Navigation – Plan du site

AccueilNuméros97/4Structuration du territoire de l’...

Structuration du territoire de l’action collective et réseaux d’acteurs. L’ancrage local et les résistances à l’extension d’une association de défense de l’environnement périurbaine

Territorial structuring of collective action and networks of actors. Local social anchoring and resistance to the expansion of a peri-urban environmental organization Fr
Elodie Dupuit

Résumés

Cet article analyse les réseaux d’acteurs d’une association locale de défense de l’environnement (Environ) et les effets de ces réseaux sur la structuration de la zone géographique d’action de l’organisation. Il s’appuie sur une enquête ethnographique au sein de deux associations implantées dans le quadrant sud-est du périurbain lyonnais. Une attention particulière est portée à la façon dont les relations s’inscrivent dans l’espace et à comment l’espace laisse, en retour, une trace importance sur celles-ci. L’association dispose d’un fort ancrage local, en lien avec l’appartenance de ses membres à des réseaux d’interconnaissance localisés. Les tentatives d’absorption de l’association par la deuxième (La pie verte) se sont heurtées aux rapports de pouvoir entre les deux structures associatives.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis quelques années, la dimension spatiale de l’action collective fait l’objet de nombreuses publications (Auyero, 2005 ; Ripoll, 2005, 2008 ; Déchezelles, Olive, 2016 ; Melé, Neveu, 2019). De nombreux géographes et chercheurs en sciences sociales observent que « l’espace, en tant que construit social et objet d’attachements, n’est pas simplement un arrière-fond contextuel des luttes, mais participe pleinement de la dynamique constitutive des mobilisations, autant qu’il se constitue à travers elles » (Déchezelles, Olive, 2016, p. 10). Ainsi, l’espace est le produit de processus sociaux mais participe, en même temps, à les façonner (Massey, 1994). Dans l’étude des mouvements sociaux, la dimension spatiale peut être prise en compte de différentes manières (Auyero, 2005). Dans ce travail, l’espace est considéré comme « s’inscri[vant] dans un tissu de relations sociales continues dont les modalités ont des répercussions sur les phénomènes sociaux » (Auyero, 2005, p. 126). Les relations qui prennent place dans l’espace jouent un rôle déterminant dans le choix de participer à une action collective (Wolford, 2003, Lichterman, 1996). De plus, les associations, à travers les actions militantes ou les évènements festifs mis en place, peuvent également jouer un rôle dans la création de liens sociaux sur la base de l’appartenance territoriale (Vermeersch, 2006). A l’instar de Patrice Melé et Catherine Neveu (2019), cet article adopte la notion de formes d’engagement locales, plutôt que de conflits, car celle-ci permet de prendre en compte « des modalités d’actions collectives ou de participation à des collectifs qu’il n’est pas possible d’appréhender sous l’angle du conflit » (Melé, Neveu, 2019).

2Ce travail examine les réseaux d’acteurs d’une association de défense de l’environnement et leurs conséquences sur la structuration de la zone d’action géographique de l’association. D’ailleurs, Stéphanie Déchezelles et Maurice Olive (2016) observent que le rôle de l’espace dans la constitution des collectifs reste un mécanisme méconnu de l’action collective. Dans cet article, la question des relations sociales, en lien avec l’action collective, est posée sous deux angles différents. Ainsi, ce travail propose à la fois une analyse de l’ancrage local, en lien avec l’appartenance à des réseaux de relations localisés, des militants de l’association mais aussi celle des hiérarchisations et des relations de domination sociale des membres de cette association par des militants appartenant à une autre association. Un élément important de l’analyse est la façon dont ces relations entre militants prennent place dans l’espace et comment l’espace laisse, en retour, une empreinte importante sur celles-ci.

3Quel rôle jouent l’espace et les relations qui y prennent place dans la constitution du collectif militant ? Comment les rapports sociaux traversent-il les mobilisations et s’inscrivent-ils dans la structuration de la zone géographique d’action de cette association ? Dans quelle mesure les inégalités géographiques et sociales ont-elles des répercussions sur le développement d’un réseau d’acteurs d’actions collectives ?

  • 1 Les noms des deux associations et les prénoms des militants ont été anonymisés.

4Cet article s’appuie sur une enquête, qui a par ailleurs fait l’objet d’une thèse (Dupuit, 2020), au sein de deux associations de défense de l’environnement, Environ et La pie verte1. Situées dans le quadrant sud-est du périurbain lyonnais, elles visent, entre autres, le développement du vélo comme mode de déplacement quotidien. Première association étudiée, Environ, a d’abord été constituée en 1999 autour d’activités de veille écologique, puis s’est élargie à d’autres thématiques, qui touchent différents domaines de la vie quotidienne, dont le vélo compris comme mode de déplacement quotidien. L’association, située à La Tour-du-Pin, compte une douzaine de membres actifs. Elle s’organise en un collectif de sept personnes qui se partagent les responsabilités, telles que la comptabilité ou la rédaction des comptes-rendus de réunions. La deuxième association, La pie verte, se mobilise pour un ensemble de thématiques en faveur de l’environnement et se positionne également sur la question des transports, qui inclut tous les moyens de déplacement et leurs infrastructures. En 2014, La pie verte a ouvert dans le centre-ville de Bourgoin-Jallieu un atelier vélo, La tête dans l’guidon, dans le cadre duquel les bénévoles de l’atelier aident les adhérents à entretenir et réparer leur bicyclette. L’association a également un local à Villefontaine, où se situent ses bureaux. Forte de trois cents adhérents, elle emploie actuellement trois salariés. Si l’engagement en faveur de l’environnement, qu’il soit associatif (Ollitrault, 2008 ; Waldvogel, 2011) ou partisan (Jérome, 2021), a été bien documenté, sa dimension spatiale reste peu étudiée.

  • 2 Les données présentées ici proviennent des dossiers relatifs aux communes du site de l’Institut Nat (...)

5Les mobilisations de ces deux associations prennent place au sein d’un territoire qui ne correspond pas tout à fait à l’image classique du périurbain. Dans ce territoire assez vallonné, les communes les plus importantes (Saint-Quentin-Fallavier (6 083 habitants), Villefontaine (18 808 habitants), L’Isle-d’Abeau (16 169 habitants), Bourgoin-Jallieu (28 494 habitants), La Tour-du-Pin (8 137 habitants)), sont en réalité des villes petites ou moyennes. Elles sont implantées en fond de vallée, le long des axes de transport qui relient Lyon à Grenoble et à Chambéry. Les petites communes, avec un aspect plus campagnard, se trouvent sur les coteaux. Les intercommunalités étudiées sont ainsi organisées autour d’une ou plusieurs villes petites ou moyennes et de villages. Les classes populaires sont relativement présentes sur ce territoire, puisqu’en 2018 les cinq communes précédemment citées comptent davantage d’ouvriers et, à l’exception d’une seule, davantage d’employés dans leur population de 15 ans ou plus que la Métropole de Lyon. Elles ont aussi un revenu médian disponible par unité de consommation inférieur à celui de la Métropole de Lyon2. Le territoire est également marqué par les difficultés économiques. Il s’agit enfin d’un territoire périurbain de type industriel, avec notamment le parc d’activités des Chesnes, sur la commune de Saint-Quentin-Fallavier, qui constitue une des plus importantes zones logistiques de la région.

