Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96/2Comptes rendus d'ouvragesJeanne Riaux, Une anthropologue c...

Comptes rendus d'ouvrages

Jeanne Riaux, Une anthropologue chez les hydrologues

Ludivine Eloy
Référence(s) :

RIAUX J., 2021, Une anthropologue chez les hydrologues : penser le dialogue interdisciplinaire, Versailles, Quae, Collection « Indisciplines », 166 p.

Texte intégral

1Quelles sont les conditions et plus-values d’une interdisciplinarité entre sciences sociales et sciences biophysiques ? Telle est la question à laquelle se propose de répondre Jeanne Riaux, avec cet ouvrage adapté de son mémoire d’HDR, soutenu en 2019. Anthropologue, elle travaille depuis plus de vingt ans sur les rapports eau-société dans la région méditerranéenne, et collabore directement avec des hydrologues de l’UMR G-Eau depuis son recrutement à l’IRD, en 2009. Publié dans la collection « Indisciplines » des éditions Quae, son ouvrage s’insère dans la réflexion de l’association Nature Sciences Sociétés sur les apports des démarches interdisciplinaires pour traiter de la complexité des relations entre sociétés et environnement.

2Dans la recherche sur les questions environnementales, si l’interdisciplinarité est souvent érigée en un paradigme inévitable, c’est encore largement un impensé. Les enjeux de l’interaction entre sciences sociales et sciences biophysiques font l’objet de publications depuis plusieurs années, notamment autour de la gestion des espaces protégés, de la biodiversité, ou encore du développement rural. Pourtant, selon Jeanne Riaux, « si les réflexions sur l’interdisciplinarité se multiplient, les pratiques sur lesquelles elles reposent demeurent peu documentées » (p. 35) : peu de travaux partent de retours d’expériences de long terme pour identifier les mécanismes concrets de la fabrique de l’interdisciplinarité, et encore moins dans le domaine de l’eau.

3L’auteure propose, ainsi, une ethnographie de la relation interdisciplinaire entre une anthropologue et des hydrologues. Pour cela, elle retrace son parcours de recherche, à partir de son Doctorat, suivi de son recrutement et de son affectation en Tunisie, et jusqu’à la construction de l’équipe « SocioHydro » au sein de l’UMR G-Eau, avec son identité, ses spécificités et son fonctionnement. Il ne s’agit donc pas, à proprement parler, d’un ouvrage sur les usages et les politiques de gestion de l’eau en Tunisie. La réflexion est centrée sur la construction des savoirs hydrologiques, en considérant les modalités et les enjeux de leur mise en dialogue, ainsi que le rôle de l’anthropologue dans un contexte interdisciplinaire de recherche pour le développement.

4Le texte est structuré en 5 chapitres.

5Le Chapitre 1 (« Anthropologie et hydrologie. Intériorisation d’un grand partage ») présente sa posture d’anthropologue vis-à-vis des hydrologues. Il montre en quoi l’eau agricole est un objet de recherche marginal en anthropologie, et identifie ses connexions avec l’approche « Gestion Sociale de l’Eau ». A partir de ses recherches initiales, centrées sur les pratiques locales d’irrigation, l’auteure prend progressivement conscience de l’importance d’interroger la production des savoirs hydrologiques pour comprendre les politiques d’intervention. Ce chapitre problématise ainsi, de manière particulièrement convaincante, les clivages entre les approches critiques des sciences sociales et les sciences dites « dures » dans le domaine de l’eau, avec leurs implications institutionnelles.

