Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesComptes rendus2023De la vigne et du vin…

2023

De la vigne et du vin…

André Buisson
Référence(s) :

CORNOT D., POUZENC M. et STREHAIANO P. (dir.), 2022, De la vigne et du vin. Voyages, passages… métissages ? Toulouse, PUM, 290 p.

NIEDERBERGER D. (dir.), 2022, Images du vin en Valais, Gollion (Suisse), In Folio, 232 p.

Texte intégral

1Dans ce premier ouvrage, les auteurs (géographes et biologistes) veulent répondre à la question suivante : « le monde de la vigne et du vin est-il animé par des processus de métissage ? » (préface, p. 7). Métissage, interculturalité, brassage culturel… le concept est lié à la notion de voyage, de l'Homme depuis ses origines, qui transportait avec lui la vigne parmi ses bagages… parfois (souvent) au détriment des variétés « natives » condamnées parfois à disparaître.

2L'ouvrage regroupe treize textes qui retranscrivent les actes de deux colloques tenus en 2015 et 2016 à l'université Jean Jaurès de Toulouse et est divisé en quatre parties : « D'une civilisation à l'autre » ; « Circulation et acclimatation » ; « Constructions identitaires » ; « Métissages en devenir ». Ainsi le livre passe-t-il en revue la situation de pays comme la Chine, le Liban, mais aussi, plus en détails, le Midi de la France, le Sud-Ouest, l'Italie nord occidentale, la Bourgogne antique et médiévale, les vignobles du Prosecco, l'île de Fogo (Cap Vert), les Pyrénées, le prestige des vins fins français, le Beaujolais ou la viticulture biologique.

3Il s'agit là d'un véritable tour d'horizon, non exhaustif certes (on aurait aimé un chapitre sur les vins de Californie, du Chili, voire d'Afrique du Sud ou d'Australie) mais ciblé sur des cas qui, aujourd'hui, illustrent les tendances culturelles de notre société.

4Avec la première partie, « d'une civilisation à l'autre », retenons que la plupart des auteurs insistent sur la diversité des « mondes » concernés par la culture de la vigne et la consommation de vin. Le caractère exubérant de la classe aisée chinoise est largement souligné par la « monumentalité » des « châteaux » viticoles en Chine, alors que ceux-ci sont presque seulement des « décors » pour la photo de mariage ! Le Proche Orient présente à son tour un cas « problématique », celui de l'admissibilité du vin dans la civilisation musulmane, alors qu'il était largement cultivé et consommé sur ce territoire avant l'Islam. Quant au Liban, ce petit pays possède une réelle tradition viticole multiséculaire (même s'il n'est pas encore question des Phéniciens vers 3000 av. J.-C. (p. 85).

5Dans une deuxième partie, « Circulation et acclimatation », le territoire de la France fait l'objet de plusieurs études. Tout d'abord, un texte porte sur le rôle joué par la Compagnie des chemins de fer du Midi dans la culture et la diffusion des vins du Languedoc vers (principalement) Paris au XIXe s. et par les autres moyens de transport (batellerie…). Même s'il semble au départ éloigné des autres études, on en comprend rapidement le lien, celui joué par les exploitants viticoles pour rapprocher leur marché des élites parisiennes.

6Dans le sud-ouest de la France, examiné ensuite, est identifiée une grande variété de cépages, combinant les cultivars traditionnels (130 espèces identifiées sur les 400 déterminées en France) aux apports extérieurs (cette étude est à relier à celle sur les vignobles des Pyrénées, plus loin).

7En Bourgogne, la viticulture est examinée au prisme de l'archéologie romaine et médiévale, documentée largement depuis le développement de fouilles en espaces larges et ouverts à Savigny les Beaune ou Gevrey-Chambertin. L'auteur reconstitue la diversité des paysages de vignobles antiques et médiévaux, en plaine humide (suivant des préceptes des agronomes latins) ou en coteau (Ausone, Mosella) (fig. 4 p. 154). Avec la fin du Moyen Âge, pour l'auteur, c'est la période des « cépages régionaux » et à l'époque moderne, l'instauration « des trois normes de la qualité combinant lieux, cépages et savoir-faire ».

8Enfin, l'étude présentée sur les « cépages transfrontaliers… dans l'Italie nord-occidentale » se fonde tout d'abord sur la répartition des cépages vermentino, muscat blanc, grenache à baie noire et malvoisie, puis sur l'examen des archives locales pour déterminer quels terroirs correspondent à quels vignobles et déterminent une succession d'apports extérieurs, bien que la viniculture traditionnelle semble plébiscitée.

9La troisième partie aborde les « constructions identitaires ». Le Prosecco, aujourd'hui parmi les vins les plus célèbres d'Italie, est produit dans une aire géographique strictement délimitée (Vénétie, Frioul), malgré une très forte croissance de sa production. Son cépage et son implantation remontent à la fin du XIVe s., même si certains ont tenté de le rapprocher d'un texte de Pline l'Ancien au 1er s. de notre ère (le cépage puxinum). Un catalogue des cépages locaux montre une relative diversité, de même que l'organisation progressive de la viticulture régionale a entraîné une transformation paysagère des côteaux.

