Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96/2ArticlesVers la conception de la Ville-va...

Articles

Vers la conception de la Ville-vallée à travers le cas du Centre Historique de Valencia, en Espagne

Towards the design of the Valley-City through the case of the Historic Center of Valencia, Spain
Adrián Torres Astaburuaga

Résumés

Les villes s’enracinent sur le territoire où elles se sont implantées. Les variables territoriales déterminent la morphogenèse et l’avenir de celles-ci. Cette recherche consiste à développer une méthodologie d’analyse prospective envers la conception de la notion de Ville-Vallée, par la reconstitution de l’histoire du paysage urbain du centre historique de Valencia en Espagne en faisant affleurer ses empreintes hydromorphologiques ou mémoires de l’eau, comme des outils pour une potentielle future ré-alliance entre matrice biophysique et urbanité. Le palimpseste urbain permet d'appréhender une nouvelle cartographie qui peut constituer un outil de revitalisation écologique. L’hypothèse, rétroprospective, tente d’appréhender comment les géographies pré anthropiques reliées à la pente et au ruissellement, et comment les facteurs d’une précoce anthropisation provenant du monde rural, comme les canaux d'irrigation, ont influencé la morphogenèse urbaine. Il s’agit d’évaluer quelle est la persistance de ces hydro systèmes et quel parti nous pouvons en tirer pour nos villes contemporaines.

Haut de page

Texte intégral

Ce travail a été soutenu par l'Etat français à travers l'Agence Nationale de la Recherche dans le cadre du programme "Investissements d'avenir" avec la référence ANR-17-CONV-0004.

Introduction

1L'origine de la forme urbaine des villes est liée à de multiples facteurs fondateurs, comme la géographie pré-anthropique du territoire où elles s’établissent. Ces variables déterminent le développement et l'évolution des villes. L'établissement humain, en premier lieu, interprète le territoire préexistant afin de s'allier à sa géographie, sa topographie, son système hydraulique et son écosystème. Au fil du temps, la ville façonne et anthropise l'enclave où elle se trouve pour accueillir le tissu social et économique qui la définit. Cette interdépendance étroite de l'établissement avec sa matrice géologique et son environnement biophysique est typique des sociétés traditionnelles qui dépendent d'économies de base organique, alimentées par les flux de la biosphère. Cependant, le passage d'économies biologiques à des économies de plus en plus dépendantes des combustibles fossiles a entraîné, au cours des derniers siècles, un processus croissant de désengagement des villes de ce territoire préexistant et de sa matrice biophysique.

2Il s'agit d'un processus généralisé qui a créé l'illusion du territoire comme une page blanche, une grande parcelle de terre pour la croissance, oubliant les conditions géographiques, les équilibres écologiques, ainsi que la mémoire naturelle et culturelle. La prise de conscience croissante des conséquences de la crise écologique et de la nécessité métabolique de boucler les cycles, de l'étroite dépendance du support biophysique de nos établissements, nous oblige à changer de point de vue, tant dans l'analyse et la compréhension de l'environnement urbain que dans les propositions futures de nouveaux usages ou de nouvelles interventions physiques. Ainsi, la recherche vise à sensibiliser à cette mémoire naturelle et anthropique, afin de rétablir un lien fondamental aux origines, oublié et oblitéré au cours du siècle dernier. Il s'agit donc de reconstruire la notion de ville-vallée, c'est-à-dire une ville qui participe à la logique du bassin versant auquel elle appartient.

3La recherche se concentre sur le centre historique de la ville de Valencia en Espagne, un contexte étudié par l'auteur dans diverses publications (Torres-Astaburuaga, 2015) et travaux de recherche (Torres-Astaburuaga, 2018), en relisant l'histoire de la morphologie urbaine de la Ciutat Vella (vieille ville) de Valencia, en incorporant les notions de mémoire de l'eau et de mémoire naturelle comme prismes et prémisses d'analyse. Il s'agit donc d'étudier un contexte historique classé, en s’éloignant de la traditionnelle approche architecturale, constructive, typologique ou culturelle de l'histoire de la ville bâtie. Au contraire, la recherche vise à construire un autre regard sur les processus de morphogenèse urbaine, en analysant l'influence de la mémoire de l'eau dans la configuration de la vieille ville, afin d'évaluer si celle-ci peut constituer un outil utile pour la planification et la régénération urbaine, basé sur les variables hydrauliques, écosystémiques et naturelles qui sous-tendent l'urbanité.

4La recherche propose une analyse rétroprospective en tenant compte des capacités d'infiltration et de porosité, de continuité écologique, de qualité organique du sol, ou de biodiversité. En ce sens, nous pouvons différencier la notion de « mémoire naturelle » de celle de mémoire anthropique de la nature, qui impliquerait l'étude d'un paysage anthropique aux racines rurales. Ce paysage agricole, même menacé, voire très dégradé (Courtot, 1994), existe encore aujourd'hui dans la zone périurbaine de l'étude de cas de Valencia (Ikemoto, Sakura, Torres-Astaburuaga, 2021) et a été un facteur déterminant dans la définition de sa propre morphologie. La recherche prendra comme étude de cas l’espace compris entre la muraille arabe (Xe-XIe s.) et la muraille chrétienne (XIVe s.).

5Le travail expose donc un processus méthodologique d'analyse urbaine appliqué à la zone historique de la ville, afin d'évaluer son éventuelle extrapolation à sa zone métropolitaine et de déterminer si la méthodologie utilisée dans le cas de Valencia peut être reproduite dans d'autres situations à la manière d'un jeu de miroirs.

Portée de l'étude

6Valencia est l'une des villes de taille moyenne situées sur la côte ouest de la mer Méditerranée, dont les racines de l'activité agricole remontent à l'époque de la république romaine (Glick, 2003). Structurée et développée à l'époque arabe (du VIIIe au XIIIe s.), elle a prospéré tout au long de la fin du Moyen Âge, la ville gagnant en importance en tant que productrice de soie aux XVe et XVIe siècles. Le paysage créé par l'activité agricole reflète l'intensité de l'occupation du territoire et de son activité économique. Celui-ci, façonné par des activités rurales qui dépendaient de systèmes hydrauliques vernaculaires complexes (Daumas, 1991, Cressier, 2006), a influencé la morphogenèse des agrégats proto-urbains qui sont devenus la ville de Valencia, en maintenant une relation constante avec sa campagne environnante (Arroyo, 1986).

7Aujourd'hui, les canaux d'irrigation (acequias, étymologie d’origine arabe) de ces systèmes hydrauliques, prélevant, au moyen de barrages, une partie du débit du fleuve Turia, traversent la ville de manière discrète pour irriguer des zones agricoles périurbaines fertiles et productives, jusqu'à la côte (Martí, 2007). L'apport d'eau au sol par l'irrigation par inondation, et le rejet d'eau dans les zones humides, comme l'Albufera dans le sud, joue un rôle singulier dans la recharge des nappes phréatiques (Guinot, 2008), l'équilibre de la salinité des sols côtiers, et donc leur fertilité. Les anciens ravins et autres systèmes d’écoulements sont aussi comblés même s'ils sont présents dans la forme urbaine historique. Ces systèmes d'irrigation ont été introduits à l’époque romaine depuis la fondation de Valentia en 138 av. J.-C. À l'époque islamique, spécialement à partir du Xe siècle, le réseau d'eau de la ville a été réorganisé et étendu aux zones agricoles environnantes, parallèlement à l'expansion urbaine de Valencia, au moyen d’une technologie commune à différentes régions de la péninsule ibérique, du sud de l'Europe, de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, suite à l'expansion musulmane dans ces régions (Martí, 2002). Pendant cette période, il y a eu un transfert de connaissances, avec des va et vient entre des villes du Maghreb, comme Marrakech, Fès ou Meknès, et les connaissances développées par les ingénieurs hydrauliques dans des villes comme Valencia ou Granada (El Faïz, 2005).

8À Valencia, les transformations socio-économiques et la croissance urbaine, accélérée à partir de la seconde moitié du XXe siècle, ont conduit à une déconnexion de l'urbanité de toutes ces technologies vernaculaires (Courtot, 1994) en les canalisant et en les effaçant de la scène urbaine. Cependant, ces "veines de la métropole" (Martí, 2007), sont restées partiellement en service, préservant leur dynamisme par enracinement et complexification (Courtot, 1986), et ont contribué à créer un paysage unique. Aujourd'hui, cette conservation indirecte d'éléments hydrauliques vernaculaires et des marques de l’hydromorphologie urbaine, peut être comprise comme une opportunité de repenser la relation entre la ville et l'eau, l'histoire et la communauté des habitants (Sakura, Oka, 2013).

9Les systèmes hydrauliques historiques, ressources socio-écologiques, ont joué un rôle crucial dans la formation du paysage culturel de Valencia, façonnant le processus de développement de la ville, transformant les ressources naturelles en une expression de la culture. L'interprétation de l'urbanisation à travers la géographie pré-anthropique et les canaux d'irrigation historiques fournit des suggestions significatives pour contribuer au débat sur la théorie et la pratique urbaines vers un développement urbain durable.

"Ville-Vallée" ou "bio région urbaine" ?

10La notion de ville-vallée proposée dans cet article trouve son origine dans la section valley de Patrick Geddes (Geddes, 1925). Avec cette notion, l’auteur nous parle de la vallée fluviale comme d'une unité d'organisation et de gestion territoriale. Ses travaux sur les cas indiens (Geddes, 1947) sont aujourd'hui encore, de l’avis de nombreux chercheurs, d'une grande pertinence, presque proto-écologiques (Oyon, 2011), surtout pour le soin et la valorisation apportés au préexistant (Torres-Astaburuaga, Chaudier, Tixier, 2016), tant géographique que sociétal, afin de penser la cité.

