Navigation – Plan du site

AccueilNuméros97/4Contribution du marché hebdomadai...

Contribution du marché hebdomadaire à céréales et à bétail de la ville de Tanout au développement local

Contribution of the weekly grain and livestock market in the town of Tanout to local development
Abdoulaye Adamou, Abdou Kailou Djibo, Abdoul Wahab Soumana, Abdoul Karim Maman Anko et Issa Seyni Marou

Résumés

Le marché occupe une place de choix dans le rayonnement économique d’une municipalité. Á Tanout, le marché hebdomadaire à céréales et à bétail joue un rôle important dans la mobilisation des ressources internes, permettant ainsi aux autorités municipales de réaliser des actions qui participent au développement de local. L’objectif de ce travail est d’évaluer la contribution du marché hebdomadaire à céréales et à bétail de Tanout dans le développement local. L’étude est basée sur la recherche documentaire, plusieurs visites sur le marché et des entretiens semi-directifs avec les usagers. Les résultats révèlent qu’environ 80 % des recettes fiscales de la mairie proviennent du marché hebdomadaire. Au niveau régional, ce marché joue le rôle d’un marché de groupage.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le chef du canton de Tanout, Souleymane Garba Dan Bouzoua, a été élu le 14 Février 2014 et a été of (...)

1Dans le cadre de la décentralisation amorcée en 2004, l’Etat a transféré une partie de ses compétences et de ses ressources financières aux collectivités territoriales afin qu’elles gèrent de façon autonome et durale leur propre développement. Cependant, il faut noter que ces collectivités bénéficient rarement du transfert de ressources de la part de l’Etat. En outre, elles n’arrivent pas à mettre en place un mécanisme efficace de mobilisation de ressources au niveau local du fait de la mauvaise gouvernance et de l’incivisme fiscal. Ce dernier aspect traduit la difficulté de mobilisation des ressources financières et de financement des projets de territoire contenus dans le Plan de Développement Communal (PDC). A Tanout, une bonne partie de la population refuse de payer l’impôt pour deux raisons principales, à savoir : la contestation du nouveau chef de canton élu en 20141 et le manque de confiance vis-à-vis de la mairie qui peine à leur assurer certains services urbains. Face à cette situation, la mairie concentre ses efforts de mobilisation de ressources financières internes autour des équipements marchants, notamment le marché hebdomadaire à céréales et à bétail. Il y a lieu de comprendre le fonctionnement de ce marché. Cela est d’autant plus nécessaire que J.-D. Tracey-White (1997, p. 23) a précisé que « Les marchés agissent en tant que “lieux centraux” des populations avoisinantes… ». Cette étude effectuée, pendant les mois de juin, juillet et août 2021 dans le chef-lieu de la Commune Urbaine de Tanout, porte sur « La contribution du marché à céréales et à bétail au développement local ». La question fondamentale est la suivante : Quelle est la contribution du marché à céréales et à bétail dans le développement local ? L’objectif de cette étude est d’évaluer la contribution de ce marché dans le développement local de la ville de Tanout.

2Ce travail présente d’abord le marché en question avant d’évaluer son apport fiscal et social au développement local. Ensuite, il montre le pouvoir de rayonnement économique et spatial de la ville grâce à ce marché.

Méthodologie

3Globalement l’étude s’inscrit dans une démarche qualitative même si elle fait recours à quelques statistiques obtenues lors de la recherche documentaire et des entretiens avec les différents acteurs. Cette étude est d’abord basée sur une recherche documentaire entreprise au niveau de la mairie et sur Internet. Cette phase a permis de faire une brève revue de la littérature sur le thème traité et de contextualiser la question de la recherche. Des visites sur le terrain, durant quatre jours de marché, à savoir les samedis 5 et 19 juin, le 17 juillet et le 7 août 2021, ont permis de relever des éléments descriptifs du marché étudié et d’observer les activités et le niveau des fréquentations.

4Ensuite, il y a eu des entretiens semi-directifs avec les gestionnaires des marchés, à savoir le maire, le receveur municipal et sept percepteurs de taxes. Les questions abordées ont concerné le niveau de mobilisation des recettes fiscales, la gouvernance des marchés, le financement des infrastructures et leur entretien. D’autres entretiens semi-directifs ont été menés avec les usagers. Ainsi, 10 de grossistes, 15 détaillants et 20 clients ont été interrogés sur leurs fréquentations de ce marché et sur les filières et leurs réseaux d’échanges de produits.

5Les outils utilisés pour réaliser ce travail sont divers ; il s’agit de documents écrits comme le Plan de Développement Local (PDC) et le Répertoire des Localités du Niger (RENALOC 2014), etc. Le logiciel Sphinx est utilisé pour la rédaction des guides d’entretien ainsi que le traitement des données recueillies. Dans le cadre de cette étude, deux guides d’entretien semi-directif ont été élaborés : un guide pour les gestionnaires des marchés et un autre pour les usagers. Le plan de la ville de Tanout (format Autocad) a été également utilisé tout comme le logiciel ArcGis 10.3 utilisé pour l’élaboration des cartes. La plateforme Google Earth (Photographie aérienne) a été utilisée pour la géolocalisation du marché et son extension et un GPS Essentiel a permis de collecter des coordonnées géographiques.

6Il convient de préciser que cette analyse ne concerne pas l’ancien marché (appelé aussi grand marché) et l’autogare de Tanout sis plus à l’est, dans la vielle ville. L’ancien marché est devenu un marché local qui dessert les quartiers de la ville contrairement au marché hebdomadaire à céréales et à bétail qui a une certaine influence régionale.