6Le Chapitre 2 (« De « eux » à « nous ». Trajectoire d’un dispositif de recherche interdisciplinaire »), traite de la manière dont l’UMR G-eau a construit l’interdisciplinarité socio-hydrologique. L’auteure évoque ses difficultés initiales d’intégration dans un laboratoire constitué essentiellement d’hydrologues et d’hydrogéologues, ces derniers attendant de l’anthropologue une aide pour identifier les « usages » de l’eau, de manière à renseigner leurs modèles. Elle montre en quoi cette tendance à l’instrumentalisation des sciences sociales est liée au fait qu’elles sont considérées comme peu scientifiques (car peu « objectives »). Cependant, elle parvient à interagir avec les hydrologues, tout en se ménageant un « espace de respiration disciplinaire » (p. 42), en commençant d’abord par s’intéresser à l’histoire de l’aménagement du bassin versant étudié par ses collègues. Travailler dans les archives lui permet de construire progressivement une question de recherche commune autour des « eaux disparues » dans la zone étudiée. Ensuite, elle montre l’intérêt de s’investir dans des activités de terrain partagées (relevés, entretiens, etc.), tissant des liens de collaboration et d’estime mutuelle avec les membres de son UMR, en particulier avec S. Massuel (hydrogéologue, IRD) avec qui elle a beaucoup écrit et communiqué par la suite. Progressivement, cette collaboration fait émerger des intérêts communs (objets hydrauliques et hydrologiques), tout en identifiant des différences ontologiques et axiologiques fondamentales entre disciplines.

7Le Chapitre 3 (« Ethnographies collectives. Les savoirs hydrologiques, objet d’interdisciplinarité ») détaille le rôle qu’ont joué différents terrains tunisiens dans la construction interdisciplinaire. A partir des cas des retenues collinaires du bassin du Merguelill et de la nappe souterraine de Kairouan, Jeanne Riaux décrit la pratique progressive d’une « ethnographie collective », c’est-à-dire un « moment spécial du processus interdisciplinaire que constitue la rencontre sur et avec le terrain » (p. 91). Provoquée ou facilitée par l’encadrement conjoint d’étudiants, la pratique collective du terrain est l’occasion de questionner et d’adapter des démarches déductives (propres à l’hydrogéologie) ou complètement exploratoires et inductives (propres à l’anthropologie).

8Le Chapitre 4 (« Négocier la mise en ordre du matériau pour le faire parler ») décrit la production collective de récits interprétatifs alternatifs (narratives) sur la situation observée en Tunisie. Ces récits remettent notamment en question un discours de surexploitation de la nappe phréatique par les agriculteurs, grâce à l’histoire et la géographie des aménagements hydrauliques dans le bassin (développement hydro-agricole, alimentation en eau potable, aménagement des versants, puis aménagement de grande hydraulique/barrages). Ainsi, la phase d’analyse des données collectées, qui part d’une posture individuelle (chacun dans sa discipline), devient, progressivement, collective. Cette discussion des conclusions et des perspectives de recherche passe par le débat et l’écriture de textes en commun : elle aboutit à une explication originale d’une situation via une interprétation de sa trajectoire historique.

9Enfin, le Chapitre 5 (« Réflexivités. Penser et déplacer nos postures de recherche ») analyse l’interdisciplinarité sous l’angle de l’enrôlement des hydrologues dans une posture réflexive. Deux principaux procédés permettent d’amener les hydrologues à penser la portée politique des savoirs qu’ils produisent et des idées qu’ils véhiculent : a) mettre en évidence l’impossible neutralité de leurs recherches (en identifiant la production de messages opposés sur une réalité à partir des même données) b) mener des ateliers de réflexion collective sur les fonctions de la recherche dans la société.

10Selon moi, l’ouvrage apporte au lecteur une réflexion rare sur les conditions d’une interdisciplinarité riche et rigoureuse.

11La première condition est l’interconnaissance. Pas d’interdisciplinarité sans réelle volonté réciproque d’« aller dans la science de l’autre », c’est-à-dire de « comprendre l’autre disciplinaire et le sens de ses pratiques scientifiques » (p.14), si possible en pratique et sur un terrain commun. Ce travail de rapprochement est une construction dans le temps qui repose sur des affinités et des expériences en petit groupe (voire en binôme), qui laissent une large place aux intuitions, à l’écoute et aux ajustements. Pour autant, si le terrain est générateur de convergences scientifiques, la réflexion interdisciplinaire ne s’organise pas nécessairement « autour d’un terrain ou d’une réalité matérielle à interroger ensemble » (p. 57) : elle peut être fondée sur la critique de modèles ou de cadres d’interprétation (par exemple, les modèles couplés ressource-société).