11Cette conception de la ville comme une vallée se retrouve dans la pensée des géographes Peter Kropotkin et Elisée Reclus et leur idée d'intégration des processus naturels et sociaux (Reclus, 1895 ; Kropotkin, 1955). Ces notions trouvent un écho dans la philosophie biorégionaliste actuelle (Sale, 2000), ou dans une philosophie de l'environnement des milieux urbains (Paquot, Younès, 2010), qui remet en question les dichotomies ville/campagne et homme/nature. Les biorégions, telles qu'elles sont actuellement conçues comme des provinces géographiques ayant une unité écologique et culturelle et une unité de gestion façonnée, bien que conceptuellement proches de certaines des propositions de cet article, n'ont pas encore résolu toutes les questions importantes auxquelles les planificateurs et les penseurs régionaux ont toujours été confrontés. Comment cette vision aborde-t-elle la question urbaine, voire l'urbanisme en général ? Peut-on parler d'une biorégion urbaine ? Où s'inscrit le concept de ville-vallée proposé ?

12La notion de biorégion, même dans son acception urbaine, répond à ma compréhension d'un ancrage territorial de l'urbanité, établissant un ensemble de paramètres vers lesquels, selon les auteurs mobilisant l’approche biorégionale, nos contextes habités devraient évoluer. Dans son application à l'urbanité, la notion de biorégion prend un sens plus palpable dans les transitions suburbaines, c'est-à-dire qu'elle est applicable à l'échelle territoriale, par le biais d'instruments de planification stratégique.

13La notion de la ville-vallée proposée fait allusion à une approche qui relève le défi de réviser et de réparer l'urbain, la ville préexistante. C'est pourquoi cette notion se veut opérationnelle, pour repenser l'urbanité en tenant compte des variables biotopiques, de l'hydromorphologie urbaine, et à plusieurs échelles, de la microtopographie urbaine au plan structurant de l'infrastructure verte urbaine ou de la trame verte (milieux naturels et semi-naturels terrestres) et bleue (fleuves, rivières, canaux, étangs, milieux humides…) formant un réseau à même d’assurer une continuité écologique.

14La notion de ville-vallée est alors partiellement contenue dans la notion de biorégion urbaine. Cependant la proposition théorique de tenter de fusionner l'urbain, la ville, avec le biotopique et l'hydrographique, la vallée ou le bassin versant, est un défi en soi, un exercice de réparation du milieu naturel urbain (Guillerme, 1991). La proposition vise volontairement à confronter les termes de ville, très souvent associés à des éléments fonctionnels bétonnés et étanches, et de vallée, une urbanité intégrée dans son bassin avec un cycle de l’eau urbain tendant à la circularité, du micro au macro, du détail de construction à la planification bleue/verte/brune métropolitaine. Le biorégionalisme et son application à l'environnement urbain établit des modes d'organisation socio-spatiale généralistes basés sur l'organisation sociale des habitants d'un territoire ; parallèlement, la section geddésienne parle de la section vallée comme d'une unité de gouvernance, notamment attribuée aux métiers et au tissu socio-économique, intégrant une variable autopoïétique.

15La proposition de la ville vallée se positionne dans une tentative de résolution du comment faire, et notamment appliquée à la ville existante (Dournel, 2010), en prenant dans ce cas comme cas d'étude un quartier protégé, le centre historique de Valencia.

16Lorsqu'il s'agit d'oser repenser l'urbanité préexistante, par où commencer ? La notion de ville-vallée propose d'introduire un critère qui peut contribuer à penser cette réparation à travers l'outil de l'hydromorphologie urbaine rétrospective, non pas comme une étape à laquelle revenir mais comme un outil capable de structurer et de donner un sens aux interventions urbaines qui sont souvent réalisées de manière isolée. Aujourd'hui, on parle de la nécessité d'infiltrer immédiatement l'eau dans la parcelle pour la recharge de la nappe phréatique, ralentir les écoulements ou encore pour éviter l'entraînement de polluants. Cependant, la tendance à associer le ruissellement, la pente avec des éléments végétaux articulés et continus, pourrait apporter d’autres valeurs biotopiques au sol urbain (Barles, Breysse, Guillerme, Leyval, 1999).

17Cette reconception de la ville comme vallée s'articule avec une écologie politique urbaine, étant donné que structurer un réseau de différents types d'espaces et, surtout, les articuler, les interconnecter, repose sur le postulat que cela ne peut se faire que par et pour les habitants d'un territoire. Il s'agit donc de mettre en place ces réseaux bleu-vert mais aussi de les articuler avec les populations, d'échanger des connaissances et des compétences, de relancer les liens humains essentiels (Kropotkin, 1955).

Hypothèse rétrospective pour l'urbanité biotopique de la ville-vallée

18La recherche propose deux hypothèses :

19- La compréhension des interactions entre la ville et sa matrice biophysique à travers l'histoire peut contribuer au développement d'une vision écologique de nos environnements urbains actuels. Le projet de la ville future peut être renforcé par une analyse de son tissu urbain qui permette de décoder et de représenter son histoire écologique. Cette analyse nécessite des outils interdisciplinaires spécifiques capables de révéler cette complexité, comme l'histoire de l'urbanisme et du paysage urbain, l'histoire environnementale et géoarchéologique, combinés à des techniques contemporaines telles que la télédétection par satellite, les analyses en profondeurs des sols et des eaux urbaines entre autres.

20- Le tracé d'une nouvelle cartographie-palimpseste de la ville peut permettre de structurer des stratégies urbaines contemporaines orientées vers la restauration d’un sens écologique du tissu urbain existant.

21Plusieurs études décrivent l'histoire des canaux d'irrigation à Valencia (Martí, 2007 ; Martí, 2002 ; Sanchis-Ibor, 2002) ainsi que la réduction de ces systèmes hydrauliques vernaculaires (Courtot, 1986) dans la poursuite d'une modernisation des infrastructures en relation avec l'expansion urbaine (Sakura, Oka, 2013). Il existe également de nombreuses études et projets de recherche qui abordent la morphogenèse de la ville, d'un point de vue géomorphologique (Carmona, 1997).

22La structure hydraulique caractéristique d'une anthropisation initiale, c'est-à-dire les canaux d'irrigation et leur système fractal associé, qui forment leur propre paysage, est commune dans tout le sud de l'Ibérie et de l'Italie, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et à Chypre ; on les trouve également en Asie centrale, en Chine occidentale et dans les régions sèches d'Amérique latine. En ce qui concerne les canaux d'irrigation développés dans le cadre de l'expansion musulmane, les études sur Granada (Castillo, Martínez, Pérez, 2015), la Sicile (Lofrano, Carotenuto, Maffettone, Todaro, Sammataro, Kalavrouziotis, 2013) et Marrakech (Ruf, Kleiche-Dray, 2018) se distinguent particulièrement. Cependant, le nombre d'études sur l'influence des canaux historiques et de la géomorphologie pré-anthropique sur la structure urbaine actuelle est limité. Guillerme, 1991). Les études ont tendance à aborder la question d'un point de vue exclusivement historiographique, géologique et archéologique, avec une approche descriptive du paysage rural historique (Guinot, 2007), de la notion de patrimoine agricole (Mata, Fernández, 2004) ou la transition du paysage de l'eau dans les contextes périurbains (Requena, 2014). L'approche géohistorique autour de la relation entre fleuves et urbanité se retrouve dans les études à propos du Bassin parisien et comment les milieux fluviaux et humides participent à la constitution de la notion de patrimoine urbain (Dournel, 2010) et des travaux autour de la restauration écologique en Loire armoricaine (Cirelli, Fournier, Bonnefond, Servain, 2020). Cet article veut cependant combiner l’angle rétroprospectif avec une volonté opérationnelle (Scherrer, 2004).

23Certaines villes, comme Fès (Revault, Amahan, Golvin, 2013) ou Zaragoza (Fraga, 2002) disposent de plusieurs études portant sur l'influence des systèmes hydrauliques historiques sur la morphologie urbaine, mais ces études ont surtout un point de vue historiographique. Le cas de Lyon est extrêmement intéressant et a été largement étudié (Bravard, 2004) : une ville fluviale qui dut gérer de violentes inondations et qui, par conséquent, s’est définie et configurée avec l'eau comme alliée et ennemie à la fois ; et, dans la Loire, le long des différents contextes urbanisés (Rode, 2010). Dans le cas de Lyon encore, l'influence et la révision potentielle de la mémoire de l'eau dans des quartiers tels que le Vieux-Lyon (Ayala, 2009) ou la Presqu'île (Desbat, Lascoux, 1999) reste à analyser dans une vision rétroprospective. La démarche à propos de la restauration de la rivière Rize (Brun, Caltran, Malefant, Garcias, 2018) à Villeurbanne, serait également une étude prospective en lien avec les propos de cet article.

24L'influence de la géomorphologie sur la ville de Valencia, d'un point de vue géoarchéologique, a également été largement étudiée (Carmona, 1990). De nombreuses études ont aussi été réalisées sur la restitution et l'analyse des canaux d'irrigation (Hermosilla, 2007) et bien d'autres (Guardia, 2011). Toutes ces méthodes de recherche sont comparables à la présente étude ; cependant, ces recherches sont basées sur l'analyse de la macro perspective obtenue par l'enquête documentaire. Il y a moins d'études combinant l'analyse de la micro perspective basée sur le travail de terrain, et la génération d'un palimpseste urbain opérationnel orienté vers la régénération urbaine. Cette recherche présente une méthodologie qui vise à combiner la conception géomorphologique de la géographie pré-anthropique cristallisée dans la forme urbaine et le niveau phréatique sous-jacent, les canaux d'irrigation anthropiques mais topographiquement sensibles, avec une lecture de l'état actuel visant la mise en œuvre d'actions concrètes. L'approche se base sur l'archéologie et la reconstruction historiographique, mais se superpose à l'étape actuelle pour évaluer dans quelle mesure ces éléments hydrauliques peuvent articuler un réseau fertile d'espaces ouverts. Il s’agirait donc d’essayer d’articuler territoire, biotope et société pour donner du sens et de la cohérence aux contextes urbains contemporains.