10L'étude des vignobles aux Pyrénées (et de l'organisation des filières viticoles autour du massif) concerne les terroirs viticoles de France et d'Espagne situés aux pieds du massif montagneux. Certains ont disparu dans les années 1950, d'autres se sont maintenus et développés grâce à la forte valeur ajoutée de certaines productions (Banyuls, Maury, Limoux, Jurançon…).

11Sur l'île de Fogo, au Cap Vert, s'est développée récemment (à peine un siècle) une « curiosité tropicale », le « vin de lave » (cépage jacquez et moscatel, pour des vins rouge et blanc). Le terroir est limité en superficie, la production est modeste et cherche la diversification avec des vins « ludiques » comme le spumante, en cohabitant dangereusement avec le volcan qui fait pourtant la richesse du terroir, comme le Vésuve en Italie l'a fait pour le Lacryma Christi.

12En quatrième partie, sont étudiés les « métissages en devenir ». Tout d'abord une enquête sur « Les vins fins français » et le « désir de vin » mondial qui engendre une grande transformation de l'économie viticole. L'émergence d'une nouvelle classe de « nouveaux riches » en Chine… le vin, marchandise de luxe, sert de marqueur d'appartenance entre des individus de différentes nationalités, et Hong Kong s'affirme comme une plateforme privilégiée à des rencontres entre représentants des grandes entreprises financières… le grand marché du vin s'est ainsi transféré de Londres vers New-York puis vers Hong Kong.

13On termine ce tour d'horizon avec l'analyse sociologique des exploitations viticoles beaujolaises et l'apport inquantifiable des « femmes de vignerons », devenant temporairement « cheffe d'exploitation » entre le départ en retraite de leur mari et la reprise de l'exploitation par le fils, le gendre ou un garçon hors du cadre familial (p. 237). On est encore loin d'atteindre la « complémentarité des sexes ».

14Enfin, la viticulture biologique trace progressivement son chemin sur le marché mondial (carte p. 255), avec une rude compétition face aux vins du Nouveau Monde, dont les règles en matière d'agriculture biologique sont différentes. La première nécessité sera donc de s'unir pour affronter les nouveaux marchés.

15De cette lecture, on retiendra que «  (le vin) est un marqueur capital de l'humanisation » (p. 7), qu'il est également un témoin de l'adaptabilité des populations à de nouveaux goûts (ainsi pour les habitants de l'extrême orient) et qu'il se fait aisément une place dans les patrimoines culturels des sociétés.

16De son côté, l'ouvrage Image du vin en Valais, catalogue de l'exposition tenue au musée du vin de Sierre en 2022, explore en profondeur le dossier du vignoble valaisan. S'il avait fallu chercher à justifier du lien entre ces deux lectures, on aurait pu le trouver avec le cépage d'humagne blanche, présent en Valais dès le XIVe s., et également identifié dans le Sud-Ouest de la France (ouvrage ci-dessus, p. 129).

17Onze chapitres, qui renvoient au cheminement proposé par l’exposition, dévoilent tour à tour la variété des vins réputés de cette région de la Suisse. Ainsi, sous les intitulés « L'iconographie, un voyage dans le temps », « l'étiquette, un habit qui fait le moine », « le packaging (“ce qui enveloppe le vin”) », « L'habillage du vin », « l'affiche publicitaire et ses personnages », « les petits imprimés publicitaires », « Instagram et le vin du Valais », « l'esthétique du vin » « œnotourisme », « fête des vendanges », « les caveaux viticoles », autant de sujets abordés qui forment les piliers de cette belle présentation.

  • 1 Un carnotzet (ou carnotset) est une petite cave aménagée où l'on stocke et déguste du vin entre ami (...)

18Le premier chapitre, plus générique, traite de l'iconographie de la vigne et du vin. On retrouve, tour à tour, des fresques, gravures, eaux-fortes, panneaux de stalle sculptés conservés en Suisse (ou ailleurs) qui soulignent le rôle de personnages antiques ou bibliques dans la célébration du vin (Noé, Loth, Noces de Canaan, Jessé ou Bacchus et Ariane)., On revient ensuite sur les saints patrons de la vigne, Vincent, Urbain 1er ou Théodule, puis sur l'iconographie moderne et contemporaine (almanachs, photographies des « verres de l'amitié dans un carnotzet »1. On entre ensuite réellement dans le vif. Nous ne retiendrons ici que quelques éléments des entrées proposées pour explorer le sujet.