Résultats

Présentation de la ville de Tanout

7La Commune Urbaine de Tanout est située à l’extrême Nord de la Région de Zinder et au Nord du Département portant le même nom. Ses coordonnées géographiques sont comprises entre 14°5 et 17°30 de latitude Nord et 7°20 et 9°37 de longitude Est. Son chef-lieu, la ville de Tanout, est à 145 km de Zinder et 1 033 km de Niamey, la capitale. Elle couvre une superficie de 6 780 km², soit 22,42 % de la superficie du Département de Tanout estimée à 30 247km² et 4,35 % de la superficie totale de la Région de Zinder estimée à 155 778 km² (Commune Urbaine de Tanout, 2019, p. 14).

8La ville de Tanout est à la fois le chef-lieu du département, du canton et de la commune urbaine portant le même nom. La municipalité a été créée par la loi N° 2002- 014 du 11 Juin 2002, portant création des communes et fixant le nom de leurs chefs-lieux, remplacée par l’ordonnance N° 2010-54 du 17 Septembre 2010 portant Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT) de la République du Niger. La Commune Urbaine de Tanout (CUT) est l’une des cinq (5) communes que compte le Département de Tanout (Région de Zinder).

Carte n° 1 : Localisation de la commune urbaine de Tanout

Carte n° 1 : Localisation de la commune urbaine de Tanout

9La commune est limitée à l’Est par la commune rurale de Alakoss, à l’Ouest par la commune rurale de Gangara, au Nord la commune rurale de Tenhya, au Sud-ouest la commune rurale de Olléléwa, et enfin au Sud par la commune rurale de KangnaWamé.

10Le climat est, dans la Commune Urbaine de Tanout, de type sahélien subdésertique. Les saisons, les températures, les vents et les précipitations en sont largement tributaires. Les températures moyennes varient de 15°C en janvier à 39°C en mai. Les précipitations annuelles moyennes totales sont d'environ 202 mm (https://geotsy.com/​fr/​niger/​tanout-71624/​le-temps-et-le-climat).Tanout, historiquement appelé Damergou, se présente comme une plaine sableuse marquée çà et là par de bas et moyens plateaux et des buttes résiduelles entrecoupées de quelques vallées fossiles.

11De 154 238 habitants en 2012, les effectifs démographiques de la Commune Urbaine de Tanout sont estimés en 2018 à 195 512 habitants, dont 25 884 âmes pour la seule ville de Tanout, soit 13,24 % de la population totale de la commune (Commune Urbaine de Tanout, 2019, p 18). Si l’on rapporte ce taux à celle de la population de la commune qui serait de 221 381 hbts en 2021 (d’après les projections de l’Institut National de la Statistique), la population de la ville de Tanout s’élèverait à 29 311 habitants. La population de la commune urbaine de Tanout est répartie entre sept principaux groupes ethniques, à savoir les Dagra/Kanouri, les Peulh/Fulfuldé, les Haoussa, les Touareg, les Arabes, les Toubou et les Zarma.

12Ces populations exercent une multitude d’activités pour subvenir à leurs besoins. En plus des activités agricoles et d’élevage, les habitants exercent le commerce, généralement, dans l’informel. La commune urbaine de Tanout compte 17 marchés hebdomadaires qui servent de cadre à d’importantes transactions. Celui de la ville Tanout s’impose par sa structure et par son envergure, comme lieu central dans les réseaux d’échanges au niveau communal. Ainsi, des produits agricoles (mil, sorgho, niébé, gombo) et des animaux sur pieds sont présentés, aux marchés de Tanout, par les populations locales qui, en retour, s’approvisionnent en divers produits de première nécessité, notamment les condiments, les fruits et légumes, la noix de cola, les vêtements, les plies, etc. Le commerce du bétail est particulièrement important dans le marché hebdomadaire de la ville de Tanout, de Takoukout et d’Adjiri qui pourvoient en animaux sur pieds le grand marché de Zinder et les marchés du Nord Nigéria, notamment Kano, Daoura, Maï Adoua.

Présentation du marché hebdomadaire à céréales et à bétail de Tanout

13Le marché de Tanout a vu le jour grâce aux caravaniers qui faisaient leurs transactions du Nord vers le Sud et vice-versa. Ces derniers se ravitaillaient en eau au niveau d’un puits qui était sur leur route allant de Lagos à la ville d’Alger et profitaient pour acheter de la viande de gazelle qui se vendait dans le Damergou. Petit à petit, les habitants proches et lointains de la zone venaient pour vendre à ces caravaniers de la viande et des céréales. C’est ainsi que ces habitants faisaient leur campement autour du puits, appelé « Anout » qui donnera son nom à la ville actuelle de Tanout. Certes, c’était autour de ce puits que s’animait le marché mais en 1984, l’endroit a été jugé trop exigu pour contenir le marché devenu important avec deux secteurs d’activités : commerce du bétail et celui des produits agricoles et manufacturés. Par conséquent, la partie du bétail a été transféré plus à l’Ouest de la ville pour laisser la place aux céréales et aux produits manufacturés. Par la suite, même le commerce des céréales a été transféré à côté du nouveau site du marché à bétail, formant désormais un grand ensemble marchand, appelé Marché hebdomadaire de Tanout. Aujourd’hui cet ensemble marchant fait partie des grands marchés de la région de Zinder et rayonne au-delà des frontières nationales. L’ancien marché, jadis appelé Grand marché, sis au centre-ville, devient un marché ordinaire qui s’anime tous les jours.