Approche méthodologique : La recomposition du palimpseste urbain comme outil prospectif

25En termes de méthodes et de matériaux utilisés, nous avons effectué une analyse de la documentation historique et des traces archéologiques, géoarchéologiques et géographiques de la culture de l'eau à Valencia. À cette fin, une étude détaillée du tissu urbain du centre-ville à travers l'histoire a été réalisée, soutenue par des sources historiques, un état des lieux de la recherche interdisciplinaire et des visites de terrain. Par la suite, une superposition de toutes les cartographies historiques de la ville a été réalisée, en les superposant à leur tour à la planimétrie de la ville contemporaine. Diverses informations issues du terrain étudié ont été spatialisées et stratifiées afin de composer un nouveau matériau de recherche : les cartographies de l'eau. Le plan palimpseste urbain, composé par la superposition de planimétries et de recherches, est inédit en ce qu'il se superpose à la ville contemporaine, avec ses vides et ses espaces vacants. Cela permet de comprendre le sens écologique du tissu urbain historique et, en même temps, de révéler les moments de rupture et les possibilités d'action.

26De cette façon, la recherche prend en compte toute la cartographie historique de Valencia comme outil de travail de base, à travers la reconstruction du palimpseste urbain construit par la superposition de planimétries historiques redessinées par l’auteur (Manceli, 1608 ; Tosca, 1704 ; Cortina, Ferrer, 1894 ; De Leon, Tamarit, Bentabol, Samper, 1883 ; Mora, Pichó, 1907 ; Plan de l’Institut Géographique Cadastral 1944 ; Carmona, 1997 ; Martí, 2007 ; Roselló, Esteban, 2000 ; Torres-Astaburuaga, 2022). Les cartographies historiques qui fournissent des données topographiques et hydrauliques ont été sélectionnées, ainsi que les plans qui restituent des étapes conservant des éléments à caractère rural, tels que les anciennes parcelles agricoles et le réseau de canaux d'irrigation.

27Le travail de terrain consiste à développer, au moyen d'une méthode d'hypothèses indicatives, une analyse des situations urbaines qui apportent la preuve d'une découverte d'éléments hydrauliques historiques, d'une influence hydraulique sur la genèse urbaine ou de la présence d'eau souterraine intramuros. Les zones naturelles de la ville historique comportant des arbres intéressants et de grande taille seront également analysées et cartographiées, ainsi que les zones de terrain qui, pour diverses raisons, sont restées intactes ou en friche. Ces circonstances indicatives seront cartographiées et superposées sur le plan du palimpseste. Tous ces éléments recomposent une mémoire naturelle et une mémoire hydraulique auxquelles se superpose à son tour une cartographie des friches urbaines, des surfaces vacantes et des espaces en déshérence de la Ciutat Vella d'aujourd'hui.

Résultats

Les eaux de ruissellement, une trace primordiale de la forme urbaine de la Valencia historique

28La ville romaine de Valentia a été érigée sur une île du fleuve Turia (Alberich, I Lacomba, Marco, 2001). À l'époque arabe, entre les Xe et XIe siècles, le système d'irrigation a été développé comme une structure de réseaux interconnectés complexes qui imbriquent l'orographie préexistante pour fournir de l'eau au territoire (Rosselló, Esteban, 2006), ainsi que pour drainer l'excès d'eau dans les zones inondables, en utilisant uniquement la force de gravité. Les Arabes ont mis en œuvre ce modèle en se basant sur leur propre technologie et en réutilisant certaines des infrastructures précédentes (Glick, Guinot, Martínez, 2000). Au XIVe siècle, après la Reconquista, un nouveau mur a été construit, intégrant de nouvelles terres et son propre hydrosystème. Le tracé hydraulique, issu des écoulements de surface ou des canalisations anthropiques (Teixidor de Otto, Perez, 1989), a été inséré dans le tracé urbain ainsi que ses parcelles rurales associées devenues alors urbaines (Piñon, 1987). La ville s'est développée en fonction de sa propre géomorphologie et de la structure des canaux d'irrigation. L'eau du fleuve Turia et de son méandre sud a toujours accédé aux différentes enceintes fortifiées par l'ouest, suivant la logique topographique d'une pente douce vers l'embouchure du Turia ; c'est également le cas pour l'eau des canaux d'irrigation dérivée du lit du fleuve, qui ont été intégrés à l'intérieur de la muraille chrétienne du XIVe siècle. Il convient de noter qu'il existe diverses hypothèses anthropiques (Escalpés, 1738) qui attribuent le tracé urbain du lit du fleuve aux Romains, dans l'intention de chenaliser son cours en tresse. Par la suite, d'autres auteurs (Carreres, 1930) auraient suggéré la possibilité que le cours principal du fleuve dans sa partie urbaine soit le résultat d'une entreprise colossale des Arabes. La géométrisation romaine et l'anthropisation arabe ne sont pas démontrables, mais il est indéniable que malgré la prédominance de tracés fondamentalement naturels, la main de l'homme a modelé le territoire, en l'occurrence le lit du fleuve, ses diffluences et ses terrasses. Une anthropisation précise est celle réalisée par la Fábrica de Murs i valls (compagnie dédiée à la construction des murs et endiguements, ainsi qu’à la canalisation des vallées et ravins existants intramuros) à partir du XVe siècle. La construction de ces murs a consolidé le tracé fluvial, dimensionné son débit maximal et établi le niveau de terrassement de la ville par rapport au fleuve. Dès lors, les conséquences de nombreuses inondations seront atténuées, mais la ville en sera transformée : avant la chenalisation, le cours du fleuve était indécis et diffluent ; la figure 1 recrée la complexité des affluents qui ont pu avoir une certaine influence sur le développement des cultures successives établies sur le territoire à partir de la période de fondation.

Figure 1 : Tracé hypothétique du lit du Turia avec ses diffluences ou paléochenaux

Figure 1 : Tracé hypothétique du lit du Turia avec ses diffluences ou paléochenaux

Source : Torres-Astaburuaga, 2022

29Le principal affluent, le paléochenal sud, bifurquerait du lit principal du fleuve vers l'ouest, établissant un contact hypothétique avec l'enceinte chrétienne à la hauteur des Tours de Quart, à une altitude de 18 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le méandre subit une descente intra-muros, atteignant les niveaux les plus bas de 12 m à l’Est de l’enceinte. L'existence d'une série de ruissellements a également été postulée (Carmona, 1990), avec un débit variable en fonction du régime pluvial, qui a façonné certaines artères du noyau. Le paléo chenal Roteros, au nord dans le Quartier del Carmen, a été transformé en canal d'irrigation, irriguant la plus importante zone de vergers à l'intérieur des murs après la Reconquista, et constitue aujourd'hui une artère principale du quartier. À son tour, le paléochenal Corona, l'entrée du canal d'irrigation de Rovella, a pu être auparavant un écoulement qui a été canalisé par les Arabes (Carmona, 1997). À son tour, la rambla ou paléochenal de Predicadores, correspond aux rues actuelles de Tetuán, General Palanca et Navarro Reverter, et est le résultat d'un affluent proche du fleuve, générant une île fluviale où se trouvait le couvent de Santo Domingo (des Prêcheurs) à l'époque chrétienne, avec de grandes zones de culture annexées. Enfin, la rue del Mar, en plus d'être la sortie naturelle vers la mer pour la ville romaine d'époque impériale (cardo maximus), pourrait avoir été un affluent sud du fleuve. L'expansion de la ville arabe vers le sud a poussé le méandre/paléochenal vers le sud. En d'autres termes, le mur arabe, bien qu'il conserve la mémoire du lit du fleuve existant, le modifie également au fur et à mesure qu'il s'étend vers le sud. Ce fait souligne combien il est parfois complexe et insaisissable de tenter de recomposer les traces pré-anthropiques de la matrice biophysique dans un environnement aussi modifié que le centre historique de Valencia. La nature et la main de l'homme se confondent et s'entremêlent, et seules des approximations basées sur des données géoarchéologiques peuvent être établies. La figure 2 représente l'écoulement hypothétique de l'eau, soit au stade de la fondation, soit au moment d'une inondation intense, sur un plan actualisé du centre-ville. Cette hypothèse des différents paléochenaux servira à structurer la construction du discours et à superposer les strates hydrauliques potentielles.