Carte n° 1 : Carte de localisation

Carte n° 1 : Carte de localisation
  • 3 Source : discussion informelle entre l’auteure et un militant lors d’une visite de terrain

6Pour étudier l’engagement local au sein de ces associations, une démarche ethnographique a été adoptée. L’entretien semi-directif et l’observation participante constituent les deux principales méthodes de recherche. Cet article s’appuie sur vingt-huit entretiens (dont deux collectifs), réalisés entre septembre 2016 et octobre 2017, avec des militants des deux associations. Pour ce qui est de l’observation participante, nous avons, dès le début de l’enquête, fait le choix d’adhérer au collectif Environ. Nous ne sommes, en revanche, jamais devenue adhérente de La pie verte car notre projet d’enquête au sein de l’association n’a jamais été totalement accepté. En effet, un militant de La pie verte nous a indiqué que les membres du conseil d’administration ne souhaitaient pas que nous nous intéressions à « la teneur de [leur] conflit interne3 ». A la différence de l’observation des réunions d’Environ, lors desquelles nous étions une participante invitée au titre de membre d’Environ, dans le cas de La pie verte, les observations, plus rares, ont été réalisées grâce à l’appui d’un membre autorisé, qui a accepté et imposé notre présence.

7Cet article se divise en trois parties. La première partie revient sur les formes d’ancrage local d’Environ et, en particulier, l’appartenance aux réseaux d’interconnaissance locaux des militants du collectif. La deuxième partie examine la volonté d’une partie des militants de La pie verte d’étendre la zone géographique d’action de l’association et ainsi d’absorber Environ. Les relations entre militants d’Environ et de La pie verte, empreintes de domination sociale, qui compromettent les tentatives d’absorption d’Environ par La pie verte, sont au cœur de la troisième partie.

Environ, un collectif fortement ancré localement

  • 4 D’ailleurs, le nom original du collectif Environ contient à la fois un jeu de mots avec la commune (...)

8Cette partie se centre sur l’ancrage local des membres d’Environ. Les militants du collectif Environ sont insérés dans les réseaux de sociabilités locales, en lien avec l’entretien d’un capital d’autochtonie, et s’impliquent sur la scène politique municipale turripinoise4.

  • 5 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ, 25 novembre 2016.
  • 6 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 16 décembre 2016.
  • 7 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ, ancien élu de la CCVT, 3 octobre 2017.
  • 8 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 30 novembre 2016.
  • 9 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ, 12 mai 2017.
  • 10 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 8 novembre 2016.

9Sébastien, un militant d’Environ, semble bénéficier d’une reconnaissance locale. Il est très impliqué dans le collectif Environ : « C’est Sébastien qui est aux affaires5 », et il participe à la plupart des actions : « La personne la plus moteur de l’association et bien c’est vraiment Sébastien6 », « J’ai beaucoup d’estime pour quelqu’un comme Sébastien et puis pour d’autres, parce que c’est des gens qui sont généreux, passionnés, qui donnent de leur temps7 ». Son dévouement est ainsi mis en avant. Il a une personnalité marquante : « Sébastien, bien sûr, c’est notre gourou8 », « C’est quelqu’un qui ne fait pas de vagues mais qui est motivé. C’est un personnage9 ». Un militant de La pie verte déclare également à son propos : « Sébastien à Environ, c’était aussi le monsieur vélo10 ». Il est ainsi identifié comme fortement investi dans les actions menées en faveur du développement du vélo et ses compétences sont reconnues. Il bénéficie ainsi d’une reconnaissance, qui est valable sur La Tour-du-Pin et sa proximité.

  • 11 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 30 novembre 2016.
  • 12 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ, 12 mai 2017.

10L’insertion des militants d’Environ dans les réseaux d’interconnaissance locaux est importante, comme le développe Stéphanie en prenant l’exemple de l’organisation de la première vélorution des Vallons de la Tour en 2014 : « Quand ils [les militants d’Environ] ont vu qu’on faisait une vélorution à soixante à La Tour-du-Pin, ils ont dit “ouaaa”. Parce que nous en fait, la force qu’on a eu entre Laurent, moi et Sébastien, c’est que moi par exemple, je faisais partie d’une association de musique aussi à La Tour-du-Pin. Laurent il était plus dans le groupe politique que moi à l’époque, donc il connaissait très bien Tic et sciences et le groupe politique. Moi j’étais dans la musique et puis Sébastien il avait Environ et d’autres contacts de son côté. Et donc à nous trois, on a rassemblé trois réseaux, donc c’est pour ça que ça a explosé le chiffre. Et finalement, il n’y a pas de secret, les choses elles se font par réseaux11 ». La première année, Stéphanie a été à l’initiative de la vélorution, une manifestation festive à vélo. Elle l’a alors organisée avec Sébastien et Laurent. A cette époque, Sébastien seulement était membre du collectif Environ. Stéphanie le connaissait car elle y avait déjà adhéré durant l’année 2010-2011. Stéphanie explique le succès, en termes de nombre de personnes mobilisées, par le rassemblement des réseaux des trois organisateurs. Comme le montrent les exemples de l’association de musique et de l’association Tic et sciences, la multi-appartenance associative, caractéristique des militants d’Environ, leur permet d’entretenir de larges réseaux. Par exemple, Laurent appartenait à sept associations locales, avec à chaque fois un faible degré d’implication et la multi-appartenance associative lui permettait une préservation de soi, à l’image du militant « affranchi » (Ion et al., 2015). De plus, l’interconnaissance de longue date est très présente au sein des réseaux associatifs de La Tour-du-Pin : « Il y avait un réseau associatif et puis avec des gens qui se sont connus sur les bancs de l’école qui ont continué à vivre là, ça pèse très très lourd12 ». La forte interconnaissance et l’ancrage local des militants semble lié à un effet « petite ville » qui apparaît propre au rural et au périurbain, lorsque celui-ci est composé de villages et de petites villes.

11La forte interconnaissance et l’ancrage local des militants d’Environ se rapproche fortement de la notion de capital d’autochtonie, forgée par Jean-Noël Retière (1991 ; 2003). Cette notion permet de s’intéresser aux relations entre réseau d’interconnaissance localisé et formes d’engagement locales. L’autochtonie est un capital symbolique lié à « l’appartenance à des réseaux de relations localisés » (Renahy, 2010, p. 9). Il s’agit d’« une notoriété acquise et entretenue sur un territoire singulier » (Renahy, op. cit., p. 9). Si la notion a d’abord été mobilisée pour l’étude de l’identité communiste dans la petite ville ouvrière de Lanester, dans le Morbihan (Retière, 1991), l’importance des réseaux familiaux et amicaux pour les jeunes des classes populaires rurales a ensuite été mise en avant dans de nombreux travaux (Renahy, 2005 ; Coquard, 2019 ; Amsellem-Mainguy, 2021). Dans ses travaux, Jean-Noël Retière a souligné « la place centrale que revêtent, pour les classes populaires, le fait et/ou le sentiment d’appartenir à l’espace local dans la participation à la vie publique, au double sens de l’engagement et de l’intérêt a minima manifesté pour la chose publique » (Retière, 2003, p. 122).