14Le secteur destiné au commerce de céréales de Tanout est essentiellement focalisé sur la vente des produits vivriers (Niébé, mil, sorgho, etc.). On y trouve aussi des établissements et étalages de commerce général, des vêtements, etc. Les différents équipements qui sont sur le marché sont des hangars en paillotes, des boutiques en banco, des étals à l’air libre sous le soleil et deux blocs de latrines. Ce marché est structuré en trois compartiments, à savoir : le comptoir de commercialisation des produits agricoles, les boutiques de commerce divers et le centre de tri et de stockages de niébé. Il couvre une superficie d’environ deux hectares.

15En 2014, il y eu un deuxième déplacement du marché à bétail toujours vers l’ouest, à la limite du front urbain. Ce secteur couvre une superficie de cinq hectares et dispose des équipements suivants : une clôture, six hangars en tôle, un magasin construit en dur, quatre enclos et trois blocs de latrines. Il attire un grand nombre de personnes venant de la région de Zinder, de l’intérieur du pays et du grand Nigeria. On y vend des bovins, des caprins, des asins et des camelins. Globalement, le marché hebdomadaire à céréales et à bétail de Tanout a une superficie de sept hectares (carte n° 2). Rappelons que l’étude ne concerne pas le grand marché et l’autogare de Tanout, respectivement représentés sur la carte suivante comme équipements marchands numéro 1 et 2.

Carte n° 2 : Localisation des équipements marchands de la ville de Tanout

Carte n° 2 : Localisation des équipements marchands de la ville de Tanout

Source : Extrait du plan général de la ville de Tanout, DRDU/L Zinder, Division Urbanisme et Habitat, décembre 2019

Un marché hebdomadaire construit essentiellement sur financement extérieur

16Tous les équipements qui sont sur les deux secteurs du marché hebdomadaire de la ville, excepté les hangars en paillotes et les boutiques en banco construits par leurs propriétaires, sont financés par des organismes en partenariat avec la commune urbaine de Tanout. Le centre de collecte de niébé est financé par le projet DANIDA en 2019, le comptoir de commercialisation des produits agricoles par le GAFSP en 2018 et le marché à bétail par le Projet de Développement des Exportations et des Marchés Agro-sylvo-pastoraux (PRODEX) en 2014 (photos 1 et 2).

Photo n° 1 : Comptoir de commercialisation des produits agricoles financé du marché à céréales financé par le GAFSP

Photo n° 1 : Comptoir de commercialisation des produits agricoles financé du marché à céréales financé par le GAFSP

Source : Enquête de terrain, juillet 2021

Photo n° 2 : équipements du marché à bétail financés par le PRODEX

Photo n° 2 : équipements du marché à bétail financés par le PRODEX

Source : Enquête de terrain, juillet 2021

Un marché qui s’étend de plus en plus dans les quartiers d’habitation riverains

17Avec la densification, le secteur du marché à céréales progresse au fil du temps dans les quartiers riverains, posant ainsi des problèmes d’urbanisme. En effet, il s’étend sur les espaces d’habitation riverains, notamment dans les quartiers Dan Bouzoua et Dan Yari. Aussi, plusieurs îlots de ces quartiers sont-ils transformés en magasins de stockage de produits agricoles ; certains ilots font office de service commercial, sans compter la multiplication de boutiques à la devanture de la plupart des maisons d’habitation voisines. A cette première forme d’extension s’ajoutent les débordements sur les équipements administratifs alentours. Á l’Ouest du secteur à céréales du marché, se trouve le Centre de Santé Intégré (CSI) de la ville. Il est séparé du marché par une petite ruelle et le long de son mur s’étendent des hangars et des stocks de bois, etc.

Un marché peu sécurisé et surtout confronté au problème d’assainissement

18La sécurité est primordiale pour toute personne exerçant le commerce sur le marché de la ville. En effet, les responsables du marché œuvrent pour pouvoir sécuriser les usagers et leurs biens sur ce dernier. Selon le maire, « il n’existe vraiment pas une grande insécurité car toutes les mesures sont prises avec les forces de sécurité nationale et municipale chaque jour de marché. La seule insécurité à déplorer est celle liée aux vols de bétail dans les villages de la commune. Dans ce cas de figure, tout est fait par la police pour attraper les voleurs et remettre le bétail à leurs propriétaires ». Mais, en réalité, l’insécurité persiste, car commerçants et opérateurs économiques déplorent encore des vols récurrents dans leurs boutiques, du fait de « l’absence de mesures de sécurité efficientes ». En outre, les riverains du marché ont déclaré également qu’ils sont confrontés à des vols pendant les nuits et à la présence de bandes de dealers. Par ailleurs, au Sud du secteur à céréales du marché, à une centaine de mètres, se développe un réseau de prostitution, très dynamique qui attire des exodants.

19En termes d’assainissement, on note la présence de dépotoirs sauvages un peu partout, due à la proximité du marché. Ceux qui collectent les déchets les déversent directement dans un ravin qui est à moins de 100 m du marché, faute de dépotoir contrôlé. Le Centre de Santé Intégré (CSI) qui se situe juste à côté du marché est plein de déchets déversés au pied du mur. De plus, il y a des saletés sous les hangars du marché et aucune mesure de salubrité ou d’assainissement n’est prise pour rendre ce lieu propre. La présence des déchets plastiques un peu partout sur le marché et ses alentours entravent l’infiltration des eaux de pluies, ce qui explique la présence de flaques d’eau dans le marché à céréales pendant l’hivernage.