Figure 2 : Tracé hypothétique du lit du Turia avec ses affluents ou paléochenaux

Figure 2 : Tracé hypothétique du lit du Turia avec ses affluents ou paléochenaux

Source : Torres-Astaburuaga, 2022

Les systèmes d'irrigation comme structurants du tissu urbain

30En ce qui concerne l'eau d'irrigation, structurée par des fossés et des canaux, la plaine d'irrigation de la région de Valencia s'articule au moyen d'un système mis en place à partir du Xe siècle, dans lequel le fleuve est détourné au moyen d'un déversoir et canalisé par un grand fossé d'irrigation au débit important. L'azud (déversoir avec barrage de petite échelle, étymologie d’origine arabe) est donc l'origine du territoire irrigué, la dérivation qui fait en sorte que l'eau du fleuve atteigne les parcelles qui ont besoin d'eau. Le tracé du canal d'irrigation, qui est déterminé par la topographie, se ramifie au moyen de séparateurs continus qui forment un réseau arborescent de canaux d'irrigation plus petits qui se ramifient à leur tour en branches successives jusqu'à atteindre les parcelles rurales et irriguer les cultures. Dans la zone entre les murs, l'espace libre conserve sa valeur agricole, entre le XIVe et le XIXe siècle, ce qui nécessite l'entretien du système d'irrigation, de même qu'à l'intérieur des murs. Après leur passage dans la ville, les voies hydrauliques d'origine arabe ont été intégrées comme une infrastructure urbaine essentielle au fonctionnement de la cité chrétienne, tout en conservant leur vocation d'irrigation intra-muros. Diverses hypothèses ont été émises quant à la configuration de l'environnement périurbain de Balansiya (Martí, 2007) (nom de la ville entre les VIIIe et XIIIe siècles, pendant la période musulmane). Ces terres faisaient partie d'une zone de culture hors des murs de la ville, une zone de culture inondée, traversée par le tracé hydraulique du paléochenal d'eau, qui servait à son tour de fossé défensif.

Figure 3 : Plan général de Balansiya au XIe siècle

Figure 3 : Plan général de Balansiya au XIe siècle

En vert, les zones de vergers, en bleu foncé le canal d'irrigation Rovella, en violet le canal d'irrigation Al Favara. En jaune les colonies, en orange la nécropole. En gris la zone des artisans, en bleu clair l'empreinte du paléochenal sud et diffluences hypothétiques

Source : Torres-Astaburuaga, 2022

31Après la construction des nouveaux murs, à partir de 1356, les deux enceintes coexistent pour former un double système défensif, séparant des quartiers tels que le quartier juif et le quartier maure. L'espace inter-mural servit alors de base au développement urbain au cours des cinq siècles suivants, mais la logique de la croissance répondait à des variables différentes du tissu à l'intérieur des murs arabes. L'ancien espace périurbain, désormais intégré à l'enceinte, a conservé son caractère agricole. Banlieues, fermes et hameaux coexistent, articulés par les routes Xàtiva Lliria et Russafa, mais véritablement reliés par les canaux d'irrigation Rovella et Favara. L'empreinte des paléochenaux se refléterait dans les principales artères et espaces urbains de la ville. Parfois, les couvents étaient situés dans les environs, développant des zones cultivées proches du paléochenal, comme c'est le cas du couvent franciscain, l'actuelle place de la mairie, situé dans une zone de marais (bassa de les granotes : le bassin des grenouilles) (Llop, 1675) correspondant à un point bas du paléochenal sud. Ces canaux d'irrigation ont été littéralement incorporés à la ville chrétienne, inclus dans son tracé. Des études spécifiques successives (Teixidor de Otto, Perez, 1989 ; Sanchis-Ibor, 2002 ; Martí, 2007) ont été entreprises pour reconstituer les trajets des canaux d'irrigation de Rovella et de Favara qui traversent le centre historique de Valencia. Les études, basées sur des fouilles archéologiques à l'intérieur des murs, proposent un réseau hydraulique, sinueux et ramifié, où les deux fossés s'entremêlent. La route d'origine arabe s'est complexifiée et étendue pendant la période chrétienne, contribuant ainsi à approvisionner davantage de zones à l'intérieur des murs, et servant ainsi de vecteur à la croissance du tissu urbain. Afin de reconstituer de manière fiable ce réseau hydraulique, nous disposons, en plus de l'archéologie, d'une source de grande valeur à cet effet. Il s'agit de l'ouvrage de Josep Llop (Llop, 1675) qui traite de la réglementation, de la jurisprudence, de la gestion et de l'entretien des fossés, des clôtures et des vannes. La figure 4 résume l'ensemble du travail de reconstruction cartographique historique du centre historique de Valencia. Ce travail géohistorique avec l’angle retroprospectif énoncé forme la base de la notion proposée de ville-vallée. Il ne s’agit pas alors d’une volonté de revenir en arrière, sinon d’appréhender les raisons morphogénétiques de la ville pour en tirer un profit opérationnel.

Figure 4 : Plan général des environs de Valencia entre les XIVe et XVIIIe siècles. Portée territoriale

Figure 4 : Plan général des environs de Valencia entre les XIVe et XVIIIe siècles. Portée territoriale

En vert, les zones de huerta, en bleu clair le Paléo chenal et le fleuve Turia, en bleu foncé le canal d'irrigation de Rovella, en violet le canal d'irrigation de Favara, Cotes topographiques, anciens Couvents et espaces verts intérieurs

Source :Torres-Astaburuaga, 2022

L'état actuel du centre historique de Valencia. Le vide comme opportunité

32Par la suite, la ville a comblé les espaces à l'intérieur des murs, les fossés d'irrigation et les petites vallées intérieures ont été recouverts, mais en conservant toujours leur débit souterrain, et ont été utilisés pour irriguer les jardins à l'intérieur des murs, qui sont encore visibles sur les cartes détaillées de la ville. Il faut noter ici justement cette résonance avec la notion de ville-vallée : après la Reconquista, ces marques hydromorphologiques intégrées dans le contexte urbain ont été nommées "vieille vallée" (vall vell) puis "vallée couverte" (vall covert) (Escalpés, 1738). On retrouve alors ce processus d’oblitération dans l'évolution de la toponymie, peut-être à défaire partiellement voir à réparer, selon les hypothèses de cet article. Mais si nous remontons au XVIIIe siècle, les cartes détaillées du Père Tosca, notamment la carte de 1704 (Tosca, 1704), représentent méticuleusement les espaces naturels et ruraux à l'intérieur des murs. A son tour, on retrouve dans les gravures de Guesdon (Guesdon, 1858), réalisées au milieu du XIXe siècle, d'importantes zones de végétation insérées dans l'enceinte fortifiée, coexistant avec les différentes parcelles urbaines. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, tous ces hydrosystèmes et espaces végétalisés associés ont été complètement effacés, bien que leurs empreintes subsistent dans les traces urbaines. À partir des années 1980, et pour diverses raisons (exode de la population du centre vers la périphérie urbaine, insalubrité, vieillissement de la population, marginalité et processus spéculatifs), un grand nombre de vides urbains ont commencé à apparaître dans l'agglomération, résultant de nombreuses démolitions de bâtiments en état de ruine. La figure 5 montre le grand nombre d'espaces désaffectés dans la ville.

Figure 5 : Cartographie des friches urbaines désaffectées de Ciutat Vella de Valencia

Figure 5 : Cartographie des friches urbaines désaffectées de Ciutat Vella de Valencia

Source :Torres-Astaburuaga, 2022

33Si nous incorporons une nouvelle couche au plan du palimpseste urbain montré préalablement, nous introduisons la variable contemporaine en incluant le réseau de parcelles désaffectées dans le centre historique. Nous intégrons également les espaces publics drainants de la vieille ville et les cours et jardins privés. Avec le réseau de canaux d'irrigation et les arbres existants, nous pouvons proposer un plan d'infrastructure verte urbaine historique, conçu comme un outil pour guider les processus de transformation graduelle.

Figure 6 : Plan du palimpseste urbain où sont reconstitués les paléo canaux historiques et les fossés d'irrigation

Figure 6 : Plan du palimpseste urbain où sont reconstitués les paléo canaux historiques et les fossés d'irrigation

Espaces verts et friches désaffectées en jaune. Un travail similaire peut être développé pour l'ensemble de la ville, formant un outil d'orientation pour le verdissement et la renaturation des villes

Source :Torres-Astaburuaga, 2022

34Si nous agrandissons les différents secteurs, nous pouvons évaluer en détail l'applicabilité des thèses maintenues dans la recherche. À Blanquerías-Roteros, l'ancienne clôture présente une concaténation de parcelles destinées à recomposer un système d'espace public en même temps que se recompose une empreinte hydraulique. Actuellement, des fouilles archéologiques en cours le long de la muraille arabe ont retrouvé la base du fossé. Dans la mesure du possible, étant donné la complexité des facteurs d'intervention, la continuité des espaces serait une variable souhaitable, de telle sorte que la continuité du mur arabe, de sa barbacane et de ses douves, si possible avec de la végétation et des arbres, puisse être rétablie sans nécessairement trop tronquer la logique des blocs. Heureusement, la planification urbaine (Plan Spécial de Protection du Centre Historique de Valencia Approuvé en 2020. Maire de Valencia) prévoit une intervention visant à recomposer partiellement cet espace avec la mémoire hydraulique.

Figure 7 : Palimpseste urbain dans le secteur Roteros Blanquerías

Figure 7 : Palimpseste urbain dans le secteur Roteros Blanquerías

Friches urbaines désaffectées en jaune. Espaces publics et cours filtrantes en vert, arbres existants en vert clair. Empreinte du paléochenal (zone de végétation prioritaire) et des fossés d'irrigation historiques

Source : Torres-Astaburuaga, 2022

Figure 8 : Muraille arabe du XIe siècle de la Place de l’Angel

Figure 8 : Muraille arabe du XIe siècle de la Place de l’Angel

Source : Apollonio., Torres-Astaburuaga,, 2015

35Dans le quartier de Carmen Roteros, les axes Corona et Museu, le premier tronçon de Rovella intra-muros compte un nombre important de friches dispersées le long de son tracé. Trois exemples pertinents méritent d'être mentionnés. Tout d'abord, la friche Corona, un projet d'activation citoyenne 2010-2018, le long du premier tronçon du canal de Rovella. C'est un exemple très pertinent où convergent la mémoire de l'eau, la stratigraphie urbaine et la réactivation par l'usage, un espace de cogestion citoyenne et de gouvernance partagée avec la présence d'un jardin boisé cultivé dans des ruines d'anciens ateliers artisanaux du XVIIe siècle.