12Ce capital est inégalement réparti et contribue à la différenciation et à la hiérarchisation des classes populaires (Retière, 2003). La notion de capital d’autochtonie permet ainsi d’appréhender les classes populaires de manière relationnelle et hiérarchisée (Renahy, 2010). La possession du capital d’autochtonie favorise l’entrée dans des sphères de sociabilité et son manque entraîne une absence de volonté d’y entrer : « le capital d’autochtonie est la ressource essentielle que doivent posséder les classes populaires voulant tisser des liens sociaux ailleurs que dans leur espace privé, tandis que les autres catégories sociales peuvent s’appuyer sur d’autres signes de réussite sociale et/ou de compétence culturelle pour s’en dispenser » (Retière, 2003, p. 133). Si le capital d’autochtonie s’applique aux classes populaires, les militants d’Environ appartiennent aux classes moyennes intermédiaires et inférieures. Toutefois, en suivant la logique de Jean-Noël Retière, il est possible d’affirmer que pour eux, la possession du capital d’autochtonie compte plus car ils possèdent moins de capitaux culturel et économique qu’une partie des militants de La pie verte, qui ne sont pour autant pas dépourvus de capital d’autochtonie. Plus largement, comme indiqué plus haut, dans le périurbain, les ménages modestes sont de plus en plus présents avec l’éloignement du centre des villes. Ainsi, il est possible d’émettre l’hypothèse que plus le périurbain est lointain, plus la possession de capital d’autochtonie devient déterminante pour l’engagement.

13Le réseau de relations sociales des membres d’Environ s’est également construit sur la scène politique municipale. Stéphanie avait eu des contacts avec le maire de La Tour-du-Pin, Alain Richit (maire PS de mars 2008 à mars 2014), au cours du mandat de celui-ci. Lors de la constitution de sa liste électorale en 2013, ce dernier l’a sollicitée. Alain Richit a pensé à Stéphanie pour constituer sa liste électorale car, comme Sébastien, elle bénéficie d’une reconnaissance locale, valable sur la commune de La Tour-du-Pin et sa proximité. Bénéficier d’un capital d’autochtonie permet en effet d’accéder à de nombreuses ressources car « le fait d’appartenir à un groupe d’interconnaissance n’est pas une donnée neutre, mais est au contraire susceptible d’avoir un poids sur différents marchés (politique, du travail, matrimonial, associatif, etc.) » (Renahy, 2010, p. 9). La notion, qui repose sur l’interconnaissance sur des bases localisées, se traduit en effet le plus souvent par la prise de responsabilités municipales, sur la scène institutionnelle (Girard, 2014 ; Retière, 2003). Ainsi, Stéphanie a connu l’équipe politique de gauche d’Alain Richit, en participant à la campagne municipale en 2013. Elle y a également rencontré Laurent. Lors des élections municipales de 2014, cette équipe n’a pas été reconduite. Actuellement, Stéphanie, tout comme Laurent et Sébastien, font partie du collectif Environ. Le réseau social des membres d’Environ semble restreint spatialement, sur La Tour-du-Pin et les environs, mais fort.

  • 13 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 30 novembre 2016.
  • 14 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 9 juin 2017.
  • 15 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ et de La pie verte, 19 octobre 2016.
  • 16 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ, 12 mai 2017.

14Certains membres d’Environ sont insérés dans les réseaux municipaux dans la mesure où ils ont été élus ou sont des proches d’élus. Stéphanie, dont il vient d’être question, déclare ainsi : « Et là [pendant la campagne], j’ai connu d’autres membres d’Environ, c’est comme ça que je suis revenue encore sur ce réseau-là13 ». Elle fait ici notamment référence à Martine, qui était élue au développement durable et à l’environnement pendant le mandat d’Alain Richit. Dans le court extrait suivant, Martine parle de ses préoccupations pendant son mandat : « On était très motivés sur les déplacements doux et puis nos collègues élus étaient moyennement motivés. […] Nos collègues élus faisaient la sourde oreille, surtout le maire14 ». Martine a, de ce fait, occupé une position relativement marginale au sein de l’équipe municipale. Par ailleurs, un autre militant d’Environ est conseiller municipal de Saint-Jean-de-Soudain (commune voisine de La Tour-du-Pin) depuis mars 2014, et a été vice-président à l’environnement et au développement durable à la Communauté de communes des Vallons de la Tour entre juin 2015 et décembre 2016. De plus, plusieurs membres du collectif Environ entretenaient des relations proches avec des élus communaux, comme le déclare Fabienne : « À Environ, il y avait des gens qui étaient adhérents, qui étaient les époux et les épouses d’élus15 ». Un militant d’Environ affirme ainsi : « Ma femme, elle a été adjointe à La Tour pour le social. Elle a fini par tout envoyer balader, elle a fini par s’opposer au maire […] parce que le social, l’environnement, c’était toujours la dernière roue de la charrette16 ». De même que dans le cas de Martine, la femme de ce militant, tout en étant élue municipale, occupait une position marginalisée.

  • 17 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 21 février 2017.

15De plus, dans les grandes villes, les associations peuvent plus facilement grossir, en termes de nombre de militants, car le vivier est plus important. La situation semble différente dans le périurbain lointain, comme le déclare une militante d’Environ : « C’est vrai que ça n’attire quand même pas énormément de gens, (…) c’est toujours les mêmes. (…) On s’aperçoit que c’est les mêmes personnes sur La Tour-du-Pin qui sont sensibilisées à ces notions d’environnement17 ». En retour, le relativement faible nombre de militants contribue à la forte interconnaissance entre ceux-ci. De plus, les militants, selon s’ils sont urbains ou périurbains, ne disposent pas des mêmes ressources. Par exemple, les fédérations se situent le plus souvent à Paris ou ont des sièges régionaux dans des grandes villes, il est donc plus facile pour les militants urbains de s’y rendre, alors que dans le périurbain, la difficulté des déplacements s’accroît avec l’éloignement. D’ailleurs, Environ n’est affilié à aucune fédération nationale. Il est possible d’émettre l’hypothèse que loin des centres, le militantisme tend à être plus local, d’autant plus que, comme indiqué plus haut, dans ces espaces éloignés des grandes villes, le capital d’autochtonie compte plus.

  • 18 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ, 25 novembre 2016.
  • 19 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ, 12 mai 2017.
  • 20 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ et de La pie verte, 19 octobre 2016.

