Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesComptes rendus2023Valérie Gelézeau, Benjamin Joinau...

2023

Valérie Gelézeau, Benjamin Joinau (dir.), Faire du terrain en Corée du Nord. Ecrire autrement les sciences sociales

André Buisson
Référence(s) :

GELEZEAU V., JOINAU B. (dir.), 2021, Faire du terrain en Corée du Nord. Ecrire autrement les sciences sociales, Paris, EHESS, Atelier des Cahiers, collection Essais, 332 p.

Texte intégral

1Faire du terrain en Corée du Nord sous la dynastie des Kim, c'est sans doute équivalent à, pour une autre époque, avoir voulu “faire du terrain en Union Soviétique sous Staline, Kroutchev ou Brejnev”, “en RDA sous Honecker” ou “au Cambodge sous Pol Pot”, “en Chine à l'époque de la Révolution Culturelle”… autrement dit dans un territoire où chaque mouvement est surveillé, encadré, et soumis à une autorisation préalable !

2La présentation attire l'attention : les auteurs l'ont voulue “anti-conformiste”, et ont rédigé l'ouvrage à la manière d'un carnet de voyage. Dans quel but ? Travailler sur la Corée du Nord, l'un des pays totalitaires les plus fermés au monde, pourrait paraître une gageure. De fait les auteurs exposent “(un) projet qui vise non pas à produire un savoir quelconque mais à fonder ce savoir”. Il s'agit donc plutôt d'un “manuel de méthode” voulant expliquer comment travailler dans un pays totalitaire, comment travailler sur un pays totalitaire et comment travailler avec des chercheurs d'un pays totalitaire dans leur propre pays. Quand on ne peut pas être libre de ses mouvements, de se déplacer sans être “accompagné” sur des itinéraires imposés (que l'on n'a pas “choisis” ou “identifiés” comme nécessaires dans le programme de recherche fixé), quand on ne peut pas prendre une photographie sans avoir demandé l'autorisation de le faire, sans avoir la possibilité de choisir jusqu'à l'angle de prise de vue ni même qui pourra figurer sur la photo en dehors des personnes dûment habilitées… quelle liberté reste-t-il au « touriste » ou au chercheur ?

  • 1 "Thomasson" : monument insolite du paysage urbain. Du nom du joueur de base-ball américain Gary Tho (...)
  • 2 https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4tel_Ryugyong

3A l'origine, le livre avait été conçu comme le “retour de terrain” d'une mission de sept personnes (chacune pourvue d'une longue expérience de ce pays) à l'automne 2013… Cependant, ne s'agissant pas d'un pays “comme les autres”, les chercheurs nous expliquent que des stratégies de travail doivent être élaborées afin de regarder la ville autrement, avec ses symboles absurdes (non pas les monuments officiels du pouvoir en place, mais les “objets urbains qui ont perdu leur sens et leur contexte” (p. 11), en rechercher les “thomassons”1, comme l'hôtel Ryugyong2, ce gigantesque témoin d'une architecture de compétition vers la plus haute construction du monde, ou comme le vendeur de brochettes dans la rue ou encore la boutique de vente de marché noir…

  • 3 Le tourisme n'est pas interdit en Corée du Nord, puisqu'environ 100 000 personnes dont 400 Français (...)

4Entrons alors dans le “pays interdit !”3. La méthode des chercheurs prend tout son intérêt par la préparation… Aucun n'en est à son premier voyage là-bas, et la plupart d'entre eux a déjà tissé des liens, ou bien une expérience de la méthode à adopter pour déjouer les contraintes imposées par les autorités omniprésentes : « rien n’est simple en Corée du Nord » (p. 34), “vues de loin, les conditions d'accès si strictement contrôlées…” (p. 38). L’ambiance est ainsi décrite, comme dans le roman de J.-L. Coatalem (2014). Une partie du livre fournit, tel un guide touristique, des « images » du pays, avec les visites obligatoires : en premier lieu, le programme imposé (p. 107-109), avec les incontournables, comme le grand monument de Mansudae ou le musée de la Guerre de libération victorieuse de la patrie, ou un concert du groupe Moranbong pour la célébration du 68e anniversaire de la fondation du Parti du travail du Choson (les auteurs fournissent une traduction des paroles des chansons). Certaines visites évoquent celle du vice-président américain Wallace en mai 1944 à Magadan, dans l’archipel du goulag soviétique… trompé par Staline qui avait fait remplacer les prisonniers par des figurants… Ainsi “La délégation visitant un appartement modèle ” (p. 279) dont elle doute de l'utilisation “s'agit-il d'un logement vraiment habité… ?” (p. 117) !

5Ces interrogations ont poussé les participants à rendre compte de leur mission de recherche sous cette forme originale, mêlant l'humour et l'auto-dérision ! Par exemple à travers un jeu de piste : trouver la phrase inventée glissée dans le texte d'un chapitre (p. 241), répondre au “Pyong Yang quizz” (p. 178-194)… Ainsi les auteurs ont-ils choisi la forme de carnet de voyage, popularisée aujourd'hui jusqu'à avoir ses salons annuels (https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/​), avec, pour l'illustration, un savant mix entre photographies, dessins coloriés, bandes dessinées. Tout d'abord, avec la présentation des participants, ou plutôt des chercheurs en mission ! (ils se dénomment eux-mêmes les “acteurs de cette histoire” (p. 21) : Untel “n'est pas historien de la Corée médiévale” (p. 21), unetelle est “viscéralement géographe, danseuse à ses heures retrouvées” (p. 23)… En second lieu, avec la chronologie du voyage, depuis les jours qui précèdent l'embarquement jusqu'au “debriefing du retour”.

6Le livre a été écrit comme un ouvrage de méthode, par des géographes qui « n’en sont pas à leur premier terrain » et qui veulent théoriser ici « Comment ruser avec l’autorité », pour tenter de voir, ou de deviner, ce qu’on ne veut pas faire voir. Le livre trouvera son public parmi les curieux de destinations touristiques “improbables” et parmi les chercheurs géographes, ethnologues ou anthropologues.

Haut de page

Bibliographie

COATALEM J.-L., 2014, Nouilles froides à Pyong Yang, Paris, Grasset, 192 p.

Haut de page

Notes

1 "Thomasson" : monument insolite du paysage urbain. Du nom du joueur de base-ball américain Gary Thomasson (p. 57-58)

2 https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4tel_Ryugyong

3 Le tourisme n'est pas interdit en Corée du Nord, puisqu'environ 100 000 personnes dont 400 Français le visitent chaque année. Cependant, aucun voyage individuel ne peut être organisé sans avoir recours à une agence de voyage accréditée, et tous les déplacements sont strictement encadrés (l'accompagnement d'un guide est obligatoire). Des Guides touristiques ont été édités, par exemple Le Petit Futé

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Valérie Gelézeau, Benjamin Joinau (dir.), Faire du terrain en Corée du Nord. Ecrire autrement les sciences sociales »Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 03 mai 2023, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/21545 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.21545

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search