Figure 9 : Palimpseste urbain dans le secteur Carmen Roteros

Figure 9 : Palimpseste urbain dans le secteur Carmen Roteros

Friches urbaines désaffectées en jaune. Espaces publics et cours filtrantes en vert, arbres existants en vert clair. Empreinte du paléo chenal d'eau (zone de végétation prioritaire) et des fossés d'irrigation historiques

Source : Torres-Astaburuaga, 2022

Figure 10 : Friche urbaine de Corona vue du jardin des ruines

Figure 10 : Friche urbaine de Corona vue du jardin des ruines

Source : Apollonio, Torres-Astaburuaga., 2015

Figure 11 : Friche urbaine de Corona vue zénithale

Figure 11 : Friche urbaine de Corona vue zénithale

Source : Apollonio, Torres-Astaburuaga, 2015

36En second lieu, entre les quartiers de Carmen et de Velluters, nous trouvons un nombre pertinent de parcelles concaténées : un groupe d'espaces vacants qui commencent dans le paléochenal vers la rue Quart, et relie de façon inattendue les paléochenaux Murillo-Carda, Valeriola et Exarchs jusqu'à l'Avenida del Oeste. La planification prévoit la construction de ces parcelles conformément à l'alignement du XIXe siècle ; cependant, nous pourrions imaginer une reconstruction et une régénération de l'enclave qui combinerait la construction nécessaire de logements avec la génération d'un espace public transversal, rappelant le paléochenal d'eau dans sa première section à l'intérieur des murs. Il s'agit d'un cas clair de l'applicabilité des préceptes énoncés dans la présente recherche. La notion de ville-vallée signifie alors revoir quelle est la date historique de référence pour repenser un quartier classé, notamment si celui-ci présente un tel nombre d’espaces désaffectés.

Figure 12 : Palimpseste urbain dans le secteur Velluters – Mercat

Figure 12 : Palimpseste urbain dans le secteur Velluters – Mercat

Friches urbaines désaffectées en jaune. Espaces publics et cours filtrantes en vert, arbres existants en vert clair. Empreinte du paléochenal d'eau (zone de végétation prioritaire) et des fossés d'irrigation historiques

Source : Torres-Astaburuaga, 2022

Figure 13 : Photo aérienne du secteur Velluters – Mercat

Figure 13 : Photo aérienne du secteur Velluters – Mercat

Source :Google Earth 2020

Figure 14 : Photographie du site du théâtre de la princesse

Figure 14 : Photographie du site du théâtre de la princesse

Source :Torres-Astaburuaga, 2021

Discussion. Vers la notion de ville-vallée

37Selon cette nouvelle cartographie rétroprospective proposée, en raison des exemples concrets présentés, et conformément au besoin croissant de repenser les politiques urbaines, de les adapter aux défis du changement global, en allant vers une urbanité plus durable, nous soutenons que la recomposition d’une histoire naturelle du contexte urbain historique peut être un outil de régénération urbaine. L'urbanisme dans les zones historiques suit souvent les critères d'alignement des XVIIIe et XIXe siècles. Cependant, selon la recherche proposée et compte tenu de la prolifération des espaces vacants à Valencia, nous pensons qu'il convient de se demander si les références historiques auxquelles se référer pour repenser la ville historique ne pourraient pas provenir de périodes plus anciennes, notamment d'époques où la relation entre urbanité et biotopes était plus présente.

38Il est incontestable que l'urbanité s'est éloignée des variables hydromorphologiques que l'on veut récupérer ici. La ville a vendu une grande partie de ses espaces, dans l'attente de variables fonctionnelles et sanitaires. À Valencia, l'aménagement dit "des Jardins de Turia" est souvent souligné comme une grande réussite éco-sociale, ayant configuré un jardin continu de 12 km à l'intérieur du lit du fleuve, traversant la ville d'est en ouest et formant l'épine dorsale d'une artère de végétation et de sociabilité. Cette grande réalisation de la ville est ambivalente, puisque pour mener à bien cette intervention, il a fallu détourner le fleuve vers le sud, déconnectant ainsi la ville de son lit écologique.

39La proposition de ville-vallée présentée ici, sans prétendre être déterministe ou totalisante, vise à explorer le degré de réversibilité ou de réparation des actions que peuvent assumer les politiques publiques, en essayant de penser l'urbanité biotopique non pas comme une somme d'espaces végétaux isolés mais comme un réseau interconnecté d'espaces. Dans l'étude de cas de cet article, une infrastructure verte urbaine du quartier historique, prend en compte l'histoire du paysage urbain, la pente, le ruissellement, en bref, l'hydromorphologie urbaine comme élément directeur des transformations potentielles, tendant vers cette notion proposée de ville-vallée. La pluie, le ruissellement sont envisagés comme des facteurs générateurs d’urbanité (Cherqui, Werey, Le Nouveau, Rodriguez, Joannis, Sibeud, Barraud, 2016), (degré d'infiltration urbaine, ou le contrôle en temps réel de la nappe phréatique urbaine par exemple), autant de facteurs à prendre en compte en pensant la ville en termes d'hydratation et de qualité du sol (Laureano, 1995).

40Nous parlons alors des canaux, ruissellements, fossés et du drainage urbain comme ressource à étudier en fonction de leur capacité à soutenir l'infrastructure verte, c’est-à-dire à passer des réseaux aux écosystèmes (Barles, Thebault, 2018). Il est clair que cette tâche n'est pas simple, compte tenu de la complexité des réseaux souterrains ou de la connexion non souhaitée entre le réseau d'assainissement, les eaux de pluie et parfois les canaux d'irrigation ou même le ruissellement naturel, comme dans le cas de la Rize à Lyon. La ville-vallée nous parle donc de la séparation des réseaux et de l'incorporation de systèmes de drainage naturels, non seulement de l'infiltration à la parcelle mais aussi du ruissellement allié à la végétation et pourquoi pas aux processus de bioremédiation et de phytoremédiation urbaines.

41Compte tenu de ce qui précède, il est essentiel de disposer d'une analyse de l'état qualitatif, quantitatif et fonctionnel des sols urbains de la ville afin d'évaluer le fonctionnement global de l'écosystème urbain. Le degré d'humidité du sous-sol et la quantité de sol végétalisé réellement poreux doivent être connus et encouragés dans l'environnement urbain. Une cartographie intensive des espaces vacants peut être un outil intéressant malgré les complexités du marché immobilier liées aux logiques de fabrication de la ville. C'est pourquoi le facteur biotopique des nouveaux développements privés peut à son tour constituer un élément d'intérêt pour cette ville-vallée.

42Beaucoup de villes tirent leur eau potable des nappes phréatiques ou souterraines. Dans le cas de Valencia, en revanche, la réserve phréatique est une ressource mal connue. Pour cette recherche, plusieurs techniciens municipaux du cycle intégral de l'eau ont été interrogés. Les spécialistes ont donc corroboré l'inexistence de mesures piézométriques dans la zone intra-muros, la première mesure de la nappe phréatique étant située à 2 km du centre-ville. Les données phréatiques qui ont constitué la base du travail de cet article ont été obtenues par l'étude des travaux des chantiers privés, réalisés dans l'enceinte.

43Dans tous les cas, l'eau issue des nappes phréatique a, outre son rôle pour la consommation humaine, une série de fonctions d'une importance vitale pour la salubrité de la ville. Tout d'abord, elle sert de régulateur des variables climatiques, en restituant progressivement la ressource à l'atmosphère par évaporation. Elle constitue donc une ressource en eau fondamentale pour les arbres et plantes urbains.

44Dans la ville-vallée, le degré de porosité et la capacité d'infiltration de l’eau dans le sol dépend en grande partie de la présence de la microfaune souterraine. L'aération correcte et la fertilisation produite par les insectes et autres animaux dans le sol permettent une infiltration correcte, c’est-à-dire une qualité et une biodiversité du sous-sol urbain qui favorise la croissance de la flore, ainsi que le stockage de l'eau dans la nappe phréatique.

45Enfin, la recherche comprend le travail de recomposition biotopique comme outil de transformation urbaine en recomposant les tracés des cours d'eau anthropisés et des paléochenaux, une strate oblitérée est réintroduite dans les couches les plus superficielles du palimpseste permettant sa relecture et son utilisation. La proposition réalisée pour Ciutat Vella n'est rien d'autre qu'une pièce, peut-être la plus inattendue, d'une infrastructure verte urbaine qui mérite d'être reconstituée comme l'axe d'articulation du développement de la ville, dans une perspective écosystémique, c'est-à-dire de reconnexion de la ville avec sa matrice biophysique.

46La gestion des eaux de pluie est un autre domaine de la gestion de l'eau qui acquiert une pertinence dans la proposition de l’article. Une attention particulière doit être accordée au réseau de canaux d'irrigation qui traversent les terrains urbains de la ville de Valencia. Jusqu'à présent, ils ont été considérés comme un véritable problème dans les politiques urbaines de la ville. Ils sont considérés comme un système archaïque, source d'incidents, de fuites, d'odeurs et de perte de débit.

47Le point de vue de cette recherche est tout à fait différent. Les fossés d'irrigation urbains ont été transformés en collecteurs d'eaux usées en traversant la ville. Il s'agit d'un problème fonctionnel et sanitaire qui est à l'origine des problèmes mentionnés par le conseil municipal de Valencia.

48Les canaux ne sont rien d'autre que de petites rivières anthropiques canalisées dans différents réseaux, plus ou moins filtrants selon le type de solution utilisée. Ils peuvent donc être considérés comme un atout très important du réseau hydraulique valencien, et donc comme faisant partie d'un écosystème anthropique (Guinot, Ardit, 2005).