20L’enquête menée sur le marché prouve qu’il existe des latrines. Cependant, les usagers affirment que sur les trois latrines existantes au niveau du secteur à bétail du marché, une seule est fonctionnelle. Pour ce qui est du réseau d’eau sur le marché hebdomadaire, aucun branchement public n’est présent. Toutefois, on dénombre dans les alentours du secteur à céréales, trois branchements privés qui alimentent les populations des quartiers voisins et ceux qui fréquentent le marché. Le recours à l’eau en sachet de 50 cl appelée « pure water », vendue 25 FCFA, est de ce fait incontournable de la part des usagers.

21En ce qui concerne le secteur de l’électricité, notons que l’éclairage public des voies n’est pas assuré. De plus, la plupart des boutiques et hangars n’ont aucune source d’électricité. Par ailleurs, il n’existe aucun panneau solaire dans le marché alors que les conditions climatiques locales y sont favorables. Aussi, petits étalages, bouchers et quelques usagers du marché utilisent-ils des lampes torches pour assurer l’éclairage. Cependant, quelques magasins sont électrifiés par des promoteurs privés.

Contribution du marché dans le développement local

22La présence d’un marché de telle envergure à Tanout est un atout non seulement pour les populations proches et lointaines mais aussi pour les autorités locales, car il constitue un moyen important de mobilisation de ressources financières locales. Ces marchés participent aussi à la consolidation des liens sociaux en favorisant les rencontres hebdomadaires entre amis, parents et connaissances venant des villages voisins.

Un apport fiscal substantiel dû au marché à céréales et à bétail

23Le marché hebdomadaire de Tanout se tient le samedi, jour où des milliers de commerçants, clients et démarcheurs se rencontrent pour faire des affaires. C’est aussi le jour où la municipalité, à travers ses collecteurs, procède à la collecte des fonds. Les collecteurs déclarent pouvoir collecter entre 100 000 à 200 000 FCFA par semaine surtout le jour de marché. Tout comme les recettes hebdomadaires, la mairie de Tanout mobilise grâce au marché des sommes importantes par mois (tableau n° 1). Elles sont ainsi estimées, du mois de janvier jusqu’en juin 2021, dans le tableau suivant.

Tableau n° 1 : Recettes mensuelles mobilisées par la mairie grâce au marché à céréales et à bétail

Mois

janvier

février

mars

Avril

mai

juin

Recettes

3 857 200 FCFA

5 980 100 FCFA

12 564 500 FCFA

4 930 550 FCFA

5 323 200 FCFA

10 426 041 FCFA

Source : Entretien avec le receveur de la mairie, juillet 2021

24Ce tableau indique qu’en 2021, pendant les six premiers mois de l’année, le marché hebdomadaire a permis à la collectivité de mobiliser 87 456 591 FCFA. Cependant, ces recettes évoluent en dent de scie. Par exemple, pour toute l’année 2020, le maire a déclaré avoir engrangé seulement 101 731 967 FCFA.

25Cela témoigne des difficultés de mobilisation des recettes sur le marché avec la persistance de l’incivisme fiscal tant décrié par les autorités municipales mais aussi du fait d’une base de calcul de l’impôt sous-estimées. En effet, la commune urbaine de Tanout, à l’instar des autres communes du pays, n’a pas une stratégie propre qui lui permettrait de mobiliser des ressources fiscales de manière efficace. Toutefois, les autorités communales de Tanout assurent qu’elles atteignent un niveau de mobilisation appréciable. Le tableau ci-dessous montre la situation comptable de la commune de 2012 à 2017. Le receveur municipal de Tanout déclare qu’environ 80 % de ces recettes proviennent des taxes collectées à partir du marché.

Tableau n° 2 : Taux de recouvrement des taxes de 2012 à 2017

Exercice

Prévisions

Réalisations

Taux de recouvrement

2012

114 369 916 FCFA

83 261 893 FCFA

72,80 %

2013

124 108 115 FCFA

108 951 068 FCFA

81,34 %

2014

152 006 705 FCFA

115 054 079 FCFA

75,69 %

2015

149 531 322 FCFA

98 694 341 FCFA

66 %

2016

15 588 322 FCFA

86 886 162 FCFA

56,57 %

2017

156 369 575 FCFA

115 620 729 FCFA

73,94 %

Source : Entretien avec le receveur de la mairie en juillet 2021

26Á travers ce tableau, nous constatons que le taux de mobilisation de la commune est effectivement appréciable, car il oscille autour de 70 % en moyenne par an. Ce taux de recouvrement de taxes et impôts semble pourtant paradoxal dans un contexte d’incivisme fiscal. Cependant, la méthode de prévision de recouvrement fiscal se base sur seulement sur les taxes et impôts mobilisés l’année précédente. En effet, pour définir l'assiette fiscale de l’année suivante, la mairie se réfère seulement au taux de recouvrement des taxes et impôts de l'année précédente. Par exemple, si la mairie prévoit 156 369 575 FCFA en 2017 et qu’elle n’arrive à mobiliser que 115 620 729 FCFA, alors la prévision fiscale en 2018 sera calée sur cette dernière somme. Car, dit le receveur : « nous sommes obligés de réduire le montant de la prévision pour ajuster le budget ». Cela veut dire que la méthode de définition de l’assiette fiscale fait abstraction des taxes et impôts impayés dans l’année. Cette méthode a l’avantage d’être réaliste et pragmatique, mais ne permet pas d’assoir une base fiscale fiable, ni de mesurer le taux d’incivisme fiscal. Toutefois, il faut reconnaitre qu’une partie des taxes et impôts mobilisés est utilisée par les autorités municipales pour l’amélioration des conditions de vie des populations.

