Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesComptes rendus2023Charles Altorffer, Traité d'urban...

2023

Charles Altorffer, Traité d'urbanisme enchanteur

André Buisson
Référence(s) :

ALTORFFER C., 2021, Traité d'urbanisme enchanteur, Lyon, éd. LIBEL, 440 p.

Texte intégral

1Dans un dialogue imaginaire entre Maître Corbu et Urbain l'enchanteur, l'auteur (Urbain), architecte (… et bien plus que ça), évoque avec le maître, Le Corbu(sier) en personne, les diverses questions auxquelles l'urbaniste d'aujourd'hui doit répondre face à la montée des problèmes et des questionnements contemporains sur la ville et la société.

2L'aspect de l'ouvrage est peu banal, puisqu'il s'agit d'une bande dessinée rédigée en une soixantaine de chapitres entrecoupés d'interludes, consacrés chacun à un point particulier et utilisant plusieurs formes de graphisme différentes, voire des photo-montages, des incrustations, comme dans l'échafaudage de Notre-Dame de Paris (p. 350) ou dans un QR code (p. 386), ou encore avec les présentateurs des grandes émissions de télévision, de Michel Drucker à Laurent Delahousse (p. 72-81).

3L'auteur interpelle plusieurs acteurs de l'urbanoscène, ses guest, parmi lesquels on retrouve le baron Haussmann, Jésus (dans le tableau célèbre de la Cène de Léonard de Vinci), Arnold Schwarzenegger en "modulor", Jean Nouvel, Dark Vador (dans une illustration très évocatrice p. 23, puis p. 27-33), Bécassine, Patrick Bouchain (Grand prix d'urbanisme 2019) ou encore le général De Gaulle (caricature très originale p. 201). Son imagination lui permet de proposer tour à tour une parodie de Jeanne Mas dans sa chanson "En rouge et noir", une réécriture libre de la fable Le corbeau et le renard de Jean de la Fontaine, ou de reprendre des "phrases-cultes" comme "Je vous demande de vous arrêter" d'Edouard Balladur (23/04/1995). Le texte est émaillé de jeux de mots dans un registre souvent proches de l'Almanach Vermot, comme son "traité d'happy-culture", "rouler tue… rouler pue !", la "crise égo-logique", des projets comme le "Bas de Belleville", qui devient "Babel-ville" puis "Bab-el-ville", la crise de l'énergie résolue grâce aux éoliennes ("Hélices au pays des merveilles"), la ville du "tout verre" au "tout vert"…

4Charles Altorffer pose des questions, envoie des messages, évoque des solutions aux problèmes contemporains : la pollution, la montée des eaux, l'abandon du "tout voiture" et l'espace libéré par les autoroutes, la quête folle des matières premières et de l'espace… Chaque problème est discuté avec son illustre faire-valoir, dans des contextes choisis pour leur pertinence : le toit de la "maison radieuse" de Rezé (évoqué en détourage blanc p. 54-58) permet de soulever le problème de la nature en ville ou l'occupation des toits d'immeubles (la fameuse cinquième façade). Le tout voiture qui montre aujourd'hui ses limites pourrait laisser des milliers de kilomètres de routes et d'autoroutes inutiles… alors pourquoi ne pas les transformer en espaces habitables ou les végétaliser. L'auteur évoque encore les "solutions" alternatives à la voiture, avec les "modes doux" (vélo, trottinette, segway), les téléphériques urbains, les tramways et le mobilier urbain. Quant au "droit à l'eau", à revisiter, il est mis à l'étude, tout comme la montée des eaux, qui se révèle alarmiste et débouche sur des propositions comme les villes flottantes1. Comment loger plusieurs milliers de personnes en un même lieu ? la question est évoquée à travers la proposition faite par Le Corbusier au maire d'Alger de raser la Casbah pour la remplacer par une structure de 13 km de long (p. 383)2… précurseur, et poursuivi à Rome par les architectes du bâtiment surnommé il Chilometro ou en Arabie Saoudite par le projet NEOM. Comment faire évoluer les projets urbains ? La question est posée avec plusieurs exemples, à commencer par Le Creusot à l'épreuve de la fin du Schneiderisme, puis par l'avenir incertain du lotissement pavillonnaire à la fin de la génération des baby-boomers.

5Chaque "chapitre" est délectable, ses bulles pétillent d'idées. Il faut lire, et relire, cet ouvrage pour s'imprégner du militantisme de l'auteur, qui a beaucoup de choses à dire et de projets à mettre en œuvre.

Haut de page

Notes

1 Cf. HOTYAT M., 2022, L'habitat de demain sur l'eau, rêve ou réalité ? La géographie, terre des hommes, n°1587, Octobre-décembre, p. 44-48.

2 Proposé par Le Corbusier dès 1930, le projet "Obus" : http://www.fondationlecorbusier.fr/corbuweb/morpheus.aspx?sysId=13&IrisObjectId=6259&sysLanguage=fr-fr&itemPos=192&itemCount=215&sysParentName=Droits%20d%27Auteur&sysParentId=65 est réétudié par Sonia Chambretto dans un livre : https://www.arche-editeur.com/livre/gratte-ciel-699

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Charles Altorffer, Traité d'urbanisme enchanteur »Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 03 mai 2023, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/21556 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.21556

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search