49En traversant la ville, ces systèmes ont été cachés, ils sont considérés comme problématiques. Un changement de regard sur ces canaux serait, tout d'abord, une séparation définitive d'avec le réseau d'égouts, afin de préserver au maximum leur propreté. Ensuite, une fois nettoyé (ce qui n'est pas si facile à réaliser), le réseau de canaux pourrait servir de base à la reconfiguration ou à la mise en œuvre du réseau d'infrastructures vertes urbaines. Aujourd'hui, nous avons des flux souterrains et cachés qui pourraient apparaître, devenir visibles, récupérer des parcelles d'identité et d'écosystème anthropique, qui pourraient également être utilisés pour irriguer des parcelles d'espace public comme les parcs et les jardins.

50Les villes ont été créées sur la base de l'eau, à la fois pour et contre elle, c'est-à-dire en se protégeant avec toutes sortes d'infrastructures hydrauliques, telles que des canaux, des digues, des dérivations, des canalisations, etc. Les cas de restauration de rivières urbaines existant dans le monde, comme celui d'Albufeira (Blau, Luz, Panagopoulos, 2018) au Portugal, du Furans à Saint-Etienne (Loire) (Ultsch, 2010), ou la restauration de la rivière Cheonggyecheon (Lee, Anderson, 2013) en Corée du Sud, nous permettent d'espérer que ces initiatives de récupération ou de réversion partielle, dans le but d'introduire des variables écosystémiques dans le milieu urbain, sont possibles. Le cas de Banyoles (Gifre, 2008), en Espagne, est un cas paradigmatique de revalorisation et de réouverture du réseau de canaux d'irrigation dans l'environnement urbain historique.

51En dehors de la réutilisation directe ou de la réhabilitation des canaux d'irrigation et paléochenaux, d'autres études sur la topographie urbaine actuelle détaillée par télédétection satellitale en relation avec la morphogenèse urbaine et la toponymie (Membrabo-Tena, 2017), impliquent des suggestions possibles d'utilisation de canaux enterrés en clé biotopique, et surtout des tracés hydromorphologiques oblitérés. Les khettars ou les qanats d'Iran (Harandi, De Vries, 2014) ou du Maroc (El Faïz, Ruf, 2010) servent ponctuellement d'évents, contribuant à former un système circulaire, utilisant le sol et l'infiltration dans le cadre de celui-ci. Avec ce dernier exemple, les khettaras, la notion de ville-vallée acquiert un sens plus profond. Les technologies vernaculaires de gestion de l'eau de l'arc méditerranéen nous présentent un autre ingrédient qui est celui d'un processus anthropique qui respecte la logique du territoire (Laureano, 2005), générant finalement le territoire lui-même, d'une ville qui est une vallée.

Conclusion

52La présente recherche a posé deux hypothèses principales qui structurent l’article et pour lesquelles une série de réponses ont été fournies tout au long du texte :

53- La compréhension des interactions entre la ville et sa matrice biophysique à travers l'histoire peut contribuer au développement d'une vision écologique de nos environnements urbains actuels. Le projet de la ville future peut être renforcé par une analyse de son tissu urbain qui permette de décoder et de représenter son histoire écologique. Cette analyse nécessite des outils interdisciplinaires spécifiques capables de révéler cette complexité, comme l'histoire de l'urbanisme et du paysage urbain, l'histoire environnementale et géoarchéologique, combinée à, en autres, des techniques contemporaines telles que la télédétection par satellite, les analyses en profondeur des sols et des eaux urbaines.

54- Le tracé d'une nouvelle cartographie-palimpseste de la ville peut permettre de structurer des stratégies urbaines contemporaines orientées vers la restauration d’un sens écologique du tissu urbain existant.

55Cette position théorique ne se confronte pas à la dynamique de la construction ou du projet urbain. Elle souligne plutôt que ces derniers requièrent un enracinement indispensable pour préserver la mémoire du territoire.

56L’article s'inscrit dans la lignée des travaux internationaux, cités dans le texte, qui explorent la réinterprétation historique de la ville du point de vue de l'écologie et du métabolisme urbains.

57La recherche propose ensuite de retrouver les valeurs positives de la société à base organique, qui, combinées aux avancées technologiques contemporaines, conduiraient à la création d'un environnement de vie sain et confortable. Mémoire et avant-garde vont de pair pour réactiver la ville à travers un projet stratégique de mise en œuvre et de transformation urbaine qui internalise les variables positives et récupérables de sa morphogenèse.

58La recherche propose d'internaliser la notion d'infrastructure verte urbaine dans la planification urbaine, également dans le contexte historique, révisant ainsi les références temporelles de la planification des environnements historiques, incorporant des moments antérieurs à l'urbanisation, essayant ainsi de restaurer des environnements écosystémiques complexes.

59Cela peut parfois impliquer la nécessité d'inverser les interventions qui impliquent un effacement discutable d'éléments structurants au niveau écologique, tels que les cours d'eau et les paléochenaux, les fossés d'irrigation et les canaux, après nettoyage et séparation des eaux d'assainissement, pour les utiliser comme éléments de base de l'espace public.

60À cette fin, un plan-guide est proposé, capable de structurer et de donner une cohérence écologique au réseau d'espaces publics, tout en lisant le potentiel des espaces vacants tels que les friches urbaines du centre historique de la ville.

61Tout au long du texte, l’article s'est attaché à remettre en question l'idée préconçue et répandue selon laquelle le centre historique d'une ville est un environnement artificiel, minéralisé, pavé, étanchéifié, bouché et densifié. De nombreux exemples existent dans le monde montrant comment le concept de "Nature en ville" ou celui de reconquête des "water fronts" ont déjà contribué à bouleverser cette tendance.

62Nous avons montré que l'origine des schémas urbains du quartier historique est en grande partie à rechercher dans les tracés d'ouvrages hydrauliques. La ville historique est souvent comprise comme celle qui a été forgée au cours du XIXe siècle. Ses alignements sont supposés être inamovibles et référentiels. La notion d'étanchéité, de minéral et de route prédomine sur le terrain. Cependant, la présence abondante d’espaces désaffectés dans la zone étudiée offre de multiples possibilités.

63Lors de l'analyse du réseau d'espaces et de friches existantes à l'intérieur des murs de la ville, bien que nous soyons conscients du coût du terrain et des logiques implacables du marché immobilier et de ses cycles, il est intéressant d'établir une vision plus panoramique et stratégique, intégrant les dimensions géographiques et hydrauliques, également dans la ville historique. Enfin, pour conclure, il convient de souligner l'idée que la présente recherche n'est que le début d'une enquête de plus grande envergure. Si nous pensons à la ville historique en termes organiques, géographiques et sociaux, ces approches ont encore plus de sens pour la zone métropolitaine.

Figure 15 : Palimpseste urbain dans la Métropole de Valencia. Canaux d’irrigation grands espaces verts, friche de la zone nord et est de Valencia et zones irriguées

Figure 15 : Palimpseste urbain dans la Métropole de Valencia. Canaux d’irrigation grands espaces verts, friche de la zone nord et est de Valencia et zones irriguées

Source : Torres, 2022

64Ce qui était autrefois les murs défensifs de la ville forme aujourd'hui les voies de circulation périurbaines. De nouvelles frontières nettes entre les mondes et les environnements ont été établies.

65La proposition faite pour le centre-ville peut être étendue au reste de la ville. Malheureusement, la ville moderne s'est imposée sur un territoire, l'a modifié et déformé, défigurant et effaçant les traces naturelles et agricoles. Les flux hydrauliques sont cependant toujours présents dans le sous-sol. Les espaces encore vacants sont à leur tour une occasion précieuse de reconsidérer le modèle de la ville, voire la notion de lisière urbaine, celle de colmatage et d'étanchéité du sol, ainsi que l'imposition systématique de traces étrangères à la logique du territoire.

66La notion de ville-vallée, contenue dans la biorégion urbaine, nous parle d'une urbanité appartenant au bassin versant, elle nous parle d'un cycle intégral de l'eau, d'eaux visibles et invisibles à internaliser et à utiliser de manière vertueuse, elle nous parle d'une urbanité qui lit ses micro-pentes pour que chaque goutte d'eau tombe à sa place et si possible génère de la vie dans son flux. Penser le contexte urbain comme une vallée naturelle où le ruissellement ou l'hydromorphologie rétroprospective, aussi insignifiants soient-ils, peuvent être un critère utile et directeur pour la réparation.

67En bref, cet article propose de suturer et de recoudre des environnements déconnectés en ramenant à la surface des strates oblitérées mais toujours présentes, réconciliant ainsi le bâti avec les écosystèmes et les paysages aquatiques.

68Nous sommes confrontés à une opportunité de réconciliation et de réparation partielle de la ville avec sa matrice biophysique, une alliance qui établit les synergies nécessaires entre la ville et le territoire, en comprenant ce dernier non seulement comme un espace d'expansion urbaine mais aussi comme un écosystème avec lequel dialoguer, en respectant ses propres logiques et valeurs environnementales, et même en les important dans le territoire urbain, reliant ainsi ville, territoire, eau et société. Nous parlons ainsi de la ville-vallée.

Haut de page

Bibliographie

ALBERICH J.B., I LACOMBA A.R., MARCO M.L.S., 2001, Un Área Portuaria Romana al Norte de Valentia, Proceedings of the Puertos Fluviales antiguos, Jornadas de Arqueología Subaquática, Valencia, p. 127-142.

ARROYO F., 1986, Población y Poblamiento en la Huerta de Valencia a Fines de la Edad Media, Cuadernos Geograficos, 39-40, p. 125-155.