Amélioration des conditions de vie socio-économiques des populations grâce aux ressources financières issues du marché

27Le marché de Tanout constitue un lieu par excellence de la vie commerciale dans la commune. Il offre aux habitants beaucoup d’opportunités d’exercer des activités commerciales sur place. En effet, le jour de marché (samedi) rassemble des commerçants et clients de la ville et d’ailleurs. La fréquentation du marché étant importante le samedi, beaucoup de personnes s’adonnent à des petites activités commerciales pour gagner de l’argent. Aussi, les femmes et les enfants qui exercent le petit commerce sur le marché arrivent-ils à avoir des revenus non négligeables par semaine, en vendant plusieurs produits en détail. Les femmes s’adonnent particulièrement à la vente de légumes et de jus fabriqués localement tandis que les jeunes vendent des pure-water, de la cola, ou font le docker en transportant les produits sur des petites charrettes. Selon les entretiens, ces acteurs gagnent plus de 1 500 FCFA le jour de marché de la ville.

28Pour leur part, les commerçants grossistes, avec leurs acolytes qui vendent en détail, remplissent le marché de la ville chaque samedi. Les vendeurs en détail gagnent autour de 10 000 FCFA en moyenne tandis que les démarcheurs déclarent gagner en moyenne 12 000 FCFA à 22 000 FCFA. Les démarcheurs sont des courtiers informels qui facilitent les transactions entre acheteurs et vendeurs moyennent une certaine récompense. Pour les grossistes, le revenu peut atteindre voire dépasser 100 000 FCFA. Depuis trois ans, on assiste à l’émergence d’une autre catégorie d’acteurs, constituée de jeunes hommes exerçant le commerce d’import-export reliant Tanout aux villes du Nigéria. Ils approvisionnent la ville et même le marché hebdomadaire en carburants et articles rares ou de luxe (machines diverses, motocyclettes, équipements solaires, mobiliers de décor intérieur, etc.).

29Par ailleurs, le marché est le lieu où, chaque samedi, les populations de la ville de Tanout rencontrent celles des villages et hameaux environnants. Ces derniers maintiennent et développement leurs activités agricoles et d’élevage pour répondre à la loi de l’offre et de la demande qui sied au niveau du marché hebdomadaire de Tanout. En outre, ce marché constitue, pour les habitants, non seulement le lieu où faire des affaires mais également où tisser de relations avec d’autres acteurs, créant ainsi des réseaux de relations sociales.

Amélioration de la gouvernance et des services sociaux de base grâce aux ressources financières issues du marché

30Les recettes mobilisées au niveau du marché contribuent à financer les dépenses de fonctionnement des services municipaux et à faire des investissements dans plusieurs secteurs tels que l’éducation, l’hydraulique, etc. En effet, cet argent contribue au fonctionnement de la mairie à travers le payement des salaires et indemnités des agents ainsi que le financement des activités liées à la gouvernance (prise en charge lors des conseils municipaux ou autres réunions).

31En dehors du domaine de la gouvernance, l’argent collecté sert aussi à financer, sur fonds propres, des activités dans les domaines sanitaires et éducatifs. Dans le secteur de l’éducation, avant chaque rentrée scolaire, les autorités communales assurent un kit (constitué de cahiers, stylos, trousseau, etc.) à chaque élève, sur toute l’étendue du territoire communal (la ville et les villages rattachés). En 2020, cela a couté à la collectivité environ 2 000 000 FCFA. Par ailleurs, plusieurs hangars ont été construits sur les marchés afin de protéger les populations des rayons solaires le jour de marché. Concernant le secteur de l’Hygiène et Assainissement, les autorités communales déclarent injecter, chaque année, plus de 1 000 000 FCFA. Selon ces autorités, toute la somme versée dans ce secteur provient des taxes perçues sur les marchés de la ville. A cela s’ajoutent les investissements, certes modestes mais nécessaires, réalisés dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage et de l’hydraulique villageoise. Le bémol est que l’essentiel des ressources financières issues de la collecte des taxes et impôts est affecté aux dépenses de fonctionnement de la mairie.

La ville de Tanout intégré dans le réseau d’échanges régionaux grâce à son marché hebdomadaire

32Les usagers (acheteurs comme vendeurs) participent aux échanges de produits entre la ville de Tanout et d’autres localités. En effet, le marché hebdomadaire de Tanout attire non seulement les populations des villages qui sont sous l’influence de la ville mais aussi celles de quelques localités des régions de Zinder, de Maradi et d’Agadez ainsi des commerçants du Nigéria.