12La deuxième condition est de mettre en lumière les différences entre disciplines. Pas d’interdisciplinarité sans mise en évidence des lacunes respectives, incompréhensions, mais également des écueils et « inachèvements instructifs » (p. 74) dans les collaborations (choix des données, encadrements d’étudiants, etc.). Pour Jeanne Riaux et son équipe, le rapprochement entre disciplines comporte « des limites non-négociables » : pas de volonté d’hybrider les approches respectives, et le respect des besoins, la rigueur et les conditions éthiques propres à chaque discipline. Par exemple, chacun peut participer au recueil des données de l’autre (terrain partagé), mais ne s’aventure pas dans leur analyse, ce qui permet d’éviter les abus d’interprétation et emprunts inappropriés. En revanche, c’est dans le travail d’écriture ou de préparation de communication que chacun revient sur les procédés d’analyse de l’autre. Il s’agit donc d’une « interdisciplinarité disciplinée » (p.53), contrairement à ce qui est souvent prôné (dédisciplinarité - Frodeman, 2019-, ou encore disciplinarisation de l’interdisciplinarité).

13La troisième condition est la liberté. Dans la construction présentée ici, la collaboration interdisciplinaire n’est pas orientée « vers la résolution d’un problème défini par ailleurs » (p. 55), ce qui tranche avec une conception plus courante (problem-solving). Au contraire, cette collaboration procède plutôt par une dialectique de déconstruction, de déplacement et de reformulation des problèmes, souvent énoncés en amont par les acteurs institutionnels de l’eau. Cette démarche est donc conditionnée à une approche située, non transposable, dans laquelle le « temps de l’induction des problématiques de recherche » (p. 75) nécessaire aux sciences sociales doit être respecté. Il est donc question d’« interdisciplinarité équilibrée » face, notamment, aux exigences de la modélisation dans les sciences hydrogéologiques. L’ouvrage montre qu’il ne s’agit pas d’incorporer des variables sociales dans un modèle : celui-ci peut être pensé comme un élément de l’interprétation d’une situation problématisée. L’enjeu, pour les SHS, est d’inciter les hydrologues à se poser des questions sur le sens et la portée de leurs modèles (réflexivité), tout en restant dans une démarche scientifique.

14Par ailleurs, il me semble que l’ouvrage met en évidence, avec une rare sincérité, les plus-values et les limites de cette construction interdisciplinaire.

15Premièrement, le travail d’ethnographie collective fait sortir les chercheurs en présence de « leurs zones de confort disciplinaire » (p. 95) en construisant des objets de recherche par déplacement successifs. Ces interactions permettent à l’anthropologue d’avoir l’expertise et les réseaux pour accéder aux arènes techniques, et d'intégrer ainsi de nouveaux acteurs dans le dispositif ethnographique. On saisit aussi, progressivement, ce que l’anthropologie apporte aux sciences hydrogéologiques : originalité des données et des analyses, réflexivité, renouvellement des rapports avec les interlocuteurs de terrain et les administrations, ou encore construction d’un positionnement politique. Mais, en filigrane, on comprend également que les frictions de départ sont partagées : il n’y a pas seulement un certain mépris des sciences « dures » vis-à-vis des sciences dites « molles », mais aussi, bien souvent, des réticences fortes de la part des anthropologues et des sociologues à « jouer le jeu » du dialogue interdisciplinaire (p 74), ce qui peut paraître surprenant de la part de disciplines connues pour être, a priori, ouvertes sur l’autre, sur l’inconnu. D’ailleurs, ce dernier point aurait pu faire l’objet d’une analyse plus approfondie, à mon sens.