AYALA G., 2009. Lyon, les bateaux de Saint-Georges : une histoire sauvée des eaux, Lyon, Ed. lyonnaises d'art et d'histoire.

BARLES S., BREYSSE D., GUILLERME A., LEYVAL C., 1999, Le sol urbain, Paris, Anthropos, 278 p.

BARLES S., THEBAULT E., 2018, Des réseaux aux écosystèmes : mutation contemporaine des infrastructures urbaines de l’eau en France, Tracés. Revue de Sciences Humaines, nº35, p. 117-136. 

BLAU M.-L., LUZ F., PANAGOPOULOS T., 2018, Urban River Recovery Inspired by Nature-Based Solutions and Biophilic Design in Albufeira, Portugal, Land, 7(4), p. 141. doi.org/10.3390/land7040141

BRAVARD J.-P., 2004, Le façonnement du paysage fluvial de Lyon, choix urbanistiques et héritages de l’histoire hydro-morphologique, Boletín Asoc. Geógrafos Españoles, nº37, p. 17-32.

BRUN A., CALTRAN H., MALEFANT L., GARCIAS P., 2018, La rivière imaginée. Pourquoi et comment récréer la Rize à Lyon ? Géocarrefour, vol. 92, nº92/1. doi.org/10.4000/geocarrefour.10430

CARMONA P., 1990, La formació de la plana al·luvial de Valencia. Geomorfologia, hidrologia i geoarqueologia de l’espai litoral del Túria, Valencia, Institució Valenciana d’Estudis i Investigació, 175 p.

CARMONA P., 1997, La dinámica fluvial del Turia en la construcción de la ciudad de Valencia, Documents d’anàlisi geogràfica, no 31, p. 85-102.

CASTILLO RUIZ J., MARTÍNEZ HIDALGO C., PÉREZ CÓRDOBA G., 2015, El Sistema Histórico de Riego de la Vega de Granada. Reconocimiento y protección desde la perspectiva del Patrimonio Agrario, in Irrigation, Society and Landscape, Tribute to Tom F. Glick, Valencia, Universitat Politècnica de València, p. 763-790.

CARRERES S., 1930, Llibre de Memòries de diversos sucesos e fets memorables e de coses senyalades de la ciutat e regne de Valencia (1308- 1644) ab una introducció i notes per Salvador Carreres Zacarés, Valencia, Acción Bibliográfica Valenciana, 2 vols.

CHERQUI F., WEREY C., LE NOUVEAU N., RODRIGUEZ F., JOANNIS C., SIBEUD E., BARRAUD S., 2016, De la gestion patrimoniale des réseaux d'assainissement aux techniques alternatives de gestion des eaux pluviales, une nouvelle histoire à écrire pour la gestion intégrée des eaux urbaines, Sciences Eaux & Territoires, INRAE, nº 20, p. 22-27.

CIRELLI C., FOURNIER M., BONNEFOND M., SERVAIN S., 2020, « Ouvrir les bras pour qu’on soit bien dans son lit ». Controverses autour de la restauration écologique en Loire armoricaine, Développement durable et territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie, vol. 11, nº 1. doi.org/10.4000/developpementdurable.17134

CORTINA M., FERRER A., 1894, Plano General de Valencia y sus ensanches.

COURTOT R., 1986, Agriculture irriguée et organisation de l'espace dans les huertas de Valencia et de Castellon, Espagne, Thèse de doctorat, Université de Paris 7.

COURTOT R., 1994, La huerta de Valence : la fin d'un mythe ? Bulletin de l'Association de géographes français, vol. 71, nº 2, p. 181-186.

CRESSIER P (dir.), 2006, La maîtrise de l'eau en Al-Andalus, Madrid, Casa de Velasquez, vol. 93, 362 p,

DAUMAS M., 1991, Complexité et originalité des huertas valenciennes, Annales de Géographie. vol. 100, nº 557, p. 113-115.

DE LEON F.P., TAMARIT J., BENTABOL P., SAMPER A.G., 1883, Plano de Valencia y sus Alrededores, Valencia, Spain. Cuerpo de Estado Mayor del Ejercito,

DESBAT A., LASCOUX J-P., 1999, Le Rhône et la Saône à Lyon à l'époque romaine : bilan archéologique, Gallia, p. 45-69.

DOURNEL S., 2010, L'eau, miroir de la ville : contribution à l'étude de la requalification urbaine des milieux fluviaux et humides (Bassin parisien, Amiens, Orléans), Thèse de doctorat, Université d'Orléans.

EL FAÏZ M., 2005, Les maîtres de l’eau, in EL FAÏZ M., Histoire de l’hydraulique arabe, Arles, Actes Sud, p. 137-173.

El FAÏZ M.-Y., RUF T., 2010, An Introduction to the Khettara in Morocco: Two Contrasting Cases, in SCHENEIER-MADANES G., COUREL M.-F., (Eds), Water and Sustainability in Arid Regions: Bridging the Gap between Physical and Social Sciences, Springer, The Netherland, p. 151–163.

ESCALPÉS P., 1738, Historial de la fundación y antigüedad de la Ciudad de Valencia, Valencia.

FRAGA F.J.M., 2002, Ríos, Ciudades, Parques Fluviales, Corredores Verdes, Ríos y Ciudades. Aportaciones para la Recuperación de los Ríos y Riberas de Zaragoza, Zaragoza, Institución Fernando el Católico, p. 11–31.

GEDDES P., 1925, The Valley Plan of Civilization & The Valley in the Town, Survey, LIV.

GEDDES P., 1947, Patrick Geddes in India, London, Edited by TYRWHITT J., in co-operation with LANCHESTER H.V. and GEDDES A.., Introduction by MUMFORD L., Lund Humphries. 54 p.

GLICK T.F., GUINOT E., MARTÍNEZ L.P., 2000, Els Molins Hidràulics Valencians: Tecnologia, Història i Context Social, Valencia, Institució Alfons el Magnànim-Centre Valencià d’Estudis i d’Investigació, p. 165–192.

GLICK T. F., 2003, Regadío y sociedad en la Valencia medieval, Biblioteca Valenciana, Generalitat Valenciana, Conselleria de Cultura, Educació i Ciència, Direcció General del Llibre, Arxius i Biblioteques.

GUARDIA M., 2011, La Revolución del Agua en Barcelona. De la Ciudad Preindustrial a la Metrópolis Moderna 1867–1967, Barcelona, Catalogue Exposition MUHBA.

GUESDON A., 1858, Valencia. Vue prise au-dessus du pont de San José.

GUILLERME A., 1991, De l'humide au sec vers la fin des saisons : la disparition des milieux naturels urbains, XVIIIe-XIXe siècles, Les Annales de la Recherche Urbaine, vol. 53, nº 1, p. 41-45.

GUINOT E., ARDIT M., 2005, Usos y conflictes de l’aigua en la Història. Catarroja, Colecció Recerca i Pensament. Ed Afers.

GUINOT E., 2007, Una Historia de la Huerta de Valencia, in HERMOSILLA PLA J. (coord.), El Patrimonio Hidráulico del Bajo Turia : L’Horta de València, Valencia, Generalitat Valenciana-Direcció General de Patrimoni Cultural, p. 60–101.

GUINOT E., 2008, El Paisaje de la Huerta de Valencia : Elementos de Interpretación de su Morfología Espacial de Origen Medieval, in Coll., Historia de la Ciudad V. Tradición y progreso, Valencia, Colegio Oficial de Arquitectos de la Comunidad Valenciana-Colegio Teritorial del Arquitectos de Valencia, p. 115–129.

HARANDI M.F., DE VRIES M.J., 2014, An appraisal of the Qualifying Role of Hydraulic Heritage Systems: A Case Study of Qanats in Central Iran, Water Science and Technology : Water Supply, 14(6), 1124-1132.

HERMOSILLA J., 2007, El Patrimonio Hidráulico del Bajo Turia. l’Horta de Valencia, Dirección General de Patrimonio Cultural Valenciano & Departament de Geografia, Valencia, GVA-UV.

IKEMOTO F., SAKURA K., TORRES ASTABURUAGA A., 2021, The Influence of Historical Irrigation Canals on Urban Morphology in Valencia, Spain, Land, nº10, p. 738. doi.org/10.3390/land10070738

INSTITUTO GEOGRÁFICO Y CATASTRAL, 1944, Plano del Término Municipal de Valencia, Mapa Topográfico Nacional 1 :50,000, Madrid.

I GIFRE J.M., 2008, Peatonalización y Recuperación de las Acequias. Casco Antiguo de Banyoles, Girona, Paisea Rev. Paisajismo, 7, p. 98–103.

LAUREANO P., 1995, La piramide rovesciata. Il modello dell’oasis per il pianeta Terra, Torino, Bollati Boringheri.

LAUREANO P., 2005, Atlas de agua : los conocimientos tradicionales para combatir la desertificación, Barcelona, Matera, IPOGEA, Laia.

LEE J.Y., ANDERSON C.D., 2013, The Restored Cheonggyecheon and the Quality of Life in Seoul. J. Urban Technol. 20. doi.org/10.1080/10630732.2013.855511

LLOP J., 1675, De la Institució, Govern Polítich y Juridich, Costums y Observancia de la Fàbrilla Vella, Dita de Murs e Valls y Nova ; Dita del Riu, Valencia.

LOFRANO G., CAROTENUTO M., MAFFETTONE R., TODARO P., SAMMATARO S., KALAVROUZIOTIS I.K., 2013, Water Collection and Distribution Systems in the Palermo Plain during the Middle Ages. Water nº 5, 1662–1676.

KROPOTKIN P., 1955, Mutual Aid, Bastan: Extended Horizon Books.