33Les commerçants de la ville de Tanout s’approvisionnent dans différentes localités. D’abord, il y’a ceux qui apportent les produits fabriqués localement pour les vendre (par exemple, les habits des Touaregs, des cordes de puits, des condiments et plusieurs autres variétés locales). Ensuite, il y a ceux qui s’approvisionnent au niveau des villes de Zinder, Maradi et même Niamey en produits vivriers, cosmétiques, vêtements, chaussures, ustensiles, etc. Ces produits inondent le marché à céréales chaque samedi. Quant au marché au bétail, il est approvisionné par les éleveurs de Tanout, de Tenhya, de Tesker et d’Aderbisnat qui transportent leurs bêtes pour les revendre. Enfin, le marché est fréquenté par des commerçants venus du Nigéria qui y importent des fruits et pleins d’autres choses qui ne se trouvent pas sur place. De Niamey, le marché est approvisionné, dans un trafic peu soutenu, en vêtements importés de Cotonou ou de la Mecque.

34Les populations locales apportent, sur le marché, principalement des produits agro-pastoraux, notamment des céréales, du niébé, du gombo, de la célèbre mallohia (variété locale de feuille très prisée pour faire la sauce), des animaux sur pieds, gros et petits ruminants et autres produits et sous-produits animaux (les cuirs et peaux, le fromage et le beurre). Ces produits sont principalement destinés à l’approvisionnement des marchés de Zinder, d’Agadez, de Maradi et quelques marchés du Nigéria.

35S’agissant singulièrement du commerce du bétail, le marché de Tanout reste et demeure un grand pourvoyeur des marchés de Zinder, d’Agadez et d’Arlit d’une part et ceux du Nord Nigéria, tels que Maï Adoua, Daoura et Kano d’autre part. Les commerçants en bétail, en provenance de ces différentes localités, affluent chaque samedi à Tanout où ils se livrent à d’importantes transactions, contribuant ainsi significativement à une grande circulation de la monnaie dans la commune. De plus, quelques usagers viennent de Tahoua, Maradi et rarement de Niamey pour le commerce du bétail. Grâce à ce marché hebdomadaire, Tanout connait un rayonnement économique qui s’étend à quatre (4) niveaux spatiaux :

36- au niveau local, on note les relations commerciales que le marché entretien avec la ville elle-même ainsi que les 16 autres marchés qui l’entourent, à savoir : Adjiri, Chirwa, Kellé-Kellé, Takoukout, Baboul Kandawa, Gargada, Halali, Dounamari, Karaptou, Maïdiga, Garin Marma, Baboul Yachi, Tiggar, Boulamaram, et Kokaram. Les transactions se réalisent quotidiennement avec ces marchés cités dans un esprit forain ;

  • au niveau régional, le marché hebdomadaire de la ville de Tanout entretient des relations avec d’autres grands marchés : Bakin Birgi, Sabon Kafi, Falanko, Gazoua, Doungou, Dakoussa, Gamaram, Kwakarom, Gangara, Takiéta, Kantché, et quelques marchés de la ville de Zinder (marché Dolé, Kollia, Kara, etc.) ;

  • au niveau national, les marchés de la ville d’Agadez d’Arlit et d’Aderbisnat sont interconnectés avec le marché de Tanout. Il y a aussi quelques marchés de la région de Maradi et rarement des usagers de la ville de Niamey et de la région de Tahoua qui viennent acheter du bétail du marché ;

  • au niveau international, le marché hebdomadaire de Tanout attire des usagers du Nigéria, venant de Kano, Mai Adoua et Douara. Les vendeurs de bétail, en provenance de ces différentes localités, affluent chaque samedi à Tanout où ils se livrent à d’importantes transactions, contribuant ainsi significativement à une grande circulation de la monnaie Naira dans la commune.

Carte n° 3 : Rayonnement de Tanout dans le réseau des lieux grâce à son marché hebdomadaire

Carte n° 3 : Rayonnement de Tanout dans le réseau des lieux grâce à son marché hebdomadaire

L’insuffisance d’infrastructures routières adéquates limite le développement des échanges dans la zone

37Parmi les commerçants enquêtés, il s’est avéré que la majorité exerce le commerce comme activité principale. Ceux qui le pratiquent comme activité d’appoint, font également de l’agriculture, de l’élevage ou de l’artisanat. Aussi, 19 enquêtés ont-ils comme activité principale le commerce contre 11 cultivateurs, 2 éleveurs et 1 chauffeur.

38La durée de fréquentation du marché dépend des usagers. Certains usagers passent deux jours (vendredi et samedi) au marché en raison de la distance de leurs localités et profitent pour y vendre leurs produits avant le samedi qui est le jour du marché. Cela s’explique aussi par les modes de déplacements de ces usagers, qui viennent souvent à dos d’âne ou avec une charrette. Les autres ne restent qu’une seule journée au marché, c’est-à-dire le samedi.

39Nombreux sont les modes de déplacement utilisés par les usagers pour accéder à ces marchés. Il y a ceux qui utilisent le véhicule, la moto, la charrette tout comme ceux qui viennent à dos âne ou à pied. Cependant, le mode de déplacement le plus utilisé est le véhicule (21/33 enquêtés viennent à moto), puis les piétons et les "dos-d’âne" et les charretiers dans une moindre mesure.

40L’insuffisance d’infrastructures routières adéquates constitue sans doute un facteur limitant du développement des échanges dans la zone. Les conditions de déplacement sont d’autant plus difficiles que les voies de communications ne sont pas toujours revêtues ou en bon état. A cela s’ajoutent le mauvais état des véhicules, qui de surcroit sont généralement surchargés.

