Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesComptes rendus2023Philippe Dufieux, Pierre Gras, La...

2023

Philippe Dufieux, Pierre Gras, La Duchère, une histoire au futur

André Buisson
Référence(s) :

DUFIEUX P., GRAS P., MARGUERIT A. (coll.) et PARIS B. (coll.), 2022, La Duchère, une histoire au futur, Lyon, LIBEL, 200 p.

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement Christian Montès pour sa relecture attentive.

1Entre les communes d'Ecully, Champagne et Lyon-Vaise, se dresse la "troisième colline de Lyon", La Duchère. Il est des lieux dont le nom évoque une époque, un style… la "troisième colline de Lyon", c'est celle des grands ensembles, du béton, de la construction en préfabriqué et de quelques belles innovations1.

2Tout comme Firminy ou la "cité radieuse" de Marseille sont indissociables de la patte du Corbusier, et la reconstruction, tout comme La Grande Motte évoque le nom de Jean Baladur et le 6e Plan, La Duchère, c'est l"enfant" de l'architecte François-Régis Cottin et du maire Louis Pradel.

  • 2 On renverra au dossier réuni dans Géocarrefour, 75/2, 2000, intitulé "Questions de banlieues" et pa (...)

3"Redécouvrir la Duchère" est une invitation, en guise d'introduction à l'ouvrage, à visiter le quartier qui se recompose d'année en année "Après plusieurs décennies incertaines, le temps du renouveau est venu" (p. 9). Comment mieux comprendre un quartier qu'en le visitant à pied, en le visualisant par des archives photographiques et des clichés de grande qualité. Rien de mieux que ces clichés "journalistiques" pour comprendre l'intérêt porté par les "Politiques" aux ambitions et aux problèmes liés à ces zones rendues "sensibles" par l'évolution de la question urbaine2.

4L'ouvrage est divisé en trois parties, "Naissance d'un quartier", "De l'enthousiasme aux années de crise" et "Une vie nouvelle".

5"Naissance d'un quartier" forme la première d'entre elles. Aux origines de La Duchère, on trouve une maison forte construite au XIVe s., agrandie et réaménagée au XVIIe. et aujourd'hui détruite. Un fort lui succéda (fort dit "de Balmont") au milieu du XIXe s., au plan en étoile à cinq branches, le plus imposant de la ceinture de Lyon, qui garantit à la colline son aspect paysager et résidentiel (des témoins isolés de certaines grandes villas ont été conservés par les architectes au pied des barres modernes). L'école professionnelle de la Martinière y fut inaugurée en 1963. Restait au quartier un énorme potentiel, que le maire de Lyon sut exploiter.

6Louis Pradel, maire de 1957 à 1976, pour qui "la politique, c'est avant tout du concret et des chantiers qui poussent" (cité p. 23), est l'homme du béton, celui de la construction des quartiers de La Part-Dieu ou de La Duchère, du creusement du tunnel sous Fourvière mais aussi du projet de démolition du Vieux-Lyon. C'est l'époque de la piscine du Rhône, du palais des sports de Gerland…

7La Duchère, c'est "le Lyon moderne des Trente Glorieuses", ou est créée une ZUP (Zone à urbaniser en priorité), dans le cadre du schéma directeur de la région lyonnaise. Bron-Parilly, Montessuy (Caluire-et-Cuire), Sainte-Foy-les-Lyon et La Duchère sont alors repérées pour leur potentiel en matière de réserves foncières et de qualités paysagères.

  • 3 Un dossier photographique très imposant accompagne le commentaire sur la construction de la tour pa (...)

8La Duchère devient "l'acropole" de Lyon ! Egrenons les "superlatifs" autour de cette entreprise : "une ville de géants" avec des constructions emblématiques, comme l'immeuble "Les érables" de Jean Dubuisson ou la piscine de Ch. Delfante, la "barre des Mille" de F.-R. Cottin et F. Grimal, le fameux château d'eau de F.-R. Cottin ou, du même, la tour panoramique3 et les églises.

  • 4 Voir par exemple le roman Le gone du Chaaba, d'Azouz Begag, Paris, Le Seuil, 1986.

9La seconde partie, "De l'enthousiasme aux années de crise", tempère ou modère la faveur de l'accueil de l'ensemble architectural. Les critiques fusent : "le plus beau quartier du monde", "sacré progrès pour l'époque (pièces neuves, balcon, salle de bains, WC)"4… est difficile à habiter du fait de l'éloignement des lieux de travail, "se loger ne suffit plus"… On assiste alors à la naissance de politiques correctrices, avec la question sous-jacente : le quartier est-il un "quartier bien tranquille ?". Des critiques surgissent dès la réception de l'ensemble : le quartier est excentré, les distances sont trop importantes par rapport aux lieux de travail, la desserte par les transports en commun est peu efficace … et que dire de la "question complexe du peuplement". Envisagé à partir de 1953, premiers bâtiments livrés en 1962-1963, coïncidant avec la période du rapatriement des « Pieds Noirs » d'Algérie, le projet avait d'abord été prévu pour résorber le problème des bidonvilles lyonnais, essentiellement peuplés de familles issues de l'immigration nord-africaine.