16Deuxièmement, l’ouvrage met en évidence l’apport des SHS à la recherche pour le développement dans le domaine agriculture-environnement : au lieu de chercher à apporter des réponses directes et techniques aux acteurs institutionnels de l’eau en Tunisie, comme le faisaient historiquement les hydrologues de l’IRD (ou les chercheurs tunisiens formés par les Français), la démarche proposée permet d’apporter un « éclairage scientifique sur les problèmes qu’ils vivent » (p. 54), c’est-à-dire une approche critique fondée sur « la déconstruction d’idées reçues, l’analyse d’oublis historiques, et la réinterprétation de la genèse des problèmes de gestion » (p. 54).

17Troisièmement, l’auteure montre en quoi la collaboration interdisciplinaire permet d’identifier des savoirs hydrologiques dits « vernaculaires » (des « acteurs de terrain »). En retour, ces savoirs enrichissent les compréhensions des hydrologues et modifient leur posture de recherche par rapport aux « enquêtés » (p. 94). J’ai regretté, toutefois, le manque de problématisation du terme « savoirs vernaculaires », notamment par rapport à celui de « savoir scientifique » ou de « savoirs locaux » (évoqués en p 62), ce dernier étant ailleurs fort mobilisé et débattu à l’IRD, notamment dans un ouvrage antérieur de cette même collection (Verdeaux, Hall, Moizo, 2019). On pourrait s’interroger, en effet, sur l’utilité de distinguer ces différents savoirs hydrologiques, et sur leur articulation concrète, une idée proposée à la fin de l’ouvrage. Pourtant, à différents endroits du texte, l’auteure évoque cette articulation, sans la traiter directement.

18Par ailleurs, il est dommage qu’une autre question de fond, c’est-à-dire la place de la modélisation dans l’articulation des savoirs hydrologiques, soit traitée de façon un peu « hachée ». En effet, on comprend que l’intérêt porté aux réalités de terrain, permis par la collaboration interdisciplinaire, induit une « manière alternative de positionner la modélisation dans le processus de recherche », en intégrant des hypothèses issues des savoirs hydrologiques vernaculaires » (p. 75). Le modèle se retrouve ainsi en aval de l’enquête et non comme point de départ. L’auteure évoque la « régionalisation des observations menées à l’échelle des ouvrages » (p. 67), l’évolution des méthodes d’observation en hydrologie (p. 89), les « formes de mathématisation du réel » et « les relations de cause à effet simples que la modélisation implique » (p. 145-146). Mais il aurait été intéressant de rassembler ces réflexions, pour éviter l’impression de répétition et pour développer la réflexion sur la façon dont ces spécificités et ces évolutions interfèrent, en théorie (voir, par exemple, Mathieu, Schmid, 2014) et en pratique, sur les possibilités de collaborations entre disciplines, et entre acteurs académiques et non académiques.

19Enfin, un dernier apport majeur de l’ouvrage renvoie, selon moi, à ce que les collaborations avec des hydrologues apportent par rapport aux approches communes en SHS dans le domaine de l’eau. Jeanne Riaux montre que les analyses critiques des politiques de gestion de l’eau et des savoirs hydrologiques dits « experts », inscrites dans le courant de la Political Ecology, sont bien souvent disqualifiées par les tenants des sciences biophysiques, par manque de « scientificité » (format narratif, raccourcis, imprécisions). Un dialogue interdisciplinaire approfondi permet de ne pas se cantonner à un registre socio-politique ni à la publication dans des revues en SHS. Il est beaucoup plus ardu et fécond de publier des résultats originaux, issus de données quantitatives et qualitatives, dans des journaux de sciences biophysiques reconnus, permettant d’avancer des réflexions allant « à contre-courant de ce que la communauté scientifique prend pour acquis » (p. 123).