Discussion

Une contribution du marché au développement socio-économique, certes remarquable mais pouvant être améliorée

41Le marché de Tanout est hebdomadaire et constitue ce que J.-D. Tracey-White (1997, p. 10) a qualifié de « marchés de groupage » car, précise-t-il, ce genre de marchés « …s’adressent plus aux acheteurs venus d’ailleurs qu’aux consommateurs locaux ». C’est ainsi que du point de vue spatial, le marché à céréales et à bétail inscrit la ville de Tanout dans un réseau de lieux avec un rôle de lieu de collecte des marchandises. Les enquêtes ont montré que la contribution de ce marché dans le développement de la ville de Tanout est importante en termes de mobilisation de ressources financières locales. Aussi, ce marché assure-t-il environ 80 % des prévisions des impôts et taxes de toute la commune, en dépit de quelques difficultés dues à la persistance de l’incivisme fiscal chez certains habitants et à une base de calcul de l’impôt, largement sous-estimée faute données fiscales fiables. En effet, la commune urbaine de Tanout ne dispose pas d’un système cadastral exhaustif permettant de répertorier toutes les activités sur l’étendue du territoire. L’absence d’une base de fiscalité fiable laisse une marge de manœuvre aux percepteurs, qui peuvent détourner une partie des recettes. De ce fait, la commune a intérêt à mettre en place une stratégie plus efficace pour collecter davantage de ressources locales. Cela est d’autant plus nécessaire que J.-D. Tracey-White (op. cit., p. 18), note que « Les gains produits peuvent alors être utilisés pour augmenter la capacité des équipements du marché concerné, ou bien être réinvestis dans d’autres marchés ou d’autres infrastructures ». Cela amène Amagoin Keita, Directeur National, SNV-BENIN (2008, p. 5) à dire que « Les ressources financières locales sont en fait comme un trésor caché dans les communes dont il faut aller à la découverte et à l’exploitation optimale. ».

42Dans le cas de Tanout, le marché hebdomadaire participe aussi à l’amélioration des conditions de vie des populations à travers les revenus tirés par les ménages exerçant le petit commerce et les commerçants (demi-grossistes et grossistes) qui font des bénéfices remarquables surtout le samedi. A cela s’ajoutent les investissements, dans différents secteurs de la vie sociale, rendus possibles grâce aux recettes fiscales : l’éducation, l’hygiène et assainissement, la construction de hangars, l’agriculture, l’élevage et de l’hydraulique villageoise, etc. Toutefois, ces investissements sont modestes face aux besoins de la population. Ce qui laisse dire, avec A. Keita et al. (op. cit., p. 12) que « …environ 70 % des financements communaux sont issus de ressources financières externes apportées principalement par les partenaires techniques et financiers ».

43Pour expliquer la faiblesse de la mobilisation des ressources financières locales, G. Blundo, (2006, p. 323) a analysé le processus de collecte des droits de marché en milieu urbain au Sénégal, tout en décrivant les négociations et arrangements divers entre contribuables, élus locaux, policiers municipaux et agents de perception. Aussi suppose-t-il (p. 325) que « le paiement des taxes et des impôts traduit l’adhésion et la confiance des citoyens à l’égard des élus locaux… ». Cet auteur relève également (p. 326) « …des services fiscaux en proie à de nombreuses difficultés, d’abord en termes d’évaluation correcte de l’assiette fiscale, ensuite en termes de recouvrement ». Par ailleurs, il précise que « … les difficultés réelles de mobilisation des ressources sont aussi à attribuer à une gouvernance dans laquelle s’entremêlent clientélisme politique, privatisation informelle des pouvoirs d’extraction fiscale et des pratiques diffuses de petite corruption banalisée ». A Tanout le problème d’adhésion de la population se pose à deux niveaux : ainsi, une partie de la population refuse de payer l’impôt parce qu’elle conteste l’élection du chef de canton (chefferie traditionnelle), tandis que certains habitants se plaignent des autorités municipales jugées inefficaces et corrompues.

Le marché hebdomadaire pose, à son tour, des défis en termes d’aménagement urbain et régional

44En termes d’urbanisme, on relève que le marché a été transféré du centre-ville (du grand marché) vers la périphérie ouest de la ville suite à la densification du tissu urbain. Cependant, avec la croissance urbaine, on constate aussi qu’aujourd’hui le marché de Tanout déborde dans les quartiers d’habitation proches. A cela s’ajoute le fait que ce marché est peu sécurisé et surtout confronté au problème d’assainissement. Il faut dire que tout cela ne motive pas les usagers à s’acquitter normalement du payement régulier des taxes.

45Malgré l’importance des recettes fiscales prélevées, les marchés à céréales et à bétail de Tanout sont construits sur financement extérieur avec l’aide d’ONG et de Projet de Développement. Cela rappelle les propos de A. Oumarou (2011, p. 27) qui disait : « … Ainsi, à Balleyara le marché de bétail a été clôturé par le FICOD (Fonds d’Investissement des Collectivités Décentralisées), à Say par l’AREN (Association pour la Redynamisation de l’Elevage au Niger) et à Guidan-Roumdji par le PPEAP (Projet de la Promotion de l’Exportation Agropastorale) ».

46Du point de vue de l’analyse spatiale, notre étude relève que le marché étudié place la ville de Tanout dans un réseau d’échanges plus ou moins régional avec un certain rayonnement économique. Dans le même ordre d’idées, A. Oumarou (2011, p. 17) note que « les commerçants grossistes (qui importent ou qui exportent des produits) et les populations (qui consomment les produits importés ou qui écoulent leurs productions) constituant des véritables « chaînes commerciales ». Toutefois, pour le cas de Tanout, il faut noter des conditions de déplacement d’autant plus difficiles que les voies de communications ne sont pas toujours revêtues ou en bon état, sans compter le mauvais état des véhicules, qui de surcroit sont généralement surchargés. De ce fait, il est permis de dire que l’insuffisance d’infrastructures routières adéquates constitue sans doute un facteur limitant du développement des échanges dans la zone.

