
Titre Figure 2 : Schéma de la connexion des vignes du bas-Minervois au maillon Minervois du projet Aqua Domitia
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20134/img-4.png
Fichier image/png, 420k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilie Lavie, « La diffusion du modèle de l’oasis mondialisée : réflexions à partir du maillon Minervois du Projet Hydraulique Régional d’Occitanie », Géocarrefour [En ligne], 96/2 | 2022, mis en ligne le 21 juillet 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/20134 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.20134

Haut de page

Auteur

Emilie Lavie

Maîtresse de conférences, Université Paris Cité, UMR 8586 PRODIG emilie.lavie@u-paris.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search