MANCELI A., 1608, La ciudad bajomedieval y renacentista en vísperas de la expulsión de los moriscos según el plano de NOBILIS AC REGIA CIVITAS VALENTIE IN HISPANIA.

MAIRIE DE VALENCIA, 2020, Plan Spécial de Protection du Centre Historique de Valencia, 2020.

MARTÍ J., 2002, A la luna de Valencia Una aproximación arqueológica al espacio periurbano de la ciudad musulmana, in TABERNER F., (dir.), Historia de la Ciudad II : territorio, sociedad y patrimonio, Valencia, COACV-UV.

MARTÍ J., 2007, Las venas de la metrópoli. Séquies, rolls i cadiretes en la ciudad de Valencia, in HERMOSILLA J., (dir.), El patrimonio hidráulico del Bajo Turia : l’Horta de Valencia, vol. IX, coll. Regadías Históricos Valencianos, Valencia, ESTEPA, Ed GVA-UV.

MATA R., FERNÁNDEZ S., 2004, La Huerta de Murcia: Landscape Guidelines for a Peri-Urban Territory, Landscapes. Res. 29, p. 385-397.

MEMBRABO-TENA J.C., 2017, La Relación Entre Toponimia Urbana y Topografía en la Ciutat Vella de Valencia : Análisis Mediante Métodos Cuantitativos y Cualitativos, Bol. Asoc. Geógrafos Españoles, 74, p. 361–386.

MORA F., PICHÓ A., 1907, Proyecto de Ensanche de Valencia y ampliación del actual.

OYON J.L., 2011, Dispersión frente a compacidad : la paradoja del urbanismo protoecológico, Ciudad y Territorio, Estudios Territoriales, vol. XLIII, n° 169-170, p. 515-532. 

PAQUOT T., YOUNÈS C., 2010, Philosophie de l'environnement et milieux urbains, Lectures, Les livres.

PIÑON J.L., 1987, La Restitución Parcelaria Como Problema. Aproximacion a la Valencia Decimonónica, Storia Della Cità, 38–39, p. 127–138.

RECLUS E., 1895, La cité du bon accord. The Evergreen. A Northern Seasonal: the Book of Autumn, Édimbourg, Patrick Geddes and Colleagues, vol. II, p. 103-106.

REQUENA J. C., 2014. La agricultura interurbana como componente del urbanismo verde : el caso de la aglomeración de Granada, Revista española de estudios agrosociales y pesqueros, 239, p. 13-56.

REVAULT J., AMAHAN A., GOLVIN L., 2013, Palais et demeures de Fès : I. Époques mérinde et saadienne (XIVe-XVIIe siècles), Paris, Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans.

RODE S., 2010, Reconquête urbaine de la Loire et risque d’inondation : des représentations aux aménagements urbains, Géocarrefour, vol. 85, n° 3, p. 221-228. doi.org/10.4000/geocarrefour.7960

ROSSELLÓ V.M., ESTEBAN CHAPAPRÍA J., 2006, La Fachada Septentrional de la Ciudad de Valencia ; Valencia, Fundación Bancaja.

RUF TH., KLEICHE-DRAY M., 2018, Les eaux d’irrigation du Haouz de Marrakech : un siècle de confrontation des modèles de gestion publics, privés et communautaires, EchoGéo, n° 43. doi.org/10.4000/echogeo.15258

SALE K., 2000, Dwellers in the land: The bioregional vision, Athens, University of Georgia Press.

SAKURA K. y OKA, A., 2013, A Study Of Urban Design About Urban Expansion Plans Of Local Cities In The Late 19th Century. A Case Study Of Valencia, Spain. [Thèse doctorale non publiée], Valencia, Université de Tokyo et Université Polytechnique de Valencia.

SANCHIS-IBOR C., 2002, Acequias, saneamiento y trazado urbano en Valencia, in TABERNER F., (dir.), Historia de la Ciudad II : territorio, sociedad y patrimonio, Valencia, COACV-UV, p. 91–105.

SCHERRER F., 2004, L’eau urbaine ou le pouvoir de renaturer, Cybergeo : European

TEIXIDOR DE OTTO M.J., PEREZ C.D., 1989, Les Séquies i els Traçats Urbans a Valencia, in Los Paisajes del Agua. Libro Jubilar Dedicado al Profesor Antonio López Gómez, Valencia, Universitat de Valencia-Universidad de Alicante. p. 287–301.

TORRES ASTABURUAGA A., 2015, Réactiver, stratigraphier, naturer, Valencia, Annecy, ESAAA éditions, 149 p.

TORRES-ASTABURUAGA A., CHAUDIER E., TIXIER N., 2016, Mémoire du futur, from old roots to new shoots. Patrick Geddes in India (1914-1924), Espaces et sociétés, Paris, Editions Eres, n° 167, Patrick Geddes en héritage, p. 99-120.

TORRES-ASTABURUAGA A., 2018, Ciutat Vella València : Memoria del Agua, Estratigrafía Urbana, Reactivación de Uso, [Thèse doctorale non publiée], Barcelona, Universitat Politècnica de Catalunya, 638 p.

TOSCA T.V., 1704, Valentia Edetanorum, Aliis Contestanorum, vulgo del Cid., Valencia.

ULTSCH J., 2010, Les temporalités de l’interface ville-rivière à travers le cas de Saint-Étienne et du Furan, Géocarrefour [Online], vol. 85/3 | 2010, URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/8011; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.8011

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Tracé hypothétique du lit du Turia avec ses diffluences ou paléochenaux
Crédits Source : Torres-Astaburuaga, 2022
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 2 : Tracé hypothétique du lit du Turia avec ses affluents ou paléochenaux
Crédits Source : Torres-Astaburuaga, 2022
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 3 : Plan général de Balansiya au XIe siècle
Légende En vert, les zones de vergers, en bleu foncé le canal d'irrigation Rovella, en violet le canal d'irrigation Al Favara. En jaune les colonies, en orange la nécropole. En gris la zone des artisans, en bleu clair l'empreinte du paléochenal sud et diffluences hypothétiques
Crédits Source : Torres-Astaburuaga, 2022
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20263/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre Figure 4 : Plan général des environs de Valencia entre les XIVe et XVIIIe siècles. Portée territoriale
Légende En vert, les zones de huerta, en bleu clair le Paléo chenal et le fleuve Turia, en bleu foncé le canal d'irrigation de Rovella, en violet le canal d'irrigation de Favara, Cotes topographiques, anciens Couvents et espaces verts intérieurs
Crédits Source :Torres-Astaburuaga, 2022
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20263/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 5 : Cartographie des friches urbaines désaffectées de Ciutat Vella de Valencia
Crédits Source :Torres-Astaburuaga, 2022
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20263/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Titre Figure 6 : Plan du palimpseste urbain où sont reconstitués les paléo canaux historiques et les fossés d'irrigation
Légende Espaces verts et friches désaffectées en jaune. Un travail similaire peut être développé pour l'ensemble de la ville, formant un outil d'orientation pour le verdissement et la renaturation des villes
Crédits Source :Torres-Astaburuaga, 2022
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20263/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 950k
Titre Figure 7 : Palimpseste urbain dans le secteur Roteros Blanquerías
Légende Friches urbaines désaffectées en jaune. Espaces publics et cours filtrantes en vert, arbres existants en vert clair. Empreinte du paléochenal (zone de végétation prioritaire) et des fossés d'irrigation historiques
Crédits Source : Torres-Astaburuaga, 2022
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20263/img-7.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Figure 8 : Muraille arabe du XIe siècle de la Place de l’Angel
Crédits Source : Apollonio., Torres-Astaburuaga,, 2015
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20263/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Figure 9 : Palimpseste urbain dans le secteur Carmen Roteros
Légende Friches urbaines désaffectées en jaune. Espaces publics et cours filtrantes en vert, arbres existants en vert clair. Empreinte du paléo chenal d'eau (zone de végétation prioritaire) et des fossés d'irrigation historiques
Crédits Source : Torres-Astaburuaga, 2022
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20263/img-9.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Figure 10 : Friche urbaine de Corona vue du jardin des ruines
Crédits Source : Apollonio, Torres-Astaburuaga., 2015
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20263/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Figure 11 : Friche urbaine de Corona vue zénithale
Crédits Source : Apollonio, Torres-Astaburuaga, 2015
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20263/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Titre Figure 12 : Palimpseste urbain dans le secteur Velluters – Mercat
Légende Friches urbaines désaffectées en jaune. Espaces publics et cours filtrantes en vert, arbres existants en vert clair. Empreinte du paléochenal d'eau (zone de végétation prioritaire) et des fossés d'irrigation historiques
Crédits Source : Torres-Astaburuaga, 2022
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20263/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 670k
Titre Figure 13 : Photo aérienne du secteur Velluters – Mercat
Crédits Source :Google Earth 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20263/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 14 : Photographie du site du théâtre de la princesse
Crédits Source :Torres-Astaburuaga, 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20263/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Figure 15 : Palimpseste urbain dans la Métropole de Valencia. Canaux d’irrigation grands espaces verts, friche de la zone nord et est de Valencia et zones irriguées
Crédits Source : Torres, 2022
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/20263/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrián Torres Astaburuaga, « Vers la conception de la Ville-vallée à travers le cas du Centre Historique de Valencia, en Espagne »Géocarrefour [En ligne], 96/2 | 2022, mis en ligne le 26 septembre 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/20263 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.20263

Haut de page

Auteur

Adrián Torres Astaburuaga

École Urbaine de Lyon, Université de Lyon, adtoras@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Jean Moulin Lyon 3
  • Logo Université Jean Monnet Saint-Etienne
  • Logo Ecole normale supérieure de Lyon
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon (ENSAL)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search