19Ainsi, un dossier intéressera vivement les œnographiles (collectionneurs d'étiquettes de bouteilles de vin), depuis les premières étiquettes de Malvoisie ou de Coquempey (p.34) jusqu'à l'étiquette humoristique de la Dôle du bisse (p. 50). Le packaging ensuite, avec outre les traditionnelles bouteilles en verre, la Dôle de Châtroz en canette (eh oui !) ou le tétrapack de Barille du Saint-Bernard (p. 58). Les personnages représentés sur les affiches, de l'angelot au soldat retour du front, l'alpiniste ou les convives, tous sont présents pour montrer la convivialité du vin, de même sur les « petits imprimés publicitaires ».

20Faute de pouvoir gouter ce délicat breuvage, l'exposition nous met dans la condition du dégustateur par des clichés très étudiés sur « l'esthétique du vin dans l'objectif des photographes » (p. 114-133) : tour à tour, les terroirs, les hommes et femmes de la vigne, les gestes du vigneron ou la lente transformation du nectar soulignent l'étroit rapport de l'homme à la vigne. Plus encore, trente-trois films réalisés entre 1920 et 1983 par des producteurs locaux fixent sur la pellicule la « symphonie des quatre saisons » (p. 129-151).

21Produit commercial, le vin du Valais est présent sur les réseaux sociaux, avec ses posts et ses hashtags (p. 152-175) (#vinsduvalais, #vinsvaudois, #swisswinevalais…). L'analyse de ces données permet aux professionnels du vin d'étudier les moyens de renforcer l'image de leurs produits.

  • 2 BEAUCHENE S., 1999, La fête du Rhône, un rite éphémère. La célébration d'une identité régionale au (...)
  • 3 Les IVe fêtes du Rhône à Genève, https://notrehistoire.ch/entries/0lyYKrRXWnw

22La « première fête des vendanges à Sion » (p. 176-189) retrace, avec les documents d'archives, l'invention de la « première fête d'automne » de Sion les 29 et 30 septembre 1934. Cette manifestation, qu'on peut comparer aux « premières fêtes du Rhône »2 en 1926 à Tournon (Ardèche), et à Genève en 19293, voulait promouvoir à la fois le tourisme en Valais et le travail de la vigne. Ainsi, un cortège de plus de 1000 participants et chars, accompagnés de fanfares, représente les activités liées au vin : effeuilleuses de Nendaz, hommes d'Anniviers, sulfateurs de Bramois, vendangeuses, brantiers… Bien évidemment, comme reflet de l'époque, un grand banquet avec menu gastronomique et des discours des hommes politiques en vue, souligne encore la similitude (ou la parenté ?) avec les « fêtes du Rhône ».

23Par cette histoire régionale, le Valais s'emploie à rejoindre les grandes régions d'oenotourisme (« Oenotourisme en Valais »), grâce également à ses magnifiques paysages et à la mise en scène des crus dans des caveaux architecturalement revisités (« Pignon sur vigne”) : cave d'Anchettes, à Venthône, celliers de Sion, caveau Fernand Cina ou celle de l'Orpailleur à Uvrier, entre autres, ayant fait appel à des architectes renommés pour repenser les lieux d'accueil du public.

  • 4 On nous permettra de renvoyer aux travaux de R. Chapuis sur le vignoble bizontin, dont nous avons r (...)

24De la lecture de ces deux ouvrages, dont on retiendra la richesse et la variété des lieux envisagés comme sujet, on soulignera l'apport croisé de l'Humain et de la nature : presque partout poussait une vigne sauvage, l'Homme est venu et l'a domestiquée, croisée… dans le même temps, lui-même rencontrait d'autres humains et le croisement de leurs expériences, le métissage, a permis d'élaborer des cultures vitivinicoles aux sensibilités tout à la fois communes et diverses, du « Vieux Monde » jusqu'aux terroirs les plus inattendus4.

Haut de page

Notes

1 Un carnotzet (ou carnotset) est une petite cave aménagée où l'on stocke et déguste du vin entre amis https://fr.wikipedia.org/wiki/Carnotzet

2 BEAUCHENE S., 1999, La fête du Rhône, un rite éphémère. La célébration d'une identité régionale au service d'un aménagement fluvial, Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d’ethnologie, 27-1-3, p. 159-174 https://www.persee.fr/doc/mar_0758-4431_1999_num_27_1_1688

3 Les IVe fêtes du Rhône à Genève, https://notrehistoire.ch/entries/0lyYKrRXWnw

4 On nous permettra de renvoyer aux travaux de R. Chapuis sur le vignoble bizontin, dont nous avons rendu compte dans Géocarrefour : André Buisson, « Robert Chapuis, Patrick Mille, Besançon, un vignoble millénaire », Géocarrefour [En ligne], 93/2 | 2019, mis en ligne le 07 juillet 2019, consulté le 18 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12706 DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.12706

André Buisson, « Robert Chapuis, Vignobles du Doubs et de Haute-Saône. De la naissance à la renaissance », Géocarrefour [En ligne], 89/1-2 | 2014, mis en ligne le ?? , consulté le 18 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/9118 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.9118

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « De la vigne et du vin…  »Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 07 février 2023, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/21371 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.21371

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search