10Certains d'entre eux trouvèrent à La Duchère un pied à terre ; Napoléon Bulukian, grand mécène lyonnais, finança le transfert du monument aux morts d'Oran, la fête de la "mouna" y trouva sa place, les marchés locaux favorisèrent l'insertion des arrivants… Cependant, dès les années Mitterrand, avec l'émergence d'une politique de la ville, la question se posa de la transformation du quartier… qui passa par quelques destructions (photos p. 107 et 118).

11"Une vie nouvelle" forme la troisième partie. Localement, le rapport Chabert, puis les interventions directes de Gérard Colomb, maire du 9e arrondissement (dont fait partie La Duchère) avant de devenir maire de Lyon, poussèrent à la rénovation globale du quartier, préconisée dans les "politiques de la ville" (cf. également les actions menées dans les quartiers des Minguettes à Vénissieux ou du Mas du Taureau Vaulx en Velin)… et à une restructuration en profondeur de l'ensemble urbain. La démolition de certaines barres d'immeubles (par implosion ou grignotage…), puis la construction de petits ensembles pour reloger les habitants… ont pour but, en redessinant l'ensemble, de gommer la minéralité et le caractère inhumain de l’urbanisme. Le plateau se métamorphose par la construction de nouveaux équipements paysagers et sportifs (halle d'athlétisme Stéphane Diagana, parc du Vallon) ainsi que des maisons de ville (p. 155). Tout cet effort, en partie réalisé par les bailleurs sociaux, vise à "apaiser" la vie de cette ZUP dont la réputation avait fini par se dégrader. L'avenir de La Duchère s'écrit avec ses habitants, en voulant favoriser la mixité (mais celle-ci semble encore se faire attendre), par la création d'un jardin pédagogique, une nouvelle place de rencontre (place Abbé Pierre), de nouveaux logements et activités de bureau, d'une nouvelle mosquée et l'insertion de créations artistiques dans les lieux publics. Ces travaux de grande ampleur, présentés dans l'ouvrage avec un regard qui semble par trop complaisant, seront-ils suffisants pour effacer l'image négative de "la Duch'", pour éradiquer les maux qui gangrènent ce grand ensemble (comme tous les autres !) et notamment la réputation de la barre Sakharov qui émaille encore souvent l'actualité des faits divers avec ses violences, trafics de drogue et rodéos urbains ?

12Plusieurs encarts, distingués par une impression sur papier grisé, soulignent le rôle de certains personnages ou certains équipements : ainsi François-Régis Cottin ou "la modernité radicale" (p. 58-59), la tour panoramique "cinquante ans de vertige" (p. 60-61)… Une chronologie, une bibliographie succincte complètent le livre. Regrettons l'absence d'un sommaire ou d'une table des matières (mais les parties de l'ouvrages sont aisées à identifier). Voilà donc un ouvrage qui vient combler un vide important dans l'histoire de Lyon. Celle-ci a très souvent tourné le dos à la Duchère, qualifiée de "verrue" dans le paysage. Tard venu dans l'urbanisme de la ville, situé à sa marge au point qu'on a longtemps voulu oublier que le quartier appartenait aux arrondissements de Lyon (à la différence de Montessuy, Saint-Priest, Vaulx-en-Velin ou Vénissieux), l'ensemble a subi une rénovation salutaire, par les démolitions et reconstructions, les remodelages. Ce projet veut faire perdre au quartier progressivement son image de ZUP, en encourageant le brassage de la population. Pour autant, même si la tour panoramique se distingue dans son occupation par des propriétaires pour certains cadres, la majorité de la population, parmi laquelle des populations modestes originaires du Maghreb, vit dans des logements sociaux, et le brassage souhaité se fait encore attendre. La question est posée par les auteurs, mais les photos qu’ils proposent ne permettent pas d’y répondre pleinement.

Haut de page

Notes

1 Je remercie vivement Christian Montès pour sa relecture attentive.

2 On renverra au dossier réuni dans Géocarrefour, 75/2, 2000, intitulé "Questions de banlieues" et particulièrement à l'article de François Plassard et Isabelle Mesnard, Faut-il démolir les banlieues ? p. 165-172. https://www.persee.fr/doc/geoca_1627-4873_2000_num_75_2_2526

3 Un dossier photographique très imposant accompagne le commentaire sur la construction de la tour panoramique, haute de 25 étages (p. 61-79).

4 Voir par exemple le roman Le gone du Chaaba, d'Azouz Begag, Paris, Le Seuil, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Philippe Dufieux, Pierre Gras, La Duchère, une histoire au futur »Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 20 janvier 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/21353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.21353

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search