20Cependant, quelle est la spécificité de l’anthropologie dans cette pratique de l’interdisciplinarité avec les sciences de la nature ? On pourrait considérer que diverses spécificités de la démarche proposée (s’intéresser aux « multiples sphères de la production de connaissances hydrologiques », aux relations plutôt qu’aux objets, aux dimensions physiques, historiques et institutionnelles des questions liées à l’eau, aux savoirs hydrologiques en action), tout comme la production de résultats avec des chercheurs en sciences biophysiques, ne sont pas l’apanage de l’anthropologie. Ce numéro spécial de Géocarrefour en est justement un exemple, puisque des géographes (mais aussi des sociologues, économistes, politistes, architectes, etc.) y décortiquent les différents savoirs impliqués dans la gestion de l’eau, en réinterrogeant des récits et concepts tenus pour évidents. Dans l’ouvrage, le manque de dialogue des résultats obtenus avec la littérature en géographie est d’autant plus surprenant que « l’un des produits les plus concrets de ce travail de rapprochement est la construction d’une vision partagée de l’espace étudié », matérialisé par des cartes/schéma (p. 47), tout comme la prise de conscience des différentes échelles spatiotemporelles impliquées dans la transformation du cycle hydrologique.

21Il est également assez surprenant de ne pas avoir fait de parallèle avec la sociologie et l’histoire des sciences, notamment dans le domaine de l’eau. Si on remarque l’excellent passage « l’esquisse d’une ethnographie des hydrologues en Tunisie » (p 84-91), il aurait été utile de l’interpréter à la lumière des apports théoriques des sciences sociales qui approfondissent souvent les aspects historiques, cognitifs et épistémologiques de la production scientifique. Ces derniers, évoqués en p. 37,notamment avec la « science règlementaire » (Jasanoff, 1990),ne sont pas approfondis et repris par la suite. De même, il aurait été intéressant de repositionner la réflexion sur le rapport au terrain par rapport à d’autres travaux en sciences sociales (anthropologie, géographie) qui se sont interrogés sur la place et la « politique du terrain » dans les démarches de recherche (biais, éthique, engagement, etc.).

22Ainsi, ce travail met, de manière particulièrement claire et riche, l’accent sur les tenants et les aboutissants de l’interdisciplinarité « grand écart », à partir d’une expérience singulière, et son but n’est pas d’interroger l’interdisciplinarité au sein des SHS (géographie, histoire, sociologie des sciences, anthropologie du développement, anthropologie de l’environnement). Il s’en dégage, ainsi, de nouvelles pistes de recherche.

23Cet ouvrage sera donc utile et inspirant pour une diversité de lecteurs.trices, aussi bien en SHS qu’en sciences de la nature, même pour les non-spécialistes de la gestion de l’eau ou des terrains méditerranéens. Il constitue un outil précieux pour analyser nos besoins, nos échecs et nos innovations dans la pratique de l’interdisciplinarité.

Haut de page

Bibliographie

FRODEMAN R., 2019, Pour un savoir soutenable. Une théorie de l’interdisciplinarité, Versailles, Quae/NSS, 205 p.

MATHIEU N., SCHMID A.-F., 2014, Modélisation et Interdisciplinarité. Six disciplines en quête d'épistémologie, Versailles, Quae/NSS, 348 p.

VERDEAUX F., HALL I., MOIZO B., 2019, Savoirs locaux en situation : retour sur une notion plurielle et dynamique, Versailles, Quae/NSS, 325 p.

JASANOFF S., 1990, The Fifth Branch: Science Advisers as Policymakers, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 320 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludivine Eloy, « Jeanne Riaux, Une anthropologue chez les hydrologues »Géocarrefour [En ligne], 96/2 | 2022, mis en ligne le 26 septembre 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/20248 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.20248

Haut de page

Auteur

Ludivine Eloy

CNRS, UMR ART-Dev, ludivine.eloy@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Jean Moulin Lyon 3
  • Logo Université Jean Monnet Saint-Etienne
  • Logo Ecole normale supérieure de Lyon
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon (ENSAL)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search