Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesComptes rendus2023Aurélie Lallement, Guillaume Gézo...

2023

Aurélie Lallement, Guillaume Gézolme et al., Au fil de la Saône, histoire d'une rivière navigable

André Buisson
Référence(s) :

LALLEMENT A., GEZOLME G. (textes), DOURLOT S., KUNTZ T., MONGREVILLE J. (photos) et al., 2023, Au fil de la Saône, histoire d'une rivière navigable, Riotord, éd. Lieux Dits, Images du Patrimoine n° 319, service patrimoine et inventaire, Région Bourgogne-Franche Comté, 128 p., 235 ill.

Texte intégral

1Comme les autres volumes de la collection, dont nous avons parfois rendu compte pour Géocarrefour, l’ouvrage est divisé en deux parties de taille inégale, dont la première forme la présentation du sujet.

2La Saône, pour l’ingénieur Laval en 1845, était « l’une des artères principales de la navigation intérieure de la France… » (p. 6). Fleuve-frontière durant le Moyen Âge entre royaume de France et Saint-Empire Romain Germanique (on en conserve le toponyme « pardempi » - à part d’Empire - dans le parler local par opposition à « part du royaume » dans la région de Trévoux), son cours est traditionnellement divisé en trois parties. C’est une rivière de plaine, d’une lenteur incroyable à tel point qu’on ne sait dans quel sens elle s’écoule (César, Guerre des Gaules, I, 12). Elle est connue pour ses crues, dont celles de 1840 et de 1856 ont largement contribué à la destruction du quartier des Brotteaux à Lyon, mais aussi pour participer à l’axe fluvial européen Rhône-Rhin… Tacite indique également qu’elle avait fait l’objet d’un projet énorme d’aménagement sous Néron, afin d’en faire le pivot de l’axe Rhône-Saône-Moselle-Rhin qui aurait pu devenir l’artère du commerce fluvial entre Méditerranée et Grande Bretagne récemment conquise (Annales, XIII, 53-57).

3Son aménagement s’étend dans la durée, à partir des travaux « fondateurs » de l’ingénieur Thomas Dumorey en 1779, puis par la loi de 1835 portant création du Service spécial de la Saône jusqu’au grand projet (avorté) de Canal Rhin-Rhône. L’intérêt des Politiques pour la Saône est lié à l’évolution historique de la frontière avec l’Allemagne, avec la création du canal de l’Est, de Corre à Givet, permettant de longer l’Alsace-Lorraine annexée en 1871. Les aménagements évoluent également au cours du temps vers le « grand gabarit », puis vers le tourisme fluvial et pédestre, avec la réutilisation des chemins de halage pour la véloroute européenne dite « voie bleue ».

4Dans la double page de couverture, les auteurs de la maquette ont eu l’excellente idée d’insérer une carte du cours de la rivière de sa source à la confluence avec le Rhône, ainsi qu’une carte des biefs de la Saône en Bourgogne, grâce auxquelles on peut « coller » au texte et aux photos du livre.

5La seconde partie, « Un patrimoine en images », livre un dossier très riche sur les travaux de mise en navigation de la Saône. L’aménageur, au cours du temps, a eu « la main très lourde » avec la Saône ! La rivière a été modelée en fonction des besoins de la navigation. Tronçonnée en biefs, chenalisée, conduite en tunnels, barrages, écluses, dérivations, toute la panoplie des travaux a été déroulée au long du cours d’eau pour le rendre navigable.

6Parallèle au cours d’eau, le chemin de halage, chaussée empierrée continue franchissant par des ponts tous les affluents de la rivière (p. 68-73) indispensable autrefois pour accueillir les attelages nécessaires à la « remonte », est indissociable des aménagements. Pour franchir la Saône elle-même, gués, bacs et ponts ont rythmé la vie des riverains… les ponts sont les derniers survivants de cette panoplie, jusqu’à devenir des « témoins inutiles », comme le pont des Chavannes, à Chalon-sur-Saône, aujourd’hui comme oublié dans un pré après dérivation de la rivière (p. 83). Les dérivations ont modifié brutalement le cours de la rivière, recoupant des méandres voire contournant des obstacles (pont de Mâcon). Comme un extrême moyen de recoupement de méandre, la mise en tunnel d’une portion du cours d’eau a été faite (tunnels de Savoyeux et de Saint-Albin) (p. 39-41).

7L’humain est également présent, il est indispensable pour manipuler les écluses ou les barrages et les entretenir… il est donc logé sur place dans ces maisons d’éclusier au plan standardisé et à l’architecture si reconnaissable (p. 56-67).

8Comme pour tous les autres volumes de la collection, c’est la variété iconographique qui forme la première richesse du livre, dont la lecture est comme une incitation à découvrir ou re-découvrir la Saône et les beaux terroirs qu’elle traverse, de Vioménil à Lyon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Aurélie Lallement, Guillaume Gézolme et al., Au fil de la Saône, histoire d'une rivière navigable »Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 30 octobre 2023, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/21959 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.21959

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search