Conclusion

47Au terme de cette étude, il ressort que la commune urbaine de Tanout abrite en son sein un certain nombre d’atouts naturels et humains. Son secteur économique lui offre une place appréciable dans le réseau d’échanges régional. La ville doit cela surtout à son marché hebdomadaire à céréales et à bétail qui, d’ailleurs, apporte des ressources financières internes substantielles à la commune. En outre, ce marché constitue, socialement, un espace pourvoyeur d’emplois pour les jeunes et les femmes qui exercent le petit commerce.

48Outil de développement socio-économique, le marché hebdomadaire de Tanout pose, à son tour, des défis en termes d’aménagement urbain et régional. Alors, il y a lieu d’améliorer les services fiscaux à travers un mécanisme d’évaluation correcte de l’assiette fiscale et de favoriser une meilleure intégration du marché dans le tissu urbain en mutation.

Haut de page

Bibliographie

BLUNDO G., 2001, Négocier l’État au quotidien : intermédiaires, courtiers et rabatteurs dans les interstices de l’administration sénégalaise, Autrepart, 20, p. 75-90.

BLUNDO G., 2006, « Je n’ai pas besoin de ticket ». Négociation des droits de marché et petite corruption dans les collectivités locales sénégalaises, IRD Éditions, Décentralisation et pouvoirs en Afrique, p. 323-342

DAHANI I., 2020, Contribution du marché central dans le développement urbain à Fada N’Gourma (Burkina Faso), Laboratoire Dynamique des Espaces et Sociétés (LDES) 10/02/2021, hal.archives-ouvertes.fr

DAOUDA RABIOU N-F., 2021, Stratégie de mobilisation du financement extérieur et intérieur pour le développement local au regard du contexte actuel de transfert de compétence dans la ville de Maradi, Rapport de licence professionnelles, ATU/IUT/ UZ, 37 p.

KEITA A. et al., 2008 Accroître les ressources financières des communes : pratiques émergentes en Afrique de l’Ouest et du Centre, BALTISSEN G. et HILHORST T. (dir.), Amsterdam, KIT, SNV

MAINET H., KIHONGE E., 2015, Les villes secondaires dans les relations villes-campagnes : Territoire en mouvement. Revue de Géographie et d’Aménagement, Université des Sciences et Technologies de Lille, Villes d’Afrique de l’Est en mutation. hal-01465308ff

OUMAROU A., 2011, Le service public de marché à Balleyara, Guidan Roumdji et Say, études et travaux du Lasdel, N° 90, 69 p.

Sahel and West Africa Club, 2018. Le développement urbain de Téra et son rayonnement économique et commercial, 9 août, wikipédia

Région de Zinder, Commune urbaine de Tanout, Plan de développement communal (P.D.C.) 2019-2023

TRACEY-WHITE J-D., 1997, Manuel de planification des marchés de vente au détail, « Approvisionnement et distribution alimentaires des villes », Collection « Aliments dans les Villes », Programme FAO, DT/16-97 - avril - FAO, 224 p.

Haut de page

Notes

1 Le chef du canton de Tanout, Souleymane Garba Dan Bouzoua, a été élu le 14 Février 2014 et a été officiellement intronisé le dimanche 19 Septembre 2021. Mais l'intronisation a été retardée compte tenu du suspens qui a suivi cette élection contestée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Localisation de la commune urbaine de Tanout
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/21391/img-1.png
Fichier image/png, 324k
Titre Carte n° 2 : Localisation des équipements marchands de la ville de Tanout
Crédits Source : Extrait du plan général de la ville de Tanout, DRDU/L Zinder, Division Urbanisme et Habitat, décembre 2019
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/21391/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Photo n° 1 : Comptoir de commercialisation des produits agricoles financé du marché à céréales financé par le GAFSP
Crédits Source : Enquête de terrain, juillet 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/21391/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Photo n° 2 : équipements du marché à bétail financés par le PRODEX
Crédits Source : Enquête de terrain, juillet 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/21391/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Carte n° 3 : Rayonnement de Tanout dans le réseau des lieux grâce à son marché hebdomadaire
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/21391/img-5.png
Fichier image/png, 339k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdoulaye Adamou, Abdou Kailou Djibo, Abdoul Wahab Soumana, Abdoul Karim Maman Anko et Issa Seyni Marou, « Contribution du marché hebdomadaire à céréales et à bétail de la ville de Tanout au développement local »Géocarrefour [En ligne], 97/4 | 2023, mis en ligne le 10 février 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/21391 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.21391

Haut de page

Auteurs

Abdoulaye Adamou

Université André Salifou de Zinder, abdoulaye_noma@yahoo.fr

Abdou Kailou Djibo

Université André Salifou de Zinder, kailou20012001@yahoo.fr

Abdoul Wahab Soumana

Université André Salifou de Zinder, soumsant@gmail.com

Abdoul Karim Maman Anko

Urbaniste, Gestionnaire urbain, AGENCE PERSPECTIVE, abdoulkarim.anko@gmail.com

Issa Seyni Marou

Technicien supérieur en Aménagement du Territoire et Urbanisme, seynimarouissa@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search