16La proximité apparaît fondamentale dans le fonctionnement d’Environ, comme l’observe Nathan, un militant résidant à Bourgoin-Jallieu, mais qui a choisi de s’impliquer dans le collectif car il a noué davantage de liens d’amitié avec les membres d’Environ qu’avec ceux de La pie verte : « La proximité c’est très important et je dirais, moi qui suis à Bourgoin, je suis déjà, disons, un petit peu à l’écart des prises de décision parce que les gens, ce n’est pas par méchanceté, vous avez Sébastien, vous avez d’autres personnes, des gens qui font partie du collectif, qui sont à La Tour-du-Pin. Eux ils ont tendance à se croiser plus facilement que moi, c’est-à-dire ils vont faire leurs courses au marché, ils se croisent, ils discutent. Quand ils se croisent, ils vont parler des problématiques de l’association18 ». La majorité des membres d’Environ résidant à La Tour-du-Pin ou dans des communes à proximité immédiate, les probabilités de rencontre dans des situations du quotidien sont importantes, compte-tenu de la taille des communes concernées. Dans ce cadre, les discussions en dehors des réunions formelles du collectif sont l’occasion de maintenir des liens affectifs, tout en échangeant des informations et en prenant des décisions pour Environ. Ainsi, le groupe se construit d’abord dans la proximité. Il s’agit par ailleurs d’un groupe où préside une logique de copains. Le cas de Florence, une militante d’Environ, illustre bien cette idée. Le père de Florence, lui-même militant d’Environ, déclare que celle-ci s’est jointe au collectif car une de ses amies en faisait déjà partie : « Là, c’est un groupe de copines que moi j’ai connu par ma fille, et elle, elle est venue par Sonia. […] Au départ, c’était plus Sonia qui était venue, oui, c’est Sonia qui est venue la première je crois19 ». Une très forte interconnaissance caractérise ainsi le collectif Environ. Dans ce cadre, l’important pour eux n’est pas de s’étendre mais d’exister comme groupe. Dans le même ordre d’idées, une militante du collectif déclare : « Je pense que les gens étaient quand même attachés à ce que quelque chose reste localement sur La Tour-du-Pin et les environs20 ». Si l’association investit majoritairement La Tour-du-Pin et ses environs, cela est d’abord à interpréter comme une manifestation du localisme qui est propre au groupe.

La pie verte, une association plus institutionnalisée, voulant intégrer Environ pour s’étendre géographiquement

17Cette partie se centre sur les raisons pour lesquelles La pie Verte souhaite étendre son territoire d’action et sur les craintes des membres d’Environ liées à cette volonté d’extension.

  • 21 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 11 octobre 2017.

18La pie verte est née en 2008 du regroupement de plusieurs associations locales de défense de l’environnement implantées dans le Nord-Isère et partageant des objectifs communs. Certaines associations à l’origine de La pie verte ont complétement été dissoutes dans cette nouvelle structure, tandis que d’autres conservent une faible activité, ou que d’autres existent encore administrativement mais n’ont plus d’activité, comme le déclare un membre d’une de ces associations : « Nous on existe sur papier, mais elle existe plus dans la réalité21 ».

  • 22 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 10 janvier 2017.

19Le nom original de La pie verte rappelle sa volonté d’agir sur une zone étendue correspondant au nord du département de l’Isère. Toutefois, tous les militants de La pie verte ne s’accordent pas tout à fait sur le territoire d’action de l’association : « Notre territoire d’action il est défini le long de la Bourbre, globalement le long de la Bourbre, entre La Tour-du-Pin et Grenay22 ». D’autres militants déclarent que la zone d’action de l’association correspond à trois intercommunalités : la Communauté d’agglomération Porte de l’Isère (CAPI), la Communauté de communes des Collines du Nord Dauphiné (CCCND) et l’ancienne Communauté de communes des Vallons de la Tour (CCVT). Cette dernière communauté de communes a fusionné, au 1er janvier 2017, avec trois autres communautés de communes pour former la Communauté de communes des Vals du Dauphiné (CCVD).

  • 23 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 11 octobre 2017.
  • 24 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 7 février 2017.

20Le regroupement des associations locales permet, par la mise en commun des fonds, le recrutement de salariés, comme le mentionnent certains militants de La pie verte : « C’était pour être plus efficace. Une association ne peut pas se payer un permanent, des associations regroupées peuvent le faire23 ». Un autre militant ajoute : « Chaque association était trop petite pour avoir des salariés donc on a fédéré les associations avec l’idée d’avoir une structure qui soit assez grande pour pouvoir avoir des salariés parce que ça permet quand même un fonctionnement plus important24 ». Le regroupement est ainsi, entre autres, envisagé dans une optique de professionnalisation de La pie verte. Une convention, valable pour trois ans, a été signée en 2014 entre la CAPI et La pie verte. Cette convention a pour objectif de contribuer aux dépenses d’investissement et de fonctionnement réalisées par La pie verte dans le cadre de la mise en place de l’atelier vélo. La convention a été renouvelée pour 2017-2020. La convention prévoit également l’intervention de La pie verte sur des évènements organisés par la CAPI, comme des formations vélo école ou des ateliers mobiles. Elle engage aussi l’association à participer aux groupes de travail pilotés par les services techniques de la CAPI et à réaliser des comptes-rendus des actions réalisées lors de ceux-ci. Ces modalités de financement « permettent aux bailleurs publics de formater l’action des associations et de l’articuler aux programmes d’action qu’ils mettent en place au niveau local » (Tchernonog, 2012, p. 16).

  • 25 Entretien de l’auteure avec une militante de La pie verte, 7 mars 2017.
  • 26 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 11 octobre 2017.

21En plus de permettre la professionnalisation de l’association, le regroupement rend le poids politique de l’association plus important, comme le soulignent ces militants : « [Quand les associations n’étaient pas regroupées,] c’était un peu chacun chez soi et l’adage qui dit l’union fait la force, c’était un peu ça, c’était un petit peu ça, se faire entendre25 » ; « Quand vous êtes une petite association de rien, vous êtes reconnus par qui ? Pour pas grand-chose. Quand vous êtes plus gros et quand il y a des projets qui posent problème, quand on s’exprime, on a une voix qui porte26 ». Le regroupement a ainsi permis à La pie verte de devenir un acteur important sur la scène politique locale.

  • 27 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ et de La Pie verte, 19 octobre 2016.
  • 28 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ et de La Pie verte, 19 octobre 2016.
  • 29 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 16 décembre 2016.
  • 30 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 7 février 2017.
  • 31 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 10 janvier 2017.

22Les militants d’Environ déclarent qu’aujourd’hui le collectif adhère à La pie verte : « On est adhérents au final, on est adhérents de La pie verte. Au même titre que toi, par exemple, tu pourrais adhérer à La pie verte. On adhère en tant qu’association27 » ; « L’association Environ c’est une association qui n’est pas fédérée mais adhérente de La pie verte. Elle ne s’est pas dissoute dans La pie verte parce qu’il y avait un certain nombre d’adhérents d’Environ qui ne le souhaitaient pas28 ». La question de l’intégration d’Environ à La pie verte s’est posée à deux reprises, lors de la création de La pie verte puis lorsque l’ancienne présidente d’Environ a voulu se désinvestir de ce rôle, mais les militants d’Environ ont à chaque fois refusé : « Pour [l’intégration], il n’y avait pas tellement d’arguments, si ce n’est la passivité. C’était une option par défaut29 ». Dans ce cadre, certains militants de La pie verte considèrent que le collectif Environ a un fonctionnement indépendant du leur et semblent indifférents à cette situation : « La pie verte devait plus ou moins intégrer Environ, ça ne s’est pas fait donc Environ continue son petit chemin dans son coin30 » ; « Environ a sa propre vie indépendamment de La pie verte, ce qui n’est pas gênant31 ».

  • 32 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 26 janvier 2017.
  • 33 Source : doc. cit.
  • 34 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 8 novembre 2016.
  • 35 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ et de La pie verte, 19 octobre 2016.

23Très peu de membres de La Pie Verte habitent dans la Communauté de communes des Vallons de la Tour, hormis deux militants appartenant également au collectif Environ (mais qui s’investissent majoritairement dans Environ). La plupart des adhérents de La pie verte résident sur le territoire de la CAPI : « J’avais regardé il y a deux, trois ans, 95 %, 98 % des adhérents de La pie verte sont sur le territoire de la CAPI32 » ; « On doit être à 80 % [de bénévoles] de la CAPI33 ». Dans ce cadre, intégrer Environ serait revenu à étendre dans les faits le périmètre d’action de La pie verte, qui est annoncé comme allant jusqu’à La Tour-du-Pin. Des militants relèvent l’ambiguïté de la situation : « Entre guillemets, on sous-traite, sans sous-traiter, tout en sous-traitant à l’association Environ du côté des Vallons de la Tour34 » ; « On a pu considérer Environ un peu comme une antenne plus locale de La pie verte, comme relai aussi d’informations. […] Après on [le collectif Environ] est des interlocuteurs privilégiés s’il y a un truc qui concerne La Tour-du-Pin ou les environs de La Tour-du-Pin35 ».

  • 36 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 26 janvier 2017.

24Le vice-président « Transports et déplacements » de La pie verte, Pierre, déclare à propos des relations de l’association avec le collectif Environ : « On échange oui, on échange toujours, moi moins parce que je les connais moins mais je sais que Gilles [le salarié de l’atelier vélo] les connaît bien. Ils ont été pendant un moment membres du CA de La pie verte. Ils ne le sont plus parce que les problèmes de déplacements et puis aussi ils sont plutôt en repli, ils ne se développent pas non plus beaucoup, donc là ça dépend beaucoup d’eux. Ils ont une vieille association qui s’appelle Environ. Nous on leur a proposé d’intégrer La pie verte, ils ne l’ont pas fait. […] Mais il n’y a aucune raison que La pie verte, s’ils l’acceptent localement, il n’y a aucune raison qu’on n’y aille pas. C’est à eux de faire la demande36 ». Pierre considère Environ comme une association peu dynamique et dépourvue de volonté de développement. Il identifie des résistances de la part d’Environ à l’élargissement du territoire d’action de La pie verte. Les refus d’Environ semblent avoir déplu aux militants de La pie verte, qui attendent maintenant que le collectif se manifeste s’il souhaite intégrer La pie verte. Pierre relève une proximité entre les militants d’Environ et les bénévoles de l’atelier vélo, qui n’est pas forcément réelle.

  • 37 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 9 juin 2017.

25La proposition de La pie verte d’intégrer Environ a été perçue comme un projet imposé au collectif, comme le déclare une militante de ce dernier : « Il y a un certain nombre de gens au niveau du conseil d’administration de La pie verte qui voulaient absolument qu’Environ se fonde dans La pie verte. […] Ça permettait d’avoir la visibilité d’une seule association. […] C’est des problèmes de personnes, des gens qui veulent faire des hégémonies. C’était plus facile de dire on est de Saint-André-le-Gaz à Heyrieux s’il n’y avait pas une association aussi. […] Il y a eu des pressions dans ce sens-là37 ». Derrière la volonté d’intégration d’Environ, cette militante identifie une stratégie politique des militants de La pie verte. En effet, l’intégration d’Environ aurait permis à La pie verte d’être plus facilement identifiable par les élus et de devenir leur unique interlocuteur sur le Nord-Isère. L’utilisation du mot « hégémonie » suggère que la proposition d’intégration d’Environ était perçue comme une volonté des militants de La pie verte de les dominer et de se revendiquer de l’ensemble du territoire du Nord-Isère.

  • 38 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ et de La pie verte, 10 décembre 2016.
  • 39 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 16 décembre 2016.

26Dans un ordre d’idées similaire, un militant d’Environ développe leur crainte de la prééminence de La pie verte : « Après Environ a refusé d’être intégré dans La pie verte. […] On a un peu peur que La pie verte bouffe Environ, c’est tout. Mais ils font la même chose, ils ont les mêmes objectifs je pense. La pie verte c’est juste 200 personnes, ou 120 je crois, Environ c’est 1038 ». De nombreux autres militants soulignent que le nombre de membres actifs du collectif est faible par rapport à celui de La pie verte : « On est les petits poucets quoi39 ». Ainsi, les militants d’Environ craignent de disparaître dans une entité plus importante. De plus, contrairement à La pie verte, Environ, dans une volonté d’indépendance vis-à-vis de la collectivité, ne demande pas de subvention à la municipalité de La Tour-du-Pin.

  • 40 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 26 janvier 2017.

27Une partie des militants de La pie verte s’implique à des échelles qui dépassent le local. Ainsi, certains ont été membres des Verts puis d’Europe Ecologie Les Verts (EELV), mais ne le sont plus aujourd’hui. Un militant a été président de l’union régionale de la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature (FRAPNA). Le vice-président « Transports et déplacements » est actuellement membre national de France Nature Environnement (FNE) et fait partie de la commission transport de cette fédération. Il développe une vision aboutie de l’articulation entre échelles locales et nationales : « Il y a des responsables associatifs qui ne sont que nationaux, ils vont avoir des discours à l’échelle nationale, je leur dis ”vous savez localement comment ça [se passe]“, il faut avoir quand même ce côté itératif entre ce qui est vécu réellement localement et comment on peut voir lorsqu’on essaie de faire des textes d’évolution […] ça permet de garder les pieds sur terre d’une part si on est local et puis en même temps localement ça nous permet aussi, quand on sait ce qu’il se passe nationalement, moi ça me permet d’avancer des pions parce que je sais que nationalement ça va suivre40 ». Pour ce militant, les associatifs nationaux, sans lien avec le local, tendent à tenir des discours sans fondements empiriques. Ainsi, pour lui, l’action locale est au contraire ancrée dans le concret. Savoir ce qu’il se passe au niveau national permet au vice-président de commencer à parler des futures lois, afin de préparer les élus locaux aux changements à venir. Jouer sur ces deux échelles lui permet également d’élaborer des stratégies locales pour soutenir des demandes nationales d’avancées. Sur le plan associatif national, La pie verte parvient à peser dans certaines décisions. Ainsi, dans le cadre du congrès 2018 de la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB), qui se tenait à Lyon, une conférence/débat a été organisée par La pie verte sur le territoire de la CAPI, à l’Isle-d’Abeau, avec la présence d’un enseignant-chercheur, du président de la FUB et de militants et d’élus locaux.

Une volonté d’intégration compromise par les conséquences de la domination sociale d’une partie des militants de La pie verte sur ceux d’Environ

28La résistance du collectif Environ à l’intégration au sein de La pie verte s’explique en partie par la domination sociale de certains militants sur d’autres et par le sentiment d’indifférence, voire de déconsidération, qu’elle entraîne.

  • 41 Dans le cadre de la thèse (Dupuit, 2020), ces distinctions entre militants ont fait l’objet d’une t (...)

29Au sein de La pie verte, une partie des militants est fortement dotée en capital culturel légitime et, dans une moindre mesure, en capital économique. Ces militants occupent des postes à responsabilité au sein de La pie verte, ils font partie du bureau ou du conseil d’administration. Comme évoqué précédemment, quelques-uns exercent également des responsabilités associatives au niveau régional ou national. Ils occupent des professions qualifiées, la plupart du temps dans un domaine technique, en lien avec les objectifs de l’association : chargé d’étude en déplacements et transports, ingénieur dans l’industrie pétrochimique, conseiller en communication pour les industriels s’occupant notamment d’une plate-forme européenne pour la gestion soutenable du phosphore par exemple. Les militants d’Environ appartiennent à des strates des classes moyennes moins dotées en capital culturel légitime et en capital économique : technicien en recherche et développement, infirmière, institutrice, travail dans la mécanique pour les sections de productique en lycées professionnels, pour citer quelques-unes de leurs professions41.

  • 42 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ et de La pie verte, 19 octobre 2016.

30La domination sociale des militants de La pie verte sur ceux d’Environ est perçue par ces derniers. C’était en particulier le cas lors des conseils d’administration de La pie verte, auxquels deux militants d’Environ ont un temps participé, comme le déclare Sébastien : « C’est vrai qu’à cette époque, il y avait peut-être plus d’échanges [entre Environ et La pie verte]. Pendant un certain temps, j’ai été au CA de La pie verte. […] Mais à un moment donné, je ne me sentais plus de tout mener de front. La pie verte ça aborde aussi plein d’autres thématiques, il y avait plein de choses où je me sentais inutile. Ma présence pour moi n’apportait strictement rien 99 % du temps dans la réunion. Donc j’avais un peu levé le pied par rapport à ça. […] Pour le côté veille environnementale et veille écologique, ils ont beaucoup plus d’expérience. Nous, on est en veille dans le sens où on essaie d’être attentifs à ce qui se fait, être à l’écoute aussi de ce qu’on pourrait nous faire remonter. Mais on ne dédie pas du temps à sillonner le territoire et à essayer de détecter tout ça42 ». Ce militant souligne que La pie verte s’intéresse à de nombreux sujets qui ne sont pas dans le cœur de préoccupation du collectif Environ et sur lesquels le militant n’avait pas de plus-value à apporter. Le travail de veille environnementale d’Environ étant moins important que celui de La pie verte, les militants d’Environ avaient moins de sujets à aborder lors des conseils d’administration de La pie verte.

  • 43 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ et de La pie verte, 19 octobre 2016.

31De plus, les formes d’engagement entre militants d’Environ et certains membres de La pie verte diffèrent. Les membres d’Environ ne partagent pas la même approche de la promotion du vélo que les militants de La pie verte : « Eux, dès le départ, ils étaient beaucoup plus militants, beaucoup plus, j'allais dire techniciens. Il y a des militants qui acquièrent des compétences techniques et puis il y a d'autres militants qui vont être militants sans avoir un potentiel d’arguments techniques. Nous on était plutôt militants pour rencontrer les gens, leur poser les problèmes, leur dire : “il faut se poser telle ou telle question”43 ». Cette militante développe la différence qu’elle perçoit entre une partie des militants de La pie verte et certains militants d’Environ. Elle décrit les militants d’Environ par l’absence de compétences techniques. En effet, certains militants de La pie verte occupent des professions en lien avec les objectifs de l’association et peuvent ainsi réinvestir leurs savoirs professionnels dans la sphère associative. C’est notamment le cas lors des groupes de travail avec les services techniques de la CAPI. Les membres d’Environ se sentent ainsi moins en capacité d’agir auprès des collectivités.

  • 44 Source : doc. cit.

32La domination d’une partie des militants de La pie verte sur ceux d’Environ s’est traduite par une faible attention portée au territoire de La Tour-du-Pin et sa proximité, comme l’observe une militante d’Environ, Fabienne : « L’expérience a montré que c’était quand même très difficile de faire valoir des choses qui se passaient ici au sein de La pie verte, au conseil d’administration. […] Ils avaient déjà pointé tous les problèmes qu’il y avait sur leur secteur là-bas [la CAPI], et donc du coup on allait à des conseils d’administration où pendant une heure et demie, on parlait des problèmes locaux de l’ouest44 ». Dans ce cadre, l’intégration d’Environ au sein de La pie verte aurait probablement entraîné un délaissement du territoire des Vallons de la Tour. Or, certains militants d’Environ sont très attachés à l’espace local. Dans le cas de ces militants, le sentiment d’appartenance territoriale et l’attachement au lieu conduisent à l’engagement et à la mobilisation collective (Senbécé, 2004 ; Sébastien, 2016). L’espace semble alors se caractériser par une modalité d’appropriation « existentielle », se définissant comme le « sentiment de se sentir à sa place voire chez soi quelque part » (Ripoll, Veschambre, 2005, p. 5). Notons toutefois que l’engagement n’entretient pas toujours un lien étroit avec un sentiment d’appartenance territorial (Neveu, 2004).

  • 45 Source : doc. cit.

33L’implication des militants d’Environ aux conseils d’administration de La pie verte avait par ailleurs introduit des contraintes liées aux lieux de réunions, comme le développe Fabienne : « Mais ça rajoutait des réunions du conseil d’administration, de temps en temps c’était ici [à La Tour-du-Pin], mais c’était vraiment rarissime. Quand c’était ici, il n’y avait pratiquement personne des gens de l’ouest qui venait45 ». Cette militante souligne l’inégale distribution des réunions du conseil d’administration de La pie verte, entre celles prenant place à Bourgoin-Jallieu et à Villefontaine et celles ayant lieu à La Tour-du-Pin. La majorité des réunions avait lieu sur le territoire de la CAPI, suggérant ainsi que les militants de La pie verte considéraient que c’était à ceux d’Environ de se déplacer. Le faible nombre de militants de La pie verte se rendant aux réunions prenant place à La Tour-du-Pin corrobore cette interprétation. En effet, dans les mouvements contestataires, le choix des lieux de réunion est porteur de sens pour les participants et a ainsi des conséquences sur la participation ou son absence (Nez, 2016). De plus, la « co-présence », dimension essentielle des mouvements de contestation, est à la fois permise, tout en étant limitée, par l’espace physique (Auyero, 2005). Ainsi, dans les territoires moins denses étudiés, les distances qui séparent les militants sont plus importantes que dans les centres des villes et créent des contraintes sur les déplacements vers les lieux de réunions, qui ne se posent pas, ou de façon différente, en milieu urbain. Dans les zones périurbaines, l’espace physique contraint la « co-présence » et a ainsi des effets sur les mobilisations.

  • 46 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 9 juin 2017.
  • 47 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ et de La pie verte, 19 octobre 2016.
  • 48 Les données proviennent des dossiers relatifs aux communes du site de l’Institut National de la Sta (...)

34Le refus d’intégration au sein de La pie verte s’appuie également sur la revendication de caractéristiques sociales et géographiques spécifiques à la CCVT : « Ils [La pie verte] sont bien occupés sur la CAPI. Je ne vais pas revenir sur les vieux trucs mais j’ai toujours dit qu’en fait ce n’étaient pas les mêmes espaces, les mêmes populations, les mêmes bassins de vie, la CAPI et les Vallons de la Tour, qu’on avait tendance à tout tirer à l’ouest alors qu’en fait il y avait aussi une réalité de vie ici. […] Il y a quand même une réalité qui est différente que ce qu’il y a sur le secteur de Bourgoin46 ». Une militante ajoute : « Et puis le secteur géographique ne se présente pas de la même façon. Ici [à La Tour-du-Pin], la vallée est bien plus étroite et on est beaucoup plus loin. Ici, il y a pas mal de gens qui sont tournés plus sur Grenoble aussi que sur Lyon. Et c’est quand même une zone plus rurale47 ». Ainsi, l’association entre les deux secteurs, de la CAPI et des Vallons de la Tour, peut poser question. Les différences entre les Vallons de la Tour et la CAPI sont en effet relativement importantes : La Tour-du-Pin est plus périphérique, à plusieurs titres. La commune se situe plus loin dans la couronne périurbaine lyonnaise, à une cinquantaine de kilomètres du centre-ville de Lyon, alors que Bourgoin-Jallieu et Villefontaine se trouvent respectivement à environ 35 km et 25 km de Lyon. De plus, La Tour-du-Pin (8 137 habitants) est un plus petit pôle que Bourgoin-Jallieu (28 494 habitants) et Villefontaine (18 808 habitants)48. La CAPI est ainsi un territoire relativement urbanisé, avec plusieurs villes petites ou moyennes alors que les Vallons de la Tour ont un caractère plus rural et sont structurés autour d’une seule petite ville. Le centre de La Tour-du-Pin, et plus largement la commune entière, est plus pauvre que les communes de Bourgoin-Jallieu et Villefontaine. Dans le cas du Nord-Isère, et comme souvent dans le périurbain, l’éloignement du centre se traduit par un gradient des catégories socio-professionnelles. La « mosaïque périurbaine » (Bacqué et al., 2016) regroupe en effet des territoires et des habitants aux trajectoires très différentes (Dodier et al., 2012). Ainsi, dans le périurbain proche, les fractions les plus aisées des classes moyennes sont surreprésentées alors que les ménages populaires s’installent dans le périurbain plus lointain (Jaillet, 2004 ; Berger, 2004). Ainsi, le long de l’extension périurbaine, les relations entre militants sont également structurées par des rapports de classe, ou des rapports entre fractions de classe.

Conclusion

35Cet article examine les différentes dimensions spatiales explorées par l’association de défense de l’environnement Environ. Les relations sociales qui prennent place dans l’espace jouent un rôle dans la structuration du territoire de l’action collective d’Environ. En effet, l’ancrage local des membres d’Environ, en lien avec l’appartenance à des réseaux locaux d’interconnaissance, contribue à la volonté du groupe de conserver un territoire d’action restreint et se révèle ainsi un obstacle à l’élargissement de leur réseau d’acteurs d’actions collectives. Les résistances d’Environ à l’absorption dans La pie verte peuvent aussi être interprétées comme une volonté de maintien des conditions de reproduction du groupe, qui se définit par un fort localisme. Dans la littérature, les mobilisations visant à défendre un espace sont parfois lues « comme autant de tentatives, non pas tant de clôture sur un groupe, que de maintien de certains modes d’être spatialisés » (Déchezelles, Olive, 2016, p. 18). Dans ce texte, ce n’est pas une mobilisation, mais la constitution de la zone géographique d’action du collectif, qui permet le maintien de certains modes d’être et pratiques spatiales.

36Plusieurs facteurs participent aux rapports de pouvoir entre les deux organisations associatives, freinant ainsi le développement d’un réseau large d’acteurs d’actions collectives. La domination sociale par les membres de La pie verte est perçue par les militants d’Environ. Les différences en termes de classes rendent ainsi difficiles le maintien d’un réseau entre militants, les membres d’Environ ressentant un sentiment d’indifférence à leur égard. L’espace imprime également une marque sur les relations sociales. En effet, les militants d’Environ revendiquent des caractéristiques sociales et géographiques propres à leur territoire d’action et ainsi ne partagent pas un sentiment d’appartenance territorial commun avec ceux de La pie verte. L’attachement au lieu est un facteur de l’action collective : ils tiennent à ce que les espaces vécus de leur quotidien correspondent aux espaces pour lesquels ils se mobilisent. De plus, les différentes logiques de financements entre Environ et La pie verte, ainsi que les différentes formes d’engagement, permettent à la seconde structure associative de peser davantage sur la scène politique locale et sur les décisions locales concernant l’environnement.

Haut de page

Bibliographie

AMSELLEM-MAINGUY Y., 2021, Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural, Paris, Presses de Sciences Po.

AUYERO J., 2005, L’espace des luttes. Topographie des mobilisations collectives, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 160, vol. 5, p. 122-132.

BACQUÉ M-H., CHARMES E., LAUNAY L., VERMEERSCH S., 2016, Des territoires entre ascension et déclin : trajectoires sociales dans la mosaïque périurbaine, Revue française de sociologie, vol. 57, n° 4, p. 681-710.

BERGER M., 2004, Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée, Paris, CNRS Éditions.

COQUARD B., 2019, Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin, Paris, La Découverte.

DECHÉZELLES S., OLIVE M., 2016, Lieux familiers, lieux disputés : dynamiques des mobilisations localisées, Norois, n° 238-239, p. 7-21.

DODIER R., CAILLY L., GASNIER A., MADORÉ F., 2012, Habiter les espaces périurbains, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

DUPUIT E., 2020, Quand le périurbain est militant : l’engagement associatif local en faveur de l’environnement, thèse de doctorat en géographie, aménagement et urbanisme, Lyon, Université de Lyon.

GIRARD V., 2014, Des classes populaires (encore) mobilisées ? Sociabilité et engagements municipaux dans une commune périurbaine, Espaces et sociétés, vol. 1, n° 156-157, p. 109-124.

ION J., FRANGUIADAKIS S., VIOT P., 2005, Militer aujourd’hui, Paris, Editions Autrement, 2005.

JAILLET M-C., 2004, L’espace périurbain. Un univers pour les classes moyennes, Esprit, n° 303, p. 40-62.

JÉROME V., 2021, Militer chez Les Verts, Paris, Presses de Sciences Po.

LAIGLE L., OEHLER V., 2004, Les enjeux sociaux et environnementaux du développement urbain : la question des inégalités écologiques, Rapport final du CSTB, pour le PUCA-MELT.

LICHTERMAN P., 1996, The search for political community: American activists reinventing commitment, Cambridge, New York, Cambridge University Press.

MASSEY D., 1994, Space, Place, and Gender, Minneapolis, University of Minnesota Press.

MELÉ P., NEVEU C., 2019, Rapports à l’espace et formes d’engagement. Attachements, territorialisation, échelles d’action, L’Espace Politique (en ligne), n° 38, https://doi.org/10.4000/espacepolitique.6681

NEVEU C., 2004, Une petite “fabrique du territoire“ : quartier et citoyenneté à Roubaix, Ethnologie française, n° 1, vol. 34, p. 59-66.

NEZ H., 2016, Pour une analyse spatiale de la délibération. Dispositifs participatifs et mouvements sociaux en France et en Espagne, SociologieS (en ligne), https://doi.org/10.4000/sociologies.5590

Ollitrault S., 2008, Militer pour la planète. Sociologie des écologistes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

RENAHY N., 2005, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte.

RENAHY N., 2010, Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usage d’une notion, Regards sociologiques, n° 40, p. 9-26.

RETIÈRE J-N., 1991, La sociabilité communautaire, sanctuaire de l’identité communiste à Lanester, Politix, n° 13, vol. 4, p. 87-93.

RETIÈRE J-N., 2003, Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire, Politix, n° 63, vol. 16, 2003, p. 121-143.

RIPOLL F., VESCHAMBRE V., 2005, L’appropriation de l’espace comme problématique, Norois, n° 195, p. 7-15.

RIPOLL F., 2005, S’approprier l’espace... ou contester son appropriation ? Une vue des mouvements sociaux contemporains, Norois, n° 195, p. 29-42.

SÉBASTIEN L., 2016, L’attachement au lieu, vecteur de mobilisation collective ? Étude de cinq territoires ruraux, Norois, n° 238-239, p. 23-41.

SENCEBÉ Y., 2004, Être ici, être d’ici. Formes d’appartenance dans le Diois (Drôme), Ethnologie française, n° 1, vol. 34, p. 23-29.

VERMEERSCH S., 2006, Liens territoriaux, liens sociaux : le territoire, support ou prétexte ? Espaces et sociétés, n° 126, p. 53-68.

TCHERNONOG V., 2012, Le secteur associatif et son financement, Informations sociales, n° 172, vol. 4, p. 11-18.

WALDVOGEL C., 2011, Imposer « l’environnement ». Le travail révélateur des associations alsaciennes (1965-2005), Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg.

WOLFORD W., 2003, Families, Fields, and Fighting for Land: The Spatial Dynamics of Contention in Rural Brazil, Mobilizations, 2, vol. 8, p. 157-172.

Haut de page

Notes

1 Les noms des deux associations et les prénoms des militants ont été anonymisés.

2 Les données présentées ici proviennent des dossiers relatifs aux communes du site de l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques : INSEE, 2018 [url : https://insee.fr], consulté le 4 octobre 2021.

3 Source : discussion informelle entre l’auteure et un militant lors d’une visite de terrain

4 D’ailleurs, le nom original du collectif Environ contient à la fois un jeu de mots avec la commune de La Tour-du-Pin, qui n’a pas pu être conservé lors de l’anonymisation, et une référence à la proximité, maintenue cette fois avec l’anonymisation.

5 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ, 25 novembre 2016.

6 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 16 décembre 2016.

7 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ, ancien élu de la CCVT, 3 octobre 2017.

8 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 30 novembre 2016.

9 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ, 12 mai 2017.

10 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 8 novembre 2016.

11 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 30 novembre 2016.

12 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ, 12 mai 2017.

13 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 30 novembre 2016.

14 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 9 juin 2017.

15 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ et de La pie verte, 19 octobre 2016.

16 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ, 12 mai 2017.

17 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 21 février 2017.

18 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ, 25 novembre 2016.

19 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ, 12 mai 2017.

20 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ et de La pie verte, 19 octobre 2016.

21 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 11 octobre 2017.

22 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 10 janvier 2017.

23 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 11 octobre 2017.

24 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 7 février 2017.

25 Entretien de l’auteure avec une militante de La pie verte, 7 mars 2017.

26 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 11 octobre 2017.

27 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ et de La Pie verte, 19 octobre 2016.

28 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ et de La Pie verte, 19 octobre 2016.

29 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 16 décembre 2016.

30 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 7 février 2017.

31 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 10 janvier 2017.

32 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 26 janvier 2017.

33 Source : doc. cit.

34 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 8 novembre 2016.

35 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ et de La pie verte, 19 octobre 2016.

36 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 26 janvier 2017.

37 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 9 juin 2017.

38 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ et de La pie verte, 10 décembre 2016.

39 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 16 décembre 2016.

40 Entretien de l’auteure avec un militant de La pie verte, 26 janvier 2017.

41 Dans le cadre de la thèse (Dupuit, 2020), ces distinctions entre militants ont fait l’objet d’une typologie, qui distingue cinq profils de militants, en fonction des raisons de leur engagement en faveur de l’environnement et de leurs caractéristiques sociales, avec un sixième profil qui se dessine en creux (voir chapitre 2).

42 Entretien de l’auteure avec un militant d’Environ et de La pie verte, 19 octobre 2016.

43 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ et de La pie verte, 19 octobre 2016.

44 Source : doc. cit.

45 Source : doc. cit.

46 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ, 9 juin 2017.

47 Entretien de l’auteure avec une militante d’Environ et de La pie verte, 19 octobre 2016.

48 Les données proviennent des dossiers relatifs aux communes du site de l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques : INSEE, 2018 [url : https://insee.fr], consulté le 4 octobre 2021.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Carte de localisation
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/21500/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Dupuit, « Structuration du territoire de l’action collective et réseaux d’acteurs. L’ancrage local et les résistances à l’extension d’une association de défense de l’environnement périurbaine »Géocarrefour [En ligne], 97/4 | 2023, mis en ligne le 16 avril 2023, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/21500 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.21500

Haut de page

Auteur

Elodie Dupuit

Université de Tours, laboratoire CITERES, 29 rue du Pont Volant, 37100 TOURS, elodie.